Commanderies par département   Commanderies par département   Commanderies par département

Les commanderies de France triées par département

01 Ain 02 Aisne 03 Allier 04 Alpes-Haute-Provence 05 Hautes-Alpes 06 Halpes-Maritimes 07 Ardèche 08 Ardennes 09 Ariège 10 Aube 11 Aude 12 Aveyron 13 Bouches-du-Rhône 14 Calvados 15 Cantal 16 Charente 17 Charente-Maritime 18 Cher 19 Corrèze 20 Corse 21 Côte d'Or 22 Côtes d'Armor 23 Creuse 24 Dordogne 25 Doubs 26 Drôme 27 Eure 28 Eure-et-Loir 29 Finistère 30 Gard 31 Haute-Garonne 32 Gers 33 Gironde 34 Hérault 35 Ille-et-Vilaine 36 Indre 37 Indre-et-Loire 38 Isère 39 Jura 40 Landes 41 Loir-et-Cher 42 Loire 43 Haute-Loire 44 Loire-Atlantique 45 Loiret 46 Lot 47 Lot-et-Garonne 48 Lozère 49 Maine-et-Loire 50 Manche 51 Marne 52 Haute-Marne 53 Mayenne 54 Meuthe-et-Moselle 55 Meuse 56 Morbihan 57 Moselle 58 Nièvre 59 Nord 60 Oise 61 Orne 62 Pas-de-Calais 63 Puy-de-Dôme 64 Pyrénées-Atlantique 65 Hautes-Pyrénées 66 Pyrénées-Orientales 67 Bas-Rhin 68 Haut-Rhin 69 Rhône 70 Haute-Saône 71 Saône-et-Loire 72 Sarthe 73 Savoie 74 Haute-Savoie 75 Paris 76 Seine-Maritime 77 Seine-et-Marne 78 Yvelines 79 Deux-Sèvres 80 Somme 81 Tarn 82 Tarn-et-Garonne 83 Var 84 Vaucluse 85 Vendée 86 Vienne 87 Haute-Vienne 88 Vosges 89 Yonne 90 Territoire-de-Belfort 91 Essonne 92 Hauts-de-Seine 93 Seine-Saint-Denis 94 Val-de-Marne 95 Val d'Oise

Département de la Haute-Loire

Belvezet   (43)
Grange de Belvezet
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43


Grange de Belvezet
Localisation: Grange de Belvezet


La Grange de Belvezet arriva aux Templiers en 1237 par voie d'échange avec la maison de Montlaur. Les Templiers avaient à Montcoudiol près Arlempde des droits d'alleu et de fief; ils les cédèrent à Hérail le Vieux, seigneur de Montlaur, qui, de son côté, leur transféra les droits qu'il possédait à la Glutonie, à Rossignol et a Belvezet.

Le Temple et l'Hôpital Notre-Dame du Puy étaient déjà voisins par leurs domaines de ChantoinDomus de Chantoin
Domus de Chantoin
et de RamourouscleDomus de Ramourouscle
Domus de Ramourouscle
; la grange de Belvezet créa entre eux un rapprochement plus immédiat, car « Trespeux » était aussi une grange de l'Hôpital Notre-Dame du Puy.

Dans cette région froide et sauvage, l'agriculture, contrariée par l'âpreté du climat, n'a qu'une importance secondaire; l'élevage des bestiaux, favorisé par l'étendue et l'excellente qualité des pâturages, est la principale richesse.

A proximité de ces deux localités s'étend un long plateau traversé par la voie romaine de Lyon à Rodez (la Bolène), et qui s'appelle « la chaud de Trespeux. »

L'Hôpital Notre-Dame du Puy voulut empêcher le Temple de faire dépaître une partie de ce plateau. Des rixes s'élevèrent entre ses hommes et ceux du Temple; les Templiers obtinrent contre les gens de l'Hôpital Notre-Dame du Puy une sentence d'excommunication.
En 1270, les deux maisons s'en remirent à l'arbitrage de Jean Cardinal, « fordoyen » de la cathédrale, qui reconnut aux Templiers le droit de faire pacager leur bétail « hivernant » dans le territoire litigieux, sauf toutefois les parcelles emblavées ou transformées en prairies par l'Hôpital Notre-Dame du Puy.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.
Top

 

Bessamorel   (43)
Maison du Temple de Bessamorel
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Yssingeaux, Canton: Yssingeaux - 43


Maison du Temple de Bessamorel
Maison du Temple de Bessamorel


La maison et grange de Bessamorel figure dans l'hommage rendu en 1270 par les Templiers à l'évêque du Puy.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.

Maison du Temple de Bessamorel
Les Templiers du Puy possédaient à Bessamorel une Maison qui figure dans l'hommage rendu par eux à l'évêque en 1270 (1). Elle tomba en 1574 aux mains des protestants; ils rasèrent la grande tour carrée et la maison forte servant d'habitation au commandeur, ainsi que les bâtiments d'exploitation.
1. Archives du Rhône, H. 138, folio 235rº.

En 1615, on n'en voyait plus que les fondations; le presbytère et l'église avaient été respectés 4. Cette dernière, devenue paroissiale, est orientée et se compose d'une nef voûtée en berceau plein cintre, formée de trois travées dont la plus occidentale a été ajoutée en ce siècle.

Voici en quels termes s'exprime, au sujet de l'église, le visiteur de l'ordre de Malte:
« Sommes entrés dans ladite église, laquelle avons trouvée avoir six cannes de long et trois de large, voûtée et couverte de bois et lauzes à deux pendants, laquelle couverture a besoin d'être réparée ayant plusieurs chevrons de pourris; un clocher ouvert à deux cloches, le coeur séparé de barreaux de bois, deux fenestres dans icelluy et ung autel de pierre au-dessus duquel repose le Saint Sacrement dans une custode de cuivre. Ung autre autel de pierre dans la nef, une tribune sur la grande porte fait faire à neuf par les paroissiens de bois de sapin où l'on monte par un escalier de bois droit; deux portes en ladite église, la grande fermant avec serrure et clef et à l'autre n'y a que des ais sans ferrement. » A côté se trouvait une tour et des bâtiments en ruines. Visite de Malte, 3 juillet 1616.

L'église de Bessamorel
Les travées sont divisées par de larges doubleaux légèrement brisés reposant sur des piédroits rectangulaires sans ornements et terminés par un simple tailloir qui se continue dans l'intervalle des travées, formant ainsi une corniche à la naissance de la voûte. Corniche et tailloirs se profilent en un bandeau, un onglet et un biseau, sauf à la seconde travée septentrionale où ils ont la forme d'un bandeau et d'un tore placé entre deux onglets.


Eglise de Bessamorel
Eglise de Bessamorel - Sources image: Luc Olivier


L'église n'a pas de fenêtre au Nord, mais au Sud il y en a une très largement ébrasée.

En 1866 et 1867, deux chapelles latérales formant transept ont été ajoutées; les reprises sont faites avec beaucoup d'habileté, et, à première Vue, on pourrait croire que ce transept remonte à l'époque romane.

L'abside est précédée d'un arc triomphal doublé; elle est circulaire à l'intérieur et Voûtée d'Une demi-coupole appareillée avec le plus grand soin: de chaque côté, deux ouvertures formant crédence s'ouvrent chacune sous un arc en plein cintre.

Le portail se trouve au Sud à la travée ajoutée après coup; il est assez curieux, mais s'écarte sensiblement des données habituelles de la région; son ancienneté paraît sujette à caution; il est formé de trois voussures Semi-hexagonales qui se prolongent jusqu'au sol, sans être interrompues, par un tailloir ou par un chapiteau. Un clocher carré s'élève en avant de l'abside, il est d'assez jolies proportions et porte la date de 1752.

Quant à l'abside, elle présente cinq pans à l'extérieur; sous la toiture règne une corniche se profilant en un bandeau et un biseau; elle est éclairée au Sud par une fenêtre Carrée retouchée à une époque récente; une autre fenêtre bien romane, dans l'axe de l'église, a été murée depuis peu de temps; elle est amortie par une voussure en plein cintre creusée dans un bloc de pierre.

L'absence de tout détail caractéristique empêche d'attribuer avec quelque certitude une date à cette église; il nous paraît toutefois impossible de la faire remonter au-delà des premières années du XIIe siècle.
1. Chassaing, Cartulaire des Templiers du Puy, Paris, Champion, 1882, page XIV. Les titres de cette maison paraissent avoir en partie disparu.
Il existe toutefois, aux archives de la Haute-Loire, une procuration donnée en 1474, par Jean Cottet, prieur de la maison de Bessamorel, à Robert Pichon, de la maison de l'hôpital de Saint-Jean-de-Jérusalem du Puy, à l'effet de percevoir les revenus delà Commanderie de Bessamorel. Archives de la Haute-Loire, G 14, folio 207.

Sources: L'Architecture Religieuse à l'époque Romane dans l'ancien diocèse du Puy. Texte de Noël Thiollier, gravures de Félix Thiollier. Imprimerie R. Marchessou, Le Puy 1900.

Bessamorel, canton d'Yssingeaux
— Bessa Maurell, 1267 (Rhône, fonds de la Sauvetat, II, 1)
— Bessamaurel, 1281 (cartulaire de Saint-Sauveur-en-Rue, 140)
— Castrum de Bessa Maurello, 1429 (Rhône, Fonds de Bessamorel)
— Domus de Bessamourella, 1430 (idem)
— Proeceptoria de Bessamorello, 1493 (idem, H. 9635)
— Le Besset-Moret, 1569 (Savin)
— Bessamoreau, 1585 (état civil)
— Bessamourel, 1646 (Rhône, Fonds de Bessamorel)
En 1789, Bessamorel dépendait de la province du Velay, de la subdélégation et sénéchaussée du Puy. Son église paroissiale, diocèse du Puy et archiprêtré de Monistrol-sur-Loire, était sous l'invocation de saint Jean-Baptiste; le commandeur des Hospitaliers de Bessamorel nommait à la cure, dont le litulaire était toujours un religieux d'obédience de l'Ordre.
Sources: M. Augusten Chassaing et Antoine Jacotin - Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire. Paris 1907.
Top

 

Bineyres (Les)   (43)
Maison du Temple Les Bineyres
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Bains - 43


Maison du Temple Les Bineyres
Maison du Temple Les Bineyres


Les Templiers possédaient dans ce village des droits d'alleu et de fief qui leur furent aumônés par André de Fay, en 1210, lors de sa réception comme frère, et des rentes qu'ils acquirent, vers -1213, d'Hugues Pelestor.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.

Les Bineyres, village commune de Bains.
— Nabineiras, vers 1213 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Nabyneiras, 1293 (Cordeliers)
— Nabineyras, 1329 (J. de Peyre)
— Las Bineyras, 1381 (Hospital du Velay)
Sources: M. Augusten Chassaing et Antoine Jacotin - Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire. Paris 1907.
Top

 

Bouchet-Saint-Nicolas (Le)   (43)
Maison du Temple Le Bouchet-Saint-Nicolas
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43


Temple Le Bouchet-Saint-Nicolas
Localisation: Maison du Temple Le Bouchet-Saint-Nicolas


Cette Maison du Bouchet nous est connue par le Précepteur de Drulhe « Frère Barral, chevalier et précepteur en 1307. »
Il a assisté à la réception d'un nouveau Templiers en 1301, en la chapelle du Temple du Puy, un Frère Guillaume « précepteur du Domus Templi de Bocelis » y était également présent.

Il ne reste plus de traces de ce Temple, mais Trudon des Ormes, le place au nord du lac du Bouchet à l'endroit même où sur la carte d'état-major indique le « bois de l'hôpital. »

Précepteur du Bouchet: 1301, frère Guillaume.
Sources: Trudon des Ormes: Les possessions templières recueillent durant les interrogatoires des templiers par les hommes de Philippe le Bel et les commissions pontificales des diocèses de France.

Le Bouchet-Saint-Nicolas
Ce même Bouchet en Haute-Loire est cité par Niepce, dans son Grand Prieuré d'Auvergne, page 291.
Sources: Léopold Niepce: Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Lyon, Librairie Générale Henri Geors - Bâle - Genève - 1883.

Procès des Templiers, tome II, page 155
Dixit enim se fuisse receptum circa instans festum beati Dionisii erunt X anni in capella domus Templi Aniciensis, per fratrem Guigonem Ademari militem quondam, presentibus fratribus Bernardo Usclas presbitero, Guillelmo preceptore de Bocelis, Guillelmo de Castro Novo, commorante in dicta domo, et Johanne l'Alvernhatz servientibus, de quorum vita vel morte non habet certitudinem, in hunc modum: nam concordato cum dictis fratribus per dictum receptorem quod eum reciperent, fecit eum vovere et jurare castitatem, obedienciam, et vivere sine proprio, et imposuit ei mantellum, in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti, dicto presbitero dicente psalmum Ecclesie Quam bonum, et quasdam oraciones, et aspergente aquam benedictam supra ipsum; et dictus receptor et astantes fuerunt eum osculati in ore.
Sources: Procès des Templiers, publié par M. Jules Michelet, tome 1 et 2 — Imprimerie Nationale — Paris — M. DCCC. LI.
Top

 

Brioude   (43)
Maison du Temple de Brioude
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Canton: Brioude - 43


Maison du Temple de Brioude
Localisation: Maison du Temple de Brioude


Nous ne savons pas au juste, ce que les Templiers possédaient dans la ville de Brioude et aux alentours, très certainement les biens dont les Hospitaliers de Saint-Jean constituèrent ce membre, savoir: « une chapelle dans Brioude, une maison, une vigne à Paulhac, un bois de sapin à Chalignac et quelques rentes »

En février 1228, Fulcon de Montpezat, maître du Temple de Provence et d'Aragon, et Guillaume d'Aulhac, précepteur du Temple du Chambon, transigent et délimitent leurs possessions à Brioude, au Chambon, à Saint-Ferréol.
Souscrivent à cet acte Durand et Guy de Leret, templiers, Guillaume de la Tour, prévôt de Brioude, Bernard de Rochefort, abbé de Brioude, Robert de Courcelles, abbé de Saint-Germain (1).
1. Bibliothèque nationale manuscrits Baluze, vi, page 8, nº2
Sources: Bouffet Abbé Hippolyte, Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Haute-Auvergne, dans Revue de la Haute-Auvergne, Aurillac, tome XVI 1914

Commanderie de Montchamp
Département: Cantal, Arrondissement: Saint-Flour, Canton: Saint-Flour-Nord - 15


commanderie de Montchamp
Localisation: commanderie de Montchamp


Saint-Jean de Brioude, membre de la commanderie de Montchamp
— Brioude (Saint-Jean de), ville de la Limagne, à 7 lieues de Selles, maison, vigne de 20 journaux, au terroir de Chalat, la dime de l'hôpital, en la paroisse de Saint-Just. Revenus 155 livres »
Sources: Léopold Niepce: Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem. Lyon, Librairie Générale Henri Geors - Bâle - Genève - 1883.

Brioude, Maison du Temple de Sainte-Bonnette
A Brioude les Templiers se sont établis, avant 1227, sur un important axe routier. Une transaction de cette année-là, passée entre les Templiers et le Chapitre Saint-Julien, reconnaît que les Templiers jouiront paisiblement de ce qu'ils détiennent en la ville de Brioude, qu'ils pourront édifier une chapelle au Chambon avec cimetière attenant.

Les Templiers s'occupent alors de l'Hôpital Sainte-Bonnette (Domus de sancte Bonite) - il est possible que ce soient les Templiers qu'ils l'aient fondé -, ce que mentionne un document du mois de juin 1277.

Après la suppression de l'Ordre du Temple, l'Hôpital Sainte-Bonnette est encore mentionné, en 1317, sous l'appellation de « Maison du Temple ou Hôpital de Brioude. »
Il sera par la suite confié aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.

La Maison du Temple de Brioude est un membre de la Maison du Temple de Montchamp (Cantal 19) où réside le commandeur ou Maître.
La Maison du Temple de Brioude a son entrée à la place Saint-Jean. Elle devait être très vaste et possédait dès l'origne, une chapelle dédiée à Sainte-Bonnette, ce qui porte à croire que ce sanctuaire faisait partie de l'ancien Hôpital.
Là ce trouve le siège de la juridiction du membre de Brioude qui posède une maison dans la ville, des biens fonciers, des dîmes, cens, rentes et droits divers.
Sources: Pierre Cubizolles - Le diocèse du Puy-en-Velay, des origines à nos jours - Sources
Top

 

Chambon (Haute-Loire)   (43)
Maison du Temple Le Chambon ou Saint-Jean
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Canton: Brioude, Commune: Cohade - 43


Maison du Temple Le Chambon
Maison du Temple Le Chambon


Le Chambon était dans la commune de Cohade
Cette préceptorie se composait d'une église dédiée à Saint-Georges, le saint préféré des Templiers, d'un bâtiment d'exploitation autour duquel se trouvaient Les terres de :
Chaulat,
Vignolon,
Lubère,
La Fontenille,
Les prés du Chambon.
La Commanderie, elle avait également quelques cens et dimes.

Au temps des guerres religieuses les bâtiments furent incendiés et ruinés, ils ne s'en relevèrent pas; seule la chapelle survécut jusqu'à la Révolution.

Le Chambon fut fondé par les comtes Dauphins. En 1295, Hugues Dauphin, seigneur de Léothoing, passa transaction avec Pierre de Madic, précepteur des maisons du Temple en Auvergne, au sujet de la justice du village de Farreyroles.

Guillaume Charnier, précepteur du Temple du Chambon en 1279, y fit recevoir son neveu Hugues par Raymond du Buisson, précepteur d'Auvergne. Barthélémy Vassal y fut reçu en 1304 par Hugues de Peyraud, visiteur de France (1).
2. Trudon des Ormes. Liste de quelques maisons du Temple, et Archives nationales: Procès de Clermont, pièces 3 et 4, de la collection Baluze.
Sources: Bouffet (Abbé Hippolyte), Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Haute-Auvergne, dans Revue de la Haute-Auvergne, Aurillac, t. XVI (1914).

Maison du Temple Le Chambon
— Chambon (Le), village, commune de Cohade.
— Villa de Chambo, 1228 (Spicilegium Brivatensis)
— La Commanderie du Chambon, 1607 (Terrier du Chapitre de Brioude)
— Chambon de Brioude, 1616 (Archives du Rhône, H. 2153)
— Saint-Jean, XVIIIe siècle, (Cartes de Cassini)
— Maison du Temple qui passa, en 1313, aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem.
— Cette Maison du Temple, devint, lors de la réorganisation des commanderies de Saint-Jean de Jérusalem, un membre de la commanderie de Courteserre.
— Eglise dédiée à Saint-Jean Baptiste et à Saint-Georges.
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Loire - Par les Auteurs: J-E Dufour, La Diana, IERP - Editeur: PU Saint-Etienne - 2006
Top

 

Chantoin   (43)
Maison du Temple de Chantoin
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Solignac-sur-Loire, Commune: Bains - 43


Maison du Temple de Chantoin
Localisation: Maison du Temple de Chantoin


Chantoin membre appartenant à la vénérable Langue d'Auvergne, situé dans le diocèse du Puy-en-Velay, à 2 lieues de la dite ville, consiste en trois beaux domaines qui portent le 4e fruit.

Le grand domaine de « Champtoin » est noble et exempt de tailles, dimes, et autres impositions et s'afferme en argent 303 livres; en seigle 80 setiers de 16 quartons, mouture noire 10 setiers: pois, 1 setier; beurre et fromage un quintal.
Le domaine de « Relueseix », à une lieue du dit membre, s'afferme, étant noble et exempt, en argent 530 livres, en fromage et beurre un quintal.

Le domaine de « Garnaux » paye tailles et rentes, et s'afferme en argent 30 livres, en seigle dix setiers. Les rentes et cens de Champtouin, selon l'ancien Terrier sont en argent 3 livres 12 sols, 1 denier en seigle 32 setiers; en avoine 42 setiers, gelines 37, le tout s'affermait 1850 livres.

Le Baillage, en Velay, dont est pourvu M. le Bailly de Saint-Aulaire, paye en charges 2455 livres, 14 sols. 4 deniers et est affermé 14 000 livres; il y a quelques pensions.

« Chantoin, commune de Bains, était dans la plaine qui s'étend au pied des montagnes de Seneijols, et faisait partie des biens des Templiers. »
Les autres possessions de cet Ordre, dans le Velay, étaient:
— Les Bineyres, commune de Bains
— Seneujols, canton de Cayres
— Solignac sur Loire, arrondissement du Puy
— Freycenet, commune de Saint-Jean-de-Nay
— Montredon, commune de Saint-Just-Chomelex
— Belvezet, commune de Saint-Jean Lachalin
— Bessamorel, canton d'Issengeaux
— Malhettes, commune de Marlhes, canton de Saint-Genest-Malifaux (Loire).
« Les biens des Templiers dans le Velay, avaient une importance trois fois plus considérable que ceux des Hospitaliers. »
Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay) par M. Augustin Chassaing, Paris 1882

Chantoin, ferme sur la commune de Bains
— Chantotoen, vers 1170 (Templiers du Puy)
— Villa de Chantoent, 1210 (Templiers du Puy)
— Chantoen, 1214 (Templiers du Puy)
— Domus de Chantohenc, 1285 (Templiers du Puy)
— Praeceptoria Sancti Johannis de Chantoenc, 1499 (Hospitaliers du Velay)
— Membrum de Chantean, 1544 (Hospitaliers du Velay)
— Maison du Temple, elle passe aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en 1313 et devint un membre de la commanderie de Devesset et fut unie en 1544, à la mense de la Langue d'Auvergne.
Sources: Léopold Niepce - Le Grand-Prieuré d'Auvergne - Lyon, 1883

Maison du Temple de Chantoin
Chantoin est un beau domaine à demi caché en un pli de terrain, dans la plaine qui s'étend an pied des montagnes boisées de Séneujols. Au XIIIe siècle, cette vaste plaine était occupée par trois mas, Chantoin, Chazaux et Collanges; le premier, en s'agrandissant, a, depuis, absorbé et fait disparaître les deux autres. Les chartes du rouleau de Chantoin font connaître l'origine et les accroissements de celle importante possession du Temple. Par son testament, Armand II, vicomte de Polignac, avait légué au Temple 50 marcs d'argent. Vers 1170, son fils Pons III acquitta cette dette en donnant aux Templiers tous ses droits sur Chantoin. Après un temps d'arrêt d'environ vingt ans, ce noyau s'arrondit rapidement dans les trente années qui suivirent, par des ventes, des échanges et surtout par les aumônes et les donations dues aux réceptions dans l'ordre des frères ou des donats. Parmi ces libéralités, il suffira de remarquer les donations que firent, en 1210 Armand Portafaix à son admission comme frère et, en 1215, Floque de Mirmande, femme de Beraud de Cordes, « offrant à Dieu et au Temple son fils Pierre avec la terre qu'elle possédait à Chazaux et à Collanges. »
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.

Maison du Temple de Chantoin
Les templiers fondérent la Maison de Saint-Barthélèmy un peu avant 1170. C'est à cette époque qu'ils reçurent le Mas de Chantoin. Une charte remontant à cette année indique en effet leur présence au Puy à cette date: il s'agit d'une donation de Pons, vicomte de Polignac, faite aux Templiers de Saint-Barthélemy où il leur abandonne tous ses droits sur le mas de Chantoin.
Sources: Albert Chaurand, Les Carmes et les Templiers. L'auteur fait référence au Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay.

Grange du Temple de Chantoin
La Maison du Temple du Puy fondée vers ou avant 1170, nous révéle l'existance de la « Grange de Chantoin. »
Sources: Cartulaire des Templiers de Douzens.

Maison du Temple de Chantoin
C'est vers 1170, que Pons, vicomte de Polignac, cède aux Templiers ce qu'il posséde au manse de Chantoin, en paiement de 50 marcs d'argent donnés à l'Ordre par Armand, son père. Au XIIIe siècle, d'autres donations, achats ou échanges, ne tardent pas à augmenter les possessions primitives, aux lieux des Chazeaux, Collange, les Garnaux, Belvezet, la Glutonie, Rossignol.
Sources: Le diocèse du Puy-en-Velay des origines à nos jours, De Pierre Cubizolles

Maison du Temple de Chantoin
Chantoin, ferme commune de Bains.
— Chantoen, vers 1170 (Templiers du Puy)
— Villa Chantoent, 1210 (Templiers du Puy)
— Chantoen, 1214 (Templiers du Puy)
— Domuns de Chantohenc, 1285 (Templiers du Puy)
— Praecptoria Sancti Johannis de Chantoenc, 1499 (Hospitaliers du Velay)
— Membrum de Chantean, 1544 (Hospitaliers du Velay)
— Maison du Temple de Chantoin qui passa en 1313 aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, devint un membre de la commanderie Hospitalière de Devesset et fut unie, en 1544, à la mense de la Langue d'Auvergne.
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Loire - Par les Auteurs: J-E Dufour, La Diana, IERP - Editeur: PU Saint-Etienne - 2006

Maison du Temple de Chantoin
— A praeceptoria Aniciensi pendebant: « domus Templi de Chantoen, que subest domui Aniciensi » (1253), de qua vide Chassaing, p. IX.
— En 1313, tous ces biens Templier, passent aux Chevaliers de Saint-Jean.
Sources: Cartulaire des Templiers rédigé par le Marquis d'Albon
Top

 

Freycenet   (43)
Domaine du Temple de Freycenet
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Le Monastier-sur-Gazeille, Commune: Saint-Jean-de-Nay - 43


Domaine du Temple de Freycenet
Localisation: Domaine du Temple de Freycenet


Le domaine de Freycenet était, en 1281, une grange du Temple.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.

Domaine et grange du Temple de Freycenet
Cette Maison du Temple sise sur la Grande Voie, est d'origine templière, (domus Milici Templi), elle est mentionnée en 1282, par le cartulaire des Templiers du Puy.

Une visite prieurale de 1616, décrit les immeubles, comprenant notamment une tour carrée, dont le rez-de-chaussée abrite une chapelle voûtée, dédiée à Saint-Jean-Baptiste, des bâtiments agricoles, un four et deux moulins sur le ruisseau du Say.
Le domaine de Freycenet avait déjà en 1282 une grange.

Cette exploitation produit annuellement trente setiers de seigle, soit 100 HL, et trente chars de foin. Il y a aussi 12 journaux de pâturages (près de 4 Hectares) et des bois.
Sources: Le diocèse du Puy-en-Velay des origines à nos jours, De Pierre Cubizolles

Domaine de Freyssenet
— Freyssenet, domaine, commune de Saint-Jean-de-Nay.
— Domus Miliciae Templi de Fraissenet, 1282 (Templiers du Puy)
— Boria de Freysseneto Domus Hospitalis Sancti Johannis, 1414 (Terrier de Saint-Vidal)
— Maison du Temple transférée en 1313 aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et devenue membre de la commanderie de Devesset.
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Loire - Par les Auteurs: J-E Dufour, La Diana, IERP - Editeur: PU Saint-Etienne - 2006
Top

 

Grottes d'Aiguilhe   (43)
Domaine du Temple des Grottes d'Aiguilhe
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Canton: Puy-en-Velay - 43


Domaine du Temple des Grottes d'Aiguilhe
Localisation: Domaine du Temple des Grottes d'Aiguilhe


1132 28 décembre, Guigue de « Gradibus », qui avait vendu aux Templiers une maison dite des « Grottes d'Aiguilhe », reconnais qu'une vigne au terroir de Chausson, dépendant de cette maison, doit une redevance annuelle aux chanoines de Notre-Dame du Puy.

[1132, 28 décembre]
Hugues Rigaud et Guilhem Salomon, frères du Temple, achètent à Etienne Pezugie et Guilhem Multe les grottes (crote) d'Aiguilhe au Puy, avec les maisons et jardins en dépendant pour 800 sous melgoriens, avec la confirmation d'Armand, abbé de Séguret, qui en avait les droits éminents et qui en abandonne les revenus.

Publié: Le Marquis d'Albon, Cartulaire général du Temple, nº LI, page 39.
Le marquis d'Albon date cet acte de 1132, en se fondant sur l'épiscopat d'Humbert, évêque du Puy depuis 1128, archevêque de Vienne vers 1145. Cette datation reste très hypothétique.

[1132, vers le 28 décembre ?]
Par décision de prud'hommes siégeant en plaid, la vigne dite Jamba à Chausson, tenue par Guigne de Gradibus, est astreinte à payer pour les chevaliers du Temple aux chanoines de Notre-Dame du Puy le service annuel en nature dont était grevée la maison dite des Grottes d'Aiguilhe au Puy, achetée par Hugues Rigaud, frère du Temple; des croix seront plantées pour marquer l'obligation pesant sur cette vigne.
Publié: par le Marquis d'Albon, Cartulaire général du Temple, nº LII, page 39. Acte daté par le marquis d'Albon en fonction du précédent.
Sources: Cartulaires des Templiers de Douzens - Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff - Paris, Bibliothèque Nationale - 1965

Saint Michel de L'Aiguille


Domaine du Temple des Grottes d'Aiguilhe
Localisation: Domaine du Temple des Grottes d'Aiguilhe


Aiguilhe, au nord-ouest du Puy.
— Aculea, 1175 (Hospital du Velay)
— Hospitale S. Nicholai de Acula, 1212 (Hôtel-Dieu, B 608)
— Acuillia, 1226 (Hôtel-Dieu, B 131)
— Agulia, 1227 (Hôtel-Dieu, B 134)
— Ecclesia S. Nycholay apud Acculeam, 1267 (Hôtel-Dieu, B 612)
— Agulea, 1285 (év)
— Agulla, 1298 (Hôtel-Dieu, B 353)
— Castrum de Acu, 1309 (Archives Nationales, X1a 12, folio 233)
— Aguilhe, 1506 (Médicis, II 299)
— Agulhie, 1524 (Médicis, I 177)
— Agulhe lez Puy, 1598 (Calieu)
— Eguille, 1630 (La Velleyade, 61)

— En 1789, Aiguilhe faisait partie de la province du Velay et de la subdélégation et sénéchaussée du Puy, et était un fief du chapitre cathédral de cette ville.
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire, par M. Auguste Chassaing. Paris Imprimerie Nationale MDCCCCVII

Saint Michel de L'Aiguille
Aiguille-Saint-Michel, sur la commune d'Aiguilhe.
— Dyke volcanique surmonté d'une église construite en 965 et dédiée à Saint-Michel.
— Praealta silex quae... Acus vocatur, 962 (Gall. Chr. II, 755)
— Rupes B. Michaelis sive Aculeae, 1409 (Saint-Mayol)
— Le Rocher de Saint-Michel, 1778 (Faujas de Saint-Fond)
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire, par M. Auguste Chassaing. Paris Imprimerie Nationale MDCCCCVII
Top

 

Haute-Loire   (43)
Domaine du temple en Haute-Loire

Chapelette
Département:Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Saint-Julien-Chapteuil - 43
Chapelette (La), hameau commune de Saint-Julien-Chapteuil
— La Chapela, vers 1217 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Chapelle, XVIIIe siècle (Cartes de Cassini)

Frontès
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Allègre - 43
Frontès, village commune de Monlet.
— Villa de Froneille, 1252 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Froute, XVIIIe siècle (Cartes de Cassini)

Mazard
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Canton: Yssingeaux - 43
Mazard, village commune de Lapte.
— Mazars, vers 1210 (Fonds de la Maison du Temple du Puy, charte 6)
— Masarst, vers 1217 (Ibidem, charte 20)

Barriols
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Saint-Julien-Chapteuil - 43
Barriols (Les), village commune de Saint-Julien-Chapteuil
— Bairuel, 1210 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Moncoudiol
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Pradelles - 43
Moncoudiol, hameau commune d'Arlempdes.
— Villa de Monte Cogul, 1236 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Arlempdes
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Pradelles - 43
Arlempdes, château ruiné, commune de Pradelles.
— Arlmde, 1215 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Arlemdi, 1347 (Hospitaliers de Saint-Jean du Velay)

Chamard
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Solignac-sur-Loire - 43
Chamard, village commune de Saint-Christophe-sur-Dolaison
— Chamars, vers 1187 (Hospital du Velay)
— Chamaz, vers 1204 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Chamaras, vers 1214 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Cordes
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Solignac-sur-Loire - 43
Cordes, village commune de Bains
— Corde, vers 1213 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Cordes, 1217 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Collanges
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Solignac-sur-Loire - 43
Collanges, près de Chantouin, commune de Bains.
— El Mas de Colongas, vers 1213 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Boussillon
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Canton: Puy-en-Velay - 43
Boussillon, hameau commune de Saint-Germain-Laprade.
— Buzillum, 1236 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Mansus del Boschille, 1306 (Hospital du Velay)

Jalès
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Solignac-sur-Loire - 43
Jalès, village commune de Bains.
— Jales, 1210 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Joux
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Allègre - 43
Joux, hameau de Chétaux-d'Allègre.
— Jocz ou Jox, 1218 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Guxe, XVIIIe siècle (Carte de Cassini)

Orme
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43
Orme (L'), à Séneujols.
— A Senoiol, sos l'Olme, vers 1217 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Hern
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43
Hern (L'), village commune de Cayres.
— Homnines dell Erm, 1252 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Lioussac
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Canton: Puy-en-Velay - 43
Lioussac, lieu-dit, commune d'Ours-Mons.
— Comba de Lausac, 1254 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Cereyzet
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Solignac-sur-Loire - 43
Cereyzet, hameau commune de Saint-Christophe-sur-Dolaison.
— Serasis, vers 1190 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Espinasse
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43
Espinasse, village commune de Cayres.
— Espinassas, 1210 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Belvezet
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43
Belvezet, village commune de Saint-Jean-Lachalm.
— Belvezer, 1210 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Villa Belvezer, 1236 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Locus de Pulcro Visu, 1500 (Archives du Rhône, fonds de la commanderie de Chantoin, I, 8)

Uffour
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Allègre - 43
Uffour, village commune de Bellevue-la-Montage.
— Commanda d'Usforns (l'imprié porte Usfortis), 1222 (Martène, thes., nov., annecd., I, 897)
— Usforns, 1285 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Lous Fors, 1616 (Archives du Rhône, H 2153, foli 968)
— Huifous, XVIIIe siècle (Cartes de Cassini)

Polignac
PolignacDépartement: Haute-Loire, Arrondissement et canton: Puy-en-Velay - 43
Polignac, conton nord du Puy.
— Poauniac, lo prior de Podemnac, vers 1171 (Cartulaire des Templiers du Puy)

Vourzac
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Loudes - 43
Vourzac, village commune de Sanssac-l'Eglise.
— Vorzac, 1226 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Barbastre
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Solignac-sur-Loire - 43
Barbastre, lieu-dit commune de Solignac-sur-Loire.
— Barbasia, 1218 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Masprayt
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43
Masprayt, hameau commune de Cayres.
— Masfrait, 1218 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Ourbe
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Fay-sur-Lignon - 43
Ourbe, village commune de Champclause.
— Orba, 1217 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Chanteduc
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Brioude, Canton: La Chaise-Dieu - 43
Chanteduc, village commune de Laval-sur-Doulon.
— Chantaduc, vers 1262 (Archives Nationales, J. 1032, n°2)
— Maison du Temple, qui passa en 1313 aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem et devint un membre de la commanderie de Courteserre (Puy-de-Dôme)

Estreys
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Canton: Puy-en-Velay - 43
Estreys (Les), village de Polignac.
— Los Estreitz, 1226 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Mirmande
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Cayres - 43
Mirmande, château détruit, commune de Saint-Jean-Lachalm.
— Mirmanda, 1157 (Hospital du Velay)
— Castrum de Mirmanda, 1210 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)

Lonnac
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Loudes - 43
Lonnac, village commune de Sanssac-l'Eglise.
— Lothnacs, 1213 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
— Lotnac, 1227 (Fonds de la Maison du Temple du Puy)
Sources: M. Augusten Chassaing et Antoine Jacotin - Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire. Paris 1907.
Top

 

Montredon   (43)
Maison du Temple de Montredon
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Craponne-sur-Arzon, commune: Bellevue-la-Montagne - 43


Maison du Temple de Montredon
Localisation: Maison du Temple de Montredon


Les Templiers y avaient une commanderie. On connaît deux de ses commandeurs: Etienne de Mazard en 1213 et Pierre de la Boche en 1254. Peut- être convient-il de leur adjoindre Guillaume de Menteyres, dit Pouget, au nom duquel Raymond Chambararut, précepteur du Puy, transigea en 1273 avec Guillaumette de Peyre, abbesse des Chazes. En 1252, Lyon, chanoine de Saint-Agrève du Puy, légua deux sous à l'église de Montredon, « ecclesia de Templo. » C'est vraisemblablement à cause du préjudice qu'il avait causé à cette commanderie durant sa guerre privée avec Guigon de Châteauneuf, doyen du Puy, que Pons d'allégre, chanoine de Notre-Dame, légua aussi, en 1252, une indemnité de 300 sous aux Templiers.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.

Montredon, commune de Bellevue-la-Montagne, Haute-Loire.
Cette commanderie primitivement desservie par les Templiers, est dirigée en 1213, par Etienne de Mazard, commandeur.

Ce domaine possédait un grand manoir, dit château, des bâtiments, un moulin et de nombreuses terres. Les Templiers étaient en possession de la chapelle, cette même chapelle fut èrigée au XIe siècle. Elle à été dèfigurée au fils des siècles, mais, reste tout de même d'un grand intérêt architecturale roman du Velay.
La chapelle romane était destinée aux chevaliers et au personnel de la milice templière.

On connaît deux de ses commandeurs Templiers: Etienne de Mazard en 1213 et Pierre de la Boche en 1254.

Le château manoir, brûla au XVIe siècle, ce château était sous les Hospitaliers la résidence du commandeur.
Sources: Le diocèse du Puy-en-Velay des origines à nos jours, De Pierre Cubizolles

Maison du Temple de Montredon
1139, donation par Guillaume Amiel, aux Templiers, de fiefs dans le territoire de Montredon.

1230, transaction entre le commandeur de Douzens et Guillaume Amiel, au sujet de la juridiction de la ville Montredon et son territoire.

Le commandeur avait la seigneurie temporelle, foncière et directe, avec toute juridiction, des ville de Douzens, de Cabriac, de Fajac, de Saint-Jean-de-Molières, de Magrié, de Campagne, de Peyriac, la seigneurie spirituelle de Salles, de Notre-Dame-de-Vaux, de Cours, des fiefs et des rentes à Limoux et à Montredon; son revenu net, en 1751, était de 6,055 livres.
Sources: A. Du Bourg, Histoire du Grand Prieuré de Toulouse - Toulouse - 1883.

Eglise de Montredon
Le petit hameau de Montredon est situé au fond d'une vallée au centre de l'ancienne baronnie d'Allègre: c'était une ancienne commanderie de templiers relevant de celle du Puy.


Eglise de Montredon
226. Eglise de Montredon et chapiteau de la façade. D'après un dessin exécuté en 1850.


Voici en quels termes s'exprime la plus ancienne des visites de Malte conservée aux Archives du Rhône: « Ce qu'ayant entendu sommes entrés dans ladite chapelle que nous avons trouvée avoir onze cannes de long et quatre de large toute voultée sur arcades de fort belle structure. Pavée de pierres de taille en partie, le coeur séparé d'un barreau de bois avec ses portes sans serrure ny clefs; un autel de pierre dans ledit coeur, qui n'est sacré ni plus que l'autre qui est dans la nef: quatre fenêtres, les vitres rompues; deux portes à ladite chapelle sans serrure ni clefs. Au-dessus dudit autel sont les images de Notre-Dame. »

Le plus ancien commandeur connu est Etienne de Mazard, qui exerçait ses fonctions en 1213 (1).

Le château, résidence du Commandeur, fut brûlé au XVIe siècle, durant les guerres religieuses (2).

Avant d'avoir été dévalisée, la chapelle, de dimensions assez restreintes, était un des 22 édifices romans les mieux construits et les plus élégants du Velay.

Elle est bâtie en beaux blocs de granit très bien appareillés, mais déjà les pierres de taille des contreforts sont arrachées et on s'attaque à celles des murs.

Les bâtiments de la Commanderie étaient déjà en ruines. — Archives départementales du Rhône. Visite de 1616. H. 138, fol. 965 V. — En 1616, Montredon était un membre de Devesset.

Un portail assez large, encadré de deux contreforts, occupait le centre de la façade; il a été enlevé, mutilé et transporté à l'église récente de Lissac; un des contreforts a aussi également disparu (fig. 225).


Eglise de Montredon
225. Eglise de Montredon. Façade occidentale


Au-dessus de la place anciennement occupée par le portail se voient, comme dans certaines églises du Midi, trois modillions d'assez grandes dimensions: sur l'un est sculptée une tête, sur l'autre une étoile, sur le troisième une série de tores.

Plus haut encore se trouve une fenêtre dont l'archivolte est formée de plusieurs tores juxtaposés séparés entre eux par des filets et des gorges; les chapiteaux qui la supportent sont décorés de têtes, les colonnettes ont disparu.


Eglise de Montredon
229. Eglise de Montredon. Façade septentrionale.


La façade septentrionale (fig. 229) est presque plaquée contre la montagne dont elle n'est séparée que par un étroit passage: l'appareil n'en est pas moins fort soigné. Une fenêtre s'ouvre dans l'espace qui sépare chaque contrefort: les baies en plein cintre sont entourées d'archivoltes d'un profil analogue à celui que nous avons signalé sur la façade; les colonnettes qui les supportent ont toutes disparu.

Entre chaque fenêtre se déroule un cordon composé d'un biseau, d'un onglet et d'une doucine. Au-dessous de la toiture, enfin, règne une corniche d'un profil identique reposant sur des modillons sculptés avec soin.


Eglise de Montredon
227. Eglise de Montredon. Façade méridionale.


Sur la paroi méridionale (fig. 227) se trouvait à la première travée une autre porte, aujourd'hui transportée à Saint-Paulien où elle a été employée dans la construction de la chapelle de l'hôpital (pl. CVIII. nº6); au-dessus, se voit encore, comme sur la façade, une série de modillons. Cette travée n'a pas de fenêtre; les autres, séparées entre elles par des contreforts, en sont pourvues.

L'abside, qui, extérieurement tout au moins, paraît avoir présenté plusieurs pans, est presque entièrement démolie; les fenêtres et les modillons ont été transportés soit à Saint-Paulien, soit à Lissac.


Eglise de Montredon
231. Intérieure de l'église de Montredon.


L'intérieur, actuellement divisé en deux étages par un plancher, est transformé en étable et au-dessus en fenil: la voûte romane en berceau brisé est encore intacte, les voussoirs alternativement blancs et noirs sont disposés avec une régularité parfaite (fig. 231); les doubleaux simples, de forme brisée, reposent sur des chapiteaux taillés avec soin représentant des feuillages, soit simples, soit entremêlés de têtes d'un grand caractère (fig. 230 et 232). Ces chapiteaux sont eux-mêmes portés sur de petits pilastres en encorbellement (fig. 228). Il ne semble pas qu'il y ait eu d'arcs latéraux. Une corniche, formée d'un bandeau, un onglet et une doucine, marque la naissance de la voûte.


Eglise de Montredon   Eglise de Montredon   Eglise de Montredon
228. Eglise de Montredon. Pilastre supportant le doubleau.
230. Eglise de Montredon. Chapiteau de l'intérieur.
232. Eglise de Montredon - Chapiteau de l'intérieur.


Le profil des arcs et des moulures, la recherche apportée dans tous les détails, assignent pour date à ce monument l'extrême fin du XIIe siècle, tandis que la présence de modillons au-dessus des portes et l'absence d'arcs latéraux semblent indiquer que l'architecte qui l'a construit était étranger au Velay.
1. Chassaing, Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay, Paris, Champion, 1882, in-16, page XI.
2. Chassaing, Cartulaire des Hospitaliers du Velay, Paris, Picard, 1888, in-8º, page XLI.

Sources: L'Architecture Religieuse à l'époque Romane dans l'ancien diocèse du Puy. Texte de Noël Thiollier, gravures de Félix Thiollier. Imprimerie R. Marchessou, Le Puy 1900.

Montredon, village sur la commune de Bellevue-la-Montagne
— Maison du Temple, transférée en 1313 aux Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, qui est devenue un membre de la commanderie de Devesset.
— Maginter de Mont-Redont, 1213 (Maison du Temple du Puy)
— Ecclesia de Templo, 1252 (Saint-Agrève)
— Domus Militie Templi de Monte Rotundo, 1293 (Archives du Rhône, commanderie de Montredon, tome I, 1)
— Domus Montis Rotondi, 1345 (Terrier de Pons de Céaux)
— La commanderie de Montredon, 1585 (Johanny nre)
— Vocable depuis 1313: Saint-Jean Baptiste.
— Cure: collateur, le commandeur de Montredon.
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire, par M. Auguste Chassaing. Paris Imprimerie Nationale MDCCCCVII
Top

 

Puy-en-Velay (Le)   (43)
Maison du Temple de Saint-Barthélemy du Puy-en-Velay
Département: Haute-Loire, Arrondissement et Cantons: Le Puy-en-Velay - 43


Maison du Temple de Saint-Barthélemy du Puy-en-Velay
Localisation: Maison du Temple de Saint-Barthélemy du Puy-en-Velay


Comme dépendances de leur maison du Puy, les Templiers possédaient dans la ville ou sa banlieue: un moulin sur la rivière du Dolaizon (Molendinum Templi, 1283), le tènement de la Gazelle qui s'appelait « l'Ouche du Temple » et des droits de directe seigneurie sur des maisons, notamment place du Martouret, sur une prairie au pont de SumèneBien du Temple à Sumène
Domaine du Temple à Sumène
(commune de Saint-Germain-Laprade), et sur des vignes aux terroirs de Lioussac près Ours, de Papelengue près Roche-Arnaud et du Bessat près Espaly.

La Maison du Temple du Puy-en-Velay était comme on peut le constater une baillie du Temple, elle avait pour dépendance dans la région de la Haute-Loire les Maisons et autres biens en terres ou en bois: Les Bineyres; Séneujols; Solignac-sur-Loire; Frecycenet; Montredon; Belvezet; Bessamorel; Marlhettes.

Maitres ou précepteurs de Saint-Barthélemy-du-Puy
Cette liste comprend peut-être des Templiers marquants par le rôle qu'ils ont joué et des faits d'armes. En province, sur un sujet si spécial, les secours bibliographiques font défaut, et nous avons dû, à notre grand regret, renoncer à tenter de rattacher ces noms à l'histoire générale de l'ordre. Mais, en revanche, les archives locales nous permettaient de rechercher leur origine, et nous n'avons rien négligé pour arriver à la découvrir:
I. Jaucerand (vers 1190).
II. Pierre Lélut (Peire Eleit) (vers l204), auparavant abbé de Mazan. Nous l'identifions avec Pierre, troisième abbé de Mazan, qui figure dans des chartes de 1194 et 1202; jusqu'ici son nom de famille était ignoré.
III. Odon (vers 1205).
IV. Foulques de Montpezat (juin 1210 - octobre 1210 était peut-être de Montpezat, arrondissement de Largentière (Ardèche). Toutefois, ce nom est trop répandu dans le Languedoc pour qu'il soit possible de rien affirmer.
V. Raymond de Servières (de Cerveira, de Serveira.) (4 février 1215 - novembre 1216) appartenait probablement à la race primitive des seigneurs de Servières, près Saugues.
VI. Durand de Laroux (de Leros, de Lero) (juin 1217).
Laroux (ville, commune de Vorey, arrondissement du Puy) était, au moyen-âge, une seigneurie, et avait donné son nom à une famille d'ancienne chevalerie. Durand de Laroux devait appartenir à celle maison.
VII. Raymond du Thiolent (de Toeils),
(Vers 1218-1219), sortait de la maison des premiers seigneurs du Thiolent, commune de Vergezac, canton de Loudes.
VIII. Pons de Bains (de Bais) (mars 1227),
Appartenait à une famille de chevalerie établie à Bains (canton de Solignac-sur-Loire) et qui en portail le nom. Le château de Bains relevait en fief de l'évêché da Puy en 1267.
IX. Durand de Laroux (de Laros) (juin 1236),
Déjà précepteur en 1217.
X. André [Dalmas ?] (9 juillet 1248 - 16 mars 1254).
Un des témoins de la charte XXIX, Hugues Dalmas, est appelé son « neveu. » On peut supposer que frère André était l'oncle paternel d'Hugues. En ce cas, ils portaient tous deux le même nom, qui était celui d'une famille chevaleresque établie à la Roche-Dumas (commune de Coubon, canton du Puy); petit hameau qui a conservé le nom, légèrement altéré, de ses anciens seigneurs.
XI. Jourdain de Cereys (8 février 1270),
Appartenait à la race primitive des seigneurs de Cereys ou de Sereys (aujourd'hui Cereix, commune de Saint-Jean-de-Nay, canton de Loudes).
XII. Raymond Chambarut (août 1270 - 13 janvier 1273),
Etait peut-être originaire du Velay. Vers 1280, il fut commandeur de Richerenches (canton de Valréas, arrondissement d'Orange, Vaucluse.)
XIII. Jourdain de Cereys (juin 1277- 1er avril - 1284),
Déjà précepteur en 1270.
XIV. Bertrand de la Roche (19 août 1285),
Reçut la foi et hommage des hommes de Séneujols, vassaux du Temple, et admit dans l'ordre Giraud Cellérier, l'un des frères servants du Puy arrêtés en 1307.
XV. Bertrand de la Séauve (de Silva) (12 mars 1291),
Originaire de Ceyssac près le Puy, avait été reçu dans l'ordre à Montpellier par Rousselin de Fos, grand Maître de Provence; il était frère chevalier à la maison provinciale de cette ville, en 1307, lors de son arrestation.
XVI. Barral de Gauzignan [Barralis de Grazilhano] (vers 1306),
Etait originaire des environs d'Alais (De Saint-Césaire de Gauzignan, canton de Vézenobre). Il reçut dans l'ordre Mathieu Bigorre, l'un des Templiers de Saint-Barthélemy du Puy arrêtés en 1307. Antérieurement il avait été commandeur de Saint-Gilles.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.
Top

 

Sauvetat (La)   (43)
Maison du Temple de La Sauvetat
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Velay volcanique, Commune Landos - 43


Maison du Temple de La Sauvetat
Localisation: Maison du Temple de La Sauvetat


Située sur la route du Puy à Nîmes, un peu au-delà de Charbonnier où existait un péage dont l'évêché du Puy et la maison de Montlaur partageaient les revenus, la Sauvetat, comme son nom « Salvitas » le dénote, était un lieu d'asile, une ville franche créée par l'Eglise et les évêques du Puy dont elle dépendait en 1164.
Au XIIIe siècle, le Temple y avait une commanderie.
Dans ses appartenances et sur les confins des paroisses de Landos et du Bouchet-Saint-Nicolas, existait le village de Mars, aujourd'hui complètement disparu, où Armand de Mirmande, chanoine de Saint-Agrève, céda aux Templiers un mas de terre, en 1210, à la réception d'Armand Portafaix dans l'ordre.
En 1270, l'évêque du Puy permit à Raymond Chambarut, précepteur du Puy, d'édifier à la Sauvetat une chapelle dédiée à la sainte Vierge, avec un cimetière pour les frères et les gens du Temple.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.
Top

 

Seneujols   (43)
Maison du Temple de Séneujols
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Le Puy-en-Velay, Canton: Velay volcanique - 43


Maison du Temple de Séneujols
Localisation: Maison du Temple de Séneujols


— En 1210, lorsqu'il fut reçu dans l'ordre, Armand Portafaix donna aux Templiers sa part dans la forêt de Mirmande, et de plus, Armand de Mirmande chanoine de Saint-Agrève, leur transféra les droits d'alleu et de fief qu'il possédait a Séneujols et dans ses dépendances, en y ajoutant la faculté de couper dans la même forêt tout le bois de chauffage, de construction et de travail pour la fabrication ou l'entretien des instruments aratoires, dont pourraient avoir besoin la préceptorerie de Saint-Barthélemy du Puy et les autres commanderies du Temple.

Cette forêt de pins et de hêtres, aujourd'hui bien amoindrie, couvrait les deux versants du rideau de montagnes qui sépare Séneujols et l'ancien château de Mirmande, et chaque versant portait, le nom de celle de ces localités qui lui fait face.

— En 1212, Guillaume de la Rode et, les Templiers - ceux-ci comme ayants droit d'Armand Portafaix - partagèrent entre eux cette forêt.
— A Séneujols, les chefs de famille, vassaux du Temple, étaient au nombre de neuf.

— En 1285, tous ensemble à Chantoin, ils rendirent hommage au précepteur de Saint-Barthélemy, en lui baisant les pouces, et, à genoux et les mains jointes, lui jurérent fidélité sur l'Evangile.
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.
Top

 

Solignac-sur-Loire   (43)
Domaine du Temple de Solignac-sur-Loire
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Velay volcanique - 43


Domaine du Temple de Solignac-sur-Loire
Localisation: Domaine du Temple de Solignac-sur-Loire


Le Temple y avait des prairies qui, en 1425, n'avaient pas encore perdu son nom: « los Prats del Temple. »
Sources: Augustin Chassaing, Le Cartulaire des Templiers du Puy-en-Velay. Paris 1882.
Top

 

Temple (Le) Haute-Loire   (43)
Lieux Le Temple ou Templehof dans le département de la Haute-Loire, pour certains lieux-dits, ils ont disparu et ne peuvent donc pas être localiser sur les cartes de Cassini, IGN ou d'Etat-Major.

Le Temple
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Velay volcanique - 43
Temple (Les Prés du), prairies à Solignac-sur-Loire.
— Pratum voc, del Temple, aux Pratz del Temple, 1424 (Archives du Rhône, H. 2233)
Il n'y a plus aucune trace du nom Temple

Le Temple
Département: Haute-Loire, Arrondissement: Puy-en-Velay, Canton: Velay volcanique - 43
Temple (Moulin du), à Solignac-sur-Loire.
— Molendinum domus Templi, 1233 (Archives du Rhône, Chantouin)
Il n'y a plus aucune trace du nom Temple
Sources: Dictionnaire topographique du département de la Haute-Loire, par M. Auguste Chassaing. Paris Imprimerie Nationale MDCCCCVII
Top

 

Départements visité 1375752 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.