1. — Description des cartulaires A

Le cartulaire A.

Le cartulaire A, conservé aux Archives départementales de la Haute-Garonne sous la cote H Malte nº 2856 provisoirement, se compose actuellement de 149 feuillets ou fragments de feuillets de parchemin, dont 120 couverts par le texte, mesurant 238/255 sur 160/177 millimètres. La foliation de 1 à 149, à l'encre noire, est l'oeuvre de Jean-Baptiste Belhomme, archiviste de la Haute-Garonne au milieu du XIXe siècle (1). Les actes ont été numérotés au crayon par Adolphe Baudouin, son successeur, qui en marge a indiqué les dates des 37 premiers, en même temps qu'il inscrivait la mention Cartulaire A. Douzens au recto des folios 1 et 139.
Le cartulaire comptait à l'origine 152 feuillets (2) groupés en 19 cahiers (3); trois d'entre eux ont disparu. On repère encore des signatures (c, d, e, f, g, puis a, b, c, d) sur les cahiers III à VII et XII à XVI. Les cahiers VIII et XI ne sont composés que de feuillets blancs.
Le manuscrit est loin de nous être parvenu intact. L'humidité a laissé de nombreuses traces sur ses feuillets. Des rongeurs se sont attaqués à leurs bords, notamment du folio 1 au folio 39 et du folio 56 au folio 86. Le premier feuillet du premier cahier manque: il n'en reste plus qu'un étroit talon, où se voit encore l'extrémité du bras gauche de la croix du « chrismon
chrismon
 » qui précédait l'acte nº 1. Le dernier feuillet du septième cahier a sans doute été détaché à la pointe sèche. Mais c'est le dernier cahier qui a le plus souffert: les folios 143 et 144 sont détachés, du folio 146 il ne reste plus qu'un talon équivalent au tiers de sa surface primitive; le folio 148 est coupé en deux, troué et froissé; le folio 149, troué lui aussi, a perdu sa partie gauche; quant au dernier feuillet, il n'existe plus.
Ce qui reste de la reliure permet de penser qu'elle est contemporaine du manuscrit. Les cahiers ont été cousus sur quatre nerfs d'un bout à l'autre avec la même aiguillée de cordonnet. Les tranchefiles ont été exécutées en même temps que la couture. Les deux nerfs du centre, doubles, ont été renforcés par des buffles qui retenaient des ais de bois aujourd'hui disparus. Ce sont là les marques d'une technique courante aux XIe et XIIe siècles et progressivement abandonnée à partir du XIIIe (4).
Au total, le cartulaire renferme 207 documents, datés du 24 avril 1110 au 3 janvier 1183, copiés les uns à la suite des autres, sans titre ni rubrique. Les initiales ont été inscrites à l'encre noire, empiétant légèrement sur la marge, et se développant sur une hauteur de deux à six interlignes. Les actes sont ainsi distribués chronologiquement:

Antérieurs à 1120 : 2;
De 1131 à 1140: 33;
De 1141 à 1150: 50;
De 1151 à 1160: 55;
De 1161 à 1170: 56;
De 1171 à 1180: 7;
De 1181 à 1183: 4.


L'ensemble comprend cinq parties d'importance inégale: la première, qui s'étend du folio 1 au folio 54 vº, nous a transmis 86 actes (nos 1 à 86), concernant les biens acquis par le Temple principalement à Douzens, à Capendu, à Laure et à Peyriac; le premier document, aujourd'hui incomplet, était précédé d'un « chrismon
chrismon
 » en forme de croix latine cantonnée de deux points et des lettres a et w.
Le chrismon est en principe le monogramme d'origine paléochrétienne (en Grec « christoramma ») formé de la combinaison des lettre X et P, symbolisant le nom du Christ et pouvant se combiner avec d'autres éléments (croix, alpha et omega, voire un X qui lui donne ainsi la valeur PAX).
Plus généralement, on désigne aussi su nom de « chrismon » les invocations figurées du haut Moyen âge, plus ou moins grossièrement cruciformes et pourvues de signes tironiens (notamment Amen) ou d'ornements divers, qui, en tête des actes, précèdent l'invocation verbale ou en tiennent lieu, ou encore qui accompagnent les souscriptions.
La deuxième partie occupe les folios 63 à 78 vº, et se compose de 28 actes (nº 87 à 114) relatifs à la maison de Saint-Jean-de-Carrière; en tête du document initial figure un « chrismon
chrismon
 » en forme de croix latine.
La troisième partie, composée des folios 87 à 126 vº, comporte 57 actes (nº 115 à 171) intéressant les biens de l'Ordre à Brucafel, à Carcassonne et à Villalier; il n'y a pas de « chrismon » au début du premier acte, mais celui-ci s'ouvre sur l'initiale I occupant six interlignes.
La quatrième partie (fol. 127 à 142 vº) est consacrée au domaine de Gaure: en tout 27 actes (nº 172 à 198), dont le premier est précédé du « chrismon » en forme de croix latine cantonnée de quatre points.
La cinquième et dernière partie (fol. 143 à 149 vº) groupe 9 actes (nº 199 à 207) relatifs aux possessions des Templiers dans la haute vallée de l'Aude (5); le premier document est également précédé d'un « chrismon » semblable.
Top

2. — Description des cartulaires B

Transmis sous la cote H. Malte nº 2855 provisoirement, le cartulaire B comporte dans son état actuel 92 feuillets de parchemins numérotés de 2 à 93, mesurant 154/162 sur 98/105 millimètres. La foliotation à l'encre noire paraît remonter au XVIIe siècle; la numérotation des actes, au crayon, a été faite par Adolphe Baudouin. L'ensemble des transcriptions occupe 90 feuillets (6): dans un cadre délimité à droite et à gauche par un trait vertical, le texte est écrit à raison de 18 lignes au feuillet. Les réglures ont été tracées à la pointe sèche, après indication de leur écartement par des coups de poinçon dont les marques sont encore visibles.
Comme le précédent, ce cartulaire a beaucoup souffert de l'humidité, qui a fait pâlir, voire disparaître, certaines parties du texte. Il s'y ajoute quelques mutilations: du premier feuillet, il ne reste plus qu'un étroit talon où se voit encore la moitié gauche de l'initiale I de l'acte nº 1; le folio 34 est isolé par suite de la découpure de celui avec lequel il faisait corps.
En son état primitif, le manuscrit se composait de 94 feuillets répartis en 13 cahiers (7) dont la reliure, préparée selon les mêmes procédés que pour le cartulaire A, est restée inachevée.
Ce recueil nous a transmis 88 actes (8) qui — à l'exception d'un seul, passé aux environs de 1070 (nº 82) — s'échelonnent entre le 18 mars 1136 et le 8 novembre 1182, et dont la répartition chronologique est la suivante:

Vers 1070: 1;
De 1136 à 1139: 3;
De 1142 à 1148: 7;
De 1154 à 1160: 8;
De 1161 à 1170: 42;
De 1171 à 1180: 22;
De 1181 à 1182: 5.

L'ensemble du cartulaire est consacré aux biens de la commanderie des Cours. On y distingue quatre parties:
La première (fol. 2 à 34, nº 1 à 30) concerne les Cours et le terroir du Layrou ;
La deuxième (fol. 36 à 75 vº, nº 31 à 74) porte sur les domaines des Mirailles, de Molières et de Valséguier ;
La troisième (fol. 76 à 83, nº 75 à 81) intéresse les possessions de Peyremale ; enfin la quatrième partie (fol. 84 à 92, nº 82 à 88) est relative à Licairac (Sainte-Foy).
Top

3. — élaboration des cartulaires A

L'écriture du principal compilateur des cartulaires A et B peut être identifié avec celle de Guilhem de « Palacio » , dont on possède 21 actes originaux s'échelonnant entre le 15 février 1172 et le 27 novembre 1199 (9). Cette écriture, légèrement inclinée vers la droite dans les premiers actes, l'est tantôt vers la droite et tantôt vers la gauche aux environs de 1182; après quoi elle est presque uniquement penchée vers la gauche (10). Cette évolution graphique se manifeste également dans le traitement des sommets des hastes, en queue d'aronde de plus en plus nettement dessinée. La tendance au gothicisme s'accentue, à mesure que la cursivité fait des progrès. La longueur de la carrière connue de Guilhem de « Palacio » (une trentaine d'années) permet de comprendre cette évolution. Son écriture, assez serrée, porte tout d'abord la marque du XIIe siècle, puis subit l'influence des formes annonciatrices de la cursive gothique du XIIIe siècle; à la fin, l'écriture du vieillard se fragmente, le module grossit, l'inclinaison devient irrégulière (11).
La personnalité de Guilhem de « Palacio » se manifeste par l'utilisation de « compendia » qui lui sont propres, tels le « si » au lieu du « sci » normal pour « sancti » , Elle transparaît plus encore dans l'emploi de la contraction « affrâ » , « afrâ » (affronta, afronta) dans les formules d'énumération des confronts. Dans ses actes les plus anciens, il se sert presque exclusivement de l'abréviation « cici » (circi) évoluant en « ci cio » ou « c cio » (circio ou cercio), voire « c ci » (cerci) dans les documents qu'il rédige à partir de 1175.
On doit à Guilhem de « Palacio » la totalité du cartulaire A (12), à l'exception des folios 13 vº, 14, et la majeure partie du cartulaire B (fol. 52 vº à 92). Les différences d'écriture qui, à première vue, feraient croire à l'existence d'au moins deux copistes, ne sont en fait que les étapes de l'évolution graphique retracée plus haut.
Dans une première étape, Guilhem de Palacio transcrit 192 actes et demi du cartulaire A, dont le plus récent est du 4 mars 1171, et 11 actes du cartulaire B (nº 49 à 59) ne dépassant pas la date du 10 septembre 1170 ; à cette série, il joint deux actes du cartulaire A (nº 113 et 114), dont le second est daté du 12 mars 1172. Son écriture, légèrement inclinée vers la droite, la fréquence de la contraction « affrâ » , « afrâ » , se retrouvent dans les plus anciens originaux de sa main. Entre 1172 et 1175 s'opèrent les mutations signalées plus haut dans les abréviations.
Dans une seconde étape, Guilhem de Palacio copie 36 actes: 11 du cartulaire A (nos 161 à 171), dont aucun n'est postérieur au 3 janvier 1183, et 25 du cartulaire B (nos 29-30 et 60 à 88) s'achevant le 8 novembre 1182. Son écriture se modifie, présente les caractères indiqués plus haut; cependant sa personnalité reste marquée, entre autres, par l'usage de l'abréviation affrâ, afrâ.
Peu avant Guilhem de Palacio, un scribe anonyme a copié 46 actes du cartulaire B, portant les nos 1 à 28 (fol. 2 à 32) et 31 à 48 (fol. 36 à 52), et dont les plus récents sont datés de 1169. Il se distingue de son confrère par l'usage très fréquent de la contraction « affrt » , « afrt » (affrontât, afrontat), quelquefois traitée sous la forme « affrat » . Il se sert aussi le plus souvent de la suspension « cire » ou « cerc » pour représenter le mot « cercio » , qu'il transcrit intégralement à l'occasion. Son écriture, régulière et de petit module, traduit une tendance à l'inclinaison vers la droite. L'encre a pris partout une teinte brun-roux.
L'intervention d'un troisième copiste est tout à fait accidentelle: ayant dû remplacer quelques instants Guilhem de Palacio, il a transcrit dans le cartulaire A la fin de l'acte nº 10 et la totalité du nº 11 (fol. 13 vº— 14). Son écriture, légèrement inclinée vers la gauche, est caractérisée par l'emploi du « e » cédille, archaïsme qu'on ne retrouve pas chez ses deux confrères.
Top

4. — élaboration des cartulaires B

Nous parvenons donc aux conclusions suivantes: semble avoir été entreprise au plus tôt dans le courant de 1171: l'essentiel de la documentation était alors constitué. Le nombre des actes postérieurs à cette date est assez faible par rapport à l'ensemble conservé dans les deux manuscrits.
2. La transcription s'est effectuée en deux phases distantes de plusieurs années. Jusque vers 1175, un compilateur que nous avons identifié avec le scribe Guilhem de Palacio a rédigé la presque totalité du cartulaire A et 11 actes du cartulaire B, pour lequel il prenait la suite d'un copiste anonyme. A partir de 1183, le même Guilhem de Palacio achève son oeuvre, ajoutant 11 actes au cartulaire A et 25 au cartulaire B (13).
Travaillant d'après les originaux, Guilhem de Palacio les a groupés en dossiers concernant les divers domaines du Temple de Douzens, avant de les transcrire dans le cartulaire A. S'il a suivi l'ordre topographique, rapprochant dans la mesure du possible les actes consacrés à un même terroir (14) il ne s'est aucunement préoccupé de l'ordre chronologique: dans chaque partie, il s'est contenté de faire figurer en tête les titres qui avaient mis le Temple en possession du domaine. Ces remarques sont aussi valables pour le cartulaire B (15), dont Guilhem de Palacio n'a pourtant rédigé qu'une partie.
Dès le début du XIIIe siècle, le cartulaire A a été annoté par une main anonyme, à laquelle nous devons cinq mentions réparties entre les dossiers de Saint-Jean de Carrière et de Brucafel. Plus tard, sans doute dans le premier tiers du XIVe siècle, une nouvelle main a analysé en marge plusieurs actes du dossier de Douzens. Enfin, en plus de quelques notes du XVe siècle, il faut signaler plusieurs inscriptions de la fin du XVIe siècle ou du début du XVIIe. Quant au cartulaire B, il n'a été annoté qu'au XVIIe siècle par une main qui a rédigé de sommaires analyses en tête de chaque acte.
Top

5. — Le cartulaire C

Le cartulaire C, coté H Malte nº 2857 provisoirement, est composé de 11 feuillets de parchemin (16), non compris les feuillets de couverture, mesurant 247/260 sur 152/162 millimètres. La foliotation de 1 à 11, tracée au crayon, est de la main d'Adolphe Baudouin, de même que la numérotation des actes et la mention Cartulaire C. Douzens portée au recto et au verso du feuillet initial de couverture. L'aspect général est soigné. Délimité à gauche et à droite par deux traits parallèles verticaux espacés de 5/7 millimètres, le texte est écrit à raison de 23 lignes au feuillet. Les réglures, dont l'écartement est indiqué par des coups de poinçon, ont été tracées à la pointe sèche.
Ce manuscrit n'a pas tout à fait échappé aux injures du temps. Des traces d'humidité y sont visibles. Le feuillet initial de couverture est déchiré, troué et taché en divers endroits.
Dans son état actuel, le cartulaire comprend 11 documents, séparés par un double interligne, sans titre ni rubrique. Les initiales sont rubriquées, à l'exception de la dernière (fol. 10 vº) qui est noire: de facture soignée, elles s'inscrivent entre les deux traits verticaux de la bordure du texte sur une hauteur de deux à six interlignes. L'ensemble des actes est rédigé d'une seule main, en minuscule de la seconde moitié du XIIe siècle, légèrement penchée vers la droite. L'auteur anonyme de la compilation se caractérise par l'emploi systématique du double accent au-dessus du groupe « ii » , ainsi que par le fréquent usage du « e » cédille. Son oeuvre apparaît ainsi vraisemblablement comme la première de la série.
On ne peut manquer d'être frappé par le souci d'unité qui a présidé à la compilation du cartulaire. Tous les actes se rapportent aux acquisitions réalisées de novembre 1129 à avril 1134 au plus tard par frère Hugues Rigaud, maître de la province de Provence et d'Espagne, presque uniquement à la suite de dons. Le compilateur les a classés dans l'ordre géographique, donnant la priorité aux documents audois: un premier groupe (nº 1 à 4) intéresse les possessions de Peyriac, de Blomac et de Douzens; puis ce sont deux actes (nº 5 et 6) relatifs aux biens de Pomas et de Pauligne; les documents suivants (nº 7 et 8) concernent, l'un Névian (Aude), l'autre Avalon (Isère); le quatrième groupe (nº 9 et 10) vise les biens acquis au Puy; le dernier acte enfin (nº 11) ne mentionne aucun nom de lieu, mais peut être rattaché au nº 7.
On voit qu'il ne s'agit pas vraiment d'un cartulaire de Douzens. Plus vraisemblablement, la compilation a été faite à la demande de frère Hugues Rigaud, qui avait reçu toutes les donations. Nous n'avons cependant pas voulu le dissocier dans la publication des cartulaires A et B.
Quelques annotations ont été portées aux XVIe et XVIIe siècles dans les marges de ce cartulaire que, respectant la classification de Baudouin, nous publierons sous le titre de cartulaire C.
Top

6. — Histoire des cartulaires A. B et C

Mis sous scellés en 1793, le fonds de l'ordre de Malte (qui avait recueilli les archives des Hospitaliers, administrateurs de la commanderie de Douzens depuis 1313) ne fut transféré que vingt ans plus tard aux archives de la Haute-Garonne. De successifs déménagements, des anciennes archives du diocèse au second étage de la préfecture, puis, au milieu du XIXe siècle, dans la chapelle du ci-devant archevêché, annexe de l'hôtel préfectoral, brisèrent son ordonnance et y provoquèrent des pertes irréparables.
Conformément à la circulaire du ministre de l'Intérieur du 31 mai 1842, les cartulaires A et B furent reconnus, identifiés et analysés par l'archiviste Jean-Baptiste Belhomme: les résultats de ce travail étaient consignés dans le Catalogue général des cartulaires des archives départementales, publié par la commission des archives départementales et communales (Paris, 1847).
Mais il ne fut pas question du cartulaire C avant le dernier quart du XIXe siècle. Il fut d'abord utilisé par Antoine du Bourg, qui en publia partiellement l'acte nº 2 dans son Histoire du Grand Prieuré de Toulouse... (Toulouse, 1883). En 1891, Adolphe Baudouin le répertoriait, ainsi que plusieurs articles non encore classés du fonds de Malte. Les trois cartulaires furent alors déposés dans un carton avec ceux de la Selve, de Montsaunès, de Vaour et de Villemartin.
Une nouvelle étape de leur histoire s'ouvrit en 1902, quand le marquis d'Albon, préparant l'édition de tous les documents relatifs aux Templiers, chargea un ancien élève de l'école des Chartes, nommé Joseph Gardère, de les transcrire avec d'autres pièces. Le travail de copie fut mené à terme en deux ans, mais la publication ne devait avoir lieu qu'après la mort de son initiateur.
A peine connus des historiens, les manuscrits leur devinrent inaccessibles. Remis en place sous des cotes erronées, ils ne furent pas catalogués par Félix Pasquier dans son répertoire manuscrit des registres domaniaux de l'Ordre de Malte, achevé à la fin de 1921. Ils étaient considérés comme perdus lorsqu'on 1946, M. Benjamin Faucher, archiviste de la Haute-Garonne, les retrouva à la faveur d'une révision générale des registres du fonds de Malte; ils portent depuis lors les cotes indiquées plus haut.
A la suite de ces trois cartulaires, il nous a paru utile de publier 26 actes isolés, conservés dans les layettes du fonds de Douzens. Il est en général possible d'expliquer que, bien que concernant les biens de cette commanderie, ils n'aient pas été recopiés:
1. Certains sont relatifs à des biens acquis ultérieurement par le Temple, sans qu'il y soit fait mention de celui-ci (nº 1, 5, 6, 8, 9, 16, 24). La milice n'apparaît qu'accessoirement dans les actes nº 7 (comme seigneur d'un bien vendu) et 10 (dans une clause d'un testament). Tous ces actes constituent cependant un complément naturel à la documentation fournie par les cartulaires.
2. D'autres, à partir du nº 11, sont postérieurs à 1169, et il est certain que, particulièrement pour le cartulaire A, le travail de transcription a été mené avec beaucoup moins de rigueur pour ces actes tardifs. Nous nous sommes arrêtés nous-mêmes à l'année 1179 comprise, les actes postérieurs à celle-ci étant exceptionnels dans les cartulaires.

On ne peut, en revanche, attribuer qu'à la négligence ou au désordre le fait que les actes nos 2, 3 et 4 n'y aient pas été transcrits.
Pour faciliter le classement d'ensemble, ces 26 actes ont été numérotés dans l'ordre chronologique, sous la lettre D.
Top

7. — La datation des actes

La datation des actes est faite en années de l'Incarnation, indiquées par les formules « anno Incarnationis dominice » , ou « anno ab Incarnations Domini » , ou encore « anno divini incarnati Verbi » , celle-ci moins fréquente. La mention post « millesimum » y est parfois ajoutée (ainsi: A, 106). A l'intérieur de l'année, les mois et les quantièmes sont désignés selon le calendrier julien. Le jour de la semaine figure aussi, dans environ 90 p. 100 des cas, sous la forme feria .II. ou feria .V. ou « die sabati » , ce qui permet d'utiles vérifications. En un cas apparaît l'indication du jour de la lune (17), mais c'est exceptionnel, et les mentions d'indiction ou d'épacte sont totalement absentes. La mention du roi régnant est également fournie, mais sans précision de l'année de règne (18).
Les éléments ainsi énumérés sont en général rassemblés, soit au début, soit plutôt à la fin de l'acte. Quelquefois l'année figure seule en tête, et les autres indications se trouvent rejetées à la fin.
Le problème essentiel est évidemment pour nous celui du style adopté pour le début de l'année. Il paraît possible d'aboutir aux conclusions suivantes:
1. Le style le plus couramment adopté est celui de l'Annonciation (25 mars), selon le calcul florentin. Ce style concorde pour la plus grande partie de l'année avec celui de Pâques, et l'on pourrait hésiter. Cependant, sur 9 actes (19) dont la date tombe entre le 25 mars et le dimanche de Pâques, il est possible de vérifier que la nouvelle année a déjà commencé. Un seul acte fournit une contre-épreuve en faveur du style de Pâques (20).
2. Toutefois 21 actes (21) sont datés selon ce même style de l'Annonciation, mais avec le calcul pisan — qui, on le sait, faisait commencer l'année 9 mois et 6 jours avant le 1er janvier où elle débute pour nous. Ces actes se répartissent de 1136 à 1182, donc dans toute la période couverte par nos cartulaires, et sans qu'il soit possible de les mettre en relation avec tel ou tel scribe (22). Ces données sont à verser au dossier, déjà fourni, de la diffusion du calcul pisan dans le Languedoc au XIIe siècle (23).

Certains actes sont datés de façon incomplète, par la seule mention de l'année; nous les avons, en ce cas, placés à l'intérieur de l'année calculée selon le style florentin, puisque celui-ci a été généralement appliqué.
Des erreurs dues soit aux rédacteurs des actes, soit aux copistes des cartulaires, expliquent qu'une vingtaine de documents (24) présentent une discordance entre les divers éléments de leur datation.
Enfin 10 actes ne sont pas datés (25); nous nous sommes efforcés d'en proposer une datation, au moins approximative, d'après les éléments dont nous disposions, et qu'une notice indique chaque fois au lecteur.
Top

8. — Nomenclature des rédacteurs des actes originaux

L'examen des souscriptions nous a permis d'établir la liste suivante des scribes rédacteurs des actes originaux (nous indiquons les numéros des actes et leurs dates extrêmes):

— Guillelmus ou Gillelmus: A, 86 (1110).
— Osmundus: A, 89 (1113), et D, 1 (1132).
— Petrus Raimundi, presbiter: C, 1 (1130).
— Galterius Calnesius, filius Guigonis Calnesii: C, 8 (1132).

— Guillelmus, alias Guillelmus Adaulphi, notarius domni Rogerii vicecomitis Carcassensis: A, 1, 5, 23, 29, 36, 46, 47, 58, 73, 78, 79, 115, 121, 123, 124, 146, 148, 171, 172, 174, 176, 181, 186, 202, 205. — B, 1, 11, 14. — C, 2. — D, 3 (du 1er avril 1132 au 25 juillet 1147), et ses deux scribes:

— Bernardus, diaconus: A, 12, 13, 49, 128, 139, 142, 144, 145, 149, 206. — B, 2, 3, 4, 5 (du 1er décembre 1141 au 12 février 1148).
— Arnaldus de Magriano: A, 25, 60, 129, 184, 187. — B, 18 (du 13 décembre 1146 au 12 février 1148).
— Bernardus de Port, canonicus Sancti Pétri: A, 40. — C, 3 (1133-1134).
— Bernardus Salomonis: A, 38, 185. — C, 4, 5, 6 (1133-1135).
— Nicolaus, sacerdos: A, 45 (1er janvier 1134).
— Bernardus de Rovenago: D, 2 (2 novembre 1134).
— Raimundus: A, 21 (28 janvier 1135).
— Petrus de Ecclesia: A, 96, 101, 107 (du 25 mars 1135 au 20 septembre 1148).
— Pondus: A, 102, 103, 108, 109, 110, 111 (du 24 avril 1136 au 31 janvier 1147).
— Petrus: A, 42, 57, 70, 200. — B, 9 (du 25 mai 1137 au 9 décembre 1142).
— Petrus de Magalaz: A, 11, 175, 203 (du 21 juin 1138 au 2 septembre 1142).
— Pondus Guillelmi: A, 100 (26 juillet 1139).
— Jordanis: A, 61 (16 avril 1141).
— Bernardus: A, 13 (1er janvier 1141).
— Arnaldus, capellanus de Barbairano: A, 99 (vers 1133-1143 ?).
— Bernardus Guitardus: A, 34 (26 juillet 1147).

— Arnaldus de Clairano: A, 2, 6, 27, 31, 33, 62, 63, 64, 66, 67, 68, 69, 71, 85, 87, 88, 95, 116, 117, 118, 119, 120, 125, 126, 127, 130, 131, 132, 133, 134, 135, 136,138, 140, 141, 143, 147, 150, 152, 153, 154, 155, 156, 157, 159, 162, 163, 164, 165, 167, 168, 170, 173, 182, 183, 190. _ B, 10, 13, 15, 16, 19, 20, 21, 22, 25, 27, 28, 29, 30, 31, 35, 37, 38, 42, 45, 46, 51, 54, 58, 61, 62, 63, 65, 69, 70, 71, 73, 76, 77, 79, 83, 85, 86, 87, 88. — D, 7, 13, 15 (du 22 juin 1148 au 3 janvier 1183). Faut-il confondre avec lui Arnaldus, de A, 122, 194, 195, 196, 197, 198, et B, 24, 47 (1155-1167) ?

— Falcho: A, 199 (22 février 1150).
— Rotbertus, presbiter: A, 55 (7 mars 1150).
— Raimundus: D, 5, 8, 9 (vice Stephani capellani) (1152-1165).
— Raimundus de Albariis: A, 17,18, 20, 41, 44, 50, 54, 76. — D, 6,10 (du 4 avril 1152 au 15 mai 1167).
— Arnaldus Rogerius: A, 193 (1155-1156).
— Carbonellus: A, 10,15, 26, 30, 37, 39, 48, 56, 65, 72, 80 (du 21 novembre 1155 au 9 juillet 1163).
— Petrus: A, 82 (1156-1157).
— Guillelmus Gaucelmi: A, 9, 16, 32 (du 12 janvier 1156 au 9 mars 1157).
— Guillelmus: A, 8,14, 24, 43, 53, 77, 81, 84, 90, 91, 189, 192. — B, 34, 40, 43, 44. — D, 11, 12, 14 (du 12 janvier 1156 au 19 avril 1174).
— Raimundus de Alairaco: B, 17 (10 mars 1158).
— Guillelmus Homo Dei, capellanus de Gaure: A, 160, 188, 204 (de novembre 1159 au 2 janvier 1162).
— Petrus Barravus ou Barraus: A, 161. — B, 7, 8, 26, 84 (du 12 juillet 1162 au 1er février 1182).
— Guillelmus de Ferrals: A, 35. — B, 12 (de 1162 au 30 juin 1163).
— Petrus, alias Petrus capellanus de Glujano: A, 59. — B. 39 (décembre 1164).
— Guillelmus, levita: A, 19, 51, 52 (du 31 mars 1165 au 23 février 1166).
— Guillelmus Calveti: A, 158 (22 décembre 1166).
— Guillelmus Caroli: A, 137 (18 septembre 1167).
— Guillelmus Rogerius: B, 6, 60, 78, 80, 81 (d'août 1167 au 11 mars 1174).
— Pondus, capellanus: A, 105. — B, 57 (1er février 1167, 5 août 1168).
— Stephanus: A, 74 (4 octobre 1168).
— Petrus (Calvetus) de Pomar: A, 98, 113. — B, 32, 41. — D, 19 (du 24 septembre 1168 à janvier 1176).
— Bernardus de Flaciano: B, 59, 72 (1168-septembre 1170).
— Pondus de Subirag: A, 94, 104. — B, 23, 33, 36, 48, 49, 50, 53, 56 (du 5 avril 1168 au 29 août 1170).
— Stephanus de Mairaco: A, 22, 92, 93, 166. — B, 55 (du 10 août 1168 au 13 mai 1171).
— Guillelmus de Palacio: A, 7, 28, 75, 97, 114, 151. — B, 75. — D, 15 bis, 16, 18, 20, 21, 22, 23, 24, 25 (du 13 février 1169 au 3 mars 1179).
— Raimundus de Boanno: B, 52 (5 janvier 1170).
— Bernardus: B, 64, 67 (août-novembre 1172).
— Geraldus de Marcelencs: B, 74 (3 mai 1173).
— Bernardus, levita: B, 66 (18 avril 1175).
— Berengarius de Lengontio: D, 17 (28 mai 1175),
— Geraldus: B, 68 (20 février 1176).
— Adalbertus de Sipiano: A, 169 (19 mars 1181).
Cartulaires des Templiers de Douzens — Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff — Paris, Bibliothèque Nationale — 1965
Top

Notes

1 — Il nous a laissé lui-même sa signature au milieu du folio 84: Belhomme, conservateurs Archives de Languedoc.

2 — Dont 122 étaient occupés par le texte du cartulaire: précision fournie par une note XVIe siècle inscrite au folio 78 vº: « CXXII fz escriptz » .

3 — De 8 feuillets chacun.

4 — Nous devons ces renseignements à l'obligeance de M. Moor, chef de l'atelier de restauration de la Bibliothèque municipale de Toulouse, que nous en remercions vivement. C'est une reliure de ce type que porte en particulier le Missel à l'usage de l'église d'Arles en Roussillon, manuscrit du XIIe siècle, actuellement conservé à la Bibliothèque municipale de Perpignan (ms. nº 4, anc. 26).

5 — Les Bernots, Pieusse, Notre-Dame-de-Maiceille et Espéraza.

6 — Les folios 35 et 93 sont restés blancs.

7 — A savoir onze de 8 feuillets, un de 4, et un de 2.

8 — Les initiales, tracées à l'encre noire, se développent sur une hauteur de un à trois interlignes. Une main les a annotés au XVIIe siècle.

9 — H. Malte, fonds de Douzens, layette 1 (anc. Douzens 1), nº 9 à 11, 21, 24 à 31, 33; layette 29 (anc. Cabriac 1), nº 2, 12, 16 à 22.

10 — L'inclinaison vers la gauche triomphe dans un acte du 28 septembre 1184 (layette 1, nº 10). Toutefois, à la fin de sa carrière, Guilhem de « Palacio » se laisse aller à rédiger certains passages inclinés vers la droite: c'est visible dans un document du 27 novembre 1199 (ibid., nº 11).

11 — Tous ces caractères s'observent dans l'acte du 27 novembre 1199.

12 — Détail amusant: Guilhem de « Palacio » s'est trahi en commettant par distraction une erreur dans la transcription de la dernière ligne de l'acte 8, daté du 5 mars 1169. Au lieu de reproduire le nom du scribe rédacteur de l'acte original (layette 29, nº 9): Guillelmus scripsit jussione Stephani cappellani, il a tout bonnement écrit: Guillelmus de « Palatio » hanc cartam scripsit, comme pour un acte rédigé par lui.

13 — Nous avons un indice prouvant que Guilhem de Palacio a travaillé au cartulaire B postérieurement à 1180. Dans sa transcription de l'acte nº 75 (fol. 76-77) passé le 14 octobre 1172, il a commis une erreur en mentionnant le règne de Philippe-Auguste, et non celui de Louis VII. Ayant l'habitude de porter cette indication sur ses actes originaux, il s'est laissé entraîner à la noter sur sa transcription.

14 — Ainsi, dans le dossier de Brucafel (fol. 87 à 126 vº), la répartition des actes est la suivante: Brucafel (nº 115 à 138), Caumont (139 à 146), bourg Saint-Vincent de Carcassonne (147 à 151), Brucafel (152 et 153), Floure (154), dons de personnes (155 à 160), etc.

15 — Par exemple, le classement des actes nos 31 à 74 est le suivant: Mirailles (31 à 41), Molières (42 à 48), Valséguier et Peyremale (49 à 71), Molières (72 à 74).

16 — Il y en avait 12 à l'origine: entre les actuels folios 9 et 10, un feuillet a été coupé avant même la transcription des actes, puisque l'acte nº 10 se poursuit sans arrêt, à cheval sur cette coupure cependant visible. 17 — A, 24: ... luna vicesima sexta ..., en 1156 (a. st.), ce qui est exact.

18 — Sauf en un cas, A, 199: « anno dominice Incarnationis MCL, regni Lodovici XIIII » , ce qui est exact.

19 — A, 170, 171, 177 à 180, 192. — B, 38. — D, 16. On peut sans doute y ajouter le A, 66.

20 — A, 37: la date indiquée est le 7 avant les calendes d'avril, 1158, 5e férie. Or le 26 mars tombe un mercredi en 1158, et un jeudi en 1159 (où Pâques fut célébré le 12 avril). Il faut donc corriger en 1159, ce que le scribe eût dû faire lui-même s'il avait utilisé le style de l'Annonciation. Toutefois, le cas étant unique, on ne peut absolument écarter l'idée d'une inadvertance du scribe. 21 — Ce sont les nº : A, 8, 15, 25, 39, 52, 55, 61, 81, 93, 96, 104, 107, 161, 186, 200; et B, 43, 55, 61, 78, 80, 81. Une petite notice placée sous l'analyse de chacun de ces actes indique les raisons que nous avons de penser que le calcul pisan a bien été utilisé dans tous ces cas, sauf erreur du copiste, bien entendu.

22 — Ainsi Carbonellus date en style pisan les nº A, 15 et 39. Mais nous avons une dizaine d'autres actes rédigés par lui et datés selon le calcul florentin.

23 — Ch. HIGOUNET, Le style pisan, son emploi, sa diffusion géographique, dans Le Moyen âge, 1952, nº l-2, p. 31-42.

24 — 24 exactement: A, 2, 10, 16, 26, 48, 51, 57, 60, 65, 66, 70, 92, 103, 137, 165, 166, 194, 195 ; B, 8, 17, 77, 84, 86 ; D, 15. — Dans tous les cas, une notice placée après l'analyse de l'acte expose les éléments du problème, et présente une solution lorsqu'un choix entre les erreurs éventuelles apparaît vraisemblable.

25 — Ce sont les nº: A, 3, 4, 99, 112, 201, 202 (acte daté, mais dont une déchirure a emporté une partie de la date.) B, 82 — C, 9, 10. — D, 26.
Cartulaires des Templiers de Douzens — Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff — Paris, Bibliothèque Nationale — 1965

Actes du Cartulaire de Douzens — Cartulaire A

Templiers.net

 

1
[1152], 7 juin

Bernard Raimond, Richarde (Ricardis) veuve de Bernard de Caunes, et leurs familles, avec le consentement du prieur de Saint-Michel de Nahuze, de Pierre Sachet et des frères Guilhem et Géraud d'Angles, vendent au Temple les moulins qu'ils avaient sur l'Aude, avec leurs dépendances, dans le terroir de Douzens, pour 400 de Melgueil — Pierre Sachet et les siens en font la lausime, par laquelle sont précisés les conditions d'exploitation des moulins, les droits d'usage et le payement des cens; le cens dû à Saint-Michel de Nahuze est garanti sur ceux que reçoivent les frères d'Angles de Pierre Sachet, et Pierre Sachet du Temple.
La date de 1102 donnée par la copie est fausse: à ce moment régnait Philippe Ier, et non Louis VII Le copiste a omis le chiffre L. Il faut corriger en 1152, année où le 7 juin tombait bien un samedi.

2
1133, 11 avril

Bernard de Canet, Aimeric de Barbaira et ses frères, Pierre-Raimond de Barbaira et leurs familles donnent au Temple le château (castrum) de Douzens, tout ce qu'ils possèdent en terres et en droits dans le château, la « villa » et son terroir, ou qui y est tenu d'eux. Guilhem Mantilinus y ajoute la moitié d'une vigne à Bubas. Aimeric de Barbaira et Guilhem Chabert (Xatberti) son frère donnent leur personne au Temple.
PUBLIé: d'ALBON, Carlulaire général..., nº LXIV, p. 47, d'après A et B.

3
Vers 1133-1140

Bérenger de Douzens, Bérenger le Comte, Sachet et « Tribug » reconnaissent qu'ils tiennent des chevaliers du Temple différents fiefs situés dans le château (castlare) et le terroir de Douzens.
Ces quatre personnages apparaissent dans divers actes datés de 1133 à 1140.

4
1134, 1e août-1139, 17 juillet

Etat des vignes et des terres, données aux chevaliers du Temple ou acquises par eux à Douzens, dans le comté de Carcassonne.
Cet acte est postérieur à plusieurs donations, dont les plus récentes sont celles de Guilhem Pierre de Villarzel, nº 38 (1134), et de Guilhem Pierre, nº 45 (1er août 1134) ; mais il est antérieur à celle de Raimond et Guilhem Ermengau, nº 5 (17 juillet 1139). Parmi les personnages cités dans la pièce, « Tribuc » apparaît en 1133 (nº 1) et en 1134 (nº 45); le chapelain Nicolas a rédigé le nº 45 (1er août 1134).

5
1139, 17 juillet

Raimond Ermengau et Guilhem Ermengau son frère donnent en alleu à la milice du Temple leurs personnes et un « honneur » qu'ils avaient à Douzens ; ils prennent des dispositions concernant un autre « honneur » promis à Raimonde, leur sœur.

6
1153, 11 juin

Pierre Raimond de Barbaira fait connaître ses dernières volontés et se donne lui-même à la Milice du Temple.

7
1169, 24 novembre

Gilles fait don à la milice du Temple, avec le consentement de son père, de sa personne et de l'"honneur" qu'il avait dans le territoire de Cabriac.

8
1169, 5 mars

Raimond d'Albas fait son testament, par lequel il donne à la milice du Temple sa personne, son « honneur » et tous les biens qu'il avait dans la « villa » et le terroire de Cabriac.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, fonds de Douzens, liasse 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 9).
La concordance d'un mercredi avec le 5 mars s'observe bien en 1169; le millésime a donc changé avant cette date. Le scribe a donc employé soit le style de Noël, soit plus probablement le style de l'Annonciation selon le calcul pisan.

9
1157 (n. st.), 9 mars

Pierre de Saint-Jean, précepteur de Douzens, échange avec Guilhem Mantilini et les siens une vigne et 20 de Melgueil contre deux terres allodiales, le tout dans le terroir de Bubas.
Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, fonds de Douzens, liasse 1, partie supérieure d'une charte partie par une formule pieuse dont subsistent les mots ... SPIRITUM SIT NOBIS ... [anc. Douzens, liasse 1, nº 19].

10
1160, 25 juin (?)

Poncia Raina et sa fille donnent aux frères du Temple leurs personnes et « l'honneur » qu'elles avaient dans la « villa » et le terroire de Douzens, qu'elles tiendront désormais d'eux contre le paiement annuel de 3 de Melgueil A leur mort, ou bien « l'honneur » reviendra à la milice si elles n'ont pas de descendant légitime, ou bien celui-ci acquittera le même « usaticum » et sera l'homme du Temple.
En 1160, le 15 juin (17 avant calendes de juillet) tombe un mercredi. N'y a-t-il pas erreur du copiste, pour VII Kal., le 25 juin, qui est bien un samedi ?

11
1141, 5, 12, 19 ou 26 décembre

Pierre Sachet de Douzens renonce à ses griefs contre les chevaliers du Temple, établit avec eux une charte de concorde et reconnaît qu'étant ses seigneurs, il leur doit l'hommage. Ils lui laissent la possession viagère d'un jardin.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCXLVI, p. 166.

12
1141, 1er décembre

Bernard Guilhem et sa famille concèdent aux frères du Temple le droit d'établir des biefs (capudaqui) dans « l'honneur » qu'ils tenaient en fief de Bérenger Boleta dans les terroirs de Blomac et Douzens, et reçoivent d'eux 40 sous narb. — Bérenger Boleta et les siens font la lausime de cette donation et reçoivent pour elle 10 sous narb.
Dans la marge de gauche, titre de la fin du XIIIe siècle: Instrumentum lucri de capitis paxeriarum molendinorum de Dozinchis.

13
1141, 1er décembre

Bernard Modol et les siens renoncent à tous les droits qu'ils pourraient lever sur les moulins que le Temple a construits ou peut construire dans la terre qu'ils tenaient de lui en viager, et reçoivent pour cet abandon 40 sous narb. et une mesure de froment.
Dans la marge de gauche, titre de la fin du XIIIe siècle: Diffinitio facta per quosdam de nolendinis Templi.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCXLV, p. 165.

14
1161, 4 décembre

Itier (Yterius), précepteur de Douzens, et Guilhem de Sallèles, frère du Temple, échangent avec Guilhem d'Anglès et les siens trois petites pièces de terre contre un champ, le tout situé à Douzens.

15
1161 (n. st.), 1er juillet

Bernard de Solario donne en propre alleu aux frères du Temple « l'honneur » qu'il avait dans la « villa » et le terroir de Mairac, et impose silence aux revendications possibles de sa postérité.
En 1162, le 1er juillet tombait un dimanche, et non un samedi, concordance qui s'observe par contre en 1161. Nous pouvons supposer que le copiste a employé le style de l'Annonciation, selon le calcul pisan; à moins qu'il n'ait commis la faute de transcrire .LXII. au lieu de .LXI.
Dans la marge de gauche titre de la fin du XIIIe siècle: Donatio quarundam rerum que sunt apud Mayrac.

16
1156 (n. st.), 25 février (?)

Pierre Sachet échange avec le Temple un manse libéré d'un gage de 12 sous Ugonencos ou Ugonencs, par les frères de la milice, contre une ferrago et la moitié d'un jardin.
En 1156, le 5 des calendes de mars, ou 26 février, tombait un dimanche et non un samedi; le copiste doit avoir commis une erreur et écrit .V. au lieu de .VI. des calendes de mars, ou 25 février, qui tombait bien un samedi.
Dans la marge de gauche, titre de la fin du XIIIe siècle: Excambium quarundam passessionum.

17
1153 (n. st.), 4 février

Pons de Leuntiano, précepteur et Arnaud de Sournies, commandeur de Douzens, cèdent à Pons le Paraire (Parator), à son frère et à leurs associés un terrain situé à Arrapesac, dans le terroir de Douzens, pour y construire un moulin drapier chargé d'un cens annuel de 16 de Melgueil; le droit d'acapte est de 12 deniers de la même monnaie.
Dans la marge de gauche, titre de la fin du XIIIe siècle: Instrumentum molendini draperii quod fuit datum ad lucrandum.

18
1166, 26 octobre

Pierre Ot (Oto), son frère, sa belle-sœur Bernada abandonnent un manse dans la « villa » de Douzens aux frères du Temple, qui ont renoncé en échange au droit de gîte (albergum) pour cinq chevaliers dû par un autre manse de la même « villa », que tiennent Pierre et les siens. Serment de Bernada.
Dans la marge de gauche, titre de la fin du XIIIe siècle: Donatio cujusdam mansi.

19
1166 (n. st.), 23 février

Les frères du Temple donnent à Guilhem Paraire et à sa famille deux sétérées de terre à froment soumises à la tasque, et deux vignes, l'une concédée en fief, l'autre grevée de la quarte, le tout dans le terroir de Douzens, contre une redevance annuelle (usaticum) de 4 de Melgueil L'acapte est de 2 sous de la même monnaie.
Original XIIe siècle, Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse 1 (anc. Douzens, liasse 2, nº 1), partie supérieure d'une charte partie par ABC. (1)
1 — Le texte est établi d'après l'original; les variantes sont celles du cartulaire. Dans la marge de gauche du cartulaire, titre de la fin du XIIIe siècle, mutilé par une déchirure du parchemin: [Instrumentant, a-]-capiti[quarumdam po-]-ssessionum.

20
1167, 15 mai

Richa renonce à ses prétentions sur « l'honneur » de Mairac que son frère, Bernard Seguin, avait donné au Temple en se donnant lui-même, et ce après jugement prononcé par les arbitres que la vicomtesse de Narbonne avait désignés à cet effet.

21
1135 (n. st.), 28 janvier

Raimond Mantilini et sa femme donnent aux frères de la milice une vigne située dans le terroir de Bubas, et reçoivent d'eux pour cette « vente » un cheval.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CI, p. 73.

22
1169, 9 décembre

Alazaïs (Aladaicia) Xatmara, ses enfants et son gendre vendent au Temple trois pièces de terre dans le terroir de Cabriac, pour 104 de Melgueil — Serment de Gaviosa.

23
1139 (n. st.), 27 janvier

Pierre Roger se donne lui-même au Temple, et lui donne en même temps son « honneur » de Villar-Tinhol.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CLXXXI, p. 124.

24
1157 (n. st.), 11 février

Bernard, fils de Raimond At (Ato) et sa sœur Columba donnent au Temple « l'honneur » qu'ils avaient dans les terroirs de Douzens et Cabriac, avec réserves concernant les droits de Columba et de son mari, plus trois vignes à Villar-Tinhol et des fief s que Raimond tenait du Temple.

25
1146 (n. st.), 18 juillet

Pierre Bernard donne en franc alleu aux frères du Temple sa part, c'est-à-dire le quart de « l'honneur » situé dans la « villa » et le terroir de Ferrals; il confirme en outre la donation que leur a faite feu Pons Guilhem, son frère, d'un autre quart du même « honneur » et d'un « honneur » qu'il possédait dans les terroirs de Ferrals et Douzens; il reçoit du Temple en aumône 60 de Melgueil

PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLXI, p. 286. Le marquis d'Albon a publié cet acte sous la date du 18 juillet 1147, et supposé que le scribe avait écrit « feria V" au lieu de « feria VI. » Mais, le 18 juillet tombant un jeudi en 1146, il est possible de faire l'économie de cette hypothèse, et de considérer que cet acte a été daté selon le calcul pisan.

26
1160, 25 juin (?)

Conformément au jugement rendu, Raimond de « Artiguas » et sa femme remettent en alleu au Temple une terre située au-dessus du moulin d'Arrapesac, tout en recevant le droit de la donner en viager à leur fils, sous condition du versement de la tasque.

En 1160, le 17 des calendes de juillet, ou 15 juin, tombait un mercredi et non un samedi; le copiste a vraisemblablement commis l'erreur d'écrire .XVII. au lieu de . VII. des calendes de juillet, ou 25 juin, qui coïncidait effectivement avec un samedi.

27
1167, 25 août

Hugue Inard et sa sœur, Garsen (Guarsendis), et son mari affranchissent et donnent au Temple pour qu'il en dispose de plein droit leur homme nommé Pons Mirabel avec sa descendance et ses biens, à la condition que Pierre, fils de Pons Mirabel, épouse Alazaïs (Aladaidis), sœur d'Hugue Inard. Serment des donateurs.

28
1171 (n. st.), 25 janvier

Dame Aibelina, son mari Pierre « Godi » et leurs enfants donnent au Temple un terrain à bâtir à Douzens que Bérenger le Comte tenait de lui en fief, pour en jouir avec leur approbation et contre le paiement d'une redevance annuelle (usaticum) de 2 de Melgueil; le droit d'acapte est de 3 sous et demi de la même monnaie.

29
1143, 28 juin

Arnaud de Barbaira donne aux frères du Temple « l'honneur » qu'il avait, dans les « villae » et terroirs de Douzens et Peyriac avec ses droits, ses tenures féodales ou autres et ses revenus. Il ajoute des dispositions touchant un autre honneur qu'il donne à ses nièces avec clauses de réversibilité.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCI, p. 196.

30
1159, 27 novembre

Guilhem Mantilini, sa femme et ses enfants vendent au Temple un champ, un casal, une demie fache et une issue dans le terroir de Bubas, moyennant un cheval.

31
1165, 23 décembre

Raimond Hugue d'Aiguesvives donne aux frères du Temple un homme nommé Guilhem le Paraire (Parator), sa descendance et tous ses biens meubles et immeubles, et reçoit d'eux 120 de Melgueil

32
1156 (n. st.). 12 janvier

Alazaïs (Alazaiz) Sasia vend aux frères de la milice un arpent dans le terroir de Douzens, pour 5 sous Ugonencos ou Ugonencs, monnaie de Carcassonne, et 4 de Melgueil

Copie du XIIe siècle, assez effacée, Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 18). Le texte est établi d'après, les variantes sont celles du cartulaire.

33
1157, 17 octobre

Bernard Modul et les siens vendent aux frères du Temple un homme de Douzens nommé Raimond de Crausse (de Caranciano) et sa famille avec leurs tenures composées d'un manse, de cinq terres et de deux vignes, et leurs redevances, pour 130 de Melgueil

34
1147, 26 juillet

Raimond Amiel et son frère vendent aux frères du Temple deux pièces de vigne dans le terroir de Douzens, pour 10 de Melgueil
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLXIV, p. 289 (1).
1 — La date du 27 juillet indiquée par le marquis d'Albon est erronée, par suite d'une faute de transcription commise par l'éditeur, qui a lu .VI. des calendes d'août, au lieu de .VII.

35
1163, juin

Pierre de Bubas et sa famille échangent avec les frères de la milice une pièce de terre dans le terroir de Cabriac, contre un « honneur » à Bubas.
Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 8) (1)
1 — L'original qui a servi à établir le texte est la partie inférieure d'une charte partie par ABC, endommagée par l'humidité. Les variantes sont celles du cartulaire.

36
1133, 20 juillet

Bernard de Canet et les siens, Béatrice et ses fils reconnaissent que les frères du Temple ont libéré d'un gage de 200 de Melgueil « l'honneur » qu'ils leur avaient donné. Pour cette raison, Bernard, Béatrice et leurs familles remettent à la milice « l'honneur » que Guilhem de Durban leur avait engagé pour la même somme, jusqu'à ce qu'elle ait récupéré sur lui les premiers gages.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº LXVII, p. 50.

37
1159 (n. st.), 26 mars

Guilhem Bernard de Laredorte et sa femme accordent aux frères du Temple le droit d'établir des biefs (capudaqui) dans « l'honneur » qu'ils tenaient en fief de Bérenger Boleta aux terroirs de Blomac et de Douzens; ils leur en transmettent le dominium et reçoivent d'eux 40 de Melgueil

38
[1134, 26 mars-1135, 18 mars.]
— Alet, in monasterio Sancte Marie
Guilhem Pierre de Villarzel et les siens donnent à la milice du Temple « l'honneur » qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir de Douzens, « excepté les clercs, l'église et les fiefs tenus de Guilhem Pierre par les chevaliers. »

39
1156 (n. st.), 26 septembre

Pierre de Saint-Jean, précepteur de Douzens, et ses confrères du Temple échangent avec Nava et ses fils deux issues.
La concordance entre le 26 septembre et un mercredi s'observe en 1156 et non en 1157. Nous avons ici un exemple de l'emploi du style de l'Annonciation, selon le calcul pisan, sauf erreur du copiste.

40
1133, 29 mars-1134, 21 mars

Laurette donne aux chevaliers du Temple qui luttent vaillamment contre les Sarrasins, avec le consentement de son mari, tout ce qu'elle possède en tenanciers ou redevances dans la « villa » de Douzens, et deux condamines dans le terroir du château (castrum) de Blomac.
B. Copie du XIIe siècle, cartulaire C, nº 3. fol. 5 rº et vº (1).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général.... nº LXII, p. 45, sous la date: 29 mars 1133-avril 1134 calculée d'après le style pascal.
1 — La date est proposée ici d'après le style de l'Annonciation selon le calcul florentin.

41
1152, 7 mai

Bernard Modul renonce avec les siens en faveur du Temple, dont ils reçoivent une aumône de 40 de Melgueil, à la terre que son frère avait donnée à la milice. Ils lui abandonnent aussi une pièce de terre qu'ils tenaient d'elle en fief dans le terroir de Douzens.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse I (anc. Douzens, liasse I, nº 23) (1).
1 — Le texte est établi d'après l'original; les variantes indiquées sont celles du cartulaire.

42
1142, 9 décembre

Pierre d'Auriac et les siens donnent à la milice les biefs (cabedacs) des moulins édifiés par elle sur l'Aude, mais faisant partie de « l'honneur » de Blomac qu'ils avaient inféodé. Ils font la lausime des acquisitions que la même milice pourrait y faire venant de leurs feudataîres.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLXXXII, p. 186.

43
1169, 29 mars

« Beelasonis », femme de Raimond « de Artiguas », et les siens vendent aux frères du Temple deux sétérées de terre pour 15 de Melgueil

44 [43 bis]
1159, 13 juillet

Garsen (Garsendis) et les siens échangent avec Hugues de Bubas, leur parent, et ses confrères du Temple, un jardin sis au terroir de Cabriac et dont une convention règle l'irrigation, contre une pièce de vigne, 10 sous, valeur pour laquelle ils avaient engagé au Temple une terre, et le rachat du gage de 8 sous qui grevait le jardin.

45 [44]
1134, 1er août

Guilhem Pierre partage ses biens avant de partir pour Jérusalem, avec l'accord de Bernard, son frère: au Temple, il donne — au cas où il ne reviendrait pas — des terres, des vignes et différents produits agricoles; à ses enfants, sa maison, d'autres terres et une vigne; l'ensemble de ces biens se trouve dans le terroir de Douzens.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº LXXXV, p. 64.

46 [45]
1143, 3 décembre

Raimond Sachet abandonne à Arnaud de Barbaira et à ses confrères du Temple la moitié du champ qu'il tenait de lui en fief avec Bernard Gaucelm (Gaucelmi) son frère, dans le terroir de Douzens, et reçoit du Temple pour cet abandon 60 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCXV, p. 206.

47 [46]
1143, 27 novembre

Bernard Gaucelm (Gaucelmi) et les siens abandonnent à Arnaud de Barbaira et à ses confrères du Temple la moitié du champ qu'ils tenaient de lui en fief avec Raimond Sachet, frère de Bernard, dans le terroir de Douzens, et reçoivent du Temple pour cet abandon 50 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCXIII, p. 203.

48 [47]
1154, 22 novembre (?)

Pons Porcel et les siens, avec le consentement de Raimond de Blomac et de ses frères, donnent ensemble à la milice leur bief situé dans le terroir de Blomac. Pour ce don, Raimond de Blomac reçoit d'elle deux setiers de froment valant 9 de Melgueil; Pons Porcel obtient le prêt d'un muid de froment de même prix, valeur pour laquelle la terre (où se trouvait le bief) était engagée.
Le 21 novembre 1154 (XI Kal. decembris) tombe un dimanche en 1154, un lundi en 1155. Y a-t-il eu erreur du copiste pour X Kal.?

49 [48]
1145, 31 octobre

Pierre Bernard de la Porte (de ipsa Porta) et les siens donnent à la milice du Temple « l'honneur » qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir de Blomac, que la milice avait libéré d'un gage de 30 de Melgueil et 3 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCLXVI, p. 234.

50 [49]
1152, 3 novembre

Caniot et les siens renoncent en faveur du Temple à leurs prétentions sur l'écluse (resclausa) et le bief (cabedacum) des moulins d'Arrapesac qu'ils tenaient de Trebuc.

51 [50]
1164 (?), 31 mars

Guilhem Bernard et les siens donnent au Temple deux de leurs hommes nommés Guilhem Monnier (Monerius) et Arnaud son frère, et leur sœur nommée Guillelma, et reçoivent de lui pour ce don 155 de Melgueil
Le 31 mars est bien un mercredi en 1165, mais cet acte doit être antérieur de quelques jours au suivant. Il faut donc penser à une erreur du copiste, et celle-ci se situe le plus probablement sur le feria .IIII. de cet acte, écrit pour feria .III.

52 [51]
1164 (n. st.), 4 avril

Guilhem Monnier (Monerius), sa femme, son frère Arnaud et sa sœur Guillelma donnent au Temple leurs personnes, leur postérité et tous leurs biens pour être les hommes de la milice, à laquelle ils paieront annuellement 3 de Melgueil Ils confirment ainsi la donation de leurs personnes faite au Temple par leurs seigneurs.
Le 2 avant les nones d'avril est le 4 avril, qui tombe un samedi en 1164. En 1165, le 4 avril est le dimanche de Pâques. Donc exemple probable de style pisan.

53 [52]
1167, 30 septembre

Pierre de Rieux se fait l'homme du Temple et se place sous sa garde; il lui donnera le tiers de son « honneur » s'il laisse en mourant femme et enfant, ou la totalité s'il n'en laisse point, sous la réserve de ce qu'il pourrait distribuer en charités; il s'engage à payer une redevance annuelle (usaticum) de 12 deniers melg.
Original (ou copie du XIIe siècle), Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, liasse 37 (anc. Magrian, liasse I, nº 20).

51 [53]
1152, 8 octobre

Raimond de Blomac, ses frères et sa sœur cèdent aux frères de la milice tous leurs droits sur la rive de l'Aude, à l'endroit où ceux-ci veulent construire le bief (capedacum) de la digue (paxeria) de leurs moulins d'Arrapesac, et ils reçoivent d'eux une aumône de 12 de Melgueil
Copie du XIIe siècle, Arch. Haute-Garonne, H. Maite, Douzens, liasse 1 (anc. Douzens. liasse 1, nº 17).

55 [54]
1150, 7 mars

Bérenger Pons de Douzens et les siens donnent au Temple le grenier et le courtil qu'ils possédaient près des maisons du Temple, contre une rémunération « charitable » de 15 de Melgueil
Le 7 mars tombe bien un mardi en 1150; il n'y a pas de correction à faire, bien que l'acte soit antérieur au 25 mars. Le calcul pisan a donc dû être utilisé.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº DLXXIII, p. 354.

57 [56]
1138, 22 juin (?)

Guilhem Mantilini et sa famille vendent au Temple en alleu une vigne dans le terroir de Saint-Martin de Bubas, pour un bœuf valant 20 sous narbonnais et deux setiers de froment.
Le 22 juin est un mercredi en 1138, un mardi en 1137. Il y a donc erreur, sans doute du copiste.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CLXII, p. 113.

58 [57]
1143, 2 juillet

Les chevaliers du Temple accensent à Arnaud Raimond de Fontcouverte et aux siens un jardin dans le terroir de Laure, à charge du cens annuel d'un setier d'huile à la mesure de Laure, que les tenanciers devront porter à la maison du Temple de Douzens.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCIII, p. 197.

59 [58]
1164, 14 décembre

Pierre de Laure et Raimond son frère reconnaissent la donation d'un jardin dans le terroir de Laure que leur père avait consentie en faveur du Temple, et l'approuvent devant les frères de la milice.

60 [59]
1147, 26 juillet (?)

Bérenger du Prat (de Prato) donne à la milice du Temple le cinquième de la meulerie qu'il possédait avec ses frères dans le terroir de Saint-Germain, sous réserve d'y faire tailler les meules des moulins qu'il pourrait construire sur l'Aude.
Le 7 avant les calendes d'août, soit le 26 juillet, tombe un samedi en 1147, non un lundi. Sans doute erreur du copiste.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLXIII, p. 289.

61 [60]
1141 (n. st.), 16 avril

Pierre d'Auriac et sa femme donnent à la milice du Temple une digue (paxeria) située dans leur alleu de Blomac, et lui accordent la lausime des acquisitions qu'elle pourra y faire venant de leurs feudataires.
Le 16 avril tombe un mercredi en 1141. Donc exemple de style pisan.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général.. ., nº CCLVIII, p. 171.

62 [61]
1158, 6 novembre

Pierre Bernard, Pierre de Corneille et leurs familles vendent à la milice du Temple une vigne située dans leur « honneur », dans le terroir de Douzens, pour 18 de Melgueil

63 [62]
1158, 10 novembre

Arnaud de Barbaira donne à la milice du Temple sa personne et sa postérité, en sorte qu'elle les possédera avec tous leurs droits en biens propres, et qu'elle recevra d'eux pour cens et hommage (homininium) 6 deniers melg. chaque année.

64 [63]
1167, 26 août

Pierre de Saint-Jean, précepteur de Douzens, établit un accord avec Pons Mirabel et ses enfants au sujet des redevances annuelles (usaticum et servitium) qu'ils devaient au Temple, à savoir 2 de Melgueil et rien de plus.

65 [64]
1163, [8 ou 9] juillet

Pons de Capendu donne aux frères de la milice une vigne qu'il possédait en alleu dans le terroir de Capendu.
En 1163, le 8 avant les ides de juillet, soit le 8 juillet, tombe un lundi.

66 [65]
1167, 3 avril (?)

Garsen (Garsendis) et ses enfants, Arnaud Joffré (Guaufredi) son mari, donnent au Temple tous les droits qu'ils avaient sur Amélie de Douzens, femme de Raimond Forton (Fortonis), et sur sa postérité, et reçoivent de lui une aumône de 5 de Melgueil

67 [66]
1152, 7 juin

Arnaud de « Villa-Borrais », prieur de Saint-Michel de Nahuse, vend aux frères du Temple un terrain exigu situé à Douzens, dans leur jardin, derrière leur colombier, pour 6 de Melgueil

68 [67]
1166, 1er août

Pierre d'Arzens et ses enfants renoncent aux droits qu'ils avaient sur une femme nommée Amélie et sur sa postérité et l'abandonnent au Temple qui en disposera à sa volonté; ils reçoivent pour cela 10 de Melgueil

69 [68] 1167, 26 juin Hugue Inard (Inardi) donne aux frères de la milice tous ses droits sur Amélie de Douzens, femme de Raimond Forton (Fortonis) et sur sa postérité; il reçoit de la milice 5 de Melgueil
70 [69]
1142, 25 juin (?)

Pierre d'Auriac et sa femme donnent à la milice du Temple les biefs (cabedax) qui se trouvent dans leur alleu de Blomac pour la digue (paxeria) de ses moulins, là où ils sont, ou là où elle voudrait les transporter.
En 1142, le 25 juin (VII avant calendes de juillet) tombe un jeudi. Il y a sans doute une erreur du copiste.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLXIII, p. 173.

71 [70]
1168, 30 mai

Ainard de Brasse donne en alleu aux frères du Temple un homme nommé Dominicus qui en a exprimé la volonté, sa descendance et tout ce qu'il aura sa vie durant, et reçoit du Temple une aumône de 7 sous Ugonencos ou Ugonencs,

72 [71]
1157, 15 mai

Marie et ses enfants, Raimonde et sa sœur, affranchissent Alazaïs (Aladaic), fille de Pons Séguier et de Boneta et femme de Bernard de Palaja, et reçoivent du Temple pour cet affranchissement 8 de Melgueil

73 [72]
1138, 27 septembre

Raimond Mantilli vend aux frères du Temple une vigne qu'il avait en alleu dans le terroir de Bubas, pour 9 sous Ugonencos ou Ugonencs, monnaie octena de Carcassonne.
Copie du XIIe sièle, Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 16) (2).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général.. ., nº CLXVII, p. 116 (éd. sur deux colonnes, d'après B et d'après le cartulaire).
Le texte est établi d'après B; les variantes sont celles du cartulaire. Cependant, le début des six premières lignes manquant dans B, par suite d'une déchirure du parchemin, nous l'avons suppléé entre crochets, d'après le cartulaire (lignes 1 à 3) ou le contexte (lignes 4 à 6).

74 [73]
1168, 4 octobre

Gaucelm (Gaucelmus), malade, remet à Dieu et aux frères de Saint-Jean de Carrière son âme et son corps, et leur donne une terre dans le terroir de Capendu, avec le consentement de ses frères.

75 [74]
1170, 22 décembre

Pierre Forton (Fortoni) et son frère Pons font donation au Temple de leurs personnes et d'un jardin qu'ils tenaient de lui dans le terroir de Douzens, avec promesse de ne pas se séparer de la milice et de lui devoir obéissance et fidélité.

76 [75]
1152, 4 avril

Vediana et son fils abandonnent aux frères de la milice une terre qu'ils revendiquaient dans le terroir de Douzens.

77 [76]
1157 (n. st.), 11 février

Alazaïs (Aladaidis), fille de Bernard Modul, son mari et tous les siens vendent aux frères du Temple une terre dans le terroir de Douzens, pour 20 de Melgueil

78 [77]
1141 (n. st.), 17 février

Guilhem Paul constitue le douaire de sa femme Audiard (Aldiardis), composé d'un « honneur » dont elle aura la jouissance viagère si elle survit a son mari, et qui retournera au Temple s'ils meurent sans enfant.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCXXVIII, p. 154.

79 [78]
1147, [4, 11, 18 ou 25] juillet

Pierre de Douzens et les siens vendent au Temple, avec Bernard frère de Pierre, une vigne dans le terroir de Douzens, pour 12 de Melgueil
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLVIII, p. 284.

80 [79]
1157, 4 novembre

Poncia et sa fille vendent aux frères du Temple une pièce de terre de l'alleu qu'elles avaient à Douzens, pour 9 de Melgueil

81 [80]
1155, 12 janvier

Raimond fait don de sa personne et de sa descendance à la milice du Temple afin de se mettre, lui et ses biens, sous sa garde, moyennant une redevance annuelle (usaticum) de 12 deniers pour l'hommage (per hominino).
Le 12 janvier (pridie idus) est un mercredi en 1155. Exemple de style pisan.

82 [81]
1156, 25 mars-1157, 24 mars

Géraud de Couiza donne à la milice du Temple un homme nommé Pierre More et ses enfants, et reçoit d'elle une rémunération « charitable » de 20 de Melgueil

83 [82]
[...1141-1150...]

Guilhem Hugue de Capendu donne à la milice du Temple une saumée de vendange chaque année de sa vie, prélevée sur la vigne qu'Amiel de Vindranis et Pierre tiennent de lui, et 50 de Melgueil assignés sur la quarte de la même vigne, après sa mort.
Amiel de Vindranis, cité parmi des confronts en 1139 (A, 5), est mort avant 1166 (A, 68). Le frère Raimond de Gaure, qui avait reçu son premier don, est attesté dans notre cartulaire de 1136 à 1140; et Bérenger de Rueria, qui reçoit celui-ci, entre 1141 et 1150.

84 [83]
[1163, 27 février-1164, 1er juin]

Pierre Sachet lègue par testament aux frères de la milice deux pièces de terre en alleu dans le terroir de Douzens, la quarte des vignes que tient Raimond « de Artiguas » et un jardin à Bolonac.
Bernard de Pauliac, qui intervient ici, est précepteur ou maître, entre le 27 février 1163 n. st. (cartulaire B, nº 44) et le 20 mai 1164 (id., nº 24). Pierre « Sachet » est cité dans le présent cartulaire de décembre 1141 (nº 11) au 4 décembre 1161 (nº 14); il est qualifié de défunt dans deux actes de 1169 (nos 7 et 22). Nous datons ce document d'après les années connues de préceptorat de Bernard de Pauliac.

85 [84]
1171 (n. st.), 4 mars

Garsen (Guarsendis) confirme en son nom et en celui de ses enfants la donation faite au Temple par feu Raimond d'Albas, son frère, d'un « honneur » à Cabriac. Si les frères de la milice ne pouvaient entrer en possession des biens donnés, elle devrait leur restituer les 25 de Melgueil qu'elle a reçus d'eux en aumône. Elle confirme par serment l'ensemble de ces dispositions.
Original (ou copie du XIIe siècle), Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, liasse 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 11).

86 [85]
1110, 24 avril

Arsen (Arsendis) et Lucie échangent avec Foi leur sœur « l'honneur » de Cabriac contre un autre honneur ayant appartenu à leurs parents. Lucie échange avec Foi les trois parts qu'elle possède sur les oliviers de « Vassa », engagées par Raimond « Siger », contre une vigne à Barbaira. Clauses de réversibilité en faveur de Foi.
Le nom d'Ermengau de Barbaira, cité à la fin, se retrouve à la date de 1113 (nº 89). Bien que n'intéressant pas directement le Temple, cet acte a été joint au précédent à cause de l'honneur de Cabriac: il n'y a pas de raison de penser que sa date soit erronée.

87 [86]
1153, 2 juin

Aimeric, Guilhem Chabert (Xatberti), Arnaud de Barbaira et leurs familles, avec l'accord de Bernard de Carrière, ainsi que la fille de Pierre Raimond de Barbaira donnent en alleu à la milice du Temple l'église de Saint-Jean de Carrière, ses dépendances et tout ce qui est enfermé dans le périmètre délimité par des croix, à l'intérieur duquel les règles de la paix de Dieu seront en vigueur. Confirmation de l'évêque de Carcassonne.

88 [87]
1153, 4 juin

Bernard de Canet et ses fils donnent au Temple en alleu, sur la prière et avec l'accord de Bernard de Carrière, l'église de Saint-Jean de Carrière, ses dépendances et tout ce qui est compris dans le périmètre délimité par des croix, à l'intérieur duquel les règles de la paix de Dieu seront observées. Confirmation de l'évêque de Carcassonne.

89 [88]
[1113, 25 mars-1114, 24 mars]
. — Notre-Dame de Lagrasse
Ermengau de Barbaira et sa famille, Guilhem Raimond et son frère donnent en alleu à Pierre Garin (Guarini), prieur de Saint-Jean de Carrière, et à ses clercs une part de leur « honneur » à Carrière, donation qu'ils consentent en la main de Bernard-Alton vicomte [de Carcassonne], de l'évêque d'Albi, du vicomte de Lautrec et d'autres nobles hommes. Bertrand et Etienne « Antias » se joignent aux premiers donateurs pour céder à Saint-Jean 4 sétérées de terre à « Stajols. »

90 [89]
1169, 19 novembre

Dame Alazaïs (Aladaidis), fille de feu Bertrand de Roquenégade, son mari et ses enfants donnent en alleu aux frères du Temple un « honneur » dans le terroir de Roquenégade, et reçoivent d'eux en aumône un muid de froment (triticum) et 6 sous Ugonencos ou Ugonencs,

91 [90]
1169, 15 décembre

Rairnond Guilhem de Barbaira et son frère, avec le consentement de leur mère, donnent au Temple leur homme nommé Auger et ses tenures, étant spécifié que lui et sa postérité les tiendraient à perpétuité contre la seule redevance de la tasque sur les terres et de la quarte sur les vignes, et que s'il décédait sans enfant ses tenures retourneraient aux donateurs, qui reçoivent de la milice pour ce don une aumône de 15 de Melgueil

92 [91]
1168, 2 août (?)

Bérenger le Comte donne au Temple, avec le consentement des siens, un « honneur » qu'il tenait de lui, composé de deux pièces de terre, de redevances sur des terres et vignes et de deux prairies, le tout dans le terroir de Mairac, à charge pour les frères de la milice de l'entretenir dans leur maison quand il le voudra.
Le 2 août (IV nonas) tombe un vendredi en 1168, un mercredi en 1167. Il y a erreur du copiste.

93 [92]
1168 (n. st.), 9 décembre

Arnaud Bérenger donne aux frères du Temple de Saint-Jean de Carrière un champ, une pièce de vigne et sa part des quartes de « Sodora », le tout dans le terroir de Floure.
Le 9 décembre tombe un mardi en 1169, un lundi en 1168; l'acte semble donc avoir été daté selon le calcul pisan.

94 [93]
1170, 29 août

Bernard de Domneuve, Roger de Domneuve et leurs familles, Pierre de Domneuve chapelain et Guilhem de Domneuve, chapelain de Lanet donnent en alleu aux frères du Temple le champ de « Dozone », moins les poiriers qui s'y trouvent.

95 [94]
1169, 10 avril

Guilhem Auger (Augerii) et Pierre Le Moine son frère donnent au Temple leurs personnes et tous leurs droits. Guilhem Auger et son fils donnent ensuite la moitié d'un maillol au terroir de Mairac, plus 55 de Melgueil et 25 sous Ugonencos ou Ugonencs, de gages; Pierre Le Moine donne l'autre moitié du maillol, avec 25 de Melgueil et 25 sous Ugonencos ou Ugonencs, de gages.

96 [95]
1135 (n. st.), 25 mars

Raimond de Villelaur et les siens donnent en alleu aux frères de Saint-Jean de Carrière deux sétérées de terre dans le terroir de Villelaur.
Le 25 mars (8 avant les calendes d'avril) tombant un lundi en 1135, cet acte a dû être daté en style pisan.

97 [96]
1169 (n. st.), 13 février

Raimond Rossiniol et les siens abandonnent aux frères du Temple tous leurs droits sur la moitié d'une terre qu'ils tenaient d'eux, située dans le terroir de Roquenégade.

98 [97]
1168, 27 mars-1169, 19 mars

Pierre le Séguier (Siguarius) et son frère donnent en alleu à la milice du, Temple tous leurs droits sur les agriers de « Valle Mania » dans le terroir de Barbaira, et reçoivent d'elle pour ce don une aumône de 2 sous Ugonencos ou Ugonencs,

99 [98]
[...1133-1143...], 19 mai

Guilhem Raimond et sa famille donnent à Saint-Jean de Carrière un bois situé dans le terroir de Barbaira.
Le scribe n'est connu que par cet acte; il ne faut sans doute pas le confondre avec Arnaldus capellanus, qui a rédigé, de façon assez différente, quatre actes en 1150 (A, 177 à 180). Parmi les témoins, Bernard de Canet apparaît dans de nombreux actes entre 1113 et 1153 (mais surtout, entre 1133 et 1138); Roger de Sobrancago, témoin en 1133 et 1143, est indiqué comme défunt en 1153 (A, 6).

100 [99]
1139, 26 juillet

Pierre Ermengau fait don aux frères de Saint-Jean de Carrière d'une mésalhée de vigne, d'une sétérée de terre dans le terroir de Barbaira, et d'un setier de froment (triticum) à prendre sur son moulin chaque année à Noël.

101 [100]
1148, 20 septembre

Bernard de Canet affranchit dans la main de Pons, évêque de Carcassonne, le clerc Guilhem, fils d'un de ses hommes, et le donne à Bernard, chapelain de Saint-Jean de Carrière, et à ses confrères.

102 [101]
1136, 24 avril

Bertrand de Roquenégade, ses frères et sa mère donnent à Bernard, prieur de Saint-Jean de Carrière, et à ses confrères une pièce de terre de leur « honneur » de Roquenégade que le prieur dégage en donnant 2 setiers de froment et 18 deniers à Pons Salomon, et un setier de froment et une quarterée d'orge à Pierre Savarig.

103 [102]
1136, 10 mai (?)

Hugues Bernard donne à Bernard, ermite, et aux frères de Saint-Jean de Carrière, une pièce de vigne dans le terroir de Barbaira.
Le 10 mai (6 avant les ides) tombe un vendredi en 1135, un dimanche en 1136. Sans doute erreur du copiste.

101 [103]
1169, 25 février

Bernard de Domneuve donne à la milice du Temple, avec le consentement de ses frères, de sa fille et de son gendre, son âme et son corps, « l'honneur » qu'il possédait dans la « villa » et le terroir de Domneuve et dans les terroirs du Lys et de Villemagne, un fief à Villedèze et tous ses autres droits.
Il n'y a pas à corriger le millésime, bien que l'acte soit antérieur au 25 mars. Il est sans doute daté en style pisan.

105 [104]
1167 (n. st.), 1er février

Raina et son fils renoncent en faveur du Temple à la, pièce de vigne à Pradelles que le père de Raina et son fils avaient donnée en alleu à Saint-Jean de Carrière lors de la consécration de l'église, et reçoivent pour cet abandon 18 deniers ug.

106 [105]
1136, 25 avril

Pons Guilhem donne à Bernard, prêtre de Saint-Jean de Carrière, et à ses confrères une pièce de vigne et deux pièces de terre situées dans le terroir de Barbaira et reçoit de Bernard 9 sous Ugonencos ou Ugonencs,

107 [106]
1135 (n. st.), 25 mars

Raimond de Villelaur donne à Bernard et à ses confrères de Saint-Jean de Carrière 12 sétérées de terre prises sur son alleu dans le terroir de « Matha » qu'ils posséderont en alleu à sa mort.
Le 25 mars (8 avant les calendes d'avril) tombant un lundi en 1135, cet acte a dû être daté en style pisan.

108 [107]
1146, 3 août

Séguier (Siguarius) de Barbaira et les siens donnent en alleu à Bernard « Gogencs », prieur de Saint-Jean de Carrière, et à ses confrères, leur part des tasques de Villemagne, dans le terroir de Barbaira, et reçoivent des donataires 2 sous de Carcassonne.

109 [108]
1136, 24 avril

Garsen confirme avec ses enfants le legs fait par son mari, Pierre de Barbaira, en faveur de Saint-Jean de Carrière, composé d'une pièce de vigne et de sa part des tasques de Villemagne.

110 [109]
1137, 17 septembre

Séguier (Sigarius) donne avec sa femme à Bernard, prieur de Saint-Jean de Carrière une mésalhée (medalada) de vigne dans le terroir de Barbaira et reçoit du donataire 4 sous Ugonencos ou Ugonencs, et la promesse d'un service religieux annuel pour son père.

111 [110]
1147 (n. st.), 31 janvier

Etienne Tesseire (Textori) et son fils donnent en alleu à Bernard, prieur de Saint-Jean de Carrière, et à ses confrères, un manse dans la « villa » de Mairac. Isarn et Arnaud, leurs parents, reçoivent pour la lausime qu'ils font de cette donation 12 deniers de Carcassonne.

112 [111]
[Après le 25 février 1169]

Enumération des biens formant « lhonneur » donné à la milice du Temple dans les terroirs du Lys et de Domneuve par Bernard de Domneuve quand il fit don de sa personne au Temple, Lui et sa fille déterminent le partage de leurs biens.
Bernard de Domneuve a fait don de sa personne le 25 février 1169 (A, 104); il a fait encore un autre don le 29 août 1170 (A, 94).

113 [112]
1169 (n. st.), 15 mars

Raimond de Gavait et les siens renoncent à leurs prétentions injustifiées sur la dîme de « l'honneur » que la maison du Temple de Saint-Jean de Carrière possédait sur la colline de Roquenégade, et reçoivent du Temple pour cet abandon une rémunération d'un setier de froment.

114 [113]
1172 (n. st.), 18 mars

Pierre de Domneuve, chapelain de Saint-Paul de Narbonne, donne à la milice du Temple, avec le consentement de ses frères, une pièce de terre alodiale qu'il possède dans le terroir de Domneuve.

115 [114]
1133, 1er avril

Roger de Béziers donne en franc alleu à Hugues Rigaud et à ses confrères du Temple, avec l'assentiment de ses barons, et avec l'accord de sa mère Cécile, vicomtesse de Carcassonne, et de ses frères Raimond Trencavel et Bernard, sa « villa » de Brucafel avec tout ce qu'il y possède, et une terre située dans le faubourg Saint-Michel de Carcassonne, où la milice pourra construire une « villa », y envoyer des hommes — à l'exception de ceux de Roger — sans qu'eux ou la terre soient soumis aux droits seigneuriaux.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général, nº LXIII, p. 45.

116 [115]
1167, 24 juillet

Bernard de Saint-Julien et sa famille vendent en alleu au Temple un manse avec ses tenanciers et leurs redevances situé dans la « villa » de Brucafel, et des biens-fonds ou droits qu'ils tenaient en fief de Guilhem de la Caune dans la même « villa », pour 700 de Melgueil et un muid de froment. Guilhem de la Caune et les siens font la lausime de cette aliénation et reçoivent pour elle 100 sous prélevés sur le montant de la vente et un muid de froment.

117 [116]
1153, 27 août

Bernard de Montirat, Pierre son frère et leurs familles, Raimond de Montirat et sa famille aliènent, partie pour donation, partie pour vente, les biens-fonds et redevances qu'ils possédaient dans la « villa » et le terroir de Brucafel. Pour cette vente, les frères de la milice donnent à Raimond 210 de Melgueil et libèrent son « honneur » d'un gage de 210 de Melgueil; ils donnent à Bernard et à Pierre 400 de Melgueil et libèrent leur « honneur » d'un gage de 230 sous Ugonencos ou Ugonencs, Bernard et Raimond se portent garants de la vente à l'encontre de toute atteinte de Pierre.

118 [117]
1166 (n. st.), 14 mars

La milice du Temple accense à Arnaud de Carcassonne et à trois autres associés un établissement de meunerie (molnare) dans le terroir de Brucafel, sur l'Aude, comprenant jusqu'à six moulins dans le même casal, avec faculté de les déplacer le long de la rivière, moyennant un cens annuel de 20 setiers de froment et de 20 setiers d'orge, la libre mouture de 4 setiers de « blad » par semaine et la moitié du produit de la pêche; les moulins et leurs usagers seront placés sous la garde du Temple. L'acapte est de 20 de Melgueil

119 [118]
1163, 7 novembre

Gaillard (Galardus) de Montirat vend en alleu à la milice du Temple « l'honneur » qu'il possédait dans la « villa » et le terroir de Brucafel pour la somme de 400 de Melgueil, sur laquelle 200 sous ont été déjà donnés par la milice à ses ascendants.

120 [119]
1167, 18 juillet

La milice concède à Guilhem et Pierre Bels, moyennant une acapte de 6 de Melgueil, un « honneur » ayant appartenu à leurs grands-parents mais devenu sa propriété, en vue d'y planter une vigne. Ils seront tenus de payer au Temple la moitié des droits, des acaptes et foracaptes qu'ils recevront pour cette vigne, plus un denier de cens annuel par arpent de vigne. La garde du vignoble sera à leur charge ainsi que le transport à Brucafel de la part qui reviendra au Temple. Au cas où le rapport de la vigne serait insuffisant, elle serait mise en labour et soumise à une prestation d'un huitième des fruits.

121 [120]
1142, 18 septembre

Arnaud, fils de feue Guilla, donne au Temple son « honneur » sis dans la « villa » et le terroir de Brucafel, et reçoit de lui 14 morabitini marini et melechini, 10 sous de Morlaas et un carton de froment. La milice donne 130 sous Ugonencos ou Ugonencs, à Guilhem Roger d'Aragon pour Roger de Béziers.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLXX, p. 177.

122 [121]
1167 (n. st.), 23 janvier

Arnaud de Brucafel et les siens vendent aux frères du Temple deux pièces de terre dans le terroir de Brucafel pour 9 sous ug, en monnaie octena, et leur donnent « retorn » sur un champ qui leur appartient aux Cours.

123 [122]
1142, 14 avril

Guilhem Sicfré (Sicfredi) de Brucafel et ses frères font abandon aux frères du Temple d'une terre qu'ils tenaient d'eux dans le terroir de Brucafel, et reçoivent en dédommagement une autre terre dans le même terroir.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLVII, p. 170.

124 [123]
1138, 18 mai

Bernard et Guilhem « Miro » et leurs familles abandonnent en faveur du Temple la ministralia et la baylie (badlia) qu'ils tenaient de leur seigneur Roger de Béziers sur la « villa » et le terroir de Brucafel, et reçoivent de Roger en dédommagement un fief composé de deux manses situés dans sa ferrago.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CLIX, p. 111.

125 [124]
1165 (n. st.), 18 janvier

Les frères du Temple accensent à Raimond « Torena » et à ses enfants, dans le terroir de Brucafel, une terre soumise à la quarte, un jardin, et un manse chargé d'une redevance annuelle de 12 deniers ug.; l'acapte est de 30 sous Ugonencos ou Ugonencs, Les tenanciers pourront disposer de cet « honneur » selon les usages de Carcassonne.
A. Original (partie supérieure d'une charte partie par ABC), Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse 52 (anc. Burcafol).

126 [125]
1157 (n. st.), 21 mars

Pierre Azalbert (Adalberti) et les siens donnent aux frères du Temple « l'honneur » qu'ils possédaient dans leur vignoble au terroir de Brucafel. Ils reçoivent d'eux une terre à labourer soumise à la quarte des fruits, située dans le même terroir.

127 [126]
1156, 17 décembre

La milice du Temple échange avec Arnaud et les siens une vigne du terroir de Brucafel qu'ils cultiveront moyennant la quarte de la vendange et son transport à Brucafel, contre tout ce qu'ils possédaient dans un vignoble du même terroir.

128 [127]
1147 (n. st.), 27 février

Serena, Roger son mari et leurs enfants vendent aux frères du Temple un jardin avec ses figuiers, qu'ils tenaient d'eux dans leur condamine de Brucafel, pour 6 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXXXIII, p. 271.

129 [128]
1147 (n. st.), 11 février

Etienne de Brucafel, Roger son frère et les siens vendent aux chevaliers du Temple une terre qu'ils tenaient d'eux dans leur condamine au terroir de Brucafel, pour 4 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXXVII, p. 267.

130 [129]
1159 (n. st.), 25 février

Les frères du Temple, d'une part, Raimond « Torena » et ses enfants d'autre part, échangent un demi arpent de vigne pour lequel les nouveaux tenanciers devront la quarte de la vendange, et dont ils disposeront selon les usages de Carcassonne, contre ce que ces mêmes tenanciers avaient dans un vignoble du terroir de Brucafel.
Original (partie supérieure d'une charte partie par ABC), Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 4).

131 [130]
1156, 17 décembre

Les frères du Temple d'une part, Arnaud et sa famille d'autre part échangent un terrain à bâtir contre une part d'un manse situé dans la « villa » de Brucafel.

132 [131]
1159, 30 avril

Arnaud Pila Pulli lègue en alleu à Pierre de Saint-Jean, précepteur de Douzens, et à ses confrères du Temple un lopin de terre de son alleu dans le terroir de Brucafel.

133 [132]
1163, 29 août

Les frères de la maison du Temple de Brucafel baillent à comptant à Guilbert (Guilabertus) une terre pour y planter une vigne, contre la redevance de la quarte sur la vendange, de son transport à la maison du Temple et d'un denier annuel de vinogolia. L'acapte est de 5 sous Ugonencos ou Ugonencs, et 5 deniers.

134 [133]
1155, 24 octobre

Guilhem Mironis et les siens, les frères Pierre et Bernard Mironis vendent au Temple une terre qu'ils tenaient de lui dans son « honneur » de Brucafel, pour 12 sous ug, en monnaie octena.

135 [134]
1157, 28 octobre

Rissen (Ricsendis) « Picca » et ses filles vendent aux frères du Temple une vigne située dans le vignoble du Temple au terroir de Brucafel, pour 3 setiers de froment.

136 [135]
1156, 31 décembre

Serena et ses enfants donnent aux frères du Temple « l'honneur » qu'ils tenaient d'eux, et deux vignes engagées à Etienne de Brucafel au vignoble du Temple, dans le terroir de Brucafel, pour lesquels ils reçoivent 3 setiers de arraone.

137 [136]
1167, 18 septembre (?)

Guilhem de Malemort (Mala Morte) et son frère font aux chevaliers du Temple la lausime de « l'honneur » que Bernard de Saint-Julien leur avait vendu dans la « villa » et le terroir de Brucafel.
Le 17 septembre (15 avant les calendes d'octobre) est un dimanche en 1167. Sans doute erreur du copiste.

138 [137]
1155, 3 novembre

Durand, fils de Bienfaite (Benefacta) donne aux frères du Temple une terre qu'il tenait d'eux dans le terroir de Brucafel, don pour lequel il sera nourri par eux jusqu'à la fête de saint Jean-Baptiste.
Note marginale du XIIe siècle: Instrumentum de Brucaffollis.

139 [138]
1147 (n. st.), 21 mars

Pons Roger de Villalier et son frère donnent en alleu à la milice du Temple trois terres prises sur leur alleu situé dans le terroir de Caumont, le long de l'Orbiel, et reçoivent d'elle en aumône 100 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général.., nº CCCCXXXVII, p. 273.

140 [139]
1148, 22 juin

Pierre Aimeric de Conques et les siens, Pierre Aimeric, son neveu, donnent en alleu à la milice du Temple une fache de terre dans le terroir de Caumont arès de l'Orbiel, l'eau qui la traverse et les constructions qui s'y trouvent, avec réserve de faire apprêter leurs draps sans redevance si des moulins drapiers y étaient construits.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº DXXI, p. 320.

141 [140]
1160 (n. st.), 21 janvier

La milice du Temple accense à Alazais (Aladaidis) et à ses enfants le manse sis dans le terroir de Villalier avec les moulins, et « l'honneur » du terroir de Caumont qu'ils tenaient d'elle; étant spécifié que les terres ou vignes cultivées, les jardins et prés seraient soumis à la quarte, les terres défrichées au quint, les produits du manse au tiers, ceux des moulins à la quarte; qu'ils donneraient un cens annuel de 12 deniers ug., et disposeraient de cet « honneur » selon les usages de Carcassonne. Ils ont versé une acapte de 12 deniers ug.

142 [141]
1147 (n. st.), 27 février

Pierre de Vitrac et sa famille donnent aux frères de la milice une terre prise sur leur alleu dans le terroir de Caumont, le long de l'Orbiel, avec le bief (cabedag), les digues (paxerias) et les rives nécessaires aux moulins du Temple, et reçoivent une aumône de 15 de Melgueil
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXXXII, p. 270.

143 [142]
1162, 15 novembre

Pons Roger de Villalier, reconnaissant qu'il a donné naguère au Temple en alleu une terre située à Caumont, dans le terroir de Villalier, confirme à nouveau ce don pour lui et sa postérité, et jure d'être fidèle défenseur de la milice. Il reconnaît aussi qu'en considération de ses besoins celle-ci lui a fait un don « charitable » de deux setiers de froment et d'un setier d'orge.

144 [143]
1147, 7 juillet

Guiraud Eldricus de Villalier donne à la milice du Temple une terre prise sur son alleu dans le terroir de Caumont, le long de l'Orbiel, avec le bief (cabedag), les digues (paxerias) et les rives nécessaires aux moulins du Temple, et reçoit une aumône de 15 de Melgueil
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLIX, p. 285.

145 [144]
1147, 12 août

Mabille, son mari Bernard de Moussoulens (de Mocolenco) et ses enfants, son frère Hugue et son cousin Pierre Raimond donnent au Temple une terre prise sur leur alleu dans le terroir de Caumont, le long de l'Orbiel, avec le bief (cabedag), les digues (paxerias) et les rives nécessaires aux moulins du Temple.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLXVII, p. 290.

146 [145]
1144, 16 juin

Pons Roger de Villalier et Guiraud Hdrig son cousin cèdent à la milice du Temple pour 20 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena, un demi-muid de froment et 4 setiers d'orge, une terre qu'ils avaient dans le terroir de Villalier, près du pont de l'Orbiel.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCXXXVII, p. 219.

147 [146]
1150, 22 août

« Dias » et sa famille accensent à la milice du Temple quatre terrains à bâtir situés dans leur condamine du bourg Saint-Vincent de Carcassonne, à charge du cens annuel de 4 sous ug,; Vacapte est de 20 sous Ugonencos ou Ugonencs, En cas de sous-accensement par le Temple, le nouveau cens qu'il fixerait lui appartiendrait, mais la nouvelle acapte serait partagée par moitié entre « Dias » et lui.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº DXCII, p. 364.

148 [147]
1142, 17 novembre

Florence, son mari Raimond « Lobados » et sa fille donnent à la milice du Temple deux vignes qu'ils tenaient, l'une de Guilhem Mancip, l'autre du Juif Bonysach, contre la redevance de la quarte, à laquelle restera soumise la milice. Guilhem Mancip et Bonysach confirment cette donation.
A. Original, Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, liasse 30 (anc. Carcassonne, liasse 1, nº 2).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLXXVI, p. 181.

149 [148]
1142, 17 novembre

Florence et les siens donnent à la milice du Temple une vigne qu'ils tenaient de Bernard de Canet contre la redevance de la quarte, à laquelle restera soumise la milice. Bernard de Canet confirme cette donation.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLXXVII, p. 181.

150 [149]
1159 (n. st.), 12 janvier

Bernard de Pauligne et les siens vendent au Temple pour 25 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena un manse dans le faubourg Saint-Vincent de Carcassonne qu'ils tenaient de « Dias » et de son fils moyennant un cens annuel de 12 deniers ug., auquel restera soumise la milice. « Dias » et son fils confirment la vente.

151 [150]
1170

Pierre Riculphi et les siens abandonnent aux frères du Temple le manse qu'ils tenaient d'eux au faubourg Saint-Vincent de Carcassonne, et reçoivent 18 de Melgueil pour cet abandon.

152 [151]
1156 (n. st.), 9 février

Bernard « Pica Mil » et les siens vendent au Temple une vigne située dans son « honneur », au terroir de Brucafel, pour 6 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.

153 [152]
1156, 17 décembre

La milice du Temple échange avec Raimond « Torena » et les siens deux petites vignes à Brucafel soumises à la quarte au profit du Temple, contre le gage et les droits que Raimond avait sur une vigne ayant appartenu à « Pica Mil. »

154 [153]
1169, 20 octobre

Guilhem Bernard de Barbaira donne aux frères du Temple quatre setiers de bon vin pur pris sur la part de dîme qu'il prélevait dans la « villa » de Floure, avec droit de les percevoir sur ses quartes de vendange au cas où ils ne le pourraient sur la dime.

155 [154]
1167, 29 juillet

Roger de Floure et ses frères donnent à la milice du Temple un homme de Floure nommé Guilhem le Pélissier (Pellicerius), avec sa femme, leur descendance, leur « honneur » et leurs biens meubles.

156 [155]
1167 (n. st.), 27 février

Raimond de Rieux et les siens donnent aux frères du Temple une femme nommée Aliga avec sa fille et leur descendance, et reçoivent une aumône de 3 de Melgueil

157 [156]
1169 (n. st.), 9 janvier

Bernard Alaric et son frère Pons, reconnaissant qu'ils ont été nourris depuis longtemps sur les biens de la milice, placent leurs personnes et leurs biens sous sa garde et lui promettent chaque année 12 deniers melg. — Celui des deux qui survivra à l'autre donnera en plus pour l'âme du défunt un muid de blé et un muid d'orge.

158 [157]
1166, 22 décembre

Guilhem « Corda » et Raimond « Corda » son neveu se donnent comme hommes au Temple, s'engagent à lui verser un cens (servitium) annuel de 12 deniers, et font abandon de leurs biens à leur mort, à charge de la sépulture. Le Temple les place, eux et leurs biens, sous sa garde.

159 [158]
1167, 29 mai

Guilabert fait don à la milice du Temple de sa personne et de ses biens, promet de lui verser chaque année de sa vie dans le siècle 12 deniers ug. et demande le droit d'y être reçu comme frère quand il le voudra.

160 [159]
1160, [3, 10, 17, 24 ou 31] mai

Pons Guérard (Gairoardus) reconnaît qu'il est homme propre des frères du Temple parce que son père l'était aussi, et il se donne à eux, lui, sa famille et sa postérité.

161 [160]
1182, 1er février

Raimond [de la Roche] (de Rocha), archidiacre et sacriste de Saint-Nazaire, accense aux frères du Temple, moyennant une acapte de 6 sous Ugonencos ou Ugonencs, un terrain à bâtir dans le faubourg Saint-Vincent [de Carcassonne], chargé d'un cens annuel de 6 sous Ugonencos ou Ugonencs, tant qu'il restera en culture. Si les Templiers le donnent à bâtir ou le bâtissent, ils devront pour tous les cens 10 sous Ugonencos ou Ugonencs, dont une moitié sera pour Raimond et les siens, l'autre pour la sacristie; l'acapte sera partagée entre la sacristie et les Templiers, qui garderont le profit des cens. La foracapte perçue sur les aliénations ira toute à la sacristie.
Le 1er février est bien un lundi en 1182. Il n'y a pas à corriger en nouveau style. Exemple de style pisan.

162 [161]
1178, 30 mai

Pierre Crossus vend aux frères du Temple un manse chargé de 2 sous Ugonencos ou Ugonencs, de cens annuel, situé dans le bourg Saint-Vincent (de Carcassonne) et dans « l'honneur » de Dame Dias et de Guihem Adémar, qu'Elisias d'Aragon tient alors en gage. Foracapte de 44 de Melgueil au même Elisias et à Raimond d'Alairac, bayle de cet honneur.
Original (ou copie du XIIe siècle), Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douxens, liasse 37 (anc. Magrian, liasse 1, nº 25).

163 [162]
1150, 23 juin

« Dias » et les siens accordent à Guilhem « Gula » et à sa famille la lausime d'un manse chargé d'un cens annuel de 12 deniers ug., qu'ils ont acquis d'eux contre une acapte de 5 sous de même monnaie dans leur condamine, au faubourg Saint-Vincent de Carcassonne. En cas de sous-accensement fait en vue de bâtir, ils garderont le cens, mais donneront à « Dias » la moitié de l'acapte.

164 [163]
1150, 16 septembre

« Dias » et les siens accensent à Guilhem « Gula » et à sa famille un terrain à bâtir dans leur condamine, au bourg Saint-Vincent [de Carcassonne] moyennant un cens annuel de 12 deniers ug. et une acapte de 2 sous. S'ils le donnaient à bâtir, ils garderaient le cens, mais devraient verser à Dias la moitié de l'acapte.

165 [164]
1181 (?), 30 novembre

Guillelma, fille de feu Roger de « Torena », Raimonde, veuve d'Etienne de « Torena » et ses fils, abandonnent à la milice du Temple une terre qu'ils tenaient dans « l'honneur » du Temple, au terroir de Brucafel, et reçoivent pour cet abandon 5 sous Ugonencos ou Ugonencs, et un demi setier de fèves.
Le 30 novembre est un dimanche en 1180, un lundi en 1181. Le copiste a-t-il oublié un trait en recopiant le millésime ?

166 [165]
1171, 13 mai (?)

Raimond Guilhem et son frère donnent aux frères du Temple leur part, c'est-à-dire la moitié, de droits sur Bernard Prodet de Monze, sa femme, leur descendance et les tenures qu'ils tiennent d'eux.
Le 13 mai (3 avant les ides) est un jeudi en 1171, un samedi en 1172. Sans doute erreur du copiste.

167 [166]
1183 (n. st.), 3 janvier

Arbitrage par Oton, évêque de Carcassonne, et ses assesseurs, du différend qui opposait les frères du Temple à ceux de l'Hôpital de Carcassonne au sujet d'une terre dans le terroir de Brucafel, que les premiers revendiquaient comme étant leur bien. Il est décidé que le tenancier de cette terre donnera deux tiers de toutes ses redevances au Temple et un tiers à l'Hôpital.

168 [167]
1180 (n. st.), 12 février

Pierre Novelli, fils de Pierre Vidal (Vitalis), homme du Temple, reconnaît sa dépendance, celle de ses enfants et de ses biens envers la milice, à laquelle il verse annuellement pour la reconnaissance de l'hommage (homininium) 2 de Melgueil, et sous la garde de qui il se place, lui, sa famille et ses biens.

169 [168]
1181 (n. st.), [5, 12 ou 19] mars

Roger Trencaire, sa sœur Ermessen [Ermessendis] et ses enfants vendent aux frères de la milice deux pièces de terre et une vigne dans le terroir de Saint-Génies de Brucafel, pour 5 sous Ugonencos ou Ugonencs, et rien de plus.

170 [169]
1176, 29 mars

Arnaud Joffré (Gaufredi) lègue à la milice du Temple 60 de Melgueil, avec la quarte et la seigneurie (dominium) de la terre que Pierre Salomon tient de lui dans le terroir de Saint-Vincent [de Carcassonne].

171 [170]
1132, 1er avril

Roger de Béziers et ses frères, Raimond Trencavel et Bernard Aton, donnent au Temple en franc alleu, avec le consentement de leur mère Cécile, vicomtesse [de Carcassonne] et l'approbation de leurs barons, un homme nommé Pons le Gascon (Gascus), sa famille, et le manse où ils demeuraient sous les murs de Carcassonne; les donateurs renoncent aussi à tous les services qu'ils requéraient d'eux, et leur octroient la liberté d'habiter où ils voudraient.
C. Copie faite le 28 mars 1188 par Pierre Barravus de alia carta que est in potestate fratrum Templi (donc postérieure au Cartulaire, et moins bonne), Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, liasse 30 (anc. Carcassonne, liasse 1, nº 1).
PUBLIé: DU BOURG, Ordre de Malte, Histoire du grand prieuré de Toulouse, p.j. CXIV, p. LXXIV-LXXV, d'après C.
D'ALBON, Cartulaire général..., nº XLIV, p. 33, en partie d'après C.

172 [171]
1134, 7 août

Cécile, vicomtesse [de Carcassonne] et ses trois fils, Roger [de Béziers], Raimond Trencavel et Bernard Aton, donnent à la milice du Temple l'alleu qu'ils possédaient dans la « villa » et le terroir de Gaure avec les droits seigneuriaux (seniorivum) qu'ils avaient sur les tenanciers de cet alleu.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général....., nº LXXXVI, p. 65.

173 [172]
1150, 25 octobre

Arnaud de Gaure se donne lui-même comme confrère du Temple et donne aussi « l'honneur » qu'il possédait dans la « villa » et le terroir de Gaure — excepté l'église qu'il tenait en fief de Pierre de Pomas — que la milice avait libéré d'un gage de 324 sous Ugonencos ou Ugonencs, 90 de Melgueil, 3 muids d'orge et un muid et 5 setiers de froment. Il donne à la milice ses deux jeunes fils pour qu'ils soient vêtus et nourris par elle.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº DXCIV, p. 365-366.

174 [173]
1136 (n. st.), 25 janvier

Arnaud de Gaure échange avec Raimond son frère sa moitié de deux alleux qu'ils possèdent ensemble, l'un à Pomas, l'autre à Gaure, de plusieurs champs et d'un jardin, et un de ses hommes de Gaure avec ses tenures, contre la moitié des fiefs indivis entre eux, 40 de Melgueil, et l'abandon par Raimond des gages qu'il lui avait fournis.
B. Autre transcription sous le nº 176 [175].
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº CXVI, p. 82.

175 [174]
1138, 21 juin

Raimond et Arnaud de Gaure donnent aux frères de la milice leurs personnes et « l'honneur » avec tous ses droits qu'ils possédaient dans les « villae » et terroirs de Gaure et de Pomas. Ils reconnaissent que cet « honneur » a déjà fait l'objet d'une première donation et qu'il a été libéré de ses gages par le Temple.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CLXIII, p. 114.

176
1136 (n. st.), 25 janvier

Arnaud de Gaure et Raimond son frère échangent différents biens.
Cet acte est identique à l'acte figurant dans le cartulaire, fol. 128 vº-129 rº, sous le nº 174, à part quelques menues variantes. Voir nº 174.

177 [176]
1150, 7 avril

Raimond Arnaud, Pons Tessier (Textori) et leurs familles vendent aux frères du Temple les deux moitiés d'une vigne située à « Castelar » pour 2 setiers de froment, 2 setiers d'orge et une mesure (migeriam) de fèves.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº DLXXXI, p. 357-358.

178 [177]
1150, 7 avril

Amélie Castela et sa fille vendent à la milice du Temple une vigne à « Podii Dadmir », pour trois émines de blé, un setier de froment et une émine d'orge.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº DLXXVIII, p. 356-357.

179 [178]
1150, 7 avril

Etienne de la Combe (de Coma) et les siens vendent aux frères du Temple leurs droits sur une vigne à « Podio Dadmir » pour une émine d'orge.
PUBLIé: d'ALBON, Carlulaire général...., nº DLXXIX, p. 357.

180 [179]
1150, 7 avril

Arnaud de Montirat et les siens vendent à la milice du Temple leurs droits sur une vigne à « Podio Dadmir », pour 2 setiers de froment et une émine d'orge soit une valeur de 4 sous Ugonencos ou Ugonencs, et 7 deniers.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº DLXXX, p. 357.

181 [180]
1137, 11 octobre

Arnaud de Gaure fait don à Arnaud de Bedocio, à Raimund de Gaure et à leurs confrères du Temple, de lui-même comme confrère et de « l'honneur » qu'il possédait dans la « villa » et le terroir de Gaure, excepté l'église qu il tenait en fief de Pierre de Pomas.

182 [181]
1167, 1er novembre

Raimond de Gaure confirme par serment aux frères de la milice la donation que leur avait faite son père, Arnaud de Gaure, de son « honneur », moyennant 100 sous et un droit de jouissance viagère.

183 [182]
1148, 5 octobre

Pons de Pomas et les siens échangent avec les frères du Temple trois terres dans le terroir de Gaure contre une terre dans le terroir de Pomas.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº DXXXIII, p. 329.

184 [183]
1146, 13 décembre

Garsen (Guarsendis) et ses enfants vendent à la milice du Temple une vigne soumise à la quarte qu'ils tenaient d'elle dans le terroir de Gaure, pour 3 setiers et une émine d'orge et 3 émines de froment représentant une valeur de 5 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXVII, p. 263.

185 [184]
[1134, 25 mars-1135, 24 mars]
. Au monastère de Sainte-Marie-d'Alet.
Bernard, abbé de Saint-Hilaire, conteste une donation faite à la milice.
Voir Cartulaire C, nº 6 (sous la date de 1133).

186 [185]
1136, 27 janvier

Pons de Pomas et les siens échangent avec le Temple une terre dans le terroir de Saint-Etienne de Gaure, contre une autre dans le terroir de Pomas.
Le 27 janvier (6 avant calendes de février) est un lundi en 1136. Il n'y a pas à corriger en nouveau style. Exemple de style pisan.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº CXVII, p. 82.

187 [186]
1148 (n. st.), 12 février

Arnaud de Gaure et ses fils renoncent aux droits qu'ils pouvaient avoir sur la moitié d'un manse, autrefois donné à la milice du Temple par Raimond, frère d'Arnaud, et qu'elle avait bâti.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº DIII, p. 310.

188 [187]
1162 (n. st.), 2 janvier

Raimond Amiel et les siens vendent à la milice du Temple une vigne qu'ils tenaient d'elle dans le terroir de Gaure, pour 9 sous Ugonencos ou Ugonencs, et 3 setiers de « blad » (soit en parties égales de froment, de fèves et d'orge).

189 [188]
1160, 24 mai

Alazaïs (Aladaicis) et les siens vendent aux frères de la milice une terre qu'ils tenaient d'eux dans le terroir de Gaure, pour 3 sous Ugonencos ou Ugonencs, et une émine d'orge.

190 [189]
1156 (n. st.), 12 mars

Raimond Amiel et son fils vendent à la milice du Temple une terre qu'ils tenaient d'elle dans le terroir de Gaure, pour 3 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.

191 [190]
1145, 12 mai

Arnaud de Gaure donne aux chevaliers du Temple « l'honneur » qu'il avait dans les « villae » et terroirs de Pomas et de Gaure — Il fait cette donation, avec celle de lui-même, au cours de sa maladie.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº CCCLIV, p. 228.

192 [191]
1159, 27 mars

Raimond Amiel, son fils et leurs familles vendent à la milice du Temple un terrain à bâtir qu'ils tenaient d'elle dans la « villa » de Gaure, pour 3 sous Ugonencos ou Ugonencs, de Carcassonne en monnaie octena.

193 [192]
1155, 25 mars-1156, 24 mars

Raimond d'Espagne (Ispania) et les siens vendent au Temple une terre (à Gaure) pour 4 sous Ugonencos ou Ugonencs,

194 [193]
1158, 25 avril (?)

Arsen (Arsendis) et ses enfants vendent au Temple un honneur qu'ils avaient dans le terroir de Gaure, pour 2 sous Ugonencos ou Ugonencs,
Le 25 avril (7 avant calendes de mai) est un mercredi en 1156, jeudi en 1157, vendredi en 1158 samedi en 1159. Sans doute erreur du copiste.

195 [194]
1156 (n. st.), 11 janvier (?)

Pons Sutor et sa famille donnent aux frères du Temple une sétérée de terre moyennant une émine de blé (enona) d'une valeur de 14 deniers ug.
En 1155, le 11 janvier (3 avant les ides) est un mardi, et un mercredi en 1156. Sans doute erreur du copiste.

196 [195]
[1155, 25 mars-1156, 24 mars]

Pierre Oliba et ses enfants vendent à la milice du Temple, pour 9 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie de Carcassonne, deux sétérées de terre qu'ils avaient acquises pour 6 sous Ugonencos ou Ugonencs, et une émine de froment.

197 [196]
1156 (n. st.), 3 février

Guilhem, fils de Pierre Bernard, et ses sœurs vendent aux frères du Temple une sétérée de terre pour 3 sous et 4 deniers ug.

198 [197]
1156 (n. st.), 3 février

« Esmerada » et sa famille vendent aux frères du Temple une terre pour 4 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie de Carcassonne.

199 [198]
1151 (n. st.), 22 février

Bernard Sesmon du Bézu donne son âme et son corps, et 1.000 de Melgueil pour subvenir aux besoins de la milice, aux frères de cette même milice du Temple, qui le reçoivent dans leur fraternité et lui remettent en viager un honneur qu ils possédaient dans la « villa » d'Espéraza, que Bernard s'engage à faire valoir selon ce contrat.

200 [199]
1137 (n. st.), 25 mai

Donations faites à la milice, concernant le château (castellum) de Pieusse: a. Raimond de Saint-Martin et sa femme donnent un manse, un colombier et une vigne qu'ils y possédaient;
b. Géraud, Pierre Falchet, Arnaud de Cépie et leurs familles cèdent ce qu'ils possédaient dans cette vigne;
c. Borrel de Pieusse donne un terrain à bâtir limité par des croix;
d. Ysalguier (Udalgerius) et Bernard de Pieusse, Bernard de Blanchefort, Raimond de Duno et Pons de Duno, Arnaud et Raimond de Blanchefort donnent les fiefs que Raimond de Saint-Martin tenait d'eux.
Le 25 mai est un mardi en 1137, et un mercredi en 1138. Exemple de style pisan.

201 [200]
[25 mai 1137] ?

Géraud (Guirallus) de Marseille et ses frères, sa sœur Saixa et le mari de celle-ci donnent à leur sœur Ermessen (Ermessendis) et à Raimond de Saint-Martin son mari le champ ayant appartenu à leur père et une fache de terre dans le terroir de Notre-Dame de Marseille.
Les bénéficiaires de cette donation, ainsi que le témoin Udalgier de Pieusse, apparaissent comme donateurs dans l'acte précédent; Arnaud et Bernard de Villeneuve sont témoins des deux actes.
202 [201]
[6 mai 1138, ou 5 mai 1139] ?

Ermessen (Ermessendis) et Raimond de Saint-Martin, son mari donnent au Temple les biens qu'ils ont reçus par la charte précédente, auxquels Ermessen ajoute une fache de terre qui lui appartient. Ses trois frères autorisent les chevaliers du Temple à moudre chaque semaine 4 setiers de blé dans leurs moulins contre la seule redevance de la panada fixée à une pojeria...
L'acte est postérieur au précédent. Le parchemin déchiré laisse apercevoir un jambage avant nonas mai, feria VI: ceci peut désigner le VI nonas, 2 mai, vendredi en 1141; ou le IIII nonas, 4 mai, vendredi en 1145; ou le III nonas, 5 mai, vendredi en 1139 et 1144; ou encore le II nonas, 6 mai, vendredi en 1138.

203 [202]
1142, 2 septembre

Guilhem « Macota » et ses frères établissent un accord avec la milice du Temple, par lequel ils lui donnent divers biens (?) le long de l'Aude en échange de 50 sous Ugonencos ou Ugonencs, abandonnent en sa faveur leurs prétentions sur un « honneur » ayant appartenu à Guilhem Ot (Otonis) dans la « villa » et le terroir d'Espéraza, et renoncent aux prélèvements de taille et d'avoine qu'ils faisaient sur les hommes du Temple.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLXVII, p. 176.

204 [203]
1159, [3, 10, 17, 24] novembre

Guilhem d'Alaigne et ses enfants confirment à la milice du Temple la donation qu'ils avaient faite autrefois d'une partie de leur « honneur » situé dans les « villae » et terroirs des Bernois, de Casalrevin, de « Eisocias » et de « Espéraza », ainsi que de Raimond de « Eisocias » demeurant à « Torrelas. » Ils s'engagent par ailleurs à ne réclamer aucune redevance servile (servile servicium) dans cet « honneur. »

205 [204]
1140 (n. st.), 28 février

Pons et Guilhem son frère donnent en alleu à la milice divers biens qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir d'Espéraza: trois hommes avec leurs familles, leurs manses et leurs tenures; un établissement de meunerie (molnare); un champ et une terre; ils reçoivent pour ce don 15 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº CCIII, p. 141.

206 [205]
1148 (n. st.), 14 février

Pierre de Saint-Jean et son frère Bonet de Rennes donnent au Temple « l'honneur » qu'ils possédaient dans les « villae » et terroirs d'Espéraza, des Bernois, de « Castelono » et de Gaure, qu'ils lui avaient déjà donné huit ans auparavant, à l'exception des biens donnés par Bonet à sa fille.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº DIV, p. 311.

207 [206]
1147 (n. st.), 14 mars

Pictavina, son mari Pons Géraud et leurs enfants abandonnent la part de l'honneur qui fut à son père, Raimond de « Blancafort », dans le terroir de Pieusse, et que le Temple tient maintenant; ils renoncent aux prétentions qu'ils élevaient sur la part tenue par Amiel Borssela et les siens. Ils reçoivent 23 sous Ugonencos ou Ugonencs, en aumône pour cet abandon.
A. Original (ou copie XIIe siècle), Douzens, liasse 37 (anc. Magrian, liasse 1, nº 7).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº CCCCXXXV, p. 271-272, d'après A.
Cartulaires des Templiers de Douzens — Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff — Paris, Bibliothèque Nationale — 1965

Actes du Cartulaire de Douzens — Cartulaire B

1
1136 (n. st.), 18 mars

Divers alleutiers donnent aux frères du Temple des terres, jardins et prés situés aux Cours. Ceux-ci leur en rendent la moitié sous l'obligation de la faire fructifier et de payer l'agrier, et ils énumèrent les conditions sous lesquelles les alleutiers et leurs hommes pourront habiter la « villa » des Cours, parmi lesquelles le versement d'un cens annuel de 4 deniers pour chaque manse tenu par eux ou par leurs hommes.

2
1147 (n. st.), 14 février

Guilhem de Clermont et Raimond de Rieux abandonnent aux frères de la milice les droits de garde (batlia) et de pâturage qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir des Cours et dans le terroir de Layrou. Ils ajoutent une clause portant sur la réparation des dommages causés par les hommes ou les animaux du Temple dans leurs labours.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXXVIII, p. 267-268.

3
1147 (n. st.), 15 février

Anglaise, dite Arlota, et Bernard de Montirat son mari donnent aux frères du Temple les droits de garde (batlia) et de pâturage qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir des Cours et le terroir de Layrou. La clause relative à la réparation des dommages que pourraient causer les hommes ou les animaux du Temple est identique à celle de la charte précédente, mais incluse dans le corps de l'acte.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens 34 (anc. Cours, liasse 1, nº 7).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXXIX, p. 268-269, d'après A.

4
1147 (n. st.), 17 février

Pierre de Clermont, ses frères et leurs enfants, Bernard de Villar et ses enfants abandonnent aux chevaliers du Temple les droits de garde et de pâturage qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir des Cours et dans le terroir de Layrou. Mêmes stipulations que dans les deux chartes précédentes.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens 34 (anc. Cours, liasse 1, nº 7).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXXX, p. 269, d'après A.

5
1147 (n. st.), 24 mars

Raimond de Clermont, son frère et leurs familles abandonnent au Temple les droits de garde et de pâturage qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir des Cours et dans le terroir du Layrou.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens 34 (anc. Cours, liasse 1, nº 6).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCXXXVIII, p. 274, d'après A.

6
1167, [7, 14, 21, 28] août

Raimond Sicfré (Sicfredi) de Fabresan et les siens abandonnent au Temple les droits de garde (batlia) et de pâturage qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir des Cours et dans le terroir de Layrou, sous la réserve que le Temple sera tenu de réparer les dommages causés dans leurs labours par ses hommes et ses animaux.

7
1164, 1er juin

Isalguier (Udalgerius) et sa famille échangent avec les frères du Temple deux terres et un terrain contre une autre terre, le tout situé dans le terroir des Cours et tenu en fief du prieur de Saint-Etienne [du Mas], avec le consentement de qui l'échange a été conclu.

8
1162, 12 juillet (?)

Pierre d'Aragon, prévôt de Saint-Etienne du Mas, et les frères du Temple se soumettent à la sentence rendue par Pons, évêque de Carcassonne, et ses assesseurs au sujet du différend qui les avait opposés:
1º sur la première moitié des dîmes du terroir des Cours, le prévôt recevra le 1/3 de ce qui est prélevé sur les produits du sol, excepté ceux qui proviennent de la maison du Temple; l'autre moitié sera pour lui;
2º les troupeaux des Templiers ne devront pénétrer ni dans la « culture » de Saint-Etienne, ni dans les bois mis en défens;
3º l'église Sainte-Marie des Cours sera desservie par le clergé de Saint-Etienne selon les dispositions prescrites.

9
1138, 27 septembre

Raimond, évêque de Carcassonne et les chanoines de Saint-Nazaire donnent à la milice la dîme prélevée aux Cours sur les produits de son jardin et sur ses animaux, et souhaitent que les frères se comportent en « amis » avec les clercs du voisinage.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CLXVI, p. 115-116.

10
1148, 21 septembre

Dame Mathilde, son fils, sa sœur et son neveu donnent à la milice du Temple « l'honneur » qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir des Cours et dans le terroir de Layrou comprenant des terres et des droits seigneuriaux sur les hommes et sur elles.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº DXXXI, p. 327-328.

11
1139, 26 juin

Pierre Hugue et les siens vendent à la milice du Temple leur manse situé près de l'église Sainte-Marie des Cours avec son jardin, sa prairie, son aire et son grenier, et la part qu'ils avaient du champ d'Ilzino, pour 20 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena; ils lui accordent le droit de « retorn » sur un autre alleu au cas où leur frère ferait opposition à la vente.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CXCI, p. 133.

12
1162, 30 mars-1163, 22 mars

Raimond le Gascon (Guasco) et les siens échangent avec les frères du Temple leur alleu de la « villa » et du terroir des Cours et du Layrou contre une pièce de terre située à Bordet, dans le terroir de Capendu.
Faute de précision sur le mois, nous datons cet acte en utilisant le style de l'Annonciation, d'après le calcul florentin, comme nous l'y autorisent les exemples connus du scribe Guilhem de Ferrals. Cf. Introduction.

13
1154, 27 septembre

Guilhem d'Escau et Pierre l'Ermite, son frère, vendent au Temple pour 40 sous Ugonencos ou Ugonencs, avec l'assentiment de Pierre de la Mote (de ipsa Mota), « l'honneur » qu'ils possèdent avec les enfants de leur frère Raimond Auriol décédé dans les « villae » et terroirs des Cours et du Layrou. Au cas où les enfants de Raimond Auriol s'opposeraient à la vente, Pierre de la Mote donnerait au Temple en alleu les quartes de six arpents de vigne que les deux frères tiennent de lui.

14
1142, 10 juillet

Pierre Bernard des Gazals et les siens vendent aux frères du Temple, pour 50 sous Ugonencos ou Ugonencs, « l'honneur » qu'ils possédaient dans la « villa » et le terroir des Cours et dans le terroir du Layrou.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLXV, p. 175.

15
1160, 11 octobre

Roger et sa famille vendent aux frères de la milice une de leurs terres située dans le terroir du Layrou, à Boucocers, pour 30 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.

16
1158 (n. st.), 13 janvier

Bernard Azalbert (Adalberti) de Fontiès, son fils et leurs familles donnent en alleu au Temple « l'honneur » qu'ils possédaient au Layrou et une sétérée de terre à froment à Boucocers, dans le terroir des Cours, et reçoivent de lui un don « charitable » de 30 sous Ugonencos ou Ugonencs.

17
1158 (n. st.), 5 mars (?)

Bernard Azalbert (Adalbertus) et les siens vendent en alleu aux frères du Temple « l'honneur » qu'ils avaient au Layrou et une sétérée de terre à froment à Boucocers dans le terroir des Cours, pour 30 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
Cette charte contient les mêmes stipulations que la précédente.
En 1158, le 3 des nones de mars, ou 5 mars, est un mercredi (et un mardi en 1157). Il y a donc erreur du scribe ou du copiste.

18
1147, 21 octobre

Pierre de la Mote et les siens donnent aux frères de la milice « l'honneur » qu'ils avaient dans la « villa » et le terroir des Cours et au Layrou, composé de terres et de redevances dues par elles et par les hommes, et reçoivent une aumône de 20 sous Ugonencos ou Ugonencs, en monnaie octena.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLXXIV, p. 296.

19
1164 (n. st.), 9 janvier

Les frères du Temple échangent avec Bernard Roger, Roger et Suau une terre aux Cours à charge de labour et d'agrier, contre trois terres du terroir du Layrou.

20
1167, 22 mai

Pierre d'Escau fait don au Temple de sa personne et de « l'honneur » qu'il possédait dans la « villa » et le terroir des Cours et dans le terroir du Layrou, pour recevoir de lui nourriture et vêtement comme un des frères du Temple.

21
1162 (n. st.), 29 janvier

Les frères Bernard, Arnaud et Pons Rainard abandonnent en faveur de la milice du Temple leurs prétentions sur une terre située dans le terroir des Cours, et reçoivent d'elle une aumône de 6 de Melgueil

22
1157, 14 octobre

Roger de Montirat et les siens donnent aux frères du Temple la moitié d'un établissement de meunerie qu'ils possédaient avec eux à la Lausa de Passo, sur la Lauquette, dans le terroir des Cours et reçoivent pour ce don 20 sous Ugonencos ou Ugonencs.

23
1168, 16 mai

Bernard de Bon Effort (de Bono Esforc) et les siens vendent au Temple « l'honneur » qu'ils tenaient de lui dans les terroirs des Cours et de Mirailles, pour 8 sous Ugonencos ou Ugonencs.

24
1164, 20 mai

Richarde (Ricarda) donne avec sa famille aux frères de la milice son « honneur » dans la « villa » et le terroir des Cours et au Layrou, don pour lequel ils reçoivent tous 20 sous ug, en monnaie octena.

25
1164 (n. st.), 20 janvier

Pierre de Villefloure donne en alleu aux frères du Temple un droit de-gîte pour trois chevaliers, dont il jouissait dans le manse et « l'honneur » de Bernard d'Escau.

26
1168(n. st.), 29 janvier

Pierre d'Aragon, prieur de Saint-Etienne du Mas, remet aux frères du Temple une pièce de terre à Villarzel, dans le terroir du Mas, qu'ils tiendront de lui et des chanoines de Saint-Nazaire, à charge de la défricher, de la labourer, de payer la moitié de l'agrier, la dîme et les prémices soit en gerbes, soit en grain.

27
1168, 10 octobre

Bernard Roger et Roger son frère vendent en alleu tout ce qu'ils possèdent dans le dîmaire des Cours pour 40 de Melgueil

28
1168, 4 avril

Bernard Etienne et les siens s'engagent à donner aux frères du Temple, chaque année à Noël, 12 deniers ug. de plus que ce qu'ils avaient accoutumé de leur donner comme redevance (usaticum) habituelle.

29
1182, 3 novembre

Pierre d'Escau, avec l'accord de son fils, donne en alleu à la milice du Temple « l'honneur » qu'il possédait à Carcassonne et dans son terroir, au Mas, à Escau, à Palajanel, à Gaja, à Marseillens, à Serce, à Villa Panor et à Villalbe, c'est-à-dire tout ce qu'il y tenait à titre de droit ou de coutume.

30
1182, 6 novembre

Raimond d'Escau, ayant déjà donné au Temple son « honneur » des Cours où il s'était seulement réservé pour la durée de sa vie 2 setiers de froment chaque année, lui vend en alleu pour 10 sous Ugonencos ou Ugonencs, ces 2 setiers annuels.

31
1161, 6 novembre

Arnaud de Clermont et les siens donnent en alleu au Temple leur « honneur » de Mirailles comprenant des terres, des revenus et des droits sur ces terres, et reçoivent une aumône de 20 de Melgueil

32
1168, 24 septembre

Séguier de Peyriac, Payenne, et leurs familles, Pierre Séguier et son frère Hugue donnent aux frères de la milice tout ce qu'ils possédaient dans les terroirs de Valséguier et de Mirailles et reçoivent du Temple pour ce don une aumône de 3 sous Ugonencos ou Ugonencs.

33
1168, 17 décembre

Hugues de Trèbes et les siens, Arnaud le Clerc, diacre, donnent aux frères de la milice les biens qu'ils possèdent dans le terroir de Valséguier, renoncent à « l'honneur » qu'ils revendiquaient d'eux dans le terroir de Mirailles et qu'ils avaient partagé par moitié avec leur cousine, et reçoivent du Temple une aumône de 12 sous Ugonencos ou Ugonencs,, un muid et 2 setiers d'orge.

34
1163 (ri. st.), 7 janvier

Raimond de Rieux, Chabert (Xatbertus) et leurs familles, Sicard frère de Chabert abandonnent à la milice du Temple « l'honneur » qu'ils revendiquaient à Mirailles, à l'exception des dîmes et prémices qu'ils retiennent pour eux, et reçoivent d'elle pour cet abandon une aumône de 4 setiers de blé (triticum) et 4 d'orge.

35
1162, 27 octobre

Guilhem de Clermont et son frère Bertrand donnent en alleu au Temple tous les biens qu'ils possèdent dans le terroir de Mirailles, et reçoivent une aumône de 5 sous Ugonencos ou Ugonencs.

36
1168, 5 avril

Guilhem Pons de Clermont donne en alleu au Temple tout ce qu'il possède dans le terroir de Mirailles et reçoit une aumône de 5 sous Ugonencos ou Ugonencs.

37
1157, 14 octobre

Bérenger de Barbaira et les siens, et dame Lombarde sa mère, donnent en alleu à la milice du Temple leurs droits sur un établissement de meunerie qu'elle tient dans le terroir des Cours, sur la Lauquette, et reçoivent une aumône « charitable » de 6 sous Ugonencos ou Ugonencs.

38
1162, 26 mars

Raimond Séguier de Barbaira, reconnaissant que son père, Bernard Séguier, a fait don à la milice du Temple de « l'honneur » qu'il possédait dans le terroir de Mirailles, confirme cette donation et reçoit de la milice une aumône de 3 sous Ugonencos ou Ugonencs.
En 1162, le 26 mars tombe bien un lundi; le millésime a donc changé ici avant cette date. Le style employé n'est pas celui de Pâques, qui tombe le 8 avril, mais bien plutôt celui de l'Annonciation, d'après le calcul florentin.

39
1164, [3, 10, 17, 24, 31] décembre

Arnaud le Clerc (Clericus) de Trèbes avec sa famille et Hugue son cousin, Alazais fille de feu Pierre le Bègue et les siens abandonnent aux frères du Temple les droits qu'ils avaient sur une terre située dans le terroir des Cours, près de la Boissère, et reçoivent d'eux pour cet abandon 4 sous Ugonencos ou Ugonencs.

40
1158 (n. st.), 27 février

Pierre Bérenger, son frère Amiel, Bernard Rossel (Rosselli), son fils Jean, Benoît et leurs familles vendent à la milice du Temple un bief (cabedalem) situé dans leur « honneur » à Val-Séguier, qu'elle a construit en amont, sur la Lauquette, et reçoivent d'elle pour l'avantage (lucrum) qu'ils lui ont ainsi consenti, 2 sous et 4 deniers ug.

41
1168, 5 décembre

Raimond Séguier approuve pour lui et sa postérité la donation faite par son père à la milice de son « honneur » de Valséguier, et reçoit d'elle pour cet abandon une aumône de deux setiers de froment.

42
1167, 20 septembre

Raimond Sicfré (Sicfredi) et les siens donnent au Temple leur part, c'est-à-dire le sixième de « l'honneur » qu'ils avaient dans les terroirs de Molières et de l'Ourtigue avec les autres co-possédants (pariarii), et reçoivent pour ce don une aumône de 25 de Melgueil, bien qu'il s'agisse d'une donation pieuse.

43
1166 (n. st.), 31 octobre

Raimond de Villar et les siens, Saurine sa parente et les fils de celle-ci donnent au Temple leur part, à savoir le sixième, des biens qu'ils possédaient avec les seigneurs de Villar dans les terroirs de Molières, de l'Ourtigue et de Monthaut, à l'exception d'un champ et d'une modiata de terre qu'ils retiennent en alleu, sous la réserve que, s'ils étendent leurs labours, ils devront l'agrier au Temple; ils reçoivent de lui pour ce don 6 sous Ugonencos ou Ugonencs.
La concordance du 31 octobre avec un lundi s'observe en 1166. Le rédacteur de l'acte semble avoir utilisé le style de l'Annonciation selon le calcul pisan.

44
1163 (n. st.), 27 février

Pierre de Villar, son frère Raimond et leurs familles donnent au Temple leur part, c'est-à-dire le sixième, des agriers qu'ils possédaient avec les seigneurs de Villar dans la « villa » et le terroir de Molières et dans le bois de l'Ourtigue; ils reçoivent du Temple pour ce don 4 setiers de froment et 4 setiers d'orge.

45
1167, 11 décembre

Isalguier de Villar et Pierre-Raimond son frère donnent au Temple leur part, c'est-à-dire le huitième, des droits qu'ils possédaient dans le terroir de Molières, et reçoivent en aumône du Temple 10 sous Ugonencos ou Ugonencs., bien qu'il s'agisse d'une donation pieuse.

46
1160, 25 juillet

Isarn, frère du Temple et fils de Laurette, établit avec son cousin Pierre de Capendu un accord au sujet de « l'honneur » qu'il avait hérité de sa mère et de son oncle dans les « villae » et terroirs de Molières, Villefloure et Licairac: Pierre le tiendra moyennant le versement au Temple d'un cens annuel d'un setier de froment et d'un setier d'orge; s'il ne donnait pas ce cens, Isarn le retiendrait sur les agriers de l'honneur.

47
1163, 1er avril

Isarn, commandeur des Cours, donne à Pierre Corneille et à sa famille une modiata de terre à froment à Molières, soumise à l'agrier sur les fruits; le droit d'acapte est de 6 deniers ug.

48
1169 (n. st.), 7 janvier

Raimond de Rieux et les siens donnent aux frères de la milice tout ce qu'ils possèdent dans le terroir de Molières, et reçoivent d'eux une aumône de 5 de Melgueil

49
1169, 28 août

Pierre Bérenger d'Arques, Amiel son frère, Bernard Rossel et leurs familles, Pierre Gilles (Gili), ses frères et sa sœur donnent en alleu au Temple le manse et cinq pièces de terre qu'ils possédaient dans le terroir de Valséguier, et reçoivent de lui une aumône de 55 sous Ugonencos ou Ugonencs.

50
1169, 28 août

Ricsen (Ricsendis), fille de feu Bérenger d'Arques, et les siens donnent au Temple une pièce de terre appartenant au terroir de Valséguier, et reçoivent de lui une aumône de 5 sous Ugonencos ou Ugonencs.

51
1170, 10 septembre

Bernard de Fontiès et sa famille vendent aux frères du Temple « l'honneur » qu'ils avaient à Cerdaniola, dans le dîmaire de Peyremale, pour 200 de Melgueil

52
1170 (n. st.), 5 janvier

Alazaïs (Aladaidis), avec le consentement de son frère et de son mari, Bernard la Vignière (Lavineria), donne aux frères de la milice « l'honneur » quelle a hérité de sa mère dans le terroir de Peyremale et possède avec Bérenger de Tourouzelle et les enfants de Bernard de Villetritouls; elle reçoit de la milice une aumône de 20 sous melg, et 4 sous Ugonencos ou Ugonencs.

53
1169, 4 septembre

Sicard de Rieux donne aux frères du Temple tout ce qu'il possédait dans le terroir de Molières et reçoit d'eux une aumône de 12 deniers melg.

54
1169, 16 juin

Isalguier de Clermont reconnaît qu'il possède sans partage avec d'autres hommes « l'honneur » qu'il a hérité de son père dans les terroirs de Molières et de l'Ourtigue. Il le cède, lui et les siens, au Temple à charge de labour et d'un usage (usaticum) annuel d'un demi-setier de froment et d'un demi-setier d'orge; l'acapte donnée par la milice est de 2 sous Ugonencos ou Ugonencs.

55
1168 (n. st.), 21 octobre

Rangis et son fils, Audiard (Aldiardis) et son mari donnent à la milice du Temple une pièce de terre appartenant au terroir du Layrou et reçoivent en aumône 12 brebis.
La concordance du 21 octobre avec un lundi s'observe en 1168. Le rédacteur du document a dû employer le style de l'Annonciation, d'après le calcul pisan.

56
1170, 11 avril

Guilhelma donne aux frères de la milice tout ce qu'elle possédait dans le terroir de l'Ourtigue, et reçoit d'eux une aumône de 12 deniers ug.

57
1168, 5 août

Arnaud de Villelaur et sa famille vendent aux frères du Temple les terres, droits et redevances qu'ils possédaient dans le terroir de Peyremale pour 300 de Melgueil

58
1169, 23 octobre

Pierre d'Escau fait don au Temple de la part de « l'honneur » qu'il possédait avec ses frères dans le terroir de Raissac, c'est-à-dire le 1-12.

59
1168, 27 mars. — 1169, 19 mars

Guilhem « Esforcad" et sa femme vendent aux frères du Temple « l'honneur » qu'ils tenaient d'eux dans le terroir des Cours, et reçoivent pour cela 15 sous Ugonencos ou Ugonencs.
Faute de renseignements chronologiques plus précis, nous datons cet acte en utilisant le style de l'Annonciation, suivant le calcul florentin.

60
1174 (n. st.), [1, 8, 15, 22] février

Chinberga et ses enfants vendent à la milice du Temple ce qu'ils possédaient dans le terroir de Valséguier, le long de la Lauquette, et un champ dans le terroir de Fajac, le tout pour 33 sous 1/2 ug., 2 setiers de froment et 2 setiers d'orge.

61
1171 (n. st.), 23 décembre

Pons de Bransac et ses frères vendent au Temple, pour 31 sous Ugonencos ou Ugonencs. en monnaie octena, 5 pièces de terre appartenant au terroir de Valséguier, dont deux sont soumises à l'agrier, auquel le Temple restera tenu.
La concordance du 23 décembre avec un jeudi s'observe en 1171. Le scribe rédacteur du document a dû utiliser le style de l'Annonciation d'après le calcul pisan.

62
1172, 21 août

Bernard Rainard et Jean Rainard vendent à la milice du Temple pour 20 sous Ugonencos ou Ugonencs. leur part de tous les agriers et droits seigneuriaux sur deux terres qu'elle tient d'eux, à savoir le 1/4, et sur une terre dont ils partagent avec elle la seigneurie, ainsi qu'une autre terre environnée de toutes parts par « l'honneur » du Temple, le tout au terroir de Valséguier.

63
1172, 1er mai

Jean Laurent et les siens vendent au Temple pour 13 sous Ugonencos ou Ugonencs. deux terres qu'ils tiennent de lui dans le terroir de Valséguier; la seigneurie de l'une appartient par moitié à lui et aux Rainard, qui donnent leur consentement à cette vente.

64
1172 [4, 11, 18, 25] août

Bernard Rainard et sa famille, et Jean Rainard vendent à la milice du Temple une terre au terroir de Valséguier pour 10 sous Ugonencos ou Ugonencs.; Bérenger de Barbaira et les siens ont donné leur consentement à cette vente, et reçu un « forascapium » de 20 deniers.

65
1175, 26 juin

Séguier de Tourouzelle fait don aux frères de la milice de tout ce qu'il possédait dans le terroir de Molières, et reçoit d'eux « en amitié » une aumône de 5 de Melgueil

66
1175, 18 avril

Bernard Rainard et sa famille, et Jean Rainard vendent aux frères du Temple les agriers de 5 pièces de terre, une située dans le terroir de Mirailles, les quatre autres dans celui de Valséguier, pour 10 sous Ugonencos ou Ugonencs.; Guilhem de Bel Afaire et les siens ont donné leur consentement à cette vente et reçu le « forascapium. »

67
1172, novembre

Bernard de Miramon vend aux frères du Temple la part de droits qu'il possède dans les terroirs de Valséguier et de Mirailles, c'est-à-dire le 1/4, pour 30 de Melgueil

68
1176 (n. st.), 9 février

Guilhem Texier (Textor) et les siens vendent au Temple tout ce qu'ils possèdent dans les terroirs de Peyremale, Mirailles et Valséguier, pour 41 sous Ugonencos ou Ugonencs. en monnaie octena de Carcassonne. Raimond de Rieux a reçu un « forascapium » de 12 deniers.

69
1173 (n. st.), 20 mars

Pons Rainard donne en alleu au Temple sa part de l'honneur qu'il possédait avec son frère Arnaud dans les terroirs de Valséguier et de Mirailles.

70
1173 (n. st.), 20 mars

Arnaud Rainard et les siens vendent aux frères de la milice « l'honneur » qu'ils avaient dans les terroirs de Valséguier et de Mirailles, pour 4 setiers de froment, un setier d'orge et 2 sous Ugonencos ou Ugonencs. en monnaie octena.

71
1170, 19 novembre

Raimond le Bègue et les siens vendent à la milice du Temple une terre soumise à l'agrier sise à Valséguier qu'ils tenaient d'elle, pour un muid et 8 setiers d'orge.

72
1170 [1, 8, 15, 22, 29J septembre

« Dias » et ses enfants vendent au Temple « l'honneur » qu'ils possédaient dans la « villa » et le terroir de Molières, pour 15 sous Ugonencos ou Ugonencs.

73
1172 (n. st.), 4 janvier

Raimond de Cavanac donne aux frères du Temple, ce qu'il avait dans les terroirs de Molières et de Caux, que feu Isarn de Molières avait tenu de son père, et que Pierre de Capendu et son frère Séguier tenaient alors de lui.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens 33 (anc. Molières, liasse 1, nº 1 bis).
B et C. Copies de la fin du XIIe siècle, conservées dans le même carton (anc. Molières, liasse 1, nº 1 et nº 1 ter).
D. Copie du cartulaire B.

74
1173, 23 mai

Pons de Molières accorde divers dons au Temple: un homme, Guilhem de Rocaleda, les siens et sa postérité; le berger Guilhem et ses neveux, avec sa part des droits qu'il avait sur eux, à savoir les 3/4; 12 deniers de cens à prendre sur le manse que Bernard de Caux tient de lui; la part qui lui revient des agriers du terroir de Molières, les bois du même terroir, à l'exception d'un bosquet et des droits seigneuriaux. Il reconnaît par ailleurs que la milice a libéré cet honneur d'un gage de 50 de Melgueil

75
1172, 14 octobre

Raimond de Rieux et les siens donnent au Temple ce qu'ils possédaient dans le terroir de Peyremale, à l'exception des dîmes du blé et du vin. Raimond de Rieux se donne lui-même à la milice avec ses chevaux et ses armes, moyennant une rente viagère de 10 setiers de « blad », 6 setiers d'orge et 4 setiers de froment à chaque moisson tant qu'il mènera la vie séculière, et il reconnaît que le Temple a libéré « l'honneur » donné d'un gage de 165 de Melgueil

76
1181, 25 mai

Bernard de Faviès et les siens vendent au Temple leur part d'un « honneur » qu'ils possèdent avec lui et les frères de Bernard, dans le terroir de Peyremale, à savoir le 1/3, pour 5 sous Ugonencos ou Ugonencs., et lui accordent le droit de « retorn » sur un autre « honneur » que Bernard possède avec ses frères, dans le cas où ses sœurs feraient opposition à la vente.

77
1174, 29 septembre (?)

Arnaud de Villelaur reconnaît qu'il a vendu pour 300 de Melgueil « l'honneur » qu'il possédait dans le terroir de Peyremale et retenu à tort la cartam hereditariam de cet « honneur. » Il la restitue au Temple, reçoit de lui 100 de Melgueil en aumône, confirme la vente antérieure et prête serment de la respecter toujours.

78
1173, 9 février

Pierre de Cadoual, sa femme, ses cousins et cousines vendent à la milice du Temple ce qu'ils possédaient entre les chemins de Peyremale et Villèle, pour 12 sous Ugonencos ou Ugonencs. et un setier d'orge.
La concordance du 9 février avec un vendredi s'observe bien en 1173. Le millésime a donc changé avant cette date: le style employé par le rédacteur de l'acte est soit celui de Noël, soit plus vraisemblablement celui de l'Annonciation selon le calcul pisan.

79
1181, 25 mai

Guillelma abandonne, avec le consentement de son mari Pierre de Faviès, aux frères du Temple, contre 10 sous Ugonencos ou Ugonencs. et un setier de froment, la rente viagère d'un setier de froment et un setier d'orge qu'ils lui servaient chaque année pour « l'honneur » qu'elle leur avait vendu dans le terroir de Peyremale.

80
1173, 9 février

Raimond de la Gleisa (de Ecclesia) et les siens vendent aux frères de la milice, pour 18 sous Ugonencos ou Ugonencs., tout ce qu'ils possédaient dans le terroir de Peyremale.
En ce qui concerne la date, même remarque que pour le nº 78.

81
1174, 11 mars

Guilhem Agnet d'Arques et sa sœur Serena, avec le consentement de Sicard leur cousin, vendent pour 6 sous Ugonencos ou Ugonencs. la moitié de deux champs situés dans le terroir de Peyremale à la milice du Temple, qui percevra la moitié des agriers et remettra l'autre moitié aux seigneurs de Clermont.
En 1174, le 11 mars tombe bien un lundi. Le millésime a donc changé avant cette date: le scribe rédacteur de l'acte a utilisé soit le style de Noël, soit plutôt le style de l'Annonciation, selon le calcul pisan.

82
[...1060-1076...]

Pons Bernard et Isarn son frère, Roger et ses deux frères concluent un accord avec le monastère de Sainte-Foy [de Conques] et Pons, moine de ce monastère, devant Donat, prieur de Sainte-Marie de Lagrasse: ils donnent à Sainte-Foy, le terroir délimité par des croix et situé sur la colline où s'élève l'église Sainte-Colombe, l'église elle-même, sa dot, les dîmes, prémices et « l'honneur » sacerdotal; ils lui donnent aussi des champs et terres, un jardin et 3 arpents de vigne, qu'Aimon avait labourés, maintiennent pour les autres fonds le partage d'Aimon et Xairic, partagent par moitié les terres agrières, sauf celles que leur a remises Pons, le tout dans le terroir de Licairac. Pons leur remet deux vignes et une mésalhée de vigne en tenure et, dans la sauveté, il donne à chacune des deux familles un terrain à bâtir soumis à une redevance annuelle d'une livre de cire.

PUBLIé: a. G. DESJARDINS, Cartulaire de l'abbaye de Conques en Rouergue, Paris, 1879, nº 76, p. 71-73, d'après le texte du Cartulaire.
b. V. MORTET, Recueil de textes relatifs à l'histoire de l'architecture et à la condition des architectes en France au Moyen-Age, XIe et XIIe siècles, Paris, 1911, t. I, nº XLV, p. 153-154 (fragments, d'après Desjardins).
Parmi les personnages qui interviennent dans cet acte, le moine Pons apparaît plusieurs fois dans le Cartulaire de l'abbaye de Conques en Rouergue (éd. G. DESJARDINS, Paris, 1879): notamment comme rédacteur de deux actes, datés respectivement de 1060-1107 (nº 203, p. 172-173) et de 1065-1087 (nº 396, p. 293) ; il est par contre cité au passé dans un autre document des années 1087-1107 (nº 473, p. 343-344); en 1076, il porte le titre de sacrista altaris sanctae Fidis (nº 53, p. 53-54).
L'acte qui nous intéresse ici, et où Pons se dit seulement monachus Sancte Fidis, n'est vraisemblablement pas postérieur à cette dernière date.

83
1180, 4 octobre

Pierre, prieur de Sainte-Foi de Licairac, et les frères du Temple font échange des moitiés des quartes, quints, agriers et autres droits qu'ils percevaient dans le terroir de Licairac.

84
1180 (n. st.), 7 janvier (?)

Séguier (Sigerius) de Capendu donne « l'honneur » qu'il possédait dans la « villa » et le terroir de Licairac, à l'exception de la terre de l'Olivier, en raison des gages pour lesquels il la tient.
Sans doute erreur du copiste, pour VII idus januarii; le 6 janvier (VIII idus) tombe un dimanche en 1180.
85
1178, 24 août

Guillelma abandonne à la milice du Temple avec le consentement de son mari, la part que son oncle Pons de Molières lui avait donnée sur son « honneur » de Licairac, et reçoit une aumône de 12 sous Ugonencos ou Ugonencs. pour cet abandon. — Pons Miron et Arnaud Pons, fils de Dias, abandonnent au Temple le même honneur de leur oncle, Pons de Molières.

86
1182, 8 novembre (?)

Guillelma et son fils donnent aux frères de la milice 14 pièces de terre et 2 pièces de vigne appartenant à l'alleu qu'elle avait hérité de sa mère à Licairac; ils les tiendront désormais du Temple, à charge de les labourer, de payer l'agrier, de n'y réclamer aucun autre droit seigneurial, et de ne les transférer à personne sans le consentement de la milice.
Sans doute erreur du copiste, car il n'y a pas de VI nonas ; si on lit VI idus, le 8 novembre tombe bien un lundi en 1182.

87
1180 (n. st.), 12 janvier

Bernard Senfredi et les siens vendent en alleu au Temple la moitié d'une terre qu'ils possédaient avec lui dans le terroir de Licairac, pour 12 sous Ugonencos ou Ugonencs., un setier de froment et un setier d'orge.

88
1178, 23 décembre

Bernard Senfredi et les siens vendent aux frères de la milice une petite terre appartenant à leur alleu de Licairac, pour 3 sous Ugonencos ou Ugonencs. de monnaie octena et un setier d'orge.
Cartulaires des Templiers de Douzens — Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff — Paris, Bibliothèque Nationale — 1965

Actes du Cartulaire de Douzens — Cartulaire C

1
1130, 20 mai

Guilhem Ermengau et les siens donnent à Hugues de Payen et aux chevaliers du Temple ce qu'ils possèdent à l'intérieur des limites placées par Ermengau de Coursan à « Peirois » (Peyrolles ?).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº XXXII, p. 24.

2
1133, 11 avril

(Voir cartulaire A, nº 1)

3
1133, 29 mars-1134, 21 mars

(Voir cartulaire A, nº 40)

4
1133, 26 mars-1134, 18 mars

Réunis au monastère de Sainte-Marie d'Alet, Guilhem Pierre de Villarzel et les siens donnent à la milice du Temple « l'honneur » qu'ils possédaient dans la « villa » et le terroir de Douzens, à l'exception des clercs, de l'église et des fiefs que les chevaliers tiennent de lui.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº LVII, p. 42 (qui ne signale pas le texte du Cartulaire A, nº 38, semblable à quelques variantes près, mais daté de 1134, lundi).

5
1133, 26 mars-1134, 18 mars.
— Alet, abbaye de Notre-Dame
Guilhem d'Alaigne donne en alleu à la milice du Temple, dans la « villa » de Pauligne, Pierre Oto avec son casal, ses fils, ses frères et tout ce qui leur appartient.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº LV, p. 41.

6
1133, 26 mars-1134, 18 mars.
— Alet, abbaye de Notre-Dame
Arnaud de Corneille confirme à la milice du Temple entre les mains d'Hugues Rigaud le don qu'il lui avait fait d'un homme de Pomas, nommé Arnaud de Missègre avec son casal et ses enfants. La possession de cet homme avait été contestée par l'abbé de Saint-Hilaire qui sur sentence de l'abbé de Notre-Dame d'Alet, Raimond, et de prud'hommes, avait renoncé à l'homme et à ses biens.
B. Copie du XIIe siècle, Cartulaire A de Douzens, nº 185 [184]. (Sous la date de 1134).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº LVI, p. 41, d'après le cartulaire C.

7
1133, 25 mars-1134, 24 mars

Pierre Rainard, avec le consentement de son frère Guilhem, donne à la milice du Temple un champ appartenant à son alleu au terroir de Névian.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général...., nº LVIII, p. 42.

8
1132 (n. st.), 30 janvier

Le comte Guigues [IV] Dauphin, avec l'approbation de son père Guigues [III], comte d'Albon, de sa mère la comtesse Mathilde et de sa femme Comtesse, soeur de Guillaume comte de Bourgogne, donne aux frères de la milice, dans le terroir d'Avalon, le « manse » d'Auger de Villard-Benoît avec son tènement et ses hommes, la condamine de Villard-Noir et la vigne de Villari Nenc.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº XLIII, p. 32.

9
[1132 ?], 28 décembre

Hugues Rigaud et Guilhem Salomon, frères du Temple, achètent à Etienne Pezugie et Guilhem Multe les grottes (crote) d'Aiguilhe au Puy, avec les maisons et jardins en dépendant pour 800 de Melgueil, avec la confirmation d'Armand, abbé de Séguret, qui en avait les droits éminents et qui en abandonne les revenus.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº LI, p. 39.
Le marquis d'Albon date cet acte de 1132, en se fondant sur l'épiscopat d'Humbert, évêque du Puy depuis 1128, archevêque de Vienne vers 1145. Cette datation reste très hypothétique.

10
[1132, c. 28 décembre ?]

Par décision de prud'hommes siégeant en plaid, la vigne dite Jamba à Chausson, tenue par Guigne de Gradibus, est astreinte à payer pour les chevaliers du Temple aux chanoines de Notre-Dame du Puy le service annuel en nature dont était grevée la maison dite des Grottes d'Aiguilhe au Puy, achetée par Hugues Rigaud, frère du Temple; des croix seront plantées pour marquer l'obligation pesant sur cette vigne.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº LII, p. 39. Acte daté par le marquis d'Albon en fonction du précédent.

11
1129, 28 novembre

Pierre Bernard et sa femme se donnent au Temple avec leur « honneur », à charge pour lui de les nourrir et vêtir, et décident que leurs enfants n'auront la jouissance de cet honneur que s'ils acceptent le même état de vie; en ce cas, les frères de la milice disposeraient d'eux comme de leurs propres enfants.
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº XVIII, p. 12.
Cartulaires des Templiers de Douzens — Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff — Paris, Bibliothèque Nationale — 1965


Actes du Cartulaire de Douzens — Cartulaire D

1132, 29 juillet
Arnaud et les siens engagent à Raimond de Corbonac prêtre une vigne située dans le terroir de Cabriac et grevée de la quarte, pour 5 de Melgueil Remboursables à la Toussaint.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 3).

2
1134. 2 novembre

Le vicomte Guilhem d'Alaigne (Alajano) donne à la milice du Temple sa part (soit le tiers) de droits sur un homme nommé Peire Vassal, ses enfants, ses tenures et ses obligations; il reçoit 70 sous Ugonencos ou Ugonencs. et constitue pour ses garants le vicomte Roger et le viguier Pierre Arnau de Caderonne.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 37 (anc. Magrian, liasse 1, nº 1).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº XCV, p. 71.

3
1142 (n. st.), 12 février

Pierre Bernard et sa femme vendent à la milice un manse qu'ils ont dans la « villa » de Douzens, pour 3 sous Ugonencos ou Ugonencs.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 22.).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCLIV, p. 169.

4
1147, 19 juillet (?)

Roger Ier, comte de Carcassonne, donne à la milice du Temple: sa « villa » de Campagne sur les deux rives de l'Aude, qu'elle a dégagée pour une dette de 3.000 sous ugoniens; deux « casales » dans la « villa » d'Arborbel, au terroir de Caudeval; trois hommes avec leurs manses dans la « villa » de Falgayrac; le droit d'avoir un four pour ses usages propres à Carcassonne; l'exemption de toute leude ou péage dans ses terres. Ni lui ni ses agents n'exerceront la justice ni aucune contrainte dans les biens cédés, dont les habitants seront dispensés du service d'ost envers lui. — Cette donation est confirmée par le comte lors de son départ pour Jérusalem, au port de la Tourelle à Agde.

A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 52 (anc. Douzens, liasse 1).
B. Copie insérée dans une « coppie de procès... » de 1243, Arch. Haute-Garonne, H. Malte. Douzens (anc. Campagne, liasse 1, nº 51).
PUBLIé: d'ALBON, Cartulaire général..., nº CCCCLXII, p. 287-288.

En 1147, le 19 juillet tombe un samedi; or le scribe a indiqué: « XIIII kal. augusti, feria II », Est-ce une erreur pour « feria VII » ? Ou bien plutôt — faute si fréquente — le scribe n'aurait-il pas oublié une unité en écrivant le chiffre de l'année ? Car en 1148, le 19 juillet tombe effectivement une « feria II », un lundi.

5
1152 (n. st.), 11 janvier

Bernard Raimond et les siens engagent à Bérenger de Cabriac et aux siens « l'honneur » qui fut à Raimond Estèbe et Raimond Odon, dans le terroir de Cabriac, sauf deux champs, et ce pour 20 de Melgueil de bonne monnaie; le terme est dans six ans, puis tous les ans à la Toussaint.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 5).

6
1153, 13 octobre

Pierre de Bubas et les siens engagent à Bernard Roger et aux siens une terre située dans le terroir de Cabriac, pour 7 de Melgueil de bonne monnaie; le terme est après trois récoltes, puis tous les ans à la Toussaint.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 7).

7
1158 (n. st.), 6 janvier

Pierre le Paraire et les siens vendent à Pons son frère, à la femme et aux enfants de celui-ci, leur quart des moulins d'Arrapesac qu'ils possédaient avec eux sur l'Aude, à Douzens, pour 100 sous Ugonencos ou Ugonencs. de monnaie octena. Les acheteurs paieront au Temple les 13 de Melgueil de cens dus pour les deux parts; ils concèdent des droits d'usage à Pierre et à ses descendants pour les draps fabriqués par eux, et auront la libre disposition de leur part des moulins, sous réserve de l'autorisation du Temple.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 2, nº 18).

8
1158 (n. st.), 19 février

Raimond d'Albas et son frère Grégoire vendent à Bérenger et aux siens, en alleu, leurs droits sur un pré et une vigne situés dans le terroir de Cabriac, pour 50 de Melgueil, comptant.
A. Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 6).

9
1165 (n. st.), 10 mars

Bernard Guilhem et sa femme engagent à Hugues de Puichéric et aux siens l'honneur qu'ils ont dans la « villa » de Cabriac; les mêmes et Guilhem Bernard et sa femme, engagent aux mêmes prêteurs leur moitié de deux champs situés dans le terroir d'Albas. Le tout est engagé pour 250 de Melgueil de bonne monnaie; le terme est après trois récoltes, puis tous les ans à la Toussaint, avec garantie en cas d'affaiblissement de la monnaie et clause spéciale de réméré en faveur de Guilhem Bernard.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 14).

10
1166, 26 juin

Guilhem Mantilini dicte son testament, par lequel il lègue différents biens (ainsi au Temple, une vigne située à Bubas), constitue ses héritiers et règle ses rapports avec ses vassaux.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 23).

11
1169, 18 novembre

Pierre Raimond et sa mère approuvent le don d'une pièce de terre située dans le terroir de Cabriac, fait par le père dudit au Temple, lors de son décès.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 10).

12
1172 (?), 1er août

Pons chapelain de l'église Saint-Martin de Bubas d'une part, Bernard Mantilini de l'autre, échangent avec la milice du Temple des terres situées dans le terroir de Cabriac, contre un mas situé dans le château (castrum) de Bubas, dont le chapelain a les deux tiers, et Bernard un tiers.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H. Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 13), partie supérieure d'une charte partie par ABC.

13
1173, 10 avril

Ruben, Belfait, Juceph et Masse Caravita confirment le don d'une vigne située dans le terroir de Saint-Vincent de Carcassonne, fait à la milice par Aladaidis fille de feu Amiel Carbonel, qui la tenait d'eux sous obligation de la quarte, à laquelle la milice restera tenue. L'acapte est de 2 sous Ugonencos ou Ugonencs.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 30 (anc. Carcassonne, liasse 1, nº3).

14
1174, 19 avril

Garsen et les siens abandonnent à la milice du Temple une vigne dans le terroir de Douzens, contre les 3 de Melgueil qu'elle versait comme udaticum.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 20), partie supérieure d'une charte partie par ABC.

15
1174, 15 juillet (?)

Bernard Raimond de Capendu confirme à la milice du Temple le don que lui ont fait Roger de Cabriac et Pierre Roger son frère, de leur honneur à Cabriac, et il renonce à toutes les prétentions qu'il a élevées sur celui-ci. Pour cet abandon, il reçoit 100 de Melgueil
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 29 Cane. Cabriac, liasse 1, nº 15.)
Le 15 juillet tombe un lundi en 1174; le scribe a-t-il oublié V devant idus, ce qui donnerait le jeudi 11 juillet ?

15 bis
[1169, 9 décembre-1174, 15 juillet]

Roger de Cabriac se donne à la milice du Temple, avec tous les gages qu'il possède sur divers biens qu'énumère l'acte.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 2.)

En 1169, Roger de Cabriac est mentionné parmi des confronts (A, 8 et 22); le 15 juillet 1174, Bernard Raimond de Capendu approuve la donation qui fait l'objet du présent acte (D, 15). Confirmation: parmi des confronts apparaît en 1175 le jardin qui fut à Roger de Cabriac (D, 18).

16
1175, 27 mars

Bernard Udalguier de Cabriac et les siens vendent, en alleu, à Raimond Ysarn de Cabriac et aux siens, une terre située dans le terroir de Cabriac, pour 50 de Melgueil La femme du vendeur prête serment de ne pas contester la vente; tous deux renoncent à une plus-value éventuelle.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 16.)
Le millésime a été changé dès le 25 mars, sans attendre Pâques (13 avril en 1175): c'est donc bien le style de l'Annonciation qui est utilisé, selon le calcul florentin.

17
1175, 28 mai

Roger de Lespinassière (Spinaceira) dicte son testament, par lequel il lègue à la milice du Temple l'ensemble de ses biens, situés à Villar-Tinhol, à Villeclary et dans le Carcassès, — sauf un droit d'albergue, qu'il donne au monastère Saint-Pierre de Caunes, dont l'abbé est témoin de cet acte.
A. Original: Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 35 (anc. ValdeJaigne, liasse 1, nº 1.)

18
1175, 29 mai

Raimond Ysarn et les siens échangent avec le Temple 10 pièces de terres situées à Cabriac, contre 3 pièces de vignes, 2 de terres, et un jardin, le tout en alleu.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 21), partie supérieure d'une charte partie par ABC.

19
1176 (n. st.), (5, 12, 19, 26) janvier

Bernard Adalbert de Fontiès (Fontiano) confirme l'abandon consenti par son frère Pierre de sa part de la dîme des Cours, et il en vend lui-même sa part au Temple, pour 2 sous Ugonencos ou Ugonencs.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 37 (anc. Magrian, liasse 1, nº 22.)

20
1176, 17 septembre

Pierre Estèbe (Stephani) et les siens vendent à la milice du Temple la rive d'un champ qu'ils ont dans le terroir de Douzens, pour y établir un moulin, un bief ou une chaussée, contre 5 de Melgueil Ils abandonnent toute plus-value future.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 24.)

21
1178 (n. st.), 4 février

Aldiart Fabressa et les siens échangent avec la milice du Temple un terrain situé hors des murs de Douzens, contre une vigne dans le même terroir.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 25), partie inférieure d'une charte partie par ABC.

22
1178 (n. st.), 14 février

Pierre Acaptator et les siens échangent avec la milice du Temple un jardin tenu d'elle dans le terroir de Douzens, pour une vigne et une terre soumises au versement de la quarte.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 26), partie supérieure d'une charte partie par ABC.

23
1178 (n. st.), 15 février

Suau abandonne à la milice du Temple un « manse » qui lui vient de ses parents dans l'enceinte de Douzens, contre une aumône de trois setiers de blé, d'un setier de vin et de 2 de Melgueil Elle reçoit la jouissance viagère d'une maison, sous l'usaticum de 12 deniers melg. à Noël.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 27.)

24
1178, 19 mai

Guilhem de Cabriac et les siens engagent à Amiel et à son frère la quarte d'une vigne tenue par Raimond Itier, dans le terroir de Cabriac, pour 2 setiers d'orge et 1 de froment, mesure de Carcassonne. Le terme est à chaque Toussaint, après deux récoltes.
A. Original: Arch. Haute Garonne, H Malte, Douzens., 29 (anc. Cabriac, liasse 1, nº 18.)

25
1179 (n. st.), 3 mars

Pons Modol d'une part, Ermenguau et les siens de l'autre, font avec la milice du Temple une vente et échange de deux pièces de terre qu'ils ont en alleu dans le terroir de Douzens: le premier (qui agit aussi pour son neveu) pour 8 de Melgueil et 2 setiers une émine d'orge; les seconds contre deux autres pièces de terre, qu'ils auront également en alleu.
A. Original: Arch. Haute-Garonne, H Malte, Douzens, 1 (anc. Douzens, liasse 1, nº 28.)
Cartulaires des Templiers de Douzens — Publiés par Gérard et Elisabeth Magnou, sous la direction de Philippe Wolff — Paris, Bibliothèque Nationale — 1965