Commanderies en Belgique   Commanderies en Belgique   Commanderies en Belgique

Les commanderies des Templiers de Belgique

Inventaire analytique des archives des commanderies Belges de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Privilèges généraux
Première division
Généralité de l'Ordre aux Pays-Bas
Chapitre premier
Privilèges généraux

Nº 1.
1187 à 1191. (La date est illisible.)
Bulle du pape Clément III, contenant des privilèges en faveur des frères de la chevalerie du Temple.
Original sur parchemin, presque indéchiffrable et dont des parties manquent, sceau papal en plomb pendant des lacs de soie jaune.

Nº 2.
13 mars 1198. — Datum Latérani, iij idus martii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Innocent III, défendant aux clercs et aux laïques de lever des dîmes sur les terres que les frères de la chevalerie du Temple cultivent de leurs propres mains ou font cultiver à leurs frais.
Original sur parchemin, sceau enlevé. Cette pièce est détériorée par les rongeurs.

Nº 3.
25 mars 1202. — Datum Laterani, viij kal aprilis, pontificatus nostri anno quinto.
Bulle du pape Innocent III, par laquelle il prend sous sa protection le maitre et les frères du Temple et confirme les privilèges que leur avaient accordés ses prédécesseurs. Il leur permet de recevoir des prêtres pour célébrer les offices divins dans leurs églises et oratoires, y administrer les sacrements ecclésiastiques, et de pouvoir inhumer dans leur cimetière les fidèles qui en auront exprimé le désir, sans préjudice toutefois aux droits funéraires des églises paroissiales.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 4.
10 décembre 1216. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, iiij idus decembris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle par laquelle le pape Honorius III mande aux archevêques, aux évêques, aux abbés, aux prieurs, aux doyens, aux archidiacres et aux autres prélats, de ne point contraindre les frères de la chevalerie du Temple à prendre part aux luttes dans lesquelles leurs serviteurs sont exposés: ce qui est contraire à l'état sacerdotal.
Original sur parchemin, sceau enlevé. Des parties du texte sont usées et illisibles.

Nº 5.
11 décembre 1216. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, iij idus decembris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Honorius III confirmant le privilège accordé par le pape Alexandre, son prédécesseur, aux frères de la chevalerie du Temple, de pouvoir faire porter témoignage dans leurs procès par des membres de l'ordre.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 6.
17 décembre 1216. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, xvj kal. januarii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Honorius III, par laquelle il mande aux archevêques et aux évêques que les archidiacres, les doyens ou leurs officiaux ne peuvent imposer des peines pécuniaires sur les hommes ou les biens appartenant aux Templiers.
Deux Original sur parchemin, dont un avec sceau en plomb pendant à des lacs de soie jaune, et l'autre dépourvu de sceau.

Nº 7.
30 janvier 1217. — Datum Laterani, iij kal februarii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Honorius III, par laquelle il déclare que les frères de la chevalerie du Temple ne relèvent que de lui et qu'aucun évêque ou prélat ne peut exercer de juridiction sur eux ou dans leurs églises.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant a des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 8.
26 février 1225. — Datum Laterani, iiij kal. martii, pontificatus nostri anno nono.
Bulle du pape Honorius III, accordant au maître et aux frères de la chevalerie du Temple le pouvoir de lever les novales dans les paroisses où les dîmes leur appartiennent.
Sous le vidimus original en latin de Pierre Was, abbé de Sainte-Gertrude à Louvain, du 5 juillet 1530. Parchemin, muni d'un sceau ovale en cire rouge (dont des parties sont brisées) pendant à deux queues de parchemin, avec monogramme du notaire apostolique Pierre de Strompe.
La partie supérieure du sceau représente sainte Gertrude sous un dais gothique.

Nº 9.
15 avril 1226, — Datum Laterani, xvij kal. maii, pontificatus nostri anno dedmo.
Bulle du pape Honorius III, accordant aux maîtres des maisons de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en France le droit d'absoudre les religieux de cet ordre placés sous leur juridiction respective.
Copie délivrée par Gilles II Orghilleus, prêtre et notaire apostolique du diocèse de Cambrai, en 1349, du vidimus émané de Bérenger, évêque de Tusculanum, en 1318. Sur parchemin.

Nº 10.
30 juin 1227. — Datum Anagnie, ij kal. julii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Grégoire IX, défendant aux archevêques, aux évêques et à leurs officiaux d'excommunier les hommes des maisons de la chevalerie du Temple et les personnes qui moulent dans les moulins ou cuisent dans les fours de ces maisons, etc.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 11.
24 novembre 1227. — Datum Laterani, viii kal. decembris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Grégoire IX, ordonnant aux archevêques, aux évêques, aux abbés, aux prieurs, aux doyens, aux archidiacres, et aux autres prélats de ne point molester les frères de la chevalerie du Temple, mais de les recevoir et de les traiter honnêtement, lorsqu'ils recueillent les aumônes des fidèles.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 12.
3 avril 1228. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, iij non. aprilis, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle du pape Grégoire IX, par laquelle il mande aux archevêques, aux évêques, aux abbés, aux prieurs et aux autres prélats ecclésiastiques de laisser jouir en paix les frères de la chevalerie du Temple de l'hérédité du tiers des biens des hommes de leur ordre qui meurent ayant des héritiers, et de la moitié des biens de ceux qui meurent sans héritiers.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Sens, du 14 juillet 1533. Parchemin, sceau brisé.

Nº 13.
15 juillet 1243. — Datum Laterani, idus julii, pontificatus (nostri anno) primo.
Bulle du pape Innocent IV, exemptant le maître et les frères de la maison de la chevalerie du Temple de Jérusalem de payer la dîme de laine pour leurs brebis.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 14.
6 décembre 1243. — Datum Laterani, VIII idus decembris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Innocent IV, par laquelle, à l'instar du pape Alexandre III son prédécesseur, il mande aux archevêques, aux évêques et aux autres prélats ecclésiastiques de prononcer l'anathème contre ceux de leurs paroissiens qui voudront saisir ou frapper les serviteurs des frères de la chevalerie du Temple, ou enlever leurs animaux ou leurs biens.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 15.
9 mars 1244. — Datum Laterani, vij idus martii, pontificatus nostri anno piimo.
Bulle du pape Innocent IV, par laquelle il charge les supérieurs ecclésiastiques d'excommunier les clercs ou les laïques qui porteront des mains téméraires sur l'un des frères de l'hôpital de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 16.
28 février 1245. — Datum Lugduni, ij kal. martii, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle du pape Innocent IV, défendant de lever des dîmes sur les bestiaux, la laine et le lait qui appartiennent au maître et aux frères du Temple de Jérusalem.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Reims, du 24 juillet 1340. Parchemin, sceau perdu. — Autre vidimus émané du notaire apostolique Jean Arnoldus Pirkos de Bornal, le 4 mai 1370. Parchemin, monogramme du dit notaire.

Nº 17.
8 juin 1247. — Datum Lugduni, vj idus junii, pontificatus nostri anno quarto.
Bulle du pape Innocent IV, mandant aux archevêques, aux évêques, aux abbés, aux prieurs, aux doyens, aux archidiacres, aux archiprêtres et aux autres prélats ecclésiastiques, de prononcer l'excommunication contre les laïques et de suspendre de leurs fonctions les clercs, chanoines réguliers ou moines, qui prendront ou détiendront des biens ou des maisons laissés par testaments aux frères de la chevalerie du Temple ou à leurs hommes, ou ceux qui voudront lever des dîmes sur les terres que ces frères cultivent de leurs propres mains ou à leurs frais.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 18.
21 décembre 1251. — Datum Lugduni, xij kal. januarii, pontificatus nostri anno octavo.
Bulle par laquelle le pape Innocent IV défend aux archevêques, aux évêques, aux abbés, aux prieurs, aux doyens, aux archidiacres, aux prévôts, aux archiprêtres et aux autres prélats ecclésiastiques, d'excommunier les frères de la chevalerie du Temple ou d'interdire leurs oratoires sans un ordre du siège apostolique, de rien exiger pour la bénédiction de leurs chapelles et de leurs cimetières, de lever des dîmes sur leurs bestiaux et la nourriture de ceux-ci. Il les charge de remettre sous l'obéissance de leurs supérieurs les Templiers qui abandonneraient leur croix et leur habit, et ceux qui détiendraient des bailliages contre le gré des dits supérieurs, en les excommuniant s'il y a lieu.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 19.
3 juillet 1255. — Datum Anagnie, v nonas julii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Alexandre IV, défendant aux archevêques et aux évêques d'imposer des amendes en punition d'adultère et d'autres crimes, ou de lever des taxes sur les personnes et les biens de la chevalerie du Temple.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Senlis, du 14 juillet 1533. Parchemin, sceau enlevé.

Nº 20.
7 septembre 1255. — Datum Anagnie, vij idus septembres, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Alexandre IV, ordonnant aux archevêques, aux évêques, etc., de prononcer l'excommunication contre les clercs ou les laïques qui molesteront les frères de la chevalerie du Temple.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Sens, du 14 juillet 1533. Parchemin, fragment de sceau.

Nº 21.
4 février 1256. — Datum Latérani, ij nonas februarii, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle par laquelle le pape Alexandre IV confirme au maitre, aux frères et à toute la famille de l'hôpital de Jérusalem, le privilège de ne pouvoir être excommuniés ou frappés d'interdit sans un mandement spécial du pape.
Copie sur parchemin, avec monogramme d'un notaire de la cour de Liège.

Nº 22.
28 août 1256. — Datum Anagnie, V kal. septembris, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle adressée par le pape Alexandre IV au maitre et aux frères de la maison de la chevalerie du Temple de Jérusalem, pour le maintien de leur exemption de la juridiction ordinaire.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 23.
24 mars 1259. — Datum Anagnie, viij kal. aprilis, pontificatus nostri anno quinto.
Bulle du pape Alexandre IV, concernant la provision des bénéfices de la chevalerie du Temple.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant a des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 24.
22 avril 1262. — Datum Viterbii, x kal. maii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle par laquelle le pape Urbain IV, à la demande du prieur et des frères de l'hôpital de Jérusalem, en France, autorise les personnes qui entrent dans cet ordre à posséder et à recevoir des biens, à l'exception des fiefs.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Paris, du 16 juin 1350. Parchemin, sceau détruit.

Nº 25.
13 février 1265. — Datum Lugduni, idus februarii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle par laquelle le pape Clément IV confirme toutes les libertés et immunités accordées par ses prédécesseurs les pontifes romains et par les rois, les princes et d'autres fidèles chrétiens, au maître et aux frères de la maison de la chevalerie du Temple de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 26.
23 mai 1265. — Datum Perusii, décima kalend. junii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Clément IV, exemptant le maître et les frères de l'hôpital de Jérusalem de payer la dîme.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Cambrai, du 3 janvier 4330. Parchemin, sceau perdu.

Nº 27.
31 mai 1265. — Datum Perusii, ij kal. junii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle par laquelle le pape Clément IV déclare que les frères de la maison de l'hôpital de Jérusalem ne peuvent être contraints en justice par lettres apostoliques, sinon lorsque celles-ci contiennent une mention expresse à ce sujet.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Liège, du 17 mars 1330. Parchemin, sceau perdu.

Nº 28.
22 juin 1267. — Datum Viterbii, x kal. julii, pontificatus nostri anno tertio.
Bref du pape Clément IV, mandant au prieur de Ferrières, dans le diocèse de Sens, qu'il doit empêcher de laisser porter devant un juge séculier les affaires qui sont du ressort ecclésiastique, ainsi que certains l'ont fait envers les frères de la chevalerie du Temple, au sujet d'actions personnelles, de dîmes, etc.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Sens, du M juillet 1533. Parchemin, sceau perdu.

Nº 29.
24 novembre 1267. — Datum Viterbii, viij kal. decembris, pontificatus nostri anno tertio.
Bulle par laquelle le pape Clément IV exempte, ainsi que l'avait fait son prédécesseur le pape Alexandre III, les frères de la chevalerie du Temple du payement des dîmes des terres qu'ils cultivent de leurs propres mains ou à leurs frais, etc.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 30.
22 novembre 1279. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, x kal. decembris, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle du pape Nicolas III, par laquelle il confirme au maître et aux frères de la chevalerie du Temple de Jérusalem toutes les libertés et immunités que leur ont concédées ses prédécesseurs, ainsi que les privilèges et exemptions qui leur ont été octroyés par des rois, des princes et d'autres fidèles chrétiens.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Sens, du 14 juillet 1535. Parchemin, sceau perdu.

Nº 31.
22 avril 1281. — Datum apud Urbem veterem, x kal. maii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle par laquelle le pape Martin IV confirme tous les privilèges et immunités accordés par ses prédécesseurs les pontifes de Rome, ainsi que par les rois, les princes et les autres fidèles chrétiens, à la maison de la chevalerie du Temple de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau perdu.

Nº 32.
11 décembre 1286. — Datum Laterani, iij idus decembris, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle du pape Honorius (IV ?) qui ordonne aux archevêques, aux évêques, aux abbés, aux prieurs, aux doyens, aux archidiacres et aux autres prélats ecclésiastiques de prononcer l'excommunication et l'interdit contre ceux qui détiendront des biens des frères de l'hôpital de Jérusalem ou qui molesteront ces religieux.
Sous le vidimus original en latin de l'official de Cambrai, du 1er octobre 1317. Parchemin, sceau enlevé.

Nº 33.
13 décembre 1288. — Datum Rome, apud Sanctam Mariam Maiorem, idus decembris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Nicolas IV confirmant les privilèges accordés par ses prédécesseurs, par les rois, les princes et les autres fidèles chrétiens à la maison de la chevalerie du Temple de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 34.
13 septembre 1291. — Datum apud Urbem veterem, idus septembris, pontificatus nostri anno quarto.
Bref du pape Nicolas IV, mandant au doyen de l'église Saint-Pierre de Laon de révoquer les aliénations de biens de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, qui ont été faites d'une manière illicite.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à une cordelette de chanvre.

Nº 35.
8 juin 1304. — Datum Perusii, sexto idus junii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle par laquelle le pape Benoît XI accorde des indulgences en faveur des fidèles qui, s'étant confessés, visiteront les églises et chapelles de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, aux jours indiqués.
Sous le vidimus original en latin de l'official d'Avignon, du 3 avril 1383. Parchemin, avec sceau en plomb (de l'évêque d'Avignon) pendant à des lacs de soie verte. — Autre vidimus original en latin émané de Pierre Villain, doyen de Gap et auditeur général de la chambre du pape. Parchemin, sceau enlevé.

Nº 36.
Août 1304. — Datum in castris juxta Montes in Pabula, anno Domini mº cccº quarto, mense augusto. Lettres par lesquelles Philippe, roi de France, accorde plusieurs privilèges à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. La reine Jeanne donne son consentement à ces lettres, en y faisant apposer son sceau avec celui du roi. Sous le vidimus original en latin de Jean Ploiebauch, garde de la prévôté de Paris, du 3 avril 1311. Parchemin, sceau enlevé. Nº 37.
29 avril 1317. — Datum Avinione, iij kal. maii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Jean XXII, confirmant les privilèges et exemptions accordés par ses prédécesseurs, par les rois, les princes et d'autres fidèles chrétiens, aux frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 38.
9 juin 1317. — Datum Avinione, Vidus junii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle par laquelle le pape Jean XXII confirme toutes les libertés et immunités de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau en plomb pend, à des lacs de soie rouge et jaune.

Nº 39.
9 octobre 1319. — Datum Avinione, VII idus octobris, pontificatus nostri anno quarto.
Bref adressé par le pape Jean XXII aux abbés de Saint-Paul d'Utrecht et de Saint-Jacques de Liège et au prévôt de Saint-Thiebaut de Metz, pour la conservation des biens et des droits de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Sous le vidimus original sur parchemin de l'official de Liège, du 19 janvier 1447, avec monogramme du notaire Boeswing de Hiendey (?).
Parchemin, sceau enlevé. Des parties de cette pièce sont détériorées par l'humidité et par les rongeurs.

Nº 40.
4 octobre 1321. — Datum Avinione, iiij nonas octobris, pontificatus nostri anno sexto.
Bulle du pape Jean XXII, par laquelle il confirme toutes les libertés et immunités de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 41.
3 janvier 1330 (1329, v. st.) — Anno millesimo trecentesimo vicesimo nono, feria quarta post festum Circumcisionis.
Vidimus, délivré par l'official de Cambrai, de deux bulles des papes Alexandre IV et Clément IV, datées du 5 des calendes de février (28 janvier) 1261 et du 2 des calendes de juin (31 mai) 1265, concernant la juridiction de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui est réservée au Saint-Siège.
Original sur parchemin, fort détérioré, sceau enlevé.

Nº 42.
17 avril 1346. — Datum Avinione, xv kal. maii, pontificatus nostri anno quarto.
Bulle du pape Clément VI, déclarant que les frères et les maisons de la chevalerie de Saint-Jean de Jérusalem ne relèvent que du Saint-Siège apostolique.
Copie sur parchemin.

Nº 43.
2 avril 1352. — Datum Avinione, iiij nonas aprilis, pontificatus nostri anno decimo.
Bulle du pape Clément VI, par laquelle il exempte les personnes et les maisons de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem de payer des droits aux légats ou nonces apostoliques, autres que les cardinaux de la Sainte-Eglise romaine.
Sous le vidimus original sur parchemin de l'official de Paris, du 10 août 1373. Parchemin avec monogramme du notaire apostolique Thomas Socii, sceau enlevé. — Autre vidimus original en latin délivré par le même le 31 août 1376.
Parchemin avec monogramme du même notaire, sceau enlevé.

Nº 44.
Avril 1352. — Aprilis, pontificatus nostri anno decimo.
Bref adressé par le pape Clément VI au maître et aux frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, les exemptant de payer les droits dus aux légats ou nonces, cardinaux et autres de l'Eglise romaine.
Copie sur parchemin.

Nº 45.
20 juin 1355. — Actum, transcriptum seu et copiatura in domo mei notarii publici infrascripti de vico Anglkorum, Paiisius, anno Domini millesimo cccº quinquagesimo quinto, die tricesima mensis junii.
Vidimus de quatre bulles des papes Honorius, Alexandre et Innocent, concernant les dîmes dues aux hospitaliers de Jérusalem, la confession de leurs domestiques, etc.
Original sur parchemin avce monogramme du notaire apostolique Bernard Marpaudi, clerc de Paris.

Nº 46.
9 juillet 1371. — Datum apud Villam novam, avinionens. dioc., vijº idusjulii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Grégoire XI, qui exempte les maîtres et les frères de l'hôpital de Jérusalem du subside à fournir au roi Charles V par le clergé de France.
Sous le vidimus de l'officiai de Paris, du 14 juillet 1372. Original sur parchemin (détérioré), sceau perdu. — Autre vidimus, Original en latin, délivré par le môme officiai le 3 août 1373. Parchemin avec monogramme du notaire apostolique Thomas Socii, sceau enlevé.

Nº 47.
15 octobre 1375. — Datum Avinione, idus octobris, pontificatus nostri anno quinto.
Bulle du pape Grégoire XI, par laquelle il confirme le privilège accordé à l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, de ne payer des droits aux nonces apostoliques, sauf aux cardinaux, etc.
Sous le vidimus Original en latin de l'officiai de Paris, du 31 août 1376. Parchemin, monogramme d'un notaire, sceau enlevé.

Nº 48.
6 août 1379. — Datum Avinione, VHP0 idus augusti, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Clément VII, par laquelle il confirme la religion de Saint-Jean de Jérusalem dans son exemption des dîmes, tailles, droits de procurations, etc.
Sous le vidimus Original en latin de l'officiai de Paris, du 22 juin 1381. Parchemin, monogrammes des notaires Jean Fernicle et Guillaume Siguardi. Cette pièce est endommagée par l'humidité et trouée en plusieurs endroits.

Nº 49.
23 mars 1382. — Datum Rome, apud Sancturà Petrum, x kal. aprilis, pontificatus nostri anno quarto.
Bulle du pape Urbain VI confirmant les libertés et les immunités accordées par les papes ses prédécesseurs, par les rois, par les princes et par d'autres fidèles chrétiens, à l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Sous le vidimus Original en latin de l'official de Liège, du 16 mars 1387. Parchemin, sceau, enlevé, monogramme du notaire apostolique Ghiselbert Jean, dit Bacenzoen, de Bois-le-Duc. Il existe un trou au côté droit de cette pièce. — Autre vidimus sur parchemin, dont le texte est usé.

Nº 50.
27 septembre 1390. — Datum Rome, apud Sanctum Vetrum, V M. octobris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Boniface IX confirmant les libertés, exemptions, indulgences et privilèges de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, et déclarant que la constitution décrétée par Clément V, son prédécesseur, au concile de Vienne, concernant les mercenaires, n'est applicable ni aux religieux ni aux maisons du dit hôpital.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 51.
15 juin 1424. — Anno Domini millesimo quadringentesimo vicésimo quarto, indictione secunda, mensis junii die decima quinta.
Vidimus — délivré par deux notaires et muni du sceau de l'official de Paris, — de plusieurs extraits de bulles des papes Benoît XI, Léon IV, Grégoire IX, Honorius III, Clément IV, Lucius III, Honorius V, Nicolas V et Innocent IV, concernant les indulgences accordées aux églises et chapelles de l'ordre de Saint-Jean de. Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau en cire verte et en fragments dont le revers porte l'empreinte d'une intaille antique.

Nº 52.
22 juin 1428. — Datum Rome, apud Sanctos apostolos, decimo kal. julii, pontificatus nostri anno undecimo.
Bulle du pape Martin V, accordant des indulgences à ceux qui feront un don au roi de Chypre, lequel avait été fait prisonnier par les infidèles (en 1426) et n'avait recouvré sa liberté que moyennant une forte rançon et un tribut annuel.
Sous le vidimus original sur parchemin de l'official de Sens, du 16 janvier 1430. Parchemin, sceau perdu.

Nº 53.
5 février 1433 (1432, v st). — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo tricésimo secundo, non. februarii, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle du pape Eugène IV, concernant l'exemption des dîmes, tailles et impositions dont jouissaient les frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Sous le vidimus Original en latin de l'official d'Arras, du 22 novembre 1437. Parchemin, sceau enlevé.

Nº 54.
23 mai 1438. — Dahtm Ferrarie, anno Incarnations dominice mUlesmo quadringentesimo trkesimo octaro, decimo kal. junii, pontificatus nostri anno octaro.
Bref du pape Eugène IV, mandant au maître et aux religieux de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem de ne pas payer la dîme imposée par le concile de Bâle.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à une ficelle.

Nº 55.
14 mars 1441 (1440, v. st) — Datum Florentie, anno Incarnatiotm aominke millesimo quadringentesimo quadragesimo, pridie idus martii, pontificatus nostri anno undecimo.
Bulle du pape Eugène IV ordonnant aux frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem qui s'écartent des statuts de leur ordre, de s'y soumettre, sous peine d'excommunication, et permettant à leurs supérieurs de les faire arrêter, punir, incarcérer et priver de leurs habits et de leurs bénéfices.
Sous le vidimus Original en latin du doyen et du chapitre de Saint-Aîné de Douai, en date du S avril 1441 (1440, v. st).
Parchemin avec monogramme du notaire apostolique Jean Fabri, et fragments de sceau.

Nº 56.
24 mars 1441 (1440, v. st). Datum Florentie, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo quadragesimo, nono kal. aprilis, pontificatus nostri anno undecimo.
Bulle du pape Eugène IV, mettant sous la protection de saint Pierre et sous la sienne les personnes et les biens de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, et confirmant les privilèges et immunités de cet hôpital.
Vidimus Original en latin délivré le 21 décembre 1441. Parchemin avec monogramme du notaire apostolique Jean Fabri.

Nº 57.
8 mai 1447. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo CCCC mo quadragesimo septimo, octavo idus maii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Nicolas V, confirmant les possessions, les libertés et les immunités de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Vidimus Original en latin, délivré le 30 avril 1448 sous le sceau de la prévôté de Paris.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 58.
19 juin 1455. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo quinquagesimo quinto, tertio decimo kal. julii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Calixte III, portant que les religieux de Saint-Jean de Jérusalem et leurs fermiers ne sont pas tenus à payer les dîmes des novales, sinon au profit de leur ordre.
Vidimus Original en latin, délivré à la cour de Rome, le 10 septembre 1455.
Parchemin (troué), fragment de sceau en cire rouge.

Nº 59.
35 septembre 1455. — Datum Rome, apud Sanctum Petwtm, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo quinquagesimo quinto, septimo kal. octobris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Calixte III, exemptant l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem de payer la dîme imposée sur toutes les personnes ecclésiastiques pour résister aux Turcs qui s'étaient emparés de Constantinople.
Sous le vidimus Original en latin de l'officiai de Cambrai, du 27 mars 1456. Parchemin, sceau perdu.

Nº 60.
28 janvier 1456 (1455, v. st.) — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis domi-nice millesimo quadringentesimo quinquagesimo quinto, quinto kal. februarii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Calixte III, confirmant les privilèges de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
Vidimus Original en latin, daté du 9 février 1457 (n. st.)
Parchemin, sceau en cire rouge (dont le contour est détruit) de la cour de Rome.

Nº 61.
23 mars 1463 (1462, v. st.). — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo sexagésimo secundo, decimo kal. aprüis, pontificatus nostri anno quinto.
Bulle du pape Pie II, confirmant les frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem ou de Rhodes dans la possession de leurs biens, ainsi que de leurs libertés et immunités.
Sous le vidimus Original en latin de l'officiai de Paris, du J8 juin 1463.
Parchemin avec monogramme du notaire apostolique François Ferrebouc, sceau perdu.

Nº 62.
22 novembre 1464. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo sexagésimo quarto, decimo kal. deeembris, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Paul II, par laquelle il confirme les frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem dans leurs possessions, libertés et immunités.
Vidimus Original en latin, daté du 19 juin 1471. Parchemin avec monogramme du notaire apostolique Hugues Anglici, clerc de Beauvais.

Nº 63.
40 août 1473. — Datum et actum Brugis tornacensis diócesis, anno Domini millesimo quadringentesimo septuagésimo tertio, indictione sexta, mensis vero augusti die decima, pontificatus santissimi in Christo patris et domini nostri domini Sixti divina providentia pape quarti anno secundo.
Vidimus délivré par Nicolas, abbé de Saint-Barthélemy d'Eeckhoute à Bruges, d'un recueil de cinq bulles du pape Sixte IV, de l'an 1472, concernant les privilèges et les indulgences accordés par ses prédécesseurs à l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Original en un cahier de 8 feuillets. Parchemin avec monogrammes des notaires Lucas de Via et Jean Roegiers, clercs du diocèse de Tournai, sceau enlevé.

Nº 64.
22 novembre 1479. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo septuagésimo nono, decimo kal. decembris, pontificatus nostri anno nono.
Bulle du pape Sixte IV, renouvelant les exemptions de dîmes, tailles et autres charges, accordées par ses prédécesseurs en faveur des frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem et des personnes qui tiennent des biens du dit hôpital.
Original sur parchemin, sceau enlevé. — Copie sur parchemin, collationnée.

Nº 65.
12 décembre 1479. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo septuagésimo nono, pñdie idus decembris, pontificatus nostri anno nono.
Bulle par laquelle le pape Sixte IV accorde, pour le terme d'un an, des indulgences aux fidèles qui contribueront à la défense de l'île de Rhodes et de la chrétienté contre les Turcs, et notamment du fort Saint-Pierre en Anatolie.
Original sur parchemin, sceau enlevé. — Trois copies sur parchemin, dont deux avec monogramme du notaire Jean de Winckele.

Nº 66.
1er septembre 1480. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo octuagesimo, kal. septemlnis, pontificatus nostri anno decimo.
Bulle du pape Sixte IV, accordant des indulgences et des privilèges aux personnes qui feront des aumônes en faveur de la guerre sainte contre les Turcs dans l'île de Rhodes.
Original sur parchemin, sceau en plomb. Cette pièce est endommagée par les rongeurs.

Nº 67.
14 juillet 1486. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo octuagesimo sexto, pridie idus julii, pontificatus nostri anno secundo.
Le pape Innocent VIII confirme les bulles de ses prédécesseurs et notamment celles des papes Grégoire VIII et Nicolas V, accordant des privilèges et indulgences à la religion de Saint-Jean de Jérusalem.
Sous le vidimus Original en latin de Thierri de Tuldel, abbé du Parc près Louvain, du 23 juin 1487.
Parchemin, avec monogramme du notaire apostolique Jean de Winckele, sceau enlevé.

Nº 68.
24 décembre 1493. — Donné en nostre ville de Vienne, le XXVIIIe jour de décembre, Van de grâce mil CCCC quatre-vins et treize.
Lettres par lesquelles Maximilien, roi des Romains, et Philippe, archiduc d'Autriche, confirment les octrois et privilèges accordés par leurs prédécesseurs à la religion de Saint-Jean de Jérusalem, dans les provinces de Brabant, de Flandre et de Hainaut.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 69.
30 juin 1494. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quadringentesimo nonagésimo quarto, pridie kal julii, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle par laquelle le pape Alexandre VI confirme les privilèges, libertés et immunités de la religion de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Sous le vidimus Original en latin du chanoine Robert Boucher, vicaire général du cardinal-archevêque de Lyon, du 21 février 1493.
Parchemin, sans sceau. Des parties de cette pièce sont endommagées par l'humidité et par les rongeurs.

Nº 70.
13 avril 1514. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quingentesimo quarto decimo, idus aprilis, pontificatus nostri anno secundo.
Bulle du pape Léon X, par laquelle il confirme les libertés et immunités des frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
Sous le vidimus Original en latin de l'official de Paris, du 17 juin 1315. Parchemin, sceau perdu.

Nº 71.
26 août 1520. — Donné en nostre ville de Bruxelles, le xxvje jour d'aoust, Van de grâce mil cinq cens et vingt.
Lettres de l'empereur Charles V, confirmant les droits, octrois et privilèges accordés à la religion de Saint-Jean de Jérusalem par le Saint-Siège apostolique et par les souverains des Pays-Bas.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 72.
2 janvier 1524 (1523, v. st.). — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quingentesimo vigesimo tertio, quarto nonas januarii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Clément VII, pour la conservation des privilèges de la religion de Saint-Jean de Jérusalem.
Sous le vidimus Original en latin de l'official de Liège, du 19 juillet 1532.
Parchemin, monogramme du notaire Guillaume Werckin et fragments de sceau en cire brune. Des parties de cette pièce sont usées.

Nº 73.
25 avril 1524. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quingentesimo vicesimo quarto, septimo kalende maii, pontificatus nostri anno primo.
Bulle du pape Clément VII, confirmant et augmentant les indulgences accordées par ses prédécesseurs Grégoire VIII et Benoît XI en faveur des églises et oratoires de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à une tresse de soie rouge et jaune.

Nº 74.
Mars 1564 (1563, v. st.). — Donné à Fontainebleau, au mois de mars, Van de grâce mil cinq cents soixante-trois.
Edit par lequel Charles IX, roi de France, exempte à perpétuité les commanderies, bailliages, prieurés, biens et revenus de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, des aides et contributions qui pourraient être levées sur le clergé de son royaume.
Copie authentique sur parchemin.

Nº 75.
23 janvier 1570 (1569, v. st.). — Faict à Bruxelles, le XXIIje jour de janvier XVe soixante-neuf.
Lettres du duc d'Albe, gouverneur des Pays-Bas, accordant à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem un sursis pour le paiement du centième denier sur les biens que le dit ordre possédait en ces pays, jusqu'à la décision du roi sur une réclamation du grand-maître.
Original sur parchemin, signé.

Nº 76.
23 décembre 1588. — Donné à Bruxelles, XXIIje décembre 1588.
Mandement du duc de Parme, gouverneur général des Pays-Bas, exemptant du logement des gens de guerre et prenant sous sa sauvegarde la personne et les biens de Godefroid Centurion, commandeur du Piéton en Hainaut-Cambrésis, de la Braque et Turnhout en Brabant, et agent de l'ordre de Malte en ces pays.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 77.
30 novembre 1680, à Bruxelles.
Sauvegarde accordée à l'ordre de Malte par le prince Alexandre Farnèse, gouverneur général des Pays-Bas.
Copie sur papier.
Top

§ Chapitre II. — Recueils de bulles, chartes et lettres patentes.
Nº 78.
— Volume petit in-folio contenant, en 47 feuillets écrits sur vélin au commencement du XIVe siècle, la traduction française des actes émanés du chapitre général de l'ordre et ratifiés par les papes, de 1181 à 1305, touchant le régime et les usages à observer « en c la saincte maison de décimo decimo l'hospital de Saint-Jehan de Jhérusalem. »
Ces actes sont au nombre de 21 et précédés de rubriques. De même que celles-ci, les initiales des statuts sont en rouge.
Reliure en parchemin, avec dos en veau. Sur le plat de la couverture on lit: Règles des chevaliers de Jérusalem.

Nº 79.
— Cahier in-quarto, écrit au XVe siècle, sur dix feuillets de papier, et intitulé: Extrait des bulles d'indulgences.
Ce petit manuscrit contient sept bulles, traduites en français, des papes Innocent III Honorius III, Grégoire IX, Clément IV, Boniface VIII, et dont la première date de 1199 et la dernière de 1295. Il commence ainsi : « In nomine sancte et individué Trinitatis patris et filii et spiritus sancti, amen. » « En suit la copie de certaines bulles apostoliques contenants plusieurs indulgences, privilèges et immunités donnés et octroyés par plusieurs pères saints aux frères religieux du saint et grand hôpital de Jérusalem fondé jadis ou nom de Dieu, de la benoîte vierge né Marie et du glorieux plus que prophète mon, saint Jean-Baptiste, et pour le présent transporté en l'ile de Rodes ; translatées de latin en français par mo frère Jehan Frassent, prêtre religieux d'icelle religion. »

Nº 80.
— Recueil contenant cinq affiches (en flamand et en français), dont quatre sur parchemin et une sur papier, des indulgences accordées par les papes à la religion de Saint-Jean de Jérusalem. (XIVe et XVe siècle)

Nº 81.
— Recueil des privilèges accordés, à la requête de l'agent général de l'ordre de Malte au Pays-Bas, par les gouverneurs généraux de ces pays et par le prince-évêque de Liège, de 1686 à 1708.
Il comprend 98 feuillets, écrits sur papier. Reliure moderne.

Nº 82.
— Volume in-folio, imprimé à Paris, chez P.-A. Le Mercier, en 1700, et ayant pour titre: Privilèges des papes, empereurs, rois et princes de la chrétienté, accordez à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, avec les arrêts notables rendus par les cours souveraines de France, sur diverses matières, et confirmatifs des dits privilèges ; recueillis par le commandeur d'Escluseaulx, agent général dudit ordre en France, et présentement augmentez par le sieur commandeur d'Escluseaulx, son neveu, aussi agent général dudit ordre. Ce volume a 1300 pages.
Top

§ Chapitre III — Volumes et documents divers
Nº 83.
— Livre d'heures, en latin, de la fin du XIIe siècle ou du commencement du XIIIe. Il contient 179 feuillets en vélin, avec rubriques et majuscules de diverses couleurs.
Reliure moderne en veau avec gaufrures sur les plats et fermoirs en cuivre.

Nº 84.
— Obituaire, écrit au XIIIe siècle, comprenant 19 feuillets en vélin et relié en parchemin. Quoiqu'on lise sur sa couverture: Un anniversaire des prières que la religion est chargée, cet obituaire a été formé pour l'église cathédrale de Beauvais. C'est ce qui résulte des noms des personnages et des lieux qu'il rappelle, et notamment de la rubrique placée au bas de l'avant-dernier feuillet: Hec sunt capitula dierum festivitatum, processionum et aliarum distributionum extraordinariarum in quibus consuetum est distribui in ecclesia Belvacensi prout continetur in libro hoc.

Nº 85.
— Imprimé de 20 pages in-folio (Malte, chez Nicolas Capaci, 1761), portant ce titre: Liste de Messieurs les chevaliers de la vénérable langue de France, divisée en trois prieurés, France, Aquitaine et Champagne ; faite par des commissaires nommés à cet effet par la vénérable langue, en 1760.

Nº 86.
— Volume imprimé: Traité de l'administration des bois de l'ordre de Malte, dépendants de ses grands-prieurés, bailliages et commanderies dans le royaume de France.
Paris, Le Breton, 1757 ; in-4º.

Nº 87.
— Recueil contenant:
1º — Procès-verbaux des visites des commanderies du Piéton, de Chantraine et de Villers-au-Liège, faites par Louis Louvel de Glisy, commandeur de Slype, à Bruges, et Louis de Menou de Charnisay, commandeur de Castres, en vertu d'une commission du grand-maître de Malte, du 15 décembre 1724.
2º — Mémoire sur les commanderies de l'ordre situées dans les dix-sept provinces des Pays-Bas (1734). 3º — Exposé chronologique des privilèges accordés à la religion par les souverains des Pays-Bas, de 1099 à 1758.
4º — Représentations faites au Gouvernement général par les décimateurs, sur l'édit du 25 septembre 1769, concernant l'entretien des églises et des presbytères
5º — Idem, par l'ordre de Malte, au sujet du même édit.
6º — Observations présentées à l'évêque de Namur, en 1773, sur la collation des cures de l'ordre situées dans son diocèse.
7º — Précis des difficultés faites par la langue d'Allemagne, pour l'admission dans l'ordre, des princes de Salm, et liste des pièces obtenues pour fournir les preuves de la carte généalogique d'Emmanuel, prince de Salm et liste des pièces obtenues pour fournir les preuves de la carte généalogique d'Emmanuel, prince de Salm.
8º — Relevé des documents imprimés et manuscrits concernant le maintien des privilèges de l'ordre aux Pays-Bas.
9º — Modèle de procès-verbal de la prise de possession d'une commanderie de l'ordre.

Nº 88.
— Cahier relatant les formalités à remplir pour être admis dans l'ordre, suivi d'un modèle du tableau généalogique à produire avec preuves par les aspirants.

Nº 89.
— Volume composé de pièces relatives à l'admission dans l'ordre, en qualité de frère chevalier, de Jean-François-Bernard de Lattre de Bosqueau, chevalier, né à Mons le 23 novembre 1750.
Ce volume contient notamment le mémorial des titres produits par le récipiendaire ; son acte de baptême ; sa généalogie avec armoiries enluminées ; le procès-verbal dressé à Mons par deux chevaliers de l'ordre, le 28 juillet 1768, et approuvé par le grand prieuré de France, dans son assemblée tenue au Temple, à Paris, le 19 novembre 1768.
Top

§ Chapitre IV — Correspondances
Nº 90.
— Recueil de 96 lettres et brefs adressés, de 1684 à 1737, par le grand-maître de Malte au chevalier des Fourneaux, agent de l'ordre aux Pays-Bas, au commandeur de Manou de Charnisay et à quelques autres personnages, concernant l'administration des biens et les ventes de bois des commanderies de ces pays;
— Les exemptions et privilèges de l'ordre;
— Une tapisserie en laine à fournir par un manufacturier de Bruxelles, devant représenter des sujets de l'Ancien et du Nouveau Testament et destinée à l'église majeure de Saint-Jean de Malte;
— Le portrait du grand-maître Perellos;
— La prise d'un vaisseau de l'ordre par un corsaire de Flessingue, en 1711;
— L'enregistrement des privilèges à la cour de Bruxelles, en 1727, etc.

Nº 91.
— Recueil de lettres des agents généraux et d'autres personnages, touchant les affaires de l'ordre, de 1559 à 1785.

Nº 92-96.
— Cinq volumes contenant la transcription des lettres adressées aux commandeurs, à des personnages de la noblesse et du clergé, à des hommes de loi, à des négociants, etc., par l'agent général de l'ordre, du 29 novembre 1773 au 12 juin 1794. Le dernier de ces recueils renferme de curieuses relations des événements politiques et des opérations militaires qui ont eu lieu en 1793 et en 1794.
Top

§ Chapitre V — Comptes
Nº 97-106. — Dix comptes rendus à l'avocat Drion, agent général de l'ordre aux Pays-Bas et muni de la procuration du commandeur de Fleury, des recettes et dépenses opérées de 1771 à 1775. Ces comptes concernent particulièrement les ventes de bois.
Top

§ — Chapitre VI — Premier chapitre des Chartes
Deuxième division — Commanderie Magistrale de Hainaut-Cambrésis, dite du Piéton


Nº 107.
1121 ou 1131. — Factum est ergo anno ab Incarnatione......

L'abbé et les religieux d'Hautmont font connaître qu'Anselme de Mont-Sainte-Aldegonde tenait à Cipli une terre pour laquelle il leur payait trois sols annuellement ; que cette terre ayant été acquise pour les frères du Temple, par Bauduin de Gant, leur procureur dans le comté de Hainaut, ces frères devront payer à leur abbaye le dit cens de trois sols, monnaie de Valenciennes, avec un cens de pareille somme pour une autre terre située au même lieu et que.... de Louvignies leur avait donnée.
Chirographe sur parchemin, en mauvais état de conservation. On lit au dos: « Inventa ista cartuLa fuit a me apud S. Simphorien, anno Domini Mº CCCº IXXXVjº, in die Inventionis sancte crucis. »

Nº 108.
1142. — Actum anno incarnati Verbi Mº Cº XLIIº, incarnatione Vº

Charte par laquelle Bauduin IV, comte de Hainaut, concède aux chevaliers de l'ordre du Temple de Jérusalem cent journels de terre à Frameries.
Original sur parchemin, dont le sceau a disparu.
Cette charte a été publiée par M. Charles Duvivier, dans ses Recherches sur le Hainaut ancien, page 536.

Nº 109.
1154. — Actum Montibus, in ecclesia beate Waldedrudis, anno ab Incarnatione Domini Mº Cº Lº iiij, luna xiiij, indictione v, epacta tercia, concurrente ij.

Charte par laquelle Bauduin IV, comte de Hainaut, ratifie la donation faite aux frères de l'ordre du Temple par Martin de Valenciennes, d'une terre située près de la ferme du Fliémet.
Original sur parchemin, avec une courroie dépourvue de sceau.
Au dos: De elemosina Martini de Valenciènes.
Publiée dans les Recherches sur Le Hainaut ancien, par M. Charles Duvivier, page 582.

Nº 110.
1162. — Actum hoc publice Bruxelle, anno Incarnacionis dominice Mº Cº LXº ijº, indictione V, epacta III, regnante Freoderico imperatore IIIIº (sic), anno obsidionis Mediolani, Nicholao Cameracensis sedis cathedram optinente.

Donation faite à l'hôpital de Jérusalem par Godefroid, duc de Lotharingie, de l'église de Saint-Jacques sur Caudenberg, avec ses dépendances, sous réserve du droit de l'église des SS. Michel et Gudule.
Original sur parchemin, avec un fragment de sceau en cire rouge annexé par double queue de peau.
Publié par M. Wauters (Revue d'histoire et d'archéologie, tome I, page 481), et dans notre Description de cartulaires et de chartriers du Hainaut,- tome II, page 77. — Annales du Cercle archéologique de Mons, tome VI, page 53.

Nº 111.
1163. — Actum anno incarnati Verbi Mº Cº LXº IIIº

Helgot, abbé de Liessies, avec le consentement de son chapitre, donne en aumône, à Aitropius, maître des frères du Temple demeurant au Vernoit, la huitième partie de l'alleu du Piéton (Pientun), que Hubert d'Aubechies avait cédée à l'église de Saint-Michel du Sart, avec l'approbation de ses enfants et sous le témoignage du comte Bauduin et de ses principaux officiers.
Original sur parchemin, sceau enlevé. Au dos: De elemosina de Pienton littere abbatis de Lissiis.

Nº 112.
1170. — Actum est anno ab Incarnatone Domini (Mº Cº LXXº)

Adam, abbé de Saint-André, confirme que les frères de l'hôpital ont acquitté son abbaye du droit qu'ils avaient de lever la quatrième gerbe sur toutes les terres de la paroisse d'Auden-court (de Audonis curte), à la condition qu'elle leur paiera, chaque année, à la Toussaint, cinq muids de froment moyen et autant d'avoine, à Hunlincourt.
Copie sur papier.
Cette charte est transcrite dans le cartulaire des possessions de l'ordre en Hainaut-Cambrésis, folio 43, Nº 64.

Nº 113.
1172. — Anno incarnati Verbi Mº Cº LXº XIJº.

Emma, abbesse de l'église de Sainte-Aldegonde, à Maubeuge, fait connaître qu'elle et la communauté de ses sœurs ont cédé aux pauvres de l'hôpital de Jérusalem, moyennant quarante livres, monnaie de Valenciennes, la seizième partie de l'alleu qu'elles possédaient dans la paroisse d'Ecuclin, à titre de la donation reçue par leur église de Gela, leur sœur, et consistant en terres cultivées et en terres incultes, en droit de terrage et dîme, ainsi que la terre dite de Saint-Etton, à cause que le dit alleu est contigu à la maison de l'hôpital.
Original sur parchemin, sceau enlevé.
Au dos: Por le maison de Eskelin.

Nº 114.
21 juin 1177. — Datum Tusculani, XI Kalande julii.

Confirmation donnée par le pape Alexandre III, à la cession faite aux frères hospitaliers dans le diocèse de Cambrai, par l'évêque de ce siège, des églises de Saint-Symphorien, de Spiennes et de Vellereille, avec leurs appendances et dépendances.
Copie sur papier, certifiée d'après la transcription de cet acte dans le cartulaire des possessions de Hainaut-Cambrésis, folio 1, acte coté A.

Nº115.
1178. — Actum anno dominice Incarnationis Mº Cº LXXº VIIJº.

Odin, prieur de la maison de l'hôpital de Saint-Gilles, fait connaître qu'avec le consentement des frères de son ordre qui furent au chapitre de Cerisiers, il a concédé au seigneur Godin et à ses héritiers toute la terre appartenant à la dotation des églises de Saint-Symphorien, de Spiennes et de Vellereille, sous la condition que le dit ordre en recevra le terrage et la dîme, c'est-à-dire deux gerbes sur dix, etc.;
— Qu'il lui a également concédé, pour lui et ses héritiers, sa maison avec prairie (cum horto herbario), moyennant un cens de quatre deniers payable à la Noël;
— Que le dit Godin, avec l'assentiment d'Ide son épouse et de ses enfants, a donné aux pauvres de l'hôpital de Jérusalem la troisième partie de la dîme de Saint-Symphorien, pour en jouir après sa mort.
Si le seigneur Godin et son épouse Ide veulent entrer dans la fraternité de l'hôpital, ils y seront reçus sans donner argent. Témoins : « S. Ansermi preceptoris, s. Radulfi de Duiai, prioris Anglie, s. Letoudi, s. Jacobi, s. Nicholai, s. Godardi, s. magistri Mathei, presbiterorum.; s. Gauteri, s. Johannis, s. Rogeri, s. Giroudi, s. Radulfi Vitreacensis, diaconorum; s. Ernulfi de Spina, s. Symonis de la Housoie, s. Ferrici Carnotensis, s. Romeri, militum. »
Original sur parchemin, sceau en cire rouge représentant l'agnus Dei ; un second sceau (celui du seigneur Godin) a disparu.

Nº 116.
1179. — Ces choses ont esté faictes à Givry, l'an del Incarnation Nostre-Signeur MIL CENT LXXIX, indiction XIJ, épacte XJ. (Acta sunt hec apud G....... septuagesimo nono, indictione XIJ, epacta XI).

Traduction d'une charte dont il ne reste qu'un: fragment (y annexé) de l'original, et par laquelle Clarembaud (Clarenbaldus), abbé d'Hautmont et toute sa communauté acceptent la cession perpétuelle des biens que les frères du Temple de Jérusalem possédaient à Givry, en terres, bois, eaux, moulin, etc., ainsi que de la terre appelée l'Aumône-Wagon, moyennant le paiement par leur abbaye, chaque année, à la fête de saint Martin, de six marcs de dix sols le marc, du poids de Flandre, à Fliémet (apud Flumetum).
Acte sur parchemin, revêtu de la signature de Jacques Lessabée, prêtre, notaire apostolique.
Voyez les lettres réversales d'Aimon, maître de l'ordre du Temple, de la même date que la charte précédente, dans l'ouvrage de M. Charles Duvivier, Recherches sur le Hainaut ancien, page 621, Nº CXLIV bis.

Nº 117.
1183. — Factum est autem hoc mee devotionis donum, anno dominice Incarnationis Mº Cº LXXXº IIJe, anno captionis Jerusalem LXXXº IIIJe, epacta VIº, indictione Iº.

Charte par laquelle Godefroid, duc de Lotharingie, cède aux frères de l'hôpital de Jérusalem, la maison fondée sur son alleu à Bruxelles.
Original sur parchemin, sceau enlevé.
Imprimé dans notre Description de cartulaires et de chartriers du Hainaut, tome II, page 78; — Annales du Cercle archéologique de Mons, tome VI, page 54.

Nº 118.
Mai 1195. — Actum Montibus, in monasterio beate Waldedrudis, mense maio, anno dominice Incarnationis millesimo centesimo nonagesimo quinto.

Acte concernant la cession faite à l'hôpital de Jérusalem par le chapitre de Sainte-Waudru, de ce qui lui avait été donné à Offies par Henri, châtelain de Mons. « Testes: princeps Balduinus, comes Hainoensis et primus marchio Namucensis ; Balduinus , comes Flandrie, ipsius comitis Hainoensis et marchionis Namucensis filius ; et ipsius comitis Hainoensis fideles, scilicet: Walterus de Avethnis, Nicholaus de Ruminio, Alardus de Cimaco, Nicholaus de Barbencione, Gerardus de Manchicort, Nicholaus de Condato, Walterus de Sotenghien, Gillebertus sancti Germani Montensis prepositus, Gillenus castellanus Bellimontis, Ulbaldus de Loviniis, Soherus de Haudiun. De ecclesia vero Montensi testes: Nicholaus prepositus, Cameracensis archidiaconus ; Gillebertus, vice prepositus et custos et canonicus ; Rainerus, decanus Sancti Germani, canonicus beate Waldetrudis ; Nicholaus Nata, Godinus de Sancto Simphoriano, Romundus, Willelmus, Nicholaus, canonici ; Sarra decana, Elyzabeth de Abeciis, Heluidis de Villa, Sarra de H..... a, Hawidis Pietdoceon, Maria de Hum, Hawidis de Gaia, Mathildis et Agnes et Alydis de Fontanis, Maria, Berta et Fagla de Quarinun,Gela de Horuetis, Petronilla de Ladeusa, et alie quamplures canonice Montensis ecclesie. Testes de sepedicto hospitali : Ogerus, prior ipsius hospitalis in Francia ; Odo, magister in Flandria ; Gerardus, magister in Cameracensi diocesi ; Ulardus, Wadinus, Theodericus, fratres ipsius hospitalis. Et cum his testes viri religiosi : Simon, abbas Aquiscinctensis ; Walterus, abbas Sancti Amandi ; B., abbas de Camberone ; Bartholomeus, abbas Sancti Dionisii in Brokeroia. »
Chirographie. Original sur parchemin, sceau dont il ne reste que les lacs de soie verte. Voyez notre Description de cartulaires et de chartriers, tome II, page 50 ; Annales du Cercle archéologique de Mons, tome VI, page 26. (1)
1. — Il existe dans le chartrier du chapitre de Sainte-Waudru (titre coté ; Mons, Nº 631), une charte, datée du mois de mai 1195, par laquelle le comte Bauduin corrobore l'acte ci-dessus. (Original sur parchemin, avec sceau équestre en cire rouge.)

Nº 119.
1199. — Actum sollempniter anno Verbi incarnati Mº Cº LXXXXº nono.

Transaction conclue entre Garsilius, grand maître de l'hôpital de Jérusalem dans les contrées en-deçà des mers, Simon, prieur du même hôpital en France, et leur chapitre, d'une part, et Ide, veuve de Godin de Saint-Symphorien, et ses fils, d'autre part, au sujet des terres de la dotation des églises de Saint-Symphorien, de Spiennes et de Vellereille, et d'une dîme que Godin et ses prédécesseurs possédaient à Saint-Symphorien. Ils donnent à cette veuve et à ses enfants les terres dont il s'agit, moyennant de leur en payer le terrage et la dîme, etc. Ils leur cèdent aussi la maison du dit Godin et son enceinte, sous un cens annuel de quatre deniers de Hainaut, payable à la Noël, etc. De leur côté, Ide et ses fils Godin, Gervais, Nicolas et Wautier, à l'imitation de Godin, leur époux et père respectif, abandonnent à l'hôpital les droits qu'ils peuvent avoir sur la dîme de Saint-Symphorien.
Chirogr. Original sur parchemin, auquel pendaient par des lacs de soie rouge quatre sceaux, dont deux seulement (en cire rouge) sont conservés.
L'un de ces sceaux était celui de frère Charles, maître de l'hôpital dans les diocèses de Liège et de Cambrai (adiuncto sigillo dilecti fratris nostri Karoli in diocesi tam Leodiensi quam Cameracensi tunc temporis magistri).

Nº 120.
Avril 1201. — Actum apud Haimonis Quercetum, anno dominice Incarnationis Mº CCº primo, mense aprili.

Bauduin, comte de Flandre et de Hainaut, délivre à frère Wautier de Gorbuel, maître de la maison de l'hôpital de Jérusalem dans le Cambrésis, sept muids et deux mencaudées de terre, bois et pré, que ce religieux avait achetés, pour sa dite maison, à Bauduin, chevalier de Saint-Remi, qui les tenait en fief du comte.
Original sur parchemin, dont une partie est détruite, avec sceau équestre et contre-sceau en cire brune pendant à des lacs de soie rouge.
Le texte de cette charte est publié dans notre Description de cartulaires et de chartriers, tome II, page 78.

Nº 121.
12 mars 1202 (1201, v. st.) — Actum Montibus, die festo sancti Gregorii,mense martio, anno Verbi incarnati millesimo ducentesimo primo.

Bauduin, comte de Flandre et de Hainaut, garantit l'accord intervenu entre les frères de l'hôpital de Jérusalem, d'une part, et Ide de Saint-Symphorien et ses fils, d'autre part, touchant des biens des églises de Saint-Symphorien, de Spiennes et de Vellereille-le-Sec, et une dîme que possédait à Saint-Symphorien, Godin, mari défunt de la dite Ide.
Chirographie Original sur parchemin, sceau équestre avec contre-sceau en cire rouge pendant à des lacs de soie rouge et jaune.
Imprimé tome VII, page 119, de notre Description de cartulaires.

Nº 122.
30 janvier 1204. — Datum Anagnie, iij kal. februarii, pontificatus nostri anno sexto.

Bulle du pape Innocent III, adressée au maitre et aux frères de l'hôpital de Jérusalem, par laquelle il leur confirme la possession de l'église de Saint-Symphorien.
Original sur parchemin, avec sceau en plomb appendu à des fils de soie jaune.

Nº 123.
1207. — Acta sunt hec et capituli nostri testimonio et sigilli nostri appensione munita.....

Lettres du doyen et du chapitre de Binche, par lesquelles ils font connaître que l'église de Fosses a cédé aux Templiers, moyennant le paiement d'une rente annuelle d'un muid de blé et d'un muid d'avoine, à la mesure de Mons, le lendemain de la Toussaint, en la grange de Saint-Feuillien près de Fleurus (Flerus), une dîme près de Piéton, sur la terre dite de Brakinies (1), que lui avaient donnée Jean, clerc, et Robert, chevalier de Carnières.
Copie sur papier, certifiée par Henri Mathon, notaire du chapitre de Fosses, et munie du sceau en placard de ce chapitre.
1. — Alias terre des Braconniers.

Nº 124.
6 janvier 1207. — Anno Domini nostri Jhesu-Christi Mº CCº VIIe, sexta intrantis mensis januarii, indictione décima.

Pierre de Saintes, en reconnaissance du bien que la maison hospitalière de Saint-Jean de Jérusalem lui avait fait en le délivrant de la captivité des païens, se donne à cette maison en qualité de confrère et lui cède une rente de cinq muids d'avoine et de trente chapons, payable le lendemain de la Noël, sur ses revenus de Saintes.
Original sur parchemin, dont il ne reste que des fragments, sceau perdu.

Nº 125.
15 avril 1214. — Actum anno Domini Mº CCº quarto decimo, mense aprili, feria tercia post dominicam MISERICORDIA DOMINI.

L'abbé, le prieur et le chapitre de Saint-Aubert de Cambrai font connaître que Renier de Bruille, chevalier, ayant donné aux frères de l'hôpital de Jérusalem la part de dîme qu'il possédait dans la paroisse de Thians, ils s'étaient d'abord opposés à cette donation, mais qu'ensuite les juges délégués par le siège apostolique avaient, avec leur consentement et celui des frères de l'hôpital, décidé que la moitié de la dîme dont il s'agit appartiendrait à leur abbaye et l'autre moitié à ces religieux, et que ceux-ci seraient remboursés de la moitié des frais qu'ils avaient faits à l'occasion de ce différend.
Original sur parchemin, sceau dont il ne reste que les lacs de soie verte.

Nº 126.
1219. — Actum anno Domini Mº CCº nono decimo.

B, abbé de Saint-Aubert, et maître Crespin, chanoine de Cambrai, notifient qu'ayant été choisis juges du différend survenu au sujet de la chapellenie et de la chapelle de l'hôpital de Jérusalem, dans les limites de la paroisse de Saint-Géry, il a été statué que dans le cas où leur arbitrage ne serait pas pleinement accepté par les parties, les choses seraient remises sur le pied où elles étaient avant le compromis fait par ces parties.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, sceaux enlevés.

Nº 127.
Février 1220 (1219, v. st.). — Actum anno Domini Mº CCº nono decimo, mense februario.

Confirmation, par Godefroid, évêque de Cambrai, de la sentence prononcée par les arbitres sur un différend mû entre le prieur et les religieux de Saint-Saulve, d'une part, et les frères de l'hôpital de Jérusalem, d'autre part, au sujet d'une chapellenie fondée par R. Rousseau, bourgeois de Valenciennes, etc.
Original sur parchemin, en fort mauvais état de conservation, sceau dont il ne reste que les lacs de soie.
Publié par Simon Le Boucq, Histoire ceci, de Valenciennes, page 204.

Nº 128.
Juin 1231. — Datum anno Domini Mº CCº tricesimo primo, mense junio.

Fernand, comte, et Jeanne, comtesse de Flandre et de Hainaut, approuvent et confirment la donation faite à l'hôpital de Jérusalem par G., seigneur de Jauce, d'une rente de dix livres de Valenciennes à recevoir chaque année sur son tonlieu dans cette dernière ville, tonlieu qui relevait d'eux.
Original sur parchemin, sceaux dont il ne reste que les lacs de soie verte.
Au dos : Le confirmation des X libres que nous avons u tonlieu de Valenciennes.

Nº 129.
Septembre 1231. — Actum sollempniter, anno Domini millesimo ducentesimo tricesimo primo, mense septembri.

Godefroid, seigneur de Seneffe, donne aux frères de la chevalerie du temple de Jérusalem:
1º — Un cens annuel d'un muid d'avoine, à la mesure de Nivelles, et de quatre deniers, monnaie de cette ville, par chaque bonier d'une terre située à Seneffe, qui en contient 80, dont 25 boniers à Rochepelée, 25 à le Fontenèle près du bois des religieux d'Herlaimont, et 30 à Robiertbruech, cens qu'il tenait en fief de son frère Léon, châtelain de Bruxelles;
2º — Un autre cens de douze deniers, même monnaie, et d'un demi-muid d'avoine, qui lui était dû annuellement sur cinq boniers et demi de terre situés près de la marnière vers Longsart (ad longa sarta) et qui relevaient aussi de son dit frère;
3º — L'autorisation de prendre dans sa terre de Seneffe, la marne nécessaire à la culture des quatre-vingt-cinq boniers et demi précités. Il déclare que son frère le châtelain, qui est son seigneur, et lui, ont délivré les choses ci-dessus aux dits religieux, sur l'autel de Valionpont, par la tradition du rameau et du gazon ; mais qu'il s'est réservé pour lui et ses successeurs, la justice pour effusion de sang et pour querelle.
Original sur parchemin, avec un fragment du sceau équestre et en cire verte du châtelain de Bruxelles pendant à des lacs de soie rouge (l'autre sceau est détruit).

Nº 130.
Février 1237 (1236, v. st.) — Actum anno Domini Mº CCº tricesimo sexto, mense februario.

Guillaume, seigneur de Beuvrages (Bevrege) et de Saint-Saulve, concède à la maison de l'hôpital de Jérusalem, moyennant un cens de deux deniers, payable à la Nativité de Saint-Jean-Baptiste, l'abandon que Wautier dit Spiaute a fait à cette maison, d'une rente d'un huitel d'avoine, de deux sols blancs et demi, de dix chapons et de six pains qu'elle lui devait annuellement, et d'un demi-muid de terre sis à Ambonniers.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 131.
Mars 1239. — Actum et datum anno Domini Mº CCº tricesimo nono, mense martio.

Le doyen de chrétienté de Coulommiers, diocèse de Meaux, fait connaître que le commandeur et les frères de la chevalerie du Temple et Jacques le Fellain, de Cambrai, se sont mis d'accord au sujet de deux maisons situées en cette ville et que le dit Jacques possédera moyennant une rente perpétuelle de 200 livres parisis à payer aux religieux précités.
Original sur parchemin, auquel manque le sceau.

Nº 132 (1).
Février 1251 (1250, v. st.). — Ce fut fait l'an del Incarnation Jhésu-Crist mil CC et cincquante, el mois de féverier.

Watiers, abbé de Saint-Jean-en-Valenciennes, fait connaître qu'en sa présence, VVateniers li Vilains, bourgeois de Valenciennes, Alixandre, sa femme, Jakèmes et Jehan, leurs deux fils, ont « werpit et clamet quite bien et loiaument as frères de la chevalerie del Temple, iretauvlement le moitiet des fiés que on tient de monsigneur Robert de Bazoces et de medame. Braimonde, se femme, et de monsigneur Grart d'Anzaing, et de Willaume de le Pière, et le moitiet auvec de trois muis de tière, pau plus pau mains, ki gisent as Argellières, et en tel manière le wercc pirent-il..... lesquels fiés et lequéle warizon mesire Jakèmes li Cornus, chevaliers en Valenciènes, en sen vivant, avoit denet as frères del Temple devant dis, empure et perpétuel aumosne, apriès sen déciès. »
Présents : « com eskievin, Jakèmes Polies et Wéris de Couci ; et si furent comme crestiien, frères Guis de Bazainvile, mestres de la chevalerie del Temple en Franche ; frères Tieri Déni, frères Grars de Vilers, frères Watiers de Vilers, ses frères, frères Leurens de Houtaing, Willaumes d'Estrépi, capelains de Biauliu, Watiers Roussiaus, Gilles Waukcrie, Jakèmes li Cangieres, Gilles li Cangieres, Mahius Fruitiaus, Willaumes li Fouricrs, Watiers Lieduins et Watiers Waukelore. »
Original sur parchemin, sceau ovale en cire verte (dont la partie supérieureest enlevée) avec contre-sceau.
1. — On trouve dans le chartrier du chapitre de Sainte-Waudru deux bulles du pape Innocent IV, de l'an 1246, qui confirment un appointement conclu entre ce chapitre et frère Adam, proviseur de l'hôpital de Jérusalem dans le diocèse de Cambrai, au sujet de certaines terres et d'autres choses. (Titres cotés : Mons, Nº 443 et 668.)

Nº 133.
Novembre 1254. — Ce fu fait Mº et CCº et liiij, ans après l'Incarnation Nostre-Signor, en mois de novembre.

Donation faite à Notre-Dame et aux frères dou Temple de Pienton par Williames de Goy, fis Bernart c'on dist le Mouton, avec l'assentiment de ses frères, de quatre boniers de terre situés à Goy, au territoire mouvant de le Haie. Témoins : « Pières li maires de le Haie, Nicolais de Preis, Pières Naves, Jehans Lordiaus, eskevin de le Haie ; mesire Jehans, prestres de Goy ; maistres Nicholes, Gérars li Clers, dame Gèle dou Mareis, Biautris suer le prestre. »
Original sur parchemin, auquel manquent les sceaux du doyen de chrétienté de Flerus et de Jehan prêtre de Goy.

Nº 134.
Avril 1255. — Datum et actum anno Domini Mº CCº quinquagesimo quinto, mense aprili.

L'officiai de Cambrai fait connaître qu'en sa présence, demoiselle Alix, sœur de feu Thomas dit Tortel, d'Avesnes-le-Sec, chevalier, a vendu aux frères de la chevalerie du Temple, l'usufruit qu'elle avait sur neuf mencaudées au territoire du dit Avesnes-le-Sec, lesquelles appartenaient à ces frères.
Original sur parchemin, troué, sceau enlevé.

Nº 135.
28 avril 1257. — Actum et datum anno Domini millesimo ducentesimo quinquagesimo septimo, mense aprili, sabbato post MISERICORDIA DOMINI.

L'official de Cambrai fait connaître que Jean de Bapaume, bourgeois de Péronne, a donné au prieur et aux frères de la sainte maison de l'hôpital de Jérusalem et en particulier à leurs maisons situées dans le bailliage de Cambrai, pour le repos de son âme et de celles de ses femmes et de ses parents, trente huitelées de terre labourable, à la mesure de Valenciennes, dont douze à Sautaing, au lieudit au Hasoit, seize près de la route de Bavai, entre Curgies et Etrœungt, et deux à Saint-Saulve, près de l'Escaut, et deux maisons situées à Valenciennes, dans la rue au Pont dou Wiket.
Original sur parchemin, fragment de sceau pendant à des lacs de soie rouge.

Nº 136.
25 février 1260 (1259, v. st.). — Datum et actum apud Douchi, in domo Willelmi de Briele, sub districtu nostro sita, in die beati Mathei apostoli, anno Domini millesimo CCº quinquagesimo nono, mense februario.

Renier dit Grehés, chevalier de Douchy, seigneur de Noyelle, fait connaître que Jacques de Noyelle, fils de feue Mathilde de Bouchaing, a vendu aux frères de la chevalerie du Temple, pour la somme de trois cents livres de blancs, tout le fief qu'il tenait de lui et qui lui était échu à titre d'hérédité de sa cousine germaine, Gile, fille de Godefroid Muert de Caut, le dit fief situé à Noyelle et contenant les parties de terre désignées. Il en investit ces religieux dans les formes voulues, après avoir renoncé, pour lui et ses successeurs, aux droits qu'il avait sur ce fief, qui sera désormais considéré comme franc-alleu.
Témoins: Jean de Sauch, Jacques de Sauch, Willaume de Briele, Simon d'Aunoit, dame Péroné de Briele, dame Gile de Baallon et demoiselle Alexandre de Baallon, pairs de Jacques de Noyelle.
Original sur parchemin, avec sceau armorié (en cire brune et dont la partie supérieure est brisée) de Renier.
A cette pièce est jointe une traduction française, sur papier.

Nº 137.
17 septembre 1261. — Datum anno Domini Mº CCº LXº primo, sabbato ante festum beati Mathei apostoli.

Maître Ulbaud de Sarts, chanoine et official de Cambrai, fait connaître qu'en sa présence, Colard dit de Bruille et Alexandrine, son épouse, ont vendu au maître et aux frères de la chevalerie du Temple un boisseau et demi de terre à Avesnes-le-Sec, à l'endroit dit ad viam de fossato Martini.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 138.
14 avril 1265. — Datum anno Domini Mº CCº LXVº, feria tercia post dominicam QUASIMODO.

Lettres par lesquelles N., évêque de Cambrai, concède au maître de la chevalerie du Temple trois boniers de terre à Perrois in territorio de Perreto et à Carnières, qui faisaient partie de la dotation de l'église de Carnières, et ce, moyennant un cens annuel de trois deniers blancs, monnaie de Hainaut, à payer au commencement d'octobre.
Original sur parchemin, sceau ovale en cire rouge (dont des parties sont brisées) du chapitre de l'église de Cambrai. Le sceau de l'évêque manque.

Nº 139.
Mai 1269. — Datum anno Domini millesimo ducentesimo sexagesimo nono, mense mayo.

L'official de Cambrai fait connaître qu'Isabelle dite le Pekeresse, veuve de Thomas le Pekeur, avec l'assentiment de Jean li Caudelliers, son père, de Rogier et d'Alix, enfants de ce dernier, a abandonné aux frères de la chevalerie du Temple cinq maisonnettes situées à Cambrai, pour lesquelles elle leur devait une rente.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 140.
29 mars 1270 (1269, v. st.). — Datum anno Domini millesimo ducentesimo sexagesimo nono, sabbato post LETARE, mense marcio.

L'official de Cambrai fait connaître que Pierre dit Joveniaus de Sauzeto et Marie, son épouse, ont, en sa présence, déclaré avoir donné en aumône perpétuelle, pour le repos de leurs âmes, à te maison des frères de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, quatre mencaudées de terre labourable au territoire de Montrécourt in territorio de Monsterencourt, dont ils se réservent toutefois l'usufruit de deux mencaudées jusqu'au décès du dernier des époux, et des deux autres mencaudées jusqu'au décès de Raoul, père du dit Pierre.
Original sur parchemin, fragment de sceau.

Nº 141.
21 mars 1271 (1270, v. st.) — Datum anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo, sabbato post LETARE JHERUSALEM.

L'official de Cambrai notifie au prêtre d'Avesnes-le-Sec que Pierre Major, clerc, et Marie dite Rose, son épouse, ont donné aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, une rente annuelle de deux chapons payable à la Noël et hypothéquée sur tous leurs biens.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 142.
Juin 1271. — Données en l'an del Incarnation Nostre-Seigneur Jésus-Christ mil deux cens et soixante-onze, el mois de juin.

Accord entre la maison de l'hôpital de Jérusalem et l'abbaye d'Epinlieu, au sujet des dîmes de Saint-Symphorien. Sous le vidimus Original de la cour souveraine de Hainaut, du 15 février 1663, avec sceau en cire rouge pendant à des tresses de soie verte.
Imprimé dans notre Description de cartulaires et de chartiers, tome III, page 58. — Bulletins des séances du Cercle archéologique de Mons, 2e série, page 271.

Nº 143.
Décembre 1271. — Ce fu fait en l'an de le Incarnation Nostre-Signeur Jhésu-Crist Mº et CCº et LX et XI ans, el mois de décembre.

Donation faite aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, en présence des échevins d'Avesnes-lez-Aubert, par Gilles de Waubais, écuyer, et Sainte, sa femme, de deux mencaudées de terre à Carnières. Témoins: « mesires Simons, prestres, curés d'Avesnes-les-Waubert ; Nicholes de Hon, chapelains des devandis frères ; Bertous Bede et Jehans li Pouvres, ses flux ; Jakèmes li frères demisèle Saintain, et Flores Hapars. »
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 144.
9 février 1272 (1271, v. st.) — Datum anno Domini Mº CCº LXXº primo, feria quarta post festum Purificationis.

Lettres concernant la donation faite aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, par Hugues de Fages et sa femme, qui s'en réservent l'usufruit viager, de deux mencaudées de terre à Avesnes-lez-Aubert in territorio de Avesnis Wauberti, à l'endroit dit As Bossies.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, sceau enlevé.

Nº 145.
Février 1272 (1271, v. st.) — Che fu fait l'an del Incarnation Nostre-Signeur MIL CCº LXXI an, et mois de février.

Watiers, chevalier et sire de Masnui, et Henri, son fils, chevalier, font savoir que Jakémes de Wannes, maire d'Avesnes-lez-Aubert, Gille, sa femme, et Héluis, sa mère, ont donné aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, quatre rasières et demie de terre au territoire de Wannes; ils approuvent et confirment cette donation par l'apposition de leur sceau.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, sceau enlevé.

Nº 146.
Décembre 1272. — Ce fu fait en l'an del Incarnation Nostre-Signeur Jhésu-Crist Mº et CCº et LXXII, el mois de décenbre.

Donation faite aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, par Jehan Coilles et Maroie, sa femme, du terrage de deux mencaudées et demie de terre moins une demi-mesure, tenues de Saint-Géri, etc.
Chirographie Original sur parchemin.

Nº 147.
Décembre 1272. — Ce fu fait en l'an del Incarnation Nostre-Signor Jhésu-Crist Mº et CCº et LXXIj, el mois de décenbre.

Donation faite aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, par Hugues dou Fait et Perrée, sa femme, de deux mencaudées de terre situées desous les Fourkes et tenues de Saint-Géri. « A cèle counissance faire fu frère Estiévènes, commanderes de le devant dite maison du Temple ; Jehans li Carliers, Flores Hapars, comme eskevin; Bertous Bede, Watiers Groumes, Jehans Coilles, Bertoules, Willaumes d'Eslouges, clers des devant dis frères, et demisèle Sainte, comme crestien. »
Cet acte a été passé à Avesnes-lez-Aubert, en la maison de la dite Sainte.
Chirographie Original sur parchemin.

Nº 148.
7 juin 1274. — Datum anno Domini Mº CCº LXXº quarto, feria quinta post octavas Trinitatis.

L'official d'Arras fait connaître que Marie, veuve de Werricus dit de le Saut, a déclaré que celui-ci a donné au maître et aux frères de la chevalerie du Temple, pour leur maison d'Avesnes-le-Sec, le manage situé devant cette maison et cinq mencaudées et une rasière de terre, dont deux mencaudées à l'endroit dit à la Croix de Saint-Amand, deux à le Longe-Bonne, une as Cortieles, et une rasière au Flos-Wanemer.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 149.
Juillet 1274. — Fait à Avesnes (les Secces), à le maison signeur Bertoul Bede, en l'an del Incarnation Nostre-Signeur Mº CCº et LXXIIII, el mois de julé.

Donation faite aux frères de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, par Watiers dou Fait et Gille, sa femme, de sept boisseaux de terre tenus de Saint-Géri et situés à Cagnoncle, vers Naves, mais en s'en réservant l'usufruit.
Présents à cet acte: les échevins d'Avesnes-le-Sec, frère Estiévène, commandeur de la maison au Temple au dit Avesnes, frère Adam, son compagnon, Bertoul Bede, Gobaus son fils, Hues dou Fait et Guillaume le Clerc.
Chirographie sur parchemin.

Nº 150.
8 octobre 1274. — Datum anno Domini millesimo CCº septuagesimo quarto, feria secunda antefestum beati Dionisii.
L'official de Cambrai fait connaître que Guillaume dit li Menus et Isabelle, son épouse, ont déclaré devant lui que, pour le salut de leurs âmes, ils ont donné à la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, une mencaudée de terre labourable, à la mesure de Cambrai, qu'ils possédaient au territoire de Cagnoncle de Canicula, au lieu dou pire de Minouvile, et un chapon de rente annuelle qu'ils avaient sur la maison de Jean du Gardin, au dit Cagnoncle, mais en se réservant l'usufruit viager de ces biens.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 151.
Octobre 1274. — Faites en l'an del Incarnation Nostre-Seigneur mil deus cens sissante et quatorze, el mois de octembre.

Bauduin d'Avesnes, sire de Beaumont, assigne sur son tonlieu de Valenciennes une rente de soixante sols de blancs qu'il doit annuellement à la maison du Temple, à Valenciennes, pour le cens foncier (trefons) de sa grange en son manage de cette dernière ville et de la terre voisine, qu'il avait achetées à maître Nichole de Thulin. Il prie Marguerite, comtesse de, Flandre et de Hainaut, de confirmer cet acte par des lettres spéciales à délivrer à la maison du Temple précitée.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 152.
Décembre 1274. — Données l'an del Incarnation mil deus cens soissante et quatorze, ou mois de décembre.
Marguerite, comtesse de Flandre et de Hainaut, confirme les lettres de Bauduin d'Avesnes, seigneur de Beaumont, son fils, concernant la rente de soixante sols de blancs qu'il devait à la maison du Temple, à Valenciennes.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, sceau enlevé.

Nº 153.
26 janvier 1275 (1274, v. st.) — Datum anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo quarto, sabbato post Conversionem sancti Pauli.

Maître Jean d'Ais, écolâtre de la Morinie et official de Cambrai, notifie au prêtre de Naves la donation faite au maître et aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Scc, par Agnès dite Cagnarde, et par Adam Dagnart, son mari défunt, de deux mencaudées de terre à Naves, au lieu dit As Courbes.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, sceau enlevé.

Nº 154.
26 janvier 1275 (1274,v. st.) — Datum anno Domini Mº CCº LXXº quarto, sabbato post Conversionem sancti Pauli.

Maître Jean d'Ais, écolâtre de la Morinie et official de Cambrai, notifie au prêtre de Naves que Gobert li Bais et Marie, sa femme, ont, en sa présence, fait don au maître et aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, de trois mencaudées de terre moins un boisseau, à la mesure de Naves, en une pièce, au territoire de cette localité, au lieu dit le Val-Hauduin.
Original sur parchemin, lacéré et presque détruit, avec fragment de sceau.

Nº 155.
14 septembre 1275. - Ce fufait en l'an del Incarnation Mº et CCº et LXXV, el mois de setembre (le ior de sainte crois).

Donation faite aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, par André Neuris, du dit Avesnes, de trois boisseaux de terre, dont ils jouiront après son décès seulement.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 156.
4 décembre 1275. — Datum anno Domini Mº CCº septuagesimo quinto, feria quarta ante festum beati Nicholai hyemalis.

Lettres adressées par maître Jean d'Ais, écolâtre de la Morinie et official de Cambrai, aux prêtres de Taisnières et d'Arquennes, les informant qu'en sa présence, Wautier, fils de Jean dit le Louvier, a reconnu avoir reçu de frère Guillaume de Beaujeu de Bello ioco, maître de la milice du Temple, moyennant un cens annuel de vingt livres parisis, la maison appartenant à cette milice dans la paroisse de Taisnières, à l'endroit dit li Rosière; que Wautier paiera ce cens à la maison du Fliémet, aux termes de Noël et de Pentecôte, par moitié, et qu'il a assigné en garantie de ce paiement le fief tenu par lui de la dite maison du Fliémet, à Wasselinpont, dans la paroisse d'Arquennes (Archane. Il leur mande, enfin, d'excommunier Wautier s'il ne remplit pas l'obligation indiquée.)
Original sur parchemin, sceau enlevé.
Au dos: Lettres appertenans à le maison dou Fluymé, iadis dou Temple.

Nº 157.
Octobre 1277. — Datum anno Domini millesimo ducentesimo septuagesimo septimo, mense octobri.

Charte concernant une donation faite aux frères de la chevalerie du Temple de Jérusalem par Jacques dit Kamelins d'Orsinval.
Original sur parchemin, déchiré, sceau enlevé.

Nº 158.
20 juin 1282. — Datum anno Domini Mº CCº LXXXº secundo, sabbato ante Nativitatem beati Johannis Baptiste.

L'official de Cambrai fait connaître qu'en sa présence, Amauri dit Bataille a donné aux frères de la chevalerie du Temple, pour leur maison d'Avesnes-le-Sec, mais en s'en réservant l'usufruit viager, une mencaudée de terre située dans cette dernière localité, près de la terre de Jacques dit le Serjant, prêtre, frère du dit Amauri.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 159.
20 juin 1282. — Datum anno Domini Mº CCº LXXXº secundo, sabbato ante Nativitatem beati Johannis Baptiste.

L'official de Cambrai fait connaître que Jean dit Wagnars a donné aux frères de la chevalerie du Temple, pour leur maison d'Avesnes-le-Sec, mais en s'en réservant l'usufruit viager, une demi-mencaudée de terre à Beaumont, près du chemin qui mène au moulin à vent.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 160.
27 juillet 1283. — Datum anno Domini millesimo ducentesimo octuagesimo tertio, feria tercia ante Petrum ad vincula.

L'official de Cambrai notifie au prêtre de Naves de Navia que Marie dite li Chauve, veuve de Wicard fils d'Alelmus de la Croix, a reconnu avoir reçu du commandeur de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, deux mencaudées et demie de terre labourable au territoire de Naves, moyennant un cens annuel de quatre mencauds de bon blé payable à la Toussaint, à la mesure de Cambrai: ce à quoi elle a obligé ses héritiers.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 161.
3 décambre 1283. — Datum anno Domini Mº CCº octogesimo tertio, feria sexta post festum beati Andrée apostoli.

L'official de Cambrai fait connaître au prêtre de Saint-Géri de Valenciennes qu'en sa présence, dame Galatienne dite dou Lokeron a donné aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, sept mencaudées de terre labourable, à Femi in territorio de Fidemio ; qu'elle a déclaré que Jean du Sart, chevalier, son mari défunt, leur a cédé quatre mencaudées, à Quevi in territorio de Kievi ; mais que ces religieux ne jouiront des biens dont il s'agit, qu'après la mort de la dite dame.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 162.
21 mars 1284. — Datum anno Domini millesimo ducentesimo octogesimo tertio, feria tertia post dominicam qua cantatur LETARE JHERUSALEN.

Lettres de l'official de Cambrai concernant la donation faite à la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, par Adam dit li Alart et Marie, son épouse, et par Colard dit li Godefroit, de deux mencaudées de terre à Carnioncle, l'une située à l'endroit dit au Pus de Muion-ville et l'autre contiguë à la terre d'Adam de Erin.
Original sur parchemin, usé, sceau en fragments.

Nº 163.
10 mai 1284. — Datum anno Domini millesimo ducentesimo octogesimo quarto, feria quarta post Inventionem Sânete Crucis, mense maio.

Mandement adressé au prêtre de Haspres par l'official de Cambrai, au sujet d'une donation faite à la chevalerie du Temple par Wautier Robarde, de Haspres, d'une mencaudée de terre à l'endroit dit à le Gluitière.
Original sur parchemin, usé et dont des parties manquent, ainsi que le sceau.

Nº 164.
7 octobre 1284. — Datum anno Domini millesimo CCº octogesimo quarto, sabbato ante festum beati Dyonisii.

L'official de Cambrai fait connaître que Jean dit li Porgonniers, d'Avesnes-lez-Aubert, a donné au maître et aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, une rente due sur cinq mencaudées de terre à Saint-Martin de Riuwe, au lieu-dit Fresfosset.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 165.
4 novembre 1284. — Datum anno Domini millesimo CCº octogesimo quarto, sabbato post festum omnium Sanctorum.

L'official de Cambrai fait connaître que Gilles dit Nauris a déclaré devoir payer chaque année au maître et aux frères de la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec, deux mencauds de blé pour trois boisseaux de terre à Saint-Aubert que son père leur avait donnés, et qu'il a affecté en garantie de ce paiement deux mencaudées situées au même lieu.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 166.
Mars 1285 (1284, v. st.) — Datum et actum anno Domini millesimo ducentesimo octuagesimo quarto, mense martii.

Frère Adam, abbé de Bonne-Espérance, et la communauté de ce monastère concèdent à frère Guillaume de Mallayo, prieur de la chevalerie du Temple en France, et aux religieux de son ordre, — en échange de la dîme, grosse et menue, que cet ordre possédait dans la paroisse et au territoire d'Anderlues in parrochia et territorio de Andrelues, — toute la dîme que le dit monastère levait sur certaines terres, au montant de quarante boniers moins onze verges, près de la maison du Temple du Piéton et du Vernoit, et dont l'indication est donnée dans ces lettres. Cet échange n'étant pas égal, attendu que l'abbaye de Bonne-Espérance avait reçu une quantité supérieure, elle paiera à l'ordre du Temple une rente annuelle et perpétuelle, à la Noël, de sept muids, moitié blé et moitié avoine, à la mesure de Binche.
Original sur parchemin, sceaux enlevés.

Nº 167.
17 mai 1287. — Datum anno Domini Mº CCº LXXXº septimo, sabbato post Ascensionem Domini.

L'ofïicial de Cambrai fait connaître qu'en sa présence Marie dite de Beauchamp a donné à la chevalerie du Temple quatre mencaudées et demie de terre, dont elle conserve l'usufruit viager.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, sceau enlevé.

Nº 168.
Avril 1289. — Denées l'an de grassce mil deus cens quatre-vins et nuef, el mois d'avril.

Gilles de Parfontainnes, sire de Saint-Saulve et de Beuvrages, donne son consentement à la donation faite au commandeur et aux frères de la maison du Temple lez-Valenciennes par Simon li Lons et Marguerite, sa femme, bourgeois de Valenciennes, pour en jouir après leur décès, du manage qu'ils avaient acquis, à Ernouville, de Jaquemon de Maerech et de Jehan Brisebos, et qui tenait au pré de la dite maison.
Original sur parchemin, en très mauvais état de conservation, sceau enlevé.

Nº 169.
24 mars 1294 (1293, v. st.) — Che fu fait le demierkes après le mi-quaresme, l'an del Incarnation Mº CCº LXXXº et XIIj.

Lettres de Jehan, sire de Lens en Brabant, par lesquelles il reconnaît avoir donné à Dieu et à monsigneur saint Jehan de Chirve, de la sainte maison del hospital de Jhérusalem d'Outremer, pour le salut de son âme et la rémission de ses péchés, un serf et trois servantes Marien, ki fu fille Theridou Prestin, Jehan se frère et Margherie leur seur, et Marien, fille de Piérart Bouhier, après les avoir affranchis, ainsi que leurs hoirs, de toute servitude, sauf qu'ils paieront annuellement au dit Saint-Jehan de Chièvres deux deniers de cens, à leur mariage six deniers et à leur mort douze deniers.
Original sur parchemin, sceau armorié, en cire verte, avec cette légende : Saint-Jean de Jérusalem : S : IEHAN : SIGNEVR : DE : LENS :

Nº 170.
2 octobre 1299. — Datum in crastino beati Remigii, anno Domini Mº CCº nonagesimo nono.

Lettres par lesquelles Jean, duc de Lothier, de Brabant et de Limbourg, mande aux baillis, écoutètes, mayeurs, ammans, forestiers et justiciers de sa terre, qu'ils doivent exempter de tous les droits et impositions les frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem et leurs propriétés, et que le privilège que ces frères ont obtenu du duc son père doit être observé.
Original sur parchemin, sceau perdu. Au dos : Libertates in Brabantia a duce concesse.

Nº 171.
12... ...— millesimo ducentesimo ... ... ... quinta feria

Beconnaissance, faite par Colard dit Nokenons de Noyelles, d'une rente annuelle de douze mencauds de blé et de douze mencauds d'avoine, à la mesure de Noyelles, due par lui à la maison de la chevalerie du Temple, à Avesnes-le-Sec.
Original sur parchemin, presque entièrement détruit, sceau (de l'évêché de Cambrai) perdu.

Nº 172.
Sans date (XIIe siècle).

Godefroid, précepteur de l'hôpital en-deçà des mers, confirme l'abandon fait à son ordre par le seigneur Godinus, des autels de Saint-Symphorien, de Spiennes et de Vellereille, sous les conditions y exprimées.
Au nombre des témoins à cet acte sont: Benier, doyen de Mons ; Pierre, prêtre de Lestines ; Gautier, prêtre de Hodain.
Chirographie. Original sur parchemin. Cette pièce ayant été trouvée récemment, on n'a pu en donner l'analyse à la page 27. (Voyez les Nº 115 et 119.)

Nº 173.
Mars 1302 (1301, v. st.) _ Ce fu fait l'an del Incarnation Nostre-Seigneur Jhésu-Crist mil trois cens et un, u mois de march.

Thomas de Lisle, chevalier, sire de Frasne, abandonne en faveur du commandeur et des frères de la chevalerie du Temple en Hainaut, ses droits sur trois muids et cinq huitelées de terre labourable près de la maison de Beaulieu lez-Valenciennes, qui appartenaient à ces religieux.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 174.
19 juin 1305. — Datum anno Domini millesimo CCCº quinto, sabbato post Trinitatem.

L'official de Cambrai fait connaître qu'en sa présence Bogier le Sellier et Isabelle, son épouse, ont déclaré devoir payer à la maison du Temple, à Avesnes-le-Sec, une rente annuelle de quatre sols parisis, constituée sur une maison qui leur appartenait à Cambrai, devant le marché au blé.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 175.
Avril 1307. — Fait l'an del Incarnation mil ccc et vij, el mois d'avril.

Acte passé par-devant les échevins d'Ansaing, et par lequel Gilles de Heregnies accorde en arrentement à Bauduin dou Bruille et à Paskain, sa femme, la maison située derrière le four de Gellin.
Chirographie. Original sur parchemin.
Top

Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem
Nº 176.
5 avril 1315. — Datum anno Domini millesimo CCCº quinto decimo, sabbato post diem dominicain qua eantatur QUASIMODO.

L'official de Cambrai fait connaître que Simon de Labie, clerc, a déclaré avoir reçu du procureur du maître et des frères de l'hôpital de Saint-Jean d'Outre-mer, moyennant un cens annuel de dix-neuf sols parisis, une maison située dans la rue dite Aubierue, à Cambrai, et avoir hypothéqué la rente dont il s'agit sur cette maison et sur une autre de la même rue.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 177.
5 juillet 1317. — Cefu fait en l'an de grasce mil trois cens et dis-siept, par un mardi chiunck jours ou mois de jullé.

Gilles de Pierfontaine, chevalier, sire de Beuvrages et de Saint-Saulve, consent à ce que les frères de l'hôpital de Saint-Jean d'Outremer constituent un homme pour relever les deux fiefs de Montegni que ces religieux tenaient de lui, à titre de leur maison de Beaulieu, jadis du Temple.
Original sur parchemin (en très mauvais état de conservation), sceau (armorié) en cire verte.

Nº 178.
19 décembre 1323. — Chis recors fu fais bien et à loy, ou castiel à Mons, en plains plais, l'an de grasce Nostre-Signeur mil trois cens vint et trois, le lundy prochain devant le jour dou Noël.

Lettres de Thierri dou Casteler, chevalier, bailli de Hainaut, contenant le record fait à la cour de Mons, à la requête de frère Thomas Moutons, commandeur de Cambrésis et de Loenois, de frère Jean de Saint-Symphorien, commandeur de Piéton, et de frère Jean de Morlainwés, commandeur de la maison de l'hôpital lez-Escuelin, record qui confirme « que quiconques fust u soit fais et estaulis commanderes u aministreres d'aucune maison u de plusieurs dou dit hospital de Saint-Jehan, u de biens, terres u possessions des dittes maisons, par lettres sayelées dou sayel c'on dist à l'aigle, qu'il pooit u pooient cascuns des dis commanderes ensi estaulis, des maisons et des biens dont il est commanderes u aministreres plaidier en le court à Mons et faire plainte, demandes u responses contre toutes personnes, tant en demandant comme en deffendant, et pierdre et wagnier querièle tant de meules comme de hiretages appertenans à le maison de lequelle il seroit commanderes u aministreres, sicom dit est, et que li dit commandeur i avoient estet autrefois en ce cas recheu. »
Original sur parchemin, avec 21 sceaux armoriés, appendus à des lacs de filoselle verte et dont plusieurs sont en fragments. Les sceaux les mieux conservés sont ceux du bailli, de Thierri de Hoves, de Jehan Bruniel d'Eslouges, chevaliers ; de maître Jehan de Florence, prévôt de l'église de Soignies ; d'Oston d'Arbre, de Seward de Saint-Pière, de Hues de le Glisuèle, de Gérard d'Escaussines, de Giles de Gaviaumeis.

Nº 179.
12 février 1325 (1324, v. st.) — Che fu fait l'an de grasce mil trois cens et vint et quatre, douze jours el mois de féverier.

Rapport fait entre les mains de frère Jehan de Carnières tenant l'hôpital d'Avesnes-le-Sec, par Marie, qui fut femme de Huon Nazet, de Haspres, de six mencauds et demi de terre au lieu dit En longhe-roie, en garantie d'une somme de 70 florins de Florence dont Jakèmes li Prévos, sire de Caudri, devait être payé.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 180.
Mai 1325. — Faites en l'an de grâce mil trois cens et vint et cinc, el mois de may.

Accord conclu entre Guy de Chastillon, comte de Blois et sire d'Avesnes, et frère Simon le Rat, prieur de la sainte Maison de l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem en France, pour leurs droits respectifs à Offies.
« Ch'est assavoir: que nous contez de Bloys dessus dis poons mener en ost ou d en chevauchie les habitans et demorans en la dite ville d'Offies, en la manière que nous poons mener les habitans de nos autres villes voisines. Et se aucuns cas criminelz escheioit en la dite ville d'Offyes ou ès appertenances, de coi il convenist li malfaiteur perdre vie u membre, la congnoissance et la exécution de la personne appertient à nous conte de Bloys dessus dit, en la manière que il puet et doit appertenir des malfaiteurs qui en tel cas escheroient en nos autres villes voisines de la terre d'Avesnes. Et se il avenoit que en ces caz dessus dis, tant de l'ost et chevauchie, comme des cas criminelz, aucuns pourfiz ou émolumens venist ou deschendist, fust de loys, d'amendes et de racaz ou d'autres choses quellez qu'èles fuissent ou peussent estre, la moitié en appertient à nous conte de Bloys et l'autre moitié à l'ospital.

Item, nous contez de Bloys dessus diz devons avoir par nous seul les dons, paines et amendes quy porroient escheoyr dez habitanz de la ditte ville d'Offies, pour cause de nostre bois. Et doient chil qui en ce porroient escheoir, estre constraint et justicié par noz sergans des bois. Et li hospitaus doit avoir par luy seul en la dicte ville d'Offies et ès appertenances ses rentes de chapons, d'avaines, d'argent, ses dismes, ses terraiges, ses douaires et tout ce quy s'en dexpent, en la manière que il en use et a usé en tamps passé paisiblement. Et li remananz de toute la justice de la dicte ville d'Offies et des appertenances de ycelle est et doit estre communs par moictiet à nous conte de Bloys et à l'ospital dessus diz. Et toutes les issues, pourfis et émolumens qui en la ditte justice du dit lieu porroient escheoir ou estre prises et levées, soit pour cause de fourfaiture, estraiére, espave u abamète, donz u paines, et toutes autres choses quelles qu'èles soient ou puissent estre, sont et doivent estre communes à nous parties dessus dictes. Et doit tout ce estre levé et esploitié par la iustice commune du dit lieu, pour l'une partie et pour l'autre, sauve et réservé à chascun de nous parties dessus dites les cas singuliers dessus diz, en la manière que dessus est dit et devisé. »
Sous le vidimus Original des hommes de fief de Hainaut, Philippe de le Samme, conseiller ordinaire du roi et trésorier des chartes de Hainaut, Sébastien de le Roe et Charles Gérard, en date du 11 juin 1568. Parchemin muni des sceaux de ces trois officiers.

Nº 181.
27 juillet 1327. — Che fu fait bien et à loy, ou castiel à Mons, en plains plais, l'an de grasce mil trois cens vint et siept, le lundi prochain apriès le iour saint Christofle.

Lettres de Gérard dit Borgnes de Robiersart, bailli de Hainaut, contenant la sentence par laquelle la cour de Mons reconnaît qu'en vertu des lettres scellées du sceau à l'aigle et délivrées par frère Guillaume de Chiteri, prieur de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem en France, à frère Jean de Morlainwés, commandeur d'Escuelin, qu'elles établissent commandeur, gouverneur et administrateur des maisons de l'ordre en Hainaut, le dit frère Jean de Morlainwés est suffisamment fondé à plaider en cette cour, pour toutes choses et possessions des dites maisons, et notamment contre Gérard, sire d'Esclaibes, au sujet de la délimitation des biens de l'hôpital et de ce seigneur.
Original sur parchemin, Sceaux du bailli et de 22 hommes de fief de Hainaut (dix de ces sceaux sont brisés).

Nº 182.
3 juin 1331. — Che fu fait bien et à loy, ou castiél à Mons, en plains plais, l'an de grasce mil trois cens trente et un, le lundi prochain apriès le jour dou Saint-Sacrement.

Lettres de Robert, sire de Manchicourt, chevalier, bailli de Hainaut, contenant le jugement rendu par lui et les hommes du comte de Hainaut y appelés, à la requête de frère Jehan de Morlainwés, commandeur des maisons d'Esquellin et de Saint-Aubain, fondé de pouvoir du grand prieur de France, au sujet du bois de Saint-Aubain, où le mayeur, les échevins et la communauté de Dourlers avaient coupé des arbres pendant la nuit de mai et le jour du grand-carême, et y fait des dommages: ce qui était préjudiciable à l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem d'Outre-mer, lequel possédait ce bois en toute propriété, comme ayant jadis appartenu au Temple.
Original sur parchemin, avec sceaux du bailliage et de dix-neuf hommes de fief de la cour de Hainaut (neuf de ces sceaux sont enlevés).

Nº 183.
12 novembre 1332. — Faites et données l'an de grasce mil trois cens trente et deus, lendemain dou jour saint Martin en hivyer.

Lettres par lesquelles Gérard d'Enghien, châtelain de Mons et sire d'Havré, chevalier, confirme la donation faite à la maison de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, à Saint-Symphorien, par Stassart de le Ferière, Marguerite de Maude sa femme, Pierre de le Valée, Godefroid et Stassins, frères, de deux boniers de terre situés devant la porte de cette maison et tenus en fief du dit sire d'Havré, moyennant un cens annuel de deux deniers payable à la Saint-Jean.
Original sur parchemin, sceau perdu.

Nº 184.
15 mars 1333 (1332, v. st.) — Che fu fait à Mons, à le maison dou dit Mahiu de Mainsencouture, l'an de grasce mil trois cens trente et deus, le landy prochain apriès le jour saint Grigore.

Acte passé par-devant Gérard d'Escaussinnes, Jaquemart de Laire de Mons, Hugues d'Arbre, Philippe de Nouvelles, Jaquemart li Hérus et Mathieu de Mainsencouture, hommes de fief du comte de Hainaut, et par lequel Pierre de le Valée, Godefroid, son frère, Stassart de le Ferière, leur parâtre, et Stassin, son fils, reconnaissent avoir donné à perpétuité à la maison de l'hôpital de Saint-Symphorien, avec la seigneurie et droiture qu'ils y avaient, deux boniers de terre situés devant la porte de cette maison et tenus en fief du seigneur d'Havré (Haverech).
Ils promettent que, dans l'année qui suivra la mort de Marguerite de Maude, femme du dit Stassart de le Ferière, celui d'entre eux à qui « li escanche des deux bonniers de tière devant dis sera u pora iestre eskéuwe, en fera à celui qui pour le tamps sera maistres de le ditte maison boin hiretage et souffissant. »
Original sur parchemin, avec quatre sceaux.

Nº 185.
14 décembre 1333. — Che fu fait en l'an de grasce Mº CCCº et VIIj jours devant le saint Thumas l'apostle.

Vente faite par Willaume des Cambres, Jehanne, sa femme, Pierre des Cambres, Mehaus, sa femme, Jacques li Bidaus et Jehanne, sa femme, à Jacques de Faumars et à Jehanne, sa femme, d'un muid de terre situé à Ausnoyt, tenant à la voie de Pont, d'une part, et à la terre de l'église de Saint-Martin d'Ausnoyt, d'autre part.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 186.
8 avril 1336. — Che fufait ou castiel à Mons, en jour de plais, l'an de grasce mil trois cens trente et sis, lendemain dou jour de closes Pasques.

Lettres de Gérard dit Sausses d'Aysne, écuyer, bailli de Hainaut, contenant le jugement rendu à la cour, en faveur de frère Jehans de Carnières, commandeur de la maison de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, à Avesnes-le-Sec, au sujet de la seigneurie et justice, haute et basse, qui lui appartenaient dans cette maison et ses dépendances: l'abbé et les religieux de Saint-Aubert de Cambrai, ayant eu le tort de faire lever le corps d'un homme tué dans l'enclos de la dite maison, par suite de la chute d'un mur, et arrêter deux homicides qui s'y étaient réfugiés en lieu saint.
Original sur parchemin, avec sceau du bailliage de Hainaut, sceaux équestres de Jean, sire de Boussu, et de Gérard d'Enghien, châtelain de Mons et sire d'Havré (Haverech), et sceaux armoriés de Michel de Barbençon, sire d'Erquelinnes ; d'Eustache, sire de Vertaing ; de Gérard de Gommignies, sire de Mastaing ; de Gérard de Sassignies ; de Gilles de Biaufort ; de Gilles li Ramonneres, prévôt de Mons ; de Jehan Despiennes et de Piérart Bliaus, clercs de la cour de Mons. (13 autres sceaux manquent.)

Nº 187.
15 janvier 1342 (1341, v. st.) — Cefu fait XV jours ou mois de jenvier, l'an mil CCC et XLI.

Vente faite par-devant les échevins de Solesmes, par Jehan de le Roke et Alix, sa femme, à Jehan le Double, de Solesmes, clerc, bourgeois de Valenciennes, de trois mencaudées moins six verges, « séans à le ruielle tenans à le tiere Vilain Alavainne et tenant au Vert-Kemin » ; de sept boisseaux et d'une verge, vers Amerval ; de deux mencaudées et quinze verges « ès Cailliaus à Baiart », et d'une mencaudée et dix-huit verges vers le sentier de Romeries.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 188.
1er avril 1345. — Datum Avinioni, kal. aprilis, pontificatus nostri anno tertio.

Bulle du pape Clément VI, par laquelle il délègue des juges pour s'informer du différend mû entre le prieur et les frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem en France, d'une part, et les commissaires de l'évêque de Cambrai, d'autre part, au sujet d'une dîme que cet évêque avait été autorisé à percevoir sur les personnes ecclésiastiques dans la ville et le diocèse de Cambrai.
Original sur parchemin, sceau en plomb pendant à une ficelle.

Nº 189.
2 août 1346. — Anno dominice Nativitatis millesimo CCCº quadragesimo sexto, indictione XIIIj, secunda die mensis augusti.

Attestation faite en présence du notaire Jean de Revin, du diocèse de Liège, et de témoins, par laquelle il conste que la religion de Saint-Jean de Jérusalem avait une rente de neuf livres de blancs sur une maison avec terre, pré et aunaie, près de Leuze (prope Luthosam), que Godefroid dit de Courte a tenus, et 20 sols de blancs sur un pré contigu, que Gilles de Reviel a possédé.
Original sur parchemin, monogramme du notaire. Pièce en très mauvais état de conservation.

Nº 190.
29 avril 1347. — Cheste loys et chieus estaulissemens furent fait et dit l'an de grasce mil IIJe XLVIj, le diemence prochain devant le jour de may.

Acte par lequel frère Jehan de Carnières, commandeur de la maison de Beaulieu lez-Valenciennes, est mis par les échevins de Saint-Saulve en possession des héritages qui y sont désignés, jusqu'à l'entier paiement de trois années arriérées de la rente hypothéquée sur ces héritages.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 191.
Juillet 1348. — Fait l'an de grasse Mº CCCº et XLVIIj, ou mois de jugnet.

Donation d'une rente, faite à l'hôpital Saint-Jean près de Valenciennes par Jehan dou Bos et Maroie, sa femme, en présence des échevins de Vieux-Condé.
Chirographie. Original sur parchemin, en très mauvais état de conservation.

Nº 192.
1" août 1348. — Che fu fait l'an de grâce mil CCC et XLVIIj, le jour saint Pière aoust entrant.

Acte, passé devant les échevins de Valenciennes, par lequel Jehan de Carnières, commandeur de la maison de Beaulieu lez-Valenciennes, accorde en arrentement à Lottart de Bleky une habitation située en la rue de Bruel, et qui appartenait à la dite maison de Beaulieu.
Chirographie. Original sur parchemin, en mauvais état de conservation.

Nº 193.
17 février 1349 (1348, v. st.) — Faites et données à Bouchain, l'an de grasce mit trois cens quarante-wit, le XVIj jour dou mois de février.

Gilles de Kiévraing, chevalier, sire de Fontenoit, châtelain de Bouchain, fait connaître qu'il a été requis par frère Jehan de Carnières, commandeur de Beaulieu, de le faire payer d'une rente de deux chapons due à sa commanderie sur la masure de dame Maroie Rublée, ainsi que l'ont certifié des anciens habitants de la ville de Bouchain.
Original sur parchemin, fort détérioré, sceau enlevé.

Nº 194.
29 septembre 1349. — Che fu fait en l'an de grâce mil CCC et XLIX, le jour saint Mikiel, en le darraine sepmaine de septembre.
Donation faite par Sandre li Monneresse à la maison de l'hôpital de Beaulieu lez-Valenciennes, d'une rente annuelle de quatre sols de blancs hypothéquée sur une maison située hors de la porte Cardon devant la grange de Biekeriel, à Valenciennes.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 195.
Juillet 1351. — Donné l'an de grasce Nostre-Signeur Jhésu-Crist mil trois cens chieunquante et un, ou mois de julé.

Lettres par lesquelles Agnès, abbesse et tout le couvent de l'église de Bethléem (1), par suite d'un accord passé entre eux et Jehan de Viane, commandeur de la maison du du Fliémet, reconnaissent devoir à cette maison une rente annuelle et perpétuelle de huit livres tournois, payable à la Toussaint, pour « une pièche de pret tenans et joingnans as gardins » de leur monastère et qui avait été convertie en vivier, que Jehan Mignot, bourgeois de Mons, avait pris en arrentement de ce monastère, moyennant le paiement annuel de la dite somme, pour laquelle il avait fourni about et contrepan ; — qu'en outre, il sera célébré, dans leur église, une messe annuelle du Saint-Esprit pour le dit frère Jehan de Viane, et après sa mort un obit de requiem, chaque année, à perpétuité, pour son âme et celles de ses bienfaiteurs, de ses prédécesseurs et de ses successeurs en la maison du Fliémet.
Ces lettres mentionnent, au préambule, que la rente dont il s'agit, avait été constituée du temps de frère Jehan dit Briart, commandeur des maisons de la milice du Temple au comté de Hainaut, avec l'autorisation de frère Gérard de Villers, commandeur du Temple au royaume de France.
Original sur parchemin, dont les deux sceaux sont enlevés.
1. Vulgo Bélian.

Nº 196.
2 février 1352 (1351, v. st.) — Faites et données l'an de grasce mil trois cens et chiuncquante et un, en le maison dou Piéton, le jour de le Candeller.

Acte par lequel le maire et les échevins de Piéton reconnaissent que le marais de cette localité appartient entièrement au commandeur de la maison du dit Piéton.
Original sur parchemin, avec fragments de deux sceaux en cire brune. Imprimé dans notre Description de cartutaires, tome VII, page 122.

Nº 197.
2 juin 1353. — Che fu fait en l'an de grâce mil CCC. LIIj, le secont jour dou mois de juing.

Frère Jehan de Carnières, commandeur de la maison de Beaulieu lez-Valenciennes, accorde en arrentement perpétuel à Gillebert d'Arras, un héritage situé à Saint-Saulve devant la maison Martin le Siergant.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 198.
13... (Après le 7 juillet 1354). — Chius jugemens fu fais bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plais, le nuit ste... ... ... dys (?).

Lettres de Gérard, sire de Ville, chevalier, bailli de Hainaut, contenant un jugement rendu par la cour de Mons, en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et contre les prétentions du chapitre de Sainte-Waudru, au sujet de la seigneurie et de la haute justice sur trente journels de terre à Frameries.
L'instance qui donna lieu à cette sentence, avait été introduite par frère Hugues de Froymont, maître et commandeur de la maison de l'hôpital, à Saint-Symphorien, le 7 juillet 1354.
Le chapitre de Sainte-Waudru avait fait arrêter sur le territoire précité, un valet nommé Jehan Garin.
Original sur parchemin, presque entièrement détruit, avec 22 lemnisques la plupart dépourvus de leurs sceaux.

Nº 199.
(Juin ?) 1359. — l'an mil trois cens ch(iunquan)te-nuef, par un lundi. . . jour dou mois de...

Lettres de Simon de Lalaing, chevalier, bailli de Hainaut, contenant le jugement rendu par la cour souveraine de ce pays en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et contre Fastré de Noirchin, au sujet de la justice et seigneurie qu'elle avait sur ses héritages situés au territoire de Vellereille-le-Sec et d'un exploit que le dit Fastré avait fait faire en 1356 en la maison de Renier d'Assonckleville qui était tenue de l'hôpital Saint-Jean.
Original sur parchemin, usé et dont des parties sont détruites, avec 36 lemnisques dont 7 seulement ne sont pas dépourvus de leurs sceaux.

Nº 200.
24 juin 1359. — Chius restaulissemens fu fais à Vellerelle-le-Secke, en le court de le maison dou dit Renier, l'an de grasce mil trois cens chiuncquante-nuef, le jour de le Nativité saint Jehan-Baptiste.
Acte passé par-devant quatre hommes de fief du comte de Hainaut et de Hollande, par lequel Fastré de Noirchin rétablit le commandeur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Piéton et à Saint-Symphorien, dans les droits de justice haute, moyenne et basse, que cet ordre avait sur ses héritages à Vellereille-le-Sec.
Original sur parchemin, détruit en partie et usé, et auquel sont attachés deux lemnisques dépourvus de leurs sceaux.

Nº 201.
23 septembre 1359. — Chius jugemens fu fais bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plais, l'an mil trois cens chiuncquante-noef, par un lundi vint-trois jours ou mois de septembre.

Lettres de Simon de Lalaing, chevalier, bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue par la cour de ce pays dans la cause mue entre le commandeur de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, à Saint-Symphorien, d'une part, et Nicholes de Housdaing, sire d'Espinoit, chevalier, d'autre part, au sujet d'une taille que ce dernier avait levée à Spiennes sur des héritages du dit hôpital, « pour le aiuwe de le chevalerie sen ainsnet fil u dou mariage se aisnée fille. » Cette sentence est favorable à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
Original sur parchemin, en très mauvais état de conservation, avec 14 des 21 sceaux dont il était muni.

Nº 202.
8 novembre 1360. — Chius restaulissemens fu fais en le manière devant dite, à Espiennes, en le court de le maison Piérart Doutremer, l'an de grasce mil trois cens et sissante, par un diemenche wit jours ou mois de novembre.

Lettres de Jehan li Panetiers, maire de Mons, et de quatre autres hommes de fief du comte de Hainaut et de Hollande, faisant connaître qu'en leur présence et celle d'un grand nombre de personnes de Spiennes et de Saint-Symphorien, Jehan Ghelés, sergent de la cour de Mons, a rétabli le commandeur de l'hôpital de Saint-Symphorien, frère Nichole de Fretemolle, dans la justice et seigneurie, haute, moyenne et basse, qu'il possédait à Spiennes, à l'occasion de la contribution réclamée des hôtes et tenanciers de l'hôpital, par messire Nichole de Housdeng, sire de Spiennes, chevalier, pour la chevalerie de son fils aîné ou le mariage de sa fille aînée, du temps de feu frère Hugues de Froimont, commandeur de l'hôpital de Saint-Symphorien.
Original sur parchemin, avec sceaux de Jehan le Panetier et de Piérart le Panetier (trois autres sceaux sont enlevés).

Nº 203.
1er avril 1363. — Che fu fait à Mons en Haynnau, en le maison Jehan Craspournient devant le castiaul, l'an mil trois cens sissante-trois, par un samedi nuit de Pasques.

Lettres par lesquelles Willaume de Liessies, Philippe li Dus, Lambert Gillars, Jehan de Hon, Obert Wies, Jehan de le Porte, Jehan dit Sarasins de Hion, Gilles li Dus prévôt des chanoines de Maubeuge, Jehan Caudillons, Jehan Bertrans, Gilles Caudreliers et Jehan Craspournient, hommes de fief du comte de Hainaut et de Hollande, font connaître que Jehan li Douls et Piérart de Biermereng, bourgeois de Mons, leur ont exhibé un acte muni des sceaux de plusieurs hommes de fief du dit comte, et qui contient une sentence prononcée par eux, comme arbitres, dans la cause mue entre frère Nicolle de Fretemoule, commandeur des maisons de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, à Piéton et à Saint-Symphorien, d'une part, et l'abbesse et les religieuses d'Epinlieu, Marie veuve de Pieron de le Valée, et Piérart dit Gringnart de le Valée, son fils, d'autre part, au sujet d'un exploit de justice fait en la cour de la maison de l'hôpital précité, à Saint-Symphorien.
L'abbaye d'Epinlieu, la veuve de le Valée et son fils prétendaient avoir toute justice et seigneurie sur tous les lieux où ils possédaient des rentes. Il est décidé par cette sentence que « li justice et signerie entièrement en le maison et pourpris dou dit hospitaul à Saint-Siphoryen, si avant que li closure de mur de yceli maison se estendoit, estoit et appertenir devoit au dit hospitaul singulèrement en perpétuytet » ; mais que l'abbaye d'Epinlieu avait droit à certaines rentes d'avoine, de chapons et d'argent pour deux journels de terre situés au pourpris de l'hôpital et acquis de Girvaise le Fèvre.
Original sur parchemin, avec huit sceaux (quatre autres sont enlevés).

Nº 204.
2 mai 1363. — Che fu fait en l'an de grâce mil trois cens sissante-trois, le secont jour dou mois de mai.

Gérard de la Porkerie, chevalier, donne, pour le salut de son âme, à la maison de l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem dite de Beaulieu lez-Valenciennes, une rente de vingt-quatre sols tournois constituée sur un journel de terre labourable tenant à la terre de Jakemart Fariniel et à celle d'Alix, femme de Jakemart Houppiel.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 205.
20 juillet 1365. — Ce fu fait en l'an de grasce mil. CCCº, LXV, le XXe jour dou mois de jullé.

Donation faite à frère Jehan de Carnières, commandeur de la maison de Beaulieu près de Valenciennes, et pour cette maison, par Jakemars de le Breteske, de tout droit et action qu'il avait et pouvait avoir sur deux huitelées de terre labourable à Sebourg, entre le Grand-Val et le Petit-Val.
Chirographie. Original Au dos: Che contre-escrit wardent eskevin de Sebourc en leur huge.

Nº 206.
24 juillet 1365. — Ce fu fait en le court de le maison dou dit ospitaul à Saint-Simphoriien, l'an mil trois cens sissante-chiuncq, par un joedi nuit saint Jakème et saint Christoffle.

Acte passé par-devant Philippe dit Moriauls de Saint-Symphorien, chevalier, Jaquemart Galons, Jehan li Douls, Colars Dango, Amauri li Hérus, Piérart li Panetiers, Piérart de Biermereng, bourgeois de Mons, Jehan de Thians dit Mauclers, Jehan dit Bouchars de Pottes, Gilles Caudreliers, Willaume de Froimont, Simon de Ghelin et Jehan Graspournient, hommes de fief du comte de Hainaut et de Hollande, par frère Nicolle de Fretemolle, commandeur des maisons et revenus de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, à Piéton et à Saint-Symphorien, d'une part, et Jehan de Saint-Liénart, bailli d'Epinlieu, Marie de Noyelle, veuve de Pieron de le Valée, et Piérart dit Grignars, écuyer, son fils, d'autre part, et par lequel ces derniers rétablissent le commandeur, « par signe d'un baston », au sujet de l'exploit et arrêt qu'ils avaient fait, comme hauts-justiciers à Saint-Symphorien, dans l'enclos de la maison de l'hôpital, au dit lieu, et où la religion de Saint-Jean avait toute justice et seigneurie « si avant que li muret de le closure de le ditte maison et pourpris duroient et s'estendoient » : ce qui avait été reconnu par sentence arbitrale (1).
Original sur parchemin, muni de treize lemnisques dont la plupart sont dépourvus de leurs sceaux.
1. Voyez le nº 203.

Nº 207.
26 septembre 1370. — Che fu fait en l'an de grasce mil. CCCº LXX, le XXVje jour dou mois de septembre.

Acte de vente par Jaquemars Ghobiers, procureur du curé et des marguilliers (gliseurs) de Marly (Marlis), à frère Jean de Carnières, commandeur de la maison de Beaulieu lez-Valenciennes, de rentes perpétuelles de huit sols blancs et de deux chapons sur des héritages au dit Marly.
Le prix de cette vente, consentie par le curé, les marguilliers, le mayeur, les échevins et toute la communauté de Marly, servira à la réparation de l'église de cette localité.
Chirographie. Original sur parchemin. Au do : Che contre-escris wardent eskevin des Marlis en leur coffre.

Nº 208.
14 juillet 1371. — Chius jugemens fu fais bien et à loy à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plais, l'an mil trois cens sissante et onze, par un lundi des plais quatorze jours ou mois de jullé.

Lettres de Jehan des Almans, bâtard et bailli de Hainaut, chevalier, contenant la sentence de la cour qui ordonne à Colart li Maires dit li Torderes de se conformer à l'acte d'arrentement perpétuel de la maison de la Rosière vers Hon, qui lui a été accordé par frère Nicole de Fretemolle, commandeur de Piéton, frère Hugues de Froimont, commandeur de Saint-Symphorien, et frère Jean de Carnières jeune, gouverneur du Fliémet, le vendredi après les Rois 1356 (1355, v. st.).
Original sur parchemin, avec fragments des sceaux du bailliage et de trente-six hommes de fief de Hainaut.

Nº 209.
26 février 1374 (1373, v. st.). — Che fu fait, recogneut et convenenchiet à Mons, en le maison Nicaise de Lassus, (1) en l'an de grasce Nostre-Signeur Jhésu-Crist mil trois cens sissante-trèse, le vint-sisisme jour dou mois de février.

Acte par lequel Jean de Chipli et Jean de Marchiennes, bourgeois de Mons, s'engagent, pour eux et leurs hoirs, à remplir les conditions des lettres (y insérées), du 29 janvier précédent, par lesquelles frère Jean de Carnières, commandeur des maisons de Saint-Jean d'Outre-mer, à Beaulieu lez-Valenciennes et à Fliémet lez-Genly, leur accorde en arrentement perpétuel toutes les terres labourables que la dite maison de Fliémet avait à Petit-Quévy.
Original sur parchemin, avec sceaux de deux hommes de fief.
1. Nicaise de Lassus, homme de fief, mit son scel à la charte délivrée au château de Mons, le 6 novembre 1391, en interprétation des chartes du comté de Hainaut. — FAIDER, Coutumes du pays et comté de Hainaut, tome I, page 34.

Nº 210.
16 avril 1375 (1374, v. st.). — Chius jugemens fu fais bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plais, l'an mil trois cens sixante-quatorze par un lundi sèze jours ou mois d'avril.

Lettres de Simon de Lalaing, sire de Hordaing, sénéchal d'Ostrevant, chevalier, bailli de Hainaut, contenant une sentence de la cour de Mons, laquelle oblige Evrart Belot à satisfaire aux prescriptions de l'acte du 17 juillet 1373, par lequel frère Jehan de Carnières, commandeur de la maison de Beaulieu lez-Valenciennes et de celle du Fliémet, avait accordé en arrentement perpétuel au dit Evrart Belot, demeurant à Hon-en-Bavesis, pour lui et ses héritiers, la maison de la Rosière située sur la chaussée Brunehaut vers Hon et appartenant à la dite maison du Fliémet.
Original sur parchemin, sceaux en cire brune du bailliage et de quatre des vingt hommes de fief de Hainaut qui furent présents au jugement.

Nº 211.
24 janvier 1379 (1378, v.s t.). — Ghegeven int jaer Ons Heeren als men screef dusent dri hondert acht en tseventich vier en twintich daghe in die maent van januar.

Guillaume Van Apconde, seigneur de Gaesbeke et maréchal de Hainaut, décharge les fermiers de la censé de Gaspendoren, de l'ordre de Saint-Jean d'Outre-mer, de l'obligation de le traiter et défrayer une fois par an, ainsi que ses échevins.
Original sur parchemin, sceau armorié, en cire jaune.

Nº 212.
6 mars 1385 (1384, v. st.). — Chius jugemens fu fais bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plais, l'an mil trois cens quatre-vins-quatre, par un lundy siis jours ou mois de march.

Lettres de Simon de Lalaing, sire de Quiévrain, sénéchal d'Ostrevant, chevalier, bailli de Hainaut, contenant le jugement rendu par la cour de Mons dans la cause mue entre frère Guillaume de Lattre, commandeur de la maison de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem à Cappendore (Gaspendoren), et Ernoul dit li Reuve de Lacq, sire de Saintes, au sujet d'une rente perpétuelle de trente chapons et de neuf rasières d'avoine, à la mesure de Saintes, que ce seigneur, à titre de sa femme, la demoiselle de Diellebecque, devait payer annuellement à la dite maison, sur ses revenus de Saintes. La cour fait droit à la requête du commandeur.
Original sur parchemin,sceaux du bailliage et d'hommes de fief de Hainaut (plusieurs de ces derniers sceaux, qui étaient au nombre de vingt-huit, sont perdus ou en fragments).

Nº 213.
10 août 1385. — Che fu fait en celi ville (de Saint-Simphoryen), devant l'églize perochial, entre les IIIj bonnes d'iceli tenance (de l'hospital), en l'an de grasce Nostre-Signeur mil. CCCº III,xx, ou mois d'aoust, le jour saint Leurenth.

Acte passé devant le mayeur et les échevins de Saint-Simphoryen, « de le tenanche del ospittal », par messire Renauls de Gisreme, chevalier, commandeur « des baillies et ospitauls Saint-Jehan d'Outre-mer estans en Haynnau et en Cambrézis ». A la suite d'une enquête rapportée du chef-lieu de Mons, ce commandeur les a créés mayeur et échevins, « pour droiturer les héritages tenus de l'hôpital de Saint-Simphorien » ; après quoi, il leur a adressé une plainte par loi ; enfin, les dits échevins ont, à la requête de leur mayeur et après avis de leur chef-lieu, dit, par jugement et suite faite l'un de l'autre, que le dit commandeur ayant créé mayeur et échevins, doit avoir à son profit toutes lois, bans, amendes et fourfaitures, qui seront à juger par eux, ainsi que la loi générale de Hainaut et spécialement celle du chef-lieu de Mons le portent.
Cet acte fixe de la manière suivante, proposée dans la plainte précitée par le commandeur, les droits à percevoir et les amendes à imposer par ses échevins, savoir: « Se aucunes meslées se faisoient u eskéoient en vo jugement et vous en jugiés pour main mize par yre faite, XL sols blans ; pour sanch, Cent sols blans, se c'est sans arme esmoulue ;
Item, pour arme esmoulue, sans sanck u atout sanck, X libres blans ;
Item, se ces dites meslées advenoient de nuit, que elles soient jugies doubles ;
Item, d'une keure, se li iniuriiés s'en plaint et que doy tiesmoing en appèrent, LXIj s., Vj d., blans au pourfit dou kéut, et celle amende faire avoir en devant le paiement des lois ;
Item, que se partie se voloit plaindre de ces lois u d'aucunes d'elles, sans tiesmoingnage, que faire le puist, et vous sour chou jugier, ensi que li dite lois le donne, excepté le dite keure ;
Item, se aucun voloient vendre vin, que faire ne le puissent sans afforer, sur tel ban que il a à Mons ;
Item, se aucun voloient vendre pain en le justice dou dit ospittal, que tels bans y soit ordeneis que li dite lois de Mons le donne, pour celui enkéir qui trop petit le venderoit ;
Item, se aucuns y voloit vendre chiervoise, que faire ne le puist sans afforer, sour otel ban que il a à Mons ;
Item, que nuls depuis qu'il ara afforet vin u chiervoise, qu'il ne le puist empirer sour tel ban qu'il a à Mons ;
Item, que de faulse mesure de vin et de chiervoise, il ait ottel ban que il a à Mons ;
Item, que d'un kar qui amenroit vin en se dite justice et lequel on y deskierkeroit, il ait VIIj los de vin, et d'une karette IIIj los ;
Item, d'un brassin de chiervoise que on feroit en se dite justice IIIj los, u de chou que on amenroit à kar u à karette ottel afforage qu'il a à Mons ;
Item, qui pezeroit de fauls pois, qu'il soit jugies à LX sols blans et les pois pierdus ;
Item, qui mezuroit de faulse ausne, en otel point ;
Item, de fausse mesure de grain, otel ban qu'il a à Mons ;
Item, requiert li dis messires li commanderes que toulnuwiers et tiéregiers soient sairementet pour cascun faire sen siervice et rapport en tel tienne qu'il appertient et pour avoir en cascun meffait tel amende que il a à Mons ;
Item, pour biestes à corne, pour cascune quiseroit trouvée en biens d'autruy, XI, deniers blans ;
Item, pour, j keval, Ij sol blans ; pour j, fouk, de blanques biestes u de pourchiauls, V sols blans, et se doit faire le fouk les V blankes biestes u de pourchiauls, et se tant n'en y a, cascune doit yestre à Vj deniers ;
Item, requiert-il à avoir, d'une rescousse de miessier, XVIj sols Vj deniers ;
Item, d'un desdit d'eskievins, Xj lib., et Vj deniers ;
Item, d'une saizine, faite par-devant eskievins, et monstrée brisie par eskievins, amende volentaire avoir, sauf le vie et les membres ;
Item, d'une simple saisine brisie, LX sols blans ;
Item, d'un kar qui seroit trouveis kariant leur il ne deveroit nient aller, tel ce fourfaiture avoir que li dite lois de Mons donne, et d'une karette, en otel manière ;
Item, requiert li dis messire li commanderes avoir tel siervice qu'il a à Mons des hirétages qui yroient u que on metteroit de main en autre, fust par vendage u autrement, liquel ne deveroient point de plume à lui pour cause de signerie ;
Item, requiert-il à avoir tel amende et ban à celui u à chiauls en cuy maison on jeuweroit as deis par-desous se justice, et ossi à avoir tel amende qu'il a à Mons pour cause de mauvais hostage ;
Item, requiert-il qu'il ait tels lois u amendes qu'il appertient à avoir sour chiauls u chelles qui seroient trouvet ès courtils d'autruy de nuit u de jour faisans damage u qui fait li aroient ;
Item, requiert à avoir tels lois qu'il appertient sour chiauls qui devenaient rentes à aucunes personnes desquelles on se plainderoit. »
« A cest jugement et à celle enqueste rendre, fu comme maires dou dit hospittal de Saint-Simphoryen, Piérars de le Marlière li pères ; et si y furent comme eskievin d'iceli tenante, Ghodeflrois de Haynne, Jakeinars li Vignons, Gilles Couture, Jehans Crekars, Jehans Jolis et Piérars de Biermeraing li fiuls. »
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 214.
9 novembre 1388. — Chiuls jugemens fu fais bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plais, fan mil trois cens quatre-vins et wit, par un lundy nuef jours ou mois de novembre.

Sentence rendue par la cour de Hainaut, au sujet de coups portés au bailli de l'abbaye d'Epinlieu, à Saint-Symphorien, par ordre du commandeur de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem en Hainaut-Cambrésis.
Original sur parchemin, avec fragments des sceaux du bailliage et de vingt-cinq hommes de fief de Hainaut.
Imprimé dans notre Description de cartulaires, tome VII, page 124.

Nº 215.
3 février 1401 (1400, v. st.). — Che fu fait à Saint-Simphoiyen, sur le ditte tenanche (de l'hospital de Saint-Jehan), fan mil IIIje, le tierch jour dou mois de février.

Record des échevins de la justice et tenance de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, à Saint-Symphorien, à la requête de Jehan de Blarignies, leur mayeur, d'avoir été, un samedi entre la Toussaint et la Noël de l'année précédente, sur une pièce de terre où Jacquemart Crekars, fils de Jehan, et Jacquemart Crekars son oncle promirent de payer à Jehan dou Parcq, fils de Piérart, bailli de la dite justice, le service dû pour une maison vendue par la veuve de Jehan Crekart à son lils précité, au prix de vingt-quatre couronnes de Hollande.
Chirographie. Original, sur parchemin, troué. Sur le dos: Ce contre-escript wardent li eskevin de te tenanche del ospital de Saint-Jehan à Saint-Simphoryen, en leur ferme.

Nº 216.
29 avril 1408. — Che fu fait en l'ostel des dis religieux Saint-Jehan d'Outre-mer, gisant en le rue de le Viesware, à Valenchiennes, tan de grasce Nostre-Signeur mil quatre cens et wit, vingt-noef jours ou mois d'avril.

Sentence arbitrale rendue par-devant deux hommes de fief du comte de Hainaut et de Hollande, par Jehans li Cattiers, bourgeois de Mons, et sire Pierre de le Tavierne, prieur de Saint-Aubert de Cambrai, au sujet des dîmes, terrages et rachats que les religieux de l'hôpital de Saint-Jean et ceux de l'abbaye de Saint-Aubert avaient au territoire d'Avesnes-le-Sec, à cause des maisons qu'ils y possédaient.
Original sur parchemin, sceaux enlevés.

Nº 217.
24 décembre 1413. — Che fu fait à Mons, le nuit dou Noël l'an mil quatre cens et trèse.

Acte passé devant Jehan de le Porte, dit Bridouls, Jehan Cattiers dit li Cuveliers, et Andrieux Puche, hommes de fief du comte de Hainaut et de Hollande, par lequel Jehan Marsilles, demeurant à Spiennes, déclare qu'étant à pêcher, le 10 septembre précédent, au ruisseau qui va de Bélian au vivier d'Hyon, entre le pré des hoirs Jehan dou Parck et le vivier Willaume Canebustin, il a été pris et calengié par Grart Crochuel, sergent de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, comme se trouvant en la justice de celle-ci ; qu'en conséquence de son méfait, il se soumettra à la sentence que doit porter Jehan le Bouvier, bailli de cette religion, après avoir pris avis aux personnes du conseil que celle-ci avait à Mons.
Original sur parchemin, auquel il ne reste que les deux sceaux en cire brune de Jehan Cattiers et d'Andrieu Puche, (le premier, celui de Jehan de le Porte, manque).

Nº 218.
4 août 1414. — Datum anno Domini millesimo quadringentesimo quarto decimo, die quarta mensis augusti.

Acte passé par-devant les échevins de Bruxelles et par lequel frère Théobald de le Wale, religieux de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut-Cambrésis, et Jean Cattier, dit le Cuvellier, receveur de cette commanderie, munis de procuration du grand prieur de France, accordent, moyennant un cens annuel et perpétuel de vingt couronnes d'or de France, à Guillaume de Blitterswye dit In den Enghel, fils de Henri de Blitterswye : la maison que la dite commanderie avait à Bruxelles, avec son fonds et ses dépendances, sur le Froidmont, sous l'enclos du monastère de Saint-Jacques ; les cens et rentes dus à l'ordre sur seize boniers de terre situés à Ganshoren, dans la paroisse de Berchem, sur un bonier dans la paroisse de Jette, sur trois boniers de terre et trois journels de pré dans la paroisse de ...... sur quarante boniers de terre et un demi-bonier de pré dans la paroisse de Scarembeke, sur quatorze boniers de terre dans la paroisse de Melbrouck, sur des terres à Osseghem, dans la paroisse de Molembeke, etc.
Guillaume de Blittesrwye donne en garantie du paiement du cens précité, cinq boniers et un journel de terre labourable situés bors de la porte de Froidmont, au-dessus du nouveau bois.
Original sur parchemin, dont des parties manquent, sceau perdu.

Nº 219.
5 août 1414. — Datum anno Domini millesimo quadringetitesimo quarto decimo, die quinta mensis augusti.

Rutger, dit Boeve, clerc, secrétaire de la ville de Bruxelles, acquitte frère Théobald de le Wale, religieux de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut-Cambrésis, et Jean Cattier dit le Cuvellier, receveur de cette commanderie, de tout droit qu'il pouvait avoir en vertu des lettres d'avis des échevins de Bruxelles, sur vingt-quatre boniers de terre et de bois situés dans la paroisse de Braine-l'Alleu, à l'endroit dit Goumont, prés de la route de Braine à Planchenoit.
Original sur parchemin, sceaux perdus. Ces sceaux étaient ceux de deux échevins de Bruxelles, Jean fils de Jean dit Clutinc et Jean dit Van den Spieghel. Sur le pli, signé: Rutg. Boeve.

Nº 220.
21 janvier 1415 (1414, v. st.). — Che fu fait, traitiet et accordet en le ville de Binch, l'an de grasce mil quattre cens et quatorze, le lundy vint-unysme jour dou mois de janvier.

Appointement passé par-devant deux hommes de fief de Hainaut par frère Renauls de Hallin, commandeur de la maison de Piéton, et Ghislain de Bruille, fils de Piérart, demeurant à Haine, sous la seigneurie et commanderie du Piéton, au sujet du droit de meilleur catel que ce dernier devait payer aux religieux de Saint-Jehan d'Outre-mer, pour le trépas de son père. Le dit Ghislain reconnaît que ce droit est dû pour toute personne qui meurt dans sa maison, el promet « de faire de ce jour en avant toute le boine et vraye obédience que boins subgés doit faire, as us et as coustumes de le ville dou Piéton, et ensi que li demourant en ycelle ville doivent faire. » Toutefois le commandeur l'acquitte, pour cette fois, du droit dont il s'agit.
Original sur parchemin, sceaux enlevés. Au dos: Touchant au droit de segneurie que la religion a sur l'héritage Ghislain de Bruisle à Haisne-Sainct-Pière.

Nº 221.
29 novembre 1417. — Chiulx jugemens fu fais bien et à loy à Mons en Haynnau, ou chastiel, emplains plais, en l'an de grasce Nostre-Signeur mil quattre cens et diis-siept, par un lundi pénultisme jour dou mois de novembre.

Lettres de Pierre dit Brongnars, sire de Haynin, bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et contre le chapitre de Cambrai et Colart Ghoubault, au nom de sa femme, au sujet d'une rente annuelle de cinquante sols blancs due à la dite religion sur une terre située à Villers-Pol.
Original sur parchemin, avec sceaux du grand bailliage et d'hommes de fief de Hainaut, en mauvais état de conservation.

Nº 222.
13 novembre 1418. — Chils recours fu fais et passés l'an mil quatre cens et diz-wit, le dimence après le iour saint Martin, ou mois de novembre.

Lettres de frère Thiebaus de le Walle, gouverneur, procureur et receveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem dans le Hainaut et le Cambrésis, et de Jehan, seigneur de Ligne et de Bailluel.
Original sur parchemin, presque entièrement détruit, mais dont les deux sceaux, appendus par des cordons de filoselle verte, sont assez bien conservés. Le sceau avec contre-scel de Jehan de Ligne, en cire rouge, a été publié par M. Alexandre Pinchart, Archives des Sciences, des Arts et des Lettres, tome I, page 189. Le second sceau, armorié, en cire brune, porte pour légende: S. frère Gegebault de le Wale.

Nº 223.
6 juillet 1422. — Chiulx jugemens fu fais bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plais, l'an de grasce Nostre-Signeur mil quattre cens et vint-deux, par ung lundi siixysme jour dou mois de jullet.

Lettres du grand bailli de Hainaut, contenant le jugement rendu par la cour de Mons dans la cause mue entre la religion de Saint-Jean de Jérusalem et le seigneur de Sars.
Original sur parchemin, avec sceau en cire rouge du grand bailliage de Hainaut, et vingt-huit lemnisques dont la plupart sont dépourvus de leurs sceaux. Imprimé dans notre Description de carlulaires, tome VII, page 130.

Nº 224.
28 juillet 1423. — Chiuls jugemens fu fais et rendus en le ville de Mons, par pièche de tière empruntée et souffissanment prestée par Jehan Vivien, mayeur d'iceli ville, le vint-witysme jour jdou mois de jullet, l'an de grasce mil quatre cens et vint-trois.

Lettres des mayeur et échevins de Sars, contenant le jugement rendu par eux, sur la plainte de frère Clarins de Saint-Symphorien, curé du dit Sars, et après avoir donné lecture de leur enquête en le cambre dou conseil de l'ostel de le paix, à Mons », et avoir eu charge de leur chef-lieu, — au sujet d'un cens de sept sols tournois, dû à la Noël sur deux journels dits à le Hayette, entre le moulin et le village de Sars, tenant aux terres de Notre-Dame de Sars et aux terres du Temple, cens dont le curé précité est déclaré possesseur au même titre que ses prédécesseurs frère Robert li Carliers et autres.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 225.
25 mars 1424 (1423, v. st.). — Che fufait l'an mil IIIjcj, le XXVe jour dou mois de march.

Acte passé par-devant les échevins de Saint-Saulve, par lequel frère Jehan Dangereux, commandeur de la Landelle, gouverneur et receveur de la commanderie de Hainaut et de Cambrésis, donne en arrentement à Jehan Bouliel, demeurant à Valenciennes, une huitelée de terre labourable située à le Graboe, qui appartenait à l'hôpital Saint-Jean d'Outre-mer de Valenciennes.
Le dit Bouliel paiera annuellement, à la Noël, une rente de deux sols blancs et de deux chapons, hypothéquée sur une maison qu'il avait acquise à Saint-Saulve.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 226.
20 novembre 1426. — En le ville de Valenchiennes, le XXe jour dou mois de novembre, l'an mil IIIje et XXVj.

Vente faite à frère Jehan Dangereux, gouverneur et receveur des biens de Saint-Jean d'Outre-mer en Cambrésis et en Hainaut, par Jehanne dou Marés, veuve de Ghislain de Ghaix, de deux maisons et leurs dépendances, tenant ensemble et sises en la justice de la Thasnerie (1).
Chirographie. Original sur parchemin.
1. Cette seigneurie était située dans la banlieue de Valenciennes.

Nº 227.
7 avril 1427 (1426,v. st.). — Chils jugemens fu fais bien et à loy, ou castiel, à Mons, en plains plaix, parun lundi, lendemain dou repus dimenche, sieptysme jour ou mois d'avril, l'an mil quattre cens vint-siis.

Lettres de Pierre de Bousies, sire de Vertaing, de Rommeries et de Féluy, chevalier, bailli de Hainaut, contenant le jugement rendu par la cour de Mons en faveur de frère Jehan d'Avesnes, religieux et procureur de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, contre les mayeur et échevins du village de Maing, au sujet de la saisie pratiquée, à leur requête, par l'office du prévôt-le-comte de Valenciennes sur des biens de la maison dite de Chipli, que l'hôpital possédait à Maing.
Original sur parchemin, sceaux (en cire rouge) du bailliage et (en cire brune) d'hommes de fief de Hainaut (ces derniers sceaux étaient au nombre de vingt-un ; plusieurs manquent).

Nº 228.
16 avril 1427 (1426,v. st.). — Le merquedy XVj jour d'apvril mil. CCCCº et vingt-six avant Pasques.

Acte d'accord passé entre Jehan, seigneur de Marquette et de Noyelle, écuyer, et frère Jehan Dangereux, commandeur de la Landelle, gouverneur et receveur des biens, possessions et revenus de la religion de Saint-Jehan de Jérusalem ès pays et comtés de Hainaut et de Cambrésis, par l'intermédiaire de noble homme Willaume de Sars, seigneur d'Audregnies et d'Angre, chevalier, et de Jehan de Saint-Ghislain, clerc, — au sujet de douze sols blancs forts, le denier pour trois deniers, que le dit sire de Marquette réclamait pour vingt-quatre huitelées de terre que la religion avait au territoire de Noyelle.
Seize de ces huitelées ayant été acquises avec abandon par Régnier Grehet, chevalier, en son temps seigneur de Noyelle, de « tel taille que il pooit avoir sus », ainsi qu'il appert de lettres munies du sceau de ce seigneur (1), il est décidé que dorénavant le commandeur ou le receveur de la religion ne paiera que quatre sols blancs forts pour les huit huitelées non comprises dans les lettres de Regnier Grehet.
Présents : « Jehans Biertaulx li ainsnels et Jehans li Carliers de Pons-sur-Sambre. »
Chirographie. Original sur parchemin. Au dos: Le pareil de cest escript warde Jehans signeur de Marquette et de Noyelle, escuyer.
Voyez le nº 136.

Nº 229.
23 décembre 1427. — Che fu fait, dévollet et scentensciiet en le dite ville de Mons, à le maison Ghobierl Joye, le mardi vint-troisysme jour dou mois de décembre, en l'an de grasce Nostre-Signeur mil quattre cens et vint-siept.

Sentence arbitrale prononcée en présence de quatre hommes de fief de Hainaut, sur le différend qui existait entre la religion de Saint-Jean de Jérusalem et le chapitre de Sainte-Waudru, au sujet de la dime de deux cents verges de terre entre Sars et Eugies appartenant en héritage à Colart Charlon, à titre de sa femme. La moitié de cette dime est adjugée à chacune de ces corporations.
Original sur parchemin, avec quatre sceaux dont il ne reste que les lemnisques.

Nº 230.
9 février 1428 (1427, v. st.). — Chiulx jugemens fu fais bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou castiel, emplains plaix, par un lundi, noefysme jour ou mois de février l'an mil quattre cens vint-siept.

Lettres de Guillaume de Lalaing, sire de Bugnicourt et de Fressain, chevalier, bailli de Hainaut, contenant le jugement de la cour de Mons qui donne gain de cause aux religieux de Saint-Jean de Jérusalem contre les prétentions du procureur des villages de Trith, Maing et Werchiniel, dans le procès relatif à une rente perpétuelle de sept muids de blé due aux pauvres de ces localités.
Original sur parchemin, sceaux du bailliage et d'hommes de fief de Hainaut.

Nº 231.
6 avril 1431 (1430, v. st.). — Datum Basilee, VIIj ides aprilis, anno a Nativitate Domini millesimo quadringentesimo tricesimo.

Bulle du concile de Bâle portant que les personnes qui connaissent des détenteurs de biens de la commanderie de Hainaut de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, doivent le révéler.
Original sur parchemin, fort détérioré, sceau en plomb représentant les pères du concile et pend, à une corde de chanvre.

Nº 232.
28 juillet 1435. — Che fu fait en l'an mil IIIjc et XXXV, le XXIIje jour dou mois de jullet.

Acte passé par-devant les échevins de la justice de la Thasnerie, mettant fin à une contestation élevée entre Jehan de le Court et l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, au sujet de deux maisons situées en cette justice, à Valenciennes.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 233.
22 février 1446 (1445, v. st.). — Che fu fait, congneult et obligiet en le dite ville de Mons, en l'an de grasce Nostre-Signeur mil quattre cens et quarante-chiencq, le vingt-deuxysme jour dou mois de février.

Acte passé par-devant Olivier de Sars, Jehan dou Mortier et Gérard Seuwin, hommes de fief, et par lequel Gérard de Laderière, fils de feu Gérard de Laderière, natif de Waresées au pays de Liège, reconnaît avoir pris à cens et à main ferme, pour le terme de neuf ans, de frère Fouckault de Rochechoart, grand prieur de l'hôpital en France et commandeur de Hainaut-Cambrésis, la maison que la religion de Saint-Jean de Jérusalem possède près de Genly, dite la maison du Temple, laquelle est membre de la commanderie de Hainaut, avec toutes les terres, les prés et pâturages qui en dépendent, aux conditions exprimées dans cet acte et moyennant de payer au commandeur ou à son receveur 90 florins d'or dits couronnes de France par an. Il fera desservir dans la chapelle du Temple quatre messes par semaine, fournira le pain, le vin, la cire, le clerc, et entretiendra le calice et les ornements de la chapelle, devra faire l'aumône de pains à qui la demandera, trois fois par semaine, etc.
Original sur parchemin, sceaux enlevés.

Nº 234.
1er mars 1452 (1451, v. st.). — En l'an de grâce Nostre-Seigneur mil IIIje Ij, le premier jour du mois de mars.

Jugement rendu par la cour de Mons sur le différend mû entre le chapitre de Sainte-Waudru et le receveur général de Hainaut, au sujet de la seigneurie et des charbonnages du Flénu.
Copie sur papier, certifiée le 16 janvier 1531, n. st., par Georges Riotte, clerc des enquêtes du bailliage de Hainaut.
Nous avons publié cet acte dans les Monuments pour servir à l'histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, tome III, page 617, d'après l'original qui repose dans les archives du chapitre de Sainte-Waudru.

Nº 235.
4 août 1453. — Datum et actum Cameraci, ........ anno a Nativitate Domini millesimo quadringentesimo quinquagesimo tertio, die vero quarta mensis augusti.

Vidimus, délivré par l'official de Cambrai, d'une bulle (dont la date est illisible) du pape Nicolas V qui ordonne aux détenteurs de biens des maisons de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem dans le Hainaut et le Cambrésis, de remettre ces biens au commandeur, sous peine d'excommunication.
Original sur parchemin, usé et troué, sceau perdu.

Nº 236.
1er octobre 1453. — Che fu fait l'an de grasce mil IIIjc et LIIj, le premier jour du mois d'octembre.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins de Sepmeries, par lequel Piérart Bretiau, demeurant à Limont, vend à Piérart de Gherri, quatre mencaudées de terre au dit Sepmeries.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 237.
11 novembre 1454. — Ceste ordonnance fu faitte et prononchie à Mons en Haynnau, ou chasteau, par ung lundy, en plains plaix, onze jours ou mois de novembre, en l'an de grâce Nostre-Seigneur mil quattre cens cincquante et quattre.

Lettres de Jean de Groy, seigneur de Chimay, grand bailli de Hainaut, contenant un arrêt de la cour de Mons qui ordonne le paiement à la maison de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, des termes arriérés de la rente perpétuelle due à cette maison sur la terre de Santes, laquelle avait été « gouvernée par main de sergant », à la suite des difficultés élevées par le seigneur et la dame de Steenkerque et Pincquart de Gavre, dit d'Hérimelz, contre Englébert d'Enghien, seigneur de Saintes.
Original sur parchemin, sceaux (en cire rouge) du bailliage de Hainaut, et de 28 hommes de fief de ce pays. La plupart de ces sceaux sont perdus ou en fragments.

Nº 238.
20 juillet 1458. — Le XXe jour de juillet de l'an mille quattre cens cincquante-wit.

Frère Jean Perrin, commandeur de la sainte maison, de Saint-Jean de Jérusalem dans le Hainaut et le Cambrésis, accorde en arrentement perpétuel, à Pasquier d'Asseigny, demeurant à Beaurepaire lez-Valenciennes, deux pièces de terre au dit lieu de Beaurepaire, tenues de la religion de Saint-Jean.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 239.
6 ...... 1458. — Ce jugement fu fait et passet bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou chastiel, en l'an de grâce Nostre-Seigneur mil CCCCº chuinquante-huit, par ung lundy en plains plaix, six jours ou mois de......

Sentence rendue par la cour de Mons, au sujet de dîmes dues à la religion de Saint-Jean de Jérusalem et à l'abbaye de Saint-Aubert de Cambrai par Jacques, seigneur de Thiant.
Original sur parchemin, avec sceau en cire rouge du bailliage de Hainaut, et 4 des 31 sceaux d'hommes de fief de ce comté. Cette pièce est fort détériorée et presque entièrement usée.

Nº 240.
14 avril 1459. — Che fu fait le XXIIIje jour du mois d'apvril, l'an mil CCCCº et LIX.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins du Piéton (dou Pietton), par lequel Jehan le Kock, demeurant à l'Aluet, — pour le salut de son âme et de celles de ses père et mère, de sa femme et de ses amis, — fonde en l'église de Saint-Jean-Baptiste du dit Piéton, avec l'agréation du commandeur frère Thomas de le Walle, un obit annuel et la fourniture d'une livre de cire destinée à faire des chandelles à l'époque de Noël pour le luminaire de la chapelle de Saint-Jean, située en la cour du Piéton ; il affecte à cette fondation le loyer d'un demi-bonier de pré « gisant seloncq lez forières du dit commandeur », et veut que le surplus du revenu soit employé à la réparation de l'église du Piéton, dont les mambours auront l'administration du bien précité que le commandeur amortit.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 241.
5 août 1459. — Che fu fait en l'an mil IIIje et LIX, le Ve jour dou mois d'aoust.

Acte passé par-devant le maïeur et les thieriers de le thierrie de Biaurepair lez-Valenchiennes », par lequel Pasquier d'Assegnies, fils de Colard, bourgeois de Valenciennes, accepte en arrentement perpétuel de frère Jehan Perrin, commandeur et gouverneur des biens de la maison de l'hôpital Saint-Jean de Jérusalem dans le Hainaut et le Cambrésis, huit huitelées de terre labourable en deux pièces derrière la tour Saint-Nicolas, « en la ditte thierrie de Biaurepair », qui dépendaient de la maison de Saint-Jean de le Viésware, en la dite ville de Valenciennes.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 242.
2 novembre 1462. — Donné en nostre capitle à Fosse, en l'an mil IIIj soissante-deux, le vigile saint Hubert.

Lettres du doyen et du chapitre de Saint-Feuillien de Fosses, diocèse de Liège, requérant le commandeur du Piéton d'acquitter une rente de deux muids de blé et de deux muids d'avoine, à la mesure de Binche en Hainaut, qu'un de leurs confrères est chargé de recevoir.
Original sur parchemin, fragment de sceau.

Nº 243.
23 janvier 1464 (1463, v. st.). — Ce jugement fu fait et rendu bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou casteau, par ung lundy emplains plaix, en l'an de grâce Nostre-Seigneur mil quattre cens soissante-troix, le vingt-troixysme jour du mois de jenvier.
Lettres de Jehan de Rubempré, grand bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et contre l'abbaye d'Haumont, au sujet de vingt-huit muids de terre sis en la culture de la Marlière des Convers et appartenant à la maison de l'hôpital d'Esquellin, sur lesquels, quoique exempts de dîmes, l'abbaye d'Haumont avait fait lever par son censier de la Mallemaison et par maître Gérard de Ghelin, curé de Saint-Remy-le-Cauchie, trois cents gerbes d'épeautre.
Original sur parchemin, avec sceaux du bailliage et d'hommes de fief. La plupart de ces derniers sceaux sont enlevés.

Nº 244.
26 novembre 1464. — Ce jugement fu fait et rendu bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou casteau, par ung lundy, emplains plaix, en l'an de grâce Nostre-Seigneur mil quattre cens soissante-quattre, le vingt-Sixysme jour du mois de novembre.

Lettres de Jehan de Rubempré, grand bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue par la cour en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, au sujet de vingt-huit muids de terre près de sa maison et cense de l'hôpital d'Esquellin, en la culture dite la Marlière des Convers, et sur lesquels l'abbaye de Saint-Lambert de Liessies avait fait lever abusivement par son censier le droit de terrage en 1458.
Original sur parchemin, avec sceaux du bailliage et d'hommes féodaux de la cour. La plupart de ces derniers sceaux sont enlevés.

Nº 245.
1er décembre 1464. — Fais et passés bien et à loy, en le ville du Piéton, l'an de grasce Nostre-Seigneur mil CCCCº LXIIIj, le premier jour du mois de décembre.

Record des échevins de Piéton, concernant les droits du commandeur de faire la visite de l'église de ce lieu ou de la faire faire par son chapelain, d'y rassembler les paroissiens, et d'interdire ceux-ci.
Copie sur papier.

Nº 246.
17 juin 1467. — Datum Parisius, in nostro generali capitulo, die mercurii post festum beati Barnabe apostoli, anno Domini millesimo CCCCmo sexagesimo septimo.

Lettres de frère Bertrand de Cluys, prieur de la maison de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem en France, nommant des délégués pour recueillir les aumônes des fidèles dans le bailliage de Haut-Avesnes.
Original sur parchemin, sceau en cire brune dont l'empreinte est effacée.

Nº 247.
3 décembre 1470. — Ce jugement fu fait et rendu bien et à loy, à Mons en Haynnau, ou chastiel, par ung lundi emplains plaix, en l'an de grâce Nostre-Seigneur mil quattre cens soissante-dix, le troixysme jour du mois de décembre.

Lettres d'Antoine Rolin, chevalier, seigneur d'Aymeries, grand bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue par la cour de Mons en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et de l'abbaye de Saint-Aubert de Cambrai, au sujet des dîmes à elles dues, au village de Thiant, par Jacques, seigneur de cette localité, sur des terres qu'il avait plantées d'arbres, mais qui avaient été précédemment cultivées. Ce seigneur est condamné à payer les dîmes dont il s'agit au taux de huit du cent, lorsqu'on fera la dépouille des bois, et aux frais du procès.
Original sur parchemin (dont des parties sont détruites), avec sceaux du bailliage et de trente-un hommes de fief de Hainaut (treize de ces sceaux manquent).

Nº 248.
1er avril 1475. — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno lncarnationis dominice millesimo quadringentesimo septuagesimo quinto, kal. aprilis, pontificatus nostri anno quarto.

Bref du pape Sixte IV, mandant au doyen de l'église de Sainte-Marie de la Salle-le-Comte de Valenciennes et aux officiaux de Cambrai et d'Arras, de s'enquérir du dommage qu'Enguerran Flize, clerc de la Morinie, prétend lui avoir été fait par Simon Watinel, frère de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, et par d'autres clercs et laïques des diocèses de Cambrai et d'Arras.
Original sur parchemin, sceau en plomb.

Nº 249.
3 septembre 1483. — Anno Domini millesimo quadringentesimo octuagesimo tertio, mensis septembre die tercia.

Lettres adressées par l'official de Cambrai au clergé de ce diocèse, pour lui recommander de faciliter aux délégués de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem les moyens de recevoir les aumônes des fidèles.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 250.
16 février 1485 (1484, v. st.). — Che fu fait en l'an mil IIIj quattre-vings et quattre, le XVje jour du mois de féverier.

Acte passé par-devant le mayeur et les terriers de la justice et seigneurie des Petits-Prés à Lespaix, par lequel Jacques Séjourné, procureur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, de l'hôpital Saint-Jacques en la rue Tournaisienne, à Valenciennes, et de Jehan Boidz, naguère trésorier de Hainaut, est rétabli par Colard Lucas, mayeur, dans la possession des rentes qui appartenaient à ses commettants sur des héritages et prés de cette seigneurie. La religion de Saint-Jean avait un quart de ces rentes, l'hôpital Saint-Jacques un quart et Jehan Boids deux quarts.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 251.
22 novembre 1487. — Le vingt-deuxysme jour du mois de novembre, l'an mil quattre cens quattre-vingtz-sept.

Vidimus délivré par Antoine Rolin, chevalier, seigneur d'Aymeries, d'Anthume et de Lens, maréchal et veneur héréditaire de Hainaut, grand bailli de ce pays, du mandement de Maximilien, roi des Romains, et de Philippe, archiduc d'Autriche, daté du 12 septembre 1487, par lequel ils accordent à Jacques Caliot, chevalier de l'ordre de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur des commanderies de Brabant, de Liège, de Flandres, de Hainaut, de Cambrésis et de Saint-Mawil, exemption de payer durant six ans les aides qui pourront être demandées au pays de Hainaut.
Parchemin, sceau enlevé.

Nº 252.
22 novembre 1487. — Le vingt-deuxysme jour du mois de novembre, l'an mil quattre cens quattre-vingtz-sept.

Autre vidimus, délivré par le même, des lettres en date du 1er octobre 1487, par lesquelles Maximilien, roi des Romains, et Philippe, archiduc d'Autriche, exemptent le seigneur de Chantraine de payer la somme de 250 livres, de 40 gros la livre, à laquelle les commanderies de Hainaut avaient été taxées pour leur portion dans l'aide de 23,000 livres imposée pour la garde du dit pays de Hainaut.
Parchemin, sceau enlevé.

Nº 253.
10 mars 1489 (1488, v. st.). — L'an mil quattre cens quattre-vingtz-huit, le dyxysme jour du mois de mars.

Quittance délivrée par Jaquemart de Lescluse, demeurant à Valenciennes, et Pierre du Crotoy, demeurant à Cambrai, fermiers des quêtes de la religion de Saint-Jean de Jérusalem dans tout l'évêché de Cambrai, à Simon Resteau, receveur de cette religion, de la somme de 100 livres tournois qui a été déduite de celle de 425 livres qu'ils devaient payer annuellement, et ce, à cause que les guerres et dissensions les avaient empêchés de quêter dans plusieurs villes et villages.
Original sur parchemin, sceaux enlevés.

Nº 254.
10 janvier 1490 (1489, v. st.). — Ce fu fait en l'eschoppe de Jehan Brillet l'aisné, séans ès grans halles aux draps de la cité de Cambray, le Xe jour du mois de janvier mil IIIjc IIIjxx et noeuf.

Acte passé devant les échevins de Cambrai et par lequel frère Jean Frassent, religieux de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et Gaspard de Lestre, procureurs de Jacques Calliot, chevalier du dit ordre, commandeur des commanderies de Brabant, de Liège, de Flandre, de Hainaut et de Cambrésis, accordent en arrentement perpétuel à Guillaume Carnel, marchand, une maison située à Cambrai et appelée le Crocq.
Copie, signée.

Nº 255.
27 janvier 1490 (1489, v. st.).

Vidimus délivré par Jehan Hoston et Michel le Bouvier, dit Malapert, hommes de fief de Hainaut, de l'acte daté de Louvain, le 17 juin 1488, par lequel frère Jacques Calliot, chevalier de l'ordre de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Brabant, de Liège, de Flandre, de Hainaut, de Cambrésis, et seigneur de Chantraine, accorde en arrentement perpétuel à Piérart Charlon, censier de Fliémet, sous réserve de la seigneurie et des dîmes, treize boniers et deux journels de terre labourable situés entre la cense de Fliémet et Sars.
Parchemin, sceaux perdus.

Nº 256.
15 juin 1491. — Donné à Paris, durant nostre dit chapitre, le mercredi d'après la fesle sainct Barnabe, apostre, l'an mil IIIje IIIjxx et unze.

Frère Mery d'Amboise, « de la saincte maison de l'hospital Saint-Jehan de Jhérusalem, prieur en France », constitue frère Jacques Calliot, seigneur de Chantraine, frère Simon Watinier, curé de Saint-Symphorien, frère Guillaume le Monnier, curé de Sars, frère Jehan Frassent, messire Henri Dassonleville, messire Jehan Dufour, messire Jehan Fovet, Mahieu de Landas, bailli, Georges Lengherant, Jehan Fourneau, Colart le Franc, conseillers, Simon Resteau, receveur, Pierre du Crotoy, Martin Colpin, Guillaume Caruel, Jehan Moreau dit Morelot, Jacquemin Berthoul, Piérart Duboys, Watier de le Roe, Pierre Hamerque, Simon du Buisson, Sandrart Joly, Jehan Cuvelier (?), messire Jehan Grossier, Jacquemin Dufour, Jehan Barbet, Jaspart de Lestre, Gillechon de Saint-Lyénart, Louis Symon, Jehan de Launoy, Henri Resteau, Lambert Moreau, Jacquemin de Werchin, Jehan Mailleser, Jacquemin Wyart, Jehan le Franc, Laurent Bulté, Jehan du Sauchoy, Simon de Tarnant, Adrien de Maulde, Gillechon de Foief, Bastien Ghobin, Jacquemin le Carlier, ses procureurs généraux et messagers spéciaux en toutes les affaires concernant la religion de Saint-Jean.
Original sur parchemin, signé: Prouvost, sceau enlevé.

Nº 257.
15 mai 1495. — Données à Mons, en l'an mil quattre cens quattre-vingts et quinze, le quinzeyme jour du mois de may.

Acte par lequel Jehan de Hun, écuyer, seigneur de Ronchines, conseiller du roi des Romains et de l'archiduc d'Autriche, son fils, et prévôt de Mons, rétablit la religion de Saint-Jean de Jérusalem dans ses droits de haute justice et seigneurie, au lieu dit du Temple lez-Genly, jadis appelé le Fliémet, et déclare que l'exploit que Colart Dor, sergent de la prévôté de Mons, y a commis ne peut porter préjudice à cette religion.
Original sur parchemin, traces du sceau. Sur le pli (signé): PouilLart.

Nº 258.
20 avril 1497. — Ainsi fait et prononchiet à Mons, aux arestz des plaix tenus le vingtysme jour du mois d'apvril, ou dit an mil quattre cens quattre-vings et dix-sept.

Arrêt du grand bailli et du conseil de l'archiduc, à Mons, ordonnant à Jehan Lepoivre de payer à la religion de Saint-Jean de Jérusalem, à l'abbaye de Saint-Jean de Valenciennes et au seigneur de Monceaux, 72 gerbes de blé, pour droit de terrage à eux dû sur neuf huitelées de terre qu'il possédait à Maing.
Original sur papier, signé: Ghobin.

Nº 259.
31 mai 1498. — Ainsi fait et prononchié à Mons, aux arestz des plaix tenus le joedi darain jour du mois de may, en l'an mil quattre cens quattre-vingtz et dix-huyt.

Arrêt du grand bailli et du conseil de l'archiduc, à Mons, ordonnant que la religion de Saint-Jean de Jérusalem, l'abbaye de Saint-Jean de Valenciennes et Jehan de Kiévraing, chevalier, seigneur de Monceaux, ayant droit de terrage, au taux de huit gerbes du cent, sur plusieurs héritages labourables aux territoires de Trith et Main, Jehan Blondeau doit leur payer ce droit pour les dépouilles de six portions de ces héritages.
Original sur papier, signé: Ghobin.

Nº 260.
28 mars 1500 (1499,v. st.). — Donné en nostre ville de Gand, le vingt-huitysme jour de mars, l'an de grâce mil quattre cens quattre-vings et dix-noef, avant Pasques.

Lettres de Philippe, archiduc d'Autriche, duc de Bourgogne, etc., acquittant la religion de Saint-Jean de Jérusalem de la moitié des sommes auxquelles elle sera taxée pour sa quote-part dans les aides qui seront accordées par le pays de Hainaut, pendant le terme de trois ans.
Original sur parchemin, fragment de sceau équestre en cire rouge. Au bas : « Par monseigneur l'archiduc, vous Jéromme Lauweryn, trésorier général des finances, et autres présens, (signé): « Haneton. » — Copie collationnée, sur parchemin.

Nº 261.
La date manque (XVe siècle).

Sentence concernant la sonnerie des cloches à l'église de Fresnoy.
Original sur parchemin, dont des parties sont détruites et le reste presque entièrement illisible.
Un ancien inventaire indique que cette sentence « a été rendue sur un procès intenté pour raison de ce que la religion demandoit permission de pouvoir sonner la messe au dit Frasnoy. »

Nº 262.
9 octobre 1501. — Datum Parisius, anno Domini millesimo quingentesimo primo, die veronona mensis octobris.

Lettres du prieur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en France, par lesquelles il présente à l'évêque de Cambrai frère Jean Fournault, prêtre et religieux du dit ordre, pour être investi de la cure de Saint-Symphorien, vacante par la mort de frère Simon Wativel.
Original sur parchemin, sceau perdu.

Nº 263.
12 janvier 1502 (1501, v. st.). — Données en l'an mil chincq cens et ung, le douzeysme jour du mois de janvier.

Lettres par lesquelles Mahieu de Landas, écuyer, bailli de la religion de Saint-Jean de Jérusalem au pays de Hainaut, nomme Nicaise Franchois, censier de l'hôpital d'Escuellin, « mayeur de toute la terre, justice et seignourie que la dicte religion Saint-Jehan de Jhérusalem a au dit Escuellin et là-enthours, et des appertenances et appendances de la dicte seignourie, en lui donnant plein pouvoir de recevoir et passer toutes manières de werps, rapports, assennemens, déshiretances, adhéritances des hiretaiges tenus d'icelle seignourie ; de eslire, sermenter et créer eschevins, et toutes autres manières d'officiers et gens de loy servans et compétans à celle justice et seignourie ; de iceuh rappeller et desmectre, et eulx ou aultres en leurs lieux restaublir et remectre touttes voyes que le cas eschéra, et faire loy à ceulx qui le requéront ; de service tauxer, recevoir et accorder ; de prendre et lever loix, amendes et fourfaitures, affait qu'elles eschéront, et icelles mectre en jugement se mestier est ; de estaublir lieutenant de mayeur ou nom de lui, quant besoing sera ; de prendre, saisir, arrester et détenir tous malfaiteurs et malfaitresses », etc.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 264.
19 mars 4502 (1501,v. st.). — Donné en la ville de Mons, le dix-noefyème jour du mois de march mil chincq cens et ung, avant Pasques.

Acte par lequel frère Charles des Ursins, chevalier de la religion de Saint-Jean de Jérusalem en Rhodes, vicomte de Beaurieu, seigneur de Souppie et de Noefville, commandeur d'Oisemont en Vimeux, de Hainaut et Cambrésis, et procureur général de l'ordre dans tout le prieuré de France, accorde pour un terme de dix-huit ans à Estiévène Willemart, laboureur demeurant à la cense et hôpital de Saint-Symphorien, le bail de cette cense, laquelle contenait « le dit hospital, maison, édiffices, coulembier, hiretaiges et appendans que on dist l'ospital au dit Sainct-Simphorien, avœc toutes les terres ahannables, prez, dismes, terraiges, pasturaiges, cens, rentes, revenues de blé, d'avaine et autres grains, chappons, argent et autres parties, que les censeurs précédens ont acoustumé recevoir chacun an anchiennement en la maison qui fu Jehan Cavet, et non plus avant. »
Le censier est obligé d'entretenir les édifices en parfait état, ainsi que la couverture du cancheau (1) de l'église de Saint-Symphorien et les ornements de la chapelle de l'hôpital, de faire desservir dans celle-ci par un prêtre idoine trois messes par semaine, et délivrer vin et pain à ses frais ; mais les apports et offrandes qu'on y fait, lui appartiennent. Il doit conserver les terres dans l'état où il les a trouvées, faire réparer les fossés, faire couper les haies, payer les dépenses de « braconniers, loutriers, pétriseurs, fauconniers et autres », fournir au curé de Saint-Symphorien pour le gros de sa cure dix-sept rasières de blé, quatorze d'avoine, quatre 1/2 d'orge et une 1/2 de pois, acquitter les frais de « Visitation » une fois par an pour le grand prieur de France, s'il vient en Hainaut, et quatre fois par an pour ses procureurs, recevoir les frères de la religion, etc. Les autres conditions du bail sont de rendre annuellement au commandeur ou à son receveur 280 livres tournois à la Noël et autant à l'Ascension, et deux porcs gras à la Saint-André.
Original sur parchemin, avec sceau armorié, en cire rouge.
1. Cancheau, chanceau, le chœur et la sacristie.

Nº 265.
4 juin 1505. — Datum Cameraci, anno Domini millesimo quingentesimo quinto, mensis junii die quarta.

Mandement adressé au doyen de chrétienté de Binche par le vicaire de l'archidiacre de Hainaut, le chargeant de mettre frère Jean Cheveruse, prêtre, religieux de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, en possession de la cure de Saint-Symphorien, qui était vacante depuis la mort de frère Simon Wativelle.
Original sur parchemin, sceau perdu.

Nº 266.
30 mars 1512 (1511, v. st.). — Ce fu fait et recordé bien et à loy en icelle ville et jugement du Piéton, l'an mil chincq cens et unze, le pénultième jour du mois de mars, avant Pasques.

Reconnaissance des échevins de Piéton, d'avoir eu entre leurs mains un chirographe daté du 1er décembre 1464 et contenant un record par lequel leurs prédécesseurs déclaraient « avoir tout leur temps sceu et veu chacun an dénunchier à l'église le jour du senne (1), et que ensuyant ce, environ le quaresme, le commandeur du dit Piéton venoit au dit lieu tenir iceluy son dit senne ; et au surplus par luy et son cappellain, en la présence de sa justice, avec le curet, faire faire ouverture et Visitation tant de la dicte église comme des aornemens, corporaulx, livres, calix, vaisseaux des sains sacremens, usant et joyssant paisiblement au surplus de toutte auctorité tant esperituèle que temporèle, en pugnissant ou remectant à son plaisir et discrétion tous mésuz ou deffaulte qu'il y pooit savoir et trouver, en constraindant à ce réalement et de fait sans aultre moyen les biens de l'église de Liessies gisans en la seignourie et jugement, aussi ceux du curé, pour la deffaulte de troix messes la sepmaine ;
Item, que quant aucuns parochiens estoient par le dit senne raporté et accusé de quel cas que fuist, le dit commandedeur en avoit seul la congnoissance, ordonnant au curé leur dényer les sacremens sans le gret et consentement du dit commandeur qui les pooit et avoit accoustumé purgier et absolre, sans que jamais auparavant lesdis recordans heuissent veu ne sceu l'évesque ne personne de par luy y prenre ne clasuier quelque entremise, proufit ne congnoissance par citations, scemonces, mandemens ne censures.
Certiffyant et recordant au surplus que tout ainsi leur avoit esté recordé, aprins et racointié tant par leurs anchiens que prédicesseurs escevins du dit Piéton. »
Ils déclarent en faire de même « léal record par sieulte ly ung del autre. »
Chirographie. Original sur parchemin.
1. Senne, synode, assemblée de gens d'église.

Nº 267.
1er mai 1516. — Toutes les choses dessus dictes et chacune d'elles furent faites en la ville de Mons, en l'an et jour dessus escrips.

Acte, passé par-devant Antoine le Keux, chanoine de Saint-Germain de Mons, notaire public, et par lequel frère Guillaume de Novion, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut et Cambrésis, accorde en arrentement perpétuel, à Jehan Seuwart, demeurant à Wespe (1), pays de Liège, les pièces de terre et héritages que la religion de Saint-Jean avait au dit Wespe, moyennant le paiement annuel de huit livres tournois, au jour de Noël, et l'obligation imposée à Jehan Seuwart de percevoir la rente de dix chapons que cette religion possédait au même lieu et d'en faire parvenir le produit à Piéton (2).
Témoins: « Estiévène Mainsent, conseillier de la dite religion, Colin Bruneau et Jannet de Faulx. »
Original sur parchemin, avec seing du notaire.
1. Wespes, dépendance de la commune de Leernes (actuellement de la province de Hainaut).
2. Voyez le nº 272.


Nº 268.
9 juillet 1517. — (Comme aux plaix tenus en la court des mortemains de Haynnau, le joedy IXe jour de jullet XVe dyx-sept.) — Ainsy fait et prononchiet les jour et an cy-dessus escripz.

Sentence de la cour des mortemains de Hainaut, déclarant que c'est sans préjudice au procès en appel qui est pendant à la cour de Mons, que Georges Dassonleville, sergent des mortemains en la melte de Mons, ayant rendu compte de la vente des biens de Pierre Domessent dit Tacquin, décédé à la cense du Temple lez-Genly, les deniers provenant de cette vente ont été remis à la religion de Saint-Jean de Jérusalem.
Expédition Original sur papier, signée: « Moy présent, Bourgois. »

Nº 269.
3 février 1519 (1518, v. st.). — Ce fut faitte et par loix oultre donné à corection de nostre chief en loix sur l'an quinze cens et dix-huyt, le jour susescript (le troisièmes iours en févriez, stilz en Cambray).

Déclaration, délivrée par le mayeur et les échevins de la cour et justice de Leerne et Wespe, à la requête de Jehan Levaux, leur confrère de l'échevinage, muni de procuration du commandeur du Piéton, des héritages situés à Wespe sur lesquels sont assignées des rentes en chapons qu'il devait recevoir chaque année pour la religion de Saint-Jean de Jérusalem.
Deux Chirographies Original sur parchemin.

Nº 270.
29 novembre 1519. — Ce jugement fu fait et rendu ou chastel, à Mons, tenant court et siège de plais, en l'an de grâce Nostre-Seigneur mil chincq cens et dyx-noef, le pénultième jour du mois de novembre.

Lettres de Jacques de Gavre, seigneur de Fresin, grand bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue par la cour souveraine de Mons, en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et contre Robert de Sauwy, qui avait fait lever par son censier, en août 1518, la dépouille d'une mencaudée et demie de pré, tandis que le droit de dîme appartenait à la dite religion, sur cette terre et sur trois huitelées aux prés Lagneau, à cause de sa maison et cense du Temple lez-le Taulon.
Original sur parchemin, en très mauvais état de conservation, sceaux du grand bailliage et d'hommes de fief de la cour de Hainaut. La plupart de ces derniers sceaux sont enlevés.

Nº 271.
3 mai 1522. — Ce fu fait l'an quinze cens et vingt-deux, le troixysme jour du mois de may.

Appointement entre Thierri de Morchipont, écuyer, seigneur de Seausies, et Jehan de Brisies, couvreur en chaume, demeurant à Dimechaux, au sujet de la seigneurie d'un héritage acquis par le second et tenant à l'écluse du vivier du dit Thierri de Morchipont.
Original sur parchemin, sceaux (dont un en fragments) de trois hommes de fief de Hainaut.

Nº 272.
11 janvier 1529 (1528, v. st.). — Ce fut fait l'an XVc et XXVIIj, le Xje jour de jenvier, stille de Cambray.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins de la cour et justice de Leerne et Wespe, par Jehan Sevart, leur confrère de l'échevinage, et Jehan de Sars, receveur des biens de l'ordre et religion de Saint-Jean de Jérusalem en Hainaut, et par lequel le premier déclare avoir obtenu de vénérable et prudent seigneur frère Guillaume de Novion, chevalier de l'ordre, le 1er mai 1516 (1), l'arrentement des pièces de terre, sises à Wespe, terre de Leerne, y désignées, sous l'obligation de « faire aboult de VIj bonniers de terres que il avoit au dit lieu de Wespe et sur iceulx VIj bonniers faire édiffier maisonnages et manoir » ; après quoi, le second reçoit, au nom de la dite religion, l'adhéritance de la « maison et tenure, grainge, estabelerie, contenant VIj bonniers ou environ, gisant deseure Wespe, tenant au bois de Lierne, d'ung des lez, et d'aultre au menu bois appartenant à l'abbaïe de Lobbes et as hoirs Jehan Flechier, etc., à la cherge des rentes du seigneur et XXVIIIj sols à l'abie d'Alne ; Jehan de Sars reporte ensuite le tout en la main du mayeur, pour là demorer et le dit Sevart pocesser, tant et sy longuement que faulte de paiement adviendrat. »
Chirographie Original sur parchemin.
1. Voyez le nº 267.

Nº 273.
16 juin 1529. — Ce fu fait l'an mil chincq cens et vingt-nœf, le seizeyme jour du mois de juing.

Acte passé par-devant Jehan le Comte, maître ès arts et bachelier ès lois, seigneur de Horuettes, conseiller ordinaire de l'empereur en Hainaut, Thierri du Mont, clerc tenant le compte des deniers de l'office du bailliage du dit pays, et Jannet Durant, hommes de fief, par François du Poncheau, seigneur de Bougnies, et Antoine de Leste, seigneur de Nouvelles, d'une part, et Jehan Le Febvre bailli de la noble et sainte religion de Saint-Jean de Jérusalem, d'autre part, et par lequel les deux premiers reconnaissent devoir à cette religion une rente annuelle de dix sols blancs et dix chapons, payable à la Noël et hypothéquée sur une maison avec grange, étables, colombier, courtil, pourpris et entrepresure sis à Nouvelles, près du chemin de Mons à Harvengt, et appartenant tant à François du Poncheau qu'à Antoine de Leste en action d'Yolente du Poncheau, sa femme, maison et héritage dont ils faisaient leur maison de cense.
Original sur parchemin, sceaux enlevés.

Nº 274.
26 septembre 1533. — Che fut fait ou dit an quinze cens trente-troix, le vingt-sixysme jour du mois de septembre.

Acte par lequel messire Charles Pipa, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut, Barbonne, Sausoy, Baudeleu, etc., accorde à Archilles le Maire et à Joannes Coryer, demeurant à Cambrai, sous réserve d'approbation par le grand prieuré de France, le bail, pour le terme de dix-huit ans, des quêtes que le dit ordre a le droit de faire dans tout l'évêché de Cambrai, et ce, moyennant le paiement annuel de cinquante écus d'or au soleil.
Deux Originaux sur parchemin, monogramme de Jean Mortreau, prétre, notaire public, sceaux enlevés.

Nº 275.
29 septembre 1533. — Le vingt-noefyme septembre mil chincq cens et trente-troix.

Acte du grand bailli de Hainaut déclarant Jehan Petit, prisonnier, « fourclos de plus avant respondre », dans le procès qu'il soutenait contre frère Charles Pipa, commandeur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem en Hainaut et Cambrésis, au sujet du paiement de la somme de 611 écus d'or pour l'amodiation qu'il tenait de la commanderie, et condamné aux dépens de cette instance.
Original sur parchemin, signé: C. Riotte.

Nº 276.
le 1er octobre 1534. — Ce fu fait le premier jour du mois d'octobre mil chincq cens et trente-quattre.

Lettres de Jacques de Gavre, seigneur de Fresin, grand bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue par le conseil de l'empereur à Mons, en faveur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, au sujet de son droit de terrage sur un grand nombre d'héritages au territoire et jugement de Saint-Symphorien, le dit droit consistant en dix gerbes du cent avec obligation de les charrier en la grange de l'hôpital.
Original sur parchemin, sceau en cire rouge du grand bailliage, et quinze sceaux (la plupart en fragments ou dont il ne reste que les lemnisques) d'hommes de fief de Hainaut.

Nº 277.
12 avril 1535. — Ce darain jugement fut fait et rendu ou chastiel à Mons, tenant lors court et siège de plaix, l'an de grâce Nostre-Seigneur mil chinq cens et trente-chincq, le douzeyme jour du mois d'apvril, puis Pasques.

Lettres de Jacques de Gavre, seigneur de Fresin, grand bailli de Hainaut, contenant le jugement rendu par la cour de Mons dans la cause mue entre la religion de Saint-Jean de Jérusalem et le seigneur de Sars-la-Bruyère, au sujet de l'afforage pratiqué par les échevins de Sars, en 1490, dans une taverne que Piérart Charlon avait établie sur un héritage dépendant du Temple de Fliémet, à l'endroit dit la Bruyère, et tenant à la chaussée Brunehault, aux terres des hoirs Olivier de Sars et de la chapelle d'Eugies. La religion est maintenue dans ses droits de justice et de seigneurie haute, moyenne et basse, sur les dix boniers de terre dits de la Bruyère qui dépendaient de sa cour du Fliémet.
Original sur parchemin, sceaux du bailliage et de vingt-sept hommes de fief de Hainaut. Plusieurs de ces sceaux sont brisés.
A ces lettres est joint un cahier intitulé: Copie d'aulcuns articles des raisons et escriptures de la religion de Sainct-Jean de Hiérusalem plaindant pour affore de cervoise contre le sieur de Sars.

Nº 278.
12 avril 1535. — Ce darain jugement fut fait et rendu ou chastiel à Mons, tenant lors court et siège de plaix, l'an de grâce Nostre-Seigneur mil chinq cens et trente-chincq, le douzeyme jour du mois d'apvril, puis Pasques.

Autres lettres du même, contenant l'arrêt de la cour, qui confirme les droits de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, à titre de sa justice et seigneurie du Fliémet, que l'on appelle le Temple lez-Genly, contenant vingt boniers de terre, sur lesquels elle lève la dîme.
Original sur parchemin, sceaux du bailliage et de 26 hommes de fief de Hainaut. La plupart de ces sceaux sont brisés.

Nº 279.
8 mai 1535. — A Mons, à l'audience tenue le huytime jour du mois de may, mil chincq cens et trente chincq.

Sentence obtenue au conseil de Hainaut par la religion de Saint-Jean de Jérusalem contre Colart le Francq, dit Griffon, et les officiers de l'empereur à Genly, au sujet de la justice et seigneurie haute, moyenne et basse, que cette religion possédait à Genly, à Sars, à Eugies, à Ciply, à la Favarcque, à Noirchin lez-Quévy et aux environs de ces localités, et des droits qu'elle y faisait percevoir sur les biens roturiers par ses mayeur et échevins, et notamment sur les maisons et héritages situés le long d'une rue à Genly sur la chaussée Brunehault, vers le Temple.
Original sur parchemin, signé: G. Riotte.

Nº 280.
8 mai 1535. — A Mons, à l'audience tenue le huytime jour du mois de may, mil chincq cens et trente chincq.

Autre sentence en faveur de la religion et contre les mayeur et échevins de Genly, la veuve Willaume Blondeau, Jehan de le Bove, et Nicolas de la Court, receveur de Mons, au nom de l'empereur, pour les mêmes droits.
Original sur parchemin, signé: G. Riotte.

Nº 281.
15 juin 1535. — En l'an de grâce Nostre-Seigneur mil cincq cens et trente-cincq, le quinzeysme jour du mois de jung.

Acte par lequel Louis de Harchies, seigneur de Sars, reconnaît que la haute justice et la seigneurie sur le jardin de la cure de Sars appartiennent à la religion de Saint-Jean de Jérusalem, et déclare mettre à néant l'exploit pratiqué par ses officiers, « sur le lieu et pourpris de la Bruyère », où ils avaient levé des tonneaux de bière, brûlés ensuite à la cure de Sars, parce qu'ils n'avaient pas la mesure voulue.
Original sur parchemin, sceau armorié, en cire rouge (SEEL. LOIS, DE HARCHIES. SIGNR. DE SARS.).

Nº 282.
19 juin 1535, — Ce fu fait en la ditte ville de Mons, le dyx-noefyme jour du mois de juing, l'an mil chincq cens et trente chincq.

Lettres de Jacques de Gavre, seigneur de Fresin, grand bailli de Hainaut, contenant la sentence par laquelle Charles de Rubempré, chevalier, seigneur de Biévène, etc., est condamné à payer 24 livres tournois de rente perpétuelle à la religion de Saint-Jean de Jérusalem, pour neuf muids de terre qu'il tenait d'elle à Sineval (1) lez-le Quesnoy.
Original sur parchemin, sceaux du grand bailliage et d'hommes de fief de Hainaut. Ces derniers sceaux étaient au nombre de dix-sept. Six manquent.
Orsinval

Nº 283.
17 juin 1536. — Le XVIje jour de juing, l'an mil cincq cens trente-six.

Lettres par lesquelles Philippe, sire de Croy, duc d'Aerschot, prince de Chimay, capitaine général de Hainaut, prend sous sa protection frère Charles de Pipa, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut, avec sa famille, le Piéton, la cense de Viernois et tous ses autres biens. Il permet de faire poser ses armes aux portes des maisons de la commanderie, pour indiquer qu'elles sont sous sa sauvegarde spéciale.
Original sur parchemin, signé: Phles de Croy, traces de sceau en placard.

Nº 284.
17 janvier 1537 (1536, v. st.). — Ce fu fait comme devisé est, le dyx-septeyme jour du mois de janvier, en l'an mil chincq cens et trente-syx.

Acte par lequel Antoine de Leste, seigneur de Nouvelles, bourgeois demeurant à Mons, reconnaît que toute justice et seigneurie haute, moyenne et basse, sur la maison de Pierre Haneuse, située à la Favarque, paroisse d'Harvengt, appartient au commandeur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem dans le Hainaut, à cause de la cour et cense du Temple à Genly.
Original sur parchemin, auquel manquent les sceaux des quatre hommes de fief de Hainaut présents à cet acte.

Nº 285.
2 juin 1537. — Datum et actum Cameraci, in domo nostre solite residentie ...... anno Domini millesimo quingetitesimo tricesimo septimo, die veto mentis junii secunda.

Lettres par lesquelles Henri du Bois, chanoine de Cambrai, vicaire de l'archidiacre de Hainaut, charge le doyen de chrétienté de Binche de faire mettre en possession de la cure de Saint-Symphorien et Spiennes, frère Jean Fabri (1), religieux de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, auquel le commandeur de Hainaut, Charles Pipa, l'a conférée, cette cure étant vacante par le décès de frère Ernest des Saulx. — Suit l'acte d'investiture, transcrit au dos de la pièce et daté du 4 du dit mois.
Original sur parchemin, sceau de l'archidiacre de Hainaut enlevé. Copie sur papier, certifiée le 10 mars 1564 (1563, v. st.).
1. Alias Le Febvre

Nº 286.
16 juillet 1537. —- Datum Cameraci, sub sigillo sedis Cameracensis, anno Domini millesimo quingentesimo tricesimo septimo. mensis julii die sexta decima.

Lettres des vicaires généraux de Robert de Croy, évêque et duc de Cambrai, mandant au doyen de chrétienté de Binche de mettre frère Jean le Febvre, prêtre, en possession de la cure de Saint-Symphorien, après avoir reçu son serment solennel.
Original sur parchemin, signé: Preud'homme, sceaux dont il ne reste que des traces.

Nº 287.
2 janvier 1538 (1537, v. st.). — Ce fu fait, congneult et passet bien et à loy, à la maison de l'hospital à Sainct-Simphoryen, jugement des dits eschevins, l'an mil chincq cens et trente-sept, le deuxzeysme jour du mois de janvier.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins de la seigneurie de Saint-Jean de Jérusalem à Saint-Symphorien, concernant le droit de terrage dû à la religion de Saint-Jean par Philippe Crohin sur deux parties de terre situées au dit lieu, et la seigneurie que cette religion y avait sur le courtil Catel.
Original sur parchemin, avec sceau en cire brune pendant à des queues de parchemin. Ce sceau représente un écusson à la croix de Malte et derrière lequel est Saint Jean-Baptiste ; il a pour légende: S : ESCH IA RELIGIO S. IA : S : SlNPHORIE ET ENTOR.
Imprimé dans les Annales du Cercle archéologique de Mons, tome XII, page 405, et dans notre Description de carlulaires, tome VII, page 440.

Nº 288.
5 janvier 1538 (1537, v. st.). — Ce fu fait l'an mil chincq cens et trente-sept, le chincqysme jour du mois de janvier.

Acte passé par-devant trois hommes de fief de la cour de Mons et par lequel frère Charles Pypa, chevalier de l'ordre de la noble et sainte religion de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut-Cambrésis, Sausoy, etc., accorde à Jehan Anthoine, laboureur, demeurant à la cense du Fliémet lez-Genly, moyennant une rente perpétuelle de sept livres tournois et trois chapons, quatre journels de terre labourable en la culture de l'Esclusure, entre Frameries et Fleignies, sous réserve de la seigneurie qui demeure à la dite religion. Jehan Anthoine s'engage à construire en trois ans des édifices de la valeur de 200 livres tournois, et le commandeur promet de faire confirmer le contrat par le chapitre provincial un an après la paix.
Deux expéditions Original sur parchemin, avec trois sceaux dont il ne reste qu'un fragment du premier.

Nº 289.
19 février 1538 (1537, v. st.). — Le dix-noefysme jour du mois de febvrier, quinze cens trente-sept.

Jugement rendu par le mayeur et les échevins de la seigneurie de la religion de Saint-Jean de Jérusalem à Offies, au sujet d'une rente due à celle-ci sur l'héritage dit Hardompret.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, sceau enlevé.

Nº 290.
31 mars 1538 (1537, v. st.). — L'an mil chincq cens et trente-sept, le dernier jour du mois de march, avant Pasques.

Appointement conclu entre frère Charles Pipa, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut, Cambrésis, Barboinne, etc., et Jehan le Boucque, seigneur de le Val et Monceau, au sujet des dîmes dues sur divers héritages situés au territoire d'Offies (Oufies), terre d'Avesnes.
Original sur parchemin, signé par les deux personnages précités, sceaux enlevés.

Nº 291.
9 mai 1538. — Ainsy déclaré et ordonné le noefiesme jour du mois de may mil chincq cens et trente-huyt.

Lettres de Philippe, sire de Croy, duc d'Aerschot, prince de Chimay, marquis de Renty, comte de Porcean et de Beaumont, seigneur d'Avesnes, de Chièvres, de Lillers, d'Havré, de Wallers, chevalier de l'ordre de l'empereur, lieutenant, capitaine général et grand bailli de Hainaut, contenant la sentence par laquelle le conseil de l'empereur à Mons condamne Philippe Crohin, écuyer, seigneur de Saint-Symphorien, à payer intégralement à la religion de Saint-Jean de Jérusalem le droit de terrage sur deux parties d'héritages à Saint-Symphorien, savoir:
1º un bonier de terre « en le coulturelle de le roye de le Sauvelonnière, tenant aux terres de l'église d'Espinlieu, de deux costez, et aux terres de Hantes », bonier sur lequel on avait dépouillé 400 gerbes de blé, en août 1532 ;
2º un journel en la même culture, tenant aux terres de la religion et à celles de Hantes, qui avait produit 175 gerbes, à la même époque.
Original sur parchemin, avec sceaux (dont deux seulement sont conservés) du grand bailliage et d'hommes de fief de Hainaut.

Nº 292.
14 juin 1538. — Données en nostre plain chapitre......, l'an de grasce Nostre-Seigneur mil chincq cens trente-huyt, le XIIIje jour du mois de juing.

Lettres de frère Philippe Carleau, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, prieur de France, établissant avec son chapitre frère Charles Pipa, commandeur de Hainaut, et d'autres personnages, procureurs généraux de cet ordre.
Original sur parchemin, sceau perdu.

Nº 293.
13 juillet 1538. — Ce fu fait, congneu et passet bien et à loy, ou jugement desdits eschevins, l'an mil chincq cens et trente-huyt, le treizeysme jour du mois de jullet.

Appointement passé par-devant le mayeur et les échevins de Piéton entre frère Charles Pypa, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut-Cambrésis, etc., d'une part, et Bauduin, seigneur de Carnières, capitaine de Chimay, d'autre part, au sujet de l'arrentement accordé par la religion de Saint-Jean à Jehan le Febvre, hôtelier de l'Ange, à Mons, d'un héritage sur lequel on avait bâti la maison dite le Beau-Regart et qui tenait, d'un côté, au chemin de Carnières à Piéton et, de l'autre, au chemin de Nivelles à Anderlues.
Chirographie. Original sur parchemin, avec sceau échevinal, en cire brune, figurant un blason à la croix de Malte soutenu par S. Jean.

Nº 294.
22 mai 1539. — Ainsy déclaré le vingt-deuxyme jour de may, mil Vc et trente-noef.

Acte du grand bailli et du conseil de l'empereur à Mons, donnant gain de cause à la religion de Saint-Jean de Jérusalem contre Antoine Dufour, héritier de deux boniers de terre en la culture de la Sauvelonnière, et Pierre Claron, censier de Jacques Longhet, à Saint-Symphorien, au sujet du droit de terrage que cette religion levait sur plusieurs héritages situés au jugement du dit Saint-Symphorien, droit consistant en dix gerbes du cent.
Original sur parchemin, signé: G. Riotte.

Nº 295.
11 septembre 1539. — Ce fu fait au dict lieu de Sainct-Saulve, le unzeysme jour du mois de septembre, l'an mil cincq cens et trente-noef.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins de Saint-Saulve lez-Valenciennes, et par lequel frère Charles Pipa, commandeur de Hainaut-Cambrésis, etc., et Amalberge Charlart, veuve de Jehan de Lamine, demeurant à Valenciennes, s'obligent à observer l'accord conclu, le 20 mars 1537, entre Jacques Berot, procureur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, et la dite dame.
Chirographie. Original sur parchemin, en mauvais état de conservation.

Nº 296.
31 décembre 1539. — Le dernier jour du mois de décembre, ou dessus dit an mil cincq cens et trente-noef.

Transaction passée par-devant le lieutenant-mayeur et les échevins de Vertain, entre frère Charles Pipa, chevalier de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut, Cambrésis, Saussoy, Baudelus, Barbonne, etc., assisté de Jacques Berot, procureur de la dite religion, d'une part, et Jérôme Coignau, Colle le Blas, veuve de Piérart Carlier, Jehenne Plonchart, veuve de Jehan le Grant, Eloi le Grant, Jehan Plonchart, Lussette Plonchart, veuve de Thomas Preud'homme, Antoine Estricquet, Jehan Lasne, Jehan de le Sart, Eustache Cardon, Antoinette Martin, veuve de Pasquier le Grant, Pierre Tacquet, Vincent Becquet, Willème Payen, Colart Simon, Henri Beal, Jehenne Hamoche, veuve de Jehan Gabet, et Isabeau Bourlet, veuve de Jehan le Moisne, d'autre part, au sujet de quatorze muids et deux mencaudées de terre labourable, à Vertain et Bomeries, qui appartenaient à la dite religion et qu'elle avait arrentés aux personnes précitées.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 297.
15 juin 1540. — Ce jugement fu fait et rendu ou chastel à Mons, tenant lors court et siège de plaix, l'an de grâce Nostre-Seigneur mil chincq cens et quarante, le mardy quinzeysme jour du mois de juing.

Lettres de Philippe de Croy, grand bailli de Hainaut, contenant la sentence rendue par la cour de ce pays en faveur de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, et obligeant le seigneur d'Aymeries à rétablir les exploits pratiqués par ses sergents dans la maison de l'hôpital lez-Escuellin.
Original sur parchemin, avec sceaux du bailliage et d'hommes de fief de la cour de Hainaut. Plusieurs de ces sceaux sont enlevés.

Nº 298.
20 septembre 1540. — Ce fu fait ou chastel à Mons, tenant lors court et siège de plaix, l'an de grâce Nostre-Seigneur mil chincq cens-quarante, le vingtysme jour du mois de septembre.

Lettres de Philippe, sire de Croy, duc d'Aerschot, marquis de Renty, comte de Porcean, Beaumont, seigneur de Chièvres, Avesnes, Havré, Wallers, Lillers, Saint-Venant, etc., grand bailli de Hainaut, contenant reconnaissance par la cour souveraine de Mons, de l'appointement conclu le 4 mai précédent entre l'abbaye d'Hautmont et la religion de Saint-Jean de Jérusalem, et par lequel il est arrêté que cette abbaye paiera, au lieu des six marcs d'argent, du poids de Flandre, qu'elle devait chaque année à la dite religion, pour les biens que celle-ci lui avait cédés à Givry (1), une rente de soixante-quinze livres, de vingt gros la livre, le jour de saint Martin en hiver.
Original sur parchemin, avec sceaux du grand bailliage et d'hommes de fief de la cour de Hainaut. Douze de ces sceaux sont assez bien conservés et quatorze sont enlevés.
1. Voyez le nº 116.

Nº 299.
2 juin 1541. — Ce fu fait et passet bien et à loy, l'an mil chincq cens et quarante-ung, le deuxysme jour du mois de juing.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins tant de la seigneurie de la religion de Saint-Jean de Jérusalem que de la seigneurie indivise de Philippe de Crohin, écuyer, et de l'église et abbaye d'Epinlieu, à Saint-Symphorien, par Fiacre le Vent, mayeur de Cuesmes, d'une part, Jehan le Boucque, bailli, receveur et procureur de la dite religion, Antoine Yeuwain, receveur et procureur de l'église d'Epinlieu, et Guillaume Aulent, receveur et procureur de Philippe de Crohin, d'autre part, et par lequel ils reconnaissent qu'à cause de leurs seigneuries précitées, il leur appartenait un droit de terrage de douze gerbes du cent, avec charriage aux dépens des habitants, sur deux boniers de terre avec maison en la culture de le Sauvelonnière, au lieu dit la Petite-Chanteraine, mais qu'ils en ont affranchi Fiacre le Vent, moyennant de payer annuellement, outre les anciennes rentes et sans préjudice aux droits de relief:
1º à la religion de Saint-Jean, 3 sols tournois, 2 rasières d'avoine et 2 chapons ;
2º à Philippe de Crohin, 18 deniers, une rasière d'avoine et un chapon ;
3º à l'église d'Epinlieu, 18 deniers, une rasière d'avoine et un chapon.
Présents: « Comme mayeur de la religion Saint-Jehan de Jhérusalem, Pasquier Willemart, et comme eschevins d'icelle seignourie pour ce appeliez: Jacquemart Coulon, Michiel du Four, Jehan du Bois dit Marissal et Pol Escorye, et des dittes seignouries par indivis, assavoir: de la seignourie Philippe de Crohin, escuyer: Collart des Frères ;
Item, comme mayeur de l'églize d'Espinlieu, Michiel du Four, et comme eschevins d'icelles seignouries: Jacquemart Coulon, Jehan du Bois dit Marissal, Michiel de Breda et Jehan Warot. »
Original sur parchemin, avec sceau en cire brune des échevins des seigneuries de Philippe de Crohin el d'Epinlieu. Le sceau échevinal de la religion de Saint-Jean de Jérusalem manque.

Nº 300.
3 mars 1544 (1543, v. st.). — Ce fu fait l'an mil chincq cents et quarante-trois, le troisyème jour du mois de marts.

Acte passé par-devant Thierri du Mont, conseiller ordinaire de l'empereur, Regnier de Ghorain et Jehan Leboucq, hommes de fief, par lequel frère Charles Pypa, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut et Cambrésis, accorde à Jehan Galopin, marchand, demeurant à Mons, la location à main ferme, pour le terme de neuf ans, de l'exploitation du charbonnage que la religion a et peut avoir dans sa seigneurie du Fliémet, dite le Temple lez-Genly, moyennant de remettre au commandeur le dixième du charbon tiré hors de terre, de lui livrer par an, en la ville de Mons, quatre charretées de charbon, et à Jehan Leboucq, son bailli, trois charretées, et à la condition de travailler ainsi qu'on a l'habitude de le faire dans les autres charbonnages de ce pays de Hainaut, en désintéressant à dire d'experts les propriétaires ou censiers des héritages sous lesquels on extraira le charbon, etc.
Original sur parchemin, auquel il ne reste qu'un sceau.

Nº 301.
12 août 1544. — Che fut faict et congneult en l'an de grâce mil chiuncq cent et quarantte-quattre, le XIje jour d'aoust.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins de la cour de Longnée, à Goy, et par lequel François Deschamps renonce au procès qu'il soutenait en cette cour contre frère Jehan Pippa, chevalier de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et commandeur de Hainaut, au sujet de ce que le dit Deschamps avait fait paître ses bestiaux sur un bonier de pré qui appartenait à la religion, et s'était permis d'y faire fossoyer.
Chirographie. Original sur parchemin. On lit sur le dos: Che contre-escriptz gardent eschevins de Longnée à Goy.

Nº 302.
1544. — L'an mil chincq cens et quarante-quattre.

Lettres par lesquelles Georges Rolin, chevalier, seigneur d'Aymeries, de Houdain, de Duysant, de Robersart, maréchal et veneur héréditaire de Hainaut, en exécution de l'ordonnance rendue par la cour souveraine de Mons, le mardi 15 juin 1540, rétablit la religion de Saint-Jean de Jérusalem dans la possession de la haute justice et seigneurie de la maison, chapelle, cense et pourpris de l'hôpital lez-Escuelin, enclos de murs, et met au néant les arrestations y faites par ses sergents, le 23 juin 1538, de diverses personnes qui s'y trouvaient à une noce.
Original sur parchemin, sceau avec armoiries, en cire rouge, détaché.

Nº 303.
6 mai 1545. — Ce fu faict en nostre dicte ville du Rœlx, l'an de grâce Nostre-Seigneur mil chinc cens quarante-chincq, le sexymejour du mois de may.

Lettres d'Adrean de Croy, comte du Rœulx, seigneur de Beauraing, chevalier de la Toison d'or, gouverneur et capitaine général pour l'empereur aux pays de Flandres, d'Artois, de Lille, Douai et Orchies, approuvant l'échange conclu entre Hugues de la Barre, receveur du comté de Rœulx, et Charles Pypa, commandeur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en Hainaut, de quatre journels qui appartenaient à cet ordre à Ville-sur-Haine, contre quatre autres situés en la même localité et que le dit Hugues tenait en fief de la terre et comté de Rœulx, sous la condition que la religion de Saint-Jean les possédera sans être soumise à aucun relief ni à aucune redevance, attendu qu'elle a de même amorti les autres journels cédés par elle.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 304.
22 février 1550 (1549, v. st.). — Datum Rome, apud Sanctum Petrum, anno Incarnationis dominice millesimo quingentesimo quadragesimo nono, octavo kal martii, pontificatus nostri anno primo.

Bulle du pape Jules III concernant la collation réservée au Saint-Siège pendant certains mois de l'année, de la chapellenie perpétuelle fondée à l'autel de Saint-Jean-Baptiste dans l'église paroissiale de Haulte-Croix, diocèse de Cambrai.
Original sur parchemin, sceau en plomb pend, à une tresse de soie rouge et jaune.

Nº 305.
1er juin 1555. — Ce fut faict, passé et mis en warde de loy, au dit Forchies, le premier jour du mois de juing, en l'an mil V cinquante-cincq.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins de la cour de Forchies, et par lequel Jaquemart et Jehan Raoul de Rembulz reconnaissent devoir à la religion de Saint-Jean de Jérusalem une rente annuelle et héréditaire d'un muid d'avoine, au jour de Noël, assignée sur une maison avec grange et dépendances qu'ils avaient à Forchies, « ès meltes et limites de la loi et chef-lieu de Liège. » Moyennant cette reconnaissance, Antoine Descrollières, commis de la religion de Saint-Jean, accorde, au nom de celle-ci, aux dits Jaquemart et Jehan Raoul le pouvoir de vendre et transporter leur grange et quatre journels y contigus, pour en faire leur plus grand profit.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 306.
20 janvier 1556 (1555, v. st.). — Ce jourd'huy vingteyme jour du mois de janvier, en l'an mil chincq cens chincquante-chincq.

Procuration délivrée par sire Nicolles Blondeau, prêtre, chanoine de Binche, à maître Simon Bosquet et à d'autres personnages y dénommés, pour se désister en son nom, par-devant le grand bailli de Hainaut et le conseil du roi, à Mons, du procès par lui intenté en matière possessoire contre frère Jehan Boiteau, touchant la cure de Sars, et renoncer à tout droit sur celle-ci, en laissant jouir le dit Boiteau des revenus et émoluments de cette cure.
Original sur parchemin, seing de maître Thomas de le Disme, notaire apostolique.

Nº 307.
11 décembre 1556. — Ainsy déclaret le unzeyme jour du mois de décembre de l'an mil cincq cens cincquante-six.

Arrêt rendu par l'office de la recette générale de Hainaut dans le procès mû entre le fermier du winage de Hanneton et le sergent de la dite recette générale en la melte de Mons, d'une part, et la religion de Saint-Jean de Jérusalem et Pasquier Willemart, d'autre part, au sujet du paiement exigé de Pasquier Willemart, pour le winage de la cervoise qu'il menait à Valenciennes et qui était destinée au commandeur de la religion. Le fermier du droit dont il s'agit, est obligé de restituer la somme qu'il avait reçue.
Original sur parchemin, signé: Hallet.

Nº 308.
25 juillet 1558. — A Malte, le vingt-cinquiesme jour de juillet, l'an mil cinq cens cinquante-huict.

Lettres par lesquelles frère Charles de Hangest, chevalier et sénéchal de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut-Cambrésis, Sommereux et Boncourt, nomme Philippe de le Samme, sergent de Warin et Fayt, bailli des terres, justices et seigneuries de la commanderie de Hainaut-Cambrésis, au lieu de Jean le Boucq, sergent de le Val, décédé, et lui donne pouvoir de nommer et destituer mayeurs, échevins, tenaules, tergeurs, sergents forestiers et autres officiers, de tenir cour et siège de plaids, de recevoir les rapports, déshérences et adhéyitances des fiefs tenus de l'ordre, etc.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 309.
26 avril 1559. — En l'an de grâce Nostre-Seigneur mil chincq cens chincquante-nœf, le vingt-siziesme jour du mois d'apvril.

Acte de Philippe de Crohin, écuyer, seigneur de Saint-Symphorien, déclarant que, pour éviter un procès avec noble chevalier et religieuse personne frère Charles d'Angest, chevalier de l'ordre de la religion de Saint-Jean de Jérusalem, sénéchal du dit ordre, commandeur de la chambre magistrale de Hainaut et Cambrésis, au sujet d'un emprisonnement que Martin Bourdon, bailli de Saint-Symphorien, avait ordonné contre un laboureur qui avait insulté les échevins, et de la réparation que ce laboureur avait dû faire « sur le lieu et pourpris d'une portion de wareskais abornée de quattre bornes, scitué en la place devant l'église du dit Sainct-Simphorien », — il reconnaît que le lieu dont il s'agit appartient entièrement à la religion de Saint-Jean de Jérusalem, et qu'elle y a la haute justice et seigneurie, nonobstant l'exploit qui y a été fait et qu'il met au néant.
Original sur parchemin, sceau (brisé) de Philippe de Crohin.

Nº 310.
16 juin 1570. — Ce fut faict en la ville de Mons, l'an mil cincq cens soixante-dyx, le seizyesme jour du mois de juing.

Acte par lequel sœur Anne de Binch, maîtresse de la maison-Dieu et hôpital de Saint-Nicolas à Enghien, de l'ordre de Saint-Augustin, fait relief d'un fief ample, tenu de la religion de Saint-Jean de Jérusalem et consistant en une rente de 16 livres tournois hypothéquée sur la maison dite la Court de le Motte à Onnezies et que le seigneur d'Enghien avait donnée au dit hôpital.
Original sur parchemin, avec trois lemnisques dont les sceaux ont disparu.

Nº 311.
8 juin 1573. — Datum Melitœ, in conventu nostro, die octava mensis junii, millesimo quingentesimo septuagesimo tertio.

Vidimus délivré, le 7 juillet 1589, par frère Hugues de Loubenx Verdala, grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, des lettres par lesquelles frère Jean Levesque de la Cassière, son prédécesseur, accorde à frère Henri d'Angoulesme, prieur de France, la commanderie de Hainaut, chambre magistrale du prieuré de France, vacante par la mort de frère Pierre de la Fontaine.
Original sur papier, sceau en placard sur lequel est le portrait du grand maître.

Nº 312.
27 septembre 1575. — Faictes et prononchies en jugement, le vingt-septième jour de septembre mil cincq cens soixante-quinze.

Sentence prononcée par les maire et échevins de la ville d'Arras sur le différend mû entre Nicolas Bonnet, marchand drapier demeurant à Paris, et messire Louis de Crequy, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et commandeur de Haut-Avesnes, au sujet du paiement d'une livraison de draps faite pour ce commandeur et ses serviteurs et domestiques, et d'une saisie pratiquée de ce chef sur ses chevaux et bagages en l'hôtellerie de l'Escu de France, à Arras.
Original sur parchemin, signé d'Assonleville, sceau enlevé.

Nº 313.
1577.

Acte par lequel Michel de la Vieleuse, amodiateur de la commanderie de Hainaut-Cambrésis, nomme Jacques Jappin mayeur de la seigneurie foncière de cette commanderie à Beaurepaire, au dehors de la porte Montoise, à Valenciennes.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 314.
24 juillet 1581. — Donné à Paris, le XXIIIje jour de juillet, l'an mil cinq cens quatre-vingts et ung.

Lettres par lesquelles Jean-Jacques de Mesmes, seigneur des Arches, conseiller du roi, procureur général du grand prieur de France, commandeur du Piéton, nomme Jacques Jappin mayeur des seigneuries de Beaurepaire, au dehors de la porte Montoise, à Valenciennes, et des Petits-Prés lez-Lespeux, en la banlieue de cette ville, seigneuries qui dépendaient de la commanderie du Piéton.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 315.
29 novembre 1585. — Faictes et passées en l'hostel du Sgr. des Arches, le vendredi vingt-noefime et pénultiesme jour de novembre, après midy, l'an mil cincq cens quattre-vingtz et cincq.
Acte par lequel Antoine du Prat, conseiller du roi, garde de la prévôté de Paris, fait connaître que le procureur du prince Henri d'Angoulesme, grand-prieur de France, commandeur du Piéton en Hainaut, a, par-devant deux notaires, constitué Guillaume du Mont, maître Gilles de le Samme, Jacques Pillot, maître Jean Chamart, Eustache Hallet et Olivier du Belloy, ses procureurs à l'effet de révoquer Jean de Buignies, de ses fonctions de receveur des revenus de la commanderie du Piéton.
Copie sur papier, certifiée par deux hommes de fief, le 31 mars 1586.

Nº 316.
1er mars 1586. — Datum Melitœ, in conventu nostro, die prima mentis martii, anno millesimo qumgentesimo octuagesimo sexto ab Incarnations.

Lettres par lesquelles frère Hugues de Loubenx Verdala, grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, confère à frère Godefroid Centurion, commandeur de La Braque, la commanderie magistrale de Hainaut, vacante par la mort de frère Henri d'Angoulesme.
Copie sur papier, collationnée.

Nº 317.
4 juillet 1586.

Acte notarié de la prise de possession de la commanderie magistrale du Piéton par François de Bryon, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et commandeur de Liège, en vertu de la procuration donnée à Malte par le grand-maître de l'ordre, le 18 avril précédent. Cette commanderie était vacante depuis la mort de frère Henri d'Angoulesme, grand prieur de France.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 318.
16 octobre 1587. — Datum Melitœ, in couventu nostro, die décima sexta mensis octobris millesimo quingentesimo octuagesimo septimo.

Lettres par lesquelles frère Hugues de Loubenx Verdala, grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, nomme frère Godefroid Centurion, commandeur de Hainaut et de La Braque, son procureur dans les pays de Flandre, de Brabant, de Hainaut, d'Artois et de Liège.
Original sur parchemin, sceau perdu.

Nº 319.
18 juin 1588. — Ce fut faict ou jugement d'iceulx, le dix-huictiesme jour du mois de juing mil cincq cens quattre-vingtz et huict.

Acte passé par-devant le mayeur et les échevins de Marlis lez-Valenciennes, par Jehan de Brustel, bailli de la terre et seigneurie de Haveluy, demeurant à Valenciennes, et par lequel il reconnaît avoir obtenu de Godefroid Centurion, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de La Braque et du Piéton, et agent de l'ordre aux Pays de S. M., « le povoir et aysance de mettre aulcunes ancres au mur de la cense de Beaulieu », à l'effet de consolider deux maisonnettes voisines de cette cense, qui lui appartenaient. En reconnaissance de cette grâce, il paiera annuellement au commandeur une rente de deux chapons hypothéquée sur les deux maisonnettes dont il s'agit.
Chirographie. Original sur parchemin.

Nº 320.
27 juin 1588. — Donné à Paris, le XXVIje jour de juing, l'an de grâce mil Vc quatre-vingtz-huict.

Mandement adressé par Catherine, reine de France, au sieur de Balagny, gouverneur de la ville de Cambrai et du pays de Cambrésis, lui ordonnant d'accorder mainlevée des biens de la commanderie du Piéton situés dans le Cambrésis, et notamment des fermes et censes de Fresnoy et d'Avesnes-le-Sec, qu'elle avait fait saisir par le Sr Choisuyn, général de son domaine au dit pays de Cambrésis.
Copie sur papier.

Nº 321.
8 décembre 1588. — Ce fut faict en la ville de Mons, le huitiesme jour du mois de décembre, l'an de grâce mil cincq cens quattre-vingtz et huyt.

Acte par lequel Emmanuel de Lalaing, grand bailli de Hainaut, déclare avoir reçu de Godefroid Centurion, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton, etc., en présence d'hommes de fief du comté de Hainaut et de la cour de Mons, le relief de deux fiefs, le premier de ces fiefs consistant en « ung deu que la religion a et doibt avoir sur chacun fief liege tenu de saditte Majesté à cause d'icelluy son pays et comté de Haynnau et cour de Mons, lequel deu est appelle les liegez des fiefz tenus du prince en Haynnau, et est tel que pour chacun fief liege on leur doibt à la mort soixante solz blans telz que les quatorze solz blans pour quinze solz tournois » ; et le second, en deux parties du terrage dit de Montigny, à Marlis prés de Valenciennes.
Original sur parchemin, sceau en cire rouge.

Nº 322.
7 juin 1589. — Datum Romœ, apud Sanctam Mariam Maiorem, sub annulo Piscatoris, die septima junii MDLXXXIX, pontificatus nostri anno quinto.

Bulle du pape Sixte V exemptant la commanderie magistrale de Hainaut de la taille à laquelle elle avait été imposée par le clergé de cette province, et menaçant de l'excommunication les personnes qui ne respecteront pas les libertés, immunités et exemptions de la religion de Saint-Jean de Jérusalem.
Original sur parchemin, avec fragments de sceau en cire rouge.

Nº 323.
12 novembre 1590. — Datum Montibus Hannoniœ, in palatio nostro, anno Domini millesimo quingentesimo nonagesimo, die duodecima mensis novembris.

Lettres par lesquelles Louis de Berlaymont, archevêque et duc de Cambrai, à la demande de Godefroid Centurion, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton en Hainaut et de La Bracque en Brabant, mande aux prêtres, aux notaires et aux tabellions publics de son diocèse de publier à l'ambon des églises paroissiales que les détenteurs de calices, de linges, de chasubles, de chapes et d'autres ornements d'église, ainsi que de titres et documents appartenant aux maisons et chapelles de la commanderie du Piéton, sont tenus sous peine d'excommunication de restituer ces objets. Il leur ordonne de dénoncer, s'il y a lieu, en face des dites églises et en public, les noms des excommuniés, après l'expiration du délai assigné pour la restitution dont il s'agit.
Original sur parchemin, sceau perdu.

Nº 324.
16 août 1592. — Datum Melitœ, in conventu nostro, die decima sexta mensis augusti, millesimo quingentesimo nonagesimo secundo.

Lettres par lesquelles frère Hugues de Loubenx Verdala, grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, confère à frère Martin d'Alibert la commanderie magistrale de Hainaut, vacante par la mort de frère Godefroid Centurion.
Original sur parchemin, en mauvais état de conservation, avec sceau en plomb.
Ce sceau, dont nous publions ci-dessous le dessin, représente à l'avers le grand-maître agenouillé devant une croix à double traverse et vers le pied de laquelle se trouvent Palpha et l'oméga, et au revers, le tombeau du Christ.
La légende est ainsi conçue: Croix de Malte F. HVGO DE LOVBENX. VERDALA. M. | HOSPITALIS. HIERVSALEM.

frère Hugues de Loubenx Verdala
Sceau de frère Hugues de Loubenx Verdala

Nº 325.
1er février 1593. — Anno millesimo quingentesimo nonagesimo tertio, mensis fébruarvi die prima.

Lettres par lesquelles frère Hugues de Loubenx Verdala, grand-maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, accorde à frère Martin d'Alibert, commandeur de Mons en Henau, sa procuration à l'effet de recevoir et d'administrer les revenus de l'ordre, de passer et annuler les actes qui s'y rapportent, etc.
Original sur papier, sceau en placard représentant le grand-maître.

Nº 326.
12 juin 1593. — Faictes et passées en la maison et hostel du Temple, à Paris, l'an mil cinq cens quatre-vingtz-treize, le samedi douzième jour de juing, avant midy.

Procuration donnée par frère Bertrand Pelloquin, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, grand prieur de France, à frère Martin Dallibert, commandeur du Piéton, pour conférer en son nom à maître Lambert le Clercq, prêtre, l'habit du dit ordre et lui faire faire les vœux et cérémonies requis en tel cas, à l'effet de desservir la cure de Sars.
Original sur parchemin, fragment du sceau de la prévôté et seings de deux notaires royaux du Châtelet de Paris.

Nº 327.
15 juin 1593. — A Cambray, le XVe jour de juing, l'an mil Vc quatre-vingts et treize.

Lettres par lesquelles Jean de Monluc, commandant de Cambrai et du pays de Cambrésis, déclare que les biens de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem situés dans le dit pays ne sont pas soumis à l'impôt de quatre sols à la mencaudée de terre.
Original sur parchemin, signé: De Monluc, avec cachet armorié et apposé en placard, et contresigné: Chastelain.

Nº 328.
5 février 1594. — Fait au conseil privé tenu à Bruxelles, le cinquiesme iour du moys de febvrier, l'an quinze cents nouante-quattre.

Sentence du conseil privé, qui déclare non-recevable le procureur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, suppliant dans la cause mue entre cet ordre et le clergé de Hainaut, en matière de tailles et subsides.
Copie sur papier.

Nº 329.
1er avril 1596. — Datum anno Domini millesimo quingentesimo nonagesimo sexto, mensis aprilis die prima.

Lettres par lesquelles frère Martin d'Allibert, chevalier de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut, nomme maître Germain Deschamps, prêtre du diocèse de Cambrai, curé de la paroisse de Saint-Symphorien et de Spiennes, son annexe, cette cure étant devenue vacante par le décès de frère Adrien Périlleux.
Original sur parchemin, signé: J. Brouet, notaire apostolique, avec des traces de deux sceaux en placard.

Nº 330.
6 mars 1610. — Donné à Paris, en nostre cour des aydes, le sixiesme jour de mars, l'an de grâce mil six cens-dix.

Lettres données au nom du roi de France par la cour des aides, pour l'exécution du jugement rendu par elle, le 18 mai 1601 (et dont copie est jointe), dans le procès mû entre frère Claude Louvet, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur d'Auxerre, d'une part, et Guillaume de Regny, doyen de la cathédrale d'Auxerre, Gaspard Demy, official et chanoine de la même cathédrale, Laurent Fauchot, abbé de Saint-Pierre, Etienne Robert, curé de Saint-Pierre, et Pierre Bonard, chanoine d'Auxerre, d'autre pàrt.
L'arrêt de la cour accorde au commandeur Louvet la mainlevée des biens de sa commanderie qui avaient été saisis pour le payement d'une taxe assise par les députés du clergé d'Auxerre.
Original sur parchemin, sceau détruit.

Nº 331.
27 août 1611. — Faict à Bruxelles, le vingt-septiesme d'aoust 1611.

Apostille des archiducs sur la requête de don Alphonse de Avalos, chevalier et commandeur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, procureur général du dit ordre, au sujet des impositions auxquelles cet ordre est taxé par le clergé de Hainaut, en vertu d'une sentence obtenue le 5 février 1594, pendant que la commanderie du Piéton se trouvait « abandonnée de commandeur »
Les archiducs déclarent que cette commanderie doit jouir des mêmes franchises et exemptions que les autres commanderies situées sous leur domination.
Copie sur parchemin, certifiée, sceau en placard.

Nº 332.
27 août 1611. — Faict à Bruxelles, le vingt-septiesme d'aoust 1611.

Lettres des mêmes, ordonnant au clergé de Hainaut de ne plus comprendre la commanderie du Piéton dans les tailles et impositions.
Original sur parchemin, avec seeau en placard.

Nº 333.
10 septembre 1611. — Faict à Vallenciennes, le Xe septembre, anno mil six cens et unze.

Acte notarié contenant la notification faite au sieur Bouzeau, receveur du clergé de Hainaut, à la requête du commandeur de Ravenelle, du décret des archiducs, en date du 27 août précédent, qui ordonne au dit clergé de ne pas comprendre les biens de la commanderie du Piéton dans les assiettes de tailles et impositions.
Original sur papier, signée.

Nº 334.
10 juillet 1629. — Ainsy prononcé le X jullet mil six cent vingt-noef.

Arrêt porté par la cour souveraine de Hainaut, dans la cause mue entre Pierre du Vivier, censier du Vernois, à Piéton, d'une part, et Claude de Presigny, receveur de Boncourt, et la veuve Henri Wasteau, d'autre part, au sujet du bail de la cense du dit Vernois.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 335.
13 novembre 1630. — Cejourd'huy treize novembre mil six cens-trente.

Acte émané du grand prieuré de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en France, à la requête de frère François du Mansel Sainct-Léger, commandeur du Piéton, et portant qu'au prochain chapitre provincial de l'ordre, il sera statué sur les provisions obtenues par deux ecclésiastiques pour la cure de Saint-Symphorien, et qu'en attendant cette décision, maître Gilles de Villemart la desservira, ce prêtre ayant été nommé par le dit commandeur et ayant pris possession de la cure dont il s'agit, « en intention de professer et prendre l'habit d'obédience comme l'avoient et portoient ses prédécesseurs, selon les statutz de l'ordre, quand il plaira à ses supérieurs luy admettre. » Il est interdit jusque-là à maître Jean du Trieu, — soi-disant pourvu de la cure de Saint-Symphorien par le receveur du commun trésor de l'ordre, l'hospitalier Saugny, celui-ci étant sans qualité pour conférer la dite cure, — d'inquiéter ou molester maître de Villemart dans l'exercice de ses fonctions pastorales tant à l'église que dans la paroisse.
Original sur parchemin, avec sceau en placard et signature du chancelier du prieuré de France, Delespine.
On lit en tête de cette pièce: Extraict des registres de chancellerie du grand prieuré de France.

Nº 336.
26 février 1633. — Ainsy prononcé le XXVIe de février 1633.

Sentence de la cour souveraine de Hainaut, rendue en faveur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, au sujet de ses droits au village de Saint-Symphorien. Cette sentence met fin au procès auquel avait donné lieu la saisie, faite par le sergent du seigneur de Saint-Symphorien, de la marchandise qu'un marchand savoyard avait, avec la permission du commandeur du Piéton, étalée contre le tilleul Saint-Jean, devant l'église du dit Saint-Symphorien, le jour de la dédicace de cette localité, en 1626.
Copie sur papier, signée: G. Auris, 1664.
Cette sentence a été imprimée dans les Annales du Cercle archéologique de Mons, tome XII, page 410, et dans notre Description de cartulaires, tome VII, page 145.

Nº 337.
23 septembre 1633. — En l'an de grâce mille six cent trente-trois, du mois de septembre le vingtroisiesme jour.

Acte passé par-devant les mayeur et échevins de Piéton et par lequel Charles Mede, laboureur demeurant à Malplacqué, juridiction de Trazegnies, obtient du commandeur de Hainaut-Cambrésis, moyennant une rente annuelle d'un chapon et une poule, d'entretenir le fossé qui coule derrière sa grange et de passer et charrier sur les terres de la cense de la Cour pour entrer et sortir de cette grange.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 338.
2 avril 1639. — Datum Melitœ, in couventu nostro, die seconda mensis aprilis, millesimo sexcentesimo trigesimo nono.

Lettres par lesquelles frère Jean-Paul Lascaris Castellar, grand-maître de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, à la demande de frère François de Vion-Thessancourt, commandeur de la commanderie magistrale du Piéton, ordonne la visite de cette commanderie à l'effet d'améliorer ses maisons et ses propriétés. Il délègue à cet effet les commandeurs de Chantraine, de Liège, de Slype, de Castres et de Loyson, et les charge de lui adresser dans la forme authentique le procès-verbal de leur visite.
Original sur papier, signé et revêtu du sceau représentant le grand-maître de l'ordre.

Nº 339.
17 décembre 1656. — Datum Melitœ, in conventu nostro, die decima septima mensis decembris millesimo sexcentesimo quinquagesimo sexto.

Bulle de Jean-Paul Lascaris Castellar, grand-maître de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem, accordant, avec l'autorisation du pape Alexandre VII, à Camille de Champlais, fils de Louis de Champlais, marquis de Courcelles, dispense d'âge pour pouvoir être admis chevalier du dit hôpital dans la langue de France.
Sous le vidimus Original en latin du grand-maître, don Martin de Redin, du 1er décembre 1657.
Papier, sceau en plomb représentant d'un côté le tombeau du Christ et de l'autre le dit grand maître.

Nº 340.
20 janvier 1662. — Donné en nostre ville de Bruxelles, le vingtième janvier, l'an de grâce mil six cens soixante-deux.

Lettres du roi Philippe IV, par lesquelles, à la requête de messire Simon de Vermandois, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton, il ordonne au magistrat de Valenciennes de se rendre à l'endroit dit le Petit-Saint-Jean, en la rue du Viewart, en cette ville, à l'effet d'y rétablir le commandeur ou son procureur en possession de la juridiction et de la franchise qui lui appartenaient « sur la maison, chapelle et pourpris du dit lieu
Copie sur papier.

Nº 341.
4662, le XIIje de septembre.

Acte de cession par les membres du chapitre Notre-Dame, à Condé, en faveur du commandeur de Saint-Simon, moyennant la somme de 400 livres tournois, de tous droits et actions qui leur appartenaient en vertu du rétablissement fait à leur profit « sur le marché et cense de l'hôpital, à Maing », à l'exception de leur ancienne rente.
Original sur papier, signé: « Par ordonnance des des Srs, J. Eloy secrét. »

Nº 342.
Le XXIIje mars 1663.

Signification et copie délivrée à l'avocat de Vaulx par l'huissier Migeot, de l'entérinement, ordonné par la cour souveraine de Hainaut le 10 du même mois, de la forclusion prononcée par elle en faveur du commandeur de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en Hainaut, de Saint-Simon, au sujet d'une saisie opérée par Jean Durieu, sergent de Saint-Symphorien, en vertu de commission de son maitre ou bailli, contre les droits de seigneurie et justice que le dit ordre avait sur tous les héritages qui lui devaient des rentes seigneuriales, à Saint-Symphorien.
Original sur papier.

Nº 343.
27 avril 1673. — Ainsy prononcé, le XXVIj avril 1673.

Sentence de la cour souveraine de Mons en faveur de maître Jean le Clercqz, pasteur de Saint-Symphorien, au sujet de la menue dîme qui lui appartenait en cette localité et à laquelle la dame de Saint-Symphorien s'était soustraite.
Original en un cahier de 12 feuillets de parchemin, signé: Auris, avec sceau en cire rouge. Au bas est l'acte d'entérinement, du 6 mai suivant.

Nº 344.
29 avril 1673.

Arrêt du conseil de Brabant ordonnant à Jean-Baptiste de Molinvaux de remettre au commandeur de Villeneuve, agent général de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem aux Pays-Bas, les registres, titres et papiers qu'il pouvait avoir concernant les biens de la commanderie du Piéton situés en Brabant.
Copie sur papier, certifiée et munie du sceau en placard de la ville de Bruxelles.

Nº 345.
7 décembre 1673. — Donné en nostre ville de Bruxelles, le septiesme de décembre XVjc septante-trois.

Mandement de Charles, roi de Castille, de Léon, d'Arragon, archiduc d'Autriche, etc., pour l'exécution de la sentence rendue par le conseil de Brabant, le 29 avril précédent, dans la cause mue entre le commandeur de Villeneuve, agent général de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et Jean-Baptiste de Molinaux.
Original sur parchemin, fragment de sceau en cire rouge.

Nº 346.
16 juillet 1680, à Gouy lez-Piéton.

Acte par lequel le mayeur et les échevins de Gouy certifient que les biens de la commanderie du Piéton situés dans leur localité sont exempts de tailles et que les redevances que paient les fermiers de l'ordre ne sont dues que pour le pâturage dont ils jouissent.
Original sur papier, signé par le greffier Paternostre.

Nº 347.
25 juillet 1680.

Acte par lequel le magistrat de la ville et franchise de Braine-l'Alleu certifie que la cense de Mont-Saint-Jean appartenant à la commanderie du Piéton est exempte du payement des tailles ordinaires et extraordinaires, et de l'imposition sur les consommations du fermier, sauf lorsque le roi déroge aux privilèges de l'ordre dans des circonstances exceptionnelles.
Original sur papier, signé par le greffier, avec sceau en placard.

Nº 348.
13 juillet 1682. — Faites et passées dans l'ostel de mon dit sieur l'intendant, l'an mil six cent quattre-vingt-deux, le 13e jour de juillet.

Accord passé par-devant le mayeur et les échevins de la ville de Maubeuge, entre messire Joachim Faultrier, conseiller du roi, intendant de Hainaut, en sa qualité de vicaire général de messire Louis-François-Marie Le Tellier, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton, d'une part, et maître Jean le Vert, curé de Lez-Fontaines et de Sars-Poteries, tant pour lui que pour ses successeurs, d'autre part, au sujet de la portion congrue que ce curé réclamait du dit commandeur.
Copie sur papier.

Nº 349.
8 février 1683.

Acte d'accord passé par-devant des hommes de fief de Haipaut et par lequel Jean Pailleret, fermier général des biens et revenus de la commanderie du Piéton appartenant au commandeur de Louvois, s'oblige à payer à Gilbert de Ligne, curé de Damousies et Wattignies, la somme de cent patacons par an, moyennant que cet ecclésiastique lui abandonnera tous les droits de dime et les autres revenus de sa dite cure, à l'exception du casuel.
Original sur papier, signé par les parties et par deux féodaux.

Nº 350.
15 juin 1683. — Fait à Vallenciennes, le quinze juin mil six cents quatre-vingts-trois.

Convention par laquelle les chartreux de Valenciennes promettent au sieur Pailleret, fermier général de la commanderie du Piéton, d'acquitter annuellement la rente de 14 livres 3 sols due à cette commanderie sur des prairies situées dans la seigneurie des Petits-Prets, à la Courbe-à-l'Espée, et que les dits religieux ont acquises du Sr de Thiennes, seigneur de Lombise, le 16 mai 1669.
Elle est revêtue de l'approbation du Sr Faultrier, intendant de Hainaut et vicaire général du bailli Le Tellier, commandeur du Piéton.
Original sur papier.

Nº 351.
Ce 16 10bre 1683.

Acte par lequel L. Du Trieu, bailli et receveur général des biens du commandeur de Louvois, certifie que Jean Moreau est le fermier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Chièvres, que cet ordre y possède environ quatorze boniers de terres, une dîme et une pâture où se trouve une chapelle au-dessus de l'entrée principale de laquelle sont les armes du dit commandeur, et que le chapelain Brumau la dessert.
Original sur papier, avec sceau de l'ordre et cachet du dit bailli, apposé en placard.

Nº 352.
Fait à Mons, le 23e may 1693.

Sauvegarde accordée par le maréchal de Joyeuse, gouverneur de Nancy, aux officiers, aux censiers et aux biens de la commanderie du Piéton, appartenant au chevalier de Tilliadet.
Original sur papier, signé: Le maréchal de Joyeuse, avec cachet de ses armes en cire rouge.

Nº 353.
Fait à Bruxelles, le 23 de décembre 1701.

Décret du marquis de Bedmar, qui prend sous sa sauvegarde et exempte du logement des gens de guerre les chevaliers, les religieux, les officiers, les fermiers et les censiers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
Ce décret, obtenu par le chevalier de Tilliadez, commandeur du Piéton, permet de poser des blasons et pennonceaux aux armes du gouverneur général aux avenues des terres et maisons de l'ordre.
Original sur papier, signé: Le marq. de Bedmar, avec sceau en placard.

Nº 354.
13 octobre 1704. — Melitœ, in conventu nostro, die decima tertia mensis octobris 1704.

Lettres par lesquelles frère don Raymond de Perellos, grand-maître de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem et de l'ordre militaire du Saint-Sépulcre, confère à frère Antoine-François de Castel Saint-Pierre la commanderie de Mons-Henault, chambre magistrale du prieuré de France, vacante par la mort de frère Alphonse-Ignace de Lorraine-d'Armagnac.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 355.
17 décembre 1704. — Fait et passé au palais royal, en l'apartement du sieur abbé de Saint-Pierre, l'an mil sept cens-quatre, le dix-septiesme décembre.

Procuration accordée par l'abbé D. Charles Castel de Saint-Pierre, membre de l'académie française, etc., — en vertu de la procuration générale à lui donnée par le commandeur frère Antoine-François Castel de Saint-Pierre, son frère, — à Bernardin-Joseph Potel, sieur des Vallées, son secrétaire, pour prendre possession, au nom du dit commandeur, de la commanderie magistrale du Piéton.
Copie sur papier, certifiée par F. Desomme, greffier de la commanderie du Piéton, le 15 janvier 1705.

Nº 356.
15 janvier 1705. — Passé in forma en la ditte ville du Piéton, le quinze janvier dix-sept cents cincq, vers les onze heures avant midy.

Acte de la prise de possession de la commanderie magistrale du Piéton par Bernardin-Joseph Potel, sieur des Vallées, au nom et comme procureur de frère Antoine-François Castel de Saint-Pierre, profès de l'ordre de Malte, général des vaisseaux de la religion, nommé commandeur du Piéton.
Original sur papier, signé.

Nº 357.
20 octobre 1705. — Donné à Fontainebleau, le vingtième jour d'octobre, l'an de grâce mil sept cent-cinq.

Lettres de Louis, roi de France et de Navarre, mandant à son intendant en Hainaut, le sieur Roujault, de faire observer l'arrêt (joint) du conseil d'Etat, qui exempte de tailles, subsides et impositions la commanderie du Piéton.
Original sur parchemin, avec sceau royal, auquel est annexé un extrait, aussi sur parchemin, des registres du conseil d'Etat, suivi de l'ordonnance de l'intendant Roujault, datée de Maubeuge, le 28 décembre 1705, pour l'exécution de l'arrêt du conseil précité.

Nº 358.
13 juillet 1706. — Datum Cameraci, anno millesimo septingentesimo sexto, mensis julii die décima tertia.

Lettres d'investiture de la cure de Sars-la-Bruyère, délivrées en faveur de maître Louis-Albert Bosquette par François de Salignac de la Motte-Fénelon, archevêque et duc de Cambrai.
Cette cure était devenue vacante par la démission de maître Pierre-Paul Deschamps.
Original sur papier, signé par le vicaire général J.-B. de Francqueville et par le secrétaire M. Hautain.

Nº 359.
14 novembre 1709. — L'an dix-sept cens-neuf, le quattorze de novembre.

Acte par lequel frère Henri-Camille de Beringhen, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, représenté par le sieur Jean Lefort, est mis en possession, des biens, hauteurs et droits spirituels et temporels de la commanderie du Piéton.
Original sur papier (en mauvais état de conservation), signé par l'avocat Van Wesemal, bailli de la commanderie, Martin-Joseph Laigle, greffier de celle-ci, maître André Dumonceau, chapelain de la commanderie, le curé, le mayeur et les échevins de Piéton.

Nº 360.
Fait à Utrek, le 28 janvier 1713.

Acte par lequel Henri-Camille de Beringhen, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton, délègue les sieurs Pédecœur d'Orsinval et Dessars à l'effet de conférer en son nom la cure de Saint-Symphorien, vacante par le décès de maître Nicolas Nicodème.
Original sur papier, signé: Le chevalier de Beringhen, avec cachet en cire rouge.

Nº 361.
7 février 1713, à Mons.

Acte par lequel le receveur général de la commanderie du Piéton, muni de la procuration du commandeur, confère à Jacques-Joseph Vanderbeken, prêtre, la cure de Saint-Symphorien et Spiennes.
Original sur papier, signé

Nº 362.
21 février 1713. — Donné à Mons, le XXje de febvrier 1713.

Lettres du conseil souverain de Hainaut, ordonnant à maître Bernard Denuict de comparaître aux prochains plaids à l'effet d'exposer les motifs de son opposition touchant la mise en possession par le doyen de Binche, le 17 du mois précité, de maître Jacques-Joseph Vanderbeken, curé de Saint-Symphorien et Spiennes.
Original sur parchemin, sceau en cire rouge dont des parties sont brisées.

Nº 363.
Donné à Utreck, le 24 février 1713.

Acte par lequel Henri-Camille de Beringhen, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton, ratifie la nomination de Jacques-Joseph Vanderbeken, prêtre, à la cure de Saint-Symphorien.
Original sur papier, signé, avec cachet en cire rouge.

Nº 364.
17 novembre 1716, à Bruxelles.

Lettres patentes de l'empereur Charles VI, ordonnant aux habitants de Seneffe de déclarer les héritages sur lesquels des rentes sont dues à la commanderie du Piéton, à l'effet de recomposer le cartulaire de ces rentes.
Original sur parchemin, sceau enlevé.

Nº 365.
1720. — A Mons, le premier de février.

Acte par lequel, pour mettre fin à une difficulté mue entre maître Pierre Huart, curé de Vellereille-le-Sec, et messire Henri-Camille de Beringhen, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton et collateur de la cure de Vellereille, il est décidé que le dit curé continuera à payer la taille du clergé s'élevant à 22 livres par an et à jouir, à cause de cette charge, de deux boniers de terre labourable, sans que cela change le surplus de l'appointement passé entre le même curé et Jean-Philippe Milville, bailli de la commanderie, le 27 janvier 1701.
Copie sur papier.

Nº 366.
16 juillet 1723. — Fait à Valenciennes, le 16 juillet mil sept cens vingt-trois.

Acte par lequel Jacques Pédecœur, écuyer, secrétaire du roi de France, procureur du commandeur du Piéton, confère à Pierre-François Laigle, la chapelle castrale de cette localité, vacante par la mort de maître André Dumonceau.
Original sur papier, signé par le dit procureur et revêtu du cachet, en cire rouge, du commandeur.

Nº 367.
1er août 1739.

Procès-verbal de la plantation — faite en présence de Jérôme-Alexis Robert, écuyer, seigneur de Saint-Symphorien, de l'avocat Buisseret, procureur de l'abbaye d'Epinlieu, de l'avocat de Wesemal, écuyer, bailli de la commanderie du Piéton, de Louis-Joseph Laigle, receveur de cette commanderie, des mayeurs et des échevins de Saint-Symphorien, — de quatre bornes de pierre bleue aux armes de l'ordre de Malte, sur la place du village précité.
Copie sur papier, certifiée, et à laquelle sont jointes deux pièces qui concernent les droits de haute justice de la commanderie à Saint-Symphorien.

Nº 368.
12 février 1740, à Paris.

Lettres par lesquelles frère Mathurin de Vassé, commandeur du Piéton, confère à Pierre-Joseph Cochez la cure de Vellereille-le-Sec, qui était vacante depuis le décès de frère Pierre Huart.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 369.
17 mars 1740.

Acte relatant que Pierre-Joseph Cochez, prêtre, a été mis en possession de la cure du village de Vellereille-le-Sec, par le sieur Ghuyot, prêtre et protonotaire apostolique, et qu'il a promis de professer et suivre les règles de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et de porter la croix de Malte.
Présents: Charles de Wesemal, écuyer, seigneur de Péronne, avocat, bailli de la commanderie du Piéton ; André Hachez et Martin Brougnon.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 370.
21 juillet 1740, à Mons.

Acte par lequel P.-J. Cochez, curé de Vellereille-le-Sec, et F.-J. Parfait, curé de Saint-Symphorien, déclarent avoir reçu, de la part du commandeur du Piéton, une croix dorée, et promettent de la porter publiquement et d'observer les statuts de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem.
Original sur papier.

Nº 371.
16 janvier 1741. — Prononcé à Maubeuge, le seize janvier mil sept cens quarante et un.

Sentence rendue par Jacques Heunet, prévôt de Maubeuge, concernant la dîme due à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem sur certaines parties des bois de Berelles.
Copie sur parchemin, certifiée.

Nº 372.
Ainsy prononcé le 20 février 1741.

Arrêt du conseil souverain de Hainaut, maintenant maître Pierre-Joseph Cochez en possession de la cure de Vellereille-le-Sec, qui lui avait été conférée par frère Mathurin de Vassé, chevalier, religieux de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton.
Original sur parchemin, sceau en cire rouge pendant à des tresses de soie rouge et verte.

Nº 373.
19 avril 1742. — Donné à Douay, le dix-neuf avril, l'an de grâce mil sept cent quarante-deux.

Lettres de Louis, roi de France et de Navarre, contenant la sentence rendue par le parlement de Flandre dans le procès en appel entre l'archevêque de Cambrai et l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, au sujet de la collation de la cure de Damousies et Wattignies. Maître Jean-Antoine Caubor, curé de Dampierre, est maintenu dans sa nomination de curé de Damousies et Wattignies, nomination qui avait été faite par le commandeur du Piéton.
Original en un cahier (relié) de 134 feuillets de parchemin, sceau royal en cire blanche dont une partie est brisée.

Nº 374.
Ainsi prononcé le 5 juin 1742.

Sentence du conseil souverain de Hainaut, déclarant que le commandeur du Piéton a le droit d'avoir un banc dans l'endroit le plus honorable du chœur de l'église de Saint-Symphorien, lorsqu'il y est en personne.
Copie sur papier.
Cette sentence a été entérinée le 13 du même mois.

Nº 375.
29 avril 1743. — Le vingt-noefvième d'avril mil sept cent quarante-trois.

Acte constatant que maître Pierre-François Laigle, prêtre et frère d'obédience, a été mis en possession du bénéfice de la chapelle de Notre-Dame de Sars située dans l'église de cette localité, conformément aux lettres de nomination qu'il avait obtenues de frère Armand-Mathurin de Vassé, chevalier, commandeur du Piéton, et dont la copie précède.
Le titulaire précédent était frère Louis-Albert Bosquette, décédé.
Original sur papier, signé par Philippe-François-Joseph de Wesemal, bailli de la commanderie du Piéton, frère Pierre-François Laigle, Pierre Guiot, chanoine de Saint-Germain et protonotaire apostolique à Mons, Louis-Joseph Laigle et Pierre-Simon Wauquier, témoins.

Nº 376.
12 mai 1743. — Donné à Paris, en notre hôtel, le douzième jour de may mil sept cent quarante-trois.

Acte par lequel frère Mathurin de Vassé, colonel du régiment de Picardie, commandeur du Piéton, confère à Marc-Calixte Mahy, la cure de la paroisse de Sars-la-Bruyère, vacante par la mort de maître Louis-Albert Bosquet.
Copie sur papier, suivie de celle du procès-verbal d'installation du dit curé dans l'église de Sars, le 5 juillet suivant..

Nº 377.
8 juillet 1743. — Fait à Mons, le 8 juillet 1743.

Acte par lequel André-Joseph-Théodore Tahon, écuyer, seigneur de Vellereille-le-Sec, ayant fait construire un caveau sous le chœur de l'église de cette localité, pour servir à la sépulture de sa famille, et poser une pierre sépulcrale dans la muraille du dit chœur, déclare que lui et ses successeurs devront pourvoir seuls aux frais de réparation que ce caveau et cette pierre pourront occasionner, dans la suite, au chœur dont il s'agit.
Original sur papier, signé: Tahon de Vellerville.

Nº 378.
5 août 1743.

Procès-verbal de la prise de possession de la commanderie magistrale du Piéton, par Henri-Maximilien-Joseph Laigle, muni de la procuration de messire Jean-Hercule-André de Rosset de Fleury, chevalier non-profès de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, nommé commandeur par bulle du grand-maître Emmanuël Pinto, le 9 juin précédent, bulle dont le texte est inséré dans cet acte.
Copie sur papier, certifiée par P. De Wesemal, bailli de la commanderie du Piéton, le 9 août 1743.
Suit la procuration, en date du 17 juillet 1743, reçue et signée par Pierre Baquié, notaire royal et apostolique de Fleury.

Nº 379.
1er août 1747, à Vellereille-le-Sec.

Acte par lequel Philippe-François-Joseph De Wesemal, écuyer, bailli de la commanderie magistrale du Piéton, et Louis-Joseph Laigle, avocat, greffier de cette commanderie, déclarent que maître Philippe-André Fauchille a été mis en possession du temporel de la cure de Vellereille-le-Sec, et qu'il a promis de prendre la qualité de frère d'obédience et de porter la croix de l'ordre, etc.
Original sur papier, signé: P.-A. Faucille, André Hachez, Nicolas Marcq, P. De Wesemal, L.-J. Laigle.

Nº 380.
11 décembre 1747. — Fait et passé à Paris, en l'appartement du seigneur commandeur de Fleury, au château des Thuilleries, cour des princes, l'an mil sept cent quarante-sept, le unze décembre, après-midy.

Acte notarié par lequel Jean-André-Hercule, de Rosset de Fleury, chevalier non-profès de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, colonel du régiment de son nom et commandeur de la commanderie magistrale de Hainaut dite du Piéton, accorde sa procuration générale à Louis-Joseph Laigle et à Henri-Maximilien-Josepb Laigle, frères, licenciés en droit, à Mons, à l'effet de gérer la dite commanderie du Piéton.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 381.
23 juin 1749. — A Saint-Symphorien.

Procès-verbal constatant que Marc-Antoine Cogniaux, prêtre de l'oratoire de la province wallonne, a été mis en possession du temporel de la cure de Saint-Symphorien et de son secours de Spiennes, et qu'il a déclaré devoir porter dorénavant la qualité de frère d'obédience et la croix de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et observer les statuts de cet ordre.
Original sur papier, signé: M. A. Cogniaux, P. Desalles, J.-P. Moreau, P. De Wesemal, L. Laigle.

Nº 382.
31 octobre 1752.

Lettres du conseil souverain de Hainaut, homologuant la convention faite devant le conseiller Flescher, par la demoiselle du Châtel de la Hovarderie, d'une part, et par les maire, échevins et habitants de Piéton, adjoints de messire André-Hercule de Rosset de Fleury, commandeur du Piéton, d'autre part, pour terminer la difficulté qui existait entre eux au sujet du pâturage des trieux (1) dits du Piéton.
Expédition sur papier timbré, signée: Durieu.
1. Trieux, terres en friche.

Nº 383.
18 juillet 1755. — A Mons.

Règlements arrêtés entre les décimateurs de Forchies et de Piéton, pour le payement du supplément des portions congrues du curé de Forchies et du vicaire de Piéton.
Original sur papier, signé: D. Maur Levache. F. Mondez, doïen du chapitre de Binch. F.-L. Dehaut, proviseur de Bonne-Espérance. D. Ursmer Dehaut, religieux de Lobbes. F. Prosper Le Blus, proviseur de Cambron. Laigle.

Nº 384.
23 juin 1758. — A Sars.
Acte par lequel Philippe-François-Joseph de Wesemal, écuyer, bailli de la commanderie magistrale du Piéton, et Louis-Joseph Laigle, avocat, greffier de cette commanderie, constatent qu'ils ont mis maître Nicolas-Joseph Plicette en possession de la cure de Sars, à laquelle il avait été nommé par le commandeur de Rosset de Fleury, et que cet ecclésiastique leur a déclaré « qu'il se feroit un devoir de porter d'ores en avant la qualité de frère d'obédience de l'ordre, s'étant obligé de porter la croix luy conférée et de s'en faire honneur, ainsi que de maintenir et observer tous les statuts et règlements de l'ordre, faits ou à faire. »
Original sur papier, signé: N.-J. Plicette, curé de Sars ; P. De Wesemal, L .-J. Laigle, Pierre-J. Wauquier, G. Demoustier.

Nº 385.
22 avril 1761. — A Mons, le vingt-deux avril 1761.

Acte du sieur Laigle, régisseur des biens de la commanderie magistrale du Piéton, nommant François-Joseph Crousse, fermier à Seneffe, mayeur et greffier de la seigneurie que la dite commanderie possédait dans cette localité, en remplacement de François-Philippe Destraux, décédé.
Original sur papier.

Nº 386.
23 juin 1761. — A Saint-Symphorien.

Procès-verbal constatant qu'Adrien-Alexandre-Joseph Defacqz, religieux du Val-des-Ecoliers de Mons, a été mis en possession du temporel de la cure de Saint-Symphorien et Spiennes, à laquelle il avait été nommé par messire Jean-André-Hercule de Rosset de Fleury, commandeur du Piéton ; qu'il a promis de maintenir et d'observer les statuts de l'ordre, de porter avec honneur la croix qui lui a été confiée et de prendre la qualité de frère d'obédience.
Original sur papier, signé: A. Defacqz, curé de Saint-Symphorien ; G.-F. Defacqz, avocat ; P.-F. Harou, prêtre ; P. De Wesemal (bailli de la commanderie du Piéton).

Nº 387.
16 août 1763. — Fait le seize aoust mil sept cent soixante-trois.

Ordonnance de Louis-Guillaume De Blair, chevalier, seigneur de Boisemont et Courdimanche, conseiller du roi, intendant de la province de Hainaut, des pays d'Entre-Sambre-et-Meuse et d'Outre-Meuse, de Cambrai et du comté de Cambrésis, etc., portant que le fermier de la cense de l'ordre de Malte située à la Flamengrie ne sera compris dans les rôles des impositions de cette localité que pour ce qui concerne les vingtièmes anciens et nouveaux, dont les privilégiés ne sont exempts.
Copie sur papier, certifiée.

Nº 388.
7 décembre 1764. — Au château du Piéton, le septième jour de décembre 1764.

Acte par lequel le régisseur général de la commanderie magistrale du Piéton, Laigle, nomme Joseph-Antoine Crousse aux fonctions de mayeur et greffier de la seigneurie de cette commanderie à Seneffe, vacantes par la mort de son père.
Original sur papier.

Nº 389.
23 juin 1766.

Acte par lequel Jean-Joseph Bertin, lieutenant-bailli de la commanderie magistrale du Piéton, fait connaître qu'il a mis maître Nicolas-Joseph Jaspart, prêtre, en possession de la cure de Berelles, avec les formalités ordinaires.
Original sur papier, signé: N.-J. Jaspart, curé de Berelles; J.-J. Marcour; JeainrBaptiste Barbanson ; J.-P.-J. Marcour ; Bertin.

Nº 390.
Ce 11 de septembre 1766.

Acte passé entre le chevalier Jean-André-Hercule de Rosset de Fleury, titulaire de la commanderie magistrale du Piéton, et le marquis de Bournonville et de Sars, général de cavalerie au service de l'impératrice Marie-Thérèse, gouverneur de Charleroi, au sujet d'une ancienne chapelle convertie en sacristie, près de l'église de Sars, et sur une porte extérieure de laquelle sont les armes de Bournonville.
Cette chapelle avait été bâtie pour y placer l'image miraculeuse de Notre-Dame de Sars ; mais depuis la reconstruction de l'église de Sars, la dite image avait été déposée dans celle-ci.
Il est décidé que la porte extérieure de la sacristie, servant aux seigneurs de Sars pour se rendre au chœur, sera maintenue, pourvu que ces seigneurs l'entretiennent en bon état ; mais que les armoiries qui la surmontent seront enlevées aux frais du commandeur, lequel en fera remettre les pierres au marquis de Bournonville.
Original sur papier, signé: le marquis de Bournonville, — de Rosset, chevalier de Fleury, avec les cachets (en cire rouge et en placard) de ces personnages.

Nº 391.
15 octobre 1766. — Donné à Mons, le quinze octobre mil sept cent soixante-six.

Acte par lequel Jean-André-Hercule de Rosset de Fleury, commandeur du Piéton, confirme la nomination de Pierre-François Laigle, prêtre du diocèse de Cambrai, à la chapellenie de Notre-Dame de Sars, vacante par la mort de frère Louis-Albert Bosquet.
Original sur parchemin, signé et scellé par le commandeur, et contre-signé par son secrétaire ordinaire Delavigne.

Nº 392.
6 mars 1769. — Datum Melitœ, in conventu nostro, die VI mensis martii 1768 ab Incarnatione juxta stylum nostrœ cancellariœ, secundum vero cursum ordinarium 1769.

Décret de frère Emmanuel Pinto, grand-maître de Malte, pour la suppression de onze chapelles qui dépendaient de la commanderie du Piéton.
Ces chapelles sont ainsi désignées:
« Dans la domination de France: la chapelle de Frasnoy, la chapelle d'Avesnes-le-Sec, la chapelle de Chiply à Maing, la chapelle de Beaulieu, la chapelle de Flamengrie, la chapelle d'Escuélin ;
Dans la domination autrichienne: la chapelle au Temple de Frameries, la chapelle à Ville-sur-Hayne, la chapelle à Saint-Simphorien, la chapelle au Viernoy, la chapelle à Gaspendoren. »
Le motif de leur suppression était que les censes où elles se trouvaient, étaient à portée des églises paroissiales. Quant aux 936 messes qu'on y célébrait annuellement, les fermiers durent les faire desservir dans les églises et chapelles indiquées.
Copie sur papier, avec traduction française en regard, certifiée par le chevalier de Fleury.

Nº 393.
26 septembre 1781. — Donné à Cambrai, en l'assemblée de notre vicariat.

Ordonnance de Ferdinand-Maximilien Mériadec, prince de Rohan, archevêque et duc de Cambrai, pour la réfection de l'église, de la tour et de la clôture du cimetière de Saint-Symphorien, l'exonération des offices fondés dans cette église et dans la chapelle de Sainte-Marguerite de Potte, etc.
Original sur papier, sceau de l'archevêché apposé en placard.

Nº 394.
19 juillet 1783. — A Saint-Symphorien.

Accord intervenu entre les maire et échevins de Saint-Symphorien, d'une part, et Jacques-Laure Le Tonelier de Breteuil, bailli, grand'croix de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dit de Malte, ambassadeur extraordinaire du même ordre près du roi très chrétien et commandeur du Piéton, représenté par l'avocat Drion, agent général de l'ordre aux Pays-Bas, d'autre part, pour l'agrandissement de l'église paroissiale de Saint-Symphorien (1), la réparation de la tour et des murs de clôture du cimetière de Saint-Symphorien.
Original sur papier, signé par les parties et suivi de la copie de l'approbation de cet acte par le commandeur.
1. Suivant les plans dressés par l'architecte F.-J. Merlin et repris sous le Nº 457 de notre Inventaire imprimé des cartes et plans du dépôt.

Nº 395.
25 juin 1785.

Entérinement de l'arrêt prononcé le 6 du dit mois par le conseil souverain de Hainaut, dans le procès d'appel de messire Jean-André-Hercule de Rosset de Fleury, titulaire de la commanderie magistrale de Hainaut et Cambrésis dite du Piéton, contre le fermier du droit de mortemain de la melte de Mons, adjoint de Casimir Pignatelli, comte d'Egmont, au sujet d'une sentence de la cour des mortemains, du 7 juillet 1770, qui avait reconnu au fermier du dit droit le pouvoir de le lever sur tous les habitants de Saint-Symphorien (2), au nom de Sa Majesté, représentée par le comte d'Egmont, son engagiste.
L'arrêt du conseil annule la sentence de la cour des mortemains.
En conséquence, l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem est maintenu dans l'exemption du droit de mortemain, qui lui a été accordé par divers privilèges émanés des souverains du pays, pour les chevaliers, leurs maisons, leurs biens et leurs fermiers.
Original sur parchemin, avec sceau en cire rouge, pendant à une tresse de soie rouge et jaune, et enfermé dans une boite de fer-blanc.
2. Ce fermier s'était présenté plusieurs fois après la mort, arrivée le 27 août 1748, de la femme de Pierre Desalles, censier de l'ordre de Malte à Saint-Symphorien, pour y lever le meilleur catel, el le paiement de ce droit lui avait été refusé chaque fois.

Nº 396.
14 avril 1792. — Fait à Paris, le quatorze avril mil sept cent quattre-vingt-douze.

Acte par lequel Alexandre-Louis-Hugues de Freslon, chevalier, grand'croix de l'ordre de Malte, ancien capitaine général des escadres du dit ordre, commandeur de la commanderie magistrale du Piéton, confère à Jean-François Danhiez, prêtre du diocèse de Cambrai, la cure de Saint-Symphorien, vacante par le décès de maître Defacqz.
Original sur papier, signé et scellé par le commandeur.

Nº 397.
10 mars 1794. — A Bruxelles.
Acte par lequel Marie-Gabriel-Louis Texier d'Haulefeuille, bailli, grand'croix de l'ordre souverain de Malte, commandeur de Laon et de Slype, procureur général et ministre plénipotentiaire du dit ordre près du gouvernement général des Pays-Bas, nomme curé de Sars, Charles-François Stavart, prêtre du diocèse de Liège, en remplacement de maître Augustin Cauchie, décédé.
Original sur papier, signé: Le Bailli d'Hautefeuille, avec cachet en cire noire, et contre-signé: G. Becher.
Top

§. CHAPITRE II. — Cartulaires et recueils de documents concernant les privilèges de l'Ordre
Nº 398.
— Volume sur vélin, recouvert en parchemin, avec dos en veau, intitulé, sur le plat de la couverture: Recueil en latin contenant plusieurs donations faites à la religion, ayant 58 feuillets écrits, et précédé d'un répertoire, sur papier.

Ce cartulaire a été formé dans la première moitié du XIIIe siècle. Il contient la transcription de 83 actes, des années 1144 à 1233, lesquels sont spéciaux aux possessions de la commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans le Hainaut et le Cambrésis.
Nous en avons publié l'analyse dans les Annales du Cercle archéologique de Mons, tome VI, pages 13-57, et dans notre Description de cartulaires et de chartriers, tome II, pages 37-81.

A partir du 36e feuillet, le manuscrit est défectueux ; des parties du texte sont enlevées.
Le dernier feuillet porte au verso ce qui suit: « Le lundi après la Touzsaintz en l'an mil ije et Xj, prist li priors de France en la maison dou Fresnoy en Cambrésis IIj paire de chartes qui font mencion de aucunes grâces que Godefroid de Buillon fist à l'ospital, sicome il est contenu en ce cartelaire, lesquèles sont à l'ospital anchien à Paris, et i estoient au capitle de l'an mil CCC et XLVIIj. »

Nº 399.
— Volume sur papier, relié en veau, intitulé: Recueil de bulles, diplômes et décrets concernant les privilèges et immunités de l'ordre, particulièrement dans le Hainaut et le Cambrésis, de 1139 à 1756 ; ayant 355 feuillets.

Ce recueil contient 125 titres, en latin et en français.
Il s'y trouve, à la fin, une récapitulation chronologique des privilèges accordés à l'ordre par les souverains des Pays-Bas, de 1099 à 1758.
Voici l'analyse de certains actes que nous n'avons pas rencontrés ailleurs:

1139. — Actum Montibus, anno incarnati Verbi millesimo centesimo trigesimo nono, indictione secunda.

Charte par laquelle Bauduin, comte de Hainaut, pour le salut de son âme et de celles de ses prédécesseurs, accorde aux chevaliers du Temple de Jérusalem le droit de relief que ses hommes lui devaient pour leurs fiefs (1).
L'évêque de Cambrai, qui fut présent à cet acte, prononça l'anathème contre ceux qui oseraient y contrevenir.
(Folio 1 et 2.)
1. Il existe dans les Archives de la cour féodale de Hainaut, un cartulaire des fiefs-liges, renouvelé en 1609, par ordre de Claude de Ravenelle, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Hainaut-Cambrésis, « pour tant que les liegies d'iceulx dits fiefz appertienuent à laditte religion, est assçavoir quant les personnes tenant iceulx dis fiefz lieges vont de vie à trespas, parpayent par chacun d'iceulx IX sols blans, en vertu de donation faicte à ladite religion par Bauduin, comte de Haynnau, l'an mil cent trente-noef. »

1176. — Actum anno incarnati Verbi millesimo centesimo septuagesimo sexto, apud Bonam Spem.

Bauduin de Gand, maître des maisons du Temple, donne à l'église de Bonne-Espérance, moyennant un cens annuel, le quart de l'alleu de Ramignies (2).
(Folio 3.)
2. De Ramelgiis. Voyez — MACHE. Chronicum ecclesiœ beatœ Mariœ virginis-Botiœ Spei, page 109.

1181. — Actum anno incarnati Verbi millesimo centesimo octogesimo primo.

Framio de Aez, maître du Temple à Paris, et Bauduin de Gand, maître du Temple en Hainaut, font connaître que, pour mettre fin au différend qui existait entre les frères du Temple et les religieux de Bonne-Espérance, au sujet d'un alleu situé à Raminies, ils ont abandonné à cette abbaye, moyennant un cens annuel, l'alleu dont il s'agit, à l'exception de huit boniers de Roland de Merbes (de Merbiolis) et d'un jardin (3).
(Folio 3 vº)
3. De Ramelgiis. Voyez — MACHE. Chronicum ecclesiœ beatœ Mariœ virginis-Botiœ Spei, page 112.

Août 1253. — Actum anno Domini millesimo ducentesimo quinquagesimo tertio, mense augusti.

Compromis entre Gui de Bassenville, prieur de la milice du Temple en France, d'une part, et Jean, abbé, et les religieuxde Bonne-Espérance, de l'ordre de Prémontré, d'autre part, au sujet de la rente annuelle de 46 muids, moitié avoine et moitié hivernage, à la mesure de Binche, due par ces derniers aux frères du Temple, pour l'alleu de Ramignies: ladite mesure de Binche ayant été modifiée depuis la constitution de la rente, en 1181.
Les arbitres nommés pour juger le différend sont: Alexandre de Rampemont et Alexandre de Croix, chevaliers.
(Folio 4.)

30 octobre 1253. — Che fu fait l'an del Incharnation Nostre-Signor mil et deux cens et cincquante-trois, le juesdi devant le Tossains.

Sentence arbitrale rendue par Alexandre de Rampemont et Alexandre de le Crois, portant que l'abbaye de Bonne-Espérance doit payer aux frères du Temple, pour Talleu de Ramignies, seize muids de blé et vingt muids d'avoine, à la mesure de Binche, par an (1).
(Folio 5.)
1. MACHE, Chronicum Bonœ-Spsi, page 182.

16 avril 1448. — Donné en nostre ville de Valenciennes, le seizime jour d'apvril, l'an de grasse mil quatre cent quarante-huit, après Pasques.

Lettres par lesquelles Philippe, duc de Bourgogne, ratifie les chartes des comtes de Hainaut Bauduin, de 1139, et Guillaume de Bavière, de décembre 1414, concernant le droit de relief des fiefs liges, qui appartenait aux frères de l'hôpital de Saint-Jean de Jérusalem.
(Folio 37.)

12 septembre 1487. — Donné en nostre ville de Bruges, le XIj jour de septembre, l'an de grâce mil CCCC quatre-vingt-sept.

Mandement de Maximilien, roi des Romains, et de Philippe, archiduc d'Autriche, exemptant de toutes tailles, aides et subsides, durant six ans, la commanderie de Saint-Jean de Jérusalem en Hainaut.
(Folio 66.)

1er octobre 1487. — Donné en nostre ville de Bruxelles, le premier iour d'octobre, l'an de grâce mil CCCC quatre-vingt et sept.

Mandement des mêmes, acquittant la commanderie de Hainaut du payement de la somme de 250 livres, de 40 gros la livre, à laquelle elle avait été imposée pour sa quote-part dans l'aide de 23,000 livres accordée par les états de Hainaut pour la garde du pays.
(Folio 69.)

24 décembre 1493. — Donné en nostre ville de Vienne, le vingt-quatriesme jour de décembre, l'an de grâce mil quattre cens quatre-vingts et treize.

Lettres par lesquelles Maximilien, roi des Romains, et Philippe, archiduc d'Autriche, confirment les octrois et privilèges accordés par leurs prédécesseurs aux religieux de Saint-Jean de Jérusalem, dans les pays de Brabant, Flandre, Hainaut, et ailleurs.
(Folios 73-75.)

26 août 1520. — Donné en nostre ville de Brusselles, le XXVIe jour d'aoust, l'an de grâce mil cinq cens et vingt.

Lettres par lesquelles l'empereur Charles V approuve et confirme les droits, octrois et privilèges accordés par les papes et par ses prédécesseurs à la religion de Saint-Jean de Jérusalem.
(Folios 95-98.)

24 avril 1554. — Pièces concernant la nomination de Nicolas Blondeau, prêtre du diocèse de Cambrai, à la cure de Sars près de Mons, vacante par la mort de Jean Maistriau.
(Fol. 119-122.)

9 mai 1556. — Donné en nostre ville de Bruxelles, le IXe jour de may, l'an de grâce XVc LVj.

Lettres par lesquelles le roi Philippe II prend sous sa protection les personnes et les biens de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ordre qui est constamment resté « neutre et en bonne neutralité durant les guerres et divisions passées. »
(Folios 132-134.)

4 août 1588. — A Cambray, le quatriesme jour d'aoust, l'an mil Vc quatre-vingtz-huict.

Acte de mainlevée des biens de la commanderie du Piéton situés dans le Cambrésis, et notamment à Fresnoy et à Avesnes-le-Sec.
(Folio 260.)

30 septembre 1675. — Transaction souscrite par Englebert Maghe, abbé de Bonne-Espérance, concernant la rente de 16 muids de blé et de 20 muids d'avoine due par son abbaye à la commanderie du Piéton, en vertu de sentence de la cour souveraine de Mons.
(Folio 315.)

23 mai 1689, à Bruxelles. — Mandement du gouverneur général des Pays-Bas, pour l'exemption de logement dont la commanderie du Piéton et ses fermiers doivent jouir, etc.
(Folio 323.)

Nº 400.
— Volume sur papier, relié en veau, et intitulé au dos: Chartes du Hainaut.

Ce volume, qui a 29 feuillets, d'une, écriture du XVe siècle, contient les pièces suivantes: Traduction française de la charte civile du comté de Hainaut, de l'an 1200.
(Folio 27.)

Ordonnance émanée de la cour, à Mons, le 24 mai 1378, concernant le salaire des avocats; les frais des enquêtes des clercs et des sergents de la cour, du grand bailliage et du pays de Hainaut ; les lettrages ; la bourgeoisie dans les quatre francs-bourgs d'Ath, de Quesnoy, de Bavai et de Bouchain ; la sergenterie de ces lieux, et la taxe des journées des prisonniers.
(Folio I.)

Chartes du 28 février 1356 (v. st.) et du 10 mai 1410, touchant le chef-lieu souverain de Mons.
(Folio 28 et 6.)

Charte du Hainaut, du 7 juillet 1410.
(Folio 12.)

Consultations des consaux et avocats du pays, touchant des points douteux des coutumes du Hainaut, depuis la Pentecôte 1396.
(Folio 21.)

Nº 401.
— Grand volume sur papier, relié, intitulé: Commanderie magistrale du Piéton. Privilèges. Recueil d'actes, mémoires, représentations, etc., (imprimés), du 16 mars 1655 au 1er mai 1797, et précédé d'un dessin colorié représentant les armoiries et la croix de l'ordre de Malte.

Ce recueil, suivi d'une table analytique et chronologique, contient 77 pièces, parmi lesquelles nous citerons les suivantes comme étant spéciales à la commanderie du Piéton:
27 juillet 1708. — Sauvegarde accordée par Maximilien-Emmanuël, duc de Bavière, vicaire-général des Pays-Bas, au village de Piéton, aux personnes et aux propriétés de la commanderie de ce lieu. (Nº25.)

17 juin 1706, à Mons. — Autre sauvegarde émanée du même, pour tous les biens de la commanderie du Piéton et en particulier les maisons pastorales de Saint-Symphorien, de Vellereille et de Sars, les fermiers, les habitants des villages et les domestiques de cette commanderie. (Nº 27.)

29 novembre 1726, à Valenciennes. — Déclaration du marquis de Vastan, intendant de la province de Hainaut et des pays d'Entre-Sambre-et-Meuse et d'Outre-Meuse, annulant les impositions établies par les gens de loi de la Flamengrie, le 14 janvier précédent, à charge du fermier de la cense de l'hôpital appartenant à la commanderie du Piéton. (Nº 36.)

7 janvier 4733, à Mons. — Dépêche adressée par l'archiduchesse Marie-Elisabeth, gouvernante générale des Pays-Bas, aux états de Hainaut, pour les informer que, par décret de ce jour, elle a déclaré que les biens de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem sont exempts des vingtièmes, feux et cheminées, subsides, tailles et autres droits établis en Hainaut. (Nº 39.)

Louis de Menou de Charnisay, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Castres, député général du dit ordre aux Pays-Bas, avait adressé à la gouvernante générale, un volumineux Mémoire touchant les chevaliers de L'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dits de Malte, qui a été imprimé en 25 pages in-folio (plus un feuillet de titre).
Cet intéressant document fait l'historique de la première croisade et de la milice des hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, et contient l'exposé des marques de distinction et des principaux privilèges qui ont été conférés à l'ordre par les papes, par les empereurs et par plusieurs souverains et princes de l'Europe.

4 juin 1745, à Bruxelles. — Dépêche du comte de Kaunitz, ministre plénipotentiaire aux Pays-Bas, prescrivant aux états de Hainaut d'exempter les fermiers des biens de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem dans la répartition des chariots nécessaires aux troupes de S. M. (Nº 48.)

24 juin 1746, au camp devant Mons. — Sauvegarde accordée par le prince de Conty au sieur Dessalles, fermier de la cense de l'hôpital de Saint-Symphorien. (Nº42.)

11 février 1747. — Décret du baron de Lucé, intendant dé la province de Hainaut, portant défense de comprendre dans les répartitions d'impositions les fermiers des biens de l'ordre de Malte. (Nº 44.)

14 juin 1747. — Déclaration des députés des états de Hainaut, portant que les biens de la commanderie du Piéton ne doivent pas être frappés de contributions, et autres pièces relatives à cette exemption. (Nº48.)

4 mars 1752, à Bruxelles. — Décret de Charles de Lorraine déclarant que les fermiers de l'ordre de Malte doivent jouir dans le Hainaut des mêmes franchises que dans les provinces de Brabant et de Namur. (Nº86.)

24 octobre 1757. — Ordonnance du chevalier de Blair, intendant de la province de Hainaut, des pays d'Entre-Sambre-et-Meuse et d'Outre-Meuse, de Cambrai, etc., portant que les fermiers et les tenanciers de la commanderie magistrale de Hainaut-Cambrésis doivent continuer à jouir des exemptions accordées à l'ordre de Malte, touchant le logement des gens de guerre, le transport des équipages des troupes, les contributions de la milice et les autres tailles extraordinaires. (Nº 59.)

1er mai 1797 (12 floréal an V). — Décision du ministre des finances, D.-V. Ramel, portant que le citoyen Freslon, dépossédé de la commanderie du Piéton, en vertu de l'arrêté des Représentants du peuple du 29 frimaire an IV et des lois relatives à l'ordre de Malte publiées dans le département de la Dyle, le 8 pluviose an IV (28 janvier 1796), jouira conformément au vœu des lois des 19 septembre 1792, 15 juin et 12 juillet 1793, des revenus entiers de l'année 1796, de la dite commanderie, et que le département de la Dyle ordonnancera sur la caisse des domaines les restitutions qui seraient à faire de ce chef. (Nº 77.)

Nº 402.
— Recueil de placards et autres imprimés, du 30 avril 1692 au 20 novembre 1789. Il contient 51 pièces et est suivi d'une table analytique.

Nº 403.
— Volume sur papier, relié, intitulé au dos: Recueil de mémoires, requêtes et autres pièces adressées aux souverains et à diverses autorités, pour obtenir le maintien des privilèges et immunités de l'ordre, particulièrement en matière d'impôts, de tailles et de prestations militaires, de 1559 à 1768 ; ayant 413 feuillets.
Top

§ — Chapitre VIII. — Recueils divers.
Nº 404.
— Volume sur papier, relié en parchemin, intitulé: Procès-verbal de la visite des chapelles et des améliorissemenls de la commanderie magistrale de Hainaut et Cambrésis, dite de Piéton, commencé le premier septembre 1767 ; ayant 130 pages cotées et remplies.
On lit au bas: « Pour copie à remettre aux archives de la dite commanderie de Piéton, (signé): Le chevalier de Champignelles. Le chevalier de Guines. »

Nº 405.
— Recueil de pièces relatives à la visite de la commanderie, du 17 mai au 4 octobre 1783.

Nº 406.
— Volume sur papier, relié, contenant les pièces suivantes:
17 avril 1565.
— Devis pour la construction d'une chambre à la cense de l'hôpital lez-Ecuelin.
— 1590-1594.
— Pièces d'une correspondance concernant les prétentions du clergé de Hainaut et les immunités de l'ordre de Malte.
— 1625.
— Véritable relation de la déplorable perte de deux gallères de Malte au combat arrivé le 26 juin 1626, sur le cap de Moure, d'un port de Sicile, près de Siracuze.
— 1629.
— Extrait d'une Histoire de Malte, contenant les statuts de l'ordre de Saint-Jean.
— 12 ocrobre 1668.
— Epitaphe de frère Claude Thomas, pasteur de Sars, décédé le 12 octobre 1638.
— 1644.
— Déclaration de la dime et des limites de la seigneurie de Beaurepaire.
— 1675.
— Du droit de haulte justice et seigneurie que la religion at au Piéton.
— 23 mars 1700.
Déclaration, signée par des habitants de Saint-Symphorien, d'avoir vu feu Jean Dutrieu, curé de cette paroisse, portant la croix de Malte, et le portrait de son prédécesseur, qui était placé dans l'église, avec la même croix.
— XVIIe siècle.
— Mémoire touchant la fondation, faite en 1327 par dame Mehaut de Hantes, de la chapelle de Sainte-Marguerite, à Saint-Symphorien.
— 1739.
— Arpentage du bois du Temple, vers Blaregnies.
— 5 juillet 1756.
— Idem, d'une prairie située à Ville-sur-Haine.
— 1760 à 1707.
— Lettres adressées par diverses personnes au sieur de Wesemal, écuyer, bailli de l'ordre.
— 1764.
— Rente due par l'abbaye de Saint-Jacques-sur-Caudenberg.
— 1769.
— Mémoire concernant la suppression des chapelles dépendantes de la commanderie, en vertu du décret de Malte, du 6 mars 1769.
— 1765-1769.
— Pièces relatives au moulin à vent de Saint-Symphorien.
— Après 1772.
— Tableau des portions congrues.
— 1773-1774.
— Evaluation faite par le bailli, le mayeur et les échevins de Braine-l'Alleud, des indemnités à payer à l'ordre de Malte, pour les terrains à exproprier sous leur juridiction d'après le nouveau plan du pavé de Bruxelles à Genappe.
— 1760-1783.
— Mémoires et correspondances concernant la portion congrue du curé de Forchies, et celle du vicaire de Piéton ; l'entretien de l'église et de la maison pastorale de Forchies, et la reconstruction de l'église de Piéton, conformément aux plans agréés par les abbayes de Lobbes et de Liessies, par le chapitre de Binche et par le commandeur de Fleury. (Ces trois plans coloriés, avec échelle, sont joints.)
— 1763-1785.
— Pièces relatives aux églises et aux fermes de Piéton, de Saint-Symphorien, de Spiennes, de Vellereille-le-Sec, de Sars ; aux comptes de la commanderie, à la recette des dimes, etc.

Nº 407.
— Registre oblong, intitulé d'un côté:
— Loix des seigneuries de la commanderie du Piéton ;
— Et de l'autre:
— Registre des commissions des officiers et sergents de la commanderie, de 1772 à 1792.
Top

— Biens et revenus
Nº 408.
— Registre in-4º, en parchemin et en papier, des recettes et des dépenses faites dans les maisons de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, qui sont situées dans le Hainaut et le Cambrésis, en 1310-1311.

Nº 409.
— Registre, très défectueux, des biens et rentes dus à l'ordre dans le Hainaut et le Cambrésis, en 1365 et en 1373.

N º 410.
— Registre intitulé: Matrologe des rentes et revenus appertenans à la religion Saint-Jehan de Jhérusalem ou pays de Haynnau, comme ou pays de Cambrésis, et aussy le partie qui est en Tournay par-decha l'Escaull, et avecq les fiefs de la dite religion: lequel matrologe fu renouvellé à la requeste de noble et religieuze personne monseigneur frère Fouckault de Rochechoart, adont grand pryeur de France et commandeur de Flandres, Haynnau et Cambrésis, par Jacquemart de Pacques, demorant à Mons, en l'an mil IIIjc XLj.

Nº 411 à 418.
— Huit rôles, en parchemin et en papier, contenant les dénombrements des biens et revenus de l'ordre, dans le Hainaut et le Cambrésis, au XIVe et au XVe siècle.

Nº 419 à 446.
— Vingt-huit papiers terriers, dont quelques-uns en parchemin, de la commanderie, formés en 1358, 1365, 1367, 1380, 1400, 1401, 1409, 1426, 1435, 1438, 1450, 1453, 1459, 1460, 1466, 1472, 1473, 1474, 1484, 1485, 1486, 1488 et 1489.

Nº 447 à 486.
— Quarante papiers terriers, des années 1517, 1521, 1529,1533, 1535, 1536, 1537, 1540, 1544, 1549, 1561, 1571, 1589, 1592, 1604, 1626, 1642, 1655, 1668-1673, 1676, 1679, 1680, 1684, 1685, 1686, 1687.

Nº 487.
— Registre oblong, intitulé: Cachereau Godeffroy Colle, comme receveur à Jehan Petit, marchant, demorant à Valenchiennes, fremier et amodiateur de monseigneur frère Charles Pipa, chevalier de la sainte religion Saint-Jehan de Jérusalem et commandeur des commanderies de Haynnau-Cambrésis, Barbonne, Sausoy et Baudelut, des biens, cens, rentes et revenues que mon dit seigneur a en ce pays de Haynnau, commenchant à recevoir au jour saint Remy mil Vc et trente-ung. Il est précédé d'une table.

Nº 488.
— Volume in-4º, ayant 320 feuillets, précédé d'une table, et intitulé: Nouveau cartulaire et papier terrier des commanderie et chambre magistrales de Haynaut et Cambrésis, fait en l'année 1604. (Copie.)

Nº 489.
— Registre in-fol., avec table, contenant une autre copie du même document, en 290 feuillets.

Nº 490.
— Autre copie du même terrier, collationnée à l'original le 4 avril 1707.

Nº 491.
— Cahier in-4º, formé par Jean Chéron, en 1647, des cens et rentes dus au village de Piéton.

Nº 492.
— Cahier in-fol., formé en 1643, des biens et revenus de la commanderie, situés aux quartiers de Valenciennes et de Cambrai.

Nº 493.
— Registre in-fol., de 392 feuillets, intitulé: Nouveau cartulaire et papier terrier des cens, rentes et revenus, héritages, bois, possessions, dismes, terrages, émolumens et autres droits appartenans aux commanderies et chambre magistralle de Hainault et Cambrésis ; fait à la requeste de noble religieux seigneur frère François du Mancel Saint-Liger, chevallier de l'ordre Saint-Jean de Jérusalem, commandeur d'icelles commanderies et de Boucourt, par Jean Bara, avocat de la cour à Mons, en vertu d'autorisation de la cour de Mons du 24 août 1629.

Nº 494.
— Registre in-fol., en mauvais état de conservation, et dont le titre porte : Çartulaire des biens de la commanderie du Piéton commis à la manniance de Jean-Philippe Milvilles par Monsieur Charles le Monier, fermier général constitué par le commandeur d'icelle, commençant au Sainl-Jean-Baptiste 4686. Il renseigne les recettes faites jusqu'en 4702. Nº 495.
— Registre contenant le relevé des revenus de la commanderie au département de France, de 1684 à 1692.

Nº 496 et 497.
— Deux registres in-fol., des rentes dues au quartier de France, de 1694 à 1698.

Nº 498.
— Registre des rentes seigneuriales, dues à la commanderie du Piéton, de 1668 à 1680.

Nº 499.
— Idem, de 1676 à 1692.

Nº 500.
— Registre des mêmes rentes et de celles que la religion devait à divers particuliers, renouvelé par le receveur Du Trieu, en 1679.

Nº 501 à 504.
— Quatre registres des biens et rentes dans la paroisse de Seneffe, formés en 1618, 1683, 1716 et 1740.

Nº 505 à 508.
— Quatre registres des rentes et fermages dus à Saint-Symphorien, Spiennes, Mons, Jemmapes, Hyon, Obourg, Piéton, Genly, Noirchain, Ciply, Ville-sur-Haine, Sars, etc., de 1668 à 1687 et de 1733 à 1736.

Nº 509.
— Cahier ayant 24 feuillets en parchemin, intitulé : Cartulaire du terrage de Montigni-lez-Marly prez Vallenciennes appartenant aux chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem et à l'hostel-Dieu dudit Vallenciennes, renouvelle l'an mil sept cens-vingt, le 14 août.

Nº 510.
— Registre in-fol., de 231 feuillets, contenant la déclaration des rentes seigneuriales dues à la commanderie, de 1710 à 1736. La partie supérieure de ce document est détruite par la pourriture.

Nº 511.
— Registre des recettes des rentes seigneuriales dues à Saint-Symphorien, en 1735.

Nº 512.
— Registre oblong, avec table alphabétique, intitulé: Cartulaire des rentes foncières et seigneurialles de la commanderie du Piéton, tant en la ville de Valenciennes, Marlis, Montignies, Beaurepaire et autres lieux ; renouvelle en l'année 1736.

Nº 513.
— Registre, avec table, contenant en 141 feuillets, la déclaration des rentes d'argent, d'avoine, de chapons et de poules, dues à la commanderie, de 1737 à 1762. La tranche supérieure de ce volume est fortement détériorée par la moisissure.

Nº 514.
— Papier terrier, renouvelé de 1737 à 1741, d'après le cartulaire de 1604, et comprenant 71 feuillets et une table des noms de lieux.

Nº 515.
— Registre in-fol., ayant 129 feuillets, et intitulé: Chassereau des rentes seigneuriales deues à la commanderie magistrale de Haynaut et Cambrésis, dite de Piéton, pour le quartier autrichien, fait en l'année 1766 par ordre de Monsieur le chevalier de Fleury, commandeur.

Nº 516.
— Recueil de déclarations des revenus de la commanderie, faites au XVIIe et au XVIIIe siècle.

Nº 517.
— Recueil de déclarations des rentes dues à la commanderie, avec l'indication des recettes faites de 1742 à 1785.
A la fin du volume sont les minutes des correspondances de l'avocat Chasselet avec divers personnages, concernant particulièrement les biens de l'ordre de Malte, du 22 novembre 1795 au 50 août 1800.
Top

§ —Chapitre V. — Actes divers.
Nº 518 à 521.
— Quatre recueils d'actes originaux, sur parchemin, des années 1342 à 1760.
Ces recueils contiennent 390 actes d'arrentement et d'amodiation des biens de la commanderie.

Nº 522 et 523.
— Deux recueils contenant 254 actes, sur papier, relatifs aux biens et revenus de la commanderie et aux ventes de bois, des années 1424 à 1775.
— On trouve dans le premier, des pièces qui concernent la maison de la Noire teste, à Mons. Ces pièces sont des années 1513 et 1516.

Nº 524.
— Volume, sur papier, contenant la transcription des baux:
— 1º des biens de la commanderie au quartier de Valenciennes, de 1659 à 1666 ;
— 2º des fermes, de 1715 à 1762.
Top

§ — Chapitre VI. — Charbonnages
Nº 525.
— Recueil contenant:
— 1º des actes relatifs aux concessions des veines de charbon de houille situées sous les seigneuries du Fliémet dite du Temple, à Frameries, et du Piéton-en-Seneffe ; des années 1591, 1593, 1740, 1741, 1744, 1745, 1747, 1753, 1757, 1760, 1766 et 1768;
— 2º des notes concernant l'exploitation de la fosse de Pierrain-sur-Frameries, de 1766 à 1768 ;
— 3º une Notice des charbons qui se tirent sur la seigneurie du Fliémet et de ce qu'on recevra pour les droits de cens, entre-cens, etc. ; faite par Charles De Wesemal, escuyer, avocat et bailly de la commanderie. 1740. Elle renseigne les charbons extraits aux fosses de Bisiva et de la Goffette ;
— 4º des contrats pour l'exploitation des charbonnages, du 8 avril 1760 au 26 janvier 1785.
Top

§ — Chapitre VII. — Comptes
Nº 526.
— Volume composéde:
— 1º Deux comptes rendus par Gilles Caudreliers, des biens et revenus de la maison du Fliémet, de la Noël 1360 à pareil jour 1361, et de la Saint-Jean-Baptiste 1366 à la Saint-Jean-Baptiste 1367 ;
— 2º Quatre comptes rendus par Baudes Climens, clerc, des mêmes biens et revenus, pour les années 1373-1376, 1384-1385 ;
— 3º Deux comptes rendus par Hanin li Cattiers dit le Cuvelier, des biens et revenus de la baillie de Cambrésis et de Hainaut, pour les années 1387-1389 ;
— 4º Dix comptes semblables, rendus par Jean li Cattiers dit le Cuvelier, pour les années 1389-1390, 1393-1394, 1395-1396, 1398-1399, 1402-1405, 1409-1410, 1411-1413 ;
— 5º Compte rendu par Colard Yuwains, de la mairie du Temple lez-Genly, pour 1390-1398.

Nº 527.
— Volume contenant:
— 1º Trois comptes rendus par frère Thiebaut de le Walle, des biens et revenus de la baillie de Cambrésis et de Hainaut, pour les années 1414-1416, 1417-1418 ;
— 2º Compte rendu par Jean li Bouviers, bourgeois de Mons, bailli de la religion dans le Hainaut, pour l'année échue à la Saint-Jean-Baptisle 1416 ;
— 3º Quatre comptes rendus par Jacquemin de Pacques, des arrérages et des biens et revenus de la baillie de Hainaut-Cambrésis, de 1421 à 1423;
— 4º Quatre comptes rendus par frère Jean Dangereuls, receveur de la dite baillie, pour les années 1423-1424, 1425-1428 ;
— 5º Compte rendu par frère Gérard Chrispen, des biens et revenus de la commanderie de Hainaut Cambrésis, pour le terme de la Saint-Jean-Baptiste à la Noël 1428 ;
— 6º Dix comptes rendus par Jacquemart de Pacques, des biens et revenus de la commanderie, pour les années 1428-1436.

Nº 528.
— Volume contenant:
— 1º Compte, rendu par frère Jean Wiot, de certaines recettes et dépenses, de l'année 1436 ;
— 2º Compte, rendu par frère Gilles Boisart, des biens et revenus de la commanderie de Hainaut-Cambrésis, en 1435-1436 ;
— 3º Compte semblable, rendu par Jacquemars Boussiaux, pour 1437-1438 ;
— 4º Autre compte de frère Gilles Boisart, pour 1440-1441 ;
— 5º Huit comptes,rendus par Mathieu de Dou, pour les années 1441-1450 ;
— 6º Six comptes de frère Gilles Boisart, des années 1445-1451.

Nº 529.
— Volume contenant:
— 1º Compte, rendu par Jacquemart de Pacques, des biens et revenus des commanderies de Hainaut et Cambrésis, pendant l'année échue à la Saint-Jean-Baptiste 1451 ;
— 2e Compte semblable, rendu par Olivier de Sars, pour 1451-1452 ;
— 3º Idem, par Georgin Perin, pour 1455-1456 ;
— 4º Idem, par frère Simon Watinel, pour 1473-1474 ;
— 5º Deux comptes, rendus par Lambert Moreau, pour les années 1484-1485.

Nº 530 à 546.
— Dix-sept comptes,rendus par Simon Resteau, des biens et revenus des commanderies de Hainaut et Cambrésis, des années 1486-1498 et 1501-1502.
— En tête du premier de ces comptes est transcrit l'acte de nomination du receveur par Jacques Calliot, commandeur de Brabant, de Liège, de Flandre et de Hainaut, en date du 20 mars 1486 (1485, v. st.).

Nº 547 à 563.
— Dix-sept comptes, rendus par Jean de Surye, receveur des commanderies de Hainaut et Cambrésis, pour les années 1504-1516.

Nº 564 à 574.
— Onze comptes, rendus par Jean Boullenghier, des biens et revenus de Vertain, Haspre, Cambrai, etc., de 1505 à 1516.

Nº 575 à 582.
— Huit comptes, rendus par Jean le Febvre, receveur des commanderies de Hainaut-Cambrésis, pour les années 1523-1527.

Nº 583 à 587.
— Cinq comptes,rendus par Jean de Sars, receveur des biens de la commanderie de Hainaut et de la seigneurie du Piéton, pour les années 1527 à 1531.

Nº 588 à 591.
— Quatre comptes, rendus par Godefroid Colle, de l'amodiation de la commanderie de Hainaut accordée à Jacques le Poivre, écuyer, et à Robert Conrart, bourgeois de Valenciennes, de 1533 à 1538.

Nº 592 à 593.
— Deux comptes, rendus par Jean Le Boucq, bailli et receveur des commanderies de Hainaut-Cambrésis, pour les années 1541 à 1543.

Nº 594.
— Compte,rendu par Philippe de le Samme, trésorier des chartes de Hainaut, bailli et receveur de la commanderie et chambre magistrale de Hainaut-Cambrésis, des biens et revenus de la dite commanderie, en 1561-1562.

Nº 595.
— Déclaration des parties dues à monseigneur Henry d'Angoulesme, grand pryeur de France, commandeur des commanderies de Haynnau et Cambrésis, par damoiselle Sara de Sorbreucq, veuve de Michiel de le Vielleuse, en son vivant admodiateur des dittes commanderies de Haynnau et Cambrésis. 1581.

Nº 596 à 600
— Cinq comptes, rendus par Jean de Buignies, des biens et revenus des commanderies du Piéton en Hainaut et Cambrésis, pour 1581-1585, 1588-1590, 15941595.

Nº 601 à 605.
— Cinq comptes semblables, rendus par Martin le Barbier, pour 1652, 1655 et 1657.

Nº 606 à 617.
— Douze comptes, rendus au grand bailli de Hainaut par Jean-Baptiste du Molinvaux, receveur du commandeur du Piéton, des biens et revenus de cette commanderie, pour 1661 -1664.

Nº 618 à 619.
— Deux comptes, rendus en présence du conseiller du Sart par Philippe-Michel Desjardins, agent et procureur du commandeur du Piéton, pour les années 1664 et 1665.

Nº 620.
— Compte,rendu par Bertrand de Burge, secrétaire et receveur du commandeur du Piéton, de la Saint-Remi 1665 au 5 avril 1667.

Nº 621 à 626.
— Six comptes,rendus au grand bailli de Hainaut par Jean-Baptiste de Molinvaux et Nicolas Hacquin, des biens et revenus de la commanderie magistrale du Piéton, en 1666-1667.

Nº 627 à 631.
— Cinq comptes semblables, rendus par Bauduin Deleau, pour les années 1668 à 1670.

Nº 632 à 645.
— Quatorze comptes semblables, rendus par Paul du Trieu, pour les années 1671 à 1678, 1682 à 1684.

Nº 646 à 652.
— Sept états des recettes et des dépenses faites par Jean-Philippe Milville, de 1688 à 1698.

Nº 653 à 655.
— Trois cahiers intitulés:
— Décomptes de Jean-Philippe Milville, admodiateur de la commanderie du Piéton, pour les années 1698 à 1701.

Nº 656.
— Compte, rendu par Charles-Philippe-Joseph Petit et Hugues-Joseph Perlau, exécuteurs du testament de Henri-Maximilien-Joseph Laigle, amodiateur général de la commanderie magistrale de Hainaut-Cambrésis, dite du Piéton, pour l'année échue au 1er mai 1766.

Nº 657 à 662.
— Six comptes, rendus au conseil souverain de Hainaut par l'avocat Drion, des biens et revenus de la dite commanderie, de 1766 à 1772.

Nº 663.
— Recueil contenant:
— 1º Neuf comptes, rendus à Jean-André-Hercule de Rosset de Fleury, chevalier non-profès de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, maréchal des camps et armées du roi de France, gouverneur de Mont-Louis en Roussillon et commandeur du Piéton, par Guillaume-Joseph Drion, avocat au conseil souverain de Hainaut, administrateur et receveur général de la commanderie (1), des biens et revenus de celle-ci, depuis le 1er mai 1766 jusqu'au 1er mai 1778 ;
1. L'avocat Drion avait été nommé par le Conseil souverain de Hainaut, receveur des biens saisis de Henri-Maximilien-Joseph Laigle, amodiateur général des revenus de la commanderie.
— 2º Compte, rendu au duc de Fleury et à la marquise de Castries, héritiers du commandeur de Fleury, leur frère, par l'avocat Drion, des recettes et dépenses faites du 1er mai 1778 au 1er mai 1780 ;
— 3º Deux comptes, rendus par les héritiers du même avocat, du 22 octobre 1781 au 1er mai 1787 ;
— 4º Quatre comptes des dépenses payées par la commanderie, pour la construction des églises de Piéton et de Saint-Symphorien, le curage et l'écluse de l'étang du moulin de Piéton, de 1768 à 1786.

Nº 664-665.
— Deux comptes, rendus par les héritiers de l'avocat Drion, pour les années 1772-1774.

Nº 666 à 693.
— Vingt-huit comptes des biens et revenus de la maison de l'hôpital Saint-Jean à Valenciennes, en 1403-1409, 1422-1423, 1426-1428, 1430-1431, 1434-1435, 1449-1455, 1516-1517, 1528-1529, 1679, 1694-1697, 1709-1734, 1753-1755, 1760-1761.

Nº 694 à 714.
— Vingt-un comptes de revenus à Offies, Dimechaux, Berelles, Damousies, Bugnies, Lez-Fontaine, etc., des années 1455, 1456, 1459, 1461, 1469, 1473, 1486 à 1490, 1492 à 1496, 1510, 1513, 1514, 1516 et 1517.

Nº 715.
— Recueil contenant:
— 1º Trois comptes des revenus de la maison et cense du Frasnoy, en Cambrésis, des années 1503-1505. 1507-1509 ;
— 2º Compte des revenus au quartier de Mons, en 1543-1544 ;
— 3º Compte de la vente des bois, faite en novembre 1660 ;
— 4º.Quatre comptes des rentes de l'hôpital de Saint-Symphorien et des dimes de Spiennes, en 1662-1663 ;
— 5º Trois comptes du chapelain du Piéton, pour 1662-1664 ;
— 6º Six comptes des rentes dues à Chièvres, de 1714 à 1757 ;
— 7º Compte des rentes dues à Seneffe, de 1761 à 1765.
Top

§ — Chapitre VIII. — Procès.
Nº 716.
— Carton contenant cinquante et un dossiers relatifs aux procès intentés ou soutenus par le commandeur du Piéton ou par ses agents. Voici l'indication de ces dossiers:
1. — 9 novembre 1388. — Jugement rendu au château de Mons, au sujet d'héritages situés à Saint-Symphorien et qui appartenaient en commun à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem et à l'abbaye d'Epinlieu.
2. — 1431. — Différend entre frère Jean Perrin, commandeur de Hainaut-Cambrésis, et frère Gilles Boissart, ce dernier ayant eu le gouvernement de la commanderie.
3. — 1463. — Deux rôles des raisons produites à la cour de Mons par la religion de Saint-Jean de Jérusalem, contre l'abbaye d'Haumont, au sujet des dîmes que celle-ci réclamait de l'hôpital d'Esquelin.
4. — Sans date (XVe siècle). Rôle intitulé : « Avertissement qui a servi au procès concernant la dîme de Thians. »
5. — 1514. — Procès en appel contre les gérants de la veuve de Pierre Domessent dit Tacquin, née Yeuwain, et de ses enfants, du chef du droit d'aubaineté prétendu par la religion, à cause du décès du dit Domessent, dans la juridiction du Temple lez-Genly.
A cette volumineuse liasse, sont joints les comptes y relatifs de Georges Dassonleville, sergent des mortemains à Mons, ainsi que d'autres pièces concernant la maison de la Noire-Tieste, située en cette ville et acquise par Bertrand Dessus-le-Moustier, maison que Vinchant (Annales du Hainaut, année 1520) dit avoir été le lieu de naissance du célèbre musicien Roland de Lassus.
6. — 1531. — Procès mû à la cour de Mons contre la dame, le bailli, le mayeur, les échevins et la communauté de Baissehan, au sujet des dîmes dues à l'hôpital d'Esquelin.
7. — 1534. — Procès contre le seigneur de Biévène, Charles de Rubempré, et son bailli, au sujet des possessions de la religion au territoire de Syneval lez-le Quesnoy.
8. — 1540. — Procès soutenu contre le seigneur d'Aymeries, au sujet des exploits faits par ses officiers à Esquelin.
9. — 1539-1611. — Procès de la commanderie du Piéton contre le clergé de Hainaut, en matière de tailles et impositions.
10. — 1367-1368. — Informations au sujet d'une femme de Thieusies, prévenue de sorcellerie.
11. — 1608. — Procès de la religion de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, contre les seigneurs de Saint-Symphorien, au sujet des cloches.
12. — 1614. — Visite et sentence d'arbitre dans le procès entre Josse Soupart et Hubert Depouille, ex-fermier de la cense de Saint-Symphorien, au sujet des engrais.
13. — 1630. — Poursuite du commandeur de Saint-Jean de Jérusalem, contre le magistrat de Valenciennes, au sujet des franchises de la maison de la religion en cette ville.
14. — 1668. — Procès intenté à la cour de Mons, par les créditeurs du chevalier de Saint-Simon, commandeur du Piéton, contre le chevalier de Villeneuve, agent de l'ordre de Malte, touchant la mainlevée de l'interdiction obtenue sur les biens de la commanderie, à Piéton.
15. — 1668-1669. — Procès à la cour de Mons, au sujet d'un arrêt fait sur les revenus de la commanderie retenus par le sieur de Saint-Simon.
16. — 1673. - Procès mû au siège d'audience, entre le commandeur de Villeneuve, Martin Dudart et consorts, touchant la caution du grand-maître de l'ordre.
17. — 1675. — Contestation entre le commandeur et Thomas Faverly, fermier de la cense de Saint-Symphorien, celui-ci demandant modération du prix de son fermage.
18. — 1676-1677. — Procès mû au siège d'audience, à Mons, entre le commandeur de Machau et le vicomte de Barlin, pour modération de fermage.
19. — 1676-1677. — Procès mû au même siège, entre le receveur de la commanderie du Piéton et le sieur de Wartons au sujet du renouvellement du papier terrier de Genly.
20. — 1678. — Pièces d'un procès au sujet de quelques rentes à Saint-Symphorien, dues au comte du Rœulx.
21. — 1699-1703. — Procès soutenu contre la faculté des arts de Louvain, au sujet de la collation de la cure de Saint-Symphorien.
22. — 1704-1705. — Procès du commandeur du Piéton contre les chanoinesses de Saint-Waudru, qui prétendaient lever la dîme sur quelques parties de terre à Vellereille-le-Sec.
23. — 1704-1719. — Procès mû au conseil souverain de Hainaut, entre l'abbé de Saint-Pierre, aumônier de la duchesse douairière d'Orléans, mandataire de messire Castel, son frère, commandeur du Piéton, et l'avocat Desomme, touchant la taxe des honoraires réclamés par Jean-Philippe Milleville, amodiateur de la commanderie.
Cette liasse contient deux comptes rendus à la cour, à Mons, de 1698 à 1700, et un résumé des pièces de la correspondance du comptable avec le commandeur, où sont rappelés quelques événements politiques de la fin du XVIIe siècle.
24. — Procès de l'abbé de Saint-Pierre, contre Guillaume Navez et consorts requérant modération de fermage.
25. — 1706. — Procès entre messire Charles Castel, commandeur, et les dames d'Epinlieu, au sujet d'une portion d'un grand courtil situé dans la seigneurie des dites dames, et d'une rente seigneuriale due à la religion, etc.
26. — 1706-1707. — Procès entre la commanderie, le seigneur de Saint-Symphorien et l'abbaye d'Epinlieu, au sujet des cloches, à Saint-Symphorien.
27. — 1706-1708. — Procès des mayeur et échevins du Piéton contre Jacques Tacquet, fermier de la cense de la Marche, au sujet de la coupe de la haie des trieux du dit Piéton.
28. — 1707. — Procès entre le commandeur Castel de Saint-Pierre et Jean-Philippe Milleville, ancien bailli, receveur et amodiateur de la commanderie, tendant à la remise des titres et papiers des archives détenus par ce dernier, et qui doivent être réintégrés par lui au dépôt existant à l'église de Sainte-Waudru.
29. — 1708. — Procès entre le sieur Lefort, receveur de la commanderie, et Philippe Demeuldre, fermier à Péronne, pour obtenir paiement du fermage d'une branche de terre que ce dernier occupait.
30. — 1708. — Procès de Charles Castel, commandeur du Piéton, contre l'avocat du roi, qui prétendait que la religion avait fait abattre des arbres sur la chaussée Brunehaut.
31. — 1709. — Procès du commandeur Charles Castel contre le seigneur comte de Berlaimont, au sujet d'un banc que le bailli de Wesemal avait fait emporter du chœur de l'église de Spiennes.
32. — 1710. — Dossier touchant Dimont et Damouzies, où se trouve la sentence rendue au profit de la religion de Saint-Jean de Jérusalem contre Michel Leroy, fermier de Damouzies, qui refusait de payer les dîmes.
33. — 1711. — Procès mû au conseil souverain de Hainaut entre messire Henri-Camille de Beringhen, commandeur, et maître Nicolas Nicodème, curé de Saint-Symphorien, lequel prétendait lever la dîme sur deux journels de terre labourable tenant à une ruelle et au bois d'Epinlieu.
34. — 1711-1714. — Instance mue par-devant le chef-lieu de Mons, entre le bailli de la commanderie et Pierre Hamaide, receveur de l'hôpital Saint-Nicolas, en cette ville, relativement à la seigneurie qu'avait la dite commanderie sur l'hôtellerie du Cygne, située en la rue d'Havré.
35. — 1714. — Procès entre le commandeur du Piéton et les chanoinesses de Sainte-Waudru, au sujet d'une dîme sur trois boniers de terre, près du chemin de Vellereille-le-Sec à Binche.
36. — 1715-1717. — Procès du commandeur du Piéton « emprenant pour Marin et Elie Dulierre, » contre les abbé et religieux de Liessies et le curé du dit Piéton, pour quelques dîmes.
37. — 1717. — Procès du commandeur du Piéton, contre le conseiller avocat du roi, à l'effet de faire rétablir la chapelle à Ville-sur-Haine et d'y faire célébrer trois messes par quinzaine.
38. — 1718. — Procès du commandeur du Piéton contre l'avocat fiscal, qui demandait l'institution d'un vicaire à Spiennes.
39. — Requête adressée à la cour de Mons, par le commandeur de Beringhen, au sujet du droit de mortemain dû à Sars.
40. — Procès du commandeur du Piéton contre les abbé et religieux d'Haumont, le chapitre de Nivelles et le curé de Givry, au sujet de la dîme qu'on voulait lever deux fois sur une partie de 4 journels de terre à Vellereille.
41. — 1727-1732. — Procès de Louis de Menou de Charnissay, chevalier de Saint-Jean de Jérusalem et député de l'ordre aux Pays-Bas, contre le clergé de Hainaut et les communautés de Sars, Saint-Symphorien et Spiennes, au sujet des tailles et impositions.
42. — 1740. — Procès du commandeur du Piéton contre le chapitre. de Binche et l'abbaye de Liessies, au sujet d'une sacristie et de réparations au chœur de l'église de Piéton.
43. — 1740-1741. — Procès du commandeur Mathurin de Vassée contre l'archevêque de Cambrai, au sujet de la maintenue en possession de la cure de Vellerereille-le-Sec, en faveur du sieur Cochet.
44. — 1749. — Procès des mayeur et échevins du Piéton contre la demoiselle du Châtel de la Howardrie, au sujet du droit de poisson qu'elle prétendait avoir sur les Trieux du Piéton, à Forchies.
45. — 1751. — Procès des mayeur et échevins de Sars contre le prêtre Laigle, adjoint du commandeur du Piéton, au sujet du bénéfice de Notre-Dame de Sars.
On trouve dans ce dossier la copie d'une inscription de l'an 1404, des comptes et divers actes concernant ce bénéfice.
46. — 1751. — Procès du commandeur du Piéton contre Calixte Mahy, curé de Sars, sollicitant une augmentation de portion congrue.
47. — 1755-1756. — Procès de Pierre de Salle, adjoint du commandeur, demandeur en interdiction, contre l'huissier Florent Barbieur et Amand Clerfayt, etc., collecteurs des tailles, et les maires et échevins de Saint-Symphorien.
48. — 1766. — Procès de Jean-André-Hercule de Rosset de Fleury, chevalier non-profèsde l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur du Piéton, contre les mayeur et échevins de Vellereille-le-Sec, concernant les réparations à faire à l'église.
49. — Procès contre Pierre-Joseph Courbé, curé de Lez-Fontaine, à la suite duquel la cure de ce village a été déclarée vacante.
50. — 1772-1785. — Procès contre le comte d'Egmont, concernant le droit de mortemain.
51. — Réclamations de l'agent général de l'ordre de Malte, à l'effet d'obtenir la restitution du terrain sur lequel s'élevait un fort, construit vers 1715, pour la défense de la ville de Mons, sur le territoire de Jemmappes, et démoli à cause de son inutilité: ce terrain appartenant au bénéfice de Notre-Dame de Sars.
Top

§ — Chapitre IX. Anciens inventaires
Nº 717.
— Volume contenant cinq inventaires, formés en 1536, 1570, 1590, 1599 et 1632, des titres et papiers de la trésorerie de l'ordre, mis en dépôt dans l'église de Sainte-Waudru, à Mons.

Nº 718.
— Inventaire général des titres et enseignement appartenant à la noble maison de la religion de Saint-Jean de Hiérusalem, à cause de sa commanderie magistralle du Piéton, tant de ceux qui ont esté trouvez dans l'armoire de la trésorerie de la ditte religion en l'église Sainte-Wauldru de la ville de Mons, lequel lieu feu frère Charles Pipa, commandeur de la ditte commanderie, a obtenu du chappitre de la ditte église, en considération de la grande vitre représentant le Baptesme de Nostre-Seigneur par S. Jean, qui est à la croisée d'icelle église, au-dessus du petit portai, que ledit deffunct sr commandeur Pipa fit faire en conséquence de la cession de la ditle trésorerie, que de ceux qui ont esté retirés du sr Daneau, conseiller de la cour à Mons et des sieurs Petit et Nopère, greffiers du bailliage et de Vaudience: lequel inventaire est fait de l'ordonnance de messire Louis-François-Marie Le Tellier, chevalier du dit ordre, commandeur de la ditte commanderie du Piéton, par le sr Perreau, commis par Monsieur Faultrier, conseiller du roy en son conseil d'Estat, intendant de la province de Hainault et pays d'Entre-Sambre et Meuze, vicaire général du dit sr commandeur, en présence des sieurs Du Trieu, bailli, et Mille-ville, greffier de la commanderie. Il est daté du 22 octobre 1682.

Nº 719.
— Semblable inventaire, renouvelé en 1705.

Nº 720.
— Recueil composé de huit relevés de titres et papiers produits dans des procès ou confiés à des hommes de loi, de 1674 à 1794, et de l'inventaire, formé en 1785 par l'avocat Chasselet, greffier de la commanderie, des archives déposées dans l'église de Sainte-Waudru.
Léopold Devilliers — Inventaire analytique des Archives des Commanderies Belges de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte. Mons, Belgique 1876.

Les Commanderies Belges visitées 40971 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.