Esprit des Croisades

Les prophéties étaient accomplies : il ne restait plus à Jérusalem pierre sur pierre. Mais dans l'enceinte déserte on visitait encore un tombeau creusé dans le roc, tombeau d'un Dieu sauveur resté vide par le miracle de la résurrection

Prédication de Saint-Bernard

Les colonies chrétiennes, menacées par les musulmans, appelèrent les princes de l'Europe à leur secours. L'évêque de Gibelet, en Syrie, accompagné d'un grand nombre de prêtres et de chevaliers, se rendit à Viterbe, où se trouvait le souverain pontife.

Les croisades contre les peuples païens

Toutes les forces de l'Europe ne furent pas dirigées contre l'Asie. Plusieurs prédicateurs, autorisés par le Saint-Siège, avaient exhorté les habitants de la Saxe et du Danemark à prendre les armes contre quelques peuples de la Baltique, plongés encore dans les ténèbres du paganisme.

Guillaume de Tyr prêche la croisade en France

Guillaume, archevêque de Tyr, avait quitté l'Orient pour venir en Europe solliciter les secours des princes chrétiens ; il fut chargé par le pape de prêcher la guerre sainte.

Célestin III, prêche la quatrième croisade

Célestin III avait encouragé, par ses exhortations, les guerriers de la troisième croisade ; à l'âge de quatre-vingt-dix-ans, il poursuivait avec zèle tous les projets de ses prédécesseurs, et souhaitait ardemment que les derniers jours de sa vie et de son pontificat fussent marqués par la conquête de Jérusalem.

Cinquième Croisades

Au point où nous sommes parvenus dans le récit des expéditions saintes, le lecteur sait à quoi s'en tenir sur la valeur guerrière de nos vieux chrétiens : en comparant entre elles les diverses annales de la guerre dans les temps anciens et dans les temps modernes

Jean de Brienne

Après la conférence tenue en Campanie, le roi Jean de Brienne alla solliciter des secours pour la terre sainte dans les principaux États de l'Europe.

Les invasions Mogols

Nous avons cherché à faire connaître les peuples qu'on a vus tour à tour sur la scène : Les Francs, avec leur rudesse guerrière, leur amour de la gloire, leurs passions généreuses ; Les Turcs et les Sarrasins, avec leur religion belliqueuse et leur valeur barbare ; les Grecs, avec leurs moeurs corrompues, leur caractère à la fois superstitieux et frivole, et leur vanité qui leur tenait lieu de patriotisme.

Seconde Croisade de Louis IX

Louis IX, pendant son séjour en Palestine, ne s'était pas seulement occupé de fortifier les villes chrétiennes. Il n'avait rien négligé pour rétablir parmi les chrétiens l'union et l'harmonie, moyen plus sur encore de repousser les attaques des musulmans.

La croisade du prince Edouard

A mort de Louis IX, comme on l'a vu, avait tout à coup suspendu les entreprises d'outre mer. Le seul Edouard partit pour la Syrie avec le comte de Bretagne, son frère Edmond, trois cents chevaliers, et cinq cents croisés venus de la Frise.