Les Templiers   Personnages des Croisades   Les Croisades

Quelques personnages qui ont participés aux Croisades

Chevaliers de Picardie et d'Artois aux croisades

Première croisade

De 1096 à 1145, commencée sous le pontificat d'Urbain II.
Pierre l'Ermite, né dans les environs d'Amiens, moine éloquent et enthousiaste, revint de la Terre-Sainte dans les dernières années du onzième siècle, racontant les persécutions qu'enduraient les chrétiens d'Orient et les outrages auxquels le tombeau du Sauveur des hommes se trouvait chaque jour exposé. Ses paroles émurent tous les cœurs. Le pape Urbain II ne tarda pas à se rendre lui-même en France pour y prêcher la croisade et assembla dans ce but un concile à Clermont d'Auvergne. Princes et chevaliers prirent la croix avec enthousiasme, en s'écriant : Dieu le veut ! Dieu le veut !

Seconde croisade

De 1145 à 1188. Commencée sous le pontificat d'Eugène III.
L'éloquence de St-Bernard détermina la seconde croisade. Louis-le-Jeune, entraîné par ses pathétiques exhortations, prit la croix à Vézeiay, en Bourgogne, et fut le premier roi de France qui fit le voyage de la Terre-Sainte. Conrad, empereur d'Allemagne, suivit l'exemple de Louis-le-Jeune. Mais le succès ne couronna pas cette expédition ; le roi, cependant, se couvrit de gloire au passage du Méandre, sous les murs d'Antioche et de Ptolémaïs. Il revint en France en 1149. - Evrard de BRETEUIL. Il périt en 1148 dans les plaines de Laodicée—Manassés de BULLES — Enguerrand II de COUCY. Fils de Thomas de Coucy, qui prit part à la première croisade — Dreux de MONCHY. Les titres de l'abbaye de Saint-Jean-d'Amiens ont fourni la preuve que Dreux de Monchy accompagna Louis-le-Jeune dans la Terre-Sainte. Il ne faut pas le confondre avec Drogon ou Dreux de Mouchy qui s'était croisé en 1096 — Hugues TYREL, sire de POIX — Gui II, comte de PONTHIEU. Guillaume de Tyr nous apprend qu'il mourut à Éphèse — Bobert GUISCARD, comte de Roucy — Renaud de SAINT-VALERY — Gilles de TRASIGNIERS. Il mourut dans la Terre-Sainte. Son corps, transporté en France, fut inhumé dans l'abbaye d'Olme.

Troisième croisade

De 1188 à 1195, commencée sous le pontificat de Clément III.
Saladin, sultan d'Egypte, persécutait les chrétiens d'Orient après avoir dépossédé Gui de Lusignan, roi de Jérusalem. Une troisième croisade se prépara. Philippe-Auguste et Richard Cœur-de-Lion la commandèrent ; la dîme saladine pourvut aux frais de l'expédition. Les chevaliers français portaient la croix rouge ; la couleur blanche fut choisie par les Anglais ; la verte par les Flamands. Les historiens rapportent que la gloire de Richard d'Angleterre fit ombrage à Philippe-Auguste et le détermina à revenir en France peu de temps après.

AUBRY de Boulogne — Jacques D'AVESNES. Les historiens des croisades se sont plu à raconter les nombreux exploits de Jacques d'Avesnes dont la valeur fut souvent comparée à celle de Richard-Cœur-de-Lion. Jacques d'Avesnes périt à la bataille d'Arsur. Il combattait encore après avoir perdu une jambe et un bras, et expira en s'écriant : Richard, venge ma mort ! — Renaud, comte de BOULOGNE — Raoul,sire de COUCY. Il avait épousé Alix de Dreux, petite-fille de Louis-le-Gros. Tué au siège d'Acre en 1191 — Herman de CREQUY. Fils de Baudouin de Créquy qui périt dans la première croisade — Dreux II, sire de CRESSONART — Enguerrand de CREVECOEUR — Albéric CLEMENT. Il mourut au siège d'Acre en 1191 — Raoul Ier, comte de CLERMONT en Beauvaisis et connétable de France. Tué en 1191, au siège d'Acre — Odon de GUINES — Aléaume de FONTAINES, majeur d'Abbeville. Il mourut à Constanlinople en 1105 — Florent Ier de HANGEST. Tué au siège d'Acre — Adam de LAON — Dreux de MELLO, connétable de France — Guillaume de MOUY — Clérambault de NOYERS — Hugues D'OLMAIN — Jean Ier, comte de PONTHIEU. Mort en 1191 au siège d'Acre. Son corps fut transporté en France et déposé dans l'abbaye de Dommartin — Hugues de Camp d'Avesne, comte de SAINT-POL. Il se croisa en 1190 — Gui IV de SENLIS, grand-bouteiller de France — Jean Ier, seigneur de SAINT-SIMON — Bernard de SAINT-VALERY. Mort au siège d'Acre — Raoul de Nesle III, comte de SOISSONS. — Renaud de SOISSONS. Il devint maréchal du royaume de Chypre où ses descendants se fixèrent — Othon de TRASIGNIES, seigneur de Silly.

Quatrième croisades

De 1195 à 1198, commencée sous le pontificat de Célestin III.
Après la mort de Saladin, l'empereur d'Allemagne, Henri VI, et un grand nombre de princes séculiers ou ecclésiastiques de l'Empire prirent la croix. Marguerite de France, sœur de Philippe-Auguste et reine de Hongrie, conduisit elle-même un corps de troupes à l'armée des croisés. La France ne participa point à cette expédition que nous ne mentionnons ici que pour ne pas interrompre la série des croisades.

Cinquième croisade

De 1198 à 1220, commencée sous le pontificat d'Innocent III.
Elle fut prèchée en France par Foulques, curé de Neuilly. Thibaut, comte de Champagne, et Baudouin, comte de Flandre, étaient au nombre des croisés. On y remarquait aussi le doge de Venise et le célèbre Simon de Montfort. Baudouin fut élu empereur de Constantinople en 1204, après la prise de cette ville par l'armée chrétienne.

Guillaume et Gilles D'AUNOY. Ce dernier mourut pendant la croisade — Conon de BETHUNE. L'un des principaux chefs de l'expédition. Il devint gouverneur de Constantinople et seigneur d'Andrinople — Barthélémy de BETHUNE — Anselme et Eustache de CAYEUX. Le premier fut régent de l'empire de Constantinople et épousa la fille de Théodore Lascaris, empereur des Grecs — Dreux de CRESSONSART — Enguerrand de FIENNES. Il périt dans un combat. Thomas de Fiennes avait pris la croix avec Enguerrand de Fiennes son père — Eudes, seigneur de HAM — Nicolas de MAILLY. Il se trouva en 1204 à la bataille d'Adramitium — Nicolas de MAILLY. Quelques historiens le confondent avec le précédent. Celui-ci fût chevalier de Saint-Jean-de-Jérusalem, maréchal de son ordre et grand-prieur d'Auvergne. Mort au siège de Damiette — Bernard III de MOREUIL. Il se trouva à la prise de Constantinople et en rapporta la Sainte-Larme, relique vénérée dont il fit don à l'abbaye de Selincourt — Bobert de Waurin, sire de SAINT-VENANT et avoué de Lillers.

Sixième croisade

De 1220 à 1248, commencée sous le pontificat d'Honorius III.
Frédéric II, empereur d'Allemagne, et André, roi de Hongrie, furent les principaux chefs de cette expédition à laquelle prirent part Thibaut V, comte de Champagne, et beaucoup de seigneurs français. Les annales des croisades n'en indiquent point qui appartinssent à la Picardie ou à l'Artois.

Septième croisade

De 1248 à 1268, commencée sous le pontificat d'Innocent IV.
Saint-Louis, roi de France, se croisa en 1248 avec Robert d'Artois, Alphonse de Poitiers et Charles d'Anjou, ses frères. Il prit Damiette en 1249 et fit éclater sa valeur à la bataille de la Massoure; mais la contagion ne tarda pas à détruire son armée. Fait prisonnier par les Sarrasins en 1250, il traita pour sa liberté, combattit encore quatre ans en Palestine et revint en France en 1254, après la mort de Blanche de Castille sa mère.

Bobert de France, comte D'ARTOIS, frère de Saint-Louis. Tué è la bataille de la Massoure en 1250 — Jean Ier, sire D'AUMONT — Daniel et Robert VII de BETHUNE. Robert mourut pendant l'expédition — Henri de BOUFFLERS — Baudouin de BEAUFORT. Tué à la bataille de la Massoure — Jean de BEAUFORT. Chevalier d'Artois — Robert de BOURNONVILLE — Henri CLEMENT, seigneur de Mez. Il descendait d'Albéric Clément, tué au siège d'Acre — Raoul, sire de COUCY. Il mourut à la bataille de la Massoure, en voulant sauver Robert de France, comte d'Artois, qui périt à ses côtés — Raoul de CREQUY. Il partagea la captivité de Saint-Louis — Robert de CRESSONSART, évêque de Beauvais, mort à Chypre — Enguerrand de LAMETH, mort au siège de Damas — Gilles Ier de MAILLY — Jacques de MAILLY, fils du précédent. Sa valeur fut si grande qu'on le surnomma le Saint-Georges des Chrétiens — Adam du MONT-SAINT-ELOY, prisonnier à la bataille de la Massoure — Philippe II de MANTEUIL. Seigneur du Plessier — Guillaume de PICQUIGNY — Mathieu Ier, sire de ROYE — Henri de ROUCY — Gui VI de SENLIS dit le Bouteiller, seigneur de Chantilly. Il mourut prisonnier en Egypte — Raoul de SOISSONS — Jean, comte de Soissons, surnommé le Bon par Joinville. — Gilles le Brun de TRASIGNIERS. Connétable de France. Il épousa la sœur de Joinville.

Huitième croisade

1270, commencée sous le pontificat de Clément IV.
Saint-Louis revint sur les plages d'Afrique en 1270. Il venait de prendre Carthage et allait se couvrir d'une gloire nouvelle lorsque la peste le ravit à son année.

Philippe-le-Hardi, son fils et son successeur, l'avait accompagné en Afrique et rapporta pieusement en France les restes de ce prince dont les vertus charmèrent les émirs et que l'Eglise plaça parmi ses saints les plus vénérés.

Ce sont les chevaliers qui durent aler avec le roy Sainct Loys Oultre Mer et les convenances qui furent entre eulx et le roy, l'an Mil CC. LXIX.

« Monsieur Mahi de ROYE (1) ira soy huitiesme de chevaliers et mangeront à court et aura deux mil livres et deux cens livres de don privé. Et doit avoir restor de chevaulx du roy, à la coustume le roy, et le passaige ; demonrront ung an luy et ses gens, lequel an commancera si tost comme ilz seront arrivez à terre seche de la mer, et s'il advenoit que par acord ou par tourmant de mer, il convenit que l'on séjournast en ysle où le roy et là séjournassent, par quoi il y demouroit mer derrière eulx, l'année commanceroit quand ils seraient arrivez pour séjourner ; et si est à sçavoir que de ce qu'il donne à ses chevaliers, il leur doit payer la moictie de leurs dons là où l'année commance, et l'autre moictie quant la première moictie du demy an sera passée. Et si est à sçavoir que il doit passer à chacun banneret deux chevaulx, et à chacun qui n'est pas banneret ung cheval, et ly chevaulx » emporte ly garson qui le garde, et doit passer le banneret luy six de chevaulx.

« Le connétable (2) yra aussi, lui quinziesme de chevaliers, es mesmes conditions; mais il n'aura du roy que quatre mil livres tournois. »
« Monsieur Raoul de NERLE, soy quinziesme de chevaliers, quatre mil livres tournois, et mengeront à son ostel. »
« Monsieur Ansont DE FEMONT (3), soy dixiesme de chevaliers, vingt six cens livres tournois et mengeront à l'ostel le roy. »
« Monsieur Baudouyn de LONGUEVAL, soy quart de chevaliers, unze cens livres. »
« Monsieur Gille de MAILLY, soy dixiesme, trois mil livres, et passage et retour de chevaulx, et mengera à court. »
« Ly fourriers de VERNUEL, pour soy quatriesme de chevaliers, douze cens livres et mengera en l'ostel le roy. »
« Le comte de GUYNES, soy dixiesme de chevaliers, et mengera en l'ostel le roy, vingt six cens livres. »
1 - Messire Mathieu de ROYE.
2 - Le Connétable était alors Gilles de TRASIGNIES qui figure dans la septième croisade.
3 - Anselme d'OFFEMONT, seigneur de Thorotte.

« Le comte de SAINCT POL, soy trentiesme de chevaliers, pour passage, pour retour de chevaulx, pour menger, et pour toutes autres choses, douze mil livres, et deux mil livres de don privé. »

« Monsieur Aubert de LONGUEVAL, soy cinqiesme, unze cens livres, et passage et retour de chevaulx, et mengera à court. »

Cy sont les chevaliers l'hostel le roy, pour la voie de Tunes (Tunis)

Messire Guillaume d'AUNOY.
Messire Enguerrand de BAILLOIL.
Messire Jehan de CHAMBLY.
Messire Jehan de CHASTENOY.
Messire Simon de CONTES.
Messire Jean d'AMYENS.
Messire Raoul D'ESTREES.
Messire Pierre de LAON.
Ly sire de NERLE.
Messire Jehan de NERLE.
Le comte de PONTIZ (Ponthieu)
Le comte de SOIXONS.

Eustache D'AUXY et Philippe D'AUXY, son fils, armé chevalier par Saint-Louis ; Geoffroy de BRAUFORT, mort au siège de Tunis; le seigneur de FIENNES; Wauthier et Pieron de HAUTECLOCQUE firent aussi partie de la huitième et dernière croisade.

Archives Historiques et Ecclésiastiques de La Picardie et de l'Artois - Publiées par P. Roger, secrétaire particulier de M. le Préfet de la Somme et membre résidant de la Société des Antiquaires de Picardie. - Amiens - 1842.