Quelques études sur les Templiers   Etudes templières   Les Croisades

Quelques études réalisées sur les Templiers

Home
Domaines du Temple en Seine-et-Marne
C'est une très importante étude sur les biens des Templiers et des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
Je dois le dire, il y a des lieux que je ne connaissais pas. Il y a aussi quelques lieux qui n'ont pas été rapportés, par exemple « Choisy-le-Temple », etc.

Provins
Au XIIe siècle les Templiers y élevèrent un hôpital qui devint la demeure de Nicolas Giresme, gouverneur de Provins au XVe siècle, sous le nom de Petite-Maison. Changée en ermitage, sa chapelle fut placée sous l'invocation de N.-D. De-la-Roche. Le nouvel asile devint le séjour des ermites Claude Riglet de Montgueux et Antoine Bara, du chevalier Fleurigny et du fils du major de Sedan, qui se retirèrent du monde pour faire pénitence en vivant dans une austérité invraisemblable. Christophe Opoix habita l'Ermitage où il mourut. A signaler encore les ruines de l'église de Refuge des moines de Preuilly ; l'hôpital de la Madeleine ou des Templiers ; les deux cimetières de la ville haute et de la ville basse...

Les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem comptent aussi parmi les plus importants propriétaires fonciers de la région, et leurs principaux établissements étaient à Melun, à la Maison Neuve près de Coulommiers, à la Croix-en-Brie, Rampillon, Monthyon ; il en faut rapprocher les maisons de Templiers à Charny, Jouarre, Chauffour, Coulommiers, La Ferté-Gaucher, Messy, Savigny, Rampillon, Choisy, Lagny, Trilbardou, La Trace, Saint-Mesmes, Villièrs-sur-Morin, Nanteuil-les-Meaux. Chaque maison avait sa ferme.

Les Anglais envoyèrent une nouvelle armée qui, après-un siège pénible, finit par emporter d'assaut la ville de Provins où ils mirent tout à feu et à sang. Le carnage fut horrible. Ils massacrèrent même les habitants réfugiés dans l'église Saint-Ayoul. Ils détruisirent l'hôtel des Templiers que le commandeur Girème habitait ; ils incendièrent le château de Montaiguillon et la commanderie de Rampillon.
Page 38

Vers la fin de sa vie, Thibaut IV avait falsifié sa monnaie et commencé par ébranler le crédit de la cité. Philippe-le-Hardi, on l'a vu, pour lutter contre les Albigeois, avait imposé au-delà des proportions ordinaires, aux habitants, des taxes qui avaient déterminé une grève, provoqué une émeute avec effusion de sang, dont il n'avait pu avoir raison qu'en envoyant sur les lieux un homme de guerre qui avait multiplié les emprisonnements et les exécutions. Vint ensuite Philippe IV-le-Bel, le prince des falsificateurs, des corrupteurs et des tracassiers. Il commença par se rendre impopulaire par ses persécutions contre l'évêque de Troyes, Guichard, et par son procès contre les Templiers dont faisaient partie, avec les Juifs et les Lombards usuriers, de très nombreux Champenois qui avaient aidé à la fondation des Temples.
Page 656

Les mesures agraires variaient suivant les paroisses ; la perche, base des grandes mesures était de 20 à 22 pieds, quelquefois de 19 pieds 4 pouces (Compans).

Avec la décadence des foires de Provins et de Lagny, au XIVe siècle, coïncida une crise agricole. Le procès des Templiers causa un désordre dans l'administration de leurs propriétés rurales importantes en Brie et Gâtinais ; la crise monétaire sous Philippe-le-Bel, les prêts usuraires par les Juifs et les Lombards installés surtout à Provins, Montereau, Bray, Lagny, Château-Landon, Coulommiers, Meaux, Melun, contribuèrent à développer le malaise. La disette de 1304 mit en péril les villes et les campagnes pour la question des subsistances ; Philippe-le-Bel fixa le prix maximum du setier de froment dans la vicomte de Paris et cette ordonnance s'appliqua dans la région. Les pluies de 1309, la famine de 1315-1316 furent suivies d'une période meilleure : puis la peste noire de 1347-1348 fit créer ou agrandir des cimetières. Le blé était rare : un meldois, Jean Rose, commerçant en grains, fut un bienfaiteur public.
Page 799

Provins
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement et Cantons: Provins - 77


Domaine du Temple de Provins
Domaine du Temple de Provins


Etienne-Henri (1089-1103), qui fut comte de Blois et de Champagne. Ce dernier s'en alla guerroyer en Terre-Sainte et vendit une portion de terre en ville pour constituer une vicomté de Provins.
L'hôtel Bristand, qui en fut le siège, échut plus tard par testament aux Templiers après quoi il passa à l'ordre de Malte.
Page 654

Saint-Leu
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Melun, Canton: Savigny-le-Temple, hameau: Saint-Leu - 77


Domaine du Temple de Saint-Leu
Domaine du Temple de Saint-Leu


Le Petit Saint-Leu avait aussi des seigneurs dont l'un était, en 1662, André de Romanet, trésorier de France en Picardie. En 1667, il vendait ses terres à M. de Santeuil, propriétaire, à Saint-Leu, des anciens biens des Templiers.
En 1775, le comte de Vercel cédait ceux qu'il tenait des moines au baron de Saint-Port (Seine-Port), M. Glück, seigneur de Cesson.
Page 143

Clos-Fontaine
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Melun, Canton: Nangis -


Domaine du Temple de Clos-Fontaine
Domaine du Temple de Clos-Fontaine


On compta deux seigneuries, au XIIe siècle, à Clos-Fontaine : celle des Templiers de la Croix-en-Brie qui eurent pour successeurs les chevaliers de Malte et celle des Chartreux de Paris. Toutes deux relevaient du prieuré de La Charité-sur-Loire.
Page 155

La seigneurie passa à la fin du XVIIe siècle à la maison de la Vieuville dont le curé de-Nandy mit à jour en 1902, le caveau de famille dans l'église.
Il y releva les inscriptions de François Lefèvre de la Vieuville, de son fils Philippe, de sa fille avec ces dates (1718-1722). Messire Philippe de la Vieuville, grand audiencier de France annexa vers 1710, les fiefs de ChamplâtreuxDomaine de l'Hôpital de ChamplâtreuxDomaine de l'Hôpital de Champlâtreux et de VillebouvetDomaine du Temple de VillebouvetDomaine du Temple de Villebouvet qui avaient appartenu à la Commanderie de Savigny-le-TempleDomaine du Temple de Savigny-le-TempleDomaine du Temple de Savigny-le-Temple.
Page 200

Choisy-en-Brie
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Coulommiers - 77


Domaine du Temple de Choisy-en-Brie
Domaine du Temple de Choisy-en-Brie


On comptait, dans l'ancienne paroisse de Choisy-en-Brie, plusieurs fiefs dont il convient de mentionner ceux de ChampbonnoisDomaine du Temple de ChampbonnoisDomaine du Temple de Champbonnois et de CofféryDomaine du Temple de CofféryDomaine du Temple de Cofféry : le premier appartient aux chevaliers du Temple et de Malte et le second à la commanderie de ChevruDomaine du Temple de ChevruDomaine du Temple de Chevru.
Page 244

Doue (Dova)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Coulommiers, Commune: Saint-Germain-sous-Doue - 77


Domaine du Temple de Doue
Domaine du Temple de Doue


La localité de Doue appartenait à l'évêque de Meaux qui en donna l'église, avec celle de Doue, en 1107, à son chapitre. Mais les Templiers du « PoncetDomaine du Temple Le PoncetDomaine du Temple Le Poncet » (près de Faremoutiers), dont la commanderie était près de Doue, y exerçaient une certaine autorité, les trois-quarts des dîmes leur appartenant.
Page 286

Templiers ou Hospitaliers ?
La Commanderie de MaisonneuveDomaine du Temple de MaisonneuveDomaine du Temple de Maisonneuve y exerçait une part d'autorité seigneuriale ; mais, au XIVe siècle, cette terre échut à la famille des Marais. Hector des Marais était seigneur de Doue lorsque les Anglo-Bourguignons s'emparèrent du manoir de Doue composé de cinq tours, en 1424. En 1433, le château était repris par les Français.
Page 251

Sablonnières
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Coulommiers - 77


Domaine du Temple de Sablonnières
Domaine du Temple de Sablonnières


Ancien terroir romain et royal, Sablonnières fut donnée par le roi Clovis Ier à l'archevêque de Reims, saint Rémi dont on peut supposer qu'il donna son nom à la commune de Saint-Remy-la-Vanne, car le territoire donné avait des bornes qui nous sont inconnues. Les archevêques possédèrent du reste d'autres terres seigneuriales comme Jouy-le-Châtel qu'ils affermaient à des seigneurs. Ainsi les seigneurs primitifs de Sablonnières apparurent-ils sous les successeurs de saint Rémi. Leur domaine s'étendait même très loin puisqu'en 1195, Robert de Sablonnières donna aux Templiers « pour le secours de la Terre-Sainte tout ce qu'il possède au-dessous de la Ferté-Gaucher » et que la comtesse Marie de Troyes, suzeraine, approuva la donation.

Jusqu'à la réunion de la Champagne à la couronne, en 1285, les comtes de Champagne et de Brie, sont les suzerains de tout le pays. Cette donation de Robert, à laquelle s'opposait sa sœur Luce de Signy, était faite à la Commanderie de CoutranDomaine du Temple de CoutranDomaine du Temple de Coutran de Saint-Martin-des-Champs, près de La Ferté-Gaucher. Les Templiers durent lui acheter sa part : 25 livres.

Mais, en 1217 et 1228, les seigneurs de La Ferté-Gaucher, Jean et Mathieu de Montmirel émirent des prétentions sur ces biens et reçurent des Templiers une indemnité de 600 livres. Les Templiers étaient coseigneurs de Sablonnières avec la maison de ce nom dont un des membres, Pierre, laissa à sa mort, à l'Hôtel-Dieu de Provins la valeur de six setiers de froment à prendre sur le terrage de Sablonnières, tandis que d'un autre côté, on voit, vers le même temps, au milieu du XIIIe siècle, un certain Arnould de Saurer, excommunié pour « violences commises dans la maison de Sablonnières appartenant aux Templiers. »

La disparition des Templiers condamnés et expropriés par Philippe-le-Bel qui venait d'épouser Jeanne de Navarre, l'héritière de la Champagne, modifia les successions. Marie de Montmirel avait hérité de ses frères Jean et Mathieu, morts sans postérité et elle avait épousé Enguerrand III de Coucy dont la petite fille, Alix avait porté tous les biens à son mari, Arnould III, comte de Guines. Dans ces biens étaient compris tous ceux des Templiers sur Sablonnières.
Pages 281 282

Saint-Mars-Vieux-Maisons
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Coulommiers - 77


Domaine du Temple de Saint-Mars-Vieux-Maisons
Domaine du Temple de Saint-Mars-Vieux-Maisons


Un lieu-dit s'appelle les Excommuniés ; un autre, la Commanderie. Ceci indiquerait que des Templiers se seraient établis dans cette commune.
Page 287

Saint-Martin-des-Champs
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Coulommiers - 77


Domaine du Temple de Saint-Martin-des-Champs
Domaine du Temple de Saint-Martin-des-Champs


Au lieu-dit Coutran était une Maison du Temple ou commanderie de Templiers. Il reste la ferme de la commanderie.
Page 289

Aufferville (Auffervilla)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours - 77


Domaine du Temple d'Aufferville
Domaine du Temple d'Aufferville


Cette terre dépendait de l'archevêché de Sens.

La seigneurie appartenait à la commanderie de l'Hôpital, dite des Templiers, jusqu'à la disparition de ceux-ci au XIIIe siècle. Elle devint ensuite la propriété des chanoines de la cathédrale de Sens jusqu'à la Révolution.

Déjà du temps des Templiers, un Guy Morelli avait favorisé l'accès dans le pays, aux chanoines, en donnant à l'archevêque Guy des Noyers, qui le leur avait cédé, le montant des menues dîmes qu'il y percevait.
Page 323

La Gerville et Frageville
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours - 77
Les Fiefs.


Domaine du Temple de La Gerville
Domaine du Temple de La Gerville


— Le fief de La Gerville était le siège d'une ancienne paroisse, puis d'une commune qui fut réunie à Chaintreaux en 1842.
La seigneurie appartenait au prieuré de Néronville ; mais elle passa, au XIIIe siècle à Mathieu de Villebéon qui la céda aux Templiers de Beauvais.

Frageville


Domaine du Temple de Frageville
Domaine du Temple de Frageville


Les fiefs de Fraville et du Puis appartinrent au XVIe siècle aux seigneurs du Boulay.
Ils passèrent ensuite aux familles de Chassin et de Challoste.
Bouchereau appartenait aux Templiers ; Souville à la duchesse d'Etampes ; la Brosse à l'abbaye de Cercanceaux qui succéda à la famille de Rochechouart dont l'un d'eux, Louis, mourut à Montigny-sur-Loing, en 1652.
Page 339

Dormelles
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours -


Domaine du Temple de Dormelles
Domaine du Temple de Dormelles


Les premiers seigneurs portaient le nom de sires de Dormelles au XIIIe siècle. Etienne de Dormelles eut pour successeur son fils, Anceau. Celui-ci commença vers 1220 à donner quelques-unes de ses terres aux chevaliers du Temple qui avaient fondé la commanderie de Beauvais-en-Gâtinais. La seigneurie fit partie du duché de Nemours en 1404 et fut engagée par Henri IV à Germain Le Charron, écuyer.

— Dès 1226, les Templiers obtinrent des seigneurs de Dormelles des droits et des terres à Dormelles. Peu à peu les dons s'accrurent. Leurs biens s'étendirent très loin, débordant la commune, puis le département. Ils avaient une commanderie à Beauvais. Les chevaliers de Saint-Jean, ayant recueilli leur héritage au XIVe siècle et étant devenus de grands seigneurs, firent reconnaître leurs droits par le bailli de Corbeil. Robert de Mesenguehen était commandeur de l'hôpital de Dormelles en 1396.
Pages 353, 354, 355

Garentreville (Garentris Villa)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours -


Domaine du Temple de Garentreville
Domaine du Temple de Garentreville


La commanderie de Beauvais-en-GâtinaisDomaine du Temple de Beauvais-en-GâtinaisDomaine du Temple de Beauvais-en-Gâtinais y possédait le fief de Regnault-Larcher à Garentreville et ceux de Camus, Frégeville, du Boiteux, de Bouilly et de la Coudre à Fargeville, l'unique hameau de Garentreville.

Au XVIe siècle, les possessions de la commanderie furent cédées à Claude Thiballier, seigneur d'Anglure et de Burcy et furent vendues nationalement à la Révolution. La ferme de Fargeville fut achetée par Picot de Dampierre, le dernier seigneur de Châtenoy. Elle échut plus tard à la famille des ducs de La Rochefoucauld qui la vendirent, après la guerre de 1870 au comte de Nicolaï avec les fermes de Châtenoy et de Verteau.
Page 366

La commanderie de Beauvais, sise à Grez-sur-Loing, fut fondée vers la fin du règne de Louis VII. Elle demeura la propriété des Chevaliers du Temple, et de Saint-Jean-de-Jérusalem et de Malte successivement et jusqu'à la Révolution qui vendit tous leurs biens. Ils avaient annexé à la Commanderie « le HulayDomaine de l'Hôpital le HulayDomaine de l'Hôpital le Hulay » qu'ils tenaient en fief mais qui leur fut enlevé au XVIIIe siècle.
Page 367

Le Buisson, Guercheville (Guichervilla)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement et Cantons: Fontainebleau -


Domaine du Temple de Buisson
Domaine du Temple de Buisson


Le fief du Buisson a appartenu successivement à :
La famille Jean de Mez-le-Maréchal au XIIIe siècle.
A la commanderie de Beauvais en 1391.
A la maison de Rogres de 1531 à 1601.
Puis à Christophe de Harlay, seigneur de Beaumont ; en 1676, à l'abbaye de Cercanceaux et, en 1750, au prince de Tingry, Louis-Christian de Montmorency-Luxembourg, seigneur de Beaumont.
Page 369

Moret-sur-Loing
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Montereau-Fault-Yonne - 77


Domaine du Temple de Moret-sur-Loing
Domaine du Temple de Moret-sur-Loing


— Philippe-Auguste laissa les Templiers s'établir à Moret sous son règne. Ils possédaient des succursales à « VillecerfDomaine du Temple de VillecerfDomaine du Temple de Villecerf » et à Dormelles.
Après leur destruction, sous Philippe-le-Bel, leurs biens passèrent aux hospitaliers de Saint-Jean. Il reste des caves dans les sous-sols des anciens bâtiments, rue des Faisceaux.
Page 404

Paley (Paleium)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours -


Domaine du Temple l'Hôpital Paley
Domaine du Temple l'Hôpital Paley


La localité relevait de l'archevêché de Sens. Au XVIIe siècle l'orthographe de ce mot était Palay.

Les Romains, qui ont habité le pays, y l'aient élevé un temple à la déesse païenne Vesta et sans doute un autre à leur dieu préféré Mercure.
Les Templiers s'installèrent sur leurs ruines et fondèrent un Hôpital pour les pèlerins et les malades ; la seigneurie de Paley leur appartenait.
Quand Philippe-le-Bel les eût détruits au commencement du XIVe siècle, il laissa l'Hôpital à leurs héritiers spirituels, les chevaliers de Saint-Jean et il donna la seigneurie à une famille de gentilshommes à son service appelée Charvier.

A cette famille succédèrent quelques autres pour échoir finalement au commencement du XVIe siècle aux représentants de la maison Le Charron, dont l'un d'eux fit ériger la terre de Paley en marquisat.
Page 414, 415

Villemaréchal
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours - 77


Domaine du Temple de Villemaréchal
Domaine du Temple de Villemaréchal


La ferme de ce nom est dans la plaine. Elle remplace un ancien couvent de Templiers qui a été démoli sous Philippe-le-Bel.
Ce couvent contenait une chapelle de Saint-Etienne-du-Train. On constate encore des vestiges d'escaliers et de colonnes.
Page 433

Choisy-le-Temple
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: Claye-Souilly, Commune: Charny - 77


Domaine du Temple de Choisy-le-Temple
Domaine du Temple de Choisy-le-Temple


La localité relevait de l'évêché de Meaux qui y posséda les fiefs des Barres, des Huit muids, jusqu'en 1789 ; une autre partie appartenait à une famille autochtone et le reste aux Templiers qui s'établirent à la ferme de Choisy-le-Temple. Après leur destruction la commanderie passa aux Hospitaliers et a l'ordre de Malte. Ils avaient acheté en 1263 d'Adam de Charny les fiefs de Rabâche, de Beauvais, des Douaires et de la Motte.
Page 470

Coulommes
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: Serris - 77


Domaine du Temple de Coulommes
Domaine du Temple de Coulommes


Cette localité, qui relevait de l'évêché de Meaux, avait, dès 1156, comme seigneur, Hildric de Colums, auquel succéda Manesier de Colummes. Ainsi fut formé le territoire de Coulommes par les premiers seigneurs du pays.
Il y avait déjà à cette époque une « maison-forte », une maladrerie, une commanderie de Templiers sans consistance.

Le rôle des vassaux de ce comté, dressé vers 1172, fait connaître qu'il y avait une forteresse dans Coulommes et que les Templiers y possédaient des biens. Ces religieux cessèrent d'être propriétaires au XIVe siècle et la forteresse devint une ferme.
Page 488

Coulombs-en-Valois
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: La Ferté-sous-Jouarre, Commune: Coulombs-en-Valois - 77


Domaine du Temple de Vaux-sous-Coulombs
Domaine du Temple de Vaux-sous-Coulombs


L'Eglise
— Originairement, alors que la paroisse de Vaux dépendait de Coulombs il n'y existait qu'une chapelle qu'en 1145, Mariasses II, évêque de Meaux, érigea en église paroissiale.
On y voit une croix et deux statuettes en bois sculpté fort anciennes et deux bénitiers en marbre dont l'un porte la croix des Templiers.
Page 635

Le Bois-de-la-Tour
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Provins, Commune: Bazoches-les-Bray - 77


Domaine du Temple de Le Bois-de-la-Tour
Domaine du Temple de Le Bois-de-la-Tour


Au lieu-dit la Motte de Rieux était un château fortifié dont les fossés présentent des traces apparentes. Il dépendait de l'abbaye de Bonneval.
A la Révolution, il passa aux mains d'un secrétaire du roi, Jodrihat.
Au lieu-dit le bois de la Tour était un castel des Templiers : on en voit des vestiges et la voie qui y conduit a conservé le nom de chemin des Chevaliers.
Page 674

Châteaubleau
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Nangis - 77


Domaine du Temple de Châteaubleau
Domaine du Temple de Châteaubleau


Cette localité, très ancienne, releva de l'archevêché de Sens, mais la seigneurie eut la destinée historique de la commanderie de La Croix-en-BrieDomaine du Temple de La Croix-en-BrieDomaine du Temple de La Croix-en-Brie.
Elle appartint tout d'abord aux religieux bénédictins de Notre-Dame de la Charité qui firent ériger la Croix-en-Brie en commune.
Ils cédèrent au XIIe siècle leurs biens de Châteaubleau, avec tous leurs droits, à la comtesse de Flandre, Marie, qui en dota, en 1203, les chevaliers du Temple.
Ceux-ci acquirent peu après La Croix-en-Brie et Clos-FontaineDomaine du Temple de Clos-FontaineDomaine du Temple de Clos-Fontaine, terres, maisons et gens, moyennant 6.000 livres parisis, pour éteindre « les dettes et usures es quelles le prieuré de N.-D. de la Charité était tenu envers les Juifs. »

On sait que les chevaliers de Malte recueillirent la succession des Templiers. On sait aussi que les Bristand leur avaient cédé leur château de la vicomté de Provins. Aussi, dans leur terrier dressé au XVIIIe siècle, prennent-ils la qualité de vicomtes de Provins en même temps que le titre de seigneurs de La Croix-en-Brie, Châteaubleau, Coutençon et Rampillon. Leur ferme de Châteaubleau où ils avaient un hôtel seigneurial, fut vendu à la Révolution.

L'Eglise remontait au XIIIe siècle. Elle avait été construite par les Templiers ; mais elle fut détruite par les guerres de sorte qu'elle fut rebâtie à la fin du XVIe siècle. Il reste quelques vestiges de l'église des Templiers.
Page 686

Coutençon
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement et Canton: Provins - 77


Domaine du Temple de Coutençon
Domaine du Temple de Coutençon


Preceptoria de Costantionibus
Cette localité relevait de l'archevêché de Sens, et, comme à Châteaubleau et Rampillon, la terre eut pour premiers seigneurs les religieux de Notre-Dame de la Charité, dont le couvent principal était sur Rampillon.

Coutençon eut le titre de préceptorie de la commanderie de la Croix-en-Brie, lorsque tous les biens furent transmis aux Templiers par l'intermédiaire de la fille d'Henri-le-Libéral, Marie, qui avait épousé Beaudoin, comte de Flandre, mort en 1191 en Palestine.
La paroisse, qui engloba la seigneurie de Boulains et la forêt d'EchouDomaine du Temple de Boulains et la forêt d'EchouDomaine du Temple de Boulains et la forêt d'Echou jusqu'en 1678, resta aux commandeurs de la Croix jusqu'à la Révolution.

A côté de la seigneurie principale, les religieux avaient créé des fiefs, fermes ou métairies. Le plus important de tous était le fief des Mortiers qui comprenait deux fermes. Il eut ses seigneurs particuliers : Jean Desbarres, écuyer, qui, en 1358, combattit les Anglais avec Nicolas Giresme, commandeur de l'Hôpital du Temple de la Croix-en-Brie, par conséquent seigneur de Coutençon.

Le fief passa ensuite successivement entre les mains de différents propriétaires insignifiants pour échoir en 1752 à Nicolas Lefebvre de la Boullave, écuver, trésorier de France. Après la vente des biens nationaux, ce dernier, encore vivant put annexer la ferme principale de la Commanderie de Coutençon à son ancien fief des Mortiers, composé des fermes de Rupéreux et de la Briolle, disparues aujourd'hui.
Page 694

Goure-aux-Templiers
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement et Canton: Provins, Commune: Mouy-sur-Seine - 77


Domaine du Temple de Goure-aux-Templiers
Domaine du Temple de Goure-aux-Templiers


— Villeceaux était un fief indépendant qui relevait de la grosse tour de Bray. Il joua un rôle à partir du XVIe siècle.
— Nicolas Jammes, seigneur de Villeceaux acquit en 1577 de Jeanne de la Berge, dame de Moulin d'Ocle, aux Ormes, le fief la Goure-aux-Templiers à Mouy.
Page 719

La Croix-en-Brie
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Nangis - 77


Domaine du Temple de La Croix-en-Brie
Domaine du Temple de La Croix-en-Brie


Praeceptoria Hospitalis Sancti Lupi de Cruce in Bria

La localité relevait de l'archevêché de Sens et la seigneurie fut acquise par les chevaliers du Temple, avec Clos-Fontaine, lorsque la comtesse de Flandre leur eût cédé, au XIIe siècle, tous les biens et droits qu'elle avait reçus des religieux de Notre-Dame de la Charité sur Châteaubleau, Coutençon et Rampillon. Au reste, le couvent primitif et la maison seigneuriale de la Charité étaient situés à Rampillon.

Outre ces terres, les chevaliers du Temple possédaient l'Hermitage du Val de Provins, Champfleury à Monceaux-les-Provins, et Maulny à Melz-sur-Seine : elles dépendaient de la commanderie de la Croix-en-Brie, car ces chevaliers avaient, dans le département de Seine-et-Marne, deux autres sièges : la commanderie de Beauvais-en-Gâtinais et celle de Chevru.

Le premier soin des commandeurs fut de transférer, dans l'église de la Croix, le prieuré de la Charité, de se bâtir un château magnifique, flanqué de deux tourelles, et de constituer une ferme importante. En 1209, les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem succédèrent aux Templiers et les chevaliers de Malte, en 1349, aux frères de l'Hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem, de leur véritable nom. Parmi les frères de Malte qui exercèrent la fonction de commandeurs à La Croix-en-Brie, on compta six grands prieurs de France :
Pierre de Beauffremont (1427-1435)
Bertrand de Cluys (1469-1471)
Emeri d'Amboise (1485-1490)
Charles de Brunières (1518-1519)
Du Chastelet de Moyencourt (1654-1657)
François Breuillard de Coursan (1676-1696)
Deux ambassadeurs : E. Terrier de Hautefins (1696-1704) et Jacques de Noailles (1704-1712)
Deux noms de familles illustres : Philippe de Villers de l'Isle-Adam (1506-1513) dont un des derniers descendants, écrivain de valeur, l'auteur de l'Eve future et d'Axel, est mort en 1840.
Claude de Rouvray de Saint-Simon, qui fut le dernier commandeur (1781).
Il faut nommer après ceux-là :
Nicole de Giresme (1435-1468)
Guillaume de Gouffier de Thoux (1746-1760).

La Croix-en-Brie, aujourd'hui insignifiante, comptait au XVIe siècle deux gros faubourgs, un marché important chaque mardi et deux foires par an.
Trois hameaux et dix fermes dépendaient du commandeur. La cité était entourée de fossés et de remparts. En 1558, le frère Jacques d'Arquembourg assista en qualité de seigneur de la Croix à la rédaction de la coutume de Melun. Il était seigneur et patron des quatre paroisses, membres de la commanderie : Châteaubleau, Clos-Fontaine, Coutençon et Rampillon, et des fiefs du Sossoy, de Brizon, de Corméry, du Corroy situés dans l'étendue de la paroisse de La Croix, relevaient de lui.

Le seigneur de Nangis, qui y possédait le fief de Vienne, lui devait foi et hommage, ce qui le révoltait, mais quand il voulut protester, il fut débouté par une sentence des requêtes du Palais.

Le commandeur disposait de tous les droits féodaux non abolis ou remplacés par un impôt comme celui que lui apportait chaque époux le jour de ses noces. D'après un terrier établi en 1624-1627 en vertu de lettres-patentes royales, il jouissait en outre de ce plusieurs baux droits à seigneur, « spirituels et temporels et haut justicier comme bénéfices et cures d'âmes, le die droict, fourches patibulaires, prisons, carcans, ceptz et autres marques ce de justice, mesures et poix, droictz de marchez et foires, dixmes et chantée partz, corvées et charrois tant de bradz que de bestes ; servitudes de corpz et et de biens ; confiscations et amandes arbitraires », sans compter les droits de retrait, de quint et requint, de lods et ventes, dee banalité, de défends et amendes, etc. »

Le bailli de Saint-Simon fit rebâtir à neuf la façade du château de la commanderie, qui était flanqué de quatre tourelles en pierres de taille. Il en reste deux. Les jardins et le parc comprenaient une superficie de 90 arpents et étaient traversées par sept routes de chasse.
Pages 725, 726

Mouy-sur-Seine
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement et Canton: Provins - 77


Domaine du Temple de Goure-aux-Templiers
Domaine du Temple de Goure-aux-Templiers


Cette terre, qui relevait de l'archevêché de Sens, fut donnée au chapitre de la cathédrale. Rattachée à Bray, relevant pour la cure du prieuré de Saint-Sauveur-les-Bray, elle échut au XIIIe siècle à une dame de Bray qui en détacha les fiefs de la Goure-aux-Templiers et de Saint-Père de Mouy pour les donner au seigneur d'Everly.

La seigneurie de Mouy, composée de ces deux fiefs, resta annexée à la terre d'Everly qui plus tard fut érigée en marquisat et réunie à la baronnie de Bray-sur-Seine jusqu'à la Révolution.

L'Eglise primitive de Mouy était sur la rive droite de la Seine, dans le Vieux-Mouy. Les inondations la menaçant d'une destruction inévitable, on se résigna à la démolir pour la transférer au hameau de la Gourre-aux-Templiers qui est devenue le chef-lieu de la paroisse : il communique par un pont avec Bray. La nouvelle église datait de 1767. C'était un vaisseau à une nef.
La toiture de l'abside était moins élevée que celle de la nef. Le clocher avait une flèche. Lors de l'invasion de 1814, elle a été pillée et mutilée. Elle a été restaurée dans le style décadent de celle de 1767.
Page 741

Rampillon
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Provins, Canton: Nangis - 77


Domaine du Temple de Rampillon
Domaine du Temple de Rampillon


La localité relevait de l'archevêché de Sens et la seigneurie appartenait à la commanderie de la Croix-en-Brie. Châteaubleau, Coutençon, Rampillon eurent pour premiers seigneurs les religieux de Notre-Dame de la Charité, ordre de Cluny, dont le couvent était à Rampillon ; ils firent don de leurs biens et de leurs droits à la comtesse de Flandre qui les remit aux Templiers.

Les Fiefs
— Les abbés-seigneurs de Donnemarie et de maints territoires du Montois créèrent à Rampillon les fiefs du Bois de l'Hôpital et du Bois de la Lune au profit du commandeur. Celui-ci a fait planter en bois les dépendances du fief. Le château du Bois de la Lune existait encore en 1718.

Il reste une ferme de l'ancien couvent de la Charité.

L'église qui faisait partie d'une commanderie de Templiers a été construite au XIIIe siècle, une tour ronde dite « des Templiers » est accolée à l'angle nord-ouest de l'édifice.
L'Eglise consacrée à Saint-Elyphe a été reconstruite au XIIIe siècle par Jehanne de Nangis et les Templiers sur l'ancienne église de Saint-Savinien édifiée en 1122. Les arcs-boutants sont une imitation de la transition. Le reste est du XIIIe siècle et le portail dont la galerie des Apôtres est formée d'ogives à têtes trilobées est du XIVe siècle.
Page 753

Coulommiers
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: Coulommiers - 77


Domaine du Temple de Coulommiers
Domaine du Temple de Coulommiers


Coulommiers possédait, d'autre part, une Maison du Temple ; puis une commanderie de l'ordre de Malte ; une fondation, dite de Nevers, de la princesse de Clèves (1575) ayant pour but de marier, dans ses terres, 60 jeunes filles par an ; une fondation pour apprendre des métiers à six pauvres enfants ; une fondation pour les Incurables.
Page 232

Chaintreaux (Chaintreolæ)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours - 77


Domaine du Temple de Bouchereau
Domaine du Temple de Bouchereau


Le fief de La Gerville était le siège d'une ancienne paroisse, puis d'une commune qui fut réunie à Chaintreaux en 1842.

La seigneurie appartenait au prieuré de Néronville ; mais elle passa, au XIIIe siècle à Mathieu de Villebéon qui la céda aux Templiers de Beauvais.

Elle échut au XVIe siècle à Anne de Pisseleu et passa aux ducs de Nemours, possesseurs de la châtellenie de Château-Landon à laquelle avait été annexée la terre de La Gerville.

Les fiefs de Fraville et du Puis appartinrent au XVIe siècle aux seigneurs du Boulay.

Ils passèrent ensuite aux familles de Chassin et de Challoste.

Bouchereau appartenait aux Templiers ; Souville à la duchesse d'Etampes ; la Brosse à l'abbaye de Cercanceaux qui succéda à la famille de Rochechouart dont l'un d'eux, Louis, mourut à Montigny-sur-Loing, en 1652.
Pages 339, 340

Châtenoy (Castanetum in Vastino)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours - 77


Domaine du Temple de Châtenoy
Domaine du Temple de Châtenoy


Cette localité releva de l'archevêché de Sens et de la Commanderie de Beauvais.
La terre eut ses seigneurs de Châtenoy au XIIIe siècle. Elle passa par mariage en 1347 à Robert de Melun qui laissa, un fils Jean de Melun.
La maison de Culant acquit la seigneurie au XVIe siècle. François de Culant fit fortifier le village en 1545. Les Picot, comtes de Dampierre, succédèrent aux de Culant vers la fin du siècle et conservèrent la seigneurie jusqu'à la Révolution.
Page 347

A noter deux anciennes fontaines : l'une la fontaine Carrée, l'autre la fontaine Moreau, baptisée au XIVe siècle Mathilde par Mlle Mathilde Le Charron qui l'a fait entourer de pierres de tailles et a fait graver son nom sur l'une d'elles.
Ces fontaines se trourvent auprès des ruines de l'ancien hôpital-lazaret des Templiers dont les traces recouvrent une étendue considérable de terrain.
Page 416

Le Grand Bibartault, Jouarre (Jotrum)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: La Ferté-sous-Jouarre - 77


Domaine du Temple Le Grand Bibartault
Domaine du Temple Le Grand Bibartault


Le Grand Bibartault était la propriété des Templiers en 1219.
Une voie romaine passait près du Petit.
Page 543

Le Mesnil-Amelot (Mansionile Dominae Rancæ)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: Mitry-Mory - 77


Domaine du Temple Le Mesnil-Amelot
Domaine du Temple Le Mesnil-Amelot


Sur la route du Mesnil à Dammartin on rencontrait une chapelle dite de la Miséricorde de Guivry qui rappelait une ancienne maison de Templiers en ces lieux.
Avant la Révolution, Le Pelletier de Saint-Fargeau, et le duc d'Uzès possédaient des fermes au Mesnil-Amelot.
Page 563


Hospitaliers de Saint-Jean de Jéusalem


Chenou (Chenotum)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours - 77


Domaine du Temple de Chenou
Domaine du Temple de Chenou


Cette terre seigneuriale, qui appartenait à l'archevêché de Sens passa, pour une partie, en 1775, au duc de Nemours de la maison d'Orléans ; l'autre partie était la propriété de la commanderie de Beauvais.
Page 347

Melun
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement et Cantons: Melun - 77


Domaine de l'Hôpital de Melun
Domaine de l'Hôpital de Melun


En 1163, le pape Alexandre III avait été reçu par Louis VII à Melun où naquit son fils Philippe-Auguste. Louis VII avait laissé Melun en douaire à sa mère, Alix de Champagne, qui fonda, en 1194, l'abbaye du Jard. Il y avait au Jard un château royal qu'elle habitait alternativement avec celui de Melun. On sait qu'elle fut régente pendant la minorité de Philippe-Auguste qui créa les milices communales pour les adjoindre à sa noble cavalerie de chevaliers bannerets. C'est ce roi qui fit achever, par les religieux de Saint-Père, l'enceinte de Saint-Aspais commencée sous Louis-le-Gros.

Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, ramenés d'Orient, à la suite de la première croisade par Philippe Ier et installés dans la maison de Guillaume Lefèbvre, reçurent de Philippe-Auguste les terrains sur lesquels ils élevèrent leur commanderie, rue de la Pêcherie. Par contre, le roi avait expulsé les Juifs de Melun.
Page 118

Bransles (Branlæ)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Fontainebleau, Canton: Nemours - 77


Domaine de l'Hôpital de Genouilly
Domaine de l'Hôpital de Genouilly


A noter plusieurs fiefs : celui de la Foire du Mez relevant du domaine royal ; celui de la Cour-Dieu dépendant de l'abbaye de Ferrières ; celui de Genouilly appartenant à la commanderie de Beauvais-Grez.
Page 337

Monthyon (Montio)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: Claye-Souilly - 77


Domaine de l'Hôpital de Monthyon
Domaine de l'Hôpital de Monthyon


Cette terre relevait de l'évêché de Meaux qui la donna à l'abbaye de Saint-Faron.

Au XIIIe siècle on trouvait à Monthion un prieuré de Saint-Michel à la collation de l'abbé de Saint-Faron ; une chapelle fondée par Agnès de Monthion ; enfin une communauté d'hospitaliers qui fut réunie plus lard à la
commanderie de Choisy.
Il resta la ferme dite de l'Hospital qui renfermait une chapelle consacrée à saint Jean.
Page 592

Saint-Fiacre (Sanctus Fiacrius)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: Serris - 77


Domaine de l'Hôpital de Saint-Fiacre
Domaine de l'Hôpital de Saint-Fiacre


Au lieu dit Dieu-Lamant était une chapelle dédiée à Saint-Avit et dont il ne reste pas trace.
On y relevait aussi une commanderie de Malte.
Page 617

Villeroy (Villa Regis)
Département: Seine-et-Marne, Arrondissement: Meaux, Canton: Claye-Souilly - 77


Domaine de l'Hôpital de Villeroy
Domaine de l'Hôpital de Villeroy


Il existait en 1238, à Villeroy, une communauté d'hospitaliers qui fut supprimée et réunie à la commanderie voisine de Choisy-le-Temple.
Page 640
Sources: Pignard-Péguet, Maurice. Histoire générale illustrée des départements, Seine-et-Marne : histoire des communes, guerres, seigneuries, anciens monuments, églises, châteaux. Orléans 1911 - Bnf
Etudes templières visitées 547206 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.