Les Sceaux

Voici une petite liste de sceaux que les Templiers utilisaient, que ce soit des Commandeurs du Temple, des preceteurs, des Visiteurs Cimarin, des Grands-Maîtres, des Dignitaires, des commandeurs de province, sceau personnel de precpteur, sceau personnel de chevalier, des maisons ou "Domus Templi" ou des commanderies.

Malheureusement, les sceaux français sont rares, c'est pourquoi, vous en verrez certains d'Angleterre ou d'Aragon.

Il fût utilisé par le Grand Maître Pierre de Montaigu

La boule du Temple recto et verso
+ SIGILLUM: MILIUM
Les Templiers et les Croisades
+ DE TEMPLO: CRISTI
Les Templiers et les Croisades

On peut traduire au mot à mot: sigillum militum de templo xristi
sigillum => Sceau
militum =>Milice
de templo => du Temple
xristi => Christ

Sceau de la Milice du Temple (de Salomon) et du Christ.
Ce qui donne, le nom primitif de la Milice du Temple.
Ou: Sceau de la Milice du Christ et du Temple de Salomon

La Tube du Maître de l'Ordre

Les Templiers et les Croisades
+: S': TUBE: TEMPLI: XPI:

Ce Tube était celui du Grand Maître Renaud ou Regnaud de Vichier

Le sceau des visiteurs Cimarin

Les Templiers et les Croisades
+: SIGILUM: MILITUM: XPISTI:

Ce sceau était celui de Renaud ou Regnaud de Vichier, à la fois Grand Maître de l'Ordre et Visiteur Cimarin

Le sceau des visiteurs Cimarin

Les Templiers et les Croisades
+: SIGILUM: MILITUM: XPISTI:

Ce sceau était celui de Geoffroy de Vichier

Sceau à l'Agnus Dei

Les Templiers et les Croisades
+ SIGILLUM TEMPLI

Ce sceau était celui du Grand Maître d'Angleterre: Frère Robert de Samford: "Milice Templi in Anglia minister humilis"

Sceau du Grand Maître du Poitou

Les Templiers et les Croisades
+ SIGILLUM MILITUM TEMPLI

Ce sceau était à Frère Amblard: "preceptor humilis domorum milice templi in Aquitania"

Contre-sceau du Maître de France

Les Templiers et les Croisades
+: SECRETUM: TEMPLI

Ce sceau était à André de Colours: "domorum Templi Francia preceptor"

Sceau des Maisons et Commanderies

Les Templiers et les Croisades
+ SIGILL' TEMPLI DOMINE DE...

c'est un sceau anglais, je l'ai choisi car on peut encore lire presque tout le texte.

Sceau des Maisons et Commanderies: Aragon

Les Templiers et les Croisades
+ S' COMMAND...... BARBERA

Sceau personnel de Dignitaire: Frère Guillaume de Beaujeu

Les Templiers et les Croisades
+ S': FRATRIS: G: BELLI: IOCI

Sceau personnel de Precepteur: Frère Guillaume de Gonesse

Les Templiers et les Croisades
Sans aucun texte

Sceau de Frère Guérin de l'Aubépain: precepteur de Saint-Georges à Lyon

Les Templiers et les Croisades
+ S' FRIS GIRINI D'ALBESPINA

Sceau personnel de Frère Robert, Templier du pays de Retz

Les Templiers et les Croisades
+ . S . FRIS . ROBERTI .

Abraxas Panthée

Le bouclier du Panthée porte souvent les caractères:
Ι - Α - Ω
Les Templiers et les Croisades
C'est l'initial de Ι η σ ο ΰ ς ou Jésus, avec l'alpha et l'oméga, vision gnostique du Christ tiré de l'Apocalipse, qui se montre ici avec son bouclier, le protecteur de ses adeptes.

Neuf Sceaux de l'Orient Latin - (Planche I et II)

J'ai reçu d'Orient ou acquis depuis quelque temps à Paris un certain nombre de sceaux fort précieux se rapportant à l'histoire de l'Orient latin. Presque tous sont inédits. On sait la rareté extraordinaire de ce genre de monuments et l'intérêt très grand qu'ils présentent.

 

1. Sceau de plomb des Aumônes de la Confraternité d'Acre

Aumônes de la Confraternité d'Acre


+ ELEMOSINA . F[RATE]RNITATIS ACCO(nensis).
Aumônes de la Confraternité d'Acre.

Les saints Pierre et André entre les sigles de leurs noms: S. P. S. A. - Saint Pierre tient, les clefs traditionnelles et un volumen - Saint André tient un livre des Évangiles.

Rev. + IN . HONORE . DI . 7 . (pour ET). XP[IS]- T[I]ANITATIS . En honneur de Dieu et de la Chrétienté.

Le Saint-Sépulcre avec son toit en tronc de cône, entre le soleil et la lune. Ce magnifique sceau, dans un superbe état de conservation, m'a été apporté de Tyr. C'est peut-être celui de la fameuse Confrérie de Saint-André d'Acre, confrérie moitié religieuse, moitié militaire, qui joua un grand rôle dans la défense de Saint-Jean d'Acre, en 1188. Je n'ai trouvé aucun renseignement sur les confréries de charité de Terre-Sainte dans le beau livre du Dr Prutz intitulé: « Kulturgeschichte der Kreuzsuge. » Ces confréries devaient avoir pour objet principal le rachat des captifs et les soins à donner aux pèlerins et nouveaux arrivants malades ou nécessiteux.

2. Sceau de plomb de Girard de Montolif, vicomte de Tripoli

Sceau de Girard de Montolif

+ S . GIRARDI . VICECOMITIS
Ecu portant trois jumelles (1)

Rev. + CIVITAS TRIPOLIS

La cité de Tripoli sous la forme d'une porte de ville crénelée, flanquée de deux tours surmontées chacune d'une guette à coupole hémisphérique.

Un autre exemplaire, publié par Paoli et reproduit par lui sous le numéro 40 de sa planche IV, était appendu, du temps de cet auteur, à un document en date du mois de mars 1181 ou du mois de juin 1184 (2) conservé aux Archives de Malte. Cet exemplaire a aujourd'hui disparu.

Un troisième exemplaire se trouve décrit dans un document en date de 1182, publié dans G. Muller, Docum. sulle relaz. delle citta toscane collection Oriente, etc., p. 24.

1. Du Cange (Familles d'Outre-mer, édition E. G. Rey, p. 557) dit que les armes des Montolif étaient « un escu chargé d'un lyon rampant, ayant pour cimier un dragon ». Voyez le sceau de Pierre de Montolif, bouteiller de Chypre.

2. Codice diplomatique, t. I, pages 71 et 76. Paoli a négligé de nous dire auquel de ces deux documents, dans chacun desquels figure le vicomte Girard, était appendu ce sceau qu'il a reproduit sous le numéro 40.

3. Sceau de plomb de Guillaume, vicomte de Tripoli

Sceau de Guillaume, vicomte de Tripoli

+ S GVILLELMI: VICECOMITIS
Ecu portant deux fasces.
Rev. + CIVITAS TRIPOLIS

La cité de Tripoli sous la forme d'une porte de ville, etc. Au dessus une étoile; au dessous un croissant renversé.

On connaît deux Guillaume qui ont été vicomtes de Tripoli (1). Un premier a été témoin de plusieurs actes entre 1145 et 1174. Un second a été témoin de divers actes de 1236 et 1241. Je pense que ce sceau appartient plutôt au plus ancien de ces deux personnages.

1. Voyez Familles d'Outre-mer, édition E. G. Rey., p. 495.

4. Sceau de bronze anonyme du châtelain de Nicosie

J'ai acquis d'un antiquaire de Venise une matrice de sceau de bronze portant la légende

Sceau anonyme du châtelain de Nicosie
+ CASTELLVM NICOSSIE

Château de Nicosie (1). C'est une des très rares matrices de sceau de bronze provenant de l'Orient, où Latins comme Byzantins scellaient presque toujours au moyen de la bulle de plomb. C'est, en outre, le premier sceau connu du château de la capitale royale cypriote. Il servait certainement à sceller les actes du châtelain ou du vicomte. Ce sceau porte, en outre de la légende déjà décrite, la représentation de la grande porte du château surmontée d'une haute tour crénelée et flanquée de deux tours moindres. Cette représentation offre une assez grande ressemblance avec celle qui figure sur certaines monnaies de bronze fort rares attribuées au roi Henri Ier de Chypre (2) pour qu'on puisse attribuer le sceau à l'époque de ce prince, c'est-à-dire à la première moitié du XIIIe siècle. J'ai vainement cherché dans les auteurs quelques renseignements sur le château de Nicosie (était-ce le même que le fameux château du Temple ?). D'après ce que je crois, il ne doit en subsister aucune trace.

1. Le graveur, par erreur, a écrit NIEOSSIE.
2. Voyez ma Num. de l'Orient Latin, p. 187, pl. VI, 10.

5. Sceau de plomb de Raymond du Puy, grand maître de l'Hôpital

Sceau de Raymond du Puy


+ RAIMVNDVS CVSTOS

Le grand maître agenouillé devant la croix à double traverse flanquée d'un alpha et d'un oméga.
Rev. + HOSPITALIS . IHERVSALEM

Personnage traditionnel couché sous l'édifice du Saint-Sépulcre à triple coupole. Une croix à ses pieds ; une autre à son chevet. Une lampe est suspendue à la voûte. Un encensoir aux pieds du personnage, agité par une main invisible.

Raymond du Puy est le plus ancien haut dignitaire de l'Ordre dont on connaisse le sceau. Paoli en a publié un exemplaire qui était appendu à un document conservé aux Archives de Malte, en date de 1134 (1). Cet exemplaire est aujourd'hui perdu. Celui que je publie est le seul que je connaisse actuellement existant.

1. Codice diplomatique, t. I, p. 202, planche VIII, nº 1. Reproduit d'après Paoli par Paciaudi et par P. Ant. Paoli.

6. Sceau de Bertrand Texi

Sceau de plomb de Bertrand Texi, grand maître de l'Hôpital (1230-1240)
Sceau de Bertrand Texi

+ FR . BERTRANDVS CVSTOS .

Le grand maître à droite agenouillé devant la croix à double traverse entre l'alpha et l'oméga.

7. Guillaume de Châteauneuf

sceau de plomb du grand maître de l'Hôpital, Guillaume de Châteauneuf (1251-1260)
Sceau de Guillaume de Châteauneuf

Rev. + HOSPITALIS . IHERVSALEM .

Sceau provenant de Tyr. - On ne connaissait pas jusqu'ici le sceau de ce grand maître (1).

M. P. Savoye, consul de France à Tripoli, a bien voulu se dessaisir en ma faveur d'un magnifique exemplaire de sceau de plomb du grand maître de l'Hôpital, Guillaume de Châteauneuf (1251-1260), trouvé en même temps que celui de son contemporain Guillaume, vicomte de Tripoli (2). On ne connaissait jusqu'ici qu'un seul exemplaire de ce sceau. C'est celui qui est encore aujourd'hui conservé aux Archives de Malte, appendu à un document en date du mois de mai 1243, et qui a été reproduit par Paoli sous le numéro 8 de sa planche VIII. M. Jean Delaville Le Roulx en a donné également une reproduction à la page 19 de sa Note sur les sceaux de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Ces deux figures sont malheureusement si défectueuses que je n'hésite pas à faire reproduire mon exemplaire.

1. On sait que, jusqu'à Guarin de Montaigu (1206-1230) inclusivement, la légende du droit sur les sceaux des grands maîtres se compose uniquement du nom du grand maître suivi du titre de Custos. Par contre, à partir de Guérin, cette même légende s'augmente du mot Frater écrit en entier, précédant le nom du titulaire. Sur le sceau nº6 on lit Fr. et non Frater. Je crois donc devoir l'attribuer à Bertrand de Texi, successeur de Guarin de Montaigu et prédécesseur de Guérin plutôt qu'à Bertrand de Comps, successeur de Guérin (1244-1248).
2. Cf. ci-dessus, nº 8.

8. Sceau de Vitalis Druro

Buste de face de saint Jacques le Majeur.
Sceau de Vitalis Druro

SANCTVS . IACOBVS, dans le champ.

Rev. + SIGILLVM VITALIS DRVRO
Monogramme constitué par les caractères grecs NOIA (?).

Ce sceau fort curieux, du XIIe plutôt que du XIIIe siècle, m'a été apporté de Tyr. L'aspect du droit est tout byzantin, sauf que le nom du saint est écrit en caractères latins. Au revers, l'aspect de la légende est plus occidental. Mais que vient faire dans le champ ce monogramme où semble bien figurer un oméga et que je ne puis du reste déchiffrer ? Le nom de Vitalis Druro doit être celui de quelque négociant italien, peut-être bien vénitien, établi à Tyr ou dans quelque autre ville des côtes de Syrie.

9.

Sceau des porte-aiguillon


Je donne sous ce numéro la reproduction d'une curieuse matrice de sceau en bronze, qui m'a été envoyée de Smyrne. Autour d'un écu portant un lion couronné à droite, on lit l'inscription: + S(igillum) STACELEFEROR(um), inscription en caractères du XIVe siècle que je ne puis parvenir à déchiffrer. Quelle était cette association de Stassiliferi ?

M. Salomon Reinach me communique la note suivante: « Les stacéléphores sont peut-être des « porte-aiguillon », Stackeltraeger, quelque chose comme des porte-étendards. En vieil allemand, Stackel, pointe ou pieu, se dit Stachila, d'où Stacila dans le composé hybride qu'on lit sur la légende du sceau. »
Sources: Gustave Schlumberger, Revue de l'Orient Latin, tome II, page 181, Paris 1894

Les sceaux de l'Ordre du Temple et du maître de Provence

Fac-Similé des Sceaux de l'Ordre du Temple et du Maître de Provence
Insérés dans le Manuscrit de Jean RAYBAUD

Le sceau de l'Ordre était de plomb. Il représentait d'un côté deux chevaliers armés, tenants chacun une lance, montés sur le même cheval et de l'autre le Temple de Salomon avec cette légende autour : Sigillum militum Christi de Templo.
Il était pendant à un acte passé, l'an 1175, avec le grand maitre Eudes de Saint-Amand et Guérin, abbé du Monthabor (1).
1. Chartes portées à Malte en 1741, n° 111.
Il est aussi à un accord passé, l'an 1221, entre le grand maître Pierre de Montagu et frère Guérin de Montagu, grand maitre de l'Hôpital (2).
2. Codice diplomatico tome I, page 113, et tables des sceaux, n° 51.

frère Thomas Bérard
Sceau frère Thomas Bérard

I. Sceau du grand maitre frère Thomas Bérard, en cire blanche, où sont aussi représentés les deux cavaliers avec ces mots autour : Sigillum militum Christi.
Il est pendant à une transaction qu'il passa, l'an 1262, avec frère Hugues Revel, grand maître de l'Hôpital (3).
3. Chartes portées à Malte en 1741, n° 328.

grand commandeur de deçà la mer
Sceau Grand-commandeur de deçà la mer

II. Sceau du maître ou grand commandeur de deçà la mer. Il est de cire, et est pendant à la sentence rendue, l'an 1196, par Imbert d'Aiguière, archevêque d'Arles, commissaire délégué du Saint-Siège, entre frère Pierre de Cabrespine, commandeur de Montpellier, et le chapitre de Maguelone.
Il est fait de la même manière que le sceau précédant.

Sceau du maître de Provence et Aragon
Sceau du maître de Provence et Aragon

III. Sceau du maître de Provence et Aragon, dont il se servait pour sceller ses lettres patentes et tous les actes qui regardaient sa maîtrise. Il a autour cette légende : S. Provincie et Aragonie.
Il était en cire.

Sceau du maître de Provence et Aragon
Sceau du maître de Provence et Aragon

IV. C'est le sceau de ce maître. Il fut fait, vers le milieu du XIIIe siècle, lorsque l'Aragon et la Catalogne furent détachés de sa maîtrise.
Il y a ces mots autour : S. preceptoris Provincie.
Dans le couvent d'Acre on ne lui donnait que le titre de commandeur de Provence.

Les commandeurs avaient chacun leur sceau particulier. Leurs armoiries y étaient représentées. Les maîtres de Provence et Aragon scellaient quelquefois du sceau qu'ils avoient, lorsqu'ils n'étaient que commandeurs, les actes où ils intervenaient, et qui concernaient pourtant leur maîtrise. Le sceau de frère Arnaud de Torroge est cependant à une permission que Raimond, abbé de Saint-Gilles, lui donna, l'an 1169, de bâtir une église. Ses armes étaient un lion et celui de frère Pons de Rigaud est à la donation qu'Imbert, archevêque d'Arles, lui fit, l'an 1193, de l'église de Saint-Pierre de Campublic.
Sources: M. Jean Raybaud. Histoire des Grands-Prieurs et du Prieuré de Saint-Gilles. Mémoires de l'Académie de Nîmes, VIIe série, Tome XXVIII, page 339. Nîmes 1905 - Bnf