Sixième Croisade

1 - [1223] Jean de Brienne demande des secours en Europe

Après la conférence tenue en Campanie, le roi Jean de Brienne alla solliciter des secours pour la terre sainte dans les principaux États de l'Europe. Lorsque le roi de Jérusalem arriva en France, les Français pleuraient la mort de Philippe-Auguste. Jean de Brienne assista aux funérailles de son bienfaiteur, qui avait légué, en mourant, trois mille marcs d'argent aux défenseurs de la Palestine. Après avoir rendu les derniers devoirs à Philippe, le roi de Jérusalem passa en Angleterre et en Allemagne, où sa présence et ses discours rappelèrent aux chrétiens les malheurs de la terre sainte.

De son côté, l'empereur Frédéric faisait tous les préparatifs nécessaires pour une expédition qu'il devait diriger en personne. On construisait, par ses ordres, dans tous les ports de la Sicile, des vaisseaux pour le transport des croisés. « Le ciel et la terre, écrivait-il au pape, me sont témoins que je désire de toute mon âme le triomphe des armes chrétiennes, et que je ne néglige rien pour assurer le succès de la sainte expédition ». Dans toutes ses lettres, Frédéric exhortait le souverain pontife à ne rien négliger pour augmenter le nombre des soldats de Jésus-Christ. Devenu tout à coup plus zélé pour la croisade que le pape lui-même, il reprochait à la cour de Rome d'épargner les indulgences et de confier la prédication de la guerre sainte à des orateurs vulgaires ; il conseillait au pape de redoubler d'efforts pour apaiser les querelles entre les princes chrétiens et faire signer la paix aux rois de France et d'Angleterre, afin que la noblesse et le peuple de ces deux royaumes pussent prendre part à la croisade. Frédéric, ne pouvant se rendre en Allemagne, y envoya le grand-maître de l'ordre Teutonique, et le chargea d'exhorter le landgrave de Thuringe, le duc d'Autriche, le roi de Hongrie et les autres princes de l'Empire à faire le serment de combattre les infidèles. Il s'engageait à fournir aux croisés des vaisseaux, des vivres, des armes, et tout ce qui leur serait nécessaire pour l'expédition d'outre-mer. Enfin l'empereur déployait tant d'activité, montrait tant d'ardeur et de zèle, que toute l'attention des chrétiens se portait vers lui, et qu'il était regardé comme l'âme, le mobile et le chef de la sainte entreprise.

Cependant le pape, de son côté, ne négligeait point les intérêts de la croisade : il pressait le départ du duc de Brabant, et promettait quinze mille marcs d'argent au marquis de Montferrat décidé à passer les mers à la tête d'une troupe choisie. Le souverain pontife, qui avait exhorté Philippe-Auguste à se joindre à Frédéric, recommanda aussi les intérêts de Jérusalem à son successeur Louis VIII ; il l'invita à se réconcilier avec le roi d'Angleterre, afin de concourir à l'expédition de terre sainte. Honoré reçut du patriarche d'Alexandrie une curieuse lettre que nous devons reproduire ici, parce qu'elle nous fait connaître la situation des chrétiens d'Orient à cette époque : Les archevêques, les évêques, les prêtres, clercs, et généralement tous les chrétiens qui sont en Egypte, adressent à Votre Sainteté leurs supplications mêlées de soupirs et de larmes... Nous n'osons point avoir des chevaux dans nos maisons, ni porter nos morts à travers la ville avec la croix ; si une église chrétienne vient à tomber par quelque accident, nous n'osons point la réédifier d'aucune manière. Depuis quatorze ans, chaque chrétien d'Égypte paie le « djéziéh », que les Latins appellent « tribut », et qui est d'un besant d'or et de quatorze karoubas ; s'il est pauvre, on le jette en prison, et il ne peut en sortir qu'en acquittant tout le tribut. Les chrétiens sont en si grand nombre en Egypte, que, chaque année, il faut payer au trésor du sultan dix mille besants sarrasins d'or, monnaie de Babylone. Que vous dire de plus, lorsque les chrétiens sont employés aux ouvrages les plus avilissants et les plus bas, même à nettoyer les places de la ville, ce qui fait la honte de toute la chrétienté ? On ne doit point vous rappeler dans quel état de ruine, de désolation et d'abandon, demeure Jérusalem, élevée au rang des villes. Le monde entier connaît ce qui s'est passé à Damiette et ce qui s'y est fait ; il ne faut point consigner dans des lettres ce qui est honteux à dire.

Ayez pitié de nous, Seigneur, ayez pitié de nous. Venez, et délivrez-nous, notre père spirituel. De même que les saints attendaient, avant la venue du Christ, la rédemption et la délivrance des hommes par le fils de Dieu, ainsi nous soupirons après l'arrivée de votre fils l'empereur. On ne doit point oublier, mais il faut au contraire bien se rappeler la conduite que doit suivre l'empereur lorsqu'il viendra. Voici la voie à tenir pour arriver sain et sauf et sans dommage, avec l'agrément de Dieu. Que les galères et les vaisseaux (galeœ et naves), quels qu'ils soient, entrent par la branche du Nil qui débouche à Rosette, et jettent l'ancre près d'une ville, située dans une île du fleuve, nommée Foha. En agissant ainsi, on obtiendra, Dieu le permettant, toute la terre d'Egypte, sans éprouver de désastre. Le bras de Rosette est profond et large ; l'île indiquée abonde en toutes sortes de biens, ainsi que le porteur des présentes, homme fidèle et l'un de nos familiers, pourra vous le dire; nous vous l'avons envoyé, parce que nous connaissons sa prudence et sa sagesse à cet égard. L'événement le plus déplorable arrivé en Egypte par la conquête de Damiette, et qui tourne au déshonneur du christianisme, c'est que cent cinquante églises ont été détruites : par celui qui vit dans les siècles, je ne mens point dans ce récit. Que votre main triomphe des ennemis du Christ ! Les Sarrasins, appelés « molana », c'est-à-dire seigneurs, qui occupaient l'Egypte avant Saladin, supplient et conjurent. Votre Sainteté, par le nom de Dieu, de vous hâter d'envoyer celui que vous nous destinez, parce que la terre d'Egypte est à vous.
Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

2 - Départ de Frédéric pour les Etats Latins d'Orient

Cependant la mort moissonnait chaque jour un grand nombre de croisés ; les pèlerins avaient déjà vu les funérailles du landgrave de Thuringe et de plusieurs seigneurs allemands, lorsque Frédéric, n'osant plus résister aux volontés du Saint-Siège, donna enfin le signal du départ. Dans toutes les provinces de son empire on adressait au ciel des prières pour le succès de son pèlerinage ; mais il se trouvait à la tête d'une armée découragée par toutes sortes de souffrances, et lui-même paraissait peu ferme dans sa résolution. A peine la flotte était-elle sortie du port de Brindes, qu'elle fut assaillie et dispersée par une violente tempête ; l'empereur tomba malade, et, redoutant les suites de son mal, les écueils de la mer, peut-être aussi les projets de ses ennemis, touché des plaintes de ceux qui l'accompagnaient, il renonça tout à coup à son entreprise lointaine, et débarqua dans le port d'Otrante.

Frédéric fait demi-tour, le pape Grégoire IX est fou de rage

Grégoire avait célébré le départ de Frédéric comme un triomphe de l'église : il regarda son retour comme une véritable révolte contre le Saint-Siège. La petite ville d'Agnani, où le pape s'était retiré, fut témoin de sa colère, et vit naitre le formidable orage qui troubla si longtemps le monde chrétien. Accompagné des cardinaux et des évêques, Grégoire se rendit dans la principale église, et, monté en chaire, il prononça devant tout le peuple assemblé un sermon qui avait pour texte : "Il est nécessaire qu'il arrive des scandales, après avoir cité les prophètes, parlé du triomphe de saint Michel sur le dragon, il lança contre Frédéric les anathèmes de l'église" (12).
L'empereur envoya d'abord au pape des ambassadeurs pour expliquer et justifier sa conduite. Grégoire inexorable refusa de les entendre, s'adressa à tous les souverains de l'Europe (13), et leur représenta Frédéric comme un prince infidèle et parjure ; il l'accusait d'avoir exposé les croisés à périr de faim, de soif et de chaleur dans les campagnes de la Pouilles, d'avoir enfin, sous le vain prétexte d'une maladie, violé son serment et déserté les drapeaux de Jésus-Christ "pour retourner aux délices ordinaires de son royaume". Frédéric irrité répondit avec amertume aux accusations de Grégoire (14) ; dans son apologie, qu'il envoya à tous les princes de la chrétienté, il se plaignait des usurpations du Saint-Siège, et montrait sous les couleurs les plus odieuses la politique et les desseins ambitieux de la cour de Rome.
L'église romaine, disait-il, envoie partout des légats "avec pouvoir de punir, de suspendre, d'excommunier, non dans le dessein de répandre la parole de Dieu, mais pour ramasser de l'argent et recueillir ce qu'ils n'ont pas semé". L'empereur rappelait dans ses lettres les violences exercées par les papes envers le comte de Toulouse, envers le roi d'Angleterre ; il ajoutait que les domaines du clergé ne suffisaient plus à l'ambition du Saint-Siège, et que les souverains pontifes voulaient étendre leurs mains sur tous les royaumes.
Dès lors la guerre se trouva déclarée entre le pape et l'empereur : ils n'avaient ni l'un ni l'autre le caractère et l'humeur pacifiques ; tous deux, jaloux de leur pouvoir jusqu'à l'excès, poursuivaient leurs desseins avec une constance que rien ne pouvait ébranler. Grégoire, quoique dans un âge très-avancé, montrait une activité infatigable, ne laissait point de repos à ses ennemis, invoquait à la fois contre eux les foudres de la religion et celles de la guerre ; il ne dédaignait point les armes d'une éloquence véhémente et passionnée : les manifestes qu'il publiait rappelaient sans cesse les menaces faites par les prophètes ; ces menaces, mêlées à d'obscures allégories, donnaient à ses paroles une teinte sombre et mystérieuse qui le faisait regarder comme l'interprète du ciel irrité. Frédéric n'était pas un prince moins habile, un ennemi moins redoutable : l'art de la guerre n'avait point de secrets ni de stratagèmes qu'il ne connût, la politique point de moyens qu'il ne sût employer ; doué d'un esprit vif et pénétrant, versé dans les sciences humaines, il savait confondre ses ennemis dans une discussion, comme il savait les vaincre sur le champ de bataille ; descendant, par les femmes, de ces fameux Normands qui avaient conquis la Sicile et le royaume de Naples, il unissait comme eux le courage et la ruse, l'audace et la dissimulation ; pour plaire à la cour de Rome, il avait fait des lois barbares contre les hérétiques ; devenu l'ennemi des papes, il ne craignit point d'armer les hérétiques et les musulmans contre la cour de Rome. Lorsqu'on lui offrit le royaume de Jérusalem, il ne mettait pas un grand prix à cette possession, mais il l'accepta avec joie pour augmenter sa popularité dans le monde chrétien, et pour s'armer un jour contre les souverains pontifes d'un titre qui était alors en vénération.

[1228] Guerre ouverte en Grégoire IX et Frédéric

Une guerre entre de pareils ennemis devait être terrible et répandre la désolation et le trouble dans toute la chrétienté. Grégoire, de retour à Rome, renouvela son excommunication dans l'église de Saint-pierre (15) ; Frédéric, pour s'en venger, attira dans son parti la noblesse romaine (16), qui prit les armes, insulta le souverain pontife jusqu'au pied des autels, et le força d'abandonner la capitale du monde chrétien. Le pape, chassé de Rome, poursuivit son ennemi avec plus de fureur, et, déployant la formidable autorité de l'église universelle, il délia les sujets de Frédéric du serment de fidélité, en leur rappelant qu'on ne doit point d'obéissance à ceux qui "s'opposent à Dieu et à ses saints". Cependant les chrétiens de la Palestine ne cessaient pas d'implorer les armes de l'Occident. Une lettre du patriarche de Jérusalem, des évêques de Césarée et de Bethléem, des grands maîtres des trois ordres militaires (17), vint apprendre au souverain pontife le désespoir dans lequel étaient tombés les fidèles d'Orient, lorsqu'on leur avait annoncé que Frédéric différait son départ. Le pape accueillit leurs plaintes, et mit d'autant plus de zèle à les faire connaître à tous les chrétiens, qu'elles lui fournissaient une nouvelle occasion d'accuser l'empereur d'Allemagne. Mais les plaintes de la Palestine et les pressantes exhortations de Grégoire ne purent émouvoir les peuples de l'Occident, occupés de leurs propres dangers et consternés à la vue des violents orages qui venaient d'éclater. Ainsi, dans cette circonstance malheureuse, les colonies chrétiennes abandonnées à elles-mêmes et livrées aux plus grands désordres auraient pu être envahies et détruites de fond en comble, si la providence n'eût suscité de nouvelles discordes parmi leurs ennemis.

En Orient, les princes ayyoubides se disputent les villes et les provinces

Pendant le siège de Damiette, le danger avait réuni les enfants de Malek-Adhel. Après la victoire, l'ambition reprit la place de la crainte : les princes ayyoubides se disputèrent les villes et les provinces que leur union avait sauvées de l'invasion des chrétiens. Coradin, prince de Damas, redoutant les entreprises de son frère Malek-Kamel, sultan d'Egypte, venait d'appeler à son secours Gelal-Eddin, souverain du vaste empire du Karisme. Le sultan du Caire craignit pour lui-même les suites de cette alliance, et tourna ses regards vers les princes de l'Occident. Depuis plusieurs années, le seul bruit des préparatifs de Frédéric jetait l'effroi parmi les puissances musulmanes. L'empereur d'Allemagne était regardé dans l'Orient comme le chef de toutes les nations de l'Europe. Le sultan d'Egypte (18) mettait le plus grand prix à désarmer un ennemi formidable ; et, comme les plaintes du pape, comme le bruit des discordes qui avaient éclaté parmi les chrétiens, étaient parvenus jusqu'à lui, il conçut l'espoir de trouver dans Frédéric un allié sincère, un auxiliaire puissant.
Malek-Kamel envoya des présents et des ambassadeurs à l'empereur d'Allemagne : il invitait Frédéric à se rendre en Orient, et promettait de lui livrer Jérusalem. Cette proposition causa autant de joie que de surprise à l'empereur, qui envoya à son tour en Egypte un ambassadeur chargé de connaître les intentions du sultan du Caire et de lui offrir son amitié. L'envoyé de Frédéric fut reçu à la cour du sultan arec de grands honneurs, et revint annoncer à son maître que Malek-Kamel était prêt à le seconder dans son expédition d'outre-mer. Cette négociation, qui fut ignorée du pape et de tous les chrétiens de l'Occident (19), détermina Frédéric à poursuivre le projet de la croisade ; il avait plusieurs autres motifs pour ne point renoncer à son expédition d'Orient. Il savait que Jean de Brienne était sur le point de retourner en Palestine et de se remettre en possession du royaume de Jérusalem. Le pape continuait à le représenter comme l'ennemi de Jésus-Christ et le fléau des chrétiens. Pour faire échouer le projet de Jean de Brienne et répondre au souverain pontife d'une manière victorieuse, Frédéric résolut de s'embarquer pour la terre sainte. Il voulut proclamer son dessein avec le plus grand appareil, et fit placer dans la plaine de Barletta un trône magnifique sur lequel il monta en présence d'une foule innombrable de spectateurs. Dans tout l'éclat de la magnificence impériale, il parut revêtu de la croix des pèlerins, et lui-même annonça au peuple assemblé qu'il allait partir pour la Syrie. Afin de donner plus de solennité à cette pompeuse cérémonie, et pour toucher les coeurs de la multitude, l'empereur fit lire à haute voix son testament ; les barons et les seigneurs jurèrent au pied de son trône de faire exécuter ses dernières volontés, s'il venait à perdre la vie au milieu des périls de la mer et de la guerre d'Orient (20).
Cette manière toute profane de proclamer une guerre sainte ne devait point réveiller l'enthousiasme dans les esprits. Ce qui étonne le plus au milieu d'une cérémonie si nouvelle dans l'histoire des croisades, c'est l'absence même de la religion, qu'on avait la prétention de servir, et le silence de cette foule de croisés prosternés devant les trônes de la terre, osant à peine invoquer le Dieu pour lequel ils allaient combattre. Qu'on se reporte par la pensée au concile de Clermont, présidé par Urbain, et qu'on juge la différence des temps, des moeurs et des opinions.

Le pape interdit à Frédéric de partir pour la croisade

Lorsque le pape apprit cette résolution de Frédéric, il lui envoya des ecclésiastiques pour lui défendre de s'embarquer. Le souverain pontife reprochait à l'empereur d'offrir au monde le scandale d'une croisade dirigée par un prince réprouvé de Dieu. Comme la flotte de Frédéric n'était composée que de vingt galères et qu'il n'emmenait avec lui que six cents chevaliers, Grégoire l'accusait de n'avoir point rempli ses promesses, et comparait sa tentative imprudente à l'expédition d'un chef de pirates. L'empereur ne répondit point aux envoyés du pape. Plus le chef de l'église mettait d'opposition à son départ, plus Frédéric se montrait impatient de partir et d'accomplir son dessein : dans son indignation, il s'applaudissait d'avoir à braver tout ensemble les foudres de Rome et les armes des musulmans. Il laissait en Sicile la plus grande partie de son armée ; le duc de Spolète, son lieutenant était chargé tout à la fois de négocier la paix avec le pape et de poursuivre la guerre commencée contre l'état romain.

La folle de croisade de l'empereur Frédéric II

Lorsqu'il apprit le départ de l'empereur, Grégoire se trouvait dans la petite ville d'Assise, occupé de la canonisation de saint François. Pendant plusieurs jours, il avait chanté les hymnes de l'espérance et de la joie : "François, disait-il, avait paru comme l'étoile du matin, comme la lune dans son éclat" (21). Ce langage de paix, cet appareil de fête, fut tout à coup interrompu par les malédictions que le pape prononça contre Frédéric. Le souverain pontife se rendit au pied des autels et conjura le ciel de confondre l'orgueil des monarques impies et de faire échouer leurs entreprises sacrilèges.

Arrivée de l'empereur à Saint-Jean d'Acre

Cependant l'empereur était arrivé sur les côtes de Syrie : il fut reçu à Ptolémaïs par le patriarche, le clergé et les grands maîtres des ordres militaires (22). Pendant plusieurs jours les chrétiens d'Orient virent en lui le libérateur et le roi de Jérusalem ; mais il s'opéra bientôt un changement dans les esprits. Deux disciples de saint François, envoyés par le pape, vinrent annoncer au patriarche, aux trois grands maîtres des ordres militaires, à tous les fidèles, qu'ils avaient reçu un prince rebelle aux volontés de l'église (23). Dès lors le mépris, la haine, la défiance, prirent la place du respect et de la soumission. On commença à s'apercevoir que Frédéric n'était suivi que d'un petit nombre de guerriers, et qu'il n'avait point assez de troupes pour se faire redouter des infidèles ou des chrétiens. On ne parlait dans Ptolémaïs que de l'excommunication du pape, des moyens de se soumettre à l'obéissance d'un prince hérétique : jamais on n'avait moins songé à la délivrance de Jérusalem.

Au moment où Frédéric arrivait en Syrie, Coradin, souverain de Damas, venait de mourir, laissant ses états aux mains d'un jeune prince incapable de les défendre. L'esprit de licence qu'on remarquait déjà dans les dernières guerres parmi les troupes de Syrie et de l'Egypte, faisait chaque jour de nouveaux progrès, et mettait en péril tous les trônes musulmans. Le sultan du Caire était venu, à la tête d'une armée, dans la Palestine, pour s'en emparer sur le fils de Coradin. La renommée annonçait qu'il venait pour défendre Jérusalem et pour combattre les chrétiens ; mais son véritable dessein était de profiter des événements de la guerre et des discordes qui éclataient de toutes parts, pour s'emparer de Damas et triompher des ennemis que la jalousie et l'ambition lui avaient suscités parmi les musulmans et les princes de sa propre famille.

L'empereur d'Allemagne sortit de Ptolémaïs avec son armée et vint camper entre Césarée et Joppé. il avait envoyé auprès de Malek-Kamel le seigneur de Sidon et le comte Thomas de Célano, pour lui rappeler ses promesses et lui dire que, maître des plus vastes provinces de l'Occident, il ne venait point en Asie pour faire des conquêtes, qu'il n'avait d'autre projet que de visiter les saints lieux et de prendre possession du royaume de Jérusalem qui lui appartenait.
Lorsque les ambassadeurs chrétiens arrivèrent auprès de l'armée musulmane, campée dans le voisinage de la ville sainte, les circonstances qui avaient engagé Malek-Kamel (24) à solliciter le secours de Frédéric étaient changées, et le sultan se trouvait dans une position embarrassante (25). On ne redoutait plus l'invasion des Karismiens, mais celle des guerriers de l'Occident. Naguère il avait promis de livrer Jérusalem à l'empereur des Francs : alors, pour obtenir la possession de Damas, il venait de promettre aux princes musulmans de conserver la Judée sous les lois de l'islamisme. Le sultan reçut avec distinction les députés de Frédéric, mais il ne répondit point à leurs propositions ; toutefois, il envoya à l'empereur une ambassade, chargée d'exprimer son désir de la paix et son estime particulière pour le plus grand prince de la croyance d'Issa. On était alors au milieu de l'hiver, et les deux armées ennemies n'attendaient point le signal des combats. Des négociations pacifiques s'établirent, dans lesquelles l'empereur d'Allemagne et le sultan du Caire se témoignèrent une affection réciproque. Frédéric, dont le nom seul avait répandu l'effroi parmi les infidèles, excitait vivement leur attention et leur curiosité. On parlait des puissants royaumes qui formaient son empire au delà des mers. Ce prince, si on en croit les chroniques musulmanes, était roux et chauve, il avait la stature petite, la vue faible, ce qui faisait dire aux Orientaux que (La chronique d'Yafeï), "s'il eût été esclave on n'en aurait pas donné deux cents drachmes". Cependant on admirait ses vertus guerrières et sa magnificence impériale. On vantait à la cour du sultan ses lumières dans la médecine, dans la dialectique, dans la géométrie, et les musulmans de la Syrie et de l'Egypte se plaisaient d'autant plus à relever le mérite de ses connaissances, qu'ils les attribuaient aux leçons des Arabes de la Sicile.
D'un autre côté, Malek-Kamel n'était pas moins digne de fixer l'attention et d'attirer l'estime de ses ennemis. Ce prince avait souvent montré une modération qu'on aurait pu regarder, en Orient, comme un phénomène ; les chrétiens n'avaient pas sans doute oublié que, dans la dernière guerre, il avait sauvé de la mort l'armée prisonnière du roi de Jérusalem. Le sultan du Caire passait aussi pour aimer les savants et pour cultiver les lettres. Il se montrait si passionné pour la poésie, comme on a pu le voir dans cette histoire, qu'il écrivait quelquefois en vers à ses lieutenants, à ses alliés, et que ceux-ci, pour obtenir son amitié ou sa faveur, lui répondaient dans le même langage.

L'émir Fakr-Eddin, que Malek-Kamel avait envoyé auprès de Frédéric en Sicile, et qui, à l'époque dont nous parlons, était chargé des négociations pour la paix, connaissait les lois et les moeurs de l'Occident. Fils d'un des scheiks les plus savants de l'Egypte, il avait lui-même une grande réputation de savoir et d'habileté. Aussi, dans les fréquentes conférences qui eurent lieu entre les musulmans et les chrétiens, on parla bien plus souvent de la géométrie d'Euclide, des aphorismes d'Averroès et de la philosophie d'Aristote, que de la religion de Jésus-Christ et de celle de Mahomet. Imitant en quelque sorte ces rois d'Orient qui, au temps de Salomon, envoyaient à leurs voisins des énigmes à deviner, Frédéric adressa plusieurs fois au sultan du Caire des problèmes de géométrie et de philosophie (Makrisi). Le sultan, après avoir consulté les scheiks les plus savants, chargeait ses ambassadeurs de porter sa réponse à l'empereur, et lui envoyait à son tour de nouveaux problèmes à résoudre.
Quoique Jérusalem fût le principal et même l'unique objet des négociations, aucun des deux princes ne paraissait mettre un grand prix à la possession de la ville sainte. Malek-Kamel n'y voyait que "des églises et des maisons en ruine". Frédéric écrivit au sultan pour réclamer l'accomplissement de sa promesse, et voici sa lettre qui nous a été conservée par l'historien arabe Dehebi : "Je suis ton ami. Tu n'ignores pas combien je suis au-dessus de tous les princes de l'Occident. C'est toi qui m'as engagé avenir ici ; les rois et le pape sont instruits de mon voyage ; si je m'en retournais sans avoir rien obtenu, je perdrais toute considération à leurs yeux. Après tout, cette Jérusalem n'est-elle pas le berceau de la religion chrétienne ?
N'est-ce pas vous qui l'avez renversée ?
Elle est maintenant réduite à la dernière misère. De grâce, rends-la-moi dans l'état où elle est, afin qu'à mon retour je puisse lever la tête parmi les rois. Je renonce d'avance à tous les avantages que je pourrais en retirer".

La haine des Chrétiens contre Frédéric.
la haine des Musulmans contre Malek-Kamel

Ce fut un singulier spectacle dans cette croisade, que celui de deux grands monarques opposés par la religion, rapprochés par une tolérance réciproque, peut-être par l'indifférence, unis par les mêmes goûts et confondant leurs voeux pour la paix, tandis qu'autour d'eux tout respirait la haine, la barbarie et la guerre. Dans l'armée chrétienne, on faisait un crime à Frédéric d'avoir envoyé au sultan du Caire sa cuirasse et son épée comme un gage de ses dispositions pacifiques. Parmi les musulmans, on reprochait à Malek-Kamel de rechercher l'alliance des ennemis de l'islamisme, en envoyant au chef des Francs un éléphant, des chameaux, et les plus rares productions de l'Arabie, de l'Inde et de l'Egypte. Le mécontentement s'accrut encore dans les deux camps lorsque l'empereur reçut en présent, du sultan du Caire, une troupe de jeunes femmes élevées, selon l'usage des Orientaux, pour danser dans la salle des festins (26).
Les Muzesins ou Crieurs publics affectaient d'annoncer la prière à une heure indue devant la tente du sultan, comme pour lui reprocher l'oubli de la foi musulmane. Les prédicateurs de l'islamisme accusaient hautement Malek-Kamel de trahir à la fois la religion du prophète et la gloire de Saladin. L'empereur des Francs n'était pas traité plus favorablement parmi les chrétiens. Les chevaliers de Saint-Jean et du Temple s'étaient séparés de lui et le suivaient de loin. Dans le camp, on n'osait prononcer le nom du chef de l'armée. Frédéric avait été obligé de faire disparaître l'étendard de l'empire, et ses ordres n'étaient proclamés qu'au nom de Jésus-Christ et de la république chrétienne.
Les préventions et la haine éclatèrent à la fin par la trahison et les complots les plus odieux. L'empereur, ayant visité presque seul le château des Pèlerins, et témoignant le désir de l'occuper pendant la guerre, les templiers à qui ce château appartenait, le menacèrent de le jeter "dans un lieu d'où il ne sortirait plus" (27). Comme ce prince avait formé le projet d'aller se baigner dans les eaux du Jourdain, les mêmes templiers adressèrent une lettre à Malek-Kamel, et lui indiquèrent les moyens de surprendre le chef de l'armée chrétienne dans son pèlerinage. Le sultan méprisa cette trahison, et renvoya à Frédéric la lettre qu'il avait reçue.

[1229] Traité de paix entre Frédéric et Malek-Kamel

C'est au milieu de cette agitation générale des esprits que le sultan du Caire et l'empereur d'Allemagne poursuivaient depuis plusieurs mois les négociations pour la paix. En butte aux complots de la haine, environnés de dangers dans leur propre camp, ils résolurent de se rapprocher et de conclure un traité qui leur permît de disposer de leurs forces pour leur sûreté ou leur ambition personnelle. Une trêve fut enfin conclue le 20 février 1229, pour dix ans six mois et dix jours. Malek-Kamel abandonna à Frédéric Jérusalem, Bethléem, et tous les villages situés sur la route de Joppé et de Ptolémaïs (28) ; de plus, la cité de Nazareth, le territoire de Thoron, et Sidon avec ses dépendances. Il était permis aux chrétiens de relever les châteaux de Joppé, de Césarée et de Sidon, celui de Sainte-Marie qui avait été bâti par les chevaliers de l'ordre Teutonique sur les hauteurs voisines de Saint-Jean-d'Acre. D'après les conditions du traité, les musulmans devaient conserver dans la ville sainte la mosquée d'Omar et le libre exercice de leur culte. La principauté d'Antioche et le comté de Tripoli n'étaient point compris dans la trêve. L'empereur d'Allemagne s'engageait à détourner les Francs de toute espèce d'hostilités contre les sujets et les terres du sultan.
Lorsque l'on connut les dispositions du traité, la paix fut regardée dans les deux camps comme impie et sacrilège. Les musulmans qui habitaient Jérusalem abandonnèrent en pleurant leurs demeures, et maudirent le nom de Malek-Kamel. Les poètes déplorèrent les conquêtes des chrétiens dans des vers lugubres ou satiriques que l'histoire orientale nous a conservés. Quand la nouvelle de la trêve parvint dans la capitale de la Syrie (29), un des plus célèbres orateurs de l'islamisme prononça dans la grande mosquée le panégyrique de Jérusalem, et, rappelant en termes pathétiques la perte que venaient de faire les musulmans, il arracha des larmes à tout le peuple assemblé.

Pauvres peuples barbares, qui ne trouvent dans ce traité de paix, que la honte

L'indignation et la douleur éclatèrent plus vivement encore parmi les chrétiens. Les prélats et les évêques déclamaient avec véhémence contre un traité qui laissait subsister des mosquées en présence du saint-sépulcre et confondait en quelque sorte le culte de Mahomet avec la religion de Jésus-Christ. L'archevêque de Césarée jeta un interdit (30) sur les saints lieux recouvrés, et le patriarche de la Judée refusa aux pèlerins la permission de visiter le tombeau du Sauveur. Jérusalem n'était plus pour les fidèles la ville sainte et l'héritage du fils de Dieu.
Lorsque Frédéric y fit son entrée, un morne silence régnait sur son passage (31) : accompagné des barons allemands et des chevaliers teutoniques, revêtu de ses habits impériaux, il se rendit à l'église de la Résurrection, qui était tendue de deuil et qui semblait gardée par l'ange de la mort. Après une courte prière, il fit mettre une couronne d'or sur le grand autel. Tous les ecclésiastiques, gardiens du saint tombeau, avaient déserté le sanctuaire, où ils croyaient voir "l'abomination de la désolation" annoncée par les menaces de l'écriture. Frédéric prit lui-même la couronne, et, la plaçant sur sa tête, il fut proclamé roi de Jérusalem sans aucune cérémonie religieuse. Les images des apôtres et des saints étaient voilées. On ne vit au pied des autels que des épées et des lances, et les voûtes sacrées ne retentirent alors que des bruyantes acclamations des guerriers.
Après son couronnement, Frédéric écrivit au pape et à tous les princes de l'Occident qu'il avait reconquis Jérusalem sans effusion de sang et comme par miracle. Il invitait les rois et les princes chrétiens à rendre de solennelles actions de grâces à Dieu, qui manifeste quelquefois sa puissance, non par l'appareil et le nombre des chevaux et des chars, mais par des moyens faibles en apparence, et qui est toujours admirable dans ses vues sur les enfants des hommes. Dans le même temps, le patriarche adressait une lettre à Grégoire (32) et à tous les fidèles de la chrétienté, pour leur montrer l'impiété et la honte du traité que venait de conclure l'empereur d'Allemagne. En apprenant le succès de Frédéric, le souverain pontife déplora la conquête de Jérusalem comme on aurait déploré sa perte, et compara le nouveau roi de la Judée à ces monarques impies que la colère de Dieu avait fait asseoir sur le trône de David.
Frédéric ne put rester longtemps dans la ville sainte, qui retentissait d'imprécations contre lui ; [Il installa dans l'ancienne Maison du Temple de Jérusalem, une garnison de soldats Allemands en lieu et place des Templiers] ; il revint à Ptolémaïs, où il ne trouva que des sujets révoltés et des chrétiens scandalisés de ses succès (33). Le patriarche et le clergé avaient jeté un interdit sur la ville pendant le temps que l'empereur devait y rester. Tout exercice du culte était interrompu : les autels étaient dépouillés de leurs ornements, et les croix, les reliques, les images des saints, renversées par terre ; on n'entendait plus le son des cloches ni les hymnes religieux. Un silence lugubre régnait dans le sanctuaire, où les prêtres célébraient la messe à voix base et les portes fermées. Les morts étaient enterrés dans les champs, sans prières et sans cérémonies funèbres. Tout annonçait le temps des grandes calamités et l'effroi des vengeances du ciel. Ce fut ainsi qu'on reçut à Ptolémaïs le libérateur de Jérusalem.
On était alors dans la semaine sainte ; cette époque religieuse donnait plus de crédit au clergé et plus de solennité aux menaces et aux malédictions de l'église. Frédéric se vit obligé de négocier la paix avec les chrétiens comme il l'avait fait avec les infidèles, et, ne pouvant réussir à ramener les esprits, il les anima encore davantage par ses violences. Il fit fermer les portes de la ville, défendit qu'on apportât des vivres aux habitants, plaça partout des archers et des arbalétriers pour insulter les templiers et les pèlerins ; enfin des frères prêcheurs furent enlevés au pied des autels, et battus de verges sur la place publique (34).
Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

Notes

12. Voyez sur cette fulmination l'auteur anonyme de la vie de Grégoire, cité par Raynaldi sous la date de 1227, n. 29, et les historiens Richard de Saint-Germain, le moine Godefroy, Mathieu Pâris, Conrad d'Ursperg, Henri Stéron, etc.
13. Voyez épistole CLXXVII et CLXXVIII du Recueil des lettres de Grégoire IX, livre I, rapportées par Raynaldi, ad année 1227, n. 30 et suivante, et par Mathieu Pâris, ad année 1228.
14. L'abbé d'Ursperg, favorable à Frédéric II, a rapporté en entier la lettre de ce prince sous la date de 1227. Cette lettre, mentionnée par Mathieu Pâris, se trouve aussi dans le Recueil de lettres de Pierre des Vignes, secrétaire de l'empereur.
15. Voyez les lettres de Grégoire IX adressées à tous les archevêques et évêques de la Pouilles, liv. I du Recueil des lettres de Grégoire, ép. CLXXX. Le renouvellement de l'excommunication eut lieu le jeudi saint Raynaldi, ad année 1228, n. 1,2 et suivante.
16. L'abbé d'Ursperg, les actes de Grégoire, Albert de Stade, Sigonius, Mathieu Pâris.
17. Cette lettre des évêques de la Palestine est rapportée par Mathieu Pâris, sous la date de 1227.
18. Ces détails, ignorés de tous les vieux historiens chrétiens, sont rapportés par Aboulféda et par la plupart des auteurs arabes qui racontent les événements de cette époque. Les mêmes auteurs nomment l'envoyé musulman Fakr-Eddin ; ils défigurent le nom de l'envoyé de Frédéric, et disent que ce prince avait choisi pour cette mission celui qui dans son enfance avait été son gouverneur. Nous renvoyons à la Bibliothèque des Croisades, t. IV.
19. Le père Malmbourg dit cependant que le bruit courut que l'empereur c'était concerté avec le soudan avant que de partir; mais il n'ose le croire, parce qu'il n'en trouve aucune preuve dans l'histoire (Liv. X, p. 286). On voit que Malmbourg n'avait pas connaissance des auteurs arabes.
20. Richard de Saint-Germain, et l'abbé d'Ursperg, ad année 1228. Richard de Saint-Germain dit qu'Yolande, seconde femme de Frédéric, venait de mourir en mettant au monde un fils qui fut connu depuis sous le nom de Conradin.
21. Dans la bulle que le pape adressa à l'église de France pour lui annoncer la canonisation de saint François d'Assise, il s'exprimait en ces termes :
"Comme cette lumière a brillé dans le monde de manière que, grâce à Dieu, elle a mérité d'être placée, non sous le boisseau, mais sur le chandelier, nous vous invitons et vous exhortons, par nos lettres apostoliques, d'exciter la dévotion des fidèles à la vénération de cet homme saint, et a célébrer, tous les ans, sa fête le 5 des nones d'octobre, afin que le Seigneur, par ses prières, vous accorde sa grâce dans ce siècle présent et sa gloire dans le siècle à venir" (Raynaldi, ad année 1228, N·36.)
22. Mathieu Pâris, Sigonius, la lettre de Gérold, patriarche de Jérusalem, ad, année 1229.
23. Bernard Marangone, dans sa chronique de la ville de Pise, dit que le pape écrivit au Soudan lui-même pour le prévenir des desseins de Frédéric et l'engager à se venger de ce prince. Le soudan, pour augmenter les divisions qui régnaient entre le pape et l'empereur, ne crut "pouvoir mieux faire que d'envoyer à celui-ci la lettre du pontife. (Voyez Bibliothèque des Croisades.)
24. L'historien Aboulféda remarque que le sultan se repentit alors d'avoir appelé Frédéric (Bibliothèque des Croisades, extraits des auteurs arabes).
25. On peut consulter ici l'historien Ibn-Alatir, qui rapporte une lettre du sultan d'Egypte à son frère le prince de Kélat, qui était venu de la Mésopotamie pour secourir son neveu le prince de Damas, Malek-Kamel parvint a mettre son frère dans ses intérêts en le menaçant de se retirer en Egypte avec son armée et de le laisser aux prises avec les Francs (Bibliothèque des Croisades, t. IV auteurs orientaux).
26. Seize ans plus tard, on reprocha dans le concile de Lyon à l'empereur Frédéric, son commerce avec les femmes musulmanes. Thadée de Suesse justifia son maître, en disant que ces femmes n'étaient destinées qu'à amuser l'empereur par leurs tours d'adresse, et que, sachant qu'elles étaient devenues une occasion de reproches et de scandale, Frédéric les avait pour jamais éloignées de lui.
27. Le continuateur de Guillaume de Tyr.
28. Ce traité est rapporté par Raynaldi avec des notes critiques de Gérold, patriarche de Jérusalem, année 1229, n. 16 et suivante.
29. Les auteurs orientaux nous apprennent que Malek-Kamel fut obligé d'écrire au calife de Bagdad pour se justifier. Makrisi parle du désespoir des habitants de Jérusalem. Yafeï rapporte plusieurs pièces de vers composées dans cette circonstance. L'iman qui prononça le panégyrique de Jérusalem, était l'historien Ibn-Giouzi, qui raconte lui-même le fait.
30. Richard de Saint-Germain, Bibliothèque des Croisades.
31. Les extraits des auteurs arabes, Bibliothèque des Croisades, t. IV.
32. La lettre du patriarche, dans laquelle était renfermée la copie du traité avec des notes critiques, n'est d'un bout à l'autre qu'une déclamation violente contre Frédéric. Cette lettre, rapportée par Mathieu Pâris et copiée par Raynaldi sous la même date de 1229, a été traduite dans l'extrait de Mathieu Pâris, Bibliothèque des Croisades. Le patriarche commence par dire que de la plante de ses pieds au sommet de sa tête on ne pourrait trouver un grain de bon sens dans ce prince. Toute la lettre tend à justifier ce jugement.
33. Les opinions des historiens sur cette expédition de Frédéric II sont si opposées, que nous avons cru devoir en présenter ici une courte analyse :
Richard de Saint-Germain dit que, lorsque l'empereur retourna à Acre, le patriarche, les grands maîtres du Temple et des hospitaliers agirent de telle sorte, qu'il fut plus clair que le jour que ce furent eux qui excitèrent contre lui dans cette ville une guerre intestine.
L'auteur anonyme des "Antiquités de Goslar", recueil de Heineccius, s'attache à justifier l'empereur et n'hésite point à condamner la cour de Rome, qu'il accuse d'avoir voulu dominer en Italie et d'avoir employé tous les moyens pour y parvenir.
Mutius, Collection de Pistorius, montre beaucoup de réserve à l'égard de Frédéric, et se contente de dire que le pape désapprouva le traité conclu avec les musulmans. En parlant ensuite des embarras qu'on avait suscités à l'empereur il ajoute que ce prince "fit comme le chasseur qui chasse malgré les chiens".
Jean Villani prétend que tous les chrétiens de la Palestine regardèrent la paix faite avec le Soudan comme une paix fausse, honteuse et onéreuse à la chrétienté, et qu'ils prévirent qu'après le départ de Frédéric, la terre sainte et la Syrie retomberaient dans un état pire qu'auparavant.
François Pipin ne parle que des avantages qui résultaient de cette paix, et semble approuver la haine que l'empereur avait contre les templiers, qui lui avaient été contraires dans ses démêlés avec le pape.
34. Il est assez difficile de connaître la véritable cause de ces violences exercées par Frédéric ; car nous n'ayons à cet égard que la lettre du pape Grégoire adressée au duc d'Autriche ; dans cette lettre il lui dit, d'après les rapports envoyés au pontife de Rome par le patriarche et les templiers, ennemis de l'empereur, que Frédéric, voulant s'emparer des biens des chevaliers, les avait tenus assiégés pendant cinq jours dans la ville d'Acre, et que, ne pouvant réussir dans son entreprise, il avait enlevé toutes les machines de guerre, dont il avait envoyé une partie au sultan, et gardé l'autre, qu'il emporta avec lui sur set vaisseaux. L'empereur fit en outre briser les galères qu'on avait précédemment laissées dans le port d'Acre pour la défense du pays. La lettre de Grégoire est datée de Pérouse, le 15 des calendes du mois d'août 1229, et se lit dans Raynaldi, sous la même date, n. 22 et suivantes.

Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

3 - [1229] Le pape déclare une guerre à l'empire germanique

On porta de part et d'autre la haine et la vengeance jusqu'aux derniers excès. L'empereur, entouré d'ennemis, ne pouvait rester longtemps à Ptolémaïs ; chaque jour, d'ailleurs, il recevait d'Italie des lettres qui le rappelaient en Europe. Le pape avait déclaré la guerre à son implacable ennemi : une armée pontificale était entrée dans le territoire de Naples. Les soldats du pontife portaient une clef sur leurs habits, pour montrer qu'ils combattaient pour les droits et l'autorité de saint Pierre (35). Grégoire avait confié le commandement de cette armée et le soin de sa vengeance à Jean de Brienne et à deux capitaines siciliens qui avaient à se plaindre de Frédéric. L'empereur, averti de ces hostilités, se hâta de quitter la Palestine et de revenir dans ses états menacés. Lorsqu'il partit de Ptolémaïs, on chanta les hymnes de la délivrance et de la joie. Il avait accusé les templiers d'avoir voulu le livrer aux musulmans ; les templiers l'accusèrent à leur tour d'avoir voulu livrer les villes chrétiennes au sultan du Caire (36). Ces accusations et mille autres, dictées par la haine, doivent inspirer une juste défiance à l'historien. Les chrétiens pouvaient faire à Frédéric un reproche plus raisonnable : il n'avait pris aucune mesure pour conserver sa conquête ; on était fondé à croire qu'il n'avait fait son entrée à Jérusalem que dans la vue de confondre le Saint-Siège et de dater de la cité de Dieu une réponse aux inculpations de Grégoire. Parvenu à son but, il avait trompé les fidèles, en les appelant dans une ville qu'il ne voulait ni défendre ni fortifier. Après la conclusion du traité, le sultan d'Egypte s'était emparé de Damas, et Frédéric savait combien ce voisinage formidable devait jeter d'alarmes parmi le peuple nouveau de la ville sainte. L'empereur, au reste, était peu ébloui lui-même des avantages qu'il faisait célébrer dans le monde chrétien. La plupart des vieux chroniqueurs s'accordent à dire que pendant son séjour à Jérusalem il montra peu de respect pour les lieux saints, et, si on en croit les auteurs arabes, les musulmans eux-mêmes furent quelquefois étonnés de son indifférence pour une cause qu'il était venu défendre en Asie (37).

[1229] Retour précipité de Frédéric II dans ses états Italiens

A son retour en Italie, il trouva Une guerre plus sérieuse que celle qu'il venait de soutenir en Syrie. Non-seulement le pape avait levé des troupes pour ravager ses états, mais encore il avait excité contre lui les républiques lombardes. Jean de Brienne, dépouillé du titré de roi de Jérusalem, songeait à se faire reconnaître empereur, et ses prétentions étaient appuyées de tout ce qu'il y avait alors de plus sacré : l'autorité de l'Eglise et le droit de la victoire. La présence de Frédéric rendit le courage à ses sujets, dont on n'avait point encore ébranlé la fidélité ; il livra à ses ennemis plusieurs combats dans lesquels il obtint l'avantage ; l'armée de Jean de Brienne fut dispersée, les troupes pontificales quittèrent en désordre les villes et les provinces qu'elles venaient de conquérir (38).
Le pape, apprenant que la fortune abandonnait ses drapeaux, appela de nouveau à son secours les foudres de la religion, et accomplit la plus terrible de ses menaces contre Frédéric: il déclara excommuniés tous ceux qui entretiendraient quelque commerce avec l'empereur, qui s'assiéraient à sa table, assisteraient à ses conseils, célébreraient devant lui le service divin, et lui donneraient quelques marques d'attachement et de respect (39). Frédéric fut effrayé de cette sentence publiée avec solennité dans toute l'Europe et dans ses propres états : il envoya des ambassadeurs au pape (40), qui, malgré les foudres dont il était armé, craignait les suites de la guerre et se montra disposé à recevoir la soumission d'un ennemi qu'il redoutait.

[1230] Traité de paix dicté par le vaincu au victorieux

Après une négociation qui dura plusieurs mois, on fit un traité dans lequel le pape vaincu imposa des lois à l'empereur victorieux, et parut, en recevant la paix, accorder un pardon (41). Malgré ce traité de paix, les effets de la discorde subsistaient encore et se faisaient sentir jusque dans l'Orient, où les débats élevés au nom de l'église avaient divisé les esprits et affaibli les courages. Les états chrétiens, pour lesquels l'Europe avait pris les armes, étaient restés sans appui et sans défense. Depuis que Frédéric avait abandonné Jérusalem sans la fortifier, les fidèles qui habitaient la ville sainte redoutaient sans cesse l'invasion des musulmans qui habitaient les montagnes de Naplouse et les rives du Jourdain; plusieurs fois des cris d'alarme s'étaient fait entendre sur le mont Sion, et les chrétiens avaient cherché un asile, les uns dans la forteresse de David, restée debout au milieu des ruines, les autres dans les lieux déserts. Le patriarche de Jérusalem, les prélats, les barons et le peuple de la Palestine, qui n'avaient plus de chef, plus de roi, imploraient en vain les secours des guerriers et des princes de l'Occident. Des prières et des plaintes si fréquemment répétées ne réveillaient plus dans le coeur des fidèles ni le sentiment de la pitié, ni cet enthousiasme qui, tant de fois, leur avait fait prendre la croix et les armes. On ne pouvait croire à des périls qui suivaient de si près la victoire ; on désespérait surtout de pouvoir jamais assurer la délivrance d'un pays qu'il fallait délivrer si souvent.

[1232] Le pape continue à prêcher la croisade

Cependant le pape n'avait point oublié le projet de la croisade, et conservait encore l'espoir de ranimer par ses exhortations l'ardeur et le zèle des guerriers chrétiens. Il convoqua à Spolète une assemblée à laquelle assista Frédéric avec les patriarches de Constantinople, d'Antioche et de Jérusalem. On résolut dans cette assemblée (42) de recommencer la guerre en Palestine, malgré la trêve conclue avec le sultan du Caire. Grégoire était impatient d'accomplir ses desseins et de proclamer les lois de l'église dans les riches contrées de l'Orient : en attendant qu'on pût y envoyer des guerriers, il ordonna à plusieurs missionnaires de traverser les mers, et d'aller, armés du glaive de la parole, convertir les infidèles de la Syrie et de l'Egypte. Le souverain pontife était si persuadé du succès de cette croisade qu'il écrivit au calife de Bagdad (43), au prince de Damas (44), aux principaux chefs des musulmans, pour les "exhorter à embrasser le christianisme". Dans ses lettres, le pape s'efforce de faire comprendre aux princes infidèles que le Christ a été annoncé par les prophètes, et que de nombreux miracles ont attesté sa divinité ; il menace le prince de Damas de la colère céleste, s'il refuse de croire en Jésus-Christ. L'histoire ne dit pas quel fut le sort des frères prêcheurs en Orient ; mais le calife de Bagdad et les princes musulmans ne cessèrent point d'être les ennemis des chrétiens. Grégoire IX fut mieux inspiré et plus heureux lorsqu'il envoya dans plusieurs provinces de l'Occident des orateurs sacrés, pour apaiser les troubles et les guerres civiles, qui nuisaient au triomphe de la religion et détournaient les peuples de la grande entreprise des guerres saintes.

[1234] Saint-Dominique, Saint-François d'Assise, Frère Jean de Vicence

Les disciples de saint Dominique et ceux de saint François d'Assise, chargés d'une mission digne de l'évangile, parcoururent les campagnes et les cités en prêchant la paix et la concorde. Parmi les prédicateurs envoyés pour pacifier les états, frère Jean de Vicence se fit remarquer par les prodiges qu'opéraient ses paroles ; il avait eu pour but principal de ramener la concorde dans les villes de Florence et de Sienne. Une chronique publiée par Muratori nous apprend que Jean de Vicence s'était arrogé le souverain pouvoir à Vérone, non dans une vue d'ambition, mais pour apaiser les troubles et réformer les lois et les moeurs. Dans tous les pays qu'il parcourait, les nobles, les paysans, les bourgeois, les guerriers, accouraient pour l'entendre, juraient d'oublier leurs injures, de terminer leurs querelles. Après avoir rétabli la paix dans plusieurs villes troublées par l'esprit de jalousie et par toutes les passions orageuses de la liberté, il annonça qu'il prêcherait dans la plaine de Peschiéra sur les bords de l'Adige. Tous les habitants des cités voisines, ayant à leur tête leur clergé et leurs magistrats, se rendirent au lieu indiqué, pour entendre l'ange de la concorde et l'orateur de la paix publique. En présence de plus de quatre cent mille auditeurs, frère Jean monta dans une chaire élevée au milieu de la plaine de Peschiéra ; un profond silence régnait dans l'assemblée ; tous les regards étaient fixés sur le saint prédicateur ; ces paroles semblaient descendre du ciel. Il avait pris pour texte ces paroles de l'écriture : "Je vous donne ma paix, je vous laisse ma paix". Après avoir fait un tableau effrayant des malheurs de la guerre et des effets de la discorde, il ordonna aux villes lombardes de renoncer à leurs inimitiés, et leur dicta, au nom de l'église, un traité de pacification universelle. Jamais le moyen âge n'avait offert un spectacle plus touchant et plus sublime ; l'historien de cette époque, qui n'a que des troubles et des guerres à raconter, doit se plaire à décrire une scène imposante et solennelle où la religion rappelle aux peuples assemblés tout ce que ses maximes renferment de plus consolant et de plus salutaire. Le discours du frère Jean remplit son auditoire d'un saint amour pour la paix, et les villes qui se faisaient la guerre jurèrent devant lui d'oublier à jamais le sujet de leurs longues divisions et de leurs éternelles rivalités.

[1235] La paix règne enfin sur l'Italie, pour quelques jours seulement

Ces prédications évangéliques rendirent à l'Italie quelques jours de paix, et permirent au Saint-Siège de faire prêcher avec succès la nouvelle croisade. Grégoire adressa des instructions pastorales à tous les évêques et prélats de la chrétienté. Dans ses lettres aux évêques de France, il appliquait à la guerre sainte ces paroles de Jésus-Christ : "Si quelqu'un veut venir avec moi y qu'il renonce à soi-même, qu'il porte ma croix tous les jours et me suive ; qui voudra sauver sa vie, la perdra, et qui la perdra pour l'amour de mot, la sauvera" (45). Le souverain pontife déclarait coupables de trahison ceux qui ne feraient pas tous leurs efforts pour conquérir l'héritage du Sauveur ; les circulaires du pape recommandaient à tous les fidèles de l'un et de l'autre sexe de payer un denier par semaine pour les frais de la croisade. Le chef de l'église comparait ces aumônes à celles que sollicitait saint Paul pour les pauvres de Jérusalem, et ne craignait point d'assurer d'avance qu'elles suffiraient à entretenir l'armée des croisés pendant dix ans.
La prédication de cette croisade fut confiée aux religieux de Saint-Dominique et de Saint-François, qui avaient en Asie des missionnaires pour la conversion des infidèles, et dans tout l'Occident des prédicateurs pour rétablir la paix entre les chrétiens. Les nouveaux apôtres de la guerre sainte reçurent du pape le pouvoir non-seulement de donner la croix, mais encore de commuer le voeu du pèlerinage en aumône pécuniaire, ce qu'on n'avait vu que rarement depuis le commencement des croisades ; ils avaient aussi la faculté d'accorder des indulgences de plusieurs jours aux fidèles qui venaient entendre leurs sermons. D'après l'esprit de leur institution, les disciples de saint François et de saint Dominique vivaient dans les austérités de la pénitence ; ils se vouaient à la pauvreté, et devaient donner l'exemple de l'humilité chrétienne ; mais, dans cette circonstance, le pape voulut qu'ils fussent reçus avec pompe dans les monastères et dans les villes, que le clergé vînt à leur rencontre avec la bannière et les plus beaux ornements des églises. Soit que cette magnificence eût altéré la simplicité de leurs moeurs, soit que les peuples ne pussent s'accoutumer à voir dans un pompeux cérémonial ceux qu'on voyait naguère voués à la pauvreté évangélique, les prédicateurs de la croisade n'inspirèrent ni estime ni respect à leurs auditeurs, dont la foule diminuait chaque jour. Comme ils recevaient d'abondantes aumônes dont on n'apercevait point l'emploi, la solennité de leur mission, la sainteté de leur caractère, ne purent les défendre des accusations et des défiances de la multitude : les murmures et les plaintes qui s'élevèrent de toutes parts affaiblirent enfin l'autorité de leurs paroles, et contribuèrent à refroidir le zèle et la dévotion des chrétiens pour la guerre sainte.
L'enthousiasme des peuples, que ne pouvait ranimer l'éloquence chrétienne, avait besoin, pour se montrer encore, de l'exemple des princes et des guerriers les plus illustres. C'était surtout du royaume de France que la chrétienté attendait le signal, de ce royaume d'où lui étaient venus tant de modèles d'un pieux héroïsme et que les colonies chrétiennes d'Orient regardaient comme leur véritable appui. Mais, à cette époque, la France venait d'épuiser ses forces dans la malheureuse guerre des Albigeois, et la minorité de Louis IX, en donnant aux grands vassaux l'espoir de secouer le joug de la couronne, avait répandu parmi les seigneurs et les barons un dangereux esprit de faction et de discorde. A la tête de la ligue formée contre la royauté, on remarquait le duc de Bourgogne, Hugues IV, Thibaut V, comte de Champagne et roi de Navarre, Pierre de Dreux, comte de Bretagne, que ses démêlés avec le clergé avaient fait surnommer Mauclerc. La fermeté de la régente, et le caractère de Thibaut, qui ne put se montrer constant ni dans sa soumission ni dans sa révolte, firent à la fin échouer les entreprises plusieurs fois renouvelées des factieux et des rebelles. Comme on prêchait alors dans tout l'Occident la croisade contre les musulmans et la paix entre les princes chrétiens, l'ambition déçue des chefs de la ligue, leur orgueil trompé par la fortune des armes, se changèrent tout à coup en un sentiment religieux qui leur inspira la résolution d'expier dans une guerre sainte les crimes de la guerre civile. Thibaut avait moins de réputation parmi les guerriers que parmi les troubadours, et la postérité connaît plus son goût pour la poésie, ses moeurs chevaleresques et galantes, que ses exploits et ses travaux militaires. Ses chansons, retracées sur les murs des palais de Provins et de Troyes, apprirent à ses contemporains quelle était la dame de ses pensées (46), et les traditions historiques nous autorisent à croire que des souvenirs d'amour, et peut-être aussi le vertueux ascendant d'une reine longtemps l'objet de ses poétiques hommages, bien plus encore que le repentir et la piété, décidèrent le comte de Champagne à partir pour l'Orient. Sa muse, qui n'avait chanté que des amours profanes, fit entendre les plaintes de Jérusalem, et éveilla par des chansons chrétiennes l'ardeur des soldats de la croix."Apprenez, disait-il dans ses vers, que le ciel est fermé à tous ceux qui ne traverseront pas la mer pour visiter et défendre le tombeau de Dieu. Oui, tous les braves qui aiment Dieu et la gloire n'hésiteront pas à prendre la croix et les armes ; ceux qui préfèrent le repos à l'honneur, ceux qui redoutent les périls, resteront seuls dans leurs foyers. Jésus-Christ, au jour du jugement, dira aux uns : "Vous qui m'aidâtes à porter ma croix, montez au lieu qu'habitent les anges et ma mère Marie; il dira aux autres : Vous qui ne m'avez point secouru, descendez au séjour des méchant" 47.
Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

Notes

35. Richard de Saint-Germain.
36. Suivant ce que nous avons vu plus haut, d'après Mathieu Pâris et les auteurs orientaux, l'accusation de Frédéric contre les templiers n'était pas sans fondement; mais celle des templiers contre Frédéric n'était peut-être fondée que sur ce que l'empereur, au rapport de François Pipin, avait laissé aux musulmans, par son traité, la maison ou temple de Salomon qui appartenait anciennement aux templiers, et qu'il avait mis une garnison d'Allemands dans la tour de David.
37. La plupart des auteurs arabes qui parlent de Frédéric, tels qu'Ibn-Giouzi, Makrisi, Ibn-Alatlr, paraissent croire que ce prince avait un secret penchant pour la religion musulmane. Ils sont d'accord sur ce point avec plusieurs chroniqueurs occidentaux, surtout avec le continuateur de Guillaume de Tyr, qui soupçonne l'empereur d'être chaud en la "mécréandise". (Bibliothèque des Croisades).
38. Jean de Brienne, aidé du cardinal Pelage, avait attaqué Gaëte. Le pape avait offert à cette ville, de même qu'à Sessa et à Sora, de grands privilèges, si elles voulaient éprouver la douceur du gouvernement ecclésiastique ; mais ces villes, n'ayant pas assez de forces, ne purent résister, et Frédéric les ramena bientôt sous son obéissance. Cependant Sora fut livrée aux flammes. Richard de Saint-Germain rapporte le distique suivant que l'empereur fit sur la ruine de cette ville :
"Viscaperis, vi capta ruis, mérito peritura,"
"Sera ruis, tua damna luis, mérito reditura".
39. Voyez livre III du Recueil des lettres de Grégoire, ép. XLVI, et Raynaldi, ad année 1229, n. 37.
40. Richard de Saint-Germain nomme ceux que Frédéric envoya en ambassade auprès du pape : c'étaient les archevêques de Reggio et de Bari, et le grand maître de l'ordre Teutonique. L'abbé d'Usperg dit que l'empereur ne cessa, tant qu'il fut excommunié, de demander au pape, avec tous les signes du dévouement et de l'humilité, l'absolution pontificale : mais, si l'empereur affecta de la soumission envers le Saint-Siège, le pape ne montra pas moins de disposition à la clémence, comme on peut le voir dans sa lettre au cardinal Pelage, datée de Pérouse, le 14 de juin 1229.
41. Voyez sur ce traité l'auteur anonyme de la Vie de Grégoire, liv. III, cité par Raynaldi, année 1230, et la chronique de Richard de Saint-Germain.
42. Raynaldi, ad année 1234, n. 28
43. Raynaldi, ad année 1233, n. 16 à 22.
44. On le nommait Malek-Aschraf-Moussa, et il était fils de Malek-Adbel.
45. Raynaldi, ad anné 1234, n. 30 et suivantes.
46. Plusieurs écrivains ont rejeté comme une fable l'amour de Thibaut pour la reine Blanche ; ils ont dit que Blanche, née en 1188, avait alors plus de quarante-huit ans. Ces critiques ne connaissent ni l'esprit de la chevalerie ni celui des troubadours, pour qui le sentiment de l'amour n'était point ce qu'il est dans nos romans modernes. Chaque troubadour, chaque chevalier, choisissait une dame à qui l'un rapportait ses chants, l'autre ses exploits, et c'était là tout leur amour.
47. Cette poétique exhortation adressée aux chevaliers se trouve imprimée dans les poésies de Thibaut.

Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

4 - [1236] Les poésies de la reine Blanche émeuvent certains barons

L'exemple du duc de Bourgogne et du comte de Bretagne, les poétiques exhortations de Thibaut, réunies aux prédications du Saint-Siège, réveillèrent un moment l'enthousiasme des croisades dans les provinces de la France. Les comtes de Bar, de Forez, de Mâcon, de Joigny, de Nevers; Amauri, fils de Simon de Montfort ; André de Vitry, Geoffroy d'Ancenis, une foule de barons et de seigneurs, prirent la croix et firent le serment d'aller en Asie combattre les infidèles.
Comme la prédication de la croisade avait été accompagnée de plusieurs abus qui pouvaient nuire au succès de la sainte expédition, un concile assemblé à Tours s'occupa d'y remédier et d'arrêter le mal dans sa source. On a vu précédemment que les prédicateurs de la guerre sainte, en recevant les criminels sous les bannières de la croix, avaient scandalisé les chevaliers chrétiens ; les croisades, ainsi qu'on l'avait vu dans le douzième siècle, n'étaient plus regardées comme un moyen de salut pour tous les fidèles et comme la voie du Seigneur dans laquelle tout le monde pouvait entrer. Les grands coupables ne trouvaient plus leur place dans les rangs des pieux défenseurs de Jésus-Christ. Le concile de Tours décida que les croisés arrêtés par la justice seraient remis entre les mains d'un juge ecclésiastique qui n'aurait aucun égard à leurs privilèges et leur ôterait même la croix s'il les trouvait coupables d'homicide ou de quelque autre grand forfait commis contre les lois divines et les lois humaines.
Ainsi que dans les autres croisades, le peuple s'était porté à de violents excès contre les juifs, qu'on accusait d'avoir immolé le Dieu pour lequel on allait combattre, et qui retenaient entre leurs mains d'immenses trésors, tandis que les croisés étaient obligés d'engager leurs biens pour faire le voyage de la Palestine. Afin d'arrêter le cours des violences populaires, le concile défendit, sous peine des censures ecclésiastique, de maltraiter les juifs, de les dépouiller de leurs biens et de leurs faire aucun outrage.
On avait remarqué un autre abus non moins préjudiciable à la croisade que tous les autres. Les prédicateurs de la guerre sainte et plusieurs théologiens permettaient aux croisés de se racheter de leur voeu en payant la somme qu'ils auraient dépensée dans leur pèlerinage : cet abus causa un grand scandale parmi les fidèles, mais le Saint-Siège qui en retirait des sommes considérables, n'eut aucun égard aux plaintes qui s'élevèrent à ce sujet en Angleterre et dans plusieurs états de l'Europe.

[1238] L'Empire Latin de Constantinople sur le point de tomber

Les croisés s'occupaient des préparatifs de leur départ, lorsque tout à coup un nouveau cri d'alarme retentit dans l'Occident. L'empire des Latins à Constantinople était réduit à la dernière extrémité. Après le règne de Baudouin de Flandre et de son frère Henri, la famille de Courtenay, appelée au trône impérial, n'avait connu des grandeurs que les chagrins et les revers qu'elles entraînent après elles dans un empire qui s'écroule. Pierre de Courtenay, comte d'Auxerre, lorsqu'il allait prendre possession du trône de Baudouin, fut surpris dans la Macédoine et immolé par les ordres de Théodore Comnène, prince d'épire. Peu de temps après, l'impératrice, qui s'était rendue par mer à Constantinople, mourut de douleur en apprenant la fin tragique de son époux. Robert de Courtenay, second fils de Pierre, ne monta sur le trône que pour voir la rapide décadence de l'empire latin : vaincu dans une grande bataille par Vatace, successeur de Lascaris, il perdit toutes les provinces situées au delà du Bosphore et de l'Hellespont, d'un autre côté, le prince d'épire s'empara de la Thessalie et d'une grande partie de la Thrace. Constantinople, menacée par des ennemis formidables, voyait du haut de ses tours flotter les étendards des Grecs de Nicée et des barbares du mont Hémus. Au milieu des désastres qui désolaient l'empire, Robert mourut, n'ayant pour successeur que son frère Baudouin encore dans l'enfance. Jean de Brienne, que la fortune fit un moment roi de Jérusalem, avait été appelé sur le trône chancelant de Constantin. Les Grecs et les Bulgares, animés par l'ardeur du pillage, étaient aux portes de la capitale. Leurs flottes pénétrèrent jusque dans le port ; leurs innombrables bataillons se préparaient à escalader les remparts de la ville : le nouvel empereur leur livra plusieurs batailles, s'empara de leurs vaisseaux et dispersa leurs armées. Les victoires miraculeuses de Jean de Brienne augmentèrent sa renommée, mais ne firent qu'épuiser ses forces : après avoir vaincu ses ennemis, il se trouva sans armée, et, tandis que les poètes le comparaient à Hector, à Roland, à Judas Macchabée, il était obligé d'attendre dans la capitale des secours qu'on lui avait promis et qui n'arrivaient point. Agé de plus de quatre-vingts ans, il termina sa carrière en disputant aux barbares les restes d'une puissance que les armes avaient fondée et dont les misérables débris ne purent être sauvés par les prodiges de la valeur.

Les ruines qui l'entouraient à ses derniers moments durent lui faire sentir le néant des grandeurs humaines et le ramener aux sentiments de l'humilité chrétienne. Il avait passé les premiers jours de sa jeunesse dans les austérités du cloître. A son lit de mort, il déposa la pourpre impériale et voulut rendre les derniers soupirs sous l'habit d'un disciple de saint François d'Assises. Un simple chevalier français, assis pendant quelques jours sur deux trônes près de s'écrouler, gendre de deux rois, beau-père de deux empereurs, Jean de Brienne, ne laissa en mourant que le souvenir de ses exploits et l'exemple d'une étrange destinée. Le jeune Baudouin, qui avait épousé sa fille et qui devait lui succéder, ne put recueillir son déplorable héritage : sorti comme un fugitif de sa capitale, il parcourut l'Europe dans une attitude de suppliant, implorant la charité des fidèles et n'obtenant souvent que leur mépris. Revenu en France, il réclama les domaines de sa famille qu'il avait quittés pour l'empire d'Orient, et reprit les armes à la main la petite principauté de Namur, qu'il engagea ensuite pour une somme modique. Baudouin obtint avec peine un secours de sept cents marcs d'argent du roi d'Angleterre, qui lui avait d'abord refusé l'entrée de son royaume. Louis IX lui abandonna l'argent confisqué sur les juifs, argent qu'on regardait comme le produit honteux de l'usure et qu'on croyait en quelque sorte purifier en l'employant dans une guerre sainte.

L'empereur Frédéric, les princes d'Europe, abandonnent Constantinople

Pendant que l'empereur d'Orient parcourait l'Italie, la France et l'Angleterre, Constantinople était sans armée, et sacrifiait, pour la défense de l'état Jusqu'aux reliques, objet de la vénération du peuple et derniers trésors de l'empire. Le souverain pontife fut touché de la misère et de l'abaissement de Baudouin, et ne put entendre sans pitié les gémissements de l'église latine de Byzance. Il publia une nouvelle croisade pour la délivrance de l'empire d'Orient (48).
Les croisés qui devaient partir pour la terre sainte, furent invités à secourir leurs frères de Constantinople ; mais les prières et les exhortations du Saint-Siège ne produisirent que de faibles secours ; les esprits étaient divisés : les uns voulaient défendre l'empire des Latins, les autres le royaume de Jérusalem. Pierre de Dreux, duc de Bretagne, et plusieurs autres seigneurs, soit pour complaire au pape, soit parce que l'entreprise en faveur de Constantinople leur paraissait moins difficile et moins dangereuse, s'attachèrent d'abord à Baudouin ; mais le roi de Navarre, le duc de Bourgogne et les comtes de Bar, de Vendôme et de Montfort, trouvaient étrange qu'on ruinât ou du moins qu'on affaiblit une croisade pour une autre. Ils se plaignirent au pape et lui reprochèrent son changement. Grégoire répondit qu'on ne pourrait jamais chasser les infidèles de la terre saine, si l'on n'assurait la conquête de Constantinople.

[1239] Les princes français ne veulent pas aider l'empire Latin de Constantinople

Cependant les princes et les seigneurs français persistaient dans leur résolution d'aller combattre les musulmans en Asie. Les barons et les chevaliers engageaient ou vendaient leurs terres pour acheter des chevaux et des armes, quittaient leurs donjons et leurs châteaux, s'arrachaient aux embrassements de leurs épouses. Thibaut, leur chef et leur interprète, faisait ses adieux à la France dans des vers qui nous sont restés et qui expriment à la fois la dévotion des chrétiens et le caractère de la chevalerie. Sa muse, en même temps pieuse et profane, déplorait les tourments de l'amour, les chagrins de l'absence, et célébrait la gloire des soldats de Jésus-Christ. Pour se consoler d'avoir perdu la dame de ses pensées, le roi de Navarre invoquait la vierge Marie, "dame des cieux", et finissait sa plainte par ce vers qui peint si bien les moeurs du temps : "Quand dame perds, dame me soit aidant.
D'autres troubadours, à l'exemple du roi de Navarre, chantaient le départ des pèlerins ; ils promettaient dans leurs vers les indulgences de la croisade aux guerriers qui partaient pour la Syrie, et conseillaient aux dames et aux demoiselles de ne point écouter ceux qui restaient en Europe; car, disaient-ils, il ne restera que les lâches : tous les braves vont chercher en Orient la gloire des combats.
Tandis que la France répétait les chansons des troubadours, on adressait au ciel, dans toutes les églises, de ferventes prières pour le succès des expéditions d'outre-mer. Toutefois il se mêlait aux chants de la poésie et aux hymnes de la piété un spectacle douloureux et trop digne d'un siècle barbare. La guerre des Albigeois avait jeté dans le coeur des peuples un esprit ardent de persécution et d'intolérance. Au moment même où les chevaliers et les barons se disposaient à porter la guerre aux pays des infidèles, on dressait dans plusieurs cités du royaume des bûchers pour les fauteurs de l'hérésie. Peu de jours avant son départ pour la croisade, le comte de Champagne assista au supplice de cent quatre-vingt-trois de ses vassaux qui furent brûlés comme hérétiques (49). A ces scènes déplorables se joignaient les tristes effets des démêlés du pape et de l'empereur, démêlés qui jetaient le trouble dans le sanctuaire comme hors du sanctuaire et répandaient partout les germes d'une funeste discorde entre la noblesse et le clergé, entre l'autorité civile et l'autorité religieuse.
Au milieu de la lamentation générale des esprits et des hostilités toujours prêtes à éclater, le souverain pontife, à la voix duquel les croisés avaient pris les armes, n'applaudissait plus à leur enthousiasme ; Grégoire, qui s'était créé de formidables ennemis en Occident, paraissait avoir oublié une guerre qu'il avait prêchée et ne songeait plus qu'à ses propres périls.

Coup de théâtre de Grégoire, il ordonne l'abandon de la croisade

La plupart des chefs de la croisade d'outre-mer étaient assemblés à Lyon pour délibérer sur leur entreprise, lorsqu'ils reçurent un nonce du souverain pontife qui leur ordonna de retourner dans leurs foyers. Cet ordre inattendu de Grégoire IX scandalisa les, princes et les barons, qui répondirent à l'envoyé de la cour de Rome que le pape pouvait changer de politique, désapprouver ce que lui-même avait ordonné ; mais que les défenseurs de la croix, ceux qui s'étaient voués au service de Jésus-Christ, restaient inébranlable dans leurs desseins : "Nous avons fait, ajoutaient-ils, tous nos préparatifs ; nous avons engagé ou vendu nos terres, nos maisons et nos meubles; nous avons quitté nos amis et nos familles, annoncé notre arrivée en Palestine : la religion et l'honneur nous défendent de retourner sur nos pas." (50).
Comme le nonce du pape voulut faire parler l'autorité de l'Eglise et qu'il accusa les barons de trahir la cause qu'ils allaient défendre, les guerriers chrétiens ne purent contenir leur indignation : les soldats et les chefs s'emportèrent au point de maltraiter l'ambassadeur du souverain pontife ; ils l'auraient immolé à leur colère sans les conseils et les prières des prélats et des évêques (Mathieu Pâris).

A peine les croisés venaient de renvoyer avec mépris le nonce du pape, qu'ils virent arriver des députés de l'empereur d'Allemagne, qui les suppliaient également de suspendre leur marche et d'attendre que lui-même eût rassemblé ses troupes pour se mettre à leur tête. Les chevaliers et les barons, animés d'un zèle sincère pour la délivrance des saints lieux, ne pouvaient concevoir ces retards qu'on voulait mettre à leur entreprise, et gémissaient sur l'aveuglement des puissances qui voulaient les détourner de la voie du salut. Le roi de Navarre, les ducs de Bretagne et de Bourgogne, la plupart des seigneurs qui avaient pris la croix, persistèrent dans le dessein d'accomplir leur serment, et s'embarquèrent à Marseille pour se rendre en Syrie. Un nouveau démêlé venait d'éclater entre le pape et Frédéric, qui se disputaient la souveraineté de la Sardaigne. Toutes les passions se mêlèrent bientôt à cette querelle, et s'armèrent tour à tour des vengeances du ciel et des fureurs de la guerre. Grégoire, après avoir de nouveau excommunié Frédéric, voulut attaquer sa renommée et le poursuivre dans l'opinion de ses contemporains. On lut dans toutes les églises de l'Europe des monitoires et des brefs du pape dans lesquels l'empereur était représenté comme un impie, comme un complice des hérétiques et des musulmans, comme un oppresseur de la religion et de l'humanité. Frédéric répondit par de violentes déclamations aux accusations du souverain pontife ; il s'adressa aux Romains pour les exciter à la révolte contre le Saint-Siège, il appela tous les princes de l'Europe à défendre sa cause : "Rois et princes de la terre, disait-il, regardez l'injure qui nous est faite comme la vôtre (51) ; "apportez de l'eau pour éteindre le feu allumé dans votre voisinage" : "un pareil danger vous menace". Le pape irrité lança toutes les foudres de l'église contre son adversaire; il alla même jusqu'à prêcher une croisade contre l'empereur, disant qu'il y avait plus de mérite à combattre un prince rebelle aux successeurs de saint Pierre qu'à délivrer Jérusalem. Au milieu de la lutte scandaleuse qui venait de s'élever, les partis étaient tellement animés, que, pour les uns, l'église n'avait plus rien de sacré, et, pour les autres, l'autorité des princes rien de légitime. D'un côté, le souverain pontife et ses partisans regardaient les sujets restés fidèles à l'empereur comme les ministres et les complices du démon ; d'un autre côté, l'empereur et ceux qui défendaient sa cause ne voulaient point reconnaître le pape pour le vicaire de Jésus-Christ. Enfin, Grégoire promit la couronne impériale à celui des princes qui prendrait les armes contre Frédéric et le ferait descendre du trône. Une lettre apostolique fut lue devant Louis IX et ses barons, dans laquelle le souverain pontife donnait à Robert, frère du roi, la couronne impériale et la couronne de Sicile, si la France se déclarait contre l'empereur d'Allemagne. Les seigneurs du royaume, remplis de surprise, protestèrent de leur zèle pour la défense de la foi et de leur respect pour l'église ; mais tous déclarèrent qu'ils ne pouvaient servir la colère de Grégoire qu'ils croyaient injuste, ni profiter de la disgrâce de Frédéric, dont ils ignoraient les motifs (52).

Frédéric en guerre contre les états d'Italie

On en vint bientôt aux hostilités. Frédéric, après avoir remporté une grande victoire sur les Milanais et semé l'effroi dans toutes les républiques de Lombardie, marcha vers Rome à la tète d'une armée (53). Grégoire, qui n'avait point de troupes, parcourut sa capitale à la tête d'une procession. Il montra aux Romains les reliques des apôtres, et, fondant en larmes, il leur dit qu'il ne pouvait défendre ce sacré dépôt sans leur secours. La noblesse et le peuple, touchés des prières du pape, jurèrent de mourir pour la défense du Saint-Siège. On fit des préparatifs de guerre ; on fortifia à la hâte la ville de Rome, et, lorsque l'empereur s'approcha des portes, il vit ces mêmes Romains qui peu de temps auparavant avaient embrassé sa cause contre le pape, rangés en bataille sur les remparts et déterminés à mourir pour le chef de l'église (54). Frédéric assiégea la ville sans pouvoir s'en emparer ; dans sa colère il accusa les Romains de perfidie et se vengea par d'horribles cruautés exercées sur les prisonniers. Bientôt la haine allumée entre l'empereur et le souverain pontife passa dans l'esprit des peuples, et les fureurs de la guerre civile ravagèrent toute l'Italie.
Au milieu du désordre et de l'agitation générale, on n'entendit plus les cris et les prières des chrétiens de la Palestine. A l'expiration de la trêve conclue avec Frédéric, le prince de Carac était rentré dans Jérusalem, avait détruit la tour de David et les faibles remparts élevés par les chrétiens. Cette conquête, qui ranimait le courage des musulmans, jetait dans le désespoir les malheureux habitants de la terre sainte. Au lieu de recevoir dans ses murs les armées innombrables qu'annonçait la renommée, Ptolémaïs ne voyait plus arriver que des pèlerins sans armes qui racontaient les déplorables querelles des princes et des monarques chrétiens. La plupart des communications étaient fermées avec l'Orient ; toutes les flottes maritimes de l'Italie disputaient l'empire de la mer, tantôt à la ligue du souverain pontife, tantôt à celle de l'empereur. Plusieurs des croisés qui avaient fait le serment de se rendre à Constantinople ou à Ptolémaïs, prirent parti dans la croisade prêchée contre Frédéric ; d'autres résolurent d'aller par terre en Syrie, et périrent presque tous dans les montagnes et les déserts de l'Asie Mineure ; les princes et les seigneurs français qui, malgré les ordres du pape, partirent pour l'Asie et s'embarquèrent dans les ports de Provence, ne purent conduire avec eux en Palestine qu'un petit nombre de guerriers.

Arrivée des barons croisés en Orient

A l'arrivée des croisés, l'Orient n'était pas moins troublé que l'Occident. Le sultan du Caire, Malek-Kamel, venait de mourir ; sa mort était devenue le signal de plusieurs guerres sanglantes entre les princes de sa famille, qui se disputaient tour à tour le royaume d'Egypte, les principautés de Damas, d'Alep, de Hamah. Au milieu de ces divisions, les émirs et les mamelouks, dont on implorait sans cesse le dangereux appui, s'étaient accoutumés à disposer de la puissance, et se montraient plus redoutables à leurs souverains qu'aux ennemis de L'islamisme. L'autorité suprême semblait être le prix de la victoire ou de l'habileté dans la trahison ; les trônes musulmans se trouvaient environnés de tant de périls, qu'on vit un prince de Damas abandonner le sceptre et se vouer à la retraite, en disant qu'un épervier et un chien de chasse lui plaisaient mieux que l'empire. Les princes divisés entre eux avaient appelé à leur secours les Karismiens et d'autres peuples barbares qui brûlaient les villes, pillaient les provinces, achevaient de détruire les puissances qu'ils venaient défendre, et mettaient le comble à tous les maux enfantés par la discorde (55). Les croisés auraient pu profiter des troubles de l'Orient ; mais ils ne réunirent jamais leurs efforts contre les ennemis qu'ils avaient juré de combattre ; le royaume de Jérusalem n'avait point de gouvernement qui dirigeât les forces de la croisade ; la foule des pèlerins n'avait point de lien, point d'intérêt commun qui pût les tenir longtemps rassemblés sous les mêmes étendards. On voyait partout des troupes de soldats, mais nulle part une armée ; chacun des chefs et des princes suivait un plan de campagne, déclarait la guerre, proclamait la paix en son nom, et semblait ne combattre que pour son ambition et sa renommée.
Le duc de Bretagne, suivi de ses chevaliers, porta la guerre sur les terres de Damas, et revint au camp des croisés avec une multitude de chameaux, de boeufs, de chevaux, d'ânes et de buffles enlevés aux musulmans. Le comte de Bar, le duc de Bourgogne et autre grands barons de l'Ost, dit une relation manuscrite que nous avons sous les yeux (56), "orent grani envie et grant despit de cette proie que le comte de Bretagne avoit guignée sur les mescreants". Ils résolurent donc de faire à leur tour quelque expédition où ils pussent s'enrichir des dépouilles de l'ennemi, et se disposèrent à marcher sur le territoire de Gaza, dont la renommée vantait les riches pâturages et les abondantes moissons. Quand leur dessein fut connu, les plus sages des seigneurs et des barons vinrent auprès d'eux et les conjurèrent de ne pas se séparer de l'armée chrétienne. Le comte de Champagne, qu'on avait nommé le chef de la croisade, leur ordonna, au nom de Jésus-Christ, de rester au camp. Toutes les remontrances, toutes les prières furent vaines: les comtes de Bar, de Montfort, plusieurs autres seigneurs se contentèrent de répondre qu'ils étaient venus en Syrie pour guerroyer les infidèles, et partirent avec leurs hommes d'armes. Ceux qui restaient au camp, redoutant quelque malheur, prirent le parti de suivre de loin leurs compagnons imprudents et se dirigèrent vers Ascalon. La troupe qui avait abandonné les drapeaux de l'armée, arriva, vers la fin de la journée (57), au ruisseau que l'écriture appelle AEgyptus et qui bornait le royaume de Jérusalem du côté de l'Egypte. Malgré les conseils de Gauthier, comte de Joppé, elle marcha toute la nuit dans l'espoir d'atteindre une vaste prairie où paissaient les troupeaux des musulmans. A l'approche du jour, des croisés fatigués se trouvèrent dans un défilé situé entre des collines de sable, et suspendirent leur marche, attendant que "les bestes fussent envoyées aux champs et que les gents fussent au labourage". La chronique que nous venons de citer décrit ici la halte de cette troupe aventureuse : "Les riches homes firent mettre les nappes et se mirent à mangier le pain, les gallines et chapons, la chair cuite qu'ils avoient apportée avec eux, sans oublier le vin en bouteilles et en barils". Les uns mangeaient, ajoute le chroniqueur, les autres donnaient, d'autres soignaient leurs chevaux ; telle était leur aveugle sécurité, qu'ils songeaient à peine aux ennemis qu'ils allaient chercher : ils ne tardèrent pas à s'apercevoir que "nostre sire Jésus-Christ ne veult mie que on le serve en telle manière".
Le commandant de Gaza, averti de l'arrivée des chrétiens, avait fait allumer pendant la nuit de grands feux qui furent comme un signal d'alarme pour tous les habitants. De toutes parts les musulmans accoururent en armes. A l'approche des ennemis, le comte de Bar se mit à la tête de ses cavaliers, et s'avança dans la plaine pour reconnaître le nombre et la force des musulmans. Des cris menaçants, le bruit des tambours, des cornets, retentissaient dans toute la contrée ; des hommes armés couvraient la campagne ; les frondeurs et les archers occupaient les hauteurs. Alors les chefs des croisés tinrent conseil : 1e comte de Joppé, le duc de Bourgogne, étaient d'avis que les chrétiens s'en retournassent et qu'ils "n'attendissent mie la bataille", attendu qu'ils avaient du sable jusqu'aux genoux et que les musulmans étaient treize contre un. Les comtes de Bar et de Montfort voulaient qu'on se battît, et la raison qu'ils en donnaient, c'est que l'ennemi était présent et qu'il y avait plus de péril et surtout plus de honte à se retirer qu'à combattre. Le comte de Joppé et le duc de Bourgogne répondaient qu'ils "ne vouloient mie perdre eux-mêmes et leurs gents", et donnèrent le signal de la retraite. Les pèlerins qui persistaient à rester en présence d'un ennemi redoutable, sentaient tout le danger du parti qu'ils avaient pris, et, voyant leurs compagnons s'éloigner et prendre le chemin d'Ascalon, ils les conjurèrent d'engager le roi de Navarre et les autres chefs à venir au plus tôt les secourir. En vain le duc de Bourgogne et le comte de Joppé les supplièrent de nouveau de se dérober à une perte certaine, ils ne purent vaincre leur obstination. Déjà les musulmans donnaient le signal du combat, une grêle de traits fut lancée Contre les croisés ; les archers chrétiens firent d'abord reculer l'ennemi ; mais les traits et les flèches leur manquèrent, ce qui redoubla le courage des musulmans. Plusieurs fois, ayant à leur tête les comtes de Bar et de Montfort, les cavaliers se précipitèrent sur les infidèles. Après avoir dispersé l'immense multitude qu'ils avaient devant eux, ils revinrent occuper le défilé où ils avaient dressé leurs tentes et qui leur servait de camp retranché. Après plusieurs attaques, le commandant de Gaza les attira dans la plaine, en feignant de fuir, et dans le même temps il ordonna à ses soldats placés sur les collines de s'emparer du lieu qu'occupaient les chrétiens (58). Cette manoeuvre lui ayant réussi, les croisés se trouvèrent environnés et assaillis de toutes parts, sans autre espoir que de vendre chèrement leur vie. Les comtes de Bar, de Montfort, et quelques barons et chevaliers, résistèrent encore longtemps et firent merveille d'armes ; à la fin ils succombèrent, accablés de fatigue et couverts de blessures.

Cependant les croisés arrivés avec le roi de Navarre dans les murs d'Ascalon, apprirent bientôt que leurs téméraires compagnons d'armes étaient en danger de périr. Les plus braves se précipitèrent sur la route de Gaza. Lorsqu'ils approchèrent du lieu du combat, les guerriers chrétiens ne résistaient plus : les musulmans s'occupaient de lier leurs prisonniers et de dépouiller les morts. L'ennemi n'attendit point les croisés, et se retira emportant son butin et traînant à sa suite les captifs. Le champ de bataille était couvert de cadavres nus ; quelques blessés qui vivaient encore furent placés sur les écus des chevaliers pour être transportés à Ascalon. Comme plusieurs des pèlerins demandaient qu'on poursuivît les ennemis dans leur retraite, le roi de Navarre et les autres chefs prirent conseil des chevaliers du Temple et de Saint-Jean, qui connaissaient le pays. Ceux-ci répondirent qu'il serait dangereux d'attaquer les musulmans, protégés par leurs forteresses, et qu'une poursuite imprudente pouvait compromettre la vie des prisonniers chrétiens (59). Les amis et les parents de ceux qui avaient été pris par les infidèles, n'écoutaient qu'un aveugle désespoir; mais de si grands malheurs avaient déjà marqué cette journée, qu'on ne voulut point tenter de nouveaux périls ; il fut décidé qu'on reprendrait le chemin d'Ascalon, où il y "eust granit criées et grant brames pour cette doloreuse aventure".

Défaite des barons croisés dans les plaines de Gaza

Amaury de Montfort et plusieurs autres seigneurs tombèrent entre les mains des infidèles et furent donnés en spectrale dans la capitale d'Egypte ; on ne put jamais savoir ce qu'était devenu le comte de Bar, et l'incertitude de son sort avait fait naître une foule de récits merveilleux qu'on répéta longtemps parmi les croisés. L'armée chrétienne revint tristement à Ptolémaïs ; elle se rendit ensuite à Sidon, à Tyr à Tripoli, et autres bonnes villes chrétiennes. A leur arrivée en Syrie, les chefs de la croisade avaient eu le dessein d'assiéger Damas ; mais cette entreprise était abandonnée. Les chefs, qui s'étaient ruinés pour la guerre et qui comptaient sur la guerre pour réparer leurs pertes, n'osaient plus risquer le sort des combats, dans la crainte de tout perdre et de devenir eux-mêmes la proie ou le butin de l'ennemi. Le roi de Navarre, dont les chansons avaient excité les guerriers à prendre les armes, gardait le silence, et sa muse n'entreprit pas même d'exhorter ses compagnons découragés à la patience et à la résignation. Néanmoins, parmi les chevaliers et sous les tentes des soldats de la croix, il se rencontra plusieurs troubadours qui chantèrent les douleurs de l'exil et dont les pèlerins répétaient les tristes complaintes (60). à l'exemple des prophètes, dont les chants avaient retenti dans les mêmes lieux, ils annonçaient les malheurs du peuple choisi, et déploraient l'inaction et les misères d'une armée à qui le ciel irrité refusait son appui. Les ecclésiastiques prêchaient contre l'orgueil, la jalousie, l'avarice des seigneurs, qu'on accusait de montrer peu de zèle pour le triomphe de la croix, "Maître Guillaume", légat du pape, terminait chacun de ses sermons par ces paroles : "Pour Dieu, belles gents, priez Dieu, qu'il rende les coeurs aux hauts hommes de cet ost".
Au milieu de l'oisiveté naquirent de grands débats dans lesquels les chefs se reprochaient réciproquement les malheurs et la honte des croisés. Dans l'impossibilité de faire triompher leurs armes, ils traitèrent séparément avec les infidèles, et firent la paix comme ils avaient fait la guerre. Les templiers et quelques chefs de l'armée convinrent d'une trêve avec le prince de Damas, et obtinrent la restitution des saints lieux; de leur côté, les hospitaliers, le comte de Champagne, les ducs de Bretagne et de Bourgogne, conclurent un traité avec le Soudan d'Egypte, et s'engagèrent à le défendre contre les musulmans de Syrie, qui assuraient aux chrétiens la possession de Jérusalem (61).
Après avoir troublé la Palestine par leurs désordres, les croisés français l'abandonnèrent pour revenir en Europe, et furent remplacés à Ptolémaïs par des Anglais arrivés sous la conduite de Richard de Cornouailles, frère d'Henri III. Richard, qui possédait les mines d'étain et de plomb du comté de Cornouailles, était un des princes les plus riches de l'Occident ; si l'on en croit les vieilles chroniques, Grégoire IX chercha à le détourner de son pèlerinage de la terre sainte, dans l'espoir que ses trésors et ses soldats pourraient être employés, soit à défendre l'empire latin de Constantinople, soit à soutenir la cause de Rome dans la guerre déclarée à Frédéric. Richard résista à toutes les prières du pape, et, lorsqu'il arriva devant Ptolémaïs, le peuple et le clergé allèrent au-devant de lui en répétant ces paroles de l'évangile : Béni soit celui qui vient au nom de Dieu. Ce prince était neveu de Richard Coeur-de-Lion, que son courage et ses exploits avaient rendu célèbre dans tout l'Orient. Le seul nom de Richard jetait l'effroi parmi les musulmans; le prince de Cornouailles rappelait son oncle par sa bravoure : il était plein de zèle et d'ardeur, et son armée partageait son enthousiasme pour la religion et pour la gloire. Tout semblait lui présager des succès ; mais, après quelques jours de marche et quelques avantages remportés sur les ennemis, il se trouva abandonné par les hospitaliers, qui voulaient qu'on respectât la trêve faite avec le sultan d'Egypte, et par les templiers, qui refusaient de rompre la trêve faite avec le souverain de Damas. Se voyant peu secondé par les chrétiens du pays, il fut obligé de renoncer à la guerre et de renouveler les traités de paix. Pour tout fruit de son expédition, il ne put obtenir que l'échange des prisonniers et la permission de rendre les honneurs de la sépulture aux chrétiens tués à la bataille de Gaza. Après avoir visité Jérusalem, délivrée pour la seconde fois depuis la croisade de Frédéric II, Richard s'embarqua pour l'Italie, Il vit l'empereur Frédéric, son beau-frère, qui le reçut avec beaucoup d'éclat et de magnificence. Mathieu Pâris, dans son récit des fêtes données au comte de Cornouailles, parle du spectacle de deux femmes musulmanes élégamment vêtues qui, placées chacune sur deux globes au milieu d'un parquet uni, exécutaient divers tours de souplesse, battant des mains, chantant des chansons de leur pays, ou jouant des castagnettes et s'agitant d'une façon prodigieuse. Ces deux musulmanes étaient évidemment des aimées que Frédéric avait amenées d'Orient.

[1241] Mort de Grégoire IX

L'empereur d'Allemagne chargea Richard de négociations pacifiques auprès du souverain pontife, mais le comte de Cornouailles ne put fléchir Grégoire ardemment occupé de poursuivre ses projets menaçants. Toute l'Europe était en feu ; un concile convoqué pour la paix de l'église n'avait pu s'assembler (62). Au milieu du désordre universel, Grégoire mourut en maudissant son redoutable adversaire, et fut remplacé par Célestin IV, élu en 1241, qui ne porta la tiare que seize jours. La guerre était continuée avec une nouvelle fureur ; l'église resta sans chef, et Jésus-Christ sans vicaire sur la terre ; les cardinaux erraient dispersés ; Frédéric en retenait plusieurs dans les fers. La cour de Rome, dit Fleuri, était désolée et tombée dans un grand mépris. Cette déplorable anarchie dura près de deux ans ; toute la chrétienté faisait entendre ses gémissements, et demandait au ciel un pape qui pût réparer les malheurs de l'Europe et de l'église.

[1243] Election pontificale d'Innocent IV

Le conclave se réunit enfin ; mais l'élection d'Innocent IV (1243-1254), faite au milieu du trouble et des discordes, n'arrêta ni le scandale, ni les fureurs de la guerre qui désolait les chrétiens. Le nouveau pontife suivit l'exemple d'Innocent III, de Grégoire IX, et le désordre alla toujours croissant. On oublia en Europe les chrétiens de la Grèce et ceux de la Palestine ; des missionnaires parcouraient vainement les royaumes de l'Occident pour exhorter les fidèles à faire la paix entre eux, à tourner leurs armes contre les musulmans ; plusieurs de ces anges de paix furent proscrits par Frédéric, qui était à la fois en guerre avec le souverain pontife, avec l'empereur d'Orient, et avec tous ceux qui, en prenant la croix, avaient juré de défendre Rome, de délivrer Constantinople ou Jérusalem. Nous ne raconterons point les violences dont l'Occident et surtout l'Italie furent le théâtre : l'attention se fatigue de rester longtemps sur les mêmes tableaux ; les guerres, les révolutions, qui prêtent tant de vie à l'histoire, finissent par n'offrir qu'un récit fastidieux ; et c'est ici surtout que le lecteur peut s'apercevoir que les passions ont aussi leur uniformité et les orages leur monotonie.
Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

Notes

48. La pitié ne fut pas le seul motif qui fit agir le pontife de Rome. On voit, par la lettre qu'il adressa de Viterbe, le 17 des calendes de janvier 1235, à Bêla, roi de Hongrie, que la crainte qu'inspiraient les succès des schismatiques Vatace et Asan, avait détourné Grégoire de la guerre d'outre-mer, et qu'il ne songeait plus qu'a secourir Constantinople, vivement menacée par les ennemis des Latins.
Dans une autre lettre datée d'Intéramne, le 6 des Ides de décembre 1385, et adressée aux évêques de France et de Hongrie, le pape demande des secours pour l'empereur de Constantinople, et veut que ceux qui ont fait voeu d'aller dans la terre sainte changent de dessein et aillent se joindre aux parents de Jean de Brienne et de Baudouin (Raynaldi, ad année 1295, n. 53, et 1336, n. 69).
49. Ces hérétiques étaient de la secte des Bulgares ou des Albigeois. Ils furent brûlés sur le mont Aimé, en Champagne, près de Vertu. Outre le roi Thibaut et les seigneurs de Champagne, plusieurs évêques et autres prélats assistèrent à ce supplice comme à une fête. On y compta jusqu'à sept cent mille personnes présentes (Voyez Histoire des comtes de Champagne et de Brie, t. II, p. 70).
50. Mathieu Pâris, Raynaldi, Albéric, Richard de Saint-Germain, et l'Histoire ecclésiastique de Fleuri.
51. Voyez dans Mathieu Pâris la longue lettre que Frédéric adressa au comte de Cornouailles, son beau-frère. Ad année 1239.
52. Mathieu Pâris, qui rend compte de la réponse des barons à la proposition du pape, leur fait dire que, si l'empereur a mérité d'être déposé, il ne peut l'être que par un concile général. "Qui si meritis suis exigentibus deponendus esset, non nisi pet générale concilium cassandus judicaretur". S'il est vrai que les barons de France aient reconnu à un concile général le droit de déposer les rois, on ne doit plus s'étonner que l'Europe ait approuvé par son silence la sentence de déposition prononcée, six ans plus tard, dans la concile de Lyon contre l'empereur Frédéric.
53. Voyez, A ce sujet, le récit de l'auteur de la Vie de Grégoire, copié par Raynaldi, ad année 1240, n. 12. Cet historien dit que Frédéric fit périr au milieu des supplices ceux qui refusèrent de quitter la croix que le pape leur avait fait prendre contre lui, et que des ecclésiastiques, souffrant ainsi le martyre (pour une cause qui n'était rien moins que sainte), chantèrent au milieu des flammes "te martyrum capdidatus laudat exercitus".
54. Le P. Maimbourg fait à cet égard la réflexion suivante : "Tant l'esprit du peuple tourne aisément, en passant même d'une extrémité à l'autre, particulièrement quand on fait agir par quelque objet éclatant la religion, qui peut tout sur lui, quand elle s'en est une fois rendue maîtresse".
55. Il n'est pas dans notre sujet d'entrer plus avant dans le détail de ces révolutions. Nous renvoyons aux extraits des auteurs arabes, Bibliothèque des Croisades, t. IV.
56. Cette relation a été analysée, Bibliothèque des Croisades, à la suite du continuateur de Guillaume de Tyr.
57. La nuit estoit moult bete et moult souere, dit la relation manuscrite ; la lune et les estoiles luisoient et renvoient moult grant clarté".
58. Suivant la relation manuscrite, les chrétiens commirent une grande faute en quittant de nouveau ce défilé pour courir après les ennemis. Les auteurs arabes disent la même chose. Le commandant de Gaza, qui l'avait prévu, sut habilement en profiter. Notre chroniqueur accuse ici amèrement l'orgueil et la "grant fierté des chrétiens".
59. Un auteur arabe accuse à ce sujet les chevaliers et les chrétiens du pays d'avoir eux-mêmes, suivant leur coutume, livré leurs frères au fer des égyptiens (Voyez Bibliothèque des Croisades, t. IV.)
60. Philippe de Nanteuil, qui fut fait prisonnier et mené au Caire, composa dans sa prison plusieurs chansons qui furent envoyées à l'armée des chrétiens. La relation manuscrite en cite une qui commence ainsi :
La France, douce contrée,
Que tous soulent honnoror,
Votre joie est acornée,
De tout en tout en pleurer.
Toujours mais serez plus mue,
Trop Vous est mésavenue,
Tel dolours est avenue :
Avez vos comtes perdus.
Las ! quens de Bar, quel souffraite
De vous li Français auront,
Quand ils sauront il nouvelle de vous,
Grand duel (deuil) eu feront etc.
(Voyez dans la Bibliothèque des Croisades l'exrait de la chronique manuscrite déjà citée.)
61. Rien n'est plus curieux que d'entendre le récit des auteurs arabes sur ces négociations (Voyez la Bibliothèque des Croisades, t IV). Les musulmans étaient scandalisés de voir leurs princes alliés avec les soldats de la croix. Les chaires des mosquées retentissaient de plaintes à cet égard.
62. Par des lettres datées de Faënça (Faventia)t le 13 de septembre 1240 Frédéric essaya de détourner le roi Angleterre et les évêques de ce pays d'envoyer des députés ou de se rendre eux-mêmes au concile- (Raynaldi, ad année 1240, n. 56).

Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

5 - Que peut-on dire de cette sixième croisade ?

On a pu voir que cette sixième croisade, qui renferme un espace de près de trente ans, fut plus féconde en débats scandaleux, en discordes civiles, qu'en glorieux événements. Chose remarquable ! Plus les chefs de l'église s'efforçaient de soumettre les expéditions d'Orient à leur direction suprême, plus ces expéditions semblaient s'éloigner de cet esprit de dévotion ardente qui les avait fait naître. Dans les premières croisades, l'ambition, l'amour de la gloire, l'amour des périls, furent sans doute de puissants mobiles, mais ces sentiments se mêlaient et se confondaient avec l'enthousiasme religieux, dont l'entraînement paraissait dominer toutes les opinions. Peu à peu les passions de ce monde terrestre se montrèrent davantage, et la révolution qui s'opéra insensiblement dans les esprits arriva au point que la voix de la religion était à peine entendue dans les guerres saintes. Qui aurait pu croire, par exemple, après avoir eu sous les yeux le spectacle des croisades précédentes, qu'une croisade ne dût jamais être regardée comme une entreprise impie, et la conquête de Jérusalem comme une profanation des saints lieux ? Tel fut du moins le jugement qu'on porta dans la chrétienté sur l'expédition de Frédéric.

Le souverain pontife et la plupart des fidèles jugèrent l'entreprise de l'empereur d'Allemagne, comme Dieu juge les actions humaines, d'après les intentions cachées et les sentiments secrets de la conscience. Cette justice qui sonde les reins et les coeurs et qui n'est point de ce monde, cette sainte colère de l'Evangile, que l'évangile n'avait pas toujours allumée, n'était point propre à favoriser les progrès, à conserver les fruits salutaires d'une croisade où s'introduisirent toutes les passions de la politique. Lorsqu'on vit les malédictions du ciel tomber ainsi sur le libérateur du saint sépulcre, il arriva que les chrétiens de la Palestine mirent moins de zèle à la conservation de Jérusalem, et que les chrétiens d'Occident ne s'empressent plus de prendre les armes pour défendre une conquête profane. On a vu, dans la première croisade et même dans celle de Richard, l'enthousiasme des croisés à l'approche de la ville sainte. Dans celle-ci on ne vit rien de semblable, et le nom de Jérusalem était à peine prononcé dans le camp des chrétiens.
Il faut avouer aussi que Frédéric ne cherchait point à relever par ses discours l'importance de la conquête qu'il venait de faire. On rapporte que depuis son retour il avait coutume de dire que, si Dieu avait connu le royaume de Naples, il ne lui aurait pas préféré les rochers stériles de la Judée : ces paroles sacrilèges devaient être un grand scandale pour les pèlerins.

La plupart des guerres saintes ont trouvé des chroniqueurs qui nous les ont racontées avec fidélité ; l'expédition de Frédéric est restée presque sans historiens. C'est la piété et la dévotion qui avaient inspiré les récits des autres entreprises en Orient. En racontant celle d'un prince excommunié, les pieux cénobites qui se chargeaient de nous transmettre l'histoire des croisades, n'auraient pas cru faire une chose agréable à Dieu.
L'expédition du roi de Navarre et des autres grands vassaux de la couronne de France ne présente pas un spectacle plus édifiant. Une ambition désordonnée, une activité inquiète, l'impuissance de faire la guerre dans leur propre pays, qu'on décorait du nom de repentir religieux, poussèrent en Orient ces nouveaux champions de la croix. Leur chef, qui se vantait d'être inspiré à la fois par l'amour de Dieu et par l'amour des dames, montra sous les drapeaux de Jésus-Christ l'inconstance et la légèreté qu'on avait remarquées jusque-là dans sa conduite et dans ses sentiments. Aussi ne vit-on plus dans une guerre qu'il conduisait les hauts faits d'armes et les grands coups de lance des anciens preux; la Palestine, après avoir retenti si longtemps du signal des formidables combats, n'entendit plus que les chansons et les complaintes des troubadours. Il nous reste de cette époque plusieurs pièces de vers qui en peignent assez fidèlement le caractère et l'esprit. Si nous avions quelques-uns des sermons dans lesquels on reprochait aux croisés leur inaction, leur orgueil, leur avarice, leurs discordes, il ne nous manquerait rien pour compléter l'histoire de cette croisade. On peut la regarder en quelque sorte comme une condition de la royauté qui imposa la peine de l'exil à ceux qu'elle avait vaincus et dont elle redoutait les complots. Si la Judée ne recueillit aucun avantage de leur expédition, le royaume profita du moins de leur absence. Richard de Cornouailles, qui s'était ruiné en Syrie, ne put, à son retour, prendre possession du duché de Poitiers sur lequel il avait des droits. Henri III reconnut dans les plaines de Taillebourg et de Saintes qu'il avait perdu ses plus puissants auxiliaires sur le continent. Tels furent les heureux fruits de cette croisade pour la France.

Remontant à des considérations plus générales, nous devons dire ici qu'à l'époque dont nous venons de retracer l'histoire, on prêcha trop de croisades à la fois pour que les regards des fidèles ne fussent pas détournés du premier objet de ces saintes expéditions. Parmi tant de causes à défendre, on ne savait plus quelle était la cause de Dieu et de Jésus-Christ ; tant d'intérêts présentés en même temps à l'attention des chrétiens et recommandés à la bravoure des guerriers, firent naître l'incertitude ; l'incertitude amena l'indifférence. L'Europe, longtemps agitée, éprouvait l'inquiétude vague d'un changement ; les états songeaient davantage à leur indépendance, les peuples à leur liberté. Les passions que la politique fait naître, prenaient la place des passions dont la religion est le mobile.
Les sanglants démêlés de l'empereur et des papes contribuèrent à la révolution qui se faisait dans les esprits. Le motif qui animait les chefs de l'église n'était pas tout à fait religieux : les empereurs d'Allemagne et les pontifes de Rome avaient eu des prétentions à la domination de l'Italie, et se trouvaient depuis longtemps en rivalité d'ambition. Grégoire voyait avec peine Frédéric maître du royaume de Naples; lorsqu'il le pressait d'aller en Asie pour faire la guerre aux musulmans, on aurait pu le comparer à ce personnage de la fable qui, pour se défaire de son rival, l'envoya combattre la Chimère.
Quatre papes d'un caractère différent et qui se trouvèrent dans les mêmes circonstances, suivirent la même politique. Frédéric, par ses cruautés, ses injustices, son ambition extrême, justifia souvent les violences du Saint-Siège, dont il fut tour à tour le pupille, le protecteur et l'ennemi ; comme ses prédécesseurs, il ne cachait point le projet de relever l'empire des Césars, et, sans l'influence des papes, il est probable que l'Europe aurait subi le joug des empereurs de la Germanie.
La politique des souverains pontifes favorisait en Allemagne la liberté des villes, l'accroissement et la durée des petits états. Nous ne craignons pas d'ajouter ici que les foudres du Saint-Siège sauvèrent au moins pour un temps l'indépendance de l'Italie, et peut-être celle de la France, qui fut moins maltraitée par la cour de Rome que les royaumes voisins.
Sans vouloir juger la domination des papes, on peut dire qu'ils furent amenés à s'emparer du suprême pouvoir parles circonstances où se trouvait l'Europe dans le onzième et le douzième siècle. La société européenne, sans expérience, sans lois, plongée dans l'ignorance et l'anarchie, s'était jetée dans les bras des papes, et croyait se mettre sous la protection du ciel : comme les peuples n'avaient d'autres idées de civilisation que celles qui leur étaient données par la religion chrétienne, les souverains pontifes se trouvèrent naturellement les arbitres suprêmes des nations (63). Lorsqu'on parcourt les annales du moyen âge" on ne peut s'empêcher d'admirer un des plus beaux spectacles qu'aient offerts les Sociétés humaines, celui de l'Europe chrétienne, ne reconnaissant qu'une religion, n'obéissant qu'à une seule loi, ne formant en quelque sorte qu'un seul empire, gouverné par un même chef qui parlait au nom de Dieu et dont la mission était de faire régner l'évangile sur la terre.
Dans le onzième et le douzième siècle, les nations de l'Europe, soumises à l'autorité de saint Pierre, étaient unies entre elles par un lien plus fort que celui des lumières, dirigées par un mobile plus puissant que celui de la liberté : ce mobile, ce lien, qui était celui de l'église universelle, entretint et favorisa longtemps l'enthousiasme et les progrès des guerres saintes. Quelle que soit l'origine des croisades, il est certain qu'elles n'auraient jamais pu être entreprises sans cette unité de sentiments religieux qui doublait la force de la république chrétienne. Les peuples, par l'accord de leurs sentiments et de leurs passions, montrèrent au monde tout ce que peut le zèle, l'enthousiasme qui s'accroît en se communiquant, tout ce que peut une croyance qui entraîne vers le même but cent nations diverses, et dont les inspirations, selon l'expression de l'évangile, transportent les montagnes. A mesure que les peuples d'abord unis par un même esprit, commencèrent à se diviser et cessèrent de faire cause commune, il devint plus difficile de réunir les forces de l'Occident et de pour suivre ces guerres dont les prodiges nous remplissent aujourd'hui d'étonnement.
On a pu remarquer que l'autorité pontificale et l'enthousiasme des croisades éprouvèrent les mêmes vicissitudes ; l'exaltation de l'esprit religieux qui faisait prendre les armes contre les musulmans, dut accroître d'abord l'influence des souverains pontifes ; mais un ressort aussi actif, aussi puissant, ne devait pas tarder à se briser par la violence avec laquelle on le fit agir.

Les papes, revêtus d'une autorité sans bornes, ne l'exercèrent pas toujours avec modération, et, comme l'abus d'un pouvoir entraîne tôt ou tard sa ruine, l'empire des souverains pontifes finit par décliner comme tous les empires. Leurs longues contestations avec Frédéric commencèrent cette décadence : toute l'Europe fut appelée à juger leur cause ; la puissance du Saint-Siège, fondée sur les croyances religieuses et dont l'origine n'est pas de ce monde, perdit beaucoup à être livrée aux jugements et aux disputes des hommes. En même temps que les souverains pontifes abusaient de leur pouvoir, on abusait de l'esprit et de l'enthousiasme qui avaient produit les guerres saintes. Les princes chrétiens prenaient la croix, tantôt pour obtenir la protection des chefs de l'église, tantôt pour avoir un prétexte de lever des impôts, d'assembler des armées, et pour jouir par là des avantages temporels accordés aux soldats de Jésus-Christ ; les monarques de la chrétienté, sans avoir provoqué les guerres d'Orient, voulurent en profiter, d'abord pour étendre leur empire, ensuite pour satisfaire des passions violentes. Dès lors on dut voir les sociétés chercher un autre appui que celui du Saint-Siège, les guerriers une autre gloire que celle des croisades. Dans les considérations qui terminent cet ouvrage, nous aurons à revenir sur l'influence de la papauté au moyen âge.

Thibaut, roi de Navarre, qui, dans ses vers, avait prêché la guerre d'outre-mer, était scandalisé des troubles excités en Europe par le chef de l'église, et déplorait avec amertume un temps plein de félonie, d'envie et de trahison. Il accusait les princes et les barons d'être sans courtoisie, et reprochait aux papes d'excommunier ceux qui avaient le plus raison. Si quelques troubadours faisaient encore entendre leurs voix pour exhorter les chrétiens à prendre la croix et les armes, plusieurs ne partageaient plus l'enthousiasme des guerres saintes, et ne voyaient dans le pèlerinage d'outre-mer que les chagrins d'une longue absence et les rigueurs d'un pieux exil (64).
Dans cette croisade, on poussa jusqu'à l'excès le mépris de la foi jurée et l'oubli du droit des gens. En signant une trêve on préparait une guerre ; souvent les armées chrétiennes durent leur salut à un traité de paix, et le souverain pontife, loin d'en respecter les conditions, prêchait une nouvelle croisade contre les infidèles. Il faut dire aussi que les engagements les plus solennels furent souvent violés par les musulmans. La durée de la paix ne reposait jamais que sur l'impuissance où l'on était de combattre avec quelque avantage. Le moindre espoir de succès faisait reprendre les armes ; la plus légère circonstance suffisait pour ranimer toutes les fureurs de la guerre. Le continuateur de Guillaume de Tyr dit naïvement, en parlant de la mort d'un souverain de Damas : "quand le sultan fut mort, toutes les trêves furent mortes". Ces mots seuls peuvent donner une idée de l'état de l'Orient pendant la sixième croisade et du peu de respect qu'on avait alors pour les lois de la paix et de la guerre.

Pendant la durée des autres croisades, la religion et la morale de l'évangile reprenaient leur empire, et répandaient partout leurs bienfaits ; à la voix des saints orateurs, on faisait pénitence, les chrétiens réformaient leurs moeurs, tous les orages politiques s'apaisaient au seul nom de Jérusalem, et l'Occident restait dans une profonde paix. Il n'en fut pas de même à l'époque que nous venons de décrire : jamais l'Europe n'avait été plus agitée et peut-être plus corrompue que pendant les trente années que dura cette croisade.
Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841

Notes

63. Nous n'entendons parler ici que de la puissance temporelle ; cette puissance qui avait quelque chose des pouvoirs humains, devait avoir aussi la fragilité des grandeurs et des dominations de ce monde ; si les chefs de l'église avaient réussi à mettre sous leur loi tous les empires, on peut croire qu'il leur serait arrivé ce qui arriva aux califes de Bagdad, que les croisés appelaient les papes de l'islamisme. Ces chefs de la religion musulmane régnaient temporellement sur un grand nombre de peuples, et leur empire s'étendait sur les plus vastes contrées de l'Orient. Pour gouverner les pays qui leur étaient soumis, ils furent obligés d'avoir des lieutenants qui s'emparèrent de l'autorité et la gardèrent. Il ne s'agit point ici de comparer l'évangile et le Coran, mais seulement la politique des princes ; il est probable que les princes chrétiens appelés à la défense ou au partage de la domination temporelle des pontifes auraient fait comme les lieutenants des califes. Ainsi la puissance des papes se serait trouvée affaiblie par les moyens mêmes qu'ils auraient pris pour l'agrandir et la fortifier.
Il n'est pas aisé de savoir jusqu'à quel point la puissance spirituelle des papes aurait pu elle-même se garantir de tout péril et de toute décadence, à côté d'une puissance sujette à toutes les vicissitudes de la fortune ; ce qu'il y a de certain, c'est que l'autorité pontificale tendait à décroître vers la fin des croisades, et qu'elle déclina parce qu'elle s'était trop mêlée aux choses de la terre. éclairée par une sage expérience, la cour romaine renonça enfin, à ce qui pouvait altérer le principe du pouvoir pontifical; dès lors elle sépara les deux glaives, et ne garda que celui des pontifes. L'autorité spirituelle des papes s'en accrut, et prit la force nécessaire pour traverser les révolutions qui, plus tard, devaient menacer tous les trônes. Je ne veux point juger ici la politique de Grégoire VII et de quelques-uns de ses successeurs : cette politique a pu sauver la société dans des temps de barbarie ; mais il est permis de croire que, dans des temps comme ceux où nous avons vécu, les prétentions des pontifes du moyen âge à la domination universelle les auraient mal défendus; avec la puissance temporelle ils n'au raient pas triomphé des ennemis de l'Eglise aussi bien que Pie VI chasse de Rome par la révolution, aussi glorieusement que Pie VII que nous avons vu prisonnier à Fontainebleau.
64. Dans un tenson qui est parvenu jusqu'à nous, Folquet de Romans demande à Blacas, le modèle des troubadours et des chevaliers, s'il partira pour la terre sainte. Après avoir répondu qu'il aime et qu'il est aimé, et qu'il demeurera auprès de sa dame (c'était la comtesse de Provence), Blacas termine ainsi sa naïve chanson.
Je ferai ma pénitence
Entre mer et Durance,
Auprès de son manoir.
Ces sentiments étaient dans les moeurs des troubadours et des chevaliers ; mais, au temps des premières croisades, les idées religieuses se mêlaient davantage aux idées de galanterie ; un poète invité à prendre la croix n'aurait point osé parler de sa dame, sans parler aussi de la miséricorde de Dieu et de la captivité de Jérusalem.

Sources : Joseph-François Michaud - Histoire des Croisades. Dezorby, E. Magdeleine et Cie Editeurs. 1841