Les Templiers   Châteaux de l'Orient Lain   Les Croisades

Les châteaux des Croisés et des Ordres Militaires

Histoire : du château de Beaufort
lundi 18 février 2008, par Cécile Pilverdier


Châteaux de beaufort
Vestiges du château de Beaufort - Sources : Châteaux d'Orient Jean Mesqui

Beaufort Castle, Belfort, Chaqif Arnoun, Chaqif Arnoûn, Chateau de Beaufort, Qal'at ash Shaqif.

Située à 11 km de Métula, la forteresse de Beaufort est située au sommet d'une colline abrupte qui surplombe la route de Damas-Sidon. Elle est située près du passage le plus aisé pour la traversée du fleuve Litani. A cause de sa situation, le Beaufort fut tout au long de l'histoire du Liban un atout stratégique utilisé par les différentes armées. Entre les années 1982-2000, Tsahal était installé près de cette forteresse, devenue pour beaucoup le symbole de la présence de Tsahal au sud Liban.

Le château de Beaufort, appellé aussi Qalaat ash-Shqif en arabe (le château du haut du rocher), a été construit en 1139 par les croisés après la première croisade. On sait que les croisés y possédaient, en plus des forces armées, un tribunal, ce qui permet de conclure que le fort devait servir de centre administratif pour toute la région. Après la victoire de Saladin à la bataille des Cornes de Hattin en 1187, le fort, avant d'avoir été pris par les musulmans, fut jusqu'en 1192 un point d'ancrage des Croisés.

En 1240, Ismaïl, le malik de Damas, sollicita une aide militaire de la part des Francs afin de pouvoir lutter contre la coalition du jeune sultan égyptien, 'Adil II, avec le malik de Transjordanie. En contrepartie, il proposait de rétrocéder aux Francs tout l'ancien royaume de Jérusalem jusqu'au Jourdain. Dans un premier geste, le malik de Damas rendit immédiatement aux Francs, lors d'un traité signé avec Thibaut de Champagne, un vaste territoire allant de Sidon à Tibériade et qui comprenait la forteresse de Beaufort. Malgré l'accord en bonne et due forme, les Croisés durent reconquérir la place des mains de son commandant, qui refusait de la leur remettre. Beaufort changea de maître et devint possession des templiers après que Julien de Sidon le leur eût vendu en 1260.

Lors des avancées militaires du chef mamelouke, Baïbars, dans les années 1266-1268, le fort fut repris par les musulmans. C'est le 15 avril 1268 que les templiers perdirent le château.

Châteaux de beaufort
Vestiges du château de Beaufort - Sources : Châteaux d'Orient Jean Mesqui

En 1518, les Ottomans le reconquirent, lorsqu'ils allèrent de Damas au Caire pour détruire l'empire mamelouke. Sous la domination ottomane, le fort Qalaat ash-Shqif était connu comme appartenant au district de Safed, district qui couvrait aussi la région de Damas. Le Beaufort fut alors à nouveau centre administratif, et ce jusqu'à la réforme bureaucratique du 18ème siècle ; dans le cadre de cette réforme, la région du Shouf, partie du district de Sidon, dépendit elle aussi du Beaufort.

Après la première guerre mondiale, le Beaufort fut, conformément à l'accord Sykes-picot, régi par l'autorité mandataire de la France. En 1943, le Liban indépendant fut créé, et le Beaufort fit partie de son territoire. En 1970, après les actions de septembre noir en Jordanie, des membres de l'organisation du Fatah commencèrent à pénétrer au Liban. Peu de temps après, les gens de l'OLP s'installèrent dans le Beaufort et s'en servirent comme base de tir de roquettes sur les villages du nord d'Israël.

Le 6 juin 1982, Israël commença l'opération «  la paix en Galilée  ». Dans le cadre de cette importante opération, le but d'Israël était d'écraser les bases de l'OPL au sud Liban. Le premier jour, la compagnie Golani attaqua le fort et le prit après un dur combat. Six soldats de Tsahal tombèrent. Le Beaufort fut considéré comme l'objectif premier pour prendre le sud Liban, puis après sa prise, il devint le symbole de l'occupation par Tsahal du sud Liban.

Menahem en visite à Beaufort en 1982 Les années suivantes, le fort fut occupé par les forces de Tsahal et de l'Armée du Liban Sud (ALS), jusqu'au retrait de Tsahal du sud-Liban en 2000. L'armée israélienne ne fit pas usage pour sa base des restes du bâtiment croisé, mais construisit, quelques dizaines de mètres plus loin, une place forte militaire moderne. Pendant des années, elle y ajouta de nombreux systèmes de défense dans le but d'empêcher les dégâts causés par les fusées et les obus sur les soldats obligés d'y vivre durant des mois, et parfois même des années.

Le 4 février 1997, 73 combattants furent tués lors de la collusion de deux hélicoptères qui les transportaient vers Beaufort. L'accident fut surnommé «  la catastrophe des hélicoptères  ». Les nombreuses pertes de soldats au sud Liban et surtout à Beaufort, ainsi que la protestation publique grandissante contribuèrent à amener à la décision de quitter le Liban. Durant les années où Tsahal occupait le sud-Liban, nombreux furent les soldats qui tombèrent dans des embuscades à l'extérieur du fort ou par des tirs lancés en direction de l'intérieur.

Les derniers jours de Tsahal dans le Beaufort, ont été immortalisés dans le livre «  S'il y a un jardin d'Eden  » de Ron Leshem. Le film «  Beaufort  » a été inspiré par ce livre et a reçu le prix de l'Ours d'argent au festival de Berlin en 2007, et il a été présenté pour l'Oscar du meilleur film étranger de cette même année.
Sources : Histoire de Beaufort par Cécile Pilverdier.

 

Saladin au siège du château de Beaufort
Comme le fait remarquer Ambroise, si les forces musulmanes avaient assailli la petite armée franque aux défilés d'Iskanderuna, l'ancien Scandelion, ou de Naqura, qu'elle atteignit vers le 22 août 1189, rien n'aurait pu les empêcher de la mettre en pièces.

Saladin était à ce moment occupé à assiéger le château de Château de Beaufort (Shaqif Arnûn) où, comme on l'a vu au tome précédent, Renaud de Sidon avait su, à force de ruse, prolonger jusque-là la résistance. Quand il apprit que Guy de Lusignan s'était mis en marche de Tyr vers Acre, il crut à une feinte pour dégager Beaufort.
Sources : René Grousset. Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem - Tome III : Monarchie franque et Monarchie Musulmane, L'Equilibre. - Paris, librairie Plon, 1934.

 

Alliance du Malik de Damas avec les Francs. Rétrocession de Beaufort et de Safed aux Francs.
Cette révolution plongea dans l'inquiétude le Malik de Damas Ismâ'îl. Lui qui avait jadis dépouillé son neveu de la capitale syrienne, voyait aujourd'hui ce même Aiyub à la tête de l'empire égyptien. De plus Aiyub, pour récompenser de son appui le Malik de Transjordanie, al-Nasir, avait formellement promis à ce dernier de l'aider à conquérir Damas sur Ismâ'îl. En présence d'une telle coalition, Ismâ'îl, affolé, n'hésita pas à s'allier aux Francs (2).

La belle armée croisée de Thibaut de Champagne qui, depuis des mois, n'avait pas eu l'occasion d'agir, se trouvait précisément à pied d'oeuvre dans la plaine de Séphorie, en Galilée. Ce fut là que Thibaut, le comte de Bretagne et le duc de Bourgogne reçurent les propositions d'Ismâ'îl. Le Malik de Damas demandait aux Francs de conclure avec lui une alliance ferme contre le nouveau sultan d'Égypte et de défendre contre ce dernier, la frontière méridionale de la Palestine : «  que il ne feroient trives ne fin sanz lui et sanz son acort au soldan de Babiloine (= le Caire), et il seroie en s'aide contre celui soldan, et il s'en iroient herberger (= camper) à Escalone ou à Jafe a (= avec) tout lor pooir, por deffendre que le soldan de Babiloine ne passast la berrie (= le désert) et entrast en la terre de Surie. ...Toutes ces covenances (= conventions) furent jurées de tous les barons de l'ost et dou soldan (de Damas).  »

En retour de cette aide militaire qui lui garantissait, contre la coalition du sultan d'Égypte et du Malik de Transjordanie, la possession du royaume de Damas, Ismâ'îl promit aux Francs de leur rétrocéder tout l'ancien royaume de Jérusalem jusqu'au Jourdain. En attendant l'exécution de cette promesse subordonnée à l'exécution des clauses de l'alliance et aussi à l'éviction du Malik de Transjordanie, al-Nasir, de qui dépendait la Judée, Ismâ'îl rendit immédiatement aux Francs une vaste étendue de territoire depuis Sidon jusqu'à Tibériade, - «  la terre de Sajette et celle de Thabarie,  » écrit Novare, «  «  Le Jebel Amila, écrit Godefroy Demombynes, parait être le massif montagneux qui, dans ses pentes septentrionales, est traversé par le coude du Litani, à l'est domine le lac de Safed, et à l'ouest descend vers le rivage de Tyr  » (Syrie au temps des Mamelouks, page 23). - y compris l'importante forteresse de Beaufort (Shaqif Arnûn), le massif du Jebel Amila et le château de Safed qui redevint une des citadelles des Templiers. La forteresse de Safed, reconstruite par le Temple à l'instigation de l'évêque de Marseille Benoît d'Alignan, allait de nouveau commander à 260 casaux et à une population rurale de plus de 10 000 personnes et assurer la sécurité des routes de pèlerinage vers Nazareth et les autres sanctuaires de la Galilée.

«  La première pierre pour la reconstruction du château de Safed fut bénite dans une cérémonie solennelle par l'évêque de Marseille Benoit d'Alignan, le 11 décembre 1240. C'était Benoit qui, au cours de son pèlerinage, en cette année 1240, s'était rendu compte de l'importance de la position de Safed. «  Il alla trouver à Acre le grand-maître du Temple, Armand de Périgord, et lui déclara qu'il fallait à tout prix construire un nouveau château à Safed... Le grand-maître, malade, répondit qu'il n'avait pas d'argent.
«  Restez dans votre lit, lui dit alors Benoit, mais dites à vos frères que vous désirez que la construction soit faite et j'ai la certitude que vous agirez plus de votre lit que toute une armée !  »
Le grand-maître réunit alors le Conseil, et l'évêque plaida sa cause et termina par ces paroles : «  Je n'ai pas d'argent, mais je vous offre ma personne. Je prêcherai aux pèlerins et je les entraînerai avec moi à la reconstruction du château !  » Le grand-maître lui dit alors en riant : «  Vous avez dans le coeur assez de ressources pour réussir cette entreprise.  »
A quoi Benoit répondit : «  Ayez-en autant dans le vôtre et que Dieu soit avec vous !  » (Deschamps, le Crac, 100-101). De ce curieux récit, il résulte que c'est un peu malgré eux et comme contraints par le zèle d'un saint prélat que les Templiers reconstruisaient Safed. Avec Benoit, la reconstruction fut cependant l'oeuvre du Templier Raymond de Caro, le nouveau châtelain de Safed.

Enfin les Francs, devenus les alliés des Damasquins recevaient toute licence de venir se fournir d'armes et de matériel de guerre dans la grande ville musulmane.

Il suffit de regarder une carte pour être frappé par l'importance de ces rétrocessions. Les Francs récupéraient d'un seul coup avec l'ensemble de la Phénicie méridionale - y compris l'hinterland, - toute la haute Galilée. Comme ils possédaient déjà Séphorie et Nazareth, c'était presque tout le territoire galiléen qui leur était rendu. De plus, au point de vue stratégique, Beaufort et Safed constituaient des positions de premier ordre.

Comme lors du traité entre Frédéric II et al-Kamil, les milieux musulmans piétistes accueillirent l'accord franco-damasquin avec un vif sentiment d'indignation. «  Les Musulmans, écrit Abul Fida, trouvèrent la conduite d'al-Salih Ismâ'îl abominable.  » Deux des principaux docteurs de l'Islam à Damas, le sheikh shafa'ite Ibn Abd al-Salam, prédicateur de la Mosquée des Omeyades, et le théologien al-Hajib, éclatèrent en reproches contre l'Ayyûbide francophile. Telle fut la violence de leur prédication qu'Ismâ'îl les fit arrêter et destituer. Le premier se réfugia au Caire, à la cour du sultan al-Salih Aiyub, le second à Kérak, auprès du malik de Transjordanie, al-Nasir Dawud (Maqrizi, page 340). Cette protestation du panislamisme contre la rétrocession de la haute Galilée aux Francs se marqua plus énergiquement encore par le refus de la garnison damasquine de Beaufort de leur rendre la place. En vain al-Slih Ismâ'îl envoya-t-il de Damas des ordres exprès pour que remise fût faite de la forteresse au sire de Sidon (Novare (Chiprois, ; 217) nous dit que Balian de Sidon mourut en 1239. Ce serait donc sans doute (du moins s'il s'agit bien de 1239) son flls et successeur Julien qui aurait été remis en possession de Beaufort. Cependant le même chroniqueur ne mentionne le décès do Balian qu'après la rétrocession de Beaufort, ce qui indiquerait que Balian eut le temps de recevoir la place avant de mourir (en ce cas en 1240)

Les mameluks de la garnison crièrent à l'apostasie du Malik et tinrent bon : «  Encores disoient tout apartement que li soudanz (Isma'il) n'estoit mie fermement créanz en la loi de Mahommet quant il vouloit tel chastel rendre sens cop férir à ces porciaux, chiens, créstiens, mescréans, desloiaux qui ne croient en Dieu (Rothelin).  »

Ismâ'îl, prévenu, se rendit devant Beaufort. Sa présence n'y fit pas davantage. Contre ces obstinés il dut entreprendre un siège en règle. Quand ils se décidèrent à capituler, Ismâ'îl, furieux, les punit sévèrement ; nombre d'entre eux furent bannis, après avoir été dépouillés de leurs biens; plusieurs - peine infamante - eurent la barbe rasée.

En échange de ces récupérations territoriales, l'armée franque, toujours commandée par Thibaut de Champagne, alla se poster entre Jaffa et Ascalon pour défendre la Syrie musulmane contre une attaque du sultan d'Égypte. L'Eracles nous rapporte que le Malik de Damas, al-Salih Ismâ'îl, et son vassal, le prince de Homs, al-Mansur Ibrahim, vinrent camper, eux aussi, près de Jaffa, en liaison avec l'armée franque. Ce n'est pas un des spectacles les moins intéressants de l'histoire des Croisades que cette coalition du roi musulman de Syrie avec les Francs pour défendre le pays contre le sultan d'Égypte.
Sources : René Grousset. Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem - Tome III : Monarchie franque et Monarchie Musulmane, L'Equilibre. - Paris, librairie Plon, 1934.

 

Prise de Jaffa et de Beaufort par Baibars
En décembre 1266 était mort Jean d'Ibelin, comte de Jaffa, le savant auteur du livre des Assises. Jusqu'à la fin, il avait réussi, à force de prudence et de haute courtoisie dans ses rapports avec Baibars, à faire à peu près respecter par le terrible sultan son beau domaine de Jaffa. Son fils, Guy, ne semble pas avoir eu une telle personnalité. Du reste, depuis la chute d'Arsuf et de Césarée, Jaffa ne constituait plus qu'un îlot chrétien dont la submersion était inévitable. Le 7 mars 1268 Baibars apparut à l'improviste devant la place, l'attaqua sans avoir dénoncé les trêves, ce qui, dans le droit des gens franco-arabe, constituait une véritable trahison, et, le même jour, en moins de douze heures, s'en empara. Il massacra une partie du peuple, mais fit reconduire les défenseurs du château à Acre, peut-être en souvenir de Jean d'Ibelin. Le château de Jaffa fut démoli, le bois et les marbres qu'on y trouva furent, par l'ordre du sultan, transportés au Caire pour servir au minbar et au mihrab de sa mosquée. La côte philistine où avaient si longtemps vécu des coloris de France fut repeuplée avec des tribus turcomanes.

De là, remontant vers le nord, Baibars alla, dans le comté de Sidon, au Liban méridional, attaquer à l'improviste, suivant sa tactique habituelle, la forteresse de Beaufort (Shaqif Arnun) (4-5 avril 1268) Beaufort, on se le rappelle, ancienne dépendance de la seigneurie de Sidon, conquise naguère par Saladin, avait été rétrocédé au comté de Sidon en 1240 par le sultan ayyubide al-Salih Ismâ'îl. «  Le grand comte de Sidon, Balian de Sidon, fils du célèbre Renaud, est attesté de 1210 à 1239, date où Novare le fait mourir (Chiprois, 217). Sur son fils et successeur, Julien, voir plus haut.  »

En 1261 Julien de Sidon, incapable de défendre ses places contre les Mameluks, avait cédé Beaufort en même temps que Sidon aux Templiers. Il semblait que les Templiers, particulièrement groupés dans cette région, dussent offrir derrière les murs de Beaufort une énergique résistance. Il n'en fut rien. Beaufort, bombardé par 26 machines de siège, dut bientôt capituler (15 avril 1268) «  Les habitants furent répartis entre les soldats; les femmes et les enfants purent se retirer à Tyr. Le château fut réparé et le sultan y plaça une forte garnison (Maqrizi).  »
Sources : René Grousset. Histoire des croisades et du royaume franc de Jérusalem - Tome III : Monarchie franque et Monarchie Musulmane, L'Equilibre. - Paris, librairie Plon, 1934.

 

Chateau de Beaufort (Kalaat-Esch-Schékif)
Le voyageur qui suit la route de Hasbeya à Saïda traverse une plaine vaste et fertile nommée par les Arabes Merdj-Aïoun, s'étendaiit entre les deux chaînes du Liban et de l'Anti-Liban.

Après une marche de plusieurs heures, il aperçoit à l'horizon un vieux château de l'aspect le plus pittoresque, qui s'élève au sommet d'une des premières croupes du Liban : c'est le Kalaat-esch-Schékif, nommé Beaufort par les Francs et Schékif-Arnoun par les chroniques arabes. Ce château faisait partie de la principauté de Sajette, et, comme j'aurai lieu de le dire plus loin, son plan présente une grande analogie avec celui de la forteresse de Karak, relevée, pendant le voyage de M. le duc de Luynes, sur la rive orientale de la mer Morte.

L'assiette de Beaufort a été choisie au sommet d'une crête rocheuse bordée à l'est par un précipice à pic, de plus de 300 mètres, au fond duquel coule le Nahar-el-Kasmyeh, le Leontes des anciens. A l'ouest la montagne s'abaisse par une pente assez rapide, au niveau de la plaine où s'élève le village moderne d'Arnoun.

En avant du château au sud se voit un petit plateau qui semble avoir été nivelé de main d'homme : c'est sur cet emplacement que se trouvait au moyen âge la bourgade de Beaufort, à l'extrémité méridionale de laquelle les Templiers bâtirent en 1260, quand ils acquirent cette place, une redoute détruite huit ans plus tard par le sultan Malek-ed-Daher-Bybars, lorsqu'il se rendit maître de cette forteresse.

De ce point la vue embrasse un vaste horizon : vers l'est ce sont les sommets neigeux de l'Hermon et les montagnes du Hauran; vers le nord la plaine de la Bequaa et les montagnes du Liban; au sud le Belad-Bscharah, que dominent au loin les ruines du Kalaat-Tebnïn, le Toron des historiens des croisades.

Les ingénieurs qui élevèrent le château dont nous nous occupons en ce moment ont été obligés de se laisser guider ici par la configuration du terrain sur lequel il est bâti. Sa forme serait à peu près celle d'un triangle allongé. Il se divise en deux parties : l'une inférieure, vers l'est aux bords des escarpements du ravin du Kasmyeh; l'autre, plus élevée et formant réduit, est établie au sommet de la crête du rocher, qui a été dérasé pour la recevoir. C'est dans cette enceinte que se voient la grande salle, les restes du donjon, etc.

Cette forteresse est construite en pierres d'assez grand appareil taillées à bossages, et les escarpements du rocher que couronne la partie haute du château sont presque partout revêtus de talus en maçonnerie. Un profond fossé creusé dans le roc l'entoure au sud et à l'ouest. L'entrée de la forteresse s'ouvrait en «  A  » sur l'esplanade dont j'ai parlé plus haut. Cette porte donnait accès dans la basse-cour du château. Malheureusement il ne reste plus de l'époque française que les substructions des tours et des murailles «  B  » que recouvrent aujourd'hui des masures arabes bâties au XVIIe siècle par l'émir Fakar-ed-din, quand ce prince révolté contre le gouvernement de la Sublime Porte essaya de remettre Schékif en état de défense pour résister aux troupes envoyées contre lui par les pachas d'Acre et de Damas. A l'extrémité sud de cette basse-cour existe un petit ouvrage carré «  D  » qui au nord termine le château.

Une rampe ménagée le long des escarpements du rocher, et par conséquent sous le commandement de l'enceinte supérieure, amène à la porte «  D  », que défend la tour «  E  ». Par cette entrée on pénètre dans une sorte de place d'armes «  F  », en partie voûtée, munie d'un parapet crénelé et sur laquelle s'ouvraient les tours «  G  » et «  E  », qui flanquent les angles est et ouest de la face méridionale du château.

Un assaillant qui aurait réussi à forcer la porte «  D  » se serait donc trouvé dans ce passage comme au fond d'un fossé exposé de toutes parts aux coups des défenseurs de la place, pendant qu'il aurait tenté d'enfoncer la porte «  H  », par laquelle on pénètre dans la partie haute de la forteresse. Dès que le visiteur a franchi cette entrée, il s'engage dans un long corridor voûté qui débouche au milieu du terre-plein du château.

Porte dans la Muraille
Figure 40 - Porte dans la Muraille - Sources : Rey (Emmanuel Guillaume)

Des logis à plusieurs étages, sur les débris desquels s'élevèrent au temps de Fakar-ed-din des constructions arabes aujourd'hui écroulées, paraissent avoir existé en «  I  » et en «  J  »; mais il n'en reste plus que d'énormes monceaux de décombres au milieu desquels il est impossible de retrouver aucune des dispositions du plan primitif. C'est sous cet amas de ruines que passe la galerie voûtée faisant suite à la porte «  H  » et qui conduit au milieu de cette partie du château.

Le donjon «  K  » est placé le long du front occidental de la forteresse et fait corps avec le rempart, mais il est dérasé jusqu'au niveau des courtines. C'était une tour barlongue; on y pénétrait par une poterne à linteau carré, et l'escalier ménagé dans l'épaisseur de la muraille se voit encore. En 1859, quand je visitai ces ruines, il ne restait plus en place que les premiers voussoirs des voûtes de la salle formant jadis le rez-de-chaussée de cette tour, qui, sur des proportions plus petites, paraît avoir dû présenter les mêmes dispositions intérieures que le donjon de Giblet, dont elle doit être à peu près contemporaine.

Sur le côté oriental de la cour s'élève en «  L  » un édifice aujourd'hui encombré d'immondices et servant d'étable aux troupeaux qui viennent paître dans les environs du château. C'est une salle voûtée, partagée en deux travées avec arcs-doubleaux et arcs-ogives chanfreinés. On pénètre dans ce bâtiment par un petit portail dont les archivoltes sont en tiers point et s'appuient sur des pieddroits que couronnent des abaques ornés de feuilles sculptées (fig. 40). Cette pièce était éclairée par trois baies carrées s'ouvrant dans l'axe des travées : deux à l'est vers la basse-cour et une à l'ouest sur le terre-plein intérieur de la place. Ce vaisseau paraît avoir été construit à la hâte, postérieurement au reste du château, avec des matériaux provenant d'édifices plus anciens; car, parmi les pierres dont il se compose, les unes sont taillées avec soin, tandis que les autres sont seulement épannelées.

Autant qu'on en peut juger par l'ornementation, on doit lui attribuer comme date la seconde moitié du XIIIe siècle. Malgré le nom de Kenisseh (église) que lui donnaient les Motoualis qui m'accompagnaient quand je visitai Schékif, j'incline plutôt à y voir une grande salle, attendu que son orientation ne saurait convenir à un édifice religieux. A l'extrémité nord du château s'élève en «  M  » une tour de forme irrégulière qui, par une étrange coïncidence, présente la même forme que l'un des ouvrages dépendants du château de Karak. En France je ne connais que le donjon de Bonaguil, château du XVe siècle situé près Villeneuve-d'Agen, et publié par M. Viollet-le-Duc, qui présente une pareille irrégularité de plan.

Bien que Beaufort ait été possédé, en dernier lieu, par les Templiers, je suis convaincu qu'ils n'ont rien changé au château proprement dit et qu'ils se sont bornés à édifier sur l'extrémité du plateau un ouvrage dont parlent les historiens arabes et qui fut détruit, comme nous le verrons plus loin, à la suite de la prise du château par Bybars, et dont il ne reste plus en «  N  » que des décombres et une citerne.

On voit encore les ruines d'un mur flanqué de tourelles construit au XVIIe siècle par l'émir Fakar-ed-din autour de l'esplanade où s'élevait au temps des croisades le bourg dépendant du château, et qui selon toute probabilité devait être défendu par des palis et des ouvrages de terre dont il ne subsiste plus que des vestiges informes.

A l'entour des dépendances des châteaux construites en France et en Syrie pendant le XIIe et le XIIIe siècle on trouve encore fréquemment des traces de terrassements à une distance assez grande. Ils étaient couronnés de palissades et munis de fossés. Cette défense était assez sérieuse, pour présenter à l'ennemi un obstacle dont souvent il ne triomphait qu'après des travaux d'approche assez considérables et des assauts meurtriers. Une fois la place investie et les ouvrages avancés occupés, l'assaillant devait cheminer par des tranchées jusqu'à la contrescarpe du fossé. Or ici le rocher présentait au mineur une résistance qui devait prolonger considérablement les travaux de siège.
A gauche de l'entrée du château, un vaste réservoir «  B  », taillé dans le roc, avait été ménagé dans le fossé.
Sources : Rey (Emmanuel Guillaume), Etude sur les monuments de l'architecture militaire des croisés en Syrie et dans l'Ile de Chypre. Paris, Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXI.

 

Beaufort ressemble au château de Karak
J'ai dit en commençant qu'il existait une grande ressemblance entre le château que je viens de décrire et ce qui se voit encore de la forteresse et de la ville de Karak nommée au moyen âge la Pierre du Désert (Petra Deserti). Ses restes ont été relevés par MM. Mauss et Sauvaire à la suite de l'expédition scientifique de M. le duc de Luynes. Je crois donc devoir compléter ce qui a disparu des ruines de Beaufort par une brève description de Karak. Par le choix de son assiette topographique et la disposition de ses défenses, cette place semble être sur une plus grande échelle la reproduction de ce que nous voyons ici.
C'est à la bienveillance toute particulière du feu duc de Luynes que je fus, peu de temps avant sa mort, redevable de la communication du travail de M. Mauss, ainsi que de l'autorisation de le publier, et je tiens à témoigner ici de ma reconnaissance en rendant un solennel hommage à la mémoire du savant si regretté par tous ceux qui l'ont connu.

La ville de Karak occupe le sommet d'une colline aux flancs escarpés qu'isolent de trois côtés des vallées profondes (plan XIV). Elle n'est reliée aux montagnes voisines que par deux crêtes de rochers : l'une au sud, sur laquelle a été construit le château; l'autre vers le nord-ouest, coupée par un large fossé en arrière duquel s'élève un ouvrage barlong d'une grande hauteur, muni intérieurement d'escaliers et de galeries mettant en communication les divers étages qui le composent; il est ouvert à la gorge et se relie par ses deux extrémités aux murailles de la ville qu'il est destiné à protéger de ce côté contre les attaques. Restauré au XIIIe siècle par les musulmans, cet édifice porte aujourd'hui le nom de Tour de Bybars à cause de l'inscription que ce prince fit graver sur ses murs.

L'enceinte de la ville, dont le tracé est déterminé par la configuration du plateau sur lequel elle est bâtie, était flanquée de saillants carrés, comme presque toutes les murailles des villes fortifiées par les Francs, dont nous voyons les restes en Syrie.

On doit remarquer le soin tout particulier avec lequel les ingénieurs qui élevèrent cette place ont pourvu aux besoins de ses habitants. Quatre grands réservoirs (plan XIV), ainsi qu'un nombre considérable de citernes, étaient destinés à alimenter d'eau la population et les défenseurs de Karak.

Au temps des croisades cette ville était le siège d'un archevêché suffragant du patriarche de Jérusalem (1). Familles d'Outre-Mer (Syrie Sainte), page 755

M. Mauss pense que l'église grecque moderne qui figure dans le plan de la ville (plan XIV) s'élève sur les substructions d'une église plus ancienne.

Le château élevé par Payen (1), bouteiller du royaume de Jérusalem, est à l'extrémité sud de la ville, dont il est séparé par un large fossé. Cette forteresse présente la forme d'un carré long s'élargissant vers le nord. La disposition du terrain, étant semblable à celle du château de Beaufort, a amené une très-grande analogie dans le plan de ces deux forteresses. A Karak, nous trouvons également une basse-cour s'étendant vers l'est en contre-bas de la partie supérieure du château, dont elle contenait les dépendances.
Familles d'Outre-Mer (Syrie Sainte), page 402

La porte du château s'ouvre dans un angle rentrant à l'extrémité occidentale de l'enceinte la plus élevée. Elle était fermée par une herse et des vantaux. Après l'avoir franchie, le visiteur s'engage dans un chemin de défilement tout à fait semblable à celui que nous voyons au Kalaat-esch-Schékif (Beaufort), mais de dimensions beaucoup plus grandes. Ce n'est qu'après avoir franchi deux portes successives, munies de herses et pourvues de défenses très-compliquées, qu'il parvient dans la cour supérieure du château.

Au-dessus de la galerie dont il vient d'être question on voit encore les traces de deux étages assurant la défense de cette façade, qui formait ainsi courtine entre les deux pavillons angulaires du château.

L'intérieur de la forteresse, dit M. Mauss, renfermait un grand nombre de constructions, aujourd'hui ruinées, et il serait bien difficile d'en établir un plan exact sans faire des fouilles considérables. On y voit encore de vastes et nombreuses citernes et des magasins immenses construits avec le plus grand soin. Ces magasins, d'après la tradition locale, formaient jusqu'à cinq ou six étages superposés. Ils sont aujourd'hui en partie comblés, mais ils donnent l'idée des approvisionnements énormes que devait contenir cette place.

Vers le milieu de la cour s'élève la chapelle construite sur le même plan et présentant les mêmes dispositions que celles des châteaux de Margat, du Krak et de Safita (Chastel Blanc). C'est une nef de a 5 mètres de long, terminée par une abside semi-circulaire. Le vaisseau était éclairé par quatre fenêtres, et dans l'épaisseur de la muraille nord est ménagé un escalier conduisant à la plate-forme qui couronne l'édifice. Il y a quelques années, M. de Saulcy y trouva encore des restes de peintures à fresque.

Nous savons les noms de deux des chapelains des seigneurs de Karak que nous voyons dresser des actes de Maurice et de Renaud de Châtillon, seigneurs de Karak et de Mont-Réal.
Rainald ------------- 1152.
Guillaume ------------- 1177.

Les tours qui flanquent les murs de cette forteresse sont toutes carrées ou barlongues. A l'est et au sud, les flancs de la montagne ont été revêtus d'énormes talus en maçonnerie. Le donjon s'élève à l'angle sud-est du château, dont l'extrémité est formée, de ce côté, par un vaste bâtiment formant réduit, dont le plan est presque identique à celui de l'ouvrage (M) de Beaufort. Cette face du château est précédée vers les dehors de la place par un vaste réservoir nommé Birket-Nazer, disposé en arrière de la grande coupure qui de ce côté sépare Karak des montagnes voisines. D'après la tradition locale, ce réservoir, ainsi que les deux réservoirs situés au nord-ouest de la ville, était alimenté par un aqueduc qui y amenait l'eau d'une source qui a conservé le nom d'Aïn-Frenguy (Fontaine des Francs). Un mur crénelé qui existe encore couvrait ce réservoir vers les dehors de la place.

Ce ne fut qu'à la fin de l'année 1188, et après avoir résisté, sans espoir de secours, pendant près de deux ans aux armes victorieuses de Salah-ed-din, que les défenseurs de Karak rendirent cette place aux musulmans pour la rançon de Humfroy IV de Toron, seigneur titulaire du Krak par sa mère, et qui était prisonnier des infidèles depuis la bataille de Hattin.
Familles d'outre-mer, page 472..

L'historien arabe Mohammed-Azy-ed-din-lbn-Chedad nous apprend que le château de Schékif (Beaufort) fut pris par Foulques, roi de Jérusalem, en 1139. A cette époque il était possédé par le prince Chehab-ed-din. Il fut remis aux seigneurs de Sajette, qui le réédifièrent, nous dit Ibn-Férat, et qui depuis ce temps prirent le nom de Sajette et Beaufort.
Familles d'outre-mer, page 472, les seigneurs de Sajette et de Beaufort.

Il serait téméraire de fixer d'une manière précise la date qu'on doit attribuer aux diverses parties du château que je viens de décrire; cependant je le considère comme remontant aux premières années de la seconde moitié du XIIe siècle, ainsi que les châteaux de Saïoun et de Karak, qui furent élevés, je crois, à la même époque.

En l'année 1192, ce château fut assiégé par Salah-ed-din; mais, comme le siège paraissait devoir être long et le succès incertain, le sultan essaya de s'en emparer par ruse et contrairement à ses habitudes de loyauté chevaleresque. Voici à quel stratagème il eut recours pour s'en rendre maître : Renaud, seigneur de Sajette, s'était enfermé dans la place assiégée. Saladin lui fit demander une entrevue, lui envoyant en même temps son anneau comme gage de sa bonne foi. Le comte, se fiant à la trêve et ne soupçonnant pas la perfidie dont il allait être victime, se rendit à l'invitation du sultan.
Continuateur de Guillaume de Tyr, tome I. XXVI, chapitre IX.

Arrivé dans la tente de Salah-ed-din, il se voit soudain entouré et mis dans les fers en dépit du sauf-conduit dont il était porteur. Sommé de remettre le château aux mains des musulmans, il répondit que la place qu'il défendait appartenait non à lui seulement, mais à la chrétienté entière, et que, dut-il lui en coûter la vie, il ne consentirait à aucune capitulation, tant que Beaufort serait en état de résister à l'attaque des infidèles.

Le sultan, furieux, le fit conduire devant le château, où il le fit torturer à la vue des défenseurs, sommant Renaud de les inviter à se rendre pour l'arracher à la mort; mais le héros chrétien exhorta, au contraire, les siens à résister, leur disant que le guet-apens dans lequel il était tombé était une preuve certaine de la faiblesse des musulmans; qu'ils devaient donc se défendre jusqu'à la dernière extrémité. Salah-ed-din, désespérant de triompher de la constance de Renaud, et peut-être admirant son courage, l'envoya chargé de fers à Damas, où il le garda prisonnier.

Quand après deux ans de blocus la famine contraignit les défenseurs de Beaufort à capituler, ils stipulèrent deux conditions avant de rendre le château : d'abord qu'ils auraient la vie sauve, puis que le comte Renaud et dix autres chevaliers, comme lui prisonniers des musulmans, seraient rendus à la liberté.

Cette place devait revenir un jour aux chrétiens; car, lorsqu'en l'année 1240 une trêve conclue avec Saleh-Ismaël, prince de Damas, rendit aux Francs toutes les places de la Galilée qu'ils avaient possédées entre la mer et le Jourdain, il se produisit, au sujet de la remise de Beaufort au seigneur de Sidon, un incident qui mérite d'être rapporté et où la conduite de ce sultan contraste avec celle qu'avait tenue Salah-ed-din lors du siège en 1192.

Ayant envoyé un de ses émirs pour opérer la remise de Beaufort entre les mains du sire de Sajette, la garnison musulmane qui se trouvait dans la forteresse refusa de la rendre, disant que le sultan manquait à ses devoirs de fidèle croyant en remettant aux chrétiens une place aussi importante, et dont la conquête avait coûté tant de sang et d'efforts aux enfants de l'Islam.

Le sultan de Damas, informé de cette résistance imprévue, se rendit immédiatement avec quelques troupes devant Beaufort; mais les révoltés refusèrent même de lui ouvrir les portes. Il commença donc le blocus de cette forteresse, et, ayant fait venir de Damas ses machines de siège, il les fit dresser contre le château, sur lequel elles firent bientôt pleuvoir une grêle de pierres. Peu après les assiégés, sentant qu'ils ne devaient compter sur aucun secours, firent offrir au sultan de lui rendre la place à condition d'avoir la vie sauve; mais ce prince leur répondit qu'il ne les recevrait qu'à merci.

Prévoyant qu'un jour ou l'autre la forteresse serait enlevée d'assaut et qu'ils n'auraient aucun quartier à espérer, ils se rendirent sans condition. Le sultan en fit pendre la plupart, les autres furent bannis; puis il rendit le château à Julien, seigneur de Sajette, qui, l'ayant remis promptement en état de défense, le vendit bientôt aux Templiers — Continuateur de Gauillaume de Tyr, tome I, XXXIV, chapitre III, page 445 — , ce qui fut le point de départ d'une haine violente entre le roi d'Arménie, beau-frère du seigneur de Sajette, et l'ordre du Temple.
Cette forteresse fut prise par le sultan Bybars-Bondoukdhâry, le 26 avril 1268.
L'historien musulman Ibn-Férat nous a laissé une relation de ce siège que je crois devoir résumer ici.
En 1268, après la prise de Safed, le sultan donna l'ordre au prince de Damas de marcher sur Schékif (Beaufort) et d'en commencer le siège. Les charpentes des machines de guerre furent amenées, ainsi que les bois nécessaires aux travaux d'approche. L'armée égyptienne, qui, commandée par l'émir Beder-ed-din-Bektoun-el-Azyry, venait de s'emparer de Japhe, fut également dirigée vers Schékif, et dès son arrivée il commença l'investissement de la forteresse, sous les murs de laquelle se rendit Bybars le 19 du mois de redjeb (4 avril). Les machines furent aussitôt mises en place et commencèrent à jouer le lendemain.

Parmi les personnages de distinction qui avaient accompagné le sultan et qui prirent part à ce siège, l'auteur arabe cite le jurisconsulte Chems-ed-din-el-Hombali, grand cadi de Syrie; le cheik Takky-ed-din-Ibn-Assvassiti, etc.

A l'approche des forces musulmanes, les Templiers envoyèrent à Acre un messager arabe appelé Abdoul-Medjtek, afin d'y réclamer des secours; mais à son retour ils furent trahis par lui. Il alla porter au sultan les dépêches dont il était chargé pour le commandeur de Beaufort, qu'Ibn-Férat nomme le vizir Kiliam. Quel peut être le dignitaire de l'ordre dont il est ici question ? Tel est le problème dont la solution est d'autant plus difficile à résoudre qu'alors plusieurs des grands officiers de l'Ordre portaient le nom de Guillaume. Nous trouvons à cette époque, comme assistant du grand maître Thomas Berart, Guillaume de Ponzon, tandis qu'en même temps le maréchal de l'Ordre était Guillaume de Molay et le grand commandeur Guillaume de Montignac.

En peu de temps vingt-six engins avaient été établis et le siège était poussé avec beaucoup de vigueur par les musulmans. Bientôt il devint impossible à la garnison, par suite des pertes qu'elle avait essuyées, de pouvoir conserver une ligne de défense aussi étendue que celle que présentaient la ville et l'ouvrage nommé le Château-Neuf. Aussi, dans la nuit du mercredi 26 du mois de redjeb, les Francs se décidèrent-ils à y mettre le feu et se retirèrent dans la forteresse.

Le château évacué fut aussitôt occupé par Bybars, qui fit transporter le même jour (12 avril) ses machines sur le plateau où s'élevait la ville. Lui-même s'établit au sommet de l'une des tours du Château-Neuf; mais, les Francs l'ayant reconnu, il faillit être atteint par le projectile d'une pierrière dirigée contre lui et qui tua trois personnes placées à ses côtés.

Le siège dura jusqu'au lundi 26 avril, date à laquelle les Templiers reconnaissant que le château n'était pas capable d'une plus longue résistance, le commandeur Guillaume demanda à capituler. Un sauf-conduit lui fut accordé et les non-combattants eurent la liberté de se retirer à Acre ou à Tyr.
Devenu maître de Beaufort, Bybars y mit une garnison musulmane et fit complètement raser l'ouvrage nommé le Château-Neuf.
Rey, Etude sur les monuments de l'architecture militaire des croisés en Syrie et dans l'Ile de Chypre, page 127. Paris, Imprimerie Nationale M. DCCC. LXXI.

Châteaux d'Orient visité 272711 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.