Possessions templières d'après le Procès   Maisons du Temple dans les Baillages de France   Possessions templières d'après le Procès

Liste des Maisons du Temple et de quelques dignitaires d'après les pièces du Procès

Menu Maisons Baillage de France

 

— 1 — Fontenay et Marchesoif
Département: Yonne, Arrondissement: Avallon, Canton: Tonnerre, commune: Collan - 89

Maison du Temple de Fontenay
Maison du Temple de Fontenay

— C'est à Fontenay que fut reçu, par le précepteur de la maison et de celle de Marchesoif (« de Marcaçay »), toutes deux du diocèse de Langres, celui qui devait être le dernier précepteur de la maison du Temple de Brindisi, en Italie (1).
Le Dictionnaire topographique du département de l'Yonne désigne Fontenay comme une ancienne possession des Hospitaliers, et Marchesoif comme une ancienne maison du Temple; à la vérité, toutes deux furent d'abord aux Templiers. La plus importante semble avoir été celle de Fontenay, petite baillie du Temple sans doute, voisine de celles de Coulours et de Bure.

Au temps où le futur précepteur de Brindisi avait été reçu à Fontenay, le précepteur des deux maisons du Temple ou mieux de la baillie supposée de Fontenay, aurait été frère Jean Morel de Beaune (« Johannes de Belna, preceptor de Fontanetis (2) »), car il paraît bien que la maison eut à la même époque, un autre précepteur, frère Etienne « de Gri », prêtre. Il est parlé, en effet, dans le Procès, d'un certain Barthélemi de Voulaines, frère servant charretier, reçu « Stephanum de Gri », en présence de deux modestes frères de la maison (3) (mars 1307) ; or, à la même époque ou environ, une réception était faite également à Fontenay, mais par Jean Morel, « domus Templi de Fontenayo (4). » Le prédécesseur d'Etienne, à la maison, non à la baillie de Fontenay, fut peut-être un sergent nommé Pierre de Bure, d'après un templier reçu à Fontenay, environ trois ans avant la chute du Temple (5) ; mais il se pourrait que ce Pierre de Bure fût le même que le précepteur du Temple de Bure, Pierre de Sevrey, qui, dans ce cas, n'aurait été que l'hôte de la maison.


Département: Yonne, Arrondissement: Avallon, Canton: Tonnerre, commune: Serrigny - 89
Maison du Temple de Marchesoif
Maison du Temple de Marchesoif


Il y eut bien d'autres réceptions faites à Fontenay, dont une vers 1304, par le précepteur de Bure, frère Pierre de Sevrey ou de Venizy, déjà cité, en présence de frère Guillaume de Bure, prêtre (6) ; le Temple de Bure n'était, en effet, pas très éloigné de Fontenay, et ces deux commanderies étaient de plus situées dans le même diocèse, à la vérité très étendu alors.

Enfin, un Templier, qui avait séjourné dans les deux maisons de Bure et de Fontenay, prétend dans son interrogatoire que dans ces maisons on n'aurait fait qu'imparfaitement l'aumône aux pauvres (7).
Précepteur de la baillie de Fontenay:
— 1307, frère Jean Morel, de Beaune.
Précepteur de la maison:
— 1307, frère Étienne « de Gri », prêtre.
Marchesoif, ferme sur la commune de Tonnerre.
— Merchesoy, 1265 (Cartulaire de Saint-Michel de Tonnerre); autrefois Commanderie de Templiers.
— Marchesoif, 1752, membre de la commanderie de Fontenay-près-Chablis (Terriers, ibidem)
Sources : Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Schottmuller, tome II, page 132.
2. Procès des Templiers, tome I, page 335.
Receptus per fratrem Johannem de Angicuria, preceptorem domus Templi de Salice super Yonem, Altisiodorensis diocesis, in capella dicte domus de Salice, presentibus fratribus Johanne Pancon, Stephano de Divione et Johanne de Belna servientibus.
3. Procès des Templiers, tome I, page 636.
Recipi fratrem Bartholomeum de Volenis Lingonensis diocesis, in capella domus Templi de Fontanoys Lingonensis diocesis, per fratrem Stephanum de Gri presbiterum.
4. Procès des Templiers, tome I, page 356.
Fratre Naniello de Belna, quondam preceptore, tunc domus Templi de Fontenayo diocesis Lingonensis.
5. Procès des Templiers, tome I, page 205.
Receptus in domo ordinis vocata Fontanetos, Lingonensis diocesis, a fratre P. de Buris, fratre serviente preceptore dicte domus.
6. Procès des Templiers, tome I, page 581.
Receptus per fratrem Petrum de Vienesio preceptorem de Buris, in capella domus Templi de Fontanetis Lingonensis diocesis, presentibus fratribus Guillelmo de Buris presbytero.
7. Procès des Templiers, tome I, page 300.
Item, ad XCVII respondit quod ellemosine non fiebant in domibus de Buris et de Fontanetis Lingonensis diocesis.
Top

 

— Baillie d'Auxerre — Le Temple-Saint-Bris
Département: Yonne, Arrondissement: Auxerre, Canton: Auxerre-Est, commune: Saint-Bris-le-Vineux - 89

Maison du Temple de Saint-Bris
Maison du Temple de Saint-Bris

— Saint-Bris et le Temple du Saulce (1), dont nous allons parler, furent deux maisons du Temple assez voisines ; l'une, Saint-Bris, sur un petit affluent de l'Yonne, à proximité de la commanderie de Fontenay près Chablis, l'autre, sur l'Yonne, un peu au-dessous d'Auxerre.

Leur importance était bien différente et il semble que Saint-Bris n'ait été qu'une petite maison du Temple, dans laquelle on ne faisait pas l'aumône, en raison précisément de ce peu d'importance (« Sancti Bricii (2) »).

La Maison du Temple de Saint-Bris n'est attestée qu'en 1180.
Au XIIIe siècle, la Maison du Temple de Sauce rassemble les diverses possessions de l'Ordre dans le comté d'Auxerre.
Sauce, lieu-dit de la commune d'Escoville, est situé à une quinzaine de kilomètres au sud d'Auxerre, en bordure de l'Yonne (3).
C'est là que résidait le commandeur ou maître (4).
Parmi les « maisons » dépendantes du chef-lieu de Sauce, on trouve les établissements de la ville d'Auxerre.
La Maison du Temple de Saint-Bris n'est attestée qu'en 1180.
Saint-Bris, canton d'Auxerre-Est
— Sanctus Briccius Brictius, 1152 à 1167 (Cartulaire général de l'Yonne, II, 72 et 124)
— Sanctus Britius, 1198 (Ibidem, 295)
— Sanctus Bricius, 1229 (Abbaye de Pontigny)
— Saint-Briz, 1339 (Registre de l'Hôtel-Dieu d'Auxerre)
— Saint-Bris, 1530 (Terrier de Pontigny)
— Saint-Pris, 1637 (Evêcher d'Auxerre, registre de la Régale)
— Bris-le-Vineux, 1793.
— Il y avait à Saint-Bris une Maison du Temple, au lieu-dit Le Temple.
Sources: Dictionnaire topographique du département de l'Yonne, rédigé par M. Max. Quantin. Paris Imprimerie Nationale M. DCCC. LXII.
1. Sauce sur Yonne dans les textes de l'époque (commune d'Escolives-Sainte-Camille)
3. Magister tel est le terme que l'on rencontre au XIIIe siècle, concurremment à celui de præceptor et de son équivalent français de « commandeur. »
En fait le véritable démarrage de la maison templière d'Auxerre intervient plus tard, après la fondation, entre 1210 et juillet 1216, de la maison de Sauce à la suite de la donation d'une maison et de ses appartenances sises sur les rives de l'Yonne, faite par Dreux de Mello l'Ancien, connétable de France, alors qu'il se préparait à partir pour la croisade (4).
4. Archives nationales S 5235 (I), folio 1 et 16. L'acte fut ratifié par ses fils en 1216.
Je vous renvoie pour la suite à la lecture de l'ouvrage très intéressant de M. Demurger: Religion et société urbaine au Moyen âge, page 299. Livre numérique Google

2. Procès des Templiers, tome I, page 347.
Receptus, in qua fiebat dicta elemosina ter in ebdomada, et in domo parva dicte ville sancti Bricii.
Top

 

— Baillie d'Auxerre — Le Saulce-sur-Yonne
Département: Yonne, Arrondissement: Auxerre, Canton: Vincelles, Commune: Escolives-Sainte-Camille - 89

Maison du Temple de Sauce
Maison du Temple de Sauce

— Cette maison du Temple (« Salice supra Yonem », alias « de Sauceya super Yonam »), est assez fréquemment citée dans le Procès (1) ; c'est, entre autres, dans la chapelle de cette maison, que fut reçu, vers 1271, un certain Jean de Tour, septuagénaire en 1307, et qui fut, bien que Templier, aumônier du roi de France, ce qui le distingue du trésorier du Temple de Paris, son homonyme et sans doute son parent, le recevant ayant été précisément le trésorier Jean I de Tour, assisté du frère Guillaume, lui aussi aumônier du roi (2).

Il n'est pas fait mention, en cette circonstance, du précepteur de la maison, qui, en 1299, était frère Gautier « de Colay » et qui tint, cette année-là, un chapitre en la chapelle du Saulce (chapitre suivi de réceptions), dont l'un des témoins fut frère Nicolas de Paris, prêtre (3).
On trouvera, dans le Procès, le récit d'autres réceptions faites au Saulce par Gautier, quoique sans indication d'année (4), comme on y verra aussi que Jean Morel, de Beaune, aurait été précepteur de la maison en 1303 (5).
Jean Morel étant alors précepteur de Fontenay, il doit y avoir erreur, à moins de supposer que le Saulce ait dépendu de Fontenay, ces deux maisons étant peu éloignées l'une de l'autre ; le Procès nous donne d'ailleurs le nom du précepteur du Saulce à cette époque (vers 1304), frère Jean de Saint-Clair (6). Jean, lui-même, n'aurait pas tardé à être remplacé, et le dernier maître de la maison fut frère Jean « de Angicuria » ou « de Ingecuria », qui procéda à diverses réceptions en la commanderie, soit en 1306, soit au mois de février 1307, frère Nicolas de Paris étant toujours chapelain (7).
Précepteurs du Saulce:
— vers 1299, frère Gautier de Colay;
— 1304, frère Jean de Saint-Clair;
— 1306-1307, frère Jean « de Angicuria »
Le Saulce, commune d'Escolives
— Salix, 1296 (Archives de l'Empire, cartulaire de la commanderie du Temple d'Auxerre, folio I r, S 5240)
— Commanderie de l'Ordre des Templiers fondée au XIIIe siècle et réunie après la chutte des Templiers à l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem au XIVe siècle.
Sources : Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.


Département: Yonne, Arrondissement et Canton: Auxerre - 89
Domaine du Temple de Monéteau
Domaine du Temple de Monéteau


Monéteau, canton d'Auxerre (Ouest).
— Monasteriolum, 853 (Cartulaire général de l'Yonne, tome I, page 66)
— Monastallum, XIIIe siècle (Bibliothèque Historique de l'Yonne, tome I, page 499)
— Monestallum ultra aquam, 1290 (Chapitre d'Auxerre)
— Monestal, 1311 (abbaye Saint-Pierre d'Auxerre)
— Monestaul, 1337, fief relevant du comté d'Auxerre (Cartulaire du comté)
— Le Grand-Monéteau, 1672 (registre de l'Etat Civil)
— Monnéteau, 1743 (Rôles des tailles de l'élection d'Auxerre); seigneurie au chapitre d'Auxerre.
— Monéteau était, au IX siècle, du pagus et du diocèse d'Auxerre, et avant 1789, Monéteau proprement dit était de la province de l'Île-de-France, élection de Tonnere.
— Il y avait au XIIe siècle une Maison du Temple, chef de baillie à Monéteau.
Sources : Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Procès des Templiers, tome I, pages 310, 337, 355, 357, etc.
Item, ad XCVII respondit quod ellemosine generales fiebant ter in ebdomada, in domo de Salice supra Yonem Altisiodorensis diocesis; et hospitalitas convenienter servabatur ibidem, nec audivit quod fuerint restricte elemosine et hospitalitas in ordine.
Receptus, ut dixit, per fratrem Johannem de sancto Clero, condam tunc preceptorem domus Templi de Salice super Yonem Altisiodorensis diocesis, in capella dicte domus.
Fratrem Maurellum de Belna, preceptorem domus Templi de Salice super Yonem, in capella dicte domus.
Recepcione, facta per fratrem Johannem de Ingecuria, preceptorem tunc domus Templi de Salice super Yonem, in capella dicte domus, presentibus fratribus Nicolao.
2. Procès des Templiers, tome II, page 379.
Frater Johannes de Turno elemosinarius regis quondam, etatis LXX annorum vel circa, juratus ad sancta Dei Evangelia eidem preposita, et ab eo corporaliter tacta, de se et aliis in causa fidei plenam et integram dicere veritatem; et interrogatus de tempore et modo sue recepcionis, dixit per juramentum suum quod fuit receptus per fratrem Johannem de Turno quondam thesaurarium Templi Parisiensis, in domo de Sauceya super Yonam.
3. Procès des Templiers, tome I, page 626.
Recipi fratrem Droy le Monnier, quondam in capella domus Templi de Salice super Yonem, Altisiodorensis diocesis, per fratrem Galterum de Colay, quondam preceptorem tunc dicte domus de Salice, presente dicto fratre de Lingivile, et Berterio Umhario dicte domus.
4. Procès des Templiers, tome I, page 495.
Recipi fratrem Droy le Monnier, quondam in capella domus Templi de Salice super Yonem, Altisiodorensis diocesis, per fratrem Galterum de Colay, quondam preceptorem tunc dicte domus de Salice, presente dicto fratre de Lingivile, et Berterio Umhario dicte domus.
5. Procès des Templiers, tome I, page 342.
Receptus per fratrem Maurellum de Belna, tunc preceptorem domus Templi de Salice super Yonem, in capella dicte domus.
6. Procès des Templiers, tome I, page 345.
Receptus, ut dixit, per fratrem Johannem de sancto Clero, condam tunc preceptorem domus Templi de Salice super Yonem Altisiodorensis diocesis, in capella dicte domus.
7. Procès des Templiers, tome I, pp. 334 et 338.
Receptus per fratrem Johannem de Angicuria, tunc preceptorem domus Templi de Salice super Yonem, Altisiodorensis diocesis, in capella dicte domus de Salice, circa horam tercie ante missam, presentibus fratribus Johanne -335- Pancon, Stephano de Divione et Johanne de Belna servientibus.
Top

 

Baillie d'Auxerre — Merry
Département: Yonne, Arrondissement: Auxerre, Canton: Ligny-le-Châtel, commune: Montigny-la-Resle - 89

Maison du Temple de Merry
Maison du Temple de Merry

— On trouve, dans le Procès, une allusion à une maison du Temple que nous croyons être celle de Merry : « domus de Salice et de Marrin. » On peut voir dans ce dernier nom la localité de Merry, près de laquelle il y eut, d'après E. Mannier (Les commanderies du grand prieuré de France), une maison du Temple d'origine assez récente ; la maison de Merry située au nord-est d'Auxerre était voisine de celle de Fontenay.
1. Procès des Templiers, tome I, pages 337.
Item, ad XCVII respondit quod in domibus de Salice et de Marrin, in quibus fuerat commoratus, vidit fieri convenienter ellemosinas, et hospitalitatem servari, et credit quod idem fieret in aliis domibus ordinis.
Top

 

Baillie de Villemoison — Villemoison
Département: Nièvre, Arrondissement et Canton: Cosne-Cours-sur-Loire, commune: Saint-Père - 58

Maison du Temple de Villemoison
Maison du Temple de Villemoison

— Maison du Temple ayant chapelle, sise dans le diocèse d'Auxerre (« Villa Mozon », « Villa Muoçonis »), et dont le Dictionnaire topographique de la Nièvre, indique le précepteur ou commandeur, en 1244, frère Gervais.

Le procès nous fournit les noms de deux successeurs de Gervais, dont l'un Gautier Gontier, sergent, est dit avoir reçu en la maison vers 1281 (1). Le dernier maître fut le chevalier du Temple, frère Guillaume de Lus (« de Lurs »), qui, de 1303 à 1307, procéda à diverses admissions dans l'Ordre, en la chapelle de Villemoison, le chapelain étant alors frère Etienne « de Santo Questo » ; la dernière de ces réceptions aurait eu lieu au mois de juillet 1307 (2).
Précepteurs de Villemoison:
— en 1244, frère Gervais;
— vers 1281, frère Gautier Gontier, sergent;
— vers 1303-1307, frère Guillaume de Lus, chevalier.
Commanderie (La), commune de Saint-Père, village Villemoison.
— Maison du Temple, puis commanderie de Saint-Jean de Jérusalem.
— Villemosum, 1180 (Leboeuf, tome IV, page 55)
— Frater Gervasius preceptor de Villa Mosoni, 1244 (Archives de l'Yonne, fonds de Villemoison)
— Villemosoin, 1244 (Ibidem)
— Villemoson, 1334 (A. N., fonds de l'abbaye de Roches.
— Chapelle de la Madelaine de Villemouson, 1554 (Archives de l'Yonne, inventaires de Villemoison)
— Villemuzon, 1611 (Ibidem)
— Villemoison, 1772 (Archives de l'Yonne)
— Le vrai nom de ce lieu est Villemoison.
Sources : Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Procès des Templiers, tome II, page 50.
Ipse enim fuit receptus in capella domus Templi de Villa Mozon Altisiodorensis diocesis, circa instans festum Pasche erunt trigenta anni vel circa, per fratrem Galterum Gonterii quondam servientem, tunc preceptorem dicte domus.
2. Procès des Templiers, tome I, pages 288 et 318 et tome II, pages 110 et 111.
Johannes de sancto Questo Belvacensis diocesium.
In domo predicta, frater Johannes de sancto Questo Belvacensis diocesis, serviens.
2. Procès des Templiers, tome II, pages 110 et 111.
Receptum, circa instans festum beati Dionisii, erunt octo anni, in capella domus Templi de Villa Moso Altisiodorensis diocesis, per fratrem Guillelmum de Lurs militem, preceptorem dicte domus, presentibus fratribus Hugone de Rocha, alias de Cava, milite Guillelmo Villani et Stephano de Sancto Questo.
Schottmuller, tome II, pages 171 et 179.
« villa Mostrue » nous paraît être une mauvaise lecture.
Top

 

Baillie de Villemoison — Champallement
Département: Nièvre, Arrondissement: Clamecy, Canton: Brinon-sur-Beuvron - 58

Maison du Temple de Champallement
Maison du Temple de Champallement

— Cette commanderie de Champallement, du diocèse de Nevers, ne nous est connue que grâce à la mention faite au Procès d'une réception en la chapelle de la maison du Temple « de Campo Alamani » ; le précepteur était un sergent nommé frère Henri Dornarcan ou Donarcan (1299) (1).
Précepteur de Champallement:
— 1299, frère Henri Donarcan, sergent.
1. Procès des Templiers, tome I, page 509.
Recepti in capella domus Templi de Biciis Nivernensis diocesis, in die Brandonum proxima erunt quinque vel sex anni, presentibus fratribus Guillelmo Gatz milite, qui affugit, Anrico Donarcan serviente quondam, Galtero dispensatore dicte domus.
Top

 

Baillie de Villemoison — Biches
Département: Nièvre, Arrondissement: Château-Chinon, Canton: Châtillon-en-Bazois - 58

Maison du Temple de Biches
Maison du Temple de Biches

— Il est parlé, dans le Procès, d'un malheureux chevalier du Temple, nommé Henri « de Anglesi », qui périt sur le bûcher à Paris et qui aurait été reçu par un autre chevalier du Temple, lieutenant du visiteur, Guillaume de Lus (« de Lurs »), en 1305 ou 1306, en la chapelle du Temple de Biches (1) (« de Biciis »), au diocèse de Nevers. Guillaume nous est connu, en tant que précepteur de la commanderie.
1. Procès des Templiers, tome II, page 110.
Receptum, circa instans festum beati Dionisii, erunt octo anni, in capella domus Templi de Villa Moso Altisiodorensis diocesis, per fratrem Guillelmum de Lurs militem, preceptorem dicte domus, qui affugit quando alii capiebantur, presentibus fratribus Hugone de Rocha, alias de Cava, milite Guillelmo Villani et Stephano de Sancto Questo, et Guillelmo Guilheu, et Anrico de Biches servientibus.
1. Procès des Templiers, tome I, page 510.
Recepcionibus fratrum ordinis, quia vidit recipi fratrem Anricum de Anglesi militem, quondam combustum Parisius, per fratrem Guillelmum de Liris militem, qui auffugit quando alii capti fuerunt, in capella domus Templi de Biciis Nivernensis.
1. Procès des Templiers, tome II, page 111.
Fratrem Hugonem de Bozcesel militem Viennensem, qui esse dicitur ultra mare, per fratrem Guillelmum de Lurs predictum recipi in dicta capella.
Top

 

— 2 — Le Saulce d'Island
Département: Yonne, Arrondissement: Avallon, Canton: Avallon, commune: Pontaubert - 89

Maison du Temple du Saulce Island
Maison du Temple du Saulce Island

— La maison du Temple du Saulce d'Island (« domus Templi de Salice d'Ellant »), ne nous est connue que par la simple mention qui en est faite dans le Procès (1), mention qui suffit d'ailleurs à en prouver l'existence.
Island, canton d'Avalon.
— Ielent, 1184 (Cartulaire général de l'Yonne, tome II, page 345)
— Salix de Yoland, 1220 (Commanderie de Pontaubert)
— Ielent, 1208 (abbaye de Reigny)
— Ilan, 1208 (prieuré de Vieupont)
— Yelent, 1226 (Commanderie de Pontaubert)
— Illant (Templarii de (Commanderie de Templiers, XIIIe siècle)
— Ylan, Islan, 1515 (Chapitre d'Avalon)
— Saulçoy-d'Islant, 1543 (Rôles des feux du baillage d'Avalon, archives de la Côte-d'Or)
— Helan, 1579 (Archives de la ville d'Avalon, chapitre 30)
— Islan-le-Saulçois, 1783 (Etat général des villes, bourgs, etc., du duché de Bourgogne)
Sources : Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Procès des Templiers, tome I, page 352.
Item, ad XCVII respondit quod ellemosine et hospitalitas bene servabantur in ordine, in locis in quibus ipse fuit, scilicet in loco in quo fuit receptus, et in domo de Salice d'Ellant Eduensis diocesis, in qua fuerat commoratus.
Top

 

Baillage de Lyon — Le Boulet
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement: Charolles, Canton: Digoin, Commune: La Motte-Saint-Jean - 71

Maison du Temple de Le Boulet
Maison du Temple de Le Boulet

— On trouve également, dans le Procès, le nom d'une autre maison du Temple « domus de Belleyo », située dans le diocèse d'Autun, peut-être le Boulay-en-Charollais.

Cette localité du Boulay ne semble pas figurer sur la carte de l'Etat-Major, mais on y trouve le lieudit la Commanderie, près de Coulanges, au sud de Saint-Agnan ; la carte de Cassini place le Boulay au nord-est de Saint-Agnan, et à côté, un peu au sud, se lisent les indications suivantes : le Chevaliers et un ancien prieuré ruiné. Il se peut donc qu'il y ait eu, au Boulay ou aux environs, une commanderie, mais rien ne prouve, il est vrai, que ce fût une maison du Temple.

La maison du Temple indiquée sous la forme latine citée plus haut fut cependant plus qu'une ferme, car elle avait chapelle, et son précepteur, en 1300, était un chevalier nommé « frater Guillelmus Geandi. » Vraisemblablement, cette commanderie dépendait du maître du Temple en Bourgogne, et cependant c'est celui du Limousin et de l'Auvergne, que l'on trouve au Boulay, en 1291, à propos d'une réception (1).
Précepteur du Boulay:
— 1300, « frater Guillelmus Geandi, miles. »
Le Boulet, ferme commune des Guerreaux
— Clemens de Boulay, 1309/1310 (César Lavirotte, page 279)
— Prioratus Templi de Boleto, avant 1312 (Longon, Pouillés, page 74)
— Le commandeur du Boullay, 1566 (Archives de la Côte-d'Or, B 10569)
— Chapelle du Boulay, 1666 (Archives de la Côte-d'Or, C 2884, page 527)
— Le Boulay, 1763 (Cartes de Cassini)
— Maison du Temple, puis commanderie de l'ordre de Malte après 1312. Elle fut un membre de la commanderie de Beugnay, avec sa chapelle Saint-Blaise (Cortépée, III, page 198).
— Avant 1860, commune de Saint-Agnan.
Sources: Dictionnaire topographique de la France Comprenant les noms de lieux anciens et modernes CTHS
1. Procès des Templiers, tome II, pages 99 et 100.
Receptum in capella domus de Belleyo Eduensis diocesis.
Recipi, videlicet fratrem Gerardum de Bonart servientem, Eduensis diocesis, in capella predicte domus de Belleyo, circa festum Nativitatis Domini proximo preteritum fuerunt decem anni vel circa ; quem recepit frater Guillelmus Geandi miles, preceptor dicte domus, presentibus fratribus Stephano Marreu, Hugone de Bonart.
Top

 

Baillage de Lyon — Belleville-sur-Saône
Département: Rhône, Arrondissement: Villefranche-sur-Saône, Canton: Belleville, Commune: Taponas - 69

Maison du Temple de Belleville-sur-Saône
Maison du Temple de Belleville-sur-Saône

— Pons du Puits, de Lyon, frère sergent du Temple, qui était en Chypre et y subit son interrogatoire en 1310, nous apprend qu'il avait été reçu en une maison du Temple de France qu'il appelle « Bellavilla in Francia », (est-ce Belleville ?), en 1300 ou environ, par le visiteur de France en personne, alors frère Hue de Perraud, en présence du dauphin d'Auvergne Gui, chevalier du Temple, et d'autres, dont Pierre d'Albon, sergent (1).
La Commanderie
Au sud de la commune, est un vaste bâtiment qui, malgré les travaux de réfection dont il a été l'objet, laisse deviner une ancienne origine ; de nos jours encore, il est désigné sous le nom de Commanderie.
En vue de donner une explication satisfaisante de cette dénomination on a eu recours à diverses hypothèses plus ou moins fantaisistes.
La plus vraisemblable est celle qui consiste à considérer cet établissement comme une succursale de la commanderie de Malte, installée à Belleville.
— Au sud-est du bourg, la Saône forme deux îles dont l'une, dite de Taponas, appartient au département du Rhône.
Dictionnaire illustré des communes du département du Rhône ; par MM. E. de Rolland et D. Clouzet - Bnf
1. Schottmuller, tome II, page 188.
— Pierre d'Albon est sans doute le même que le précepteur de l'Ormeteau, maison du Temple comprise dans le diocèse de Bourges.
Top

 

Baillage de Lyon — Lyon
Département: Rhône, Arrondissement et Canton: Lyon - 69

Maison du Temple de Lyon
Maison du Temple de Lyon

— Bien que le Procès ne dise rien de l'importance de la maison que les Templiers avaient à Lyon, cette importance ne saurait être mise en doute, si l'on songe que Lyon était l'une des grandes étapes désignées sur le chemin de Marseille, de l'Italie et des pays d'outremer.

La maison du Temple de Lyon devait donc avoir une certaine étendue; un passage du Procès nous dit seulement qu'elle possédait une chapelle : « in capella domus Templi Lugdunensis » (1).
En 1307, ce fut un habitant de la ville qui reçut l'ordre de s'emparer des Templiers qui pouvaient être à Lyon ; il s'appelait Barthélemi Chevrier (« Bartholomeus Caprarii ») et était échanson du roi (2).

En des temps plus heureux, le Temple de Lyon avait cependant donné asile à plus d'un personnage, dont le visiteur de France, le chevalier du Temple Hue de Perraud, qui avait été reçu en la maison même (Epiphanie 1263 environ), par son oncle paternel, également chevalier du Temple, frère Humbert (ou Imbert) de Perraud. Un des Templiers témoins de la réception, frère Jean, devait être, dans la suite, précepteur du Temple de Laumusse; quant à Hue, on sait qu'après avoir passé quarante-cinq années de sa vie dans l'ordre du
Temple, il devait manquer de courage à la fin de sa carrière, lors du malheureux procès (3).

Un autre Templier, celui-là plus modeste, Martin de Laumusse, sergent, l'un des précepteurs du palais de l'Ordre en Chypre, avait été reçu, lui aussi, en la maison du Temple de Lyon, vers 1291 ou 1292, par Hue de Perraud que nous venons de citer (4).
1. Procès des Templiers, tome I, page 451.
Cum autem in crastinum dictus Ancelinus fuisset factus miles per dominum Anricum de Villariis, quondam archiepiscopum Lugdunensem, in capella domus templi Lugdunensis.
2. Procès des Templiers, tome I, page 458.
Dixit eciam idem testis, quod in capcione Templariorum qui erant Lugduni, Bartholamus Caprarii civis Lugduni.
3. Procès des Templiers, tome II, page 225.
Dixit quod dictus Magister, cum esset discordia ultra mare in conventu eorum de creacione Magistri, et provinciales Lemovicinii et Alvergnie, qui faciebant majorem partem conventus, vellent habere in Magistrum fratrem Hugonem de Penrando
3. Procès des Templiers, tome II, page 362.
In domo Templi Lugdunensis, per fratrem Hymbertum de Paraudo.
4. Schottmuller, tome II, page 183.
Top

 

Baillage de Lyon — Vaulx
Département: Isère, Arrondissement: La Tour-du-Pin, Canton: L'Isle-d'Abeau, Commune: Vaulx-Milieu - 38

Maison du Temple de Vaulx
Maison du Temple de Vaulx

— Le Temple de Vaux n'était pas très éloigné de Lyon, comme nous l'apprend une phrase du Procès : « in domo Templi de Vallibus ultra Lugdunum per 6 leuchas (4) » ; c'est là d'ailleurs la seule allusion faite dans le Procès à cette possession des Templiers. Nous savons, de plus, que la maison de Vaux avait chapelle et qu'elle était desservie par un chapelain (5).
4. Procès des Templiers, tome I, page 402.
Fratrem Hugonem de Peraldo, qui erat tunc prope Lugdunum, quod adhiberent remedium, quod dicti errores amoverentur ab ordine, et dictus frater Hugo respondit ei quod expectaret adventum Magistri majoris, qui debebat venire de ultra mare, et juravit, manu posita super crucem quam ferebat in mantello suo, quod, si dictus Magister nollet amovere dictos errores, quod ipse amoveret eos, quia bene sciebat quod omnes fratres ordinis in hoc sequerentur eundem, et erant tunc in domo Templi de Vallibus, ultra Lugdunum per VI leuchas; nulli tamen fuerunt presentes in dictis verbis habitis inter eos
5. Cartulaire du Temple de Vaux, publié par R. Delachenal. Paris, 1897, in-8° , page 11. — M. Delachenal place le Temple de Vaux ou Vaulx dans la commune de Saint-Alban-de-Roche, tandis que le Dictionnaire des postes en fait un lieu-dit de la commune de l'Isle-d'Abeau; en fait, les deux communes sont voisines.
Top

 

Baillage de Lyon — Laumusse ou Lamuse
Département: Ain, Arrondissement: Bourg-en-Bresse, Canton: Pont-de-Veyle, Commune: Crottet - 01

Maison du Temple de Laumusse
Maison du Temple de Laumusse

— La maison du Temple de Laumusse, « de La Muce » ou « de Lammens (sic), Eduensis diocesis », dans la Bresse et le diocèse d'Autun, eut pour précepteur un certain frère Jean, qui assista en 1263, à Lyon, à l'admission, dans l'ordre du Temple, de Hue de Perraud. Mais, à cette époque lointaine, Jean n'avait pas encore la direction de Laumusse, n'ayant été précepteur de la maison que vers 1276-1278, d'après la Topographie historique du département de l'Ain, de C. Guigne; l'un des successeurs de Jean, fut, vers 1291, Gui « de Monbalho », frère sergent, originaire du diocèse de Clermont (1).
Précepteurs de Laumusse:
— 1276-1278, frère Jean;
— vers 1291, frère Gui « de Monbalho », sergent.
1. Procès des Templiers, tome II, page 99.
Recepcione sua nulla illicita intervenerunt. Postmodum autem, dimidio anno elapso vel circa, predictus frater Guido de Monbalho preceptor domus Templi de Lammens Eduensis diocesis.
1. Procès des Templiers, tome II, page 362.
Receptus in domo Templi Lugdunensis, per fratrem Hymbertum de Paraudo patruum suum, in festo Magorum immediate preterito fuerunt quadraginta quatuor anni, presentibus fratre Henrico de Dola et quodam alio fratre vocato Johanne, qui postea fuit preceptor de la Muce.
— On trouvera dans la Topographie historique une liste des maîtres du Temple de Laumusse, depuis l'an 1203 ; le dernier, Jean de Châtelus, l'aurait été de 1281 à 1311; cette dernière date ne peut être exacte.
Top

 

Baillie de Chalon — Chalon-sur-Saône
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Maison du Temple de Chalon
Maison du Temple de Chalon

— Le visiteur de France, Hue de Perraud, paraît avoir été précepteur du Temple de Chalon, à une époque qui n'est pas indiquée dans le Procès (2), mais qui est antérieure à sa fonction de visiteur. Il serait plus exact de dire que Hue fut précepteur de la baillie du Temple de Chalon, car la maison du Temple de cette ville fut bien le centre d'une petite baillie, comme nous l'apprend la déposition d'un Templier qui, en 1307, était chargé de la vente des vins de la maison de Provins et qui avait été reçu dans l'Ordre en 1294, à Chalon, par le précepteur de la baillie, en présence de plusieurs frères, dont le « dispensator » de la maison : « in domo Templi Cabilonensis, per fratrem Odonem de Castro novo preceptorem ballivie Cabilonensis (3). »

Un Templier bourguignon interrogé, en 1310, en Chypre, avait peut-être été reçu à Chalon, car il dit avoir été admis dans le Temple, en 1301 ou 1302, « per fratrem Joannem Sellanti, tunc preceptorem in Cialon », en présence d'un frère « Parius », chapelain (4); mais Jean Senant pourrait fort bien n'avoir été précepteur que de la maison de Chalon et non de la baillie (5).
Précepteurs de la baillie de Chalon-sur-Saône:
— sans date, frère Hue de Perraud, chevalier (6);
— vers 1294, frère Eude de Châteauneuf;
— 1301-1302, frère Jean Senant (?).
2. Procès des Templiers, tome II, page 139.
Plurium recepcionibus se non recolit adfuisse, quia ex industria subtrahebat se, pro eo quia sibi displicebant predicta, et ex eadem causa obmisit recipere fratrem Odonem de Belna servientem, quem frater Hugo de Penrando mandaverat litteratorie recipi per eumdem, qui tunc erat preceptor de Cabilone
3. Procès des Templiers, tome II, page 350.
Item frater Constancius de Biciaco la Coste, morans Pruvini, et venditor vinorum domus Templi dicti loci, quadragenarius vel circa, eodem modo constitutus, juratus et requisitus, dixit per juramentum suum quod bene sunt XIII anni vel circa elapsi, quod fuit receptus in domo Templi Cabilonensis, per fratrem Odonem de Castro Novo preceptorem ballivie Cabilonensis, presentibus fratribus Guillelmo dispensatore tunc temporis, et Stephano de Buris bergerio dicte domus.
4. Schuttmuller, tome II, page 189.
5. Un chevalier du Temple dit encore avoir été reçu en une maison qu'il désigne en disant qu'elle n'était pas éloignée de Chalon, par frère Hue de Chalon, en présence du chapelain nommé frère André (Schottmuller, tome II, page 170); il se pourrait que cette maison fût celle d'Epailly, celle de Thors nous paraissant trop éloignée.
6. Hue parait avoir été aussi précepteur du Temple d'Epailly, comme on le verra un peu plus loin.
Top

 

Baillie de Chalon — Sevrey
Département: Saône-et-Loire, Arrondissement et Canton: Chalon-sur-Saône - 71

Maison du Temple de Sevrey
Maison du Temple de Sevrey

— Cette maison du Temple, encore indiquée sur la carte de Cassini sous le nom de la Commanderie, tirait son nom de la petite ville de Sevrey : « villa de Sivreyo... in domo Ordinis vocata a Sivre, diocesis Cabilonensis (1) »
1. Procès des Templiers, tome I, pages 208.
Item, requisitus supra XXIIII, Quod magnus Magister posset absolvere a peccatis, et aliis V sequentibus, respondit se audivisse ab aliquibus fratribus ejusdem ordinis, de quorum nominibus non recordatur, in domo ordinis vocata a Sivre diocesis Cabilonensis
1. Procès des Templiers, tome I, pages 210.
Requisitus super XXXVIII et XXXIX, de suspicione, respondit se audivisse pluries ante eorum capcionem postquam fuit frater dicti ordinis a quibusdam gentibus ville de Sivreyo de quarum gencium nominibus dixit se non recordari, quod suspicio erat contra dictum ordinem, quia faciebant receptiones clamdestinas.
Top

 

Baillie de Beaune — Beaune
Département: Côte-d'Or, Arrondissement et Canton: Beaune - 21

Maison du Temple de Beaune
Maison du Temple de Beaune

— A Beaune (« Belna »), dans le diocèse d'Autun, les Templiers possédèrent une maison avec chapelle. Nous avons dit précédemment que le visiteur de France avait reçu l'habit du Temple à Lyon, en 1263 ; or, c'est au Temple de Beaune, en 1265, que fut reçu le futur grand-maître Jacques de Molay, par le chevalier du Temple Humbert ou Imbert de Perraud, oncle paternel de Hue de Perraud, le visiteur, en présence de frère Amauri de La Roche, l'un des personnages du Temple (1).

Hue de Perraud vint lui aussi, en 1304, à Beaune, où, escorté de son chapelain, frère Etienne, il reçut deux chevaliers; il y avait là un chapelain du Temple nommé Thibaud, sans doute de la maison (2).
Beaune
— Belna, 832 (D. Bouquet, VI 580)
— Actum est Belno, 1004 (Saint-Etienne de Beaune, H 1075)
— Sancta Maria de Belniaco castro, 1116-1122 (Cartulairede Citeaux, I, folio 35r)
— Bealna, 1119-1124 (Citeaux, H 424)
— Belna, 1164 (Sainte-Marguerite, H 674)
— Biasne, Biausne, Bausne, 1249 (Commanderie de Beaune, H 1216, vidimus 1261)
— Ecclesia Sancti Jacobi de Templo Belneuse, 1271 (Commanderie de Beaune, H 1216)
— La Maison du Temple (Saint-Jacques) et la commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem coexistantes jusqu'à la suppression de l'Ordre du Temple.
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.

Beaune ou Biena
— Il est fait allusion, dans le Procès, à une maison du Temple, sans doute peu éloignée de celles de Mormant et de Beauvoir : « in alia domo Templi vocata Biena » ; que l'on ne peut identifier avec celle que les Templiers possédèrent à Beaune.

1. Procès des Templiers, tome I, page 188.
Johannes Taylafer de Gene diocesis Lingonensis. Receptus in domo Templi vocata Mormant, de novo acquisita, et fuit receptus, ut dixit, a fratre Stephano capellano ejusdem domus, et presentibus VI vel VII fratribus ejusdem ordinis de quorum nominibus non recordatur, quia non viderat nec noverat eos, ut dixit, ante diem recepcionis sue, nec post dictam recepcionem remansit ibidem, sed in quadam grangia dicti ordinis que vocatur Bellus Vissus, ejusdem diocesis, et ibi stetit per annum, et postmodum in alia domo Templi vocata Biena
1. Procès des Templiers, tome I, page 175.
Galterus de Belna Eduensis
1. Procès des Templiers, tome I, page 438.
Recipi fratrem Guillelmum de Belna Eduensis diocesis, per fratrem Raynaldum quondam preceptorem, de Vinciaco, in capella dicte domus.
1. Procès des Templiers, tome II, page 305.
Frater Jacobus de Molay major Magister ordinis milicie Templi, juratus ad sancta Dei Evangelia, eidem preposita et ab ipso corporaliter tacta, dicere de se et aliis in causa fidei plenam, meram et integram veritatem, et interrogatus de tempore et modo recepcionis sue, dixit per juramentum suum quod XLII anni sunt elapsi quod fuit receptus apud Belnam Eduensis diocesis, per fratrem Ymbertum de Parado militem, presentibus fratribus Amalrico de Ruppe.
2. Schottmuller, tome II, pages 171-172, 182.
Top

 

Baillie de Dole — La Loye
Département: Jura, Arrondissement: Dole, Canton: Montbarrey - 39

Maison du Temple de La Loye
Maison du Temple de La Loye

— Cette maison du Temple bourguignonne était alors comprise dans le diocèse de Besançon ; il ne paraît pas en être question dans la partie du procès éditée par Michelet.

L'un des Templiers interrogés en 1310, en Chypre, nous apprend qu'il avait été reçu, en 1303, en un lieu de l'Ordre dit « Leya », par frère Aimon, alors précepteur du Temple dans le comté de Bourgogne et depuis maréchal de l'Ordre (1).
Le lieu ainsi désigné est sans doute La Loye, localité adossée à une grande forêt, d'où ce nom de « Leya » ; il est vrai que sur la carte de l'Etat-major, la forêt de Chaux sépare la Loye du lieu-dit le Temple, lequel est situé au sud-est de Dôle, de l'autre côté du Doubs. La carte de Cassini indique également le Temple, à l'est de Dôle, contre la forêt de Chaux, ce qui rend, croyons-nous, notre identification très vraisemblable ; il est à remarquer aussi que le Temple de La Loye était peu éloigné de Molay.
Molay, canton de Vitrey, perception de Cintrey.
— Dépendances: Le hameau de Laitre, où sont, avec l'église paroissiale de la Rochelle et de Molay, la cure, la maison, l'école des garçons, et sept maisons habitées par neuf ménages.
— Les deux fermes de la Vau, situées tout près du finage de Malvilliers, au nord-est de Molay.
— Deux maisons isolées sur la route de Cintrey à Morey.
— Un moulin sur le ruisseau dit la Rigole.
— Un autre moulin existe, sur le même cours d'eau, à l'entrée septentrionale du village de Molay.
— Une voie romaine dont on voit les traces au territoire de Cintrey se prolongeait sur celui de Molay, où elle traversait le bois de la Salle, et de là se dirigeait vers le camp de Bourguignon. C'était une des bifurcations de la route de Langres à Port-sur-Saône.
— Pierre qui vire près du canton de Vignes qui termine au sud le territoire de la commune.
— On voit les ruines d'un château féodal qui appartenait jadis à la famille de Jacques de Molay, célèbre et dernier Grand-Maître des Templiers, qui mourut sur le bûcher le 13 mars 1314.
La Haute-Saône, Dictionnaire Historique et Topographique et Statistique des Communes du Département. Par L. Suchaux. Tome II, Vesoul, 1866.

Un autre chevalier, également interrogé en Chypre, nous apprend qu'il fut reçu, à la Pentecôte de l'an 1303 ou 1304, en la maison du Temple « de Leua », sise en Bourgogne et dans le diocèse de Besançon, le recevant étant le précepteur du Temple en Bourgogne, frère Aimon « de Osiliers », déjà nommé, assisté des frères Thibaud « de Montealto », chapelain, et Henri, précepteur de la maison des Sales (2). Il s'agit évidemment ici de la maison du Temple « de Leya », que nous supposons être La Loye.
1. Schottmuller, tome II, page 169.
2. Schottmuller, tome II, page 199.
Top

 

Baillie de Sales — Les Sales
Département: Haute-Saône, Arrondissement: Vesoul, Canton: Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin, Commune: Chantes - 70

Maison du Temple de Sales
Maison du Temple de Sales

— Nous venons de nommer le précepteur de la maison des Sales en 1303 ; cette possession du Temple était située dans le diocèse de Besançon et avait chapelle : « domus Templi de Salis (1). » Le prédécesseur de Henri au Temple des Sales était, vers 1301, d'après la déposition d'un prêtre de la région, le chevalier du Temple, Richard « de Botoncort » ou « de Bontencort (2). »
Précepteurs des Sales:
— vers 1301, frère Richard de Boutencourt, chevalier;
— 1303-1304, frère Henri.
1. Procès des Templiers, tome II, page 80.
Frater Petrus de Siveu presbiter, Bisuntinensis diocesis. Ipse receptus fuerat in capella domus Templi de Salis dicte diocesis Bisuntinensis.
2. Procès des Templiers, tome II, page 81.
Receptus in capella domus Templi de Salis dicte diocesis Bisuntinensis, per fratrem Ricardum de Botoncort militem ; preceptorem dicte domus, presentibus fratribus Laurencio de Belna, alio dicto de Bretanay, Henrico cujus cognomen ignorat, servientibus, et Guidone de Bontencort milite, deffunctis.
Top

 

Baillie de Dijon — 3 — La Romagne
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Dijon, Canton: Fontaine-Française, Commune: Saint-Maurice-sur-Vingeanne - 21

Maison du Temple de La Romagne
Maison du Temple de La Romagne

— Dans le récit des divers séjours faits par lui dans les possessions de l'Ordre, un Templier dit avoir séjourné entre autres « domo Ordinis vocata de Romanioha (1) » ; s'agirait-il de La Romagne, en la commune de Saint-Maurice-sur-Vingeanne ?
1. Procès des Templiers, tome I, page 217.
Requisitus in quibus domibus fuerat commoratus, respondit quod in Cipro per trienium, post modum rediit citra mare et fuit moratus in domo ordinis predicti vocata de Roellis, Lingonensis diocesis, quasi per dimedium annum, et ex inde in alia domo dicti ordinis vocata de Romanioha, ejusdem Lingonensis diocesis.
Top

 

Baillie de Dijon — Dijon
Département: Côte-d'Or, Arrondissement et Canton: Dijon - 21

Maison du Temple de Dijon
Maison du Temple de Dijon

— Dijon étant la capitale de la Bourgogne, il est à supposer que le maître du Temple en Bourgogne y séjourna habituellement, pour, de là, rayonner dans les diverses possessions de l'Ordre en cette contrée; mais le Procès, du moins ce qui en est publié, ne nous a conservé le nom d'aucun de ces dignitaires. Nous avons nommé, à la vérité, Aimon « de Osiliers », plus tard maréchal du Temple, mais Aimon parait n'avoir été précepteur des possessions du Temple que pour le comté de Bourgogne (1).

La maison du Temple de Dijon « apud Divionem in domo Templi de Divione, Lingonensis diocesis (2) » avait chapelle et dépendait, pensons-nous, de la baillie du Temple de Bure ; le Procès ne nous en dit rien de bien notable, si ce n'est que Jacques de Molay y serait venu en 1295, suivi de son chapelain, recevoir Jacques de Donmarin, plus tard précepteur du Temple en Chypre (3).

C'est à Dijon également qu'un des doyens du Temple, frère Dominique de Dijon, avait été reçu ; plus ancien que le visiteur de France et que le grand-maître, Dominique était plus que septuagénaire en 1307, et, malgré son âge, précepteur du Temple de Joigny, dans le diocèse de Sens. Interrogé une première fois en 1307, il le fut encore en 1311, et dit avoir été reçu en 1262, ou même en 1261, à l'époque de l'Avent, par un frère sergent nommé Henri de Dôle, en la présence de Didier de Bure, précepteur de Dijon. Henri de Dôle, qui était alors, selon toute vraisemblance, précepteur de Bure, bien que Dominique de Dijon ne le dise pas, paraît avoir été dans la suite (vers 1281) chargé des voyages outre-mer : « magister passagii ultramarini » ; quant à Didier, il était toujours à Dijon (4).

Le dernier successeur de Didier de Bure fut un prêtre nommé Etienne de Dijon (5).
Précepteurs de Dijon:
— vers 1261-1281, frère Didier de Bure, sergent;
— 1307, frère Étienno de Dijon, prêtre.
1. Schottmuller, tome II, page 199.
2. Procès des Templiers, tome I, pages 301.
Frater Stephanus de Divione presbiter, Lingonensis diocesis, preceptor de Divione.
Benigno de Divione, Johanne de Divione servientibus.
2. Procès des Templiers, tome I, pages 624.
Dominicus de Divione Lingonensis
2. Procès des Templiers, tome I, pages 631, 633.
Frater Dominicus de Divione serviens, Lingonensis diocesis, preceptor domus Templi de Joigniaco Senonensis diocesis.
Recepit frater Anricus de Dola serviens quondam, magister passagii ultramarini, instanti estate erunt XXX anni vel circa, in capella domus Templi de Divione, presente fratre Diderio de Buris serviente.
Receptus fuerat, prima die Adventus nuper lapsi fuerunt L anni vel circa, in dicta capella de Divione, per predictum fratrem Anricum de Dola, presente dicto fratre Diderio de Buris tunc preceptore dicti loci, et fratre Johanne de Benevant servientibu.
3. Schottmuller, tome II, page 192.
4. Procès des Templiers, tome II, page 368.
Item frater Dominicus de Divione custos domus de Joigniaco, etatis quadraginta annorum, juratus eodem modo de se et aliis in causa fidei dicere veritatem, et interrogatus de tempore et modo sue recepcionis, dixit per juramentum suum quod receptus fuit apud Divionem, per fratrem Henricum de Dola.
5. Procès des Templiers, tome I, page 301.
Frater Stephanus de Divione presbiter, Lingonensis diocesis, preceptor de Divione.
Top

 

Baillie de Dijon — Fauverney
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Dijon, Canton: Genlis, commune: Fauverney - 21

Maison du Temple de Fauverney
Maison du Temple de Fauverney

Nous supposons que, comme le Temple de Dijon, celui de Fauverney faisait partie de la baillie du Temple de Bure, parce que le précepteur de cette baillie, alors Pierre de Sevrey, vint à Fauverney, en 1292 notamment, et qu'il y reçut le futur précepteur de Dijon (1).

Un modeste frère du Temple, qui habita plus de vingt ans une maison solitaire de l'Ordre, Curtil, aurait été reçu lui aussi, en février 1285 ou environ, en la chapelle du Temple de Fauverney, par un prêtre de l'Ordre nommé Geoffroi de Lyon (2).
1. Procès des Templiers, tome I, pages 134.
Fratres Radulphus de Taverniaco de Faverniaco.
1. Procès des Templiers, tome I, pages 301-303.
Recepcione sua facta per fratrem Petrum de Sivreyo preceptorem de Buris, Lingonensis diocesis, in capella domus Templi de Taverniaco dicte diocesis Lingonensis.
Le texte porte « domus Templi de Taverniaco », mauvaise lecture pour « de Faverniaco ».
2. Procès des Templiers, tome II, pages 177 et 178.
Top

 

Baillie de Dijon — Curtil-Saint-Seine
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Dijon, Canton: Saint-Seine-l'Abbaye - 21

Maison du Temple de Curtil
Maison du Temple de Curtil

— La maison solitaire du Temple dont il vient d'être question « Corti » est peut-être celle de Curtil ; nous supposons, pour cela, que les Templiers eurent une maison à Curtil-Saint-Seine.
Cette propriété du Temple fut sans doute mieux qu'une grange, car, au dire de celui qui l'habitat si longtemps, on y aurait fait l'aumône d'une manière convenable ; or, les maisons du Temple ou commanderies avaient seules coutume de donner aux pauvres.
Curtil-Saint-Seine
— Cortis, XIe siècle (Chronique de Bèze, folio 87 r°)
— Cortils, vers 1110 (Desjardins, 355)
— Ecclesia Curtil [lis], 1131-1135 (Cartulaire de Saint-Seine, chapitre 28)
— Curtil, 1190 (Cartulaire de Saint-Seine, chapitre 32)
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Procès des Templiers, tome II, page 178.
In domo de Corti in qua fuit commoratus
Top

 

Baillie de Dijon — Uncey-le-Franc
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Montbard, Canton: Vitteaux - 21

Maison du Temple d'Uncey
Maison du Temple d'Uncey

— Uncey est une maison du Temple, du diocèse d'Autun (« domus d'Onse », « de Vinziaco », « de Vinciaco »), qui fut peut-être dans la dépendance de la baillie du Temple de Bure. Il est certain que le précepteur de cette baillie, frère Henri de Dôle, vint à Uncey et qu'il procéda à des réceptions en la chapelle de la maison, en présence du précepteur Regnaud de Thoisy, frère sergent (février 1286). Mais ce n'est pas seulement Henri de Dôle que l'on trouve à Uncey, son successeur à la baillie de Bure, Pierre de Sevrey, y vint aussi, en 1293 et 1294 (1) et il semble que ce soit toujours pour des réceptions; mais sans doute le précepteur de Bure avait-il dans ses attributions, de visiter le Temple d'Uncey. Quant à Regnaud, il était encore précepteur de la maison ; il y avait dans le même temps un frère Guillaume, sergent ou servant, célerier d'Uncey.
Précepteur d'Uncey:
— vers 1286-1294, frère Regnaud de Thoisy, sergent.
Uncey-le-Franc
— Fratres Unceii, vers 1160 (Maison du Temple de Dijon, H 1169)
— Domus Hunceii, 1197 (Maison du Temple de Dijon, H 1169)
— Theobardus de Uncé, 1199 (Maison du Temple de Dijon, H 1169)
— Hunccium, 1251 (Maison du Temple de Dijon, H 1174)
— Hunceyum, 1289 (Maison du Temple de Dijon, H 1174)
— Unceyum, 1295 (Maison du Temple de Dijon, H 1174)
— Ancienne Maison du Temple puis commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Procès des Templiers, tome I, page 437.
Receptus in capella domus Templi de Vinziaco Eduensis diocesis, per fratrem Anricum de Dola servientem, preceptorem, ballivie de Buris Lingonensis diocesis, presentibus fratribus Baudrico de Vollenis, Guillelmo le Gambaeur, Reginaldo de Tossiaco preceptore dicte domus, et Petro Baveron servientibus
1. Procès des Templiers, tome II, pages 175.
Receptus fratrem Johannem de Buris agricolam, per fratrem Petrum de Buris preceptorem ballivie de Buris Lingonensis diocesis, in capella domus Templi d'Onse diocesis Eduensis.
1. Procès des Templiers, tome II, pages 391.
Receptus frater Lambertus de Toysi, in domo de Vinciaco diocesis Eduensis, per fratrem Petrum de Syvre preceptorem baillivie de Byres, presentibus fratre Reginaldo de Toisiaco patruo suo, fratre Thoma de Buceio.
Top

 

Baillie de Dijon — Saint-Marc
Département: Yonne, Arrondissement: Avallon, Canton: Tonnerrois, Commune: Nuits - 89

Maison du Temple de Saint-Marc
Maison du Temple de Saint-Marc

— Parmi les Templiers assistant à une cérémonie de réception, qui aurait eu lieu, en août 1301, au Temple d'Epailly (1), se trouve cité un certain frère Thomas, précepteur de la maison du Temple « de Sancto Medardo » ; cette maison est celle de Saint-Marc, jadis Saint-Maarz-delez-Nuits, que le Dictionnaire topographique de l'Yonne indique comme une ancienne possession du Temple, au diocèse de Langres.
Précepteur de Saint-Marc
— vers 1301, frère Thomas.
Saint-Marc
— Ferme commune de Nuit, autrefois Maison du Temple
— Sanctus Medarnus, 1186
— Saint-Maartz-de-lez-Nuits, 1194 (Maison du Temple de Saint-Marc)
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Procès des Templiers, tome II, page 53.
Receptum per fratrem Hugonem de Cabilone militem, in capella domus Templi de Espalhiaco diocesis Lingonensis, presentibus fratribus Roberto Lescolhe preceptore dicte domus Stephano de Biceyo presbitero dicte domus, et Thoma preceptore de sancto Medardo, deffunctis.
Top

 

Baillie de Dijon — Châtillon-sur-Seine
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Montbard, Canton: Châtillon-sur-Seine — 21

Maison du Temple de Châtillon-sur-Seine
Maison du Temple de Châtillon-sur-Seine

— L'existence d'une maison du Temple à Châtillon-sur-Seine (« apud Castellionem super Secanam, Lingonensis diocesis ») est attestée par un passage du Procès, qui nous donne en même temps le nom du précepteur, frère Robert Lescolhe, ou de Venizy (1).
Précepteur de Châtillon-sur-Seine
— vers 1306, frère Robert Lescolhe, de Venizy.
Châtillon-sur-Seine
— Il y avait une Maison du Temple à Châtillon-sur-Seine
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Côte-d'Or, rédigé par Alphonse Roserot. Paris Imprimerie Nationale, MDCCCCXXIV.
1. Procès des Templiers, tome I, page 317.
Recepcioni alicujus alterius fratris ; dixit tamen quod ipse fuerat receptus in dicto ordine per unum annum et viginti dies ante capcionem eorum circa festum beati Nicolai hiemalis, apud Castellionem super Seccanam Lingonensis diocesis, per fratrem Robertum Lescolhe preceptorem dicti loci, presentibus fratre Petro de Loernia presbitero, morante tunc apud Espalhi.
Top

 

Baillie de Voulaines-les-Templiers — Voulaines
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Montbard, Canton: Recey-sur-Ource, Commune: Voulaines-les-Templiers - 21

Maison de Voulaines-les-Templiers
Maison de Voulaines-les-Templiers

— La maison du Temple de Voulaines (« de Volenis »), au diocèse de Langres, avait chapelle, et le précepteur de Bure y vint recevoir en l'année 1295, alors que le prêtre desservant la maison était frère Pierre « de Seneto Castro (1) »
Voulaine-les-Templiers
— Wullenac, Willanæ, 1175 (Maison du Temple de Bure, H 1166)
— Villanæ, villa fratrum Templi, 1180 (Maison du Temple de Bure, H 1166)
— Vullanæ, 1188 (Maison du Temple de Bure, H 1166)
— Vullaniæ 1198 (Maison du Temple de Bure, H 1166)
— Volegnes, 1207 (Maison du Temple de Bure, H 1166)
— Vouleines, 1209 (Maison du Temple de Bure, H 1160)
— Villenniæ, 1225 (Maison du Temple de Bure, H 1166)
— Volaines, 1255 (Maison du Temple de Bure, H 1160)
— Viloynes les Templiers, Vollaniæ, 1323 (Commanderie Temple de Bure, H 1166)
— Vollaniæ Templariorum, 1325 (Commanderie Temple de Bure, H 1166)
— Vellaniæ Templariorum, 1330 (Commanderie Temple de Bure, H 1166)
— Voulaines-les-Templiers vers 1371 (B 989 ter folio 23)
Ancienne Maison du Temple devenue après 1312 une commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et le chef-lieu du Grand Prieuré de Champagne
1. Procès des Templiers, tome I, page 352.
Fratre P. de Beyse capellano dicti ordinis, curato ecclesie de Volenis
1. Procès des Templiers, tome I, pages 506, 507.
Receptus in capella domus Templi de Volenis Lingonensis diocesis, per fratrem P. de Buris, preceptorem de Buris, presentibus fratribus Radulpho de Buris avunculo ipsius testis, Petro de Castellioneto servientibus, et Petro de Seneto Castro.
1. Procès des Templiers, tome I, page 636.
Recipi fratrem Bartholomeum de Volenis Lingonensis diocesis, in capella domus Templi de Fontanoys dicte Lingonensis diocesis, per fratrem Stephanum de Gri presbiterum.
Top

 

Baillie de Bure-les-Templiers — Bure
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Montbard, Canton: Recey-sur-Ource, Commune: Bure-les-Templiers - 21

Maison du Temple de Bure-les-Templiers
Maison du Temple de Bure-les-Templiers

— Le Temple de Bure, au diocèse de Langres, paraît avoir eu une réelle importance et avoir été le siège d'une baillie assez étendue, que l'on trouve quelquefois citée avec la baillie de Fontenay : « in domibus de Buris et de Fontanetis, Lingonensis diocesis (1). »

Le précepteur de la baillie de Bure, vers 1286, était le frère sergent, Henri de Dôle, que nous avons dit avoir été, à cette époque, à Uncey (2) et qui déjà en 1262 allait recevoir à Dijon. Son successeur qui est qualifié, tantôt précepteur de Bure et tantôt de la baillie de Bure, fut Pierre de Sevrey, sergent, appelé encore Pierre de Bure ou de Venizy ; lui aussi, nous l'avons trouvé à Fauverney en 1292 (3), à Uncey en 1293 (4), en 1294 (5) et vers 1295 à Voulaines (6).

En cette même année 1295, si ce n'est en 1297, Pierre de Sevrey procède à des réceptions en la maison même de Bure (7) ; parfois aussi un personnage du Temple vient à passer, tel que le visiteur de France, qui est à Bure en 1295 ou environ (8), puis en 1301, à la Noël (9), enfin en 1304 ou au commencement de l'année suivante. A la même époque le chapelain curé de la maison était frère Gaucerand ou Jaucerand; il y eut aussi un autre prêtre (du moins en 1295), frère Jean de Bure, peut-être prédécesseur de Gaucerand ; le précepteur était toujours Pierre de Sevrey, il y avait en outre deux Templiers, Gui et Martin « de Nici », qui furent arrêtés en 1307 et plus tard brûlés à Paris (10). Ce n'étaient pas là d'ailleurs les seuls habitants de Bure, et la maison pouvait bien donner asile à une douzaine de frères du Temple ; d'après le récit d'une réception faite, en 1299, à Bure, par le précepteur de la baillie, Pierre de Sevrey, on peut supposer qu'il y avait alors dans la maison treize ou quatorze Templiers, mais il faudrait pouvoir défalquer de ce nombre ceux qui comme Robert de Venizy, précepteur d'Epailly, n'étaient là qu'en passant. Quoi qu'il en soit, aucun de ces Templiers ainsi réunis, ne sut ou ne put échapper, dans la suite, à la prison et à la mort (11).

Le chapelain de Bure était en même temps curé de la localité avoisinant la maison du Temple, ainsi qu'il ressort d'un passage du Procès (12), et suivant un usage assez répandu ; mais les Templiers de Bure ne se contentaient pas de prêter en quelque sorte leur chapelain aux habitants du pays, ils disaient aussi l'aumône : « in dicta domo de Buris.... convenienter elemosine et hospitalitas servabantur (13). » Les pauvres n'étaient d'ailleurs pas seuls à venir quémander, puisqu'un Templier raconte s'être confessé après sa réception, à un frère prêcheur, confesseur de l'évêque de Langres, venu à Bure « pro petendis elemosinis (14). »
Précepteurs de la baillie de Bure
— vers 1262-1286, frère Henri de Dôle, sergent;
— vers 1292-1307, fr. Pierre de Sevrey ou de Venizy, sergent.
Bure-les-Templiers
— Buriæ, 1133 (Maison du Temple de Bure, H 1156)
— Buires, 1141 (Maison du Temple de Bure, H 1141)
— Bureium, 1197 (Maison du Temple de Bure, H 1161)
— Bures-les-Templiers, XVIIIe siècle (Cartes de Cassini)
Ancienne Maison du Temple, puis commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
1. Procès des Templiers, tome I, page 300, 319.
In domibus de Buris et de Fontanetis, Lingonensis diocesis
Le précepteur de la baillie de Bure, Pierre de Sevrey ou de Venizy, procède à une réception, en la chapelle du Temple de Fontenay, dans les premiers mois de l'année 1304.
1. Procès des Templiers, tome I, page 581.
Receptus per fratrem Petrum de Vienesio preceptorem de Buris, in capella domus Templi de Fontanetis Lingonensis diocesis, presentibus fratribus Guillelmo de Buris presbytero, Martino de Buxiaco, Stephano de Volenis, Johanne Avenot et Guidone de Nici servientibus.
2. Procès des Templiers, tome I, page 437.
Receptus in capella domus Templi de Vinziaco Eduensis diocesis, per fratrem Anricum de Dola servientem, preceptorem, ballivie de Buris Lingonensis diocesis, presentibus fratribus Baudrico de Vollenis, Guillelmo le Gambaeur, Reginaldo de Tossiaco preceptore domus.
3. Procès des Templiers, tome I, page 301.
Recepcione per fratrem Petrum de Sivreyo preceptorem de Buris, Lingonensis diocesis, in capella domus Templi de Taverniaco dicte diocesis Lingonensis
4. Procès des Templiers, tome II, page 175.
Receptus per fratrem Petrum de Buris, preceptorem ballivie de Buris Lingonensis diocesis, in capella domus Templi d'Onse diocesis Eduensis, presentibus fratribus Dominico d'Espalhe Lingonensis diocesis.
6. Procès des Templiers, tome I, page 506.
Receptus in capella domus Templi de Volenis Lingonensis diocesis, per fratrem P. de Buris, preceptorem de Buris, presentibus fratribus Radulpho de Buris.
7. Procès des Templiers, tome II, page 358.
8. Schottmuller, tome II, page 205.
9. Procès des Templiers, tome II, pp. 263, 264.
Receptus fuerat in quadam camera domus Templi de Buris Lingonensis diocesis, circa instans festum Nativitatis Domini erunt X anni, per fratrem Hugonem de Penrando visitatorem Francie.
10. Procès des Templiers, tome I, pages 408 et 409.
Dominica Adventus proxime preterita fuerunt sex anni vel circa, ante diem, per fratrem Hugonem de Penrando, presentibus fratribus Gancerando curato dicte domus de Buris, Guidone de Nici et Martino de Nici, combustis Parisius, et Petro de Sivreyo preceptore tunc de Buris servientibus.
11. Procès des Templiers, tome I, page 296.
Recepcione in capella domus Templi de Buris Lingonensis diocesis, per fratrem P. de Scivreyo preceptorem tunc dicte domus, presentibus fratribus Johanne de Buris presbitero, Martino de Niciaco, Stephano de Volenis, Guido de Niciaco, Roberto de Vianesio preceptore de Spayaco, Johanne Grilhot et Radulpho Gandicho servientibus.
12. Procès des Templiers, tome II, page 264.
Recipi fratrem Johannem cognominatum de Monte Belletout, ut sibi videtur, Matisconensis diocesis servientem, deffunctum, ut credit, in dicta capella de Buris, per fratrem Petrum de Civreyo servientem quondam, sunt circiter octo anni, presente fratre Janseranda presbitero, curato de Buris.
13. Procès des Templiers, tome I, page 438.
In dicta domo de Buris, in qua ipse morabatur, convenienter elemosine et hospitalitas servabantur.
14. Procès des Templiers, tome I, page 319.
Domo Templi de Buris predicti diocesis Lingonensis, ad quem locum de Buris dictus frater Predicator venerat pro petendis elemosinis.
Top

 

Baillie d'Epailly — Epailly
Département: Côte-d'Or, Arrondissement: Montbard, Canton: Recey-sur-Ource, Commune: Courban - 21

Maison du Temple d'Epailly
Maison du Temple d'Epailly

— Le nom de cette commanderie du Temple revient assez fréquemment dans le Procès et sous les formes les plus variées : « domus Templi de Spayaco », « d'Espalhi », « de Spalhi », « de Espulhi », « de Espalhiaco », « apud Espeilleyum », « de Pailli », « d'Espanhi » ; elle eut pour dernier maître un sergent du Temple nommé Laurent de Beaune : « frère Lorent de Biame (sic), jadis commandeur de Apuli (1). »
Laurent, qui est appelé aussi « de Bretanay » (2), fut arrêté en 1307, incarcéré à Sens et ne quitta cette ville que pour aller subir un interrogatoire à Paris et finir sur le bûcher (3).
S'il paraît certain que Laurent a bien été le dernier précepteur d'Epailly, il nous faut reconnaître que le Procés le donne également comme précepteur de Mormant, possession du Temple qui, tout en étant dans le diocèse de Langres, était assez éloignée d'Epailly; Laurent aurait donc été précepteur à Mormant vers 1301-1303 (4). Il est dit aussi qu'il aurait été précepteur de Coulours, mais il a pu être confondu avec Jean Morel de Beaune.

Il n'est guère plus facile, à l'aide du Procès, de connaître les prédécesseurs de Laurent, parmi lesquels se trouverait le visiteur de France, Hue de Perraud, si toutefois l'on en croit un Templier qui eut une certaine notoriété, Raoul de Gisy précepteur du Temple en Brie, reçu vers l'an 1285, par Hue de Perraud, alors maître de la maison d'Épailly (6).
On sait que Hue aurait été aussi, sans doute avant cette époque, précepteur de la baillie du Temple de Chalon.

Le nom du prédécesseur immédiat de Laurent de Beaune est plus certain ; ce fut le chevalier du Temple Hue de Villers (ou Villaribus) dont il est parlé dans le Procès à propos d'une réception faite par lui, vers 1293, en la chapelle du Temple d'Epailly ; en même temps que précepteur d'Epailly, Hue de Villers était aumônier du duc de Bourgogne (7).

Hue de Villers paraît avoir été appelé aussi de Chalon, d'après certain passage du procès, où il est dit que le précepteur d'Epailly, frère Hue de Chalon, chevalier, assista à un chapitre général tenu en 1295, à Paris, par Jacques de Molay (8).
Quant à Hue de Perraud, il revint parfois à Epailly ; un prêtre du diocèse de Langres, Guillaume de Bissey, ayant été reçu à Epailly, par le visiteur, en 1295 environ, en présence du frère Etienne chapelain de la maison. Guillaume de Bissey ne tarda pas à devenir chapelain du grand-maître (9).

Epailly ne fut donc pas une simple maison du Temple, et nous supposons que cette commanderie eut rang de baillie; dans ce cas, Epailly aurait eu deux précepteurs, l'un de la baillie, l'autre de la maison, ce dernier étant en 1299, frère Robert de Venizy (10).
Or, Hue de Villers ou de Chalon était toujours à Epailly, puisqu'il y recevait encore en 1301, au mois d'août, en présence de divers Templiers, dont Robert de Venizy, appelé ici Lescolhe, précepteur de la maison d'Epailly, et Thomas, précepteur du Temple de Saint-Marc (11).

Hue dut toutefois quitter Epailly pour la maison du Temple de Thors ; c'est de là qu'il réussit à prendre la fuite, lors de l'arrestation des Templiers.
Précepteurs de la baillie d'Epailly
— vers 1285, frère Hue de Perraud, chevalier;
— vers 1293-1301, fr. Hue de Villers ou de Chalon, chevalier;
— 1304-1307, fr. Laurent de Beaune, sergent.
Précepteur d'Epailly
— vers 1299-1301, frère Robert Lescolhe, de Venizy, sergent.
Epailly, ferme commune de Courban
— Espallei, 1221 (Val-des-Choux, H 232)
— Espailei, Espailé, 1232 (Maison du Temple Epailly, H 1185)
— Espailli, 1233 (Maison du Temple Epailly, H 1185)
— Espaileium, Espailleium, 1234 (Maison du Temple Epailly, H 1184)
— Espaileiacum, 1238 (Maison du Temple Epailly, H 1184)
— Domus Hospitalis Sancti Johannis Jerusalem, de Espaillis, 1336 (Charmasse, cartulaire de l'église d'Autun, III, 220)
— Epailly, XVIIIe siècle (Cartes de Cassini)
1. Procès des Templiers, tome I, pp. 70 et 71.
Philipe de Voet prevost de l'eglese de Poytes, et Johan de Jemville huisser d'armes nostre segnor le Roy, deputez sus l'ordenance de la garde des Templers es provinces de Sens, de Roem et de Rems, à nostre amez frere Lorent de Biame, jadis commandaur de Apuli, et aus autres freres qui sont en prison de Sans.
2. Procès des Templiers, tome II, page 80.
Fratribus Laurencio de Belna, alio dicto de Bretanay.
3. Procès des Templiers, tome I, page 591.
Fratre Laurencium de Belna preceptorem de Mormant Lingonensis diocesis, qui fuit combustus Parisius.
4. Procès des Templiers, tome I, page 591.
Receptus per fratrem Laurencium de Belna preceptorem de Mormant Lingonensis diocesis, qui fuit combustus Parisius, in capella domus Templi de Corgemin Lingonensis diocesis.
6. Procès des Templiers, tome I, page 395, et t. II, page 364.
Requisitus quomodo sciebat predicta, respondit quod quando ipse fuit receptus per fratrem Hugonem de Peraldo, tunc preceptorem d'Espalhi, in aula domus Templi de Valleia Trecensis diocesis.
7. Procès des Templiers, tome I, page 350.
Receptus fuerat, ut dixit, a fratre Hugone de Villaribus, preceptore condam de Espulhi Lingonensis diocesis.
8. Procès des Templiers, tome I, page 628.
9. Procès des Templiers, tome II, page 297.
Frater Guillermus de Biceyo Lingonensis diocesis, capellanus majoris Magistri dicti ordinis, eodem modo juratus et interrogatus de tempore et modo sue recepcionis, dixit per juramentum suum quod duodecim anni vel circa sunt elapsi quod ipse fuit receptus apud Espeilleyum dicte diocesis Lingonensis, per fratrem Hugonem de Paraudo preceptorem tunc ballivie Francie.
10. Procès des Templiers, tome I, page 297.
— Robert paraît avoir été, dans la suite, précepteur de la maison du Temple de Châtillon-sur-Seine (voyez ci-dessus).
11. Procès des Templiers, tome II, page 53.
Fratrem Hugonem de Cabilone militem, quem credit vivere, circa instans festum Assumptionis beate Marie erunt X anni vel circa, in capella domus Templi de Espalhiaco diocesis Lingonensis, presentibus fratribus Roberto Lescolhe preceptore dicte domus Stephano de Biceyo presbitero dicte domus, et Thoma preceptore de sancto Medardo, deffunctis.
Top

 

Baillie de Mormant — Mormant
Département: Haute-Marne, Arrondissement: Chaumont, Canton: Arc-en-Barrois, Commune: Leffonds - 52

Maison du Temple de Mormant
Maison du Temple de Mormant

— La maison du Temple de Mormant, qui avait chapelle, était du diocèse de Langres, bien qu'elle soit indiquée parfois comme du diocèse de Troyes : « domus de Mormant », « de Mormantio », « in Mormant de Borgondia. »

Mormant était de fondation toute récente en tant que possession du Temple, et les Templiers venaient de l'acquérir (« de novo acquisita »), ainsi que le raconte l'un d'eux reçu, en 1304, en cette maison (1).
Un autre, nommé Henri de Faverolles, nous apprend par l'interrogatoire qu'il subit en mars 1311, que lui et d'autres, qui tous étaient convers ou donnés de l'hôpital de Mormant, avaient reçu l'habit du Temple, alors que l'hôpital était devenu maison du Temple, en la chapelle de la maison, des mains de Laurent de Beaune : « [ipse et alii] qui omnes erant conversi seu donati hospitalis de Mormantio, Lingonensis diocesis, cum dictum hospitale pervenisset ad Templarios, fuerunt recepti »; c'était en 1301, au temps de l'Avent (2).

Il y avait donc eu un hôpital à Mormant, et cet hôpital avait été transformé en maison du Temple, très probablement dans le courant de l'année 1300. Cette transformation ne dut pas se faire sans solennité ; il est certain que le visiteur de France vint à Mormant cette année même, car deux des Templiers interrogés dans la suite prétendirent avoir été reçus à Mormant, en octobre 1300, par Hue de Perraud en personne, en présence de divers personnages dont le maréchal du Temple, et le chapelain de la maison, frère Julien (3).

Julien, nommé aussi Julien « de Dinisel », ne fut pas le seul chapelain de la nouvelle maison de Mormant, il y en eut un autre nommé Gautier de Bure, qui fut également infirmier de l'Ordre (4) ; quant à Laurent de Beaune, que nous avons dit avoir été le dernier précepteur de la baillie d'Epailly, il aurait été le premier précepteur de la baillie de Mormant, de 1300 à 1304 tout au moins, d'après divers témoignages B. Laurent était encore à Mormant à la fin de l'année 1303 et se déplaçait parfois, puisqu'on le trouve, à la Saint-Martin d'hiver, au Temple de Corgebin (6) ; son successeur fut peut-être un chevalier nommé Guillaume de Lorraine, qui reçut à Mormant, en 1305, au moment de Pâques (7).
Précepteurs de Mormant
— 1300-1303, frère Laurent de Beaune, sergent.
— vers 1305, frère Guillaume de Lorraine, chevalier ?
1. Procès des Templiers, tome I, pages 188.
Requisitus ubi et a quibus fuerat receptus in dicto ordine, respondit quod in dicta diocesi Lingonensi, in domo Templi vocata Mormant, de novo acquisita, et fuit receptus, ut dixit, a fratre Stephano capellano ejusdem domus, et presentibus VI vel VII fratribus ejusdem ordinis.
2. Procès des Templiers, tome I, page 634.
Frater Anricus de Favarolis serviens, Lingonensis diocesis, testis supra juratus, quadragenarius, non defferens mantellum ordinis, quia ipsum accommodaverat cuidam fratri non habenti, et ex tunc rehabuerat, et voluntarie radi fecerat sibi [barbam], quinquaginta quinque annorum vel circa, cum quo inquisitum fuerat, non absolutus et reconciliatus per dominum archiepiscopum Remensem, lectis et diligenter expositis sibi omnibus et singulis articulis, respondit se nichil scire nec audivisse dici nec credit de contentis in dictis articulis nisi quod sequitur. Dixit enim quod ipse et fratres Adam, cujus cognomen ignorat, Viardus de Tivayez et Jacobus de Crevello, qui omnes erant conversi seu donati hospitalis de Mormancio Lingonensis diocesis, cum dictum hospitale pervenisset ad Templarios, fuerunt simul recepti in capella dicte domus de Mormancio, per fratrem Laurencium de Belna, combustum Parisius, in Adventu proximo preterito fuerunt novem anni, presentibus fratribus Juliano presbytero, cujus cognomen ignorat, et Petro Bergerio, et aliis Templariis quorum non habet noticiam, in hunc modum: nam cum requisivissent panem et aquam et societatem ordinis, dixit eis quod bene deliberarent, quia religio Templariorum erat durior et asperior quam religio quam ipsi tenuerant.
3. Procès des Templiers, tome I, page 620.
Fratrem Hugonem de Penrado visitatorem Francie, in capella domus Templi de Mormant Lingonensis diocesis, presentibus fratribus Guidone de Roche Talhada, Aymone de Oyselier militibus, et Guidone de Lingonis serviente.
3. Schottmuller, tome II, page 175.
4. Schottmuller, tome II, page 184.
5. Procès des Templiers, tome I, page 435.
Recipi, sunt circiter octo anni, fratrem Petrum de Relanpont servientem, in capella domus Templi de Mormant Lingonensis diocesis, per fratrem Laurencium preceptorem dicte domus, presentibus fratribus Johanne et Jacobo agricolis, dicte domus servientibus.
5. Procès des Templiers, tome II, page 112.
Lectis et diligenter expositis sibi omnibus et singulis articulis, repetita protestacione predicta, respondit se nescire, nec credere, nec audivisse adici de contentis in eis nisi quod sequitur. Dixit nempe quod ipse et frater Arnulphus serviens, cujus cognomen et patriam ignorat et an vivat, fuerunt simul recepti, in crastinum instantis festi nativitatis Johannis Baptiste erunt X anni, in capella domus Templi de Mormancio Lingonensis diocesis, per fratrem Laurencium de Belna tunc preceptorem dicte domus.
5. Procès des Templiers, tome II, page 369.
Recepcionis, dixit per juramentum suum quod fuit receptus apud Mormentum diocesis Trecensis, per fratrem Laurencium de Belna preceptorem dicte domus, quatuor anni sunt in festo Magdalene instanti proximo preterito, presentibus fratre Juliano capellano dicte domus
6. Procès des Templiers, tome I, page 591.
Dixit enim quod ipse fuit receptus per fratrem Laurencium de Belna preceptorem nunc de Mormant Lingonensis diocesis, qui fuit combustus Parisius, in capella domus Templi de Corgemin Lingonensis diocesis, circa festum sancti Martini hiemalis proximo preteritum fuerunt VII anni vel circa, presentibus fratribus Anrico de Maysons, Christiano de Bici, Egidio de Vollenis et Viardo de Bictes servientibus, Lingonensis diocesis.
7. Procès des Templiers, tome I, page 586.
Receptus fuerat in capella domus Templi de Marmant Lingonensis diocesis ante diem, die Jovis post instans festum Resurrectionis Domini erunt sex anni vel circa, per fratrem Guillermum de Lotoringia militem.
Top

 

Sources: Trudon-des-Ormes, Liste des Maisons et de quelques Dignitaires de l'Ordre du Temple, en Syrie, en Chypre et en France. D'Après les pièces du Procès des Templiers. Revue de l'Orient Latin, tomes V, VI, VII. Ernest Leroux, Editeur. Paris 1897, 1898, 1899.
Trudon-des-Ormes visité 90821 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.