Possessions templières d'après le Procès   Maisons du Temple dans les Baillages de France   Possessions templières d'après le Procès

Liste des Maisons du Temple et de quelques dignitaires d'après les pièces du Procès

Menu Maisons Baillage de France

 

— 1 — Joigny
Département: Yonne, Arrondissement: Auxerre, Canton: Joigny — 89

Maison du Temple de Joigny
Maison du Temple de Joigny

— La maison du Temple de Joigny, au diocèse de Sens, faisait partie de la baillie du Temple de France, et plus directement peut-être de la petite baillie du Temple de Coulours; c'est du moins ainsi que nous nous expliquons que le précepteur de la baillie de Coulours, frère Jean Morel ou Moreau, de Beaune, ait pu venir faire une réception à Joigny, en 1306, et se substituer au précepteur de la maison, Dominique de Dijon, frère sergent (1). Dominique est dit indifféremment gardien ou précepteur de la maison de Joigny, maison peu importante sans doute (2)

Précepteur de Joigny:
— 1307, frère Dominique de Dijon, sergent.
1. Procès, tome II, p. 368.
2. Procès, tome I, p. 104 et p. 632 : « preceptor de Jonneyo », « custos domus de Joigniaco, Senonensis diocesis. »
Top

 

Turny
Département: Yonne, Arrondissement: Auxerre, Canton: Brienon-sur-Armançon — 89

Maison du Temple de Turny
Maison du Temple de Turny

— Comme la précédente, la maison du Temple de Turny, au diocèse de Sens, dut être comprise dans la baillie de Coulours ; elle avait une chapelle, et le chapelain, frère Michel vers 1290, était en même temps curé de la localité (1). Il n'est question, dans le Procès, que d'une réception faite à Turny, en 1294 ou 1295, par le précepteur de la baillie de Coulours, alors frère Henri « de Supino (2). »
1. Procès, tome I, p. 307.
2. Procès, tome I, p. 312.
Top

 

Baillie de Coulours
Département: Yonne, Arrondissement: Sens, Canton: Cerisiers — 89

Maison du Temple de Coulours
Maison du Temple de Coulours

— Maison du Temple de Coulours (1), du diocèse de Sens, qui eut rang de baillie et dont le chapelain fut aussi curé du village de même nom. Il dut y avoir deux précepteurs à Coulours, l'un de la baillie, l'autre de la maison; celui de la baillie exerçant son autorité sur de petites maisons de l'Ordre, sises dans les diocèses de Sens et de Troyes, comme, par exemple, Turny, où nous avons trouvé le précepteur de la baillie de Coulours, Henri « de Supino. » Le même se retrouve, à une époque un peu antérieure (vers 1290), en la maison du Temple du Mesnil-Saint-Loup, afin de procéder à une réception dans le Temple (2).

En 1297 ou environ, le visiteur de France, frère Hue de Perraud, vient à Coulours ou ne fait que passer (3), sans qu'il soit donné d'autres détails sur sa visite, ni sur le précepteur à cette époque, et nous éprouvons quelque embarras à nommer le véritable successeur d'Henri, car, après lui et à la même époque Jean Morel de Beaune et Laurent de Beaune sont tous deux désignés comme maîtres de la baillie de Coulours (4). Quoi qu'il en soit, c'est par le précepteur de cette maison (ici, c'est Jean Morel de Beaune) que fut reçu, vers 1299, à Coulours, en présence du frère Constant, chapelain-curé, un sergent originaire du diocèse, qui, arrêté plus tard, ne fut pas mis à la torture et dit avoir connu, avant de faire partie de l'Ordre du Temple, un chapelain-curé de Coulours, nommé Jean (5). C'est encore Jean de Beaune, qualifié maître de la baillie de Coulours, que nous avons trouvé, en août 1306, à Joigny ; aussi, croyons-nous que c'est par erreur que frère Laurent de Beaune est dit précepteur de Coulours, à propos d'une réception qu'il aurait faite en la maison du Temple de Vallée, dans le diocèse de Troyes (6). Quant au chapelain de Coulours en 1307, c'était encore frère Constant dit Constant de Bercenay (7).

Enfin, l'on trouvera certaines indications sur les revenus de la maison dans le fragment de Journal du Temple auquel nous avons déjà fait des emprunts (8):
— « 5 mai 1295, de Petro Soyer, per Petrum de Pontibus-Sancte-Maxencie, 35 livres, super preceptorem Collatoriarum... ;
— 13 juin 1295, de preceptore Collatoriarum, per Petrum Soier, 8 livres, ... ;
— 5 juillet 1295, de preceptore Collatoriarum, per Petrum Soier, 75 livres 10 sols;
— 12 juillet 1295, de Petro Soier 22 livres, 10 sols super preceptorem Collatoriarum...;
— 19 juin 1296, de preceptore Collatoriarum per P. S., 113 sols, — 3 juillet 1296, de preceptore Collatoriarum, 440 livres tournois ... »

Précepteurs de la baillie de Coulours:
— vers 1290-1295, frère Henri « de Supino »;
— 1299-1306, frère Jean Morel, de Beaune.
1. Sur les confins du département de l'Aube : « domus de Collatoriis » ; « de Colaours » ; « de Coleurs » ; « in domo de Coloribus in Ota » ; « baylivia de Colour diocesis Senonensis », etc.
2. Procès, tome I, p. 307.
3. Procès, tome II, p. 343.
4. Schottmuller, tome II, p. 20.
5. Schottmuller, tome II, pp. 56-58.
6. Procès, tome II, p. 411.
7. Procès, tome II, p. 65.
8. Mémoire sur les opérations financières des Templiers, pp. 166, 172, 177, 178, 207, 209.
Top

 

Gerbeau
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Brienne-le-Château, Commune: Dosches — 10

Maison du Temple de Gerbeau
Maison du Temple de Gerbeau

— Il est parlé, dans le Procès, d'une réception faite à la Maison du Temple de Gerbeau, en 1303, à la fin de l'année, par le précepteur de France, Gérard de Villiers, en présence du prêtre du Temple, Albert de Thors, « in camera domus Templi de Gelboe, Lingonensis diocesis (1). » Or, la maison ainsi désignée serait la petite localité de Gerbeau, voisine de Coulours, dont le dictionnaire topographique du département de l'Aube, indique des formes anciennes telles que : Jabael, Gerboeal, Gerboyau. Il subsiste, en outre, un fragment de recette des maisons « de Coullors » et « de Girboyau », de la fin de l'année 1307 et de 1308, qui vient confirmer notre attribution (2).
1. Procès, tome I, p. 561.
2. Bibliothèque nationale manuscrit latin 9035, nouvelles acquisitions.


Gérosdot, canton de Pincy, autrefois Aillefol.
— Le nom de Gérosdot s'appliquait à la seigneurie; depuis 1670, il est donné à la seigneurie, au château et au village d'Aillefol, ce dernier nom ayant été abandonné en exécution de lettres patentes de 1670.
— Allefou, 1202 (Charte de l'abbaye de Montiéramey)
— Aillefol, Cartulaire de l'abbaye de la Rivour)
— Ailefou, 1225 (Ibidem)
— Aillefu, 1230 (Cartulaire du Temple)
— Ayllefou, 1231 (Cartulaire de l'abbaye de la Rivour)
— Aillefou, 1233 (Ibidem)
— Aguillefagus, 1269 (Cartulaire du Temple)
— Aquilefagus, 1381 (Archives de la ville de Troyes)
— Aquilae fagus, Domus Dei, XVIIe siècle (Pouillé)
— Geodot, XVIIIe siècle (Cartes de cassini)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Vallée
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Estissac, Commune: Bercenay-en-Othe — 10

Maison du Temple de Vallée
Maison du Temple de Vallée

— Il est aussi fait mention dans le procès, d'une maison du Temple « de Valeia », « Valleia », « Valleya », que le dictionnaire topographique de l'Aube semble identifier avec la maison du Temple d'Avalleur, mais à tort selon nous. Ne serait-ce pas plutôt le lieu-dit Vallée, assez peu éloigné de Coulours; dans ce cas, le Temple de Vallée aurait dépendu de la baillie de Coulours et nous avons dit en parlant de cette baillie que le précepteur de Coulours était précisément venu à Vallée (1).

C'est dans cette maison du Temple de Vallée, du diocèse de Troyes, que fut reçu, vers 1285, par Hue de Perraud en ce temps précepteur d'Epailly, Raoul de Gisy, alors âgé de trente-cinq ans environ. L'on sait que Raoul de Gisy devint, dans la suite, précepteur du Temple en Brie, receveur, pour le roi, des revenus de la Champagne, et que Hue de Perraud fut visiteur de France (2). Raoul de Gisy, une fois précepteur, revint à Vallée, notamment en 1299, pour recevoir le futur précepteur du Temple de Bois-d'Ecu ; il y avait alors dans la maison un prêtre bourguignon, nommé frère Jean (6). Quant au précepteur de la maison, c'était en 1307, un certain frère Jean d'Anisy ; il avait été reçu au Temple de Prunay (3).

Précepteur de Vallée:
— 1307, frère Jean d'Anisy.
1. Procès, tome II, p. 411. — Ici le précepteur désigné comme étant celui de Coulours, est Laurent de Beaune.
2. Procès, tome II, p. 364 et tome I, p. 395.
3. Procès, tome II, p. 417 et tome I, p. 360. — Autre réception faite à Vallée, vers 1295; Procès, tome I, p. 396.
4. Procès, tome II, p. 366.


Vallée, hameau, commune de Bercenay-en-Othe.
— Vallis que vocatur Bretenensis, 1104 (Cartulaire de l'Yonne)
— Vallée, 1553 (Extrait et Etat sommaire du baillage de Troyes)
— Valest, XVIIIe sicle (Pouillé)
— Valée, XVIIIe siècle (Cartes de Cassini)
— Ancien fief dépendant de la Maison du Temple de Coulours.
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Mesnil-Saint-Loup
Département: Aube, Arrondissement: Nogent-sur-Seine, Canton: Marcilly-le-Hayer — 10

Maison du Temple de Mesnil-Saint-Loup
Maison du Temple de Mesnil-Saint-Loup

— Autre maison du Temple « domus Templi de Maynilio Sancti Lupi », peu éloignée de Coulours, et dans la chapelle de laquelle eut lieu, vers 1290, une réception faite par le précepteur de la baillie de Coulours, en présence du frère Michel, prêtre-curé du Temple de Turny (1). A la même époque, l'évêque de Troyes, Jean de Nanteuil, serait venu à passer par cette maison, qui était située dans son diocèse (2).
1. Procès, tome I, pp. 306, 307.
2. Jean de Nanteuil mourut en 1298, d'après Gams « Séries episcoporum. »


Mesnil-Saint-Loup (Le), canton de Marcilly-le-Hayer.
— Maigny, vers 1222 (Livre des Vassaux)
— Domus Templi de Maynilio Sancti Lupi, 1309 (Procès des Templiers)
— Mesgnil Sainct Loup, 1562 (Inventaire des titres concernant la commanderie de Troyes)
— Mesnillum Sancti Lupi, XVIe siècle (Pouillé)
— Manillum Sancti Lupi, XVIIe siècle (Ibidem)
— Megnillum Sancti Lupi, Ménil Saint Loup, XVIIIe siècle (Ibidem)
— Mesnil Saint Loup, XVIIIe siècle (Carte de Cassini)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

— 2 — Baillie de Payns
Département: Aube, Arrondissement et Canton: Troyes — 10

Maison du Temple de Payns
Maison du Temple de Payns

— La maison du Temple de Payns (« de Paians », « de Payans », « de Paiens », « de Paganis »), serait l'une des plus anciennes de l'Ordre, si, comme nous le croyons, elle dut son origine au fondateur même du Temple.

Le Procès ne nous permet guère de remonter plus haut que les environs de l'année 1271, à la Noël, époque à laquelle des réceptions eurent lieu dans la maison (1).

Le Temple de Payns était du diocèse de Troyes et avait chapelle; il fut de plus le centre d'une petite baillie, dont l'un des précepteurs fut frère Jean « de Marciis » ou « Ademari », chevalier. Il est vrai que Jean est dit seulement précepteur de la maison, à propos d'une réception faite par lui vers 1298 (2) ; mais ailleurs, par exemple vers 1291 ou 1298, c'est comme précepteur de la baillie de Payns qu'il se rend au Temple de La Neuville, près Châlons, sur l'ordre du visiteur Hue de Perraud (3).

La même année, Jean assiste à Paris à un chapitre général tenu en présence de deux cents frères (4) ; puis nous le trouvons en 1303 et en 1305 procédant à des réceptions en des maisons de sa baillie sans doute, celles de Thors (5) et de Ruetz, du diocèse de Châlons ; dans ce dernier cas, Jean n'est même désigné que comme précepteur de la maison de Ruetz, « de Royers » (6).

Le receveur de Champagne pour le roi, frère Raoul de Gisy déjà nommé, dut aller à Payns à diverses reprises, vers 1302 ou 1303 et vers 1305 (7) ; quant au dernier précepteur de Payns, ce fut frère Ponsard de Gisy (8) parent, peut-être de Raoul.

Précepteurs de la baillie de Payns :
— vers 1298-1303, frère Jean de Mars, chevalier;
— 1307, frère Ponsard de Gisy.
1. Procès, tome II, p. 385.
2. Procès, tome II, p. 268.
3. Procès, tome I, p. 406, et t. II, p. 366.
4. Procès, tome I, p. 407.
5. Procès, tome II, p. 266.
6. Procès, tome I, p. 630.
7. Procès, tome I, p. 571, et tome II, p. 354.
8. Procès, tome I, p. 36.
Top

 

La Loge-du-Temple
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: La Chapelle-Saint-Luc — 10

Maison du Temple de La Loge-du-Temple
Maison du Temple de La Loge-du-Temple

— Nous ne connaissons l'existence de cette maison du diocèse de Troyes (« domus Templi de Loages Trecensis diocesis »), que par son dernier précepteur, frère Pierre le Picard, de Bure, sergent, qui avait été admis dans l'Ordre (Toussaint 1280, environ) en la maison de Bonlieu, par le précepteur d'Avalleur (1).
1. Procès, tome I, p. 522.
De nos jours, la Loge-du-Temple se nomme La Chapelle-Saint-Luc.


Précepteur de La Loge:
— 1307, frère Pierre le Picard, de Bure, sergent.

Loge-du-Temple (La), Commune de la Chapelle-Saint-Luc.
— XIIIe siècle (Archives départementales, fonds des Trinitaires, cartulaire du Temple de Troyes)
— L'emplacement appartenait à la commanderie de Troyes.
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Baillie de Troyes
Département: Aube, Arrondissement et Canton: Troyes — 10

Maison du Temple de Troyes
Maison du Temple de Troyes

— Les Templiers eurent une maison à Troyes, (ils paraissent d'ailleurs en avoir eu dans toutes les villes un peu importantes de France) et la maison du Temple de Troyes fut même chef de baillie.

Le visiteur de France y vint parfois, par exemple au mois d'octobre 1290, alors que Nicolas de la Serre, sergent, était précepteur de la maison (1).

Mais il y eut, en outre, un précepteur de la baillie de Troyes, frère Jean Bruart, dont l'existence ne nous est connue que grâce à une admission faite par lui, vers 1293, à Villiers, maison voisine de Troyes (2).

Le précepteur du Temple de Troyes en 1307, était frère Pierre de Sarcelles, sergent, qui ne fut interrogé qu'en février 1311 ; il raconta avoir été témoin, en 1307, de la réception d'un sergent comme lui, nommé Jacques de Sancey qui fut brûlé à Paris. C'était en la chapelle de la maison du Temple de Troyes, et le recevant, qui ne devait pas faire preuve de beaucoup de courage lors du procès, avait été frère Raoul de Gisy, receveur de Champagne pour le roi. Six semaines à peine avant son arrestation, Pierre avait assisté également à une réception, en la templerie de Sancey (3).

Précepteur de la baillie du Temple de Troyes:
— vers 1293, frère Jean Bruart.

Précepteurs de la maison de Troyes:
— vers 1290, frère Nicolas de la Serre, sergent;
— en 1307, frère Pierre de Sarcelles, sergent.
1. Procès, tome I, p. 431 : « in aula domus Templi Trecensis. »
2. Procès, tome I, p. 435. — « per fratrem Johannem Bruart preceptorem ballivie Trecensis. »
3. Procès, tome I, pages 571, 575, 583.
Top

 

Sancey
Département: Aube, Arrondissement et Canton: Troyes, Commune: Saint-Julien-les-Villas — 10

Maison du Temple de Sancey
Maison du Temple de Sancey

— Raoul de Gisy ne séjourna pas seulement à Troyes, il fut également à Sancey (« in domo de Sanceyo juxta Trecas »), vers 1297 (1) et en 1301 (2). Ces séjours dans les diverses maisons du Temple n'étaient peut-être pas aussi fortuits qu'on pourrait le croire, et le sénéchal de la maison du Temple de Montescourt en Vermandois nous apprend que Raoul de Gisy, en le recevant, en 1301, à Sancey, ne l'avait fait que sur l'ordre du visiteur Hue de Perraud (3).

D'autres réceptions eurent encore lieu à Sancey par le même Raoul, en 1304, puis en 1307 (« per duos menses ante capcionem eorum in quadam camera domus Templi de Sanci, Trecensis diocesis, per fratrem Radulphum de Gisi tunc receptorem Campanie » (4). L'un de ceux ainsi reçus dans le Temple, deux mois à peine avant la chute de l'Ordre, n'était qu'un humble servant, habitué aux seuls travaux des champs, que l'on dirigea sur la maison voisine de Villiers, et frère Chrétien, l'un des témoins de la réception, était clavaire de Sancey (5).
1. Procès, tome II, p. 383.
2. Procès, tome II, p. 30.
3. Procès, tome II, p. 378.
4. Procès, tome I, p. 254.
5. Procès, tome II, p. 370 et tome I, p. 571 et p. 583. — Autre réception, Procès, tome I, p. 396.


La Commanderie du Temple, de Sencey ou de Saint-Julien.
— Cette commanderie mentionnée dans les pièces du Procès des Templiers, et qui passa aux Chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, était située au midi de l'église paroissiale ; le presbitère en occupe une partie.
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Villiers-le-Temple
Département: Aube, Arrondissement: Nogent-sur-Seine, Canton: Méry-sur-Seine — 10

Hameau, près de Savières; aujourd'hui détruit

— La maison du Temple de Villiers, au diocèse de Troyes (« de Villaribus Templi Trecensis diocesis », « de Villaribus prope Trecas »), n'était pas très éloignée de cette ville ; comme la plupart des maisons de l'Ordre, elle avait sa chapelle (1).
1. Procès, tome I, p. 436 et tome II, p. 370. 2. Procès, tome I, p. 254 et p. 435.

Nous avons dit précédemment que le précepteur de la baillie du Temple de Troyes était venu procéder à une réception en cette maison, vers 1293 ; si nous ajoutons que le sénéchal de la maison, en 1307, était frère Jacques de Troyes, sergent, reçu dans le Temple en 1304, nous aurons donné sur Villiers tout ce qui a trait à cette maison (2).

Villiers, hameau, près de Savières; aujourd'hui détruit.
— Les dîmes appartenaient aux Templiers de Troyes.
— XIIe siècle (Cartulaire du Temple)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Fresnoy
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Lusigny-sur-Barse, Commune: Fresnoy-le-Château — 10

Maison du Temple de Fresnoy
Maison du Temple de Fresnoy

— On ne trouve dans le Procès que deux courtes allusions à cette possession du Temple de Fresnoy (« apud Frenaium, diocesis Trecensis », « in capella domus Templi de Frenexo »), la première pouvant se rapporter aux environs de l'année 1295. Dans le second passage, il s'agit d'un Templier interrogé au mois de novembre 1307, et qui avait demeuré à Fresnoy (1).
1. Procès, tome I, p. 580 et tome II, p. 354.

Fresnoy, hameau et tuilerie, commune de Montpothier.
— Ancienne Maison du Temple puis Commanderie de Saint-Jean de Jérusalem.
— Boscum Fraxineti, 1194 (Charte de l'abbaye du Paraclet)
— Praeceptoria de Monte Figuli, XVIIe siècle (Pouillé)
— Frenoium, la commanderie du Frenoi, XVIIIe siècle (Ibidem)
— Frénoy, XVIIIe siècle (Courtalon, Topographie tome III, page 240)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Bonlieu
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Piney — 10

Maison du Temple de Bonlieu
Maison du Temple de Bonlieu

— Cette commanderie du diocèse de Troyes était située, d'après la carte de Cassini, au sud de Bonlie (« de Bono Loco »). Il en est à peine question dans le Procès ; il y est dit cependant que le précepteur du Temple d'Avalleur, serait venu à Bonlieu, vers 1280, à la Toussaint, pour procéder à une admission, dans la chapelle de la maison. C'est également à Bonlieu que fut reçu, vers 1294, par frère Humbert de Montceaux, chevalier, un humble servant, plus tard frère berger en la commanderie de Lagny-le-Sec (1).
1. Procès, tome I, p. 522 et t. II, p. 320.

Bonleu ou Bonlieu, ferme sur la commune de Piney, autrefois hameau et commune du Temple.
— Maison du Temple, puis commanderie des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, dépendant de celle de Troyes.
— Bonus locus, 1269 (Cartulaire du Temple)
— Bon lieu, 1270 (Ibidem)
— Domus Templi de Bono loco ou Boni loci, 1309 (Procès des Templiers)
— Paeceptoria, XVIIe siècle (Pouillé)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Montceaux
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Bouilly, Commune: Montceaux-lès-Vaudes — 10

Maison du Temple de Montceaux
Maison du Temple de Montceaux

— La carte de l'Etat-Major indique, un peu au sud de Montceaux, une ferme de l'Hôpitaux, dans laquelle nous avons cru voir un dernier vestige de maison du Temple ; l'existence de cette templerie étant d'ailleurs confirmée par le passage suivant du Procès (1) : « Ipse autem receptus fuerat per fratrem Humbertum de Monchelhi, preceptorem domus de Monchelhi, quondam in capella domus Templi de Valeure, Lingonensis diocesis. »

Précepteur de Montceaux:
— Frère Humbert de Montceaux, chevalier.
1. Procès, tome I, p. 524.
2. Il existe bien un Monceau, entre Bouilly et Rumilly.
Top

 

Baillie d'Avalleur
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Bar-sur-Seine — 10

Maison du Temple d'Avalleur
Maison du Temple d'Avalleur

— Cette maison (« Aveleure », « Aurelaves », « Valoire », « Valeur »), située en la commune de Bar-sur-Seine (Aube), devait son origine à la libéralité d'un évêque de Langres, au XIIe siècle (1172) (1). Au temps de Cassini, elle était encore connue sous le nom de Valeur, et la commanderie, depuis longtemps aux Hospitaliers, était située tout près du village de ce nom, au sud de Bar-sur-Seine. Dans le Procès, Avalleur est aussi bien du diocèse de Troyes que de celui de Langres ; ce qui se comprend, la maison du Temple se trouvant à la limite des deux diocèses.

Avalleur fut, au reste, une maison assez importante, puisqu'elle est parfois désignée, dans le Procès, comme baillie du Temple, et son précepteur avait à visiter les domaines compris dans cette petite baillie tels que Bonlieu et Buxières.

Nous avons dit plus haut, à propos du dernier précepteur de la Loge-du-Temple, qu'il avait été reçu en 1280 à Bonlieu par le précepteur d'Avalleur, Humbert ou Imbert, frère sergent ; nous avons trouvé également le précepteur d'Avalleur à une réception faite au Temple de Troyes en 1290 (2).

Ce dignitaire, surnommé parfois « de Vianesio », était, d'après un passage du Procès (3), précepteur de la baillie du Temple d'Avalleur, et c'est comme tel que nous le retrouverons à une cérémonie d'admission, en la maison du Temple de Buxières.

Enfin, Gautier de Bure aurait été reçu, à quinze ans, à Avalleur, par le visiteur de France (vers 1300).

Précepteur de la baillie d'Avalleur:
— 1280-1290, Humbert ou Imbert, du Viennois, frère sergent.
1. D'après le Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Boutiot et Socard.
2. Procès, tome I, p. 434.
3. Procès, tome II, p. 396. — « per fratrem Ymbertum de Vianesio, preceptorem ballivie d'Aveleure »


Avalleur, hameau, commune de Bar-sur-Seine.
— Avalurra, 1076 (1e Cartulaire de l'abbaye de Molême)
— Avalorrum, Valorium, 1101 (Ibidem)
— Avalura, 1104 (Ibidem)
— Avalorra, 1114 (Ibidem)
— Valuvria, 1147 (Cartulaire de l'Abbaye de Clairvaux)
— Avelorrium, 1161-1179 (Ibidem)
— Avalorria, 1179 (Ibidem)
— Avaloria, 1221 (L'Art de Vérifier les Dates, tome II, page 591)
— Avallore, vers 1222 (Livre des Vassaux)
— Avaloria, 1269 (Charte de Thibaut IV, roi de Navarre)
— Domus Templi de Valeia, Valleya, Valeia, Valeure, Valeyre, Valoire, Aveleur, 1309 (Procès des Templiers)
— Avaleurs, Avaleurre, 1503 (Charte de la Commanderie de Troyes)
— Valleure, 1628 (Ibidem)
— Commanderie d'Avaleur, 1730 (Bail des dîmes de Villiers : Archives de l'Aude)
— Avalloria (Annales de l'Yonne, 1845, 3e partie, page 187)
— Valeur, Commanderie, XVIIIe siècle (Carte de Cassini)
— Ancienne Maison du temple, fondée en 1172 par Manassès, évêque de Langres.
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Buxières
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Essoyes, Commune: Buxières-sur-Arce — 10

Maison du Temple de Buxières
Maison du Temple de Buxières

— Un frère servant, berger, âgé de vingt-neuf ans, lors de l'interrogatoire qu'il subit au mois de novembre 1307, nous apprend qu'il fut reçu Templier en la chapelle de la maison du Temple de « Buxière », du diocèse de Langres, par le précepteur, déjà nommé, du Temple d'Avalleur (1).
1. Procès, tome II, p. 396.

Buxières, conton d'Essoyes.
— Busserie, 1095 (Cartulaire de l'abbaye de Moleme)
— Busseriacum, 1101 (Ibidem)
— Buxerie, 1147 (Cartulaire de l'abbaye de Clairvaux)
— Buxeria, 1170 Gall. Chritiana, Instr., tome IV, page 185)
— Buissures, 1244 (Vente Gérard de Durnay)
— Buxieres, 1379 (Dénombrement général des fiefs, registre 10,396, collection Delamarre, Bibliothèque Nationale, tome III, manuscrit Vignier)
— Buxeres, 1393 (Recueil d'aveux et denombrements)
— La ville de Buxieres, 1461 (Compte partic., de Jacquemin Jaqueau, manuscrit original)
— Buxerres, 1503 (Fonds de la commanderie de Troyes)
— Buissieres, 1547 (Ibidem)
— Bussiere, XVIIIe siècle (Carte de Cassini)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

— 3 — Arentières
Département: Aube, Arrondissement et Canton: Bar-sur-Aube, Commune: Arrentières — 10

Maison du Temple de d'Arentières
Maison du Temple de d'Arentières

— On trouve, dans le Procès, un prêtre du Temple, curé d'Arentières, ce qui semblerait indiquer qu'il y eut une maison de l'Ordre, sinon à Arentières du moins dans le voisinage. Ce prêtre, nommé Herbert, figure dans une liste de Templiers amenés de Corbeil à Paris, pour y être interrogés, « frater Arbertus de Yengentis, presbyter curatus de Ayanceriis, Lingonensis diocesis », ou mieux « de Arenteriis », comme il est dit ailleurs, à propos d'une réception faite en 1301 en la commanderie de Thors, et à laquelle il avait assisté (1).
1. Procès, tome I, p. 66, et tome II, pp. 266 et 267.
Top

 

La Tuilerie
Département: Aube, Arrondissement: Troyes, Canton: Ervy-le-Châtel, Commune: Saint-Phal — 10

Maison du Temple de La Tuilerie
Maison du Temple de La Tuilerie

— A cette même réception, avait assisté également un autre frère du Temple, celui-là précepteur, « frater Viardus de la Telaria, preceptor domus de la Telaria » ; sans doute cette maison n'était-elle pas éloignée de celle de Thors, mais nous ne pouvons affirmer que l'identification que nous proposons soit bien certaine. Cependant il y a encore dans la commune de Saint-Phal les deux lieux dits : la Commanderie et l'Hôpitau ; n'est-ce pas là le dernier vestige de la maison des Templiers ?

La Commanderie, commune de Saint-Phal, isoléé hameau du Perchois
— Ancienne Maison du Temple, puis commanderie de Saint-Jean de Jérusalem.
— Dépendant de la Maison du Temple de Troyes.
— Domus de Percheyum, 1254 (Chartes de l'abbaye de Notre-Dame-des-Prés)
— Hôpital du Perchoy, 1526 (Inventaires des titres de la commanderie de Toyes)
— Præceptoria seu Hospitale vulgo du Perchois, XVIIe siècle (Pouillé).
— La commanderie de Perchois, XVIIIe siècle (Ibidem).
— Commanderie de l'Hôpital, XVIIIe siècle (Cartes de Cassini)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Beauvoir
Département: Aube, Arrondissement: Bar-sur-Aube — 10

Ferme de nos jours détruite

— L'un des frères du Temple reçus en la commanderie de Mormant nous apprend, par son interrogatoire, qu'il avait été envoyé « in quadam grangia dicti ordinis que vocatur Bellus Vissus, Lingonensis diocesis » (1) et le souvenir de cette possession du Temple, de peu d'importance, s'est perpétué dans le lieu-dit la Commanderie.
1. Procès, tome I, p. 188.

Beauvoir, ferme commune de Bar-sur-Aube.
— Grangia de Bellovidere, 1229 (chartes de l'abbaye de Saint-Loup)
Sources : Dictionnaire topographique du département de l'Aube, par MM. Théophile Boutiot et Emile Sogard. Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXIV.
Top

 

Thors
Département: Aube, Arrondissement: Bar-sur-Aube, Canton: Soulaines-Dhuys — 10

Maison du Temple de Thors
Maison du Temple de Thors

— La maison du Temple de Thors, dans le diocèse de Langres, existait à la fin du XIIe siècle, comme on le voit par une donation faite en 1193 aux Templiers de cette localité (1).

Cette maison, qui avait chapelle, est désignée, dans le Procès, sous les formes suivantes : « domus de Val Tors », « de Val de Tor », « domus Templi de Tauris, Lingonensis diocesis »; et son précepteur, vers 1303, paraît avoir été le chevalier du Temple, Hue de Châlon, qui fut peut-être aussi précepteur de la maison d'Epailly (2).

L'un des frères du Temple, dont l'interrogatoire figure au Procès, lui reproche d'avoir restreint les aumônes en sa maison de Thors, et même de les avoir supprimées ; il fait le même reproche au précepteur de la maison de Corgebin (3).

Hue de Châlon, aurait été précepteur de Thors, dès la fin du XIIIe siècle, car son neveu dit avoir été reçu à la Noël 1299, comme frère sergent du Temple, en la chapelle de Thors, par Etienne d'Epailly, sergent, et en la présence de Hue, qui plus tard devait prendre la fuite, lors de l'arrestation des Templiers (4).

Précepteurs de Thors:
— 1278, frère Nicole;
— vers 1299-1303, frère Hue de Châlon, chevalier.
1. N° 92 du Catalogue des actes, dans Jean de Joinville, par H.-Fr. Delaborde, 1894. — D'après un acte de beaucoup postérieur, mars 1278, le commandeur de la maison était alors frère Nicole, n° 524 bis du même catalogue.
2. Procès, tome I, pp. 591, 593, et tome II, p. 265.
3. Procès, tome I, p. 594.
4. Procès, tome II, pp. 265-267.


Tril, commune de Soulaines
— Thil, 1269 (Cartulaire du Temple)

Thors, commune de Soulaines
— Domus milicie vallis Taurorum, 1269 (Cartulaire du Temple)
— Commanderie de Thors, 1390 (Charte de la commanderie de Troyes)
— Thors, 1503 (Ibidem)
— Thors et Corgebin, commanderie, XIXe siècle (Chevalier, Histoire de Bar-sur-Aube, page 58)
Top

 

Corgebin
Département: Haute-Marne, Arrondissement et Canton: Chaumont, Commune : Brottes — 52

Maison du Temple de Corgebin
Maison du Temple de Corgebin

— La Maison du Temple de Corgebin, ayant chapelle, du diocèse de Langres (« domus Templi de Corgemin », « Courgemi », « Courgemin », « Cursus Gibouin »), et dont l'origine semble remonter au XIIe siècle (1). Quoi qu'il en soit de son ancienneté, c'est à peine s'il est question de Corgebin, dans le Procès, où l'on trouve cependant la mention d'une réception faite en la maison par Etienne d'Epailly que nous venons de citer (2). Puis, c'est un certain frère Regnaud Bergeron ou le Bergerot, qui dit avoir été reçu, vers l'an 1303, en la chapelle du Temple de Corgebin par le précepteur de Mormant, Laurent de Beaune (6). Il ne nous dit pas le nom du précepteur de la maison, mais nous savons par ailleurs qu'il s'appelait frère Aubry « de Burrenville », et que le prêtre du Temple habitant Corgebin était Guillaume, dit Menavel (3).

Précepteur de Corgebin:
— Frère Aubry « de Burrenville. »
1. Procès, tome II, p. 396.
2. Procès, tome I, pp. 591-594.
3. Procès, tome I, p. 593.


Corgebin (Le), château, commune de Brottes.
— Maison du Temple, puis commanderie de Saint-Jean de Jérusalem.
— Elle fut unie à celle de Thors (Aube) au XIVe siècle.
— La chapelle était sous le vocable de Sainte-Madeleine.
— Ftratres Milicie Templi dou Corjebuin, 1264 (Fonds de Thors)
— La Maison et Hospital du Courgebuyn, 1488 (Fonds de Thors)
— Corgebin, 1668 (Fonds de Thors)
— Le Corgebin, 1769 (Chalmandier)
Top

 

« Domus de Roellis (la Romagne) »

Maison du Temple de la Romagne
Maison du Temple de la Romagne

— Nous avons relevé dans le Procès (1) le nom d'une maison du Temple ainsi désignée : « in domo ordinis vocata de Roellis, Lingonensis (Langres) diocesis »; peut-être pourrait-on rapprocher cette mention de cette autre : « de preceptore Ruellarum per dominum Albericum, 297 livres tournois », par laquelle nous voyons que ce précepteur aurait fait parvenir au trésorier du Temple de Paris, et en même temps que les précepteurs de Coulours et d'Arville, une certaine somme d'argent (2).
1. Procès, tome, I, p. 217.
2. Mémoire sur les opérations financières des Templiers, par M. Léopold Delisle, p. 289.
Top

 

Ruetz
Département: Haute-Marne, Arrondissement: Saint-Dizier, Canton: Chevillon, Commune : Gourzon — 52

Maison du Temple de Ruetz
Maison du Temple de Ruetz

— Le Temple de Ruetz, du diocèse de Châlons, n'est sans doute pas le même que la maison de « Roellis », dans le diocèse de Langres.

— Em. Jolibois, dans la Haute-Marne ancienne et moderne, cite la maison du Temple de Ruet (« Ruellus »), ainsi que le nom d'un commandeur de la maison, en 1297, frère Point de Grandchamp ; or, nous retrouvons dans le Procès, quoique sous une forme un peu différente, le nom de ce commandeur ou précepteur, un servant ayant été reçu, en effet, à la Toussaint de l'an 1302 ou environ, « in quadam aula domus templi de Brolio Cathalaunensis diocesis », par Pons de Longchamp, chevalier, précepteur de la maison, en présence des frères Jean de Bure, prêtre, et Géraud, sergent, qui demeurait au Temple de la Malmaison (1). Selon nous, Pons de Longchamp est bien le même que Point de Grand-champ, cité par Jolibois, à moins que l'on ne suppose une maison du Temple de Breuil (Breuil-sur-Marne), et dépendant de celle de Ruetz ; car il est certain que l'alleu du Breuil fut donné, en 1198, aux Templiers de Ruetz (2).

A Pons de Longchamp succéda, peut-être, un autre chevalier du Temple, Jean de Mars ou Adhémar, auparavant précepteur de la baillie de Payns. Un servant du Temple, employé aux champs, et qui plus tard eut à subir une longue détention, puisque arrêté en 1307, son second interrogatoire n'eut lieu qu'en 1311, nous apprend, en effet, qu'il avait été reçu en 1303, en une maison du diocèse de Châlons, « domus de Rodolio », alias « de Royers », par le précepteur de la maison, frère Jean « Demar » ou « de Marciis », en présence du prêtre de cette même maison, Thibaud le Lorrain. Bien que la réception ait eu lieu dans la chapelle, elle n'avait pas laissé que d'être accompagnée de formalités bizarres; par exemple, le précepteur recevant aurait enjoint, à ce pauvre servant, de l'embrasser sur le ventre, ce que d'ailleurs il n'aurait pas fait, grâce à un subterfuge : « quia recipiens erat scabiosus in ventre, non tetigit nisi de naso (4). »

Précepteurs de Ruets:
— 1274, frère Hue de Chevillon;
— 1277, frère Guillaume Cervain;
— vers 1297-1302, frère Pons de Longchamp, chevalier;
— 1303-1307, frère Jean de Mars, chevalier.
1. Procès, tome II, p. 55.
2. Jean de Joinville, par H.-Fr. Delaborde, n° 118 du Catalogue. — On trouvera, d'ailleurs, dans cet ouvrage, plusieurs actes relatifs à la commanderie de Ruetz, depuis la confirmation de sa fondation en 1137 (n° 26), jusqu'à l'an 1297. Dans l'un de ces actes, mai 1240, Gui de Joinville donne ce qu'il possède à Couvertpuits, aux Templiers de Ruetz (n° 300); un autre, daté de janvier 1274, nous apprend le nom du commandeur de Ruetz, Hugues de Chevillon (n° 502 ter); un autre, mai 1277, indique Guillaume Cervain, comme successeur de Hugues (n° 517 bis).
3. Procès, tome I, p. 630, et tome II, p. 402. — Parmi les Templiers interrogés en Chypre, il est un chevalier nommé André « de Hencorte » qui fut reçu, en l'an 1301 ou environ, « in Rulio, in domo ordinis in Panensi (?) diocesi », par le précepteur de France Gérard de Villiers, en présence du maréchal du Temple Aimon de Osiliers et de Robert de Beauvais, chapelain du Temple (Schottmuller, tome II, p. 213). Faut-il voir dans cette indication douteuse une allusion au Temple de Ruetz ?


Ruetz, ferme sur la paroisse de Gourzon.
— Maison du Temple, puis commanderie de Saint-Jean de Jérusalem.
— Maison fondée vers 1137.
— Terra que Ruellus dicitur, in territorio Gourzon, 1137 (Fonds de Ruetz)
— Rueys, 1193 (Fonds de Thors)
— Li freire de la chevalerie dou Temple de Rués, 1256 (Fonds de Ruetz)
— Ruels, 1261 (Fonds de Ruetz)
— Ruex, 1263 (Fonds de Ruetz)
— Ruaus, 1274 (Fonds de Ruetz)
— Ruiels, Ruiaus, 1277 (Fonds de Ruetz)
— Ruelz, 1401 (Archives Nationales, P. 189-2, n 1588)
— Ruetz, 1576 (Archives Nationales, P. 189-1, n 1585)
— Ruel, 1605 (Fonds de Ruetz)
— Ruée, 1700 (Dillon)
— La Commanderie de Ruel, 1763 (Archives de la Haute-Marne, C. 317)
— Les Ruetz, XIXe siècle (Cadastre, section A)
Sources : Dictionnaire topographique du département de la Haute-Marne, rédigé par Alphonse Roserot. Paris M. DCCCC. III.
Top

 

— 4 — Couvertpuis
Département: Meuse, Arrondissement: Bar-le-Duc, Canton: Montiers-sur-Saulx — 55

Maison du Temple de Couvertpuis
Maison du Temple de Couvertpuis

— La maison du Temple de Couvertpuis paraît avoir été dans la dépendance de celle de Ruetz; autrement on ne s'expliquerait guère que Gui de Joinville, voulant faire une donation de ce qu'il pouvait posséder à Couvertpuis, l'ait faite non pas aux Templiers de cette localité, mais à ceux de Ruetz. Il y avait cependant déjà, à cette époque (1240), une maison du Temple de Couvertpuis, car un autre Joinville, Simon, sénéchal de Champagne, consacrait, dès 1215, un don fait aux Templiers de Couvertpuis, par Ferry de Vaucouleurs, chevalier (1). Quant au Procès, il y est parlé de la chapelle de la maison, « in capella domus de Coopertoputeo (2) », et ce seul détail nous autorise à penser que Couvertpuis ne fut pas seulement un domaine du Temple, mais une commanderie.
1. Jean de Joinville, par H.-Fr. Delaborde; n° 171 du Catalogue.
2. Procès, tome I, p. 631.
Top

 

Xugney
Département: Vosges, Arrondissement: Epinal, Canton: Charmes, Commune : Rugney — 88

Maison du Temple de Xugney
Maison du Temple de Xugney

— Il est fait, une seule fois, allusion, dans le procès des Templiers, à cette maison du Temple de Lorraine « in Lotaringia, in domo ordinis vocata de Somis (1) » ; son existence est, d'ailleurs, prouvée par divers actes que nous ne connaissons, il est vrai, que par l'analyse qu'en donne l'Inventaire des Archives de Meurthe-et-Moselle (2).

— On trouvera aussi, dans cette même série H, la preuve de l'existence d'autres maisons du Temple, non mentionnées dans le Procès, telles que celles de Saint-Georges devant Lunéville, de Gelucourt (frère Jean étant précepteur ou commandeur des maisons du Temple en Lorraine, 1289), de Doncourt, de Marbotte, etc.

Saint-Georges Commanderie de Saint-Georges
Commanderie de Saint-Georges
: Département: Meurthe-et-Moselle, Arrondissement et Canton: Lunéville, Commune: Moncel-lès-Lunéville — 54
GelucourtCommanderie de Gelucourt
Commanderie de Gelucourt
: Département: Moselle, Arrondissement: Château-Salins, Canton: Dieuze — 57
Doncourt-aux-TempliersCommanderie de Doncourt-aux-Templiers
Commanderie de Doncourt-aux-Templiers
: Département: Meuse, Arrondissement: Verdun, Canton: Fresnes-en-Woëvre — 55
MarbotteCommanderie de Marbotte
Commanderie de Marbotte
: Département: Meuse, Arrondissement: Commercy, Canton: Saint-Mihiel, Commune: Apremont-la-Forêt — 55
1. Procès, tome I, p. 217.
2. Série H, tome IV, p. 3, et tome V, p. 142 : charte du duc Ferry III, portant que l'abbesse et le couvent de Bouxières avaient octroyé aux frères de la maison du Temple de Xugney, de détourner l'eau de la Moselle jusqu'à leurs moulins qui étaient sous Virecourt, par tout le ban de Mangonville (1255).
Top

 

Virecourt
Département: Meurthe-et-Moselle, Arrondissement: Lunéville, Canton: Bayon — 54

Maison du Temple de Virecourt
Maison du Temple de Virecourt

— Les Templiers n'eurent pas seulement des moulins à Virecourt, ils y possédèrent une maison, laquelle avait chapelle. Un nommé Regnaud, sergent, qui avait été six ans outre-mer avant de solliciter l'habit du Temple, habita même cette maison lorraine, après l'arrestation des Templiers en France. Originaire du diocèse de Chalon-sur-Saône, il avait été reçu en la commanderie de Payns, puis il avait été envoyé à Virecourt, dans le diocèse de Toul : « frater Raynaldus Bellipili, serviens, Cabilonensis diocesis, morabatur in ducatu Lotharingie, in domo Templi Villencourt (alias Virencourt), post capcionem aliorum fratrum, in regno Francie (1). »
1. Procès, tome II, pp. 267-268.

Virecourt, canton de Bayon.
— Maison du Temple, puis commanderie de Malte.
— Fratres Templi de Wirecort, 1255 (H. L. II, c. 478)
— Vourecourt, 1481 (Charte de l'Ordre de Malte)
Sources : Dictionnaire Topographique du département de la Meurthe-et-Moselle, par M. Henri Lepage. Paris Imprimerie Nationale M. DCCC. LXII
Top

 

— 5 — Possesse
Département: Marne, Arrondissement: Vitry-le-François, Canton: Heiltz-le-Maurupt — 51

Maison du Temple de Possesse
Maison du Temple de Possesse

— Il est parlé dans le Procès (1) d'une réception faite en la maison du Temple de Possesse, en 1301 ou 1302 : « in domo Templi vocata Possessa, Cathalaunensis diocesis. »
1. Procès, tome I, p. 407.
Top

 

Maucourt

Maison du Temple de Maucourt
Maison du Temple de Maucourt

— Autre maison du Temple, qui ne nous est connue que grâce à une réception faite, vers 1285, par le chevalier du Temple, Pierre de Torbona : « in domo Templi de Moncourt, Cathalanensis diocesis (1). » Les bâtiments de cette templerie, qui n'est pas autrement désignée, durent disparaître au XVIe siècle, car c'est sur l'emplacement du village de Maucourt, que, d'après M. Auguste Longnon (2), fut construite, en 1545, la ville de Vitry-le-François.
1. Procès, tome II, p. 34.
2. Dictionnaire topographique de la Marne.


Maucourt, village sur l'emplacement duquel on construisit, en 1545, la ville de Vitry-le-François.
— Mauri Curtis, commune du XIè siècle (polyptyque de Saint-Rémy)
— Morcorez, 1165 (diocèse ancien de Châtlons, tomme 1, page 402).
— Morcort, 1225 (Saint-Pierre-aux-Monts, c. 28)
— Morcuria, 1225 (Hautefontaine, c.6)
— Morcourt, 1240 (Cheminon, c.1)
— Villa de Moncort, 1248 (La Neuville, c.4)
— Morcort, v. 1252 (archives nationales J 202,55)
— In villa que dicitur Morcors, 1273 (La Neuville, c.4)
— Moucourt, 1326 (La Neuville c.5)
— Mortiscuria, 1405 (pouillé de Châlons, f° 76 V°)
— Moncourt, 1545 (diosèce ancien de Châlons tome II, page 297)
— Commanderie de la Neuville-au-Temple et Maucours-lès-Vitry, son annexe, 1178 (La Neuville c. 2)
Sources : Dictionnaire Topographique du département de la Marne, par Auguste Longnon. Paris Imprimerie Nationale M. DCCC. XCI
Top

 

Baillie de Châlons-sur-Marne
Département: Marne, Arrondissement et Canton: Châlons-en-Champagne — 51

— Nous avons dit que Pierre de Torbona avait été à Maucourt, en 1285 ; deux ans auparavant, en juin, on le trouve recevant à la Neuviile-au-Temple, maison voisine de Châlons (1), sans doute parce que Pierre était Maître de la baillie du Temple de Châlons.

Le nom de son successeur à la baillie, nous est donné par un chevalier du Temple, qui n'avait guère plus de vingt-cinq ans, lorsqu'il comparut devant les enquêteurs du procès. Reçu à l'âge de treize ans environ (1295, à Noël), par frère « Bellus de Ly », chevalier, précepteur de cette baillie de Châlons, il prétendit que ce chevalier lui aurait parlé, entre autres choses, des rapports charnels que les Templiers pouvaient avoir entre eux (2) ; ce qui, soit dit en passant, est bien invraisemblable, quand on songe que le précepteur de Châlons s'adressait à un enfant.

Le dernier précepteur de la baillie fut frère Humbert de Saint-Georges, « Humbertus de Sancto-Jorre (3) », « de Sancto Jorio, miles preceptor ballive Cathelanensis », chevalier du Temple, originaire du diocèse de Vienne et qui aurait assisté, en qualité de précepteur, à un chapitre général tenu, en 1295, à Paris par le Grand-Maître; Humbert avait alors trente-cinq ans (4).

Précepteurs de la baillie de Châlons:
— vers 1283-1285, frère Pierre « de Torbona », chevalier;
— avant 1295, frère « Bellus de Ly », chevalier;
— vers 1295-1307, frère Humbert, ou Imbert de Saint-Georges, chevalier.
1. Procès, tome II, pp. 33-34.
2. Procès, tome II, p. 352.
3. Procès, tome I, pp. 377 et 406.
4. Procès, tome I, p. 406 et p. 628.
Top

 

La Neuville-au-Temple
Département: Marne, Arrondissement: Châlons-en-Champagne, Canton: Suippes — 51

Maison de La Neuville-au-Temple
Maison de La Neuville-au-Temple

— La maison de la Neuville (« domus Templi de Nova villa, juxta Cathelanum », « apud Novam villam, Cathalaunensis diocesis », Noyvella ante Cathalaunum »), paraît avoir eu une certaine importance, à en juger par les diverses mentions qui en sont faites dans le Procès ; elle avait chapelle.

Nous venons de dire que le précepteur ou maître de la baillie du Temple de Châlons était venu à la Neuville, en juin 1283, pour des réceptions ; il y avait alors comme chapelain de la commanderie un frère André de la Roche ou des Roches, que l'on retrouve cité dans la suite.

C'est en 1291 ou 1292, que fut reçu, à la Neuville, un chevalier que nous venons également de citer, Humbert de Saint-Georges, sur l'ordre du visiteur de France, Hue de Perraud, par le chevalier du Temple Jean Adémar ou de Mars, alors précepteur de la baillie de Payns et plus tard, croyons-nous, de celle de Ruetz (1).

C'est encore sur l'ordre du même visiteur qu'un sergent du Temple, nommé Vincent, aurait procédé, en 1293, à une réception à la Neuville (2). Quant à Humbert de Saint-Georges, il eut plusieurs fois l'occasion de recevoir, en cette maison où lui-même avait été admis, par exemple en 1301 (3); parfois aussi, il ne fit qu'assister à des réceptions, comme à celle faite en 1304 par le précepteur du Temple de Reims (4) en la présence de frère Gaubert, précepteur de Merlan, ou lorsque Aimon, maréchal de l'Ordre, vint recevoir, en 1303, à la Neuville, son propre neveu (5) ; ou encore, quand le précepteur de France vint, en cette même année, pour recevoir, lui aussi, un neveu (6).

La Maison du Temple de la Neuville n'est pas citée seulement dans le Procès ; il en est également fait mention dans le Journal du trésor du Temple auquel nous avons déjà fait des emprunts. On trouve, par exemple, à la date du 4 juillet 1295, entre deux mentions relatives aux précepteurs du Hainaut et de Barbonne, un versement fait par le précepteur de la Neuville « de preceptore Noville », un autre fait au nom de ce précepteur le 5 février 1296, par Guillaume, son clerc, et la même année, le 4 juillet, le précepteur de la Neuville est de nouveau inscrit pour une somme, entre les précepteurs de Reims et de Boux (7).
1. Procès, tome I, p. 406, et t. II, p. 366.
2. Schottmuller, tome II, p. 24.
3. Procès, tome I, p. 407.
4. Procès, tome I, p. 407. — Schottmuller, tome II, p. 181.
5. Procès, tome I, p. 408. — Schottmuller, tome II, p. 180.
6. Procès, tome I. p. 408. — Schottmuller, tome II, p. 207. — Ici, le chapelain André de la Roche est dit frère André de Vienne.
7. Mémoire sur les opérations financières des Templiers, par M. Léopold Delisle, pp. 176, 199, 210. — Pour cette maison de la Neuville, se reporter au livre de M. Éd. de Barthélémy : Diocèse ancien de Châlons-sur-Mame.


Neuville-au-Temple (La), village détruit, commune de Dampierre-au-Temple.
— Ancienne Maison du Temple, puis commanderie de Saint-Jean de Jérusalem.
— Domus Templi Salomonis que est in Novella Villa, 1132 (La Neuville, c. 4)
— Novavilla, 1132-1142 (diocèse ancien de Châlon, tome I, page 396)
— Novilla, 1152 (La Neuville, c. 5)
— Domus Templi que est juxta Dompertum, 1163 (La Neuville, c. 4)
— Domus Templi de Nova Villa quod est prope Cathalanum, 1218 (La Neuville, c. 8)
— Neuville delez Chaalons, 1264 (La Neuville, c. 8)
— Neuville, 1294 (La Neuville, c. 5)
— La Maison dou Temple de Neuville, 1295 (La Neuville, c. 8)
— Nuef-Ville juxta Cathalaunum, 1296 (La Neuville, c. 4)
— La Neuve Ville delez Chaalons, 1297 (La Neuville, c. 5)
— Nuesville juxta Cathalaunum, 1298 (La Neuville, c. 5)
— Neuville, 1332 (La Neuville, c. 5)
— Novilla ad Templum, 1334 (La Neuville, c. 5)
— Nueuville, 1345 (La Neuville, c. 8)
— La Neuville-au-Temple, 1375 (Archives Nationales, Q1 673)
— Neufville, 1384 (La Neuville, c. 5)
— Nuefville-lez-Saint-Etienne-au-Temple, 1414 (La Neuville, c. 5)
Sources : Dictionnaire Topographique du département de la Marne, par Auguste Longnon. Paris Imprimerie Nationale M. DCCC. XCI

Saint-Etienne-au-Temple, commune de Châlon-en-Champagne.
— Sanctus Stephanus super Veelam, 1132 (La Neuville, c. 4)
— Villa que dicitur Sanctus Stephanus, 1248 (ibid.)
— Sanctus Stephanus ad Templum, 1270 (ibid. c.5)
— Sanctus Stephanus juxta Templum, 1292 (Notre-Dame-en-Vaux, b.2)
— Saint-Estene, 1294 (diocèse ancien de Châlons t.I, page 435)
— Saint-Etienne-au-Temple, 1374 (La Neuville, c.5)
— Saint-Etienne-au-Temple, 1462 (archives nationales Q1 662)
— Temple-sur-Vesle, 1793 (Puiseux, page 305)
— Montvesle, 1794 (archives nationales F17)
— En 1789, Saint-Etienne-au-Temple faisait partie de l'élection de Châlons et était régi par la coutume de Vitry.
— Son église paroissiale, diocèse de Châlons, doyenné de Bussy-le-Château, était dédiée à saint Etienne ; le doyen du chapitre cathédral de Châlons présentait à la cure.
Sources : Dictionnaire Topographique du département de la Marne, par Auguste Longnon. Paris Imprimerie Nationale M. DCCC. XCI
Top

 

La Malmaison
Département: Marne, Arrondissement et Canton: Châlons-en-Champagne, Commune : Saint-Etienne-au-Temple — 51

Maison du Temple de La Malmaison
Maison du Temple de La Malmaison

— Un templier surnommé « de Brolio », du nom d'une maison du Temple, où il avait été reçu, et que nous avons supposée être Ruetz, cite parmi les frères du Temple présents à son admission, en 1302, l'un d'eux habitant la Malmaison, « apud Malam domum (1) », maison comprise dans le diocèse de Châlons.

Malmaison. Lieudit disparu, commune de Saint-Etienne-au-Temple.
Sources : Dictionnaire Topographique du département de la Marne, par Auguste Longnon. Paris Imprimerie Nationale M. DCCC. XCI
Top

 

— 6 — Baillie de Reims
Département: Marne, Arrondissement et Canton: Reims — 51

— Une des plus anciennes réceptions qui aient eu lieu en la baillie du Temple de Reims, d'après le Procès, fut celle du futur et dernier précepteur du Temple de Prunay, en 1279 ou environ, par frère Jean le Verjus, sur l'ordre d'Arnoul de Wesemale (1). On retrouve encore Jean le Verjus (sans doute précepteur de Reims, mais non de la baillie de ce nom), à Reims, vers 1291, époque à laquelle, il reçut en la chapelle de la maison, un certain Henri, plus tard clavaire de cette même maison, en présence du frère Richard, prêtre (2).

Le dernier précepteur de la baillie du Temple de Reims fut un chevalier picard, frère Gaucher ou Gautier de Liancourt, qu'un passage du Procès nous représente même comme précepteur du Rémois et du Laonnais et qui paraît avoir été Maître de la baillie de Reims dès 1299 (3). Gaucher ne fut pas seulement interrogé à Paris au mois d'octobre 1307, il le fut aussi à Rome, en 1308, en présence du pape. Reçu au Temple de Paris, vers 1272 ou 1273, par frère Amauri de la Roche, il avait passé vingt-quatre ans outre-mer; à Rome, il déclara n'avoir pas été mis à la torture (4). Nous avons dit que Gaucher avait été précepteur de la baillie du Temple de Reims dès l'année 1299 ; il y avait alors peu de temps qu'il était revenu des pays d'Outremer. En France, il dut procéder parfois à des réceptions, et c'est dans ce but qu'il aurait été, en 1304, à la Neuville près Châlons (5). Il est fait mention du précepteur de Reims dans le Journal du trésor du Temple, déjà cité, à propos de sommes versées par lui ; mais, sans doute, ici, est-il question du précepteur de la maison et non de la baillie de Reims. Les sommes versées par cinq fois, du 4 juillet 1295 au 4 juillet 1296, paraissent peu considérables (6).

Précepteur de Reims (7):
— vers 1279-1291, frère Jean le Verjus.

Précepteur de la baillie de Reims:
— vers 1299-1307, frère Gaucher ou Gautier de Liancourt, chevalier.
1. Procès, tome II, p. 286.
2. Procès, tome I, p. 505.
3. Procès, tome I, p. 518.
4. Procès, tome II, p. 298. — Schottmuller, tome II, p. 58.
5. Procès, tome I, p. 407, et Schottmuller, tome II, p. 181.
6. Mémoire sur les opérations financières des Templiers, par M. Léopold Delisle, pp. 176, 184, 198, 209, 210.
7. Voir sur le Temple de Reims, deux publications de M. Edouard de Barthélémy : Obituaire de la commanderie du Temple de Reims, tome IV, p. 303 des Mélanges historiques dans la Collection des documents inédits — et Notes sur les établissements des ordres religieux et militaires dans l'ancien archidiocèse de Reims. Paris, 1883. — Nous relevons dans ce dernier ouvrage, p. 12, la mention d'un accord entre l'abbaye de Saint-Thierry et Hugues, précepteur de Reims et Mellaut (Merlan) au sujet des vignes et de la maison des Templiers à Hermonville (1260).
Top

 

Romain
Département: Marne, Arrondissement: Reims, Canton: Fismes, Commune: Courlandon — 51

Maison du Temple de Romain
Maison du Temple de Romain

— On trouve, dans le Procès, un prêtre du Temple, dit curé de Romain « frater Nicolaus de Marra, presbyter, curatus ecclesie de Romanis, Remensis diocesis », et ailleurs « fratrem Nicolaum de Marra, curatum de Romanis, presbyterum » (1); or, il s'agirait ici de la localité de Romain, qui se trouve bien dans le diocèse de Reims. Si un prêtre du Temple était curé de Romain, c'est qu'il y avait dans le voisinage, sinon à Romain même, une maison du Temple, et M. Edouard de Barthélémy semble exprimer le même avis dans ses Notes sur les établissements des ordres religieux et militaires, etc., dans l'ancien archidiocèse de Reims ; Édouard Mannier dans son livre sur l'Ordre de Malte : Les commanderies du grand prieuré de France, dit seulement que cette paroisse de Romain fut sous le patronage des Templiers et nous devons reconnaître que le Procès n'en dit pas plus.
1. Procès, tome I, pp. 68 et 148.

Romain, commune de Fismes.
— Romani, commune du XIe siècle (polyptyque de Saint-Rémy de Reims).
— Romains, 1032 (histoire des comtes de Champagne, tome I, page 469).
— Romeins, 1156 (cartulaire d'Igny, Page 10 r° ).
— Romani, 1154-1159 (ibid., Page 2 r° ).
— Rommainz, 1164 (Saint-Thierry, c. 7).
— Romayns, 1172 (cartulaire de la Val-Roy, 10945, f° 12 v° ).
— Roumains, les Roumains, v. 1222 (livre des vassaux de Champagnes).
— Roumani, 1265 (cartulaire d'Igny, f° 2 r° ).
— Rommams, 1303-1312 (archives administratives de Reims, tome II, page 1059).
— Cornet-Paulus, en 1860, mentionne les noms de Romain-le-Grand et Romain-le-Petit, comme ceux de dépendances de Romain.
— Romain faisait partie de l'élection de Reims et suivait pour partie la coutume de Reims, pour partie celle de Vitry.
— Son église paroissiale, diocèse de Reims, doyenné d'Hermonville, était consacrée à saint Timothée et à saint Apollinaire.
— Le commandeur du Temple de Reims présentait à la cure.
Sources : Dictionnaire Topographique du département de la Marne, par Auguste Longnon. Paris Imprimerie Nationale M. DCCC. XCI
Top

 

Merlan et Boux-aux-Bois
Département: Ardennes, Arrondissement: Rethel, Canton: Juniville, commune: Aussonce — 08

Maison du Temple de Merlan
Maison du Temple de Merlan

Département: Ardennes, Arrondissement: Vouziers, Canton: Chesne — 08

Maison du Temple de Boult-aux-Bois
Maison du Temple de Boult-aux-Bois

— Ces deux maisons paraissent avoir été liées l'une à l'autre, au point que le précepteur de l'une est donné parfois comme étant aussi précepteur de l'autre ; toutes deux étaient du diocèse de Reims, et avaient chapelle. Merlan était d'ailleurs baillie du Temple et Boux était comprise dans cette baillie : « in capella domus Templi de Mellans, Remensis diocesis » (1) « de Melleuno », « de Merlans », « domus Templi de Bois, Remensis diocesis. »

En 1287, le précepteur de la baillie de Merlan était frère Thierri, et le Procès nous apprend qu'il aurait alors procédé à des réceptions en la chapelle du Temple de Boux (2) ; c'est même de cette dernière maison qu'il semble avoir tiré son nom « frater Thierricus de Boscis », « Therricus Bosconnarius. » Un peu plus tard, vers 1295, Thierri reçoit au Temple de Seraincourt (3), maison qui dépendait sans doute de sa baillie.

L'importance, assurément relative, de la commanderie de Merlan est encore attestée par divers passages du Journal du trésor du Temple ; il est à remarquer toutefois que, dans ce Journal, Thierri de Boux est dit précepteur de Boux : « de preceptore de Broul, fratre Terrico », « de fratre Therrico Bosconnario, 16 livres. superpreceptorem Mellenti » (juillet 1296) (4). Serait-ce donc la maison de Merlan qui aurait été subordonnée à celle de Boux ? A l'appui de cette seconde supposition, on trouvera, dans le Procès, le récit d'une réception faite à Merlan, vers 1300, par Thierry, « magister Boscorum Templi » (5).

Le précepteur du Temple de Merlan, un peu avant la chute du Temple, fut frère Gaubert, cité comme étant venu à La Neuville, en 1304 (6).
1. Procès, tome I, p. 518.
2. Procès, tome II, p. 34.
3. Procès, tome II, p. 372.
4. Mémoire sur les opérations financières des Templiers, pp. 176, 177, 198, 209 et 210.
5. Procès, tome I, p. 518.
6. Procès, tome I, p. 407.
Top

 

Seraincourt
Département: Ardennes, Arrondissement: Rethel, Canton: Château-Porcien — 08

Maison du Temple de Seraincourt
Maison du Temple de Seraincourt

— Maison du Temple, sise dans le diocèse de Reims (« domus de Serenicourt », « de Seraincourt », « Serincourt », « de Serena curia »), en laquelle le précepteur de la baillie du Temple de Merlan, Thierri de Boux-aux-Bois, vint en 1295.

En 1301, le précepteur de Seraincourt est frère Jean de la Celle, « de Cella » ; il fut le dernier précepteur de la maison (1).

Précepteur dè Seraincourt:
— 1301-1307, frère Jean de la Celle.
1. Procès, tome I, pp. 249, 252, et t. II, pp. 373, 375. — La maison de Seraincourt avait chapelle.

Sources : Trudon-des-Ormes, Liste des Maisons et de quelques Dignitaires de l'Ordre du Temple, en Syrie, en Chypre et en France. D'Après les pièces du Procès des Templiers. Revue de l'Orient Latin, tomes V, VI, VII. Ernest Leroux, Editeur. Paris 1897, 1898, 1899.

Trudon-des-Ormes visité 82683 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.