Grands-Maîtres du Temple   Grands-Maîtres du Temple   Grands-Maîtres du Temple

Les Grands-Maîtres depuis le premier Hugues de Payns au dernier Jacques de Molay

Philippe de Milly ou de Naplouse
templiers-net Janvier 1156 ? - 3 avril 1171

Originaire de Picardie, le nouveau Maître naquit à Naplouse en Terre Sainte, dont il échangea la seigneurie contre celle de Montréal avec le roi Baudoin III.

Entré assez tardivement dans l'Ordre, il fut élu Maître après la mort de Bertrand de Blanquefort, puisque cette même année, il signe un titre du roi Amaury en faveur des Pisans. C'est tout ce que nous savons sur ce magistère.
Il se démit de ses fonctions en 1171, sans autre précision, pendant le voyage qu'il effectua avec le roi de Jérusalem à Constantinople.

Top

 

Philippe Naplouse - 1169-1171
Philippe de Milly (en Picardie), seigneur de Naplouse, où il est né, a été marié à Isabelle, fille du roi Baudouin III. Veuf, il entre dans l'Ordre du Temple en 1148. Elu Grand Maître en 1169, il démissionne de sa dignité avant la Pâque 1171, à l'occasion d'un voyage entrepris à Constantinople avec le roi de Jérusalem.
On ignore pourquoi, comme on ignore comment il achève sa vie ; sans doute dans un monastère cistercien, ainsi qu'il est d'usage pour tout Templier quittant l'Ordre.
Sous son magistère, Saladin prend le pouvoir en Egypte (mais reste le vassal de Nour-ed-Din) et met Amaury en déroute; il tente, en vain, d'assiéger Gaza, ville défendue par les Templiers, avant de mettre ses environs à feu et à sang pour se venger de son échec.
Au printemps 1170, un tremblement de terre ébranle la Syrie, ce qui suscite une trêve entre les différents camps.

Eudes de Saint-Amand >>>> Généalogie des Grands-Maîtres

Top

 

VIII - Philippe
Philippe, possesseur de Naplouse, en Syrie, entra dans l'Ordre et devint Grand-Maître. Il s'abdiqua volontairement en 1170.

L'histoire de Philippe est inconnue, ainsi que celle de l'Institut à cette époque, sauf quelques détails sans importance, comme l'établissement d'une maison à Brunswic.

Sources: Par feu Claude Mansuet Jeune. Chanoine Régulier de l'Ordre de Prémontré, Docteur en Théologie, Prieur de l'Abbaye d'Etival. Edité chez Guillot, Librairie de Monsieur, Frère du Roi, rue Saint-Jacques. Paris. M DCC. LXXXIX.
Top

 

La Maison de Milly durant les Croisades

Templiers.net
Blason de la Maison de Milly

La gloire la plus grande de cette chevaleresque lignée est la part considérable qu'elle prit aux guerres saintes et qu'attestent près de 80 chartes. De la première à la dernière croisade elle ne cessa de donner au Christ d'impavides soldats, d'arroser de son généreux sang la terre du divin Sépulcre.

Trois cents ans avant les chrétiennes vaillantises de Godefroy de Bouillon, le pape Jean VIII avait proclamé « que les victimes de la guerre sainte étaient des martyrs, et que leur sang, versé les armes à la main, entraînait la rémission de leurs péchés (1) » Guy de Milly, époux de Stéphanie de Flandre, accompagna le comte de Flandre, son seigneur et parent, à la première croisade et fit souche en Palestine d'une grande et glorieuse dynastie féodale, investie par les rois de Jérusalem des principautés de Naplouse (Samarie), de Montréal et de l'Arabie Pétrée.

Philippe de Milly, fils aîné de Guy, fut grand-maître des Templiers;
Garnier de Milly, dit « de Naplouse », tué à la bataille de Tibériade, fut grand-maître des Hospitaliers.


Vingt chevaliers du nom de Milly, outre Guy, Philippe et Garnier, se comptent parmi les défenseurs de la Terre Sainte:
Alfred, mort à la première croisade;
Henri, dit le Buffle, et Guy, dit le Français, frères du dit Philippe;
Baudouin, Raymond et Bohémond le Buffle (1150-1175);
Rainier, fils aîné du dit Philippe (1150-1178);
Etienne le Français, appelé aussi Etienne de Naplouse (1158-1168);
Guérin de Naplouse, chevalier du Temple (1175);
Baudouin le Français.(1178);
Pierre, sire de Milly, en Beauvaisis (1146);
Sagalon et Robert, templiers (1147-1179);
Robert, chevalier champenois, croisé en 1179 et 1189;
Sagalon, sire de Milly (Beauvaisis), et Pierre son fils aîné (1190);
Guillaume, sire de Milly en Gâtinais (1220);
Jean, chevalier et Trésorier du Temple (1214-1229);
Gautier de Milly (Champagne), en 1241;
Barthélemy, templier;
Foulques de Milly, aussi chevalier du Temple et commandeur de Sérier (1270-1309);
Pontus, Pierre et Jean, croisés 1372 pour aller au secours de l'Ordre Teutonique;
Pierre, chevalier de Rhodes en 1397;
Jacques, grand-maître des Hospitaliers en 1454;
Pierre, chevalier de Rhodes en 1472;
François de Milly de Thy, chevalier du même ordre (1547);
Puis plusieurs chevaliers de Malte, de 1602 jusqu'à nos jours.

Quel saisissant exemple de la perpétuité des traditions héroïques, de la constance héréditaire dans le dévouement à Dieu, dans le culte de l'honneur, dans l'esprit de chevaleresque sacrifice ! Historiquement, le cycle des croisades était depuis longtemps fermé, que cette race de preux bataillait toujours contre les Infidèles: tel, Antoine de Milly de Thy, commandant l'armée navale des Vénitiens, tué en 1669 en défendant Candie contre les Turcs.

Notons qu'à la chute du royaume de Jérusalem, les descendants de Henri de Milly, surnommé le Buffle, passèrent au service des rois de Chypre, où nous trouvons en 1374 Jacques le Buffle, chevalier, et j'incline à rattacher au même estoc « Nicolas de Milias », chevalier chypriote, vivant un siècle après (2).

Fidelis sed infelix ! C'est la devise des Milly de Thy ; elle pourrait être, comme pour tant d'autres maisons d'ancienne chevalerie: Plus d'honneur que d'honneurs ! Et pourtant, combien d'honneurs depuis neuf cents ans! Dès le XIIe siècle, les sires de Milly comptent parmi les châtelains de France, tant en Gâtinais qu'en Beauvaisis. Sous Philippe-Auguste, ils ont trois chevaliers bannerets.

A Jérusalem, dès la conquête, ils prennent rang parmi les hauts barons du royaume.
C'est la seule famille qui ait donné un grand maître à la chevalerie du Temple et deux grands maîtres aux Hospitaliers.

Pendant toute la période féodale, ils paraissent dans les chartes avec les qualifications les plus relevées: sire, monseigneur, noble et puissant seigneur. Au XIe siècle, ils ont un sénéchal de Champagne; au XIIIe, des baillis d'Amiens, d'Arras, de Mâcon, du comté d'Eu...
1. Archives de l'Orient latin, t. I, p. 2
2. Inventaire, 639,801.

Sources: Inventaire des titres de la Maison de Milly, par Le Vicomte Oscar de Paoli, président du Conseil Héraldique de France. Paris 1888

Eudes de Saint-Amand


Maitres du Temple visité 566310 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.